Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

Les États situés en amont du Nil ont, pour la première fois, décidé de contester la domination pratiquement exclusive de l’Égypte sur ce fleuve, écrit le quotidien Kommersant du 18 juin 2013.

Six pays d’Afrique, sous l’égide de l’Éthiopie, ont décidé de lancer des projets d’irrigation et de barrages électriques sans en informer le Caire, profitant de l’instabilité en Égypte, dont le contrôle de la principale artère fluviale d’Afrique a été instauré il y a plus de 80 ans. Le président égyptien Mohamed Morsi a déjà menacé de mettre un terme à la construction du plus grand barrage sur le Nil en Éthiopie par tous les moyens – y compris militaires.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohamed Kamel Amr s’est rendu en visite extraordinaire à Addis-Abeba. L’unique sujet de sa discussion avec son homologue Tedros Ghebreyesus était la construction du barrage de la Renaissance (Grand Ethiopian Renaissance Dam) en amont du Nil, près de la frontière soudanaise. L’Éthiopie a commencé de mettre en œuvre ce projet très prometteur pour son économie en 2011 – quelques semaines après le renversement du président égyptien Hosni Moubarak. Le barrage éthiopien, d’une puissance de 6 000 MW, est estimé à 4,2 milliards de dollars et si sa construction était achevée, il deviendrait le plus grand barrage du Nil.

À Addis-Abeba, Mohamed Kamel Amr a rappelé que l’Éthiopie n’a toujours pas fourni les informations nécessaires aux spécialistes égyptiens de la commission compétente. D’après les documents signés en 1929 par l’Angleterre – qui a reconnu l’indépendance de l’Égypte – ainsi que l’accord entre l’Égypte et le Soudan de 1959, le Caire et Khartoum contrôlent 90 % des eaux du Nil et tout projet des pays situés en amont doit être obligatoirement approuvé par l’Égypte et le Soudan, ainsi qu’être supervisé par une commission technique égypto-soudanaise.

Le conflit entre le Caire et Addis-Abeba est entré dans une phase aiguë à la fin de la semaine dernière lorsque le parlement éthiopien a ratifié un nouvel accord-cadre sur l’exploitation du bassin du Nil, limitant l’influence du Caire et de Khartoum. Hormis l’Éthiopie, ce document a également été signé par cinq autres États – le Kenya, l’Ouganda, le Burundi, la Tanzanie et le Rwanda. L’Érythrée a joué le rôle d’observateur. La République démocratique du Congo et le Soudan du Sud ont également promis de se joindre prochainement à l’accord-cadre. Tous ces États ont une bonne raison de soutenir l’initiative éthiopienne : Addis-Abeba s’est engagé à compenser le manque d’électricité dans ces pays quand le barrage sera achevé.

« L’Éthiopie n’a jamais considéré les accords injustes de 1929 et de 1959 comme contraignants car elle n’a jamais participé à leur rédaction ou signature », a déclaré le porte-parole du gouvernement Shimeles Kemal. La réaction du président Mohamed Morsi a été très dure. « Si une seule goutte du Nil est perdue, notre sang sera la seule alternative », a-t-il déclaré en ajoutant qu’il envisageait « toutes les options pour régler ce litige sur les ressources ».

Le moindre changement du statu quo est extrêmement sensible pour l’Égypte. Le désert représente 97 % du territoire de ce pays le plus peuplé du Proche-Orient (85 millions d’habitants). 99 % de la population vit sur 3 % du territoire – dans la vallée ou dans le delta du Nil. Malgré les affirmations des autorités éthiopiennes disant que le barrage n’aurait aucun impact sur le captage de l’eau en Égypte, le Caire répète qu’il se réduirait d’au moins 20 %, provoquant des perturbations d’électricité. Selon la presse égyptienne, le gouvernement envisage sérieusement une intervention militaire et des frappes aériennes sur les sites en construction en Éthiopie. Il étudie également la possibilité de régler le problème grâce à l’armement et au financement des rebelles éthiopiens.

Le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a déclaré que Mohamed Morsi lançait des « menaces en l’air » en affirmant que « rien et personne n’arrêterait la construction du barrage ». L’Onu a averti à la fin de la semaine dernière que cette affaire prenait une sérieuse tournure. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a téléphoné samedi à Mohamed Morsi pour lui demander d’entamer au plus vite les négociations avec le gouvernement éthiopien. Toutefois, la visite du ministre égyptien des Affaires étrangères à Addis-Abeba n’a pas apporté de résultats tangibles.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #439845
    le 19/06/2013 par Harry Cover
    La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

    Alors ! Des ventes de Kalachnikov et de M16 en perspectives ???


  • #439865
    le 19/06/2013 par Starkamanda
    La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

    Enfin l’Egypte se réveille un peu parce que ils manqueraient plus que les éthiopiens habillés en pyjama leur fassent la misère.
    Le Nil appartient historiquement à l’Egypte, je soutiendrais totalement cette intervention militaire qui est une question de sûreté de l’état !

     

    • #440128

      Le NIL n’appartient à personne , c’est juste une question de bon sens et de justice .Vouloir régler le problème par la force est une réaction de primate ...et dénote ,de la part de MORSI une mémoire défaillante : il devrait se souvenir que depuis plusieurs siècles , les talents militaires des égyptiens n’ont pas été à la hauteur de leurs ambitions .


    • #440385
      le 19/06/2013 par Starkamanda
      La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

      @ VORONINE
      Les civilisations naissent autour de point d’eau ( premier épisode de man vs wild ), si le nil n’avait pas existé il n’y aurait pas eu d’Egypte qui est plus ancienne que la France, toi comprendre ? En plus il s’agit là de la survie de 85 millions d’individus qui est en question, et l’état son rôle c’est quoi ? De maintenir l’existence de son pays ... Là l’éthiopie déclare la guerre à l’égypte,, et saboter un barrage prend quelques minutes, un seul chasseur suffit amplement.


    • #440388

      Ah ouais ? En tout cas c’est cette armée seule qui a menacé l’existance même d’Israel en les mettant en déroute lors de la guerre du Sinaï. Si il n’y aurait pas eu l’intervention de l’oncle sam et leurs ami européens de l’ouest il n’y aurait peut-être plus cet état en vie.
      Tu crois que l’armée ethiopienne peut rivaliser avec l’egypte ? Sors de ton rêve, ils arrivent même pas à mater la rebellion chez eux et j’en parle même pas de l’Erytrée


  • #439899

    Non mais je rêve. Morsi le religieux qui veut interdire que les petits éthiopiens puissent boire normalement.
    MDM

     

    • #440204

      C’est l’inverse, c’est l’Égypte qui est dépendante du Nil pour sont approvisionnement en eau potable...

      Si il y a réellement une réduction de 20% de l’apport en eau sur le Nil, ce sera une catastrophe humanitaire en Égypte, et le pire ce que cette dernière deviendra dépendante pour sa survie (pas d’eau = pas de vie) du bon vouloir du gouvernement Éthiopien (c’est pas le pays des Juifs Falacha déjà ... ?)

      Pourquoi l’Éthiopie ce réveille tout d’un coup maintenant ? Qu’est ce qu’il veulent vraiment ? Un ptit billet ?? Le gouvernement Éthiopien ce comporte comme un charognard sur ce coup la...


  • #439911

    là çà rigole plus !......où les gens s’aperçoivent que l’eau, ben au dessus y a rien !


  • #439917

    Je me demande qui a donné ce genre d’idées à l’Ethipie, j’ai ma petite idée, je pense un etat voyoux qui terrorise la region depuis plus de 60 ans et ne survit qu’en alimentant des conflits.


  • #439925

    "qui" est derrière ce projet de barrage dit de la Renaissance ??? "qui" cherche le chaos ?
    Et pourtant en Afrique les alternatives énergétiques sont pertinentes : le solaire

     

    • #440131

      Oui, mais il n’y a pas que le problème de l’énergie et des KWH, de l’énergie pour faire quoi ? Il y a surtout le fait que l’EGYPTE c’est quelques kilomètres utiles de part et d’autre du fleuve , et que le fleuve a déjà , aujourd’hui du mal à couvrir les besoins de l’agriculture, de la population , et qu’il faut alimenter le barrage NASSER


    • #440428

      Renseignez-vous un tout petit peu...
      Un barrage dure au bas mot 100 ans et fournit sans compétences techniques extraordinaires de l’energie électrique et de l’eau pour les cultures...
      Rien à voir avec le Photovoltaïque, qui coûte affreusement cher, qui a une durée de vie de 25 ans et un coût d’entretien pharaonique.

      Mais j’avais oublié, les Africains sont tous des imbéciles, vous savez certainement mieux qu’eux ce qui est bon pour eux...


  • #439985
    le 19/06/2013 par SaintAugoustine
    La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

    L’Égypte et le Nil sont indissociable ! Les intérêts vitaux de la nation égyptienne sont en jeu et ça m’étonne pas qu’Israel ait influé dans le financement de ce projet...n’oublions pas que le drapeau éthiopien est marqué d’une étoile de David,que les falashas juif converti d’afrique viennent d’Ethiopie et qu’ils ont choisi le camp d’Israel en tout cas les Egyptiens ont raison de ne pas se laisser faire,leur interet sont en jeu et ce ne sont pas les Ethiopiens qui décident dans cet région mais l’éternel grande puissance Egyptienne.


  • #440028

    Les Turcs peuvent retenir l’eau du Tigre et de l’Euphrate pour assoiffer la Syrie et l’Irak, l’Ethiopie peut retenir l’eau du Nil pour assoiffer l’Egypte : que de chantages en perspective !

     

    • #440141

      Le XXI ème siècle verra des guerres pour l’eau . Le meme processus se met en place en extreme orient ou la CHINE tient le TIBET , non pas pour brimer la culture tibetaine, dont ils se foutent , mais parceque le TIBET est un chateau d’eau . Meme problème sur le MEKONG ou les barrages chinois situés en haute région , accaparent l’eau du fleuve et privent le LAOS, LE CAMBODGE , de l’eau et des poissons qui constituent l’unique apport en protéines des populations . Quant au VIETNAM, le manque d’eau douce, provoque une remontée de la mer dans le delta avec augmentation de la salinité , désertification des rizières et modification de l’éco système . La meme chose peut se produire dans le delta du NIL si le débit de l’eau douce diminue .


  • #440192

    Dans une région qui manque cruellement d’eau à terme le régime colonial juif sioniste ne peut espérer survivre qu’en s’emparant par la force des ressources naturelles en eau de ses voisins.

    Sa conquête et son occupation de la Cisjordanie visaient à s’emparer des nappes phréatiques situées dans cette région. Le pillage des ressources en eaux palestiniennes par Israël est bien documenté la répartition scandaleuse au profit des colons juifs sionistes aussi.

    Ses tentatives pour s’emparer des réserves d’eau du Sud Liban inclus sa guerre d’occupation du Sud Liban de 1982 à 2000 et sa nouvelle tentative en 2006 où son armée a été battue par la Résistance libanaise ne fait que confirmer son talon d’Achille : la menace d’une pénurie d’eau.

    Sa conquête et son occupation depuis 1967 du Golan syrien visent également à s’approprier les eaux du Jourdain à sa source inclus en soutenant des groupes terroristes Al Nusra/Al Qaeda qui combattent actuellement l’Armée Nationale Syrienne sur le Golan pour le compte d’Israël.

    Selon un officier autrichien qui faisait partie des 380 soldats autrichiens déployés au sein de l’UNDOF (United Nations Disengagement Observer Force) et qui viennent de quitter le Golan occupé victimes d’agression de ces terroristes Israël fournit depuis plusieurs mois déjà une aide importante à ces derniers.

    Selon les révélations qu’il a faites au journal palestinien al -Manar l’armée israélienne fournit une aide importante dans les domaines logistique, militaire (armement) et médical aux opposants armés dissimulés au sein de la population civile syrienne prise en otage dans certains villages du Golan.

    Lors d’une déclaration faite après être rentré en Autriche il a affirmé qu’il existait un QG conjoint entre les groupes terroristes armés et l’armée israélienne pour coordonner les opérations contre l’ Armée Nationale Syrienne. Ce QG coordonne aussi l’évacuation des terroristes blessés vers l’hôpital militaire de campagne installé dans une colonie kiboutz et pour les cas les plus graves vers l’hôpital israélien de Safed.

    L’armée israélienne est en contact permanent avec ces groupes terroristes et facilite l’entrée clandestine via la zone tampon sur la ligne de cessez le feu de 1974 d’armes et de combattants venant de pays voisins (Irak, Jordanie). On comprend dés lors l’intérêt d’Israël de voir ces troupes de l’UNDOF quitter le Golan occupé ce qui lui laisserait le champ libre sans témoin pour une aide plus substantielle en armes américaines st


  • #440311

    Ce n’est que mon avis et cela reste a vérifier car cela sort de mon petit cerveau malade de compirasioniste aiguë.
    L’histoire de kWatt me parait peu probable, l’Ethiopie vend a grand frais (construction des ligne haute tension) son électricité a Djibouti et l’Érythré, s’il en avait réellement besoin ils auraient orientés ces lignes vers l’interieur des terres.
    Par contre l’Ethiopie a vendu bon nombre de terre agricole et minérale aux grands groupes imperiaux. Les champs et les mines sa "pompe" pas mal d’eau pour l’exploitation.
    A voire si les lacs de retenu seront loin des lieu de consommation et si au contraire les "gros projets" imperiaux sont proches.
    Et c’est tellement facile pour l’empire d’orienté sa propre opinion plublic entre les pauvres petits noirs qui meurent de soif contre les islamo-fachiste. Alors que l’enjeu serai votre bouffe et votre smartphone contre les négros et les islmo-fachiste.
    bon je vais prendre ma petite pilule bleu.


  • #440491
    le 20/06/2013 par SuperSomal
    La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

    Je déteste l’Ethiopie pour des raisons historiques mais je suis de leur côté dans cette lutte. De quel droit l’Egypte prive les pays subsahariens d’eaux et d’électricités alors que le Nil ne prend pas sa source sur son territoire ?

    Les africains crèvent la dalle et manquent d’électricité. Ce barrage permettra de rendre certains pays africains indépendant en eau douce et en électricité. De plus, il permettra de rendre fertile les terres et donc d’apporter plus de nourritures à des pays qui en ont cruellement besoin.

    Bien sûr que ça sera dur pour l’Egypte mais ils se sont bien gavés aux dépends d’entre nations durant près d’une décennie ! Le retour de bâton !

    Et que l’Ethiopie soit soutenu ou pas par Israel ne change rien à la donne. Puisque c’est quelque chose de vital pour la survit et le développement de certaines nations.

    Donc franchement, j’men contre-fou que des arabes qui ont émigrés sur ces terres y a pas si longtemps soient privés de quelque chose auquel ils n’auraient jamais dû avoir droit !

    L’Egypte était à l’époque peuplée d’ Éthiopiens, d’ Érythréens et de Somaliens. Pas d’arabes !

    Et dans mon commentaire, n’y voyez aucune haine de l’Islam ou des arabes, au vue de mon origine, j’devrais être du côté des Egyptiens mais l’histoire et la raison me met du côté des Éthiopiens !

     

    • #440598
      le 20/06/2013 par Starkamanda
      La lutte pour l’eau est lancée en Afrique

      Si j’y vois une haine des "Arabes ". Qu’est ce qu’un arabe ? Quand on sait qu’à l’époque du prophète l’arabie était peuplé de tribus juifs. Maintenant tu sous entends que l’Egypte n’est peuplé que d’Arabe d’arabie ? N’importe quoi le peuple égyptien a toujours eu le phénotype du Moyen Orient et a été islamisé et arabisé simultanément. Les quelques soldats musulmans stationnés ont sans doute épousé des femmes localement mais ils ne sont pas à l’origine de la population égyptienne actuelle.
      L’Egypte est plus ancienne que les pays que tu viens de citer et le delta du nil a fait naître l’une des premières civilisations du monde, et la survie de 85 millions d’être dépend de ce fleuve. L’ethiopie est autosuffisante en matière d’eau, son but est de développer une agriculture exportatrice, et d’affaiblir au passage Egypte et Soudan, 2 pays désertiques ...


  • #440720

    Les accords initiaux signés par l’egypte et le soudan n’ont aucune valeur car toutes les parties concernées n’étaient pas représentées.

    L’eau du Nil doit être partagée entre les pays que traverse celui-ci.

    Que les sionistes soient dans le coup ou pas.


Afficher les commentaires suivants