Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La marine américaine va doubler ses capacités anti-mines dans le golfe Persique

Actuellement, la Ve Flotte de l’US Navy, dont l’état-major est basé à Bahrein, dispose de 4 navires de type « chasseur de mines », lesquels sont prêts à intervenir au cas où Téhéran serait tenté de bloquer le détroit d’Ormuz, comme ses dirigeants ont récemment menacé de le faire quand il était question d’appliquer à leur pays des sanctions visant ses exportations pétrolières afin de le contraindre à coopérer avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur son programme nucléaire controversé.

Justement, l’ambition prêtée à la République islamique de se doter d’armes nucléaires et l’ambiguïté qu’elle cultive à ce sujet font que les rumeurs d’une opération militaire isréalienne contre les sites du programme iranien se font pressantes, même si une telle intervention paraît compliquée à planifier sur le papier.

Quoi qu’il en soit, si une telle opération doit avoir lieu, elle provoquerait des tensions dans le détroit d’Ormuz, d’une importance stratégique évidente quand l’on sait que près de 40% du trafic maritime pétrolier mondial y transite. Ainsi, la marine iranienne pourrait miner ce goulet (50 km de large pour 60 m de profondeur), ce qui interdirait le passage aux navires commerciaux.

Même si les Etats-Unis ne sont pas favorables à une action israélienne contre les complexes nucléaires iraniens, il n’en reste pas moins que le détroit d’Ormuz peut faire l’objet d’un blocus imposé par l’Iran en raison, par exemple, de tensions avec les monarchies pétrolières du Golfe persique, lesquelles sont par ailleurs en pointe contre le régime syrien de Bachar el-Assad, soutenu par Téhéran.

Aussi, « afin de répondre à une éventuelle action de l’Iran visant à bloquer le détroit d’Ormuz », le chef des opérations de l’US Navy, l’amiral Jonathan Greenert, a annoncé, le 15 mars, le déploiement de 4 chasseurs de mines supplémentaires dans le golfe Persique. Les bâtiments concernés sont les USS Sentry, Devastator, Pioneer et Warrior. En outre, des hélicoptères MH-53 Sea Dragon, dotés d’équipements de lutte anti-mines, seront également envoyés en renfort dans le secteur.

Par ailleurs, les corvettes israéliennes INS Lahav et INS Yaffo, armées de missiles anti-navire, ont franchi, le 13 mars dernier, le canal de Suez, officiellement pour rejoindre la base d’Eilat, sur la mer Rouge. Ce déploiement répond sans doute à celui de deux bâtiments de la marine iranienne, qui s’étaient rendus en Syrie le mois dernier, comme cela avait été le cas en août 2011.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est toujours "au cas où l’Iran". C’est un principe archi-simple et absolument imparable . Ainsi si L’Iran abandonnait totalement son projet nucléaire on pourrait aussi bien justifier la guerre totale "au cas où l’Iran"voudrait recommencer.
    Les USA qui soit-disant désapprouvent l’attaque d’Israël, ils s’approchent, ils s’approchent...C’est pas qu’ils soient obligés ; ben non.