Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La mort lente des chrétientés d’Orient

Deux mille ans d’épuration confessionnelle

Le mot atroce de « génocide » vient de faire sa réapparition sous la plume des commentateurs après les deux derniers attentats d’Alexandrie et du Caire perpétrés contre des églises coptes le dimanche des Rameaux ce 9 avril. Attentats aussitôt revendiqués par l’État islamique via son canal officiel l’agence Amak. Des crimes qui ont causé, en ce début de Semaine sainte, la mort d’au moins 52 fidèles. Le premier attentat, 30 morts et 78 blessés, a visé l’église Mar Girgis – St Georges – de Tanta, ville de 400 000 habitants au nord du Caire dans le delta du Nil. _ Quelques heures plus tard, au commencement de l’après-midi, une nouvelle attaque suicide était lancée contre l’église Saint-Marc d’Alexandrie où officiait le chef de la communauté copte orthodoxe Tawadros II1… vingt-deux morts et une quarantaine de blessés. Ces tragédies interviennent quatre mois après un attentat suicide retentissant, également revendiqué par l’ÉI à l’église Saint Pierre et Saint Paul du Caire, le 11 décembre 2016 (29 morts et 49 blessés). L’EI avait alors menacé la communauté copte d’autres attentats à venir qui n’épargneraient ni femmes, ni enfants, ni vieillards. 

 

Cette attaque du Caire, en décembre, avait déjà relancé en Égypte les appels à durcir la lutte contre les djihadistes dont l’actuel président al-Sissi a fait son cheval de bataille. Dans le Sinaï particulièrement où depuis juillet 2013, dès après la destitution du président Mohamed Morsi membre de la confrérie crypto-wahhabite des Frères musulmans, ont été mené une série d’attaques sanglantes contre les forces de sécurité. Le 25 novembre 2015, soit douze jours après  le carnage du Bataclan à Paris, sept personnes dont quatre policiers et deux magistrats, étaient ainsi tuées dans un hôtel du nord Sinaï. L’attentat avait été immédiatement endossé par le groupe Wilayat Sinaï, émanation au Sinaï de l’État islamique. La même entité avait auparavant affirmé avoir placé la bombe qui fit exploser en vol au-dessus du Sinaï, le 31 octobre 2015, un avion transportant 224 touristes russes. Toujours dans le nord du Sinaï, le 9 janvier 2017, dix-sept personnes perdaient encore la vie dans des attentats ou des bombardements de rétorsion…

Maintenant, mais un peu tard, l’état d’urgence est instauré pour une durée de trois mois, cela à trois semaines d’une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril. Lors qu’informé des événements ce dimanche des Rameaux, celui-ci s’adressant place St Pierre à la foule des fidèles eut cette phrase hautement éloquente  : « Que le Seigneur convertisse le cœur de ceux qui sèment la terreur, la violence et la mort, et aussi le cœur de ceux qui leur fournissent leurs armes et commercent avec eux   ». Nul n’est nommément désigné mais nombreux sont ceux qui sont concernés en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux États-Unis et singulièrement en Israël.

En fait l’état d’urgence décrété par le maréchal Fattah al-Sissi est principalement destiné à être une mesure plus symbolique qu’autre chose… parce que sans portée réelle face à la multiplication des métastases salafo-wahhabites à travers le Vieux continent et le pourtour méditerranéen. Daech, retranché en Syrie et en Irak dans ses sanctuaires qui fondent comme peau de chagrin, prospère désormais dans le Caucase et en Asie centrale, dans la Bande sahélienne et le Golfe de Guinée, au Maghreb… voire plus épisodiquement au cœur même des métropoles du Vieux continent  : Paris, Nice, Berlin, Moscou, Londres, Saint-Pétersbourg, Stockholm en sont de bonnes illustrations !

Or au-delà d’un bilan humain sévère, le dernier double attentat souligne l’incapacité des autorités égyptiennes à contenir la poussée islamiste sur son propre sol autant qu’à protéger sa communauté copte. Celle-ci représente pourtant quelque dix pour cent des 92 millions d’Égyptiens et fait depuis quelques années l’objet de persécutions de plus en plus odieuses et ce, spécialement depuis 2011 et les Printemps arabes, ces révolutions programmées en sous-main par Washington.

Washington où le président Donald Trump a condamné l’attentat via son compte Twitter, se disant « confiant dans la capacité du président [al-Sissi] à gérer la situation comme il se doit  ». Ce qui ne manque pas de sel sachant que deux jours auparavant Trump faisait bombarder dans la province de Homs la base aérienne gouvernementale d’al-Chaayrate de l’Armée syrienne arabe, cet ultime rempart laïc contre l’épuration des communautés chrétiennes du Levant… Ou ce qu’il en reste parce que, comme en Irak depuis les guerres occidentalistes et pro-démocratiques de 1991 et 2003, les chrétiens ont fui un pays en proie à une violence endémique devenue en grande partie interconfessionnelle après 2004. Du coup, la population chrétienne d’Irak aurait diminué des deux tiers, passant de 700 000 en 1990 à moins de deux cent mille aujourd’hui. En Égypte ce serait près de 1,5 million de Coptes qui de la même façon auraient émigré vers les États-Unis ou le Canada. Une hémorragie humaine qui prévaut aussi au Liban et en Palestine pour les raisons que l’on sait… la guerre perpétuelle livrée par l’État hébreu à ses voisins arabes.

« Lorsque, il y a un demi-siècle de cela, Paul VI se rendit à Jérusalem – il fut le premier pape de l’histoire à le faire –  les Lieux saints de la ville se trouvaient presque tous sur le territoire du royaume de Jordanie. Il en était de même pour une grande partie de la Judée et de la vallée du Jourdain. Les chrétiens étaient nombreux et, dans certaines localités, comme à Bethléem, ils étaient en nette majorité. Mais la géopolitique du Moyen-Orient a été complètement modifiée. Il n’y a pas de paix entre les Israéliens et les Palestiniens. Le Liban a été déchiré par une guerre civile. La Syrie est en train de s’effondrer. L’Irak est dévasté. L’Égypte explose. Des millions de réfugiés se sauvent d’une région à l’autre »

… Dixit Pietro Parolin, Secrétaire d’État au St Siège in «  Avvenire  » 9 février 2014.

Lire la suite de l’article sur geopolintel.fr

Sur cet immense sujet historique et géopolitique, chez Kontre Kulture

 

Le martyre des chrétiens d’Orient, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1703279

    Pour les rabbins l’Islam est "le balai d’Israël", et les deux religions chrétienne et musulmane, créées par les juifs , ont pour destinée de s’entre exterminer .

     

    • #1703566
      le 15/04/2017 par Starkamanda
      La mort lente des chrétientés d’Orient

      Exactement. Un aspirateur de peuple. Combien de peuples notamment du monde arabe ont-ils été dissous ? Des centaines ...


    • #1703573

      tres intelligent - analyse de haute volée !


    • #1703590
      le 16/04/2017 par Enkidou
      La mort lente des chrétientés d’Orient

      Oui et dans l’eschatologie musulmane, notamment celle spécifique à la fin des temps, chrétiens et musulmans incarneront le camp du Bien, avec à leur tête Issa (Jésus). Cette entente mettra en déroute le faux messie (Dajjal=AntéChrist) et la multitude qui aura cru en lui. Ensuite, Issa (Jésus), régnera de longues années sur un monde rellement en paix. Comme il est dit dans la Bible le loup habitera avec l’agneau (...) etc. Esaïe 11:6
      Je simplifie un max mais pour ceux qui ne connaissent pas déjà, je vous conseille les conférences de cheikh Imrane Hussein.
      Amicalement


    • #1703737
      le 16/04/2017 par Athénien
      La mort lente des chrétientés d’Orient

      Qu’est ce qu’il faut pas lire parfois comme connerie ! L’Islam est au contraire l’obstacle majeur à la réalisation de l’agenda mondialiste. Par contre les idéologies Wahhabites ou issues des mouvements réformistes du 19ème siecle comme les Frères Musulmans sont des alliés de circonstances du N.O.M mis en place après la chute de l’Empire Ottoman.
      Ces mouvements encouragés par les puissances coloniales et influencés par les idées modernistes (pour ce qui est des Frères musulmans) ne représentent en rien le dogme musulman traditionnel. Mais pour connaitre cela, il faut lire et se cultiver...


    • #1703846

      Ces deux religions seront toujours des "crypto-juifs" tant qu’elles seront sentimentalement attachées à l’Ancien Testament.
      Elles seront toujours de simples extensions, des appendices du Judaïsme.
      Il faut se débarrasser de l’Ancien Testament, la Bible Hébraïque.
      Le Judaïsme alors disparaitra.
      — Qui êtes-vous, on ne vous connait pas.
      — Nous sommes les Juifs, "Peuple élu" dans la Bible.
      — Désolé mais on ne connait pas ce passage. En ce qui nous concerne nous sommes Chrétiens et Musulmans.


  • #1703408
    le 15/04/2017 par tranquille mimile
    La mort lente des chrétientés d’Orient

    Je dit aussi que la France a sa part de responsabilité dans la création d’israel.Elle n’a pas su ou n’a pas vue les conséquences qui découlerons de la création de cette entité.


  • #1703544

    Deux cent ans ont largement suffi. Les coptes étaient majoritaires à l’époque de la Révolution.


  • #1703661
    le 16/04/2017 par allezou
    La mort lente des chrétientés d’Orient

    Il y a une église catholique à Paris vers la gare de l’Est où des réfugiés coptes peuvent célébrer leur rite. J’y ai vu des enfants de choeur, comme en France dans les années cinquante, et des fidèles convaincus.
    Pas de chrétiens en Orient ? Chrétiens martyrisés ?
    Proposons : contre un musulman en France mécontent d’y être (moeurs révoltantes) et l’ayant manifesté, un chrétien d’Orient persécuté, en besoin de refuge.
    On pourrait s’entendre là-dessus.


  • #1703763

    La destruction de la chrétienté orientale a commencé par la quatrième croisade, la prise de Constantinople par les Francs (1205) lui ayant infligé la blessure mortelle dont elle ne se releva jamais. Les chrétiens d’Orient ne l’ont jamais oublié.


  • #1703842
    le 16/04/2017 par Ali baba
    La mort lente des chrétientés d’Orient

    En ce jour de la résurrection du sauveur , prions pour ces chrétiens damnés de la terre , oubliés et persécutés régulièrement !
    Attendons avec impatience , la compassion et déclarations de ce dernier Pape , qui tardent semble t’il , alors que pour les millions d" envahisseurs " du tiers monde , il se plie en quatre régulièrement pour les faire accepter des européens ??!!