Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La résistance au mondialisme par le français

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Longtemps considéré comme la langue de la diplomatie et enseigné à ce titre dans toutes les cours d’Europe, le français est aujourd’hui délaissé au profit de l’anglais dans les institutions internationales et même, dans une moindre mesure, au sein de celles de l’Union européenne.

Le rang de première puissance économique mondiale des États-Unis et le pragmatisme de la langue de Shakespeare ont permis ce renversement dans un contexte de mondialisation marchande. Pourtant le français reste une langue mondiale, parlée sur les cinq continents et par près de 10 % de l’humanité.

« La limite de ma langue est la limite de mon monde » écrivait Ludwig Wittgenstein pour signifier l’importance du fait linguistique dans la construction de la pensée ainsi que dans l’élaboration des idées et des valeurs. À travers la langue, la francophonie propose un socle de valeurs communes qui fait contrepoids au « soft power » américain. Le développement de la Francophonie comme institution a d’ailleurs d’abord été souhaité par des intellectuels et politiques issus des anciennes colonies françaises.

Léopold Sédar Senghor parlait d’un « outil précieux trouvé dans les décombres du colonialisme ». L’intellectuel sénégalais estimait que la langue française était porteuse de valeurs universelles dont l’Afrique pourrait bénéficier d’une part pour son développement culturel, d’autre part pour s’imposer dans les relations internationales. Héritier du latin et du grec, le français est une langue précise et riche en vocabulaire, comme en témoigne la notoriété de sa littérature et de sa philosophie. Lorsqu’il écrit : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément », c’est ce lien entre structure linguistique et structure de pensée que Boileau met en avant.

La nécessité de promouvoir le français est parfois moins bien comprise en France que dans d’autres pays francophones. La défense de la francophonie comporte en effet souvent un enjeu politique et culturel dans certains pays. Le Québec est particulièrement vigilant sur la défense du français, notamment en traduisant systématiquement tous les titre de films américains. La proximité immédiate des États-Unis et les rivalités avec le Canada anglophone en sont la cause principale. De même, la francophilie de beaucoup de pays d’Amérique latine et des pays de l’ex-URSS dont la Russie peut s’expliquer en partie par la volonté d’échapper à l’influence culturelle et politique américaine.

L’anglais est en effet devenu porteur de l’idéologie libérale anglo-saxonne. La notion d’hégémonie culturelle de l’italien Gramsci explique que la domination politique passe d’abord par une victoire sur le terrain culturel. La progression de l’anglais moderne fait ainsi le lit de l’idéologie marchande. Dans un article à la gloire du « tout anglais », Frédéric Martel écrit ainsi dans Le Point du 8 juillet 2010 : « L’anglais est devenu la langue du cool (...). La marque Monoprix est vieillotte mais le Daily Monop, la nouvelle enseigne de Monoprix est beaucoup plus trendy ». Cet aspect « cool » ou « trendy » de la langue anglaise contemporaine est bien sûr profondément lié au fonctionnement de la société de consommation d’origine américaine. On retrouve ici l’idée développée par le sociologue Michel Clouscard selon laquelle l’idéologie libertaire (« cool et trendy ») serait au service du marché libéral (société de consommation, mondialisation). Frédéric Martel explique lui-même que « dans l’univers du tourisme, un trip ou même un travel, c’est mieux qu’un voyage, et on vous vend un package car vous ne voudriez pas d’un paquet ».

Bien sûr, aucune langue n’est immuable. De Rabelais à Flaubert et de Stendhal à Céline, le français a déjà connu de multiples mutations. Ces évolutions ne doivent pas être synonymes de perte d’identité. La langue française a largement les capacités de vivre et de se renouveler sans substituer des mots anglais à son vocabulaire actuel. De nombreux mots de « verlan » (pratique d’inversion des syllabes d’ailleurs spécifique à la France) issus des quartiers populaires sont de fait largement passés dans le langage courant, certes familier, acquérant même parfois une parfaite autonomie par rapport au mot original (cf. « ripou » et autres « vénère »). On peut également noter la réapparition de vieux mots français dans ces mêmes quartiers. Par exemple le mot « daron » signifiant « père », utilisé en banlieue puis plus généralement par les jeunes générations mais issu de l’Ancien Régime.

Comprendre les ressorts du capitalisme de séduction avec Michel Clouscard, sur Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #316215

    L’argot populaire nous ressort regulierement du francais ancien : la maille pour l’argent, les condés pour la police, le bricheton pour le pain, le picrate ou autre pillave pour le vin...

    les manouches on un certain genie pour ramener au gout du jour des anciens mots...


  • #316222

    " Il n’y a qu’une seule langue, Colonel, en ce monde paracafouilleux ! Une seule langue valable ! Respectable ! la langue impériale de ce monde : la notre !...Charabias les autres, vous m’entendez ?...dialectes bien trop tard venus !...Mal sapés, mal léchés, arlequinades ! rauques ou miaulants à-peu-près pour rastaquouères ! Zozoteries pour clowns ! Voilà, colonel !... je sais ce que je cause ! et j’admets pas la discussion : " Entretiens avec le professeur Y , LF Céline .

     

  • #316272

    culturellement, linguistiquement ,religieusement,économiquement ,financièrement , institutionnellement ,militairement , idéologiquement ..... le monde anglo -protestant a tout ravagé sur son passage ,un monde fait de chaos et de laideur ! c’est ça la réalité ,c’est ça le mondialisme que nous subissons quotidiennement !
    J’aimerais que la France recouvre son identité ! Qui est le plus légitime : les états- Unis qui n’a pas trois siècle d’existence ou la bonne vieille France qui a vu le jour depuis le baptême de Clovis ,il y a quinze siècles !!!

     

    • #316442

      Moi aussi j’aimerais qu’on retrouve notre identité, mais il suffit d’écouter une conversation entre ados à la sortie d’une école pour comprendre que le mondialisme a devant lui un avenir radieux. Essayez d’éduquer votre enfant dans un esprit de résistance au mondialisme , et vous verrez comment il sera marginalisé et exclu par ses pairs .


    • #316554
      le 29/01/2013 par Michel Basset
      La résistance au mondialisme par le français

      Qui est légitime ? Bien peu sont légitimes ici-bas, c’est ainsi. Les indiens des plaines étaient sans doute légitimes. Ils sont morts. Dieu ne laisse pas toujours vivre ceux-là. Peut-être que l’épreuve du choix, de la vérité, est plus grande encore pour tous les illégitimes. Nous devons avoir de la compassion pour eux. Car s’ils mettent le monde à feu et à sang, cela ne changera rien : ils n’auront que des cendres, alors que nous, nous avons la France depuis 20 siècles et pour l’éternité.


    • #316555
      le 29/01/2013 par est-je suis parano ?
      La résistance au mondialisme par le français

      le poisson pourri par la tete monsieur. le fermier dans le Mid Ouest aux etats-unis n’est pas responsable pour Vietnam. Regardez tout ce beau monde en Ile-de-France/New York. Voyez-vous vraiment des descendants des fils de la terre ?


    • #316804

      @@ Michel Basset
      bonjour,mais peut-être que nous vivons pas dans le même monde mais la France est devenu la serpillère du monde anglo-protestant !
      quand je parle de "légitime" : pour qui se prennent -ils,eux les destructeurs des pays qui ont vu naître les civilisations moyen- orientales ,berceaux de l’humanité ( Irak Syrie...) le musée de Bagdad ,le vieux marché d’Alep ...Ca représentait quoi l’Amérique du Nord il y a 5000 ans ???Ils veulent détruire notre mémoire, notre identité ,,notre passé, nos références ,nos codes, notre culture afin d’asseoir leur way of life,l’ordre nouveau !


  • #316345
    le 29/01/2013 par Vive la Vendée !
    La résistance au mondialisme par le français

    Le Président de la Francophonie ( le Sénégalais Abdou Diouf ) a déclaré que "la langue française est précise" alors que les dialectes Sénégalais utilisent des termes flous.

    Pourquoi ?

    Parce que la langue française a été travaillée durant plusieurs siècles par des personnes qui avaient une culture scientifique. Or, la science a besoin de termes précis.

    La science est née en Europe avec Bacon, Descartes et Galilée. La langue française en a bénéficié.

     

    • #316672

      Le Français est sans doute la langue la plus précise du monde, avec le Russe : chaque nuance peut être exprimée avec un mot, différent étymologiquement, contrairement aux langues germaniques (dont l’Anglais fais partie, malgré des apports latins et français cf. conquête romaine et période normande de Guillaume à au moins Richard Coeur de Lion qui étaient Français NB : la cour d’Angleterre a parlé Français pendant 300 ans) qui utilisent préfixes, suffixes et autres constructions avec adverbes.
      Autre chose : je ne regarde quasiment plus la TV, seulement quand je veux débrancher les neuronnes devant un film. Avez-vous vu, sur les programmes, les titres des films, séries, émissions ? 90% sont en Anglais (même des séries ou téléfilms français...) Amusez-vous à regarder... c’est une véritable indigestion ! Sans parler de tous ces termes et expressions anglaises ou soi-disant anglaises qui polluent les conversations ou les monologues de nos chers journalistes-animateurs-lecteurs de prompteurs... S’il n’y a pas volonté de casser la langue, je n’y comprends rien ! Le pire est d’entendre railler les Québécois qui traduisent les titres en Français, CE QUE NOUS, FRANCAIS, DEVRIONS FAIRE AUTOMATIQUEMENT !!! Eux, au moins défendent leur langue, en tout cas un peu plus que nous.
      Ne pas oublier non plus : on pense avec des mots ; plus on maîtrise de mots, plus la pensée est fine et riche ; à l’opposé, on peut difficilement exprimer une pensée ou un concept complexe si l’on ne ne dispose pas d’une palette suffisante de vocabulaire. On nous serine depuis des décennies que le métissage enrichit. Peut-être... Il me semble, que pour une langue, il se produit l’inverse...


    • #317031
      le 30/01/2013 par LaRépublique
      La résistance au mondialisme par le français

      @Beacat49

      Je suis d’accord avec 100% de ce que vous avez dit. En plus des titres de séries, les nouvelles entreprises (oneOnone, be&you) même pour des concepts strictement réservés à des francophones (attractive world), les prénoms donnés au gamins (Dylan Kevin), les termes de jargon et même la mentalité des gens sur internet qui choisissent de plus en plus des pseudos à consonnance anglosaxonne !

      La France est une culture de wannabe, soumise à l’américanisme et vu tous les drapeaux américains ou anglais que les meufs portent dans la rue, je dirais fier de l’être !

      La France est devenue la colonie d’une colonie


    • #317043
      le 30/01/2013 par Grindsel Tirédunevi
      La résistance au mondialisme par le français

      "la langue française est précise" alors que les dialectes Sénégalais utilisent des termes flous"
      La comparaison est valable avec tous les dialectes régionaux de France, qui n’ont jamais été autant à la mode depuis que les derniers réels locuteurs maternels disparaissent... Même si il y a toujours des exception qui confirment la règle, comme tout ce qui touche à la paysannerie par exemple était mieux exprimé en patois.


    • #317177
      le 30/01/2013 par Paysan Breton
      La résistance au mondialisme par le français

      @ beacat 49, spécialiste autoproclamé des langues mondiales, qui, fruit d’un long travail de recherche en linguistique contrastive, nous livre son ultime conclusion :

      "Le Français plus précis que les langues germaniques"

      - D’abord, ce ne sont pas les langues qui sont précises, mais les hommes. Tes clichés sur les langues nous prouvent combien la langue française peut être malmenée pour colporter des inepties.
      - Ensuite, il y a un monde entre le globish )= anglais de coimunication courante, sufisant pour le mondialisme qui se distingue il est vrai par une grande pauvreté culturelle) et l’anglais littéraire parlé par des personnes cultivées
      - Enfin, on pourrait multiplier à l’envi les exemples ou une autre langue germanique, l’allemand, utilise 2 mots là où le Français n’en a qu’un. Ex : le mur = die Wand ou die Mauer, ou de nombreux homonymes français qui se traduisent par 2 ou plus de termes allemands (le devoir, le rapporteur, le pot etc.) et je ne parle pas des verbes fourre-tout comme faire ou mettre qui peuvent avoir 15 traductions différentes, ni des prépositions (à ou de n’ont plus guère de sens en français, alors que aus ou von ont des sens bien plus parlants intrinsèquement).


    • #317305

      Langue précise et cuisine d’une richesse incomparable avec le vocabulaire qu’il faut pour décrire les sensations ressenties. Suffit d’écouter un sommelier décrire un vin pour comprendre la grandeur de la France.

      Et la langue de l’amour, ah, tout autre sujet !


  • #316368

    Va falloir que je me farcisse les deux Clouscard un de ces quatre :p


  • #316434

    Au delà du vocabulaire et de la sonorité, c’est surtout sur la conformation de l’esprit que la langue a la plus grande influence. J’habite en Égypte et je suis confronté chaque jour à trois langues : l’arabe égyptien, l’anglais et le français. Un de mes amis, algérien francophone, a travaillé comme prof dans une école anglaise. Bien que n’ayant jamais mis un pied en France il a rapidement été étiqueté comme "le Français". Pourquoi ? Parce qu’à chaque directive hiérarchique qu’il ne comprenait pas il demandait "pourquoi faire cela ? "quand les anglais demandaient "comment le faire ? ". Dans un autre registre, la complexité de la langue française et ses exceptions à la règle permet de concevoir de multiples moyens de dire la même chose, plusieurs chemins pour comprendre une situation. L’anglais , langue de prédilection du business, elle, est porteuse de la logique booléenne "vrai/faux". Le manichéisme anglo-saxon n’est selon moi pas étranger à cela. Bien sur une multitude d’autres facteurs coexistent et interagissent, mais on ne dit pas la même chose de la même manière selon qu’on s’exprime dans une langue ou dans une autre... et là langue arabe partage avec le français cette affinité pour la poésie ...

     

    • #316771
      le 30/01/2013 par CH J Walker
      La résistance au mondialisme par le français

      “Bien que n’ayant jamais mis un pied en France il a rapidement été étiqueté comme "le Français". Pourquoi ? Parce qu’à chaque directive hiérarchique qu’il ne comprenait pas il demandait "pourquoi faire cela ? "quand les anglais demandaient "comment le faire ? ". Dans un autre registre, la complexité de la langue française et ses exceptions à la règle permet de concevoir de multiples moyens de dire la même chose, plusieurs chemins pour comprendre une situation. L’anglais , langue de prédilection du business, elle, est porteuse de la logique booléenne "vrai/faux". Le manichéisme anglo-saxon n’est selon moi pas étranger à cela.”

      Peut être avez vous mis le doigt sur quelques chose d’important ?


    • #317288

      intéressant mais réducteur. L’anglais de Shakespeare est autrement plus riche que l’anglais vulgaire américain.


  • #316553
    le 29/01/2013 par Simone Choule
    La résistance au mondialisme par le français

    Belle analyse : combien de linguistes disent à quel point la langue structure le cerveau (et donc la façon de comprendre)....Bravo pour l’article.

     

    • #316591

      Sur un forum, un intervenant remarqua que les pays anglo saxons étaient libéraux tandis que les pays francophone plus porté par l’étatisme. il disait qu’on pourrait l’expliquer car l’anglais est une langue souple, où l’individu peut faire sa grammaire, son vocabulaire, tandis que le français est assez régide et précis. Il est vrai que chaque idée est exprimée en français, contrairement à d’autres langues.


    • #316667

      dans toute langue il y a plein de choses qui ne sont pas exprimées, mais que l’auditeur rajoute (en général inconscienmment !) en fonction du contexte. Ainsi l’anglais (et le hindi) fait systématiquement la différence entre une affirmation générale (present perfect, preterit) et une action qui est en train de se dérouler (forme prgressive) par exemple To-morrow I will be taking the plane to Delhi. Le français (même si si il y tient absolument offre les moyens de le dire) normalement fait l’impasse sur cette distinction, et ça passe ! pareil le français (et l’anglais) fait l’impasse sur tout un tas de nuances qui sont par contre systématiquement ajouté en hindi (par les "compound verds" avec djana, dena ou lena, etc, par exemple quand le verbe implique le passage d’un état à un autre, ou une action dirigée vers l’auteur ou vers l’extérieur). aussi un hindiophone devrait a priori avoir peur "mais comment peut-on vivre avec une langue où on ne peut pas préciser ça ?! De même l’anglais, devant un fançais sans forme progressive, et qui mélange allègrement les usages du passé !
      Mais le français fait bien la distinction entre l’imparfait et le passé simple, l’Espéranto ne le fait pas, il n’y a qu’un seul passé, là ausi on a envie de s’exclamer "Mais comment peut-on faire ?! en fait ça marche trs bien, l’esprit rajoute automatiquement et comprend selon le contexte. En fait ce phénomène est général, et tout ça varie d’une langue à l’autre.


  • #316622

    Lire des articles sur ce sujet est quelque peu réjouissant car ils sont beaucoup trop rares. Je n’ai malheureusement pas la prétention de pouvoir promouvoir de cette manière ma langue maternelle.
    Pourtant ce thème est infiniment primordial par rapport à beaucoup d’autres secondaires.
    J’entends de moins en moins parler Français autours de moi, et quand je l’entend parler, c’est à s’arracher les cheveux de médiocrité.
    La France est un beau pays et aussi une belle langue. Aimez-là !
    L’excuse de devoir parler anglais est totalement bidon, comme pour l’Euro : les chinois ont-ils rencontré des difficultés pour se développer avec leur langue...de chinois ? Non ! Les Japonais ? Non plus ? Les Allemands ? Non plus ! Et les Russes alors ? Pas vraiment non plus !
    Encore des mensonges et de la propagande car le Français surpasse en influence, en richesse et en prestige les langues pré-citées sans problème.

     

  • #316698

    Cet article met de l’avant cette idée de résistance à travers le prisme d’une langue : le français. Je suis en partie d’accord avec cette affirmation, mais je suis forcée d’établir un constat selon moi essentiel : peut-être que la France aurait, elle aussi, voulu dominer le monde si elle n’avait pas été écartée par le dit pragmatisme du libéralisme américain/anglo-saxon. Toutes les nations conquérantes cherchent l’hégémonie y compris la France. La ’’réussite’’ de l’expansion de l ’anglais s’explique par la domination coloniale de l’Angleterre de jadis. La France n’était absolument pas étrangère à cette volonté de puissance la preuve en est qu’elle était aussi une puissance coloniale reconnue. Je crois que tout s’est joué en Amérique du Nord. C’est l’éclosion d’un pays comme les États-Unis d’Amérique qui a fait la différence. Les USA qui sont les héritiers naturels de la tradition britannique ont réussi à s’établir dans un continent riches et vaste propice aux nouvelles découvertes et donc à l’établissement d’un nouveau marché. Il y a aussi le Canada fief britannique avec une enclave francophone en Amérique du Nord le Québec. Par contre, je me dois d’émettre des réserves quant à cette obsession de la Belle Province de ’’préserver’’ la langue française. En fait, c’est faux. Au Québec, le français est bafoué chaque jour un peu plus et ce n’est absolument pas de la faute des Anglophones. Le français est de moins en moins bien parlé (je ne parle pas de l’accent bien sûr) et il est de moins en moins bien enseigné. La réforme scolaire au Québec a fait en sorte de supprimer la dictée au profit d’une pédagogie basée sur les aptitudes sociétales de l’élève. La rigueur n’existe pas et malheureusement le fait de traduire systématiquement des titres de films ne va absolument rien changer à la réalité. Il faut de la rigueur et retourner aux fondamentaux : dictées, lectures de groupes, ateliers de conjugaison, etc. Bref, c’est mon avis personnel qui traduit une réalité occultée et simplifiée. Je termine en disant que dans le cas des anciennes colonies françaises d’Afrique, le français est considéré comme un acquis et Senghor a tout à fait raison de décrire cette langue comme étant un outil précieux. L’avenir du français se trouve d’ailleurs en Afrique selon des études statistiques (peut-être que je fabule).
    Bien à vous !

     

    • #317541

      "l’avenir du français se trouve en Afrique"
      Peut-être bien !
      ça ne m’étonnerait pas. Que l’Afrique nous étonne là-dessus.
      Sujet à creuser. Mais ça manque d’études là-dessus. Qui est au courant ?


  • #316739
    le 30/01/2013 par bob the spounge
    La résistance au mondialisme par le français

    Je vis à Montréal, donc au Québec, je peux vous dire que la langue française est totalement bafouée. Il y plein d’anglicisme dans le langue quebecoise.

     

    • #317033
      le 30/01/2013 par Francophile
      La résistance au mondialisme par le français

      Sauf que je continue à aller faire mon épicerie... pendant qu’en France on va chez Carrefour Market !!!
      allons... tu veux que je te fasse une liste complète...


    • #317144
      le 30/01/2013 par lecridupeuple
      La résistance au mondialisme par le français

      @Francophile

      Vous n’avez rien compris.

      - Si les Québécois disent ’Bienvenu’ c’est parce qu’en anglais on dit ’you’re welcome’.
      S’ils disent ’prendre une marche’ c’est parce qu’en anglais on dit ’to take a walk’.

      Pourquoi ne pas utiliser le verbe existant ’se promener’ ? Les exemples j’en possède des dizaines.
      Parce qu’ils ne parlent pas français mais un anglais traduit.

      - Les Français utilisent des anglicismes certes regrettables mais écrits dans le dictionnaire (comme ’week-end’ par exemple).

      - De plus, pour soumettre la France à la mondialisation, elle qui avait une sorte de brillance culturelle mondiale, il a fallu la bafouer, l’humilier, la saccager : on crache sur son histoire, on humilie son peuple, on minimise ses exploits et on annihile sa langue qui, comme le dit l’article, fut longtemps créatrice d’idée.

      L’Empire, par le biais des multinationales, distille toute sorte d’appellation, de marques de langue anglaise.

      L’article parle de ’cool’. Moi je parlerais plutôt de ’modernité’.
      Faire un ’brainstorming’ dans une entreprise où on est ’corporate’, c’est moderne, à la pointe de la réussite.
      Logique puisque la France est pourrie. La boucle est bouclée.

      - Notre langue sera définitivement morte lorsque, en suivant l’article, elle ne nous permettra plus de façonner une pensée dissidente.
      Et elle est déjà morte malheureusement au Québec.


    • #317697
      le 31/01/2013 par francophile
      La résistance au mondialisme par le français

      @ lecridupeuple...

      Ta plaidoirie est bien mignonne mais tu oublies un détail important...un léger détail géographique..
      Le Québec est en Amérique du Nord Tonton !

      Tu m’as fait sourire avec ton ’’prendre une marche’’... comme si Take a walk découlait de l’Anglais britannique...

      Le Québec est fier de ses ’’origines’’ françaises mais la langue ...C’est du Français Québecois...Certes les anglicismes sémantiques sont nombreux mais les explications sont multiples...(entourés de 400 millions d’Anglophones...coupure avec la France..etc..) Alors quand tu prends en compte ces quelques facteurs... tu respires par le nez et puis tu te dis ..qu’effectivement y a du boulot mais qu’ils méritent tout de même un peu de respect pour s’être battu pour la préservation de la langue Française sur ce continent de mangeur de bacon !!!

      Pis ça ne nous empêche pas ’’Pantoute’’ de glisser quelques quenelles Francophiles dans un petit souper !!!


    • #318106
      le 31/01/2013 par lecridupeuple
      La résistance au mondialisme par le français

      @francophile

      - Le Québec a préservé la langue française face à un océan anglais. Tout à leur honneur !
      Mais après avoir répété cela, on dit quoi ? On ne critique plus ?

      - Le drame du Québec n’est pas tant les calques de l’anglais, le fameux ’to take a walk’ .
      Le drame du Québec (c’est le début de l’article) c’est que la pensée québécoise est anglo saxonne. Car leurs constructions de phrase, leurs réflexions sont anglaises déguisées en français.
      Et je suis désolé mais la pensée est uniforme en Amérique du Nord. Pas de pensée québécoise qui contrebalancerait la pensée anglo-saxonne expansioniste (j’ai fait exprès d’enlever un ’n’ pour faire un jeu de mot).

      Moins le cas en région je vous le conçois où au Saguenay ou en Gaspésie, le français est de meilleur facture et moins soumis.

      - Mon message a simplement pour but d’éviter de confondre les dérives anglicistes du Québec et de la France :
      *En France, des anglicismes grammaticaux déplorables qui suintent le début de la soumission de notre pensée. Mais tout n’est pas perdu !
      *Au Québec, une soumission déjà effective dans la structure de la pensée. Une fausse insoumission avec la loi 101 qui masque la soumission reelle et qui permet aux fiers Québécois de tirer leur col en arborant une certaine fierté.

      il n’en reste pas moins que les Québécois sont sempiternellement humiliés par les anglo-saxons. Racistes, anti Burkinabé, consanguins, peureux...le fameux ’Speak white !’

      - Et je n’attaque pas le Québec que j’adore. Je ne fais que calmer les ardeurs des Français rêvant du Québec dépeint comme un terre d’irréductibles francophones.


    • #318499
      le 31/01/2013 par Francophile
      La résistance au mondialisme par le français

      @ Lecridupeuple

      Ça va me faire plaisir d’aller t’offrir une blanche de Chambly lorsque le soleil pointera son nez, mon ami !


    • #318701
      le 01/02/2013 par lecridupeuple
      La résistance au mondialisme par le français

      @Francophile

      Avec le plus grand des plaisirs.


    • @Francophile et @Lecridupeuple,

      Ce fut un vrai plaisir de suivre votre échange, et la fin (faim) ne m’a pas laissé sur ma soif !


  • #316889

    Très bon article. Petite remarque personnelle : La langue Allemande, autre grande langue germanique avec l’Anglais, et qui compte le plus de locuteurs en Europe, attire de moins en moins de jeunes français et cela est bien dommage. En effet, n’est-il pas souhaitable de redonner aux jeunes générations le plaisir d’apprendre et de parler l’Allemand -langue formidable, rigoureuse,d’une grande logique, la langue de Goethe, de Kant, d’ Hegel, de Marx- ? Un commentaire rappelait avec raison que le baptême de Clovis est en même temps le baptême de la France -encore faut-il rappeler que celui-ci était avant tout un roi Germanique !
    A mon humble avis, renforcer les relations franco-allemandes par le lien linguistique serait salutaire à tous les niveaux : en finir avec la réduction ad hitlerum, apprendre enfin à apprécier la culture de nos voisins, s’instruire sur notre histoire commune (à titre d’exemple la moitié de l’ "Histoire de l’Allemagne" de Gaxotte traite en réalité de l’Histoire de France !) et, pourquoi pas, par ce biais, contrecarrer un tant soit peu l’hégémonie anglo-saxonne et le recours au "globbish" en toutes circonstances. Enfin, il est prouvé qu’une personne ayant étudié l’Allemand en première langue aura beaucoup plus de facilités avec l’Anglais en suite. L’Allemand me semble donc la meilleure des alternatives pour les jeunes voulant maîtriser une langue germanique, couplée à l’espagnol (l’autre grande langue mondiale).

     

    • #316997

      Il n y a jamais eu de relation franco/allemande cela tiens comme le reste du mensonge "d’etat". Pour vous en convaincre regarder la "tres" longue video de F Asselienau sur E/R....


    • #317801
      le 31/01/2013 par Paysan Breton
      La résistance au mondialisme par le français

      @ francky :
      Désolé, je n’ai pas compris ta phrase ni saisi ta pensée. Recommence ...
      Et dire qu’il n’y a jamais eu de contact (= relation) entre la France et l’Allemagne (qu’ils soient belliqueux, amicaux ou intéressés), c’est un mensonge.

      @ Eisbrecher
      Oui, la France a tout à gagner à renforcer ses liens avec l’Allemagne... mais pas encore aujourd’hui, à l’heure où nos élites, qui se retrouvent dans la Trilatérale ou à l’Atlantikbrücke ne cherchent qu’à créér ce marché unique euro-américain...


  • L’Empire a vocation à faire disparaître le français, et pour souvenir, je rappelle l’une des missions que Xavier Darcos avait pour ordre de mener à bien : les élèves français DOIVENT tous savoir parler anglais au sortir du Bac.

    Ce n’était même une option, c’était une obligation.
    (et c’était la mission confiée par Sarko)

    Dans les valeurs que porte une nation, il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte, de la cuisine à la langue en passant par le cinéma ; mais, personnellement, dans mon classement, la langue et l’héritage littéraire sont, pour moi, de la plus haute importance, une richesse incomparable. Et quand une langue est morte, se sont tous ses trésors qui s’en vont, à jamais. Qui, aujourd’hui, lit encore Ovide en langue originelle ?

    Nous pouvons dés à présent faire nos Adieux à la postérité d’un Hugo, d’un Céline, d’un Proust. Quand le français ne sera plus qu’un dialecte de Province parce que l’anglais se sera imposé, on en parlera comme du latin dans les écoles, le français ne sera plus qu’une option comme l’est le latin, et les mères diront : "pourquoi devrais-je imposer le français à mon fils ? c’est l’anglais aujourd’hui ; c’est une option que je prends pas !" et "le français ? ça ne lui servira pas pour plus tard".

    J’ajoute que l’anglais est loin d’être alléchant ; il est illogique au possible avec ses verbes irréguliers (et dont aucun élève ne peut en expliquer l’intérêt) parce que le système scolaire a une approche synchronique quand le milieu de l’étude linguistique a une approche diachronique de la langue (lire les travaux de F. de Saussure). L’anglais est une langue dont on ne peut guère rêver d’un mélange plus embrouillé :
    en français, quand on a un problème de "dent", on va chez le "dentiste"
    en anglais : "tooth", "dentist". ??

    Nous nous dirigeons droit vers le cauchemar orwellien et sa tambouille Novlangue, où les individus n’ont même plus la force d’avoir d’idées parce qu’ils n’ont plus les mots pour les exprimer ; le cerveau complètement embrumé par une éducation scolaire qui les a abêtit, des règles de grammaire qu’ils ne comprennent pas, qu’ils appliquent sans plus savoir pourquoi, qui est en fait une conséquence de que l’on pourrait appeler "le libéralisme linguistique".


  • #316945

    On enseigne l’anglais aux petits dès la maternelle. Dans la classe de mon fils( ce2) c’est une hécatombe , meilleure note hier .. 4 sur 20. Du coup les petits détestent le cours d’anglais , vraiment contre-productif comme système , et un après-midi perdu pour rien.

     

    • #317078

      J’ai vu un reportage il y a quelques années : un professeur d’Anglais en 6ème se plaignait d’être obligé de faire des cours de grammaire française pour pouvoir expliquer des notions grammaticales anglaises...
      Pour aller plus loin, j’ai entendu dire que les directives de l’EN sont d’expliciter un point de grammaire lorsqu’il se présente, au détour d’un texte étudié ! Heureusement que certains enseignants (de l’"ancienne génération", il faut le dire) prévoient dans leur emploi du temps des heures de grammaire française, mais ils se font de plus en plus rares...


  • Il est reconnu que même si la langue Anglaise est la plus utilisé au États-Unis elle n’est en aucun cas définie comme la langue officiel pourtant :

    Souvenir de mes cours d’histoire ou le prof révéla qu’à une certaine époque (XVIIIe siècle), les Colombs du nouveau monde concernant le choix de la langue officiel entre l’Anglais et le Français, avaient votés en faveur de l’Anglais à 1 voix de plus créant la surprise même durant les résultats, et l’on évoqua rapidement une corruption de certains votants...

    En tout cas si les États-Unis avaient adopté le Français (de notre point de vue en se basant sur l’idée que la langue employé modifie la perception et la structure de pensée) cela aurait probablement crée un monde totalement différent de celui que l’on connait.

     

    • #317536

      Et si Napoléon n’avait pas vendu la Louisiane aux US ! pensez un peu : jamais les USA n’auraient dépassé le Mississipi. Le mexique serait encore aussi grand qu’à l’époque ! et ou bien il y aurait un grand état francophone dans l’ouest, ou bien les anglais l’auraient conquis comme ils ont conquis le canada, eh bien ce serait un second Canada, même résultat : les USA deux fois moins grands, ne seraient jamais devenus une hyper-puissance.
      Saleté de Napoléon !
      (et en plus vendu aux banques comme l’a montré henri Guillemin)


  • #317145
    le 30/01/2013 par LaRépublique
    La résistance au mondialisme par le français

    « En effet Seber, les québécois parlent globalement mieux anglais que nous et défendent mieux le français malgré tout. Ce n’est pas incompatible. »

    En effet moi-même je suis français diplomé en anglais, et je suis navré de voir que les plus gros soumis et les plus gros wannabe sont des français qui parlent anglais comme une vache espagnole...

    Cessons d’utiliser des pseudo à consonnance anglaise, surtout sur un forum purement francophone et ce sera un début !

    Un tiers des personnes ayant posté utilisent l’anglais dans leur pseudo... Remplacez votre pseudo par quelquechose de plus francophone, il en va de la résistance à l’empire ! Francky, Bob the spounge, Bearcat, Guy, Walker....Allez les gars un petit effort d’insoumission !

     

    • #317300

      mais Guy c’est français ! tiens Guy Bedos...ah non mauvais exemple

      Pour rebondir sur les québécois, ils ont un meilleur accent mais le niveau d’anglais est médiocre. Je vis la bas depuis 10 ans. Mais bon, le problème c’est le niveau abyssal du français écrit, j’enseigne et je sais de quoi je parle.


    • #317334

      Bonsoir et merci pour cette demande que je soutiens à 100% !
      juste une précision (puisque je fais partie de votre liste) : mon pseudo = 3 premières lettres de mon prénom + 3 premières lettres de mon patronyme + mon n° de département... En aucun cas, il ne s’agit d’un terme anglais (c’est vrai qu’on pourrait le penser = chabeille ?) ; cela ne m’est même pas venu à l’esprit...


    • #317505
      le 30/01/2013 par lecridupeuple
      La résistance au mondialisme par le français

      @Edgar

      Si vous voulez rencontrer des membres de ER au Québec, jetez un œil à mon pseudo


    • Il y en a pour qui l’héritage français est fort inconnu : Guy, c’est en l’honneur d’un certain Maupassant..


  • #318209
    le 31/01/2013 par Marc Beaufrère
    La résistance au mondialisme par le français

    Concernant la place du français en Afrique, et pour répondre à des commentaires, vous pouvez consulter les rapports de l’OIF de 2006-07 et 2010, fruits d’un travail d’étude titanesque : recueil de données sur le terrain, établissement du nombre de francophones par pays, analyse. D’un rapport à l’autre, on se rend compte de l’importante progression du français.
    Sur le rapport de 2010 :
    - retrouvez l’intégralité du rapport ici.
    - un résumé ici

    Selon des études prospectives mises en avant par Alexandre Wolff, le nombre total de francophones en 2050 devrait s’établir à environ 700 millions de personnes (contre 220 millions en 2010) si les dynamiques restent les mêmes, dont 500 millions en Afrique. Voir ici notamment.


  • #318794

    Quand l’Europe de l’absolutisme aristocratique de cour parlait français, les peuples mourraient de faim, alors que Catherine II parlait de métaphysique dans la langue de Molière, mais pourquoi ne jamais parler de cet Empire là ?... quand Bonaparte imposait le "Code Civil" de 1804 à toute l’Europe, pourquoi ne jamais parler de cet Empire là ? celui de la France dans son immense hypocrisie (toujours d’ailleurs), qui se réclame des Lumières, alors que chacun sait que les protestants "anglo-saxons" sont à la base des Lumières (John LOCKE), et comme toujours à l’initiative des grandes avancées, la vielle France de castes et d’aristocrates rechignent au nom de son orgueil et de sa frilosité n’invente rien

     

    • #320551
      le 02/02/2013 par LaRépublique
      La résistance au mondialisme par le français

      Les anglais sont tellement représentatifs des lumières qu’ils n’ont aboli l’esclavage que 50 ans plus tard que la France et qu’ils ont tenté de soumettre les états-unis à la monarchie par la force !

      De plus à posteriori si Napoleon avait réussi à garder l’europe républicaine, celà aurait toujours été mieux que les monarchies bidons qui n’ont servi à rien puisqu’il a eu de nouvelles révolutions par la suite, notemment les révolutions européennes de 1848 !

      mais gardez votre reine je vous en pris


  • #319397

    Je ne suis pas du tout pour la francophonie, chaque peuple doit parler sa langue,
    de plus, le Français à été utilisé par la république pour détruire les langues régionales, donc détruire les identités régionales, comme l’anglais l’est aujourd’hui pour détruire les langues européennes, on peux aussi parler de tout ces mots avec deux "L" deux "m" etc.. qui, il me semble, ont été rajoutés volontairement pour facturer un peu plus à l’impression, plus de lettres rapportait plus d’argent.
    Je sais plus du tout où j’avais lu ça.
    Sinon, je déteste l’anglais viscéralement, langue de barbare, ne pas parler anglais aujourd’hui, fait passer pour ringard, raciste ethnocentré face aux "citoyens du monde", débile... sauf que je ne parle pas anglais parce que je le souhaite, comme tout le monde j’ai appris cette langue à l’école, mais rien ne me fascine dans le monde anglo-saxon.
    Regarder des séries en Anglais, lire des livres en anglais, appeler ses gosses avec des noms de séries, parler en anglais en France entre Français pour pavaner devant le "beauf", etc...
    c’est de la merde.

    Fuck l’Anglais :)


  • #320564
    le 02/02/2013 par LaRépublique
    La résistance au mondialisme par le français

    réponse à LOCKE

    « alors que chacun sait que les protestants "anglo-saxons" sont à la base des Lumières (John LOCKE), et comme toujours à l’initiative des grandes avancées »

    allez donc dire ça à la reine d’angleterre, au pays de l’ultralibéralisme banquier ou 10% des SDF on le baccalauréat, ou encore aux USA qui est le seul pays "occidental développé" à avoir les inégalités sociales pire que les pays du tiers monde !

    Si c’est ça vos "lumières" et vos "avancées", vous pouvez vous les garder. Moi je préfère Rousseau, Montesquieu, et Robespierre, et de loin


  • #324143

    La boite de Pandore est ouverte ... les méfaits de l abandon progressif du francais sont proprement incalculables, voulus depuis le Plan Marshall. Il faut citer ici le site de l AFRAV : www.francophonie-avenir.com
    et la série d ouvrages remarquables de Ch.X. Durand "La Manipulation mentale par la destruction des langues" ou la "guerre de velours". Les enjeux dépassent tout ce que l on peut imaginer, en particulier, la relation étroite entre le verbe et l identité, le verbe et le moi, le verbe et l inconscient. Si vous voulez détruire un peuple, détruisez sa langue. L infame Churchill a dit aussi : "L usage généralisé de la langue anglaise fera plus que la conquete de grands territoires". On voit le résultat.


  • #325724

    Quelqu’un a souligné dans les précédents commentaires que les idées des "lumières", le siècle des lumières, venaient en réalité d’Angleterre (John Locke), c’est tout à fait vrai.
    Au passage, Voltaire et tant d’autres penseurs de cette fournée étaient on ne peut plus anglophiles, de même, les entourages de Louis XV et Louis XVI était anglophiles, pire anglomanes. Autre précision touchant l’histoire, la vraie révolution ne fut pas la Révolution française, cette boucherie qui, en plus, nous fit perdre à cette époque quelques 30 ans sur les avancées de l’Angleterre, mais bien la Révolution anglaise ayant eut lieu exactement 100 ans avant la française : en 1689. Il faudrait un ouvrage entier pour faire la recension de tout ce qui est sorti d’Angleterre au moins depuis le XVIème siècle. Sur le plan matériel, industriel, économique et surtout financier on peut noter la création de la Banque d’Angleterre. Cette banque allait, au fil des siècles, instituer dans le monde la monnaie de crédit bancaire, et allait servir de modèle bancaire au monde entier, et nous nous débattons encore aujourd’hui dans cet écheveau financier délétère et mondialisé. Ces faits participèrent à l’influence anglo-saxonne s’exerçant sur nos mentalités. Les atteintes culturelles de cette influence sont parmis les plus graves et préoccupantes, car elles mettent à mal notre entendement et nos qualités propres à la pensée latine qui est si féconde et qui fut un extraordinaire creuset culturel créatif à plus d’un titre.

    J’insiste sur le fait, d’ailleurs très enrichissant, qu’apprendre une autre langue que le l’Anglais est une manière créative de défendre le Français et de se défendre contre le mondialisme. Dans mon cas ce fut l’Espagnol et je ne peux que m’en réjouir, et à plus d’un titre.

    Au sujet de l’influence anglo-saxonne, je voudrais souligner un point, une concomitance très révélatrice du -soubassement- de la démocratie "moderne" de la plus grande portée dans le monde contemporain et ses contradictions insupportables et insurmontables. C’est une concomitance jamais trouvée, ni étudiée que je sache, par les historiens (y compris, sauf erreur, les historiens marxistes) qui est la suivante. L’Angleterre, qui est le tout premier pays de l’ère moderne à avoir instauré chez elle la démocratie politique, put se payer la démocratie politique en très grande partie grâce à la richesse que lui rapportait son empire colonial alors en plein expansion (rappel : l’empire colonial britannique = 33 millions de km², l’empire colonial français = 11 millions de km², soit trois fois moins) ; en effet, il fut un temps où les empires coloniaux rapportaient des richesses aux puissances colonisatrices, mais, par la suite, progressivement, ces empires ont coutés de plus en plus cher. Mais ce fait historique que le pays qui instaura le premier la démocratie politique chez lui, put le faire en faisant -suer le burnous-, soit tout l’inverse de la démocratie, jette un regard cru et absolument décapant sur des contradictions majeures que véhiculent les prétentions démocratiques occidentales et leurs fantasmes calamiteux dans les réalités du monde contemporain à vouloir imposer (jusque par les armes) cette démocratie-là au monde entier...

    Enfin, voici une preuve de la vivacité et de la force d’une langue et de la mentalité qui va avec, c’est la façon toute naturelle et spontanée que les hispanophones ont d’hispaniser tout de suite et naturellement les nouveaux mots, en particulier les mots anglais (un exemple parmis tant d’autres : le mot football en espagnol est devenu tout de suite : fútbol, etc). On peut aussi souligner que dans les journaux de langue espagnole la proportion de mots anglais y est beaucoup plus faible que dans la presse française. C’est le cas par exemple dans la presse mexicaine. Pourtant le Mexique est un pays qui a quelques 3000 kms de frontière avec les USA avec des problèmes actuels abyssaux relativement à ce voisinnage agressif : par exemple : l’hyper violence du narcotrafic ayant sa base aux États-unis dont 12% de la population est "cliente" de la drogue, l’émigration clandestine en tous genre, etc, historiquement 40% du territoire mexicain a été littéralement volé au Mexique par les États-Unis durant la décennie 1840-1850. Quand les Mexicains émigrent, surtout dans le Sud et l’Ouest des États-Unis, ils n’ont pas complètement l’impression d’avoir émigré. Je crois que c’est Samuel Hunttington qui lança le concept de choc des cultures, argumentant et mentant par omission (ou inculture, ce qui est probable, venant d’un étatsunien) que les hispanos mettaient longtemps à s’intégrer quand ils émigrent aux États-Unis, mais il ne dit rien sur vol massif que les États-Unis ont commis vis à vis du Mexique au milieu du XIXème siècle...

    Ci-dessous, je recommande particulièrement cet article venant du site Prospérité et Partage et je recommande cet excellent site Prospérité et Partage dont le sujet est, en particulier, d’étudier et de proposer les possibilités et les faisabilités de réformes possibles et urgentes du système financier dont les méfaits ne sont plus à démontrer à présent.

    http://prosperite-et-partage.org/sp...

    Renaud

     

    • #325808

      Une rectification dans mon commentaire ci-dessus :
      il y a quelques 12 millions de consommateurs de drogue aux États-Unis et non 12% de la population (qui dépasse à présent les 300 millions).

      Renaud


  • Afficher les commentaires suivants