Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La solidarité palestinienne est-elle une zone occupée ?

par Gilad Atzmon, une traduction E&R

Une fois impliqué dans la solidarité palestinienne, il faut accepter que les Juifs, ainsi que leur souffrance, sont spéciaux ; les Juifs ne sont pas comme les autres, leur Holocauste ne ressemble à aucun autre génocide et l’antisémitisme est la forme de racisme la plus horrible que le monde ait jamais connu et ainsi de suite.

Mais quand il s’agit des Palestiniens, c’est le contraire qui devient le cas. Pour une raison ou pour une autre, nous sommes censés croire que les Palestiniens ne sont pas spéciaux du tout - ils sont comme tout le monde. Les Palestiniens ne sont pas soumis à un mouvement nationaliste juif raciste et expansionniste unique, au contraire, nous devons tous convenir que, tout comme les indiens et les Africains, le calvaire palestinien est le résultat du colonialisme ordinaire du 19ème siècle – simplement encore ce même apartheid barbant.

Ainsi, les Juifs, les sionistes et les Israéliens sont exceptionnels, comme personne d’autre, alors que les palestiniens sont toujours en quelque sorte, ordinaires, font toujours partie d’un plus grand récit politique, et sont toujours comme tout le monde. Leur souffrance n’est jamais due à la particularité du nationalisme juif, du racisme juif, ou même de l’AIPAC qui domine la politique étrangère américaine ; ainsi, le Palestinien est toujours victime d’une dynamique terne et sans intérêt : générale, abstraite et totalement dépourvue de particularité.

Cela soulève de sérieuses questions.

Pouvez-vous penser à un autre mouvement de libération ou de solidarité qui se targue d’être ennuyeux, ordinaire et sans intérêt ? Pouvez-vous penser à un mouvement de solidarité qui rétrograde son sujet simplement en une exposition de plus dans un musée d’histoire d’événements matérialistes ? Je ne le crois pas ! Est-ce que les noirs sud-africains se considéraient comme étant comme tout le monde ? Est-ce que Martin Luther King croyait que ses frères et sœurs étaient intrinsèquement indiscernables ?

Je ne le pense pas. Alors comment se fait-il que la solidarité palestinienne a réussi à tomber si bas que leurs porte-parole et défenseurs se concurrencent les uns contre les autres pour voir qui peut le mieux éliminer la singularité de la lutte du peuple palestinien vers un simple rôle de tendances historiques générales tels que l’apartheid ou le colonialisme ?

La réponse est simple. La solidarité palestinienne est une zone occupée et, comme toutes les zones occupées elle doit se consacrer à la lutte contre « l’antisémitisme ». Unis avec dévouement contre le racisme, entièrement en prise avec les questions relatives au LGBT en Palestine et dans le mouvement lui-même, mais pour une raison ou une autre, le mouvement est presque indifférent à l’égard du sort de millions de Palestiniens vivant dans les camps de réfugiés ainsi que leur droit au retour dans leur patrie.

Mais tout cela peut changer. Les Palestiniens et leurs partisans pourraient commencer à voir leur cause pour ce qu’elle est, c’est-à-dire unique et distinctive. Cela n’a pas besoin non plus d’être tellement difficile. Après tout, si le nationalisme juif est par nature exceptionnel comme le proclament les sionistes, n’est-il pas naturel que les victimes d’une telle démarche raciste distinctive soient au moins, elles-mêmes, tout aussi distinctives ?

Jusqu’à présent, la solidarité avec la Palestine n’a pas réussi à libérer la Palestine, mais elle a réussi au-delà de ses rêves les plus fous à créer une industrie de solidarité avec la Palestine, et cette industrie est largement financée par les sionistes libéraux. Nous avons été très productifs dans le trimballage de militants à travers le monde afin de promouvoir le « boycott » et les « sanctions » pendant que le commerce entre Israël et la Grande-Bretagne est en plein essor et que l’Humus Tzabar est clairement apparent dans chaque épicerie britannique.

Toutes ces tentatives pour réduire le calvaire palestinien en un récit matérialiste généralisé, daté et sans intérêt doivent être exposées pour ce qu’elles sont : une tentative pour apaiser les sionistes libéraux. La souffrance des Palestiniens est en fait unique dans l’histoire, au moins aussi unique que le projet sioniste.

Hier, je suis tombé sur ceci du ministre sud-africain Ronnie Kasrils. Dans un commentaire sur l’apartheid israélien, il dit :

« C’est bien pire que l’apartheid. Les mesures israéliennes, la brutalité, font ressembler l’apartheid à un pique-nique. Nous n’avons jamais eu de Jets qui attaquaient nos cantons, nous n’avons jamais eu de sièges qui duraient mois après mois. Nous n’avons jamais eu de tanks qui détruisaient les maisons. »

Kasrils a totalement raison. C’est bien pire que l’apartheid et beaucoup plus sophistiqué que le colonialisme. Et pourquoi ? Parce que ce que les sionistes ont fait et font n’est ni un apartheid ni du colonialisme. L’apartheid voulait exploiter les Africains, Israël veut que les Palestiniens s’en aillent. Le colonialisme est le remplacement d’une mère patrie par un État colonial. Israël n’a jamais eu de mère patrie, bien qu’elle puisse avoir eu quelques « mères patries de substitution ».

C’est maintenant le temps de regarder le calvaire unique du peuple palestinien. De même, il est maintenant temps de regarder les crimes sionistes à la lumière de la culture juive et de la politique identitaire.

Le mouvement de solidarité peut-il relever ce défi ? Sans doute, mais comme la Palestine, il faut d’abord, qu’il se libère lui-même.

Retrouvez Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Imaginez un seul instant qu’il y a 2700 ans (pour ceux qui ont lu "la controverse de sion" pour les autres courrez l acheter sur Kontre-Kulture) ce fusse les ancetres de Gilad Atzmom qui aient gagné au lieu des tarés de la secte levite... La nature du monde fusse changé... Qd on regare l histoire on s apercoit qu il en a toujours fallu de peu pour que le bien triomphe, alors aujourd hui posons nous la question :"Pourquoi est ce que - presque - toujours le mal qui gagne... ?" Qd ns aurons repondu à cette question, nous vaincrons...

     

    • #355305

      Les ancêtres de Gilad ont régulièrement eu le dessus.


    • Tu as raison francky et ce que l on remarque également c’est que parmi les divers mouvements religieux ou/et politiques , le but initial est systématiquement détourné par une partie de ceux ci à des fins de stratégies de domination, de soumission ou d’idéologie poussée à l extrême.
      Exemples : lévites autrefois et sionistes aujourd hui au sein du judaisme, frères musulmans et djihadistes au sein de l islam, Vatican 2 pour les catholiques, Hitler et les nazis pour les mouvements socialistes nationaux, Staline pour les cocos, etc


  • #355174
    le 12/03/2013 par Quenellier(prestige10)
    La solidarité palestinienne est-elle une zone occupée ?

    Article très intéressant et très instructif. A la question "es tu antisémite ?", je répondrai désormais "normalement non, mais je le suis devenu en voyant ce que israel fait au nom des juifs, et parce que les juifs eux mêmes ne combattent pas (ou pas assez, et surtout en france) cette idéologie ou cancer qu’est le sionisme" ...

     

    • Je dirais, tout goy censé qui s’instruit sur le talmud aurait tendance à le devenir, à moins d’apprécier d’être considéré comme un sous-homme esclavageable à souhait par le "peuple élu"

      Un jour ou l’autre, l’esclave aspire à tuer son maître pour se libérer de ses chaînes, si c’est ce qu’on nomme antisémitisme, j’adhère à 100%, et je pense qu’une grande majorité de l’humanité y aspire, du moins ceux qui ne sont pas aveuglé par le matérialisme poussé à outrance.

      Tot ou tard l’homme doit avoir un retour de baton pour les exactions dont il s’est rendu coupable, qu’il soit juif, chrétien, musulman, bouddhiste ou athée... c’est une loi universelle de ce bas monde, qu’on se proclame élu ou non


  • Dans les encyclopédies bien pensantes on nous dit que le judaisme est le père de deux religions : le christianisme et l’Islam, ce qui est exact ; les Palestiniens, qu’ils soient musulmans ou chrétiens , doivent toute leur "spiritualité" aux Juifs : comment voudriez vous que leur destin soient autre chose qu’une soumission totale, de leur naissance à leur mort, à Israel, en tant que peuple et en tant qu’Etat ? Kif pour les "Occidentaux" .


  • Avec un courage et une honnêteté remarquable Gilad Atzmon ose à chaque fois une exploration toujours plus en profondeur et sans cesse renouvelée du sionisme.


  • puis-je parler simplement d’émotion, sans exagération.
    Pour moi il est toujours question d’émotion quand il s’agit de l’intelligence au service de la vérité et de la justice.

    Salutations sincères.


  • Gilad a le talent d’avoir des visions toujours originales et fines...il "pousse le bouchon" encore plus loin, en quelque sorte, pour mettre en défaut l’idéologie racialiste d’israël et la placer devant un mur de contradictions...qu’elle ne se prive pourtant pas d’outrepasser !...israël, c’est toujours plus haut, toujours plus loin dans la manipulation et l’ignominie !


  • Je crois qu’ils faut qu’on cesse de parler de sémites en ce qui concerne les juifs et parler d’anti judaïsme comme on pourrait parler d’anti islam ou christianisme et ainsi nous mettrions fin à ce particularisme que les sionistes ont imposer.Car en employant des mots imposer qui n’ont que pour but de contrôler notre cerveau et de NS soumettre à la pensée unique donc chacun doit être vigilant à ne plus employer ce mot antisémitisme ce qui renvoi à une race supposer alors qu’il s’agit de ne critiquer que les idées talmodo -sionniste et ils leurs est insupportable à ces judéo sionistes de se voir mettre face à leurs crimes, leurs mensonges ,leurs manipulations ,leurs pressions incessantes,leurs persécutions si voyantes maintenant avec tous ceux qui ne sont pas d’accords avec leur idéologie que leurs seule et pitoyable accusation c’est le recour systématique au chantage de l’antisémitisme !!alors qu’ils ne sont même pas les vrais sémites on pourrait même dires que ce sont eux les antisémites car quand on voit la haine qui se dégage de tous ces sites communautariste judaïste contre les musulmans surtout arabes alors oui l’accusation peut légitimement leur être retourner !!!


  • #355657

    Il faut être optimiste : on sait plus de choses que dans les années 90 ou au début des années 2000. On parle de plus en plus. Grâce en soit rendue à internet.

    Et même pour ce qui est de la fermeture d’internet, là aussi il faut rester optimiste. Si Valls ferme internet : il touchera peut-être la "réacosphère" mais ça finira également par toucher des sites apolitiques...ça pourrait même toucher des intérêts qu’il ne faut pas toucher. Beaucoup de gays (par sincérité ou sensiblerie feinte) sont plutôt pro-palestiniens et s’ils veulent l’exprimer sur leurs forums...le gouvernement devra s’attaquer aux sites internet gays et donc tendre le flanc au risque de voir les homos leur jeter l’anathème & reporter leur vote aux prochaines élections.

    Néanmoins, au cas où notre cher ministre de la justice, si intimement lié par sa femme à Israhell, verrouille le web ; on gagnerait à briser la barrière du virtuel (d’ailleurs Drac dit qu’il est vital de se regrouper entre personnes qui partagent certaines idées communes et San Giorgio encourage la constitution de réseaux forts). Ce serait une bonne chose qu’E&R organise des "apéro-E&R" (je ne sais pas si ça existe déjà)...enfin je dis ça, quand Soral et consort organise(nt) une conférence, c’est déjà un peu une sorte de "rencontre dans le réel" pour beaucoup de militants ou sympathisants.