Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La vente d’armes chinoises à Ankara suscite des craintes au sein de l’OTAN

Par la rédaction d’E&R

La récente décision de la Turquie de se fournir en équipements militaires chinois inquiète les États-Unis.

Deuxième armée en effectifs de l’OTAN après l’armée états-unienne, la Turquie est traditionnellement une bonne cliente des industries de l’armement US.

Or, le 23 octobre dernier, le Premier ministre Erdogan a a confirmé sa décision d’associer son pays avec la société chinoise China Precision Machinery Import and Export Corp (CPMIEC), pour la fabrication d’un système de défense antimissile (appelé FD-2000 pour l’exportation et HQ-9 par l’armée chinoise, photo ci-dessus).

Stupeur et colère de Washington qui non seulement, voit son fidèle supplétif dans la région rompre la tradition d’acheter aux partenaires du Pentagone, mais en plus à une société chinoise visée par des sanctions pour violation du Nonproliferation Act à l’encontre du trio : Iran, Corée du Nord et Syrie.

La CPMIEC a remporté ce contrat d’une valeur de 3,5 milliards de dollars, au grand dam des produits proposés par ses concurrents : le Patriot Advanced Capability-3 de Raytheon et Lockeed Martin, le S-400 du russe Rosoboronexport et le SAMP/T du franco-italien Eurosam GIE.

Le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a rappellé à son allié l’importance de l’interopérabilité des matériels entre membres de l’alliance :

« Du point de vue de l’OTAN, il est de la plus grande importance que les systèmes qu’un pays de l’Alliance souhaite acheter puissent fonctionner de concert avec des systèmes similaires présents dans d’autres pays de l’Alliance. Je suis sûr que la Turquie est consciente de cette position de l’OTAN... et qu’elle en tiendra compte avant de prendre sa décision finale. »

Un porte-parole du département de la Défense a avertit Ankara en ces termes :

« Nous avons transmis au gouvernement turc nos sérieuses préoccupations au sujet des pourparlers qu’il mène avec une société sanctionnée par les États-Unis pour un système de défense antimissile qui ne sera pas compatible avec les systèmes de l’OTAN ».

Des remarques que Pékin a jugées « déraisonnables et inutiles » et que Recep Tayyip Erdogan n’a pas apprécié, soulignant « que personne n’a le droit d’intervenir dans les décisions indépendantes » de la Turquie.

Le complexe militaro-industriel états-unien, via la société Sikorsky Aircraft Corporation (filiale du conglomérat United Technologies et fabricant du Black Hawk), a cependant remporté l’appel d’offre d’Ankara pour la livraison en 2018 de 109 hélicoptères de combats, pour un montant, lui aussi, de 3,5 milliards de dollars.

C’est la première fois qu’un pays membre de l’OTAN conclut un contrat militaire, aussi important et avec transfert de technologie, avec la Chine. Une attitude qui ne manquera pas de susciter l’intérêt de la Russie et de l’Iran et de produire des effets au sein du pouvoir turc : Washington ne toléra pas que cet allié lui file graduellement entre les doigts.

Aller plus loin, avec Kontre Kulture :

Sur la naissance d’un monde multipolaire, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il faut savoir que la Turquie devient un acteur de la conception et de la fabrication d’armes et matériels militaires de tous types. Elle commercialise une gamme complète de blindés lourds et légers ; conçus avec l’aide des sud-coréens et des allemands.
    Ces deux pays sont proches des USA !
    Les américains étaient donc parfaitement au courant des véléités d’indépendance des turcs.
    Qu’ils ne jouent pas les étonnés !!


  • Ils ont acheté Chinois pour acheter moins cher, les Chinois copiant les matériels occidentaux n’engagent pas beaucoup de frais de recherche-développement ...

     

    • Idée qui commence à être preconçue. La Chine "produit" environ 700 000 ingenieur par an, quand les USA en produient tout "juste" 350 000...
      Si cela etait exacte il y a 10 ans et est encore vrai aujourd hui pour des technologies de pointe (cela ne le sera plus dans 5 à 10 ans) il n est plus rien dans le materiel classique militaire ou la Chine conçoit et produit ses propres appareils...


    • ça fait 25 ans, au moins, que l’Occident opère des transferts de technologie vers la Chine. Forcément, à la longue, ces derniers finissent par se spécialiser....


    • Entre la spécialisation et la copie améliorée d’un côté et la véritable innovation d’un autre côté il y a un pas que les puissances émergentes n’ont pas encore franchi. C’est la la nuance entre "innovation incrémentale" (ce que l’on fait quand on améliore petit à petit un processus comme dans les grands bureaux d’étude des industriels par exemple) et "innovation réelle" (invention révolutionnaire d’un nouveau procédé ou d’un nouveau mode d’organisation totalement nouveau) . J’ai été ingénieur études et développement dans des grands bureaux d’étude : ce que l’on y faisait était très complexe mais ne relevait en rien de la véritable innovation. La véritable innovation est le fait de petits génies assez combatifs pour imposer petit à petit leurs idées, ces gens ne sont en général pas reconnus dans les grands groupes, ils montent leur propre petite structure.
      Les Chinois, les Indiens ne font pas encore de la vraie innovation (c’est ce que disent en tout cas nombre d’ingénieurs européens que je connais travaillant avec eux) et sont encore loin du niveau des occidentaux dans bien des domaines, contrairement à ce que l’on entend partout dans les médias. Par contre leur nombre et leur volonté leur permet de nous surprendre par des production en volume très impressionnants. Néanmoins il n’y a pas encore de Silicon Valley révolutionnant le numérique en Inde, ou de James Watt améliorant la machine à vapeur, ou d’Edison, ou de Louis Pasteur en Chine, ni de frères Lumière,... Les dépôts de brevet ne veulent pas tout dire, car on peut déposer plein de brevets sur des petites "innovations incrémentales" non révolutionnaires techniquement (mais intéressantes).


  • Si un certain nombre de pays complices des Américains commencent à retourner leur veste en même temps, c’est probablement qu’en haut, le feu vert a été donné et que le compte à rebours à commencer.

     

  • A jouer au con , Erdogan va attraper un cancer bientôt , surtout si les chinois se font payer en Euros .


  • Surement une réaction des turcs a l’annonce US de leur supprimer des aides. Veulent quoi les ricains, le beurre et l’argent du beurre ?


  • On connait tous la qualité des produits Chinois, je pense qu’il n’y rien à craindre !

     

    • @quenelle 160

      ah ah ah excellent j’y ai pense tout de suite. :0D


    • Bonjour,

      Pour avoir vécu un peu de temps en Chine, je peux dire que les chinois sont capables de tout faire et de produire toutes les gammes de qualité. La médiocrité des produits chinois vendus en France est surtout due à l’avarie des importateurs qui veulent réaliser de grosses marges, et de ce fait commandent toujours les produits les moins chers (et donc de moindre qualité) pour les vendre le plus cher possible. C’est comme ça que les importateurs ont tué l’industrie en France. Maintenant qu’ils (les importateurs : Carrefour, Decathlon...) ont le monopole ils peuvent nous vendre de la m..de au prix fort !!


  • La Turquie est un Vassal de l’Empire !
    Contrairement à ce que la Turquie veut nous faire croire, elle n’est pas une future grande puissance industrielle, ce n’est qu’un Maroc puissance 10 !
    La Turquie est en déficit commercial, donc elle importe plus qu’elle n’exporte !
    Elle a besoin de l’Empire pour financer ses importations ou de la Chine !
    La Turquie sera toujours un vassal donc..
    Erdogan a essayé de créer un mini-empire, mais il a échoué : Morsi a dégagé, Ennadah degagera bientôt et Assad restera au pouvoir !
    Erdogan cherche a sauver sa tête car son paln a échoué et l’Empire déteste les perdants !

     

    • Chaton, vas t’instruire avant de balancer tes messages simplistes. Tout pays en developpement importe plus qu’elle n’exporte. De plus 70% des importations Turques vont à l’Investissement productif !!!
      Elle a une economie bien plus diversifié de reseau de PME PMI qu’en France.
      Elle n’a surtout rien à envier à la France du point de vue soumission. Elle n’est pas dirigé par des ministres comme : Fabius, Vals, Moscovici, Peillon,...


  • La ruse vous connaissez ?


  • j’ai l’impression que tous les commentateurs ont ratés le VRAI SUJET !
    Qu’importe la qualité et la technologie des armes chinoises !
    Ce qui est interessant c’est que le gouvernement turc, n’est pas achetait américain ou européen... Non Erdogan devait avoir une grand-mère qui a du lui dire ce vieu proverbe ;
    « ne m’est pas tout t’es oeufs dans le même panier ».
    Saviez-vous que les USA peuvent neutraliser les armes vendues à des pays tiers, lorsque l’usage de ceci va à l’encontre des interets des usa ?
    Ce que je comprends c’est que Erdogan se prépare à toute éventualité !
    De plus comme l’a écrit "zztop", la turquie produit déjà beaucoup d’arme, fusil d’assaut, chars, hélicoptère et même des drones !
    Je rentrerais pas dans des spéculations concernant les invesstissements éffectuer par la chine et la turquie en afrique... Mais ils se tirent la bourre "quand même"
    Mais peut etre faut-il avoir plusieurs allié de taille que UN ?