Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Laïcité, laïcisme et chrétienté

Depuis la Révolution française, le principe de laïcité est devenu un des piliers de nos institutions républicaines. Il garantit l’indépendance des pouvoirs politiques vis-à-vis d’une quelconque religion.

Ce principe, consacré par l’article premier de la Constitution du 4 octobre 1958, permet donc d’établir la non-discrimination et l’égalité du citoyen devant la loi. La laïcité a pour corolaire le principe de neutralité de l’administration publique. Cette dernière ne peut en aucun cas servir de manière différente les administrés eu égard à leurs croyances religieuses ou cultuelles.

Par ailleurs, nul ne pourrait se prévaloir d’une quelconque obédience à un groupe religieux afin de bénéficier de la part des institutions publiques d’un régime dérogatoire.

La laïcité a le mérite d’avoir mis un terme aux conflits de religion qui divisaient le pays et d’assurer une paix sociale entre les communautés.

Comme le rappelle le même article premier, la République respecte toutes les croyances. En effet, en évacuant tout caractère religieux de la vie publique, la République reconnait et respecte les pratiques religieuses dans la vie privée. Elle se doit de garder une distance afin d’éviter tout parti-pris qui privilégierait ou discréditerait une quelconque religion.

  Malheureusement, depuis quelques décennies, le principe de laïcité a connu quelques dérives qui, paradoxalement, relèvent parfois du dogme religieux. Il est souvent évoqué à tort pour discréditer toute manifestation religieuse sur notre territoire. Il a cédé la place à un laïcisme, à savoir, une idéologie mâtinée d’anticléricalisme, qui vise à imposer une vie sans culte et sans valeur sacrée, et ce même dans la vie privée du citoyen. Ainsi est tournée en dérision ou à la caricature chaque croyance religieuse privée. Reconnaitre sa foi catholique relève parfois de l’aveu qui expose le malheureux croyant à l’accusation d’obscurantisme.  

Ce laïcisme, largement partagé dans notre société, nie tout héritage chrétien de notre culture durant deux millénaires. On s’indignerait que l’Eglise invite le Préfet, représentant de l’État, lors d’une ordination épiscopale ou que le Président de la République et les membres du Gouvernement assistent à la cérémonie religieuse lors des funérailles d’un grand homme d’État.

  Comment lire l’Agneau de François Mauriac ou apprécier les premières chansons de Brel si l’on refuse toute référence catholique ? La chrétienté, n’a-t-elle pas imprégné notre littérature et nos arts depuis des siècles ? Les élèves de la Nation perdent peu à peu des références dans le domaine de la culture et de la langue française, ce qui leur assurait un enracinement et une adhésion à des valeurs communes. Dorénavant, l’Éducation nationale vise avant tout à développer une pseudo-adaptabilité des élèves à la concurrence mondialisée. Les savoir-faire intermédiaires, comme les nouvelles technologies, priment sur les connaissances de base.

  De la même manière, toute critique laïciste des religions fait surtout le jeu de la société de consommation. Cette dernière entend évacuer toute transcendance pour ne prôner que la licence absolue et la satisfaction des désirs immédiats souvent au mépris d’autrui. Une religion chrétienne ou autre, qui prône l’humilité, la pondération, le travail et le devoir ne peut constituer qu’une entrave à la société mondialisée de la marchandise et de la finance.

En conclusion, le principe de laïcité, tant qu’il vise l’égalité entre les différentes communautés, ne peut pas en soi être critiquable. Il le devient lorsqu’il se mue en une idéologie bêtement antireligieuse qui nie l’héritage chrétien de notre culture, pour finalement n’être plus qu’au service de la société marchande.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #14710
    le 12/05/2011 par anonyme
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    Dans un système laïque, c’est l’homme qui détermine les règles qu’il s’applique à lui-même. Et de ce point de vue, j’aimerais citer Michel Drac, qui explique très bien les méfaits de cette doctrine, loin de toute démagogie :
    "Nous sommes une civilisation malade. Nous avons détruit la conscience en anéantissant les cadres religieux qui interposaient des limites, des barrières, entre nous et nos fantasmes de toute-puissance. Nous sommes sortis de la religion, puis nous avons laissé tomber nos idéologies, qui étaient des formes religieuses dégénérées. A présent, nous sommes dans les ténèbres, mais nous ne le savons pas. Nous avançons tels des somnambules, ou plutôt tels des morts vivants, des robots, des créatures programmées par une obsession qui les commande pour leur perte. De la disparition de toute référence à une extériorité transcendante, de l’émergence d’une sorte de projection de nous-mêmes comme point de référence à notre course, est sortie une vision du monde pathologique. Celle d’un Jacques Attali, qui nous présente comme « l’idéal judéo-grec » la double négation de la conscience juive du péché et de la conscience grecque de la nature. Véritablement, c’est une maladie dégénérative."

    http://www.scriptoblog.com/index.ph...


  • #14714
    le 12/05/2011 par Vincent
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    Dans l’ensemble, je suis d’accord avec ce texte sur les dérives laïcises. Doit-on rappeler que durant la III République, ils ont poussé le concept jusqu’à interdire aux religieux de se balader en soutane et que les contrevenants étaient redevable d’une amende.
    .
    Je m’oppose aux raisons que vous invoquez pour justifier la laïcité :
    .
    "...le principe de laïcité .... Il garantit l’indépendance des pouvoirs politiques vis-à-vis d’une quelconque religion. "
    .
    ==> Non, la laïcité ne garantit pas l’indépendance des pouvoirs politiques vis-à-vis des religions. L’ élus étant très souvent clientéliste, si la clientèle se trouve au sein d’un groupe religieux, il ira la chercher ... 1ère erreur !
    .
    " Ce principe, consacré par l’article premier de la Constitution du 4 octobre 1958, permet donc d’établir la non-discrimination et l’égalité du citoyen devant la loi. "
    .
    ==> Non, la laïcité ne permet pas d’établir l’égalité et la non-discrimination devant la loi. Ca ce sont des paroles de bisounours qui démontrent une profonde méconnaissance ou une hypocrisie débordante.
    .
    La raison d’être de la laïcité fut de détruire la puissance catholique en France. C’est uniquement dans ce but qu’elle fut inventer. Réduite au champ privée, la religion catholique ne pouvait plus intervenir dans les débats politiques ; les autres pouvoirs ( économiques, militaires, sectes francs-maçonnes, etc ..) s’en trouvèrent grandis. Les autres explications ne sont que du babillage et de l’enfumage de masse. La laïcité, c’est le début du libéralisme et de l’individualisme poussé à l’extrême. C’est une pensée racine qui permis petit à petit la destruction de la France. (WW1/WW2)
    .
    La laïcité est une arnaque intellectuelle destinée à tromper les 80% de gens qui ne poussent pas la réflexion plus loin que le bout de leur nez. Pourquoi ? Parce que le statut de " religion " est soigneusement délivré par la secte des francs-maçons qui sont dans les institutions et qui diffusent leurs dogmes au sein des temples. La laïcité s’est imposée aux prix d’immense atrocités, des holocaustes considérables contre les Français, comme dans de nombreux endroit ou se sont imposés des républiques.
    .
    Loin d’être un concept "cotonneux" et rassembleur, la laïcité est un concept qui châtre et qui brutalise les êtres. Sans statuer sur le bien ou le mal au sujet de la laïcité, il faut juste savoir que c’est parfois très violent à appliquer.

     

    • #15088
      le 14/05/2011 par coluche
      Laïcité, laïcisme et chrétienté

      Non, la laïcité ne permet pas d’établir l’égalité et la non-discrimination devant la loi.

      En effet, reléguer la religions dans la sphère privée revient à interdire la pratique effective des religions exotériques (comme le christianisme) et n’autoriser que la pratique des religions ésotériques (comme la Franc-Maçonnerie).


  • #14752
    le 12/05/2011 par fabrice
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    Il garantit l’indépendance des pouvoirs politiques vis-à-vis d’une quelconque religion .
    ok.. Au profit des multi-nationales, car la politique depends de leur pognon.
    La laicite, une grosse merde en paquet cadeau...


  • #14759

    Merci pour cet article qui permet de lancer un débat absolument central

    La différence entre "Laïcité" et Laïcisme" est factice.

    La laïcité est fondamentalement anti-religieuse, c’est son essence même.
    Historiquement, elle est apparu en France avec UN seul objectif :
    La destruction du catholicisme.
    Son bras armé : La Franc-maçonnerie.

    La France est né avec le baptême de Clovis en 496, qui représente le baptême de la France.
    La seule question est :
    La France est-elle fidèle aux promesses de son Baptême ?

    Depuis la révolution de 1789, il est clair que non.
    Soit elle fait son repentir, et elle sera sauvé si Dieu le veut.
    Soit elle continue à être infidèle, et elle disparaîtra.

     

    • #14778
      le 12/05/2011 par Vincent
      Laïcité, laïcisme et chrétienté

      Exact ! On peut même parler de judéo-maçonnerie. En voici encore une preuve :
      "Reims : le Notre Père interdit dans la cathédrale ! jeudi 12 mai 2011 , par Garde Suisse
      .
      Le maire socialiste ( j’ai une pensée à ce moment du texte pour le lapsus du collectionneur de montres qui, à la place de parti socialiste, a dit " parti sioniste " !!!!) de Reims a interdit le Notre Père dans la cathédrale pour son huitième centenaire ! Pourquoi l’archevêque n’a-t-il pas préféré annuler ou ne pas participer à la cérémonie ?
      .
      Selon l’adjoint au maire à la Culture de Reims, ====> Jacques Cohen <=====, « on a du se battre avec l’archevêque (Mgr Thierry Jordan, ndlr) pour que le Notre Père ne soit ni chanté ni récité » lors de la cérémonie du huit-centenaire de la cathédrale de Reims. « Nous (l’équipe du maire socialiste Adeline Hazan, ndlr) sommes des laïques ». Ils ont finalement obtenu gain de cause. Et si l’Ave Maria a été toléré, c’est parce que la cathédrale s’appelle Notre-Dame… « Il a fallu négocier, ça s’est passé directement entre le cabinet du maire et l’archevêque. Ça n’a pas été simple » a confié en marge de la cérémonie l’évêque auxiliaire Mgr Joseph Boishu…
      .
      L’archevêque Mgr Thierry Jordan avait aussi demandé à ce qu’il n’y ait pas d’applaudissement dans la cathédrale, sauf après le Te Deum. L’assistance a applaudi à chaque intervention du maire et du préfet… Et lors de l’Ave Maria, le successeur des apôtres a dû insister pour que l’assistance se lève "
      voir : http://www.actionfrancaise.net/craf...


    • #15084
      le 14/05/2011 par coluche
      Laïcité, laïcisme et chrétienté

      Ils sont laïques, mais terrorisés par un notre père : à mon avis, certains n’ont pas la conscience tranquilles...


    • #125917

      Monseigneur Jordan est un franc-mac de la pire espèce


  • #14783
    le 12/05/2011 par antoine donati
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    La laïcité républicaine est la plus grande hypocrisie de l’histoire ! car sous pretexte de dénoncer les guerres engendrés par l’instrumentalisation et le détournement politique du religieux, elle ne dénonce pour autant jamais l’immanence politique elle même, et sa quéte autant illusoire que suicidaire d’un "paradis" terrestre et matériel absolu, ne pouvant engendrer que guerres et pillages !

    Historiquement tout ce que la politique touche elle le transforme inéluctablement en instrument de division, de guerre puis de rejet ! que ce soit au travers de l’instrumentalisation et du détournement politique des valeurs chrétiennes de partage et d’amour du prochain (révolution française puis communisme) qu’au travers du détournement politique de l’identité traditionnel et culturelle des peuples (culte exacerbé de la patrie de 1789, puis nationalisme)

    la récupération et le détournement politique des valeurs de liberté, de partage, d’amour du prochain, ainsi que le détournement politique de nos identités traditionnelles et culturelles, à toujours été le terreau propice au mondialisme et vice et versa..

    la politique tout comme la Cité dont elle gére la révolte contre le réel, est une hydre à plusieurs têtes servant toujours le même maître et la même finalité..


  • #14784
    le 12/05/2011 par antoine donati
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    tu parles d’une laïcité ! laïcité hypocrite et fausse ! ça oui !

    En france la politique s’est séparé du religieux qu’elle détourna et instrumentalisa à son seul profit durant des siècles, pour finalement mettre en place une forme de religiosité inversé techno-scientifique libre et non entravé par des principes moraux ou ethiques (positivisme), et totalement adapté aux besoins expansionistes de ces grandes prostitués que sont les sociétés établis sur le modéle de la Cité.


  • #14787
    le 12/05/2011 par Vidocq
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    N’est ce pas Satan qui disait a Adam et Eve que lorsqu’ils auront croque la pomme, le fruit de la connaissance (de la science ?), ils seraient des dieux.

    Pour ceux qui en doute encore, voyez les pubs qui font reference a la "pseudo divinite" du consommateur : parfum nomme "Idole", rasoir qui "reveille la deesse qui est en vous" etc etc

    Le seul vrai peche de l’Homme c’est oublier que Dieu le voit, et par cet oubli l’Homme nie Dieu.

    Tout le reste peut lui etre pardonne, si Dieu le veut.

    Le seul point positif de la laicite, selon moi, est l’articulation de relations entre les citoyens croyants et non croyants par l’intermediaire de l’Etat.

     

    • #15011
      le 13/05/2011 par seber
      Laïcité, laïcisme et chrétienté

      Ou "Science sans conscience n’est que ruine de l’âme". Rien de nouveau sous le soleil d’Horus.

      Léonard de Vinci ne disait pas autre chose. Inventeur, scientifique mais croyant. Je ne pense pas que les plus grands génies de l’Histoire aient remis sérieusement en cause la nature ou "l’existence" de Dieu.

      Le satanisme n’est que la science dépouillée de sa moitié divine.


  • #14845
    le 12/05/2011 par crisis
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    Un autre article pas mal :
    "Laïcisation, athéisme et consumérisme : d’un culte à un autre." (Vincent Vauclin)
    http://www.alterinfo.net/Laicisatio...

     

  • #15062
    le 13/05/2011 par Platonicien
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    Comme l’on déjà expliqué des commentaires précédents, la thèse soutenue par cet article, à savoir que "depuis quelques décennies, le principe de laïcité a connu quelques dérives" qui l’ont transformé en "laïcisme" est historiquement fausse.

    La laïcité est une invention républicaine fondamentalement anti-catholique ; il suffit d’étudier un peu la Révolution mais surtout la IIIe République de Ferry pour s’en rendre compte. Depuis le début son inspiration maçonnique la pousse à oeuvrer à la destruction complète de ce qui avait été lentement et patiemment édifié au cours des âges depuis la christianisation de l’Europe.

    De quoi provient l’état misérable de l’Eglise de France sinon de la laïcité (corollaire politique de la déchristianisation) ?


  • #16408
    le 20/05/2011 par Louis de Quentin
    Laïcité, laïcisme et chrétienté

    "La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public."
    (Article Premier de la loi de 1905)
    Autrement dit, il n’est pas question de cantonner la religion dans l’exercice solitaire d’un culte ou d’un petit groupe dans une sphère privée : seul "l’ordre public" (notion très souple !) constitue une limite.
    Ne pas oublier aussi que la religion se définit comme l’appartenance à un ordre, donc à un groupe.

     

    • #17969
      le 25/05/2011 par Vincent
      Laïcité, laïcisme et chrétienté

      La république n’a jamais assuré la liberté de conscience puisqu’elle l’a constamment attaqué ( voir les différentes lois et propositions de lois anti-cléricales ) . C’est l’Eglise catholique qui s’est chargée de protéger la spiritualité de chacun, et ce, à toutes les époques. La république s’est toujours efforcée de détruire le spirituel. Aussi, il est futile d’écrire en gras comme pour mieux nous persuader avec des illusions ; les faits, les lois rédigées dans ce sens, sont là pour le démontrer.
      .
      Et puis, vous n’effacerez pas de nos mémoires l’holocauste des catholiques vendéens sur lequel repose cette République .