Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Congrès des États-Unis autorise le soutien aux "rebelles" en Syrie

Article publié dans le Huffington Post mercredi 17 septembre 2014 par Dennis Kucinich, ancien maire de Cleveland (États-Unis), membre du Parti démocrate et membre de la Chambre des représentants de 1997 à 2013.

 

8 raisons pour lesquelles le Congrès aurait dû voter non
au financement et à la formation des rebelles syriens

Par Dennis Kucinich

 

[Le jeudi 18 septembre 2014], le Congrès [a adopté] l’amendement McKeon, une législation dont les citoyens n’ont, pour la plupart, jamais entendu parler. Pourtant, les conséquences de ce vote sont graves : le financement des « rebelles » syriens va engendrer une nouvelle et plus vaste guerre au Moyen-Orient. Voici huit raisons pour lesquelles le Congrès [aurait dû] voter « Non » à l’amendement McKeon :

 

1. Il s’agit d’un gaspillage d’argent

Nous devrons assumer des dépenses estimées à 21 milliards de dollars sur trois ans. Le Pentagone prévoit de former 5 000 rebelles l’an prochain ce qui, à 1 million de dollars pour chaque combattant, pourrait coûter jusqu’à 15 milliards de dollars sur trois années de guerre. Le coût du maintien d’environ 2 000 soldats états-uniens en Irak dépassera les 6 milliards de dollars sur trois ans.

La dernière guerre en Irak a ajouté au moins 5 trillions de dollars au déficit structurel des États-Unis.

 

2. Les rebelles « modérés » n’existent pas

Écrivant sur la connexion entre l’Arabie saoudite et l’État Islamique (EI), l’historien Alastair Crooke a récemment décrit les insurgés « modérés » en Syrie comme étant « plus rares que la licorne des légendes ». Les « modérés » ont conclu un pacte de non-agression avec l’EI. Les « modérés » ont capturé un journaliste états-unien et l’ont vendu à l’EI, qui l’a décapité. L’Arabie saoudite qui, avec le Qatar, a financé les jihadistes en Syrie, propose désormais de « former » les rebelles. Le Congrès est prié d’avaler cette recette douteuse : les sponsors des jihadistes radicaux vont former des jihadistes « modérés ».

 

3. La vérité est que nous ne savons pas qui nous formons

Les soi-disant « rebelles » sont des mercenaires qui viennent de plus de 20 pays. Ils s’organisent et se réorganisent constamment en nouveaux groupes, qui offrent leur allégeance à quiconque les paye ou leur fournit des armes – et ce à tout moment. Les États-Unis ont fourni des armes au gouvernement irakien et aux rebelles syriens, qui ont fini dans les mains de l’EI. Par conséquent, l’US Air Force bombarde des Humvees et des véhicules blindés de transport de troupes achetés avec l’argent des contribuables états-uniens. L’EI a de grandes quantités d’armes de guerre et de munitions fabriquées aux États-Unis. Le Département du Trésor est-il devenu leur tirelire ?

 

4. Ceux qui vont recevoir de l’argent des États-Unis vont se retourner contre nous

Depuis que les États-Unis ont lancé leur guerre contre l’Irak en mars 2003, plus d’un million d’Irakiens innocents ont péri – c’est-à-dire 4 % de la population. Par ailleurs, plusieurs milliers de milliards de dollars de dégâts ont été provoqués. Les Irakiens ont été dépouillés de leurs maisons, de leurs emplois, de leurs relations sociales, ils ont été humiliés au-delà de l’imaginable, leur pays a été ruiné. C’est pourquoi les États-Unis ne peuvent pas s’attendre à trouver des amis en Irak.

 

5. Nos soldats seront menacés par les « rebelles » que nous formons, payons et équipons

Cette législation du Congrès, qui [permettra] de financer les « rebelles » en Syrie, prédit que les soldats états-uniens seront attaqués par ceux que nous formons. L’amendement McKeon, [que le Congrès a adopté], prévoit ce que l’on appelle des attaques « vert-sur-bleu », et exige que des rapports sur de telles attaques soient rédigés et que des statistiques soient conservées.

 

6. Le Congrès est maintenu dans l’obscurité

Personne n’avoue ce qu’est l’objectif final de cette politique. Est-ce la partition de l’Irak entre sunnites, chiites et Kurdes, afin d’aider les compagnies pétrolières occidentales à faire de plus rentables affaires avec les Kurdes ? Est-ce la partition de la Syrie entre sunnites, chiites et alaouites, incluant l’établissement d’un nouveau Califat sunnite à cheval sur l’Irak et la Syrie ? Et pourquoi l’administration [Obama] a-t-elle reconnu si tardivement la situation tragique des chrétiens, qui fuient progressivement la région à cause des attaques menées par des groupes que les Saoudiens et les Qataris financent ?

 

7. Une crise constitutionnelle est en marche

Les États-Unis ont déjà lancé une guerre sans l’autorisation du Congrès.

La Constitution exige que seul le Congrès puisse engager le pays dans un état de guerre. En l’absence d’une déclaration de guerre par le Congrès ou d’une attaque directe contre les États-Unis, le Président n’a pas le pouvoir de lancer le pays dans un conflit armé. Même le War Powers Act – dont la constitutionnalité est douteuse – établit une limite de 60 jours pour une action militaire non autorisée.

L’article I de la Constitution des États-Unis, qui a créé le Congrès, est aujourd’hui en lambeaux. Les rédacteurs de la Constitution étaient parfaitement conscients des potentiels abus de la puissance impériale. C’est pourquoi le Congrès a été créé par l’article I, en tant que premier parmi ses pairs vis-à-vis de l’Exécutif créé par l’article II. Quand un Président des États-Unis ne tient pas compte de l’impératif constitutionnel de respecter les interdictions de l’article I, ce Président viole le serment d’investiture à travers lequel il s’engage à « préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis ». Il s’expose donc à des risques de destitution pour un tel comportement.

 

8. Le Congrès fait les choses à l’envers

Le Congrès ne devrait pas voter pour financer une guerre qu’il n’a pas déclaré. Le Congrès doit d’abord voter pour autoriser la guerre avant de voter pour financer celle-ci.

Il est temps que le Congrès redéfinisse notre sécurité nationale, et qu’il prenne position afin de préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis. Le Congrès doit mettre un terme aux interventions illégales de l’administration [présidentielle] et aux abus des pouvoirs de guerre. Arrêtons de financer des interventions armées et des coups d’État. Le Congrès doit mettre un terme à la guerre permanente avant que son coût financier et social ne détruise notre nation. Le Congrès peut agir dès maintenant, en refusant des fonds et des armes à tout groupe ou toute nation qui ont été – ou qui sont encore – alliés avec l’EI, et avec les organisations qui l’ont précédé et qui lui succèderont. (…)

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il ne reste plus au Russe qu’a soutenir le gouvernement légitime. C’est probablement à cause de cette décision que les engagements reprennent en Ukraine. Ces américains sont une véritable engeance, des prédateurs hystériques, ils semblent n’accepter l’autre que comme esclave ou comme cadavre. Ils vont prendre un jour une leçon qu’ils n’auront pas volée.

     

  • La constitution des usa un torche-cul rédigé par des francs-mac qui bafoue le droits des peuples et qui permet de les détruire sur ordre des criminels de l’aipac qui dirigent la politique impérialo-sioniste !!

     

    • "Torche-cul" ? Parmi toutes les constitutions écrites par les oligarques au pouvoir partout dans le monde, c’est sûrement celles qui respecte le plus le peuple. Y’a qu’à voir les articles 1 et 2.

      Après que le gouvernement ricain s’en battent royalement les couilles, c’t’aut’chose !


  • Ces valets d’Israel lui obéissent au doigt et à l’œil .


  • "" Le Congrès «  controlé totalement par les sionnistes  » des États-Unis autorise le soutien aux "rebelles" en Syrie ""

     

    • Oui d’accord... Mais pourquoi l’opposition au projet est-elle relayée par... le Huffington Post ? Les Etats-Unis ont-ils secrètement décidé de réorienter leur action dans un sens moins israélien, ou alors est-ce pour disculper Israël en faisant passer cette affaire pour une histoire américano-américaine ?... Pourquoi le Huffington Post ?


  • Si vis bellum, para bellum...


  • qq un peut m exliquer ça :

    Les Etats-Unis et l’Iran ont discuté à New York de la lutte contre l’EI (USA)

    http://www.almanar.com.lb/french/ad...

    source chiite et pas n importe laquelle ;le hezolah :(

    quoi l Iran chiite axe de la résistance couche avec l empire américano sioniste en cachette deriére le dos de T.meyssan pour se faire les sunnites ??? :(

     

    • Dans un bordel, toutes les pensionnaires sont des putes. Vous avez beau chercher une femme, c’est sur une pute que vous tomberez. Et nous sommes dans un bordel. Si vous cherchez à comprendre la politique, sachez que tout état quel qu’il soit est obligé de négocier avec ses ennemis comme avec ses amis pour sa propre survie. En d’autres termes, une négociation ne détermine pas les intentions des négociateurs qui peuvent être complètement opposées comme elles peuvent être complémentaires sur certains points et éloignées sur d’autres. S’agissant du cas de l’Iran, le président actuel et son gouvernement sont issus d’une branche politique au sein de l’élite iranienne qui est pour une approche de négociations avec les USA et non une approche de confrontation comme cela a été le cas du gouvernement qui l’a précédé. Quand on réfléchit avec les émotions et non pas avec sa tête, on reste sujet au vertige des contrecoups de l’histoire et aux hallucinations qui peuvent nous faire prendre n’importe quoi pour une réalité et nous faire voir des ennemis là où ils n’existent pas.


    • C’est de la propagande de guerre.
      Vous verrez aussi que Bachar autorise des raids aériens américains sur son territoire.
      Pour information, Obama joue la dernière carte qu’on lui a donné, surtout qu’il commence à dégringoler dans les sondages sévèrement, son parti et l’opposition se déchaînent contre lui, pour sa mollesse vis-à-vis de la Russie.


  • Les sénateurs et députés américains votent comme leurs commanditaires leur demandent de voter, sinon plus d’argent, plus de soutiens pour les campagnes électorales et pour les plus coriaces, scandales, déchéances voire disparitions "accidentelles" au programme.
    Les commanditaires sont les lobbies à la solde des puissances du commerce, de l’industrie et des finances.
    L’argent dépensé par les entreprises et les groupes de pression pour défendre leurs causes au Congrès des États-Unis d’Amérique et auprès de l’administration est passé de 1,6 milliard de dollars en 2000 à 2,1 milliards de dollars en 2004 (Wikipédia), il est évident que dans ce chiffre ne sont pas comptés les pots-de-vin payé pour acheter un vote ou pour torpiller un collègue.
    Dans l’escroquerie qu’est cette "guerre contre l’Etat Islamique", on peut y voir l’influence des lobbies de l’industrie du pétrole et de celle de l’armement, 2 poids lourds de l’économie américaine.


  • Le congrès des USA est une pure fiction , tout comme d’ailleurs le département d’état , le conseil de sécurité etc..la decision géopolitique des états unis est entièrement subordonnée à la volonté d’Israël et de l’Arabie saoudite ...les intellectuels gaulois et européens sont en retard d’une analyse ... il n’ y a plus d’empire américain comme le décrivait les hérauts du progressisme crypto -marxiste de la gauche européenne et arabe ....l’analyse situationniste de Toni Negri et de ses épigones altermondialistes aussi n’est pas exempte de nullité : l’Empire n’est pas une catégorie anonyme qu’on peut soumettre théoriquement et de façon mécanique aux hypothèses de la doxa hégélienne ... l’Empire mondialiste actuel a une autre réalité et se déploie sur une autre évolution que ne pourrait appréhender la misérable théorie des classes et le misérabilisme intellectuel européen coincé par ses mythes historiques et terrorisé sur la question du Sémitisme ...Oui l’Empire n’est pas américain même si ses instruments militaires et diplomatiques sont étasuniens , il est sémitique et il est bicéphale ....l’Empire c’est le partage de l’Occident chrétien et de l’Orient musulman entre Israel et l’Arabie saoudite ... et le Sémitisme ( dont le concept fait si peur aux intellectuels français ) est une réalité intangible , tant sur le plan racial que religieux , éthique , théologique , économique ... culturel et impérial ...


  • 1. Il s’agit d’un gaspillage d’argent : cela dépendant pour qui, pas pour l’industrie d’armement et les sociétés de mercenaires. J’hallucine ! 1 million de dollars pour former chaque combattant !? à ce prix là ils ont déjà perdu la guerre avant de la commencer.
    2. Les rebelles « modérés » n’existent pas : oui mais la politique américaine n’est pas modérée donc pas de problème.

    3. La vérité est que nous ne savons pas qui nous formons : peut importe puisque l’idée c’est de faire en sorte qu’ils s’entretuent jusqu’à ce qu’ils soient écoeurés de la guerre et se soumettent au nouvel ordre mondial. Un coup on les aident et ils avancent leurs positions, un coup on ne les aident pas et ils reperdent leurs positions. C’est la stratégie 14-18 : des millions de morts pour rien. C’est la stratégie de la terreur pour transformer un loup en mouton. Regardez l’effet des bombardements alliés sur l’Allemagne nazie, l’aigle est devenue colombe. C’est de la castration par anéantissement des hommes en âge de se battre dans tous les camps pour éviter justement les retournements d’alliance futurs.
    4. Ceux qui vont recevoir de l’argent des États-Unis vont se retourner contre nous : non car les amerloques se chargeront de choisir les dirigeants rebelles les plus cons de sorte qu’ils soient totalement dépendants des américains en terme de gestion de la crise.
    5. Nos soldats seront menacés par les « rebelles » que nous formons, payons et équipons : mais qu’importe car les soldats américains sont de toute façon menacés par les armes toxiques qu’ils balancent eux-même sur l’ennemi (uranium appauvri, agent orange au vietnam…). Les marines c’est de la chair à canon de toute façon. Et puis ils s’arrangeront pour mettre des noirs pauvres en première ligne, pas des WASP.
    6. Le Congrès est maintenu dans l’obscurité : comme d’habitude, rien de nouveau.
    7. Une crise constitutionnelle est en marche : c’est cela, faites la crise pendant que les mercenaires font la guerre. Ils inventeront toutes les dérogations pour de toute façon.


  • #973585
    le 21/09/2014 par Republik Democratik Populaire de France
    Le Congrès des États-Unis autorise le soutien aux "rebelles" en (...)

    Petite erreur de personne dans l’article. On y parle d’Alastair Crooke qui n’est pas historien (l’historien Alistair Crooke est mort en 2004) mais un ancien du renseignement britannique et diplomate européen.