Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Covid n’est que l’accélérateur des "réformes" néolibérales

C’est-à-dire de la destruction économico-sociale

On ne peut pas comprendre un événement tout seul. Un événement n’est jamais seul, surtout s’il est seul contre tous, quand il ne ressemble à rien de connu, ce qui est la définition d’un événement. Relié à rien, il demeure incompréhensible, d’autant plus s’il est douloureux. Relié à un contexte, une histoire, des circonstances, il prend du sens, ou un autre sens, il n’est plus de l’ordre de la fatalité, de l’inexplicable. Il recèle une explication, une intention, il devient politique.

C’est le cas de la politique sanitaire gouvernementale qui semble incohérente, illogique, anarchique depuis le départ (mars 2020). Or, cet écran de fumée sert, on le devine six mois plus tard, à couvrir une opération de destruction économico-sociale de grande, de très grande envergure. Les pièces du puzzle se mettent en place toutes seules si l’on veut bien considérer l’ingénierie (a)sociale Covid dans toute sa latitude.

« Ce chiffre d’un million supplémentaire de pauvres est malheureusement une estimation basse, compte tenu des 800 000 pertes d’emploi attendues fin 2020 », redoute Florent Guéguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS). La Banque de France confirme en anticipant un taux de chômage au-dessus des 10 % en 2020, puis de 11 % dès le premier semestre 2021. Partout en France, les indicateurs virent au rouge.

L’un des signes les plus spectaculaires de cette crise est l’explosion de l’aide alimentaire : la Fédération française des banques alimentaires, qui approvisionne 5400 structures, a augmenté ses distributions de 25 %, « et la demande ne faiblit pas, en août, en septembre, à tel point que nous avons dû piocher dans nos stocks de longue durée », confie Laurence Champier, sa directrice générale. Le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, avançait, le 8 septembre, le chiffre de 8 millions de personnes ayant besoin de cette aide, alors qu’elles n’étaient que 5,5 millions en 2019.(Le Monde)

En couplant, en triangulant l’événement « Covid » avec des événements et des informations économiques, on voit se dessiner une politique très claire, très cohérente, très logique d’accélération réformiste néolibérale. Les pièces du puzzle, quand elles sont correctement assemblées, produisent une image, un sens, de la lumière.

Et c’est cette lumière que nous avons vue en croisant la politique sanitaire covidique, la déclaration de Pierre Moscovici – le commissaire politique européiste désormais à la tête de la Cour des comptes (!) – contre la Sécurité sociale, la volonté réformiste inébranlable du banquier rothschildien à la tête de l’État, et l’interview de son mentor Alain Minc dans L’Opinion, journal néolibéral européiste. Tout se tient, et se tient merveilleusement bien.

L’opération Covid-19 n’est qu’un gigantesque camouflage pour un braquage non moins gigantesque, celui du trésor de la nation, que les Français protégeaient un peu trop de la prédation bancaire. Aujourd’hui, avec une dette évaluée à 117 % du PIB, qui a donc explosé en six petits mois, banques et assurances (qui ont les mêmes maîtres) vont pouvoir se gaver sur le dos des Français, qui se sont paupérisés entre-temps : un à deux millions d’emplois ont été perdus, des dizaines de milliers de petites entreprises vont faire faillite, et des millions de Français devront tout à l’État, qui deviendra leur seul pourvoyeur de richesse. La soumission du peuple productif est en marche, comme la république du même nom, qui n’est que la république des banquiers.

De son côté, le Secours populaire a, depuis mars, enregistré une hausse de 45 % des demandes d’aide alimentaire dans le département du Rhône, la même qu’au niveau national. « Nous voyons des publics nouveaux, des autoentrepreneurs, des artisans, observe Sébastien Thollot, responsable départemental. Des événements inattendus, des frais d’obsèques, par exemple, les font basculer dans la précarité. » (Le Monde)

Il y a banque et banque...
 

En deux siècles, depuis l’essor de la banque Rothschild, à cheval sur les principaux pays européens, rien n’a fondamentalement changé. Mais aujourd’hui, illusion démocratique oblige, la pilule de la soumission de l’État aux forces occultes de la finance ne peut pas passer aussi facilement. Il lui faut des contre-feux, des écrans de fumée. La presse, à ce titre, joue un rôle fondamental en envoyant des nuages d’encre dans les yeux des Français pour leur brouiller l’entendement, ce que tout le monde a pu constater depuis le début de l’opération Covid.

Peu à peu, au moment où la fumée retombe un peu, dans la sidération générale qui a saisi les Français sous le choc, les braqueurs, qui ont mis une bombe dans la salle des coffres du trésor national, apparaissent, et parlent à visage découvert, sans masques. Ils posent leurs conditions, leur ultimatum. Alain Minc, Pierre Moscovici, apportent leur eau au moulin de l’ingénierie, l’air de rien.

Dans le quotidien L’Opinion du 8 octobre 2020, l’affairiste financier Alain Minc valide la politique de brouillage sanitaire gouvernemental :

Ensuite, Minc nous fait croire que Macron, notre sauveur, lutte contre le pouvoir profond, celui-là même que Zemmour n’ose nommer dans sa dernière apparition télévisée, quand Christine Kelly lui pose la seule question qui vaille. Nous reviendrons sur ce grand moment d’hypocrisie mais en attendant, place à la reconnaissance (forcée, sous la pression du Net) du faux pouvoir profond, ou du pouvoir profond pour les nuls :

Le faiseur de roitelets reconnaît que les taux négatifs, ce n’est pas bien. Évidemment, il représente le pouvoir bancaire, comme on dit dans les quartiers « je représente ». La Banque ne veut pas toucher à l’usure, elle qui ne produit rien mais qui fait de l’argent avec l’argent... des autres. La dépréciation économique actuelle, provoquée par des décisions sanitaires apparemment folles, mais logiquement néolibérales, doit trouver un payeur, un responsable : ce ne sera pas la Banque, mais le peuple, ou l’appareil productif.

Est visée la protection sociale de la nation, qui coûterait trop cher à l’État, si l’on écoute les grands sorciers néolibéraux. C’est là qu’intervient Moscovici, dépêché en urgence de la Commission européiste pour s’occuper de la destruction du filet social français. Des Français qui auraient en cette période bien besoin d’un filet social reconstitué, et non délité. Mais la Banque et ses obligés politico-médiatiques en ont décidé autrement : il faudra faire des coupes sombres. Remboursements médicaux, santé collective déjà attaquée par la psychose covidienne à prévoir à la baisse...

 

 

Ne pas se leurrer, ce que Moscovici appelle la « fraude sociale », c’est la volonté des Français de conserver une protection sociale acquise de haute lutte depuis plus de 150 ans. Quelque part, pour la dominance, c’est une sorte de fraude, quand les gueux obtiennent quelque chose par la lutte.

 

 

Il faut comprendre que la réforme de la Sécurité sociale, que nous avions annoncée pendant l’opération Covid-19, mène tout droit à l’insécurité sociale voulue par le pouvoir profond, qui commençait à être dangereusement contesté (Gilets jaunes, réseaux sociaux). Voici les décisions antisociales de l’employé de la Banque Moscovici :

Il faudra donc tailler dans les dépenses, ou tout du moins s’interroger sur leur efficacité pour mieux les justifier. Et la Cour indique pour cela trois leviers d’action. Tout d’abord, dans le domaine de la santé, il faut prendre des « mesures structurelles » pour rendre le système plus efficace. Cela passe par une accélération de la mise en place des groupements hospitaliers de territoires (GHT), décidés par la réforme de 2016, mais dont la Cour dresse un bilan en demi-teinte. « Beaucoup de GHT sont trop petits, infradépartementaux, adossés à des hôpitaux trop fragiles. En revanche, les GHT les plus intégrés ont été très efficaces dans la réponse à la crise sanitaire. Il faut donc poursuivre », a conseillé Pierre Moscovici. (Le Figaro)

On en arrive très vite à la menace et à la répression fiscale :

Pour y remédier, les Sages recommandent d’accélérer l’automatisation des processus et la dématérialisation des déclarations afin d’éviter les erreurs de saisie, mais aussi de renforcer les contrôles a posteriori. Enfin, l’adaptation de l’organisation des branches de prestations du régime général et la modernisation de la gestion du recouvrement par le réseau des Urssaf « apparaissent essentielles pour améliorer la qualité du service et réduire les coûts », conclut la Cour.

 

Les Français doivent comprendre qu’en votant à 66 % (des suffrages exprimés) pour l’employé de la Banque en 2017, ils votaient pour leur propre paupérisation, pour un braquage néolibéral accéléré, et pour un futur très incertain, fait de chaos croissant et d’espoirs jamais réalisés. C’est pourquoi le premier employé de la Banque, Emmanuel Macron, doit-il mentir en permanence en promettant, comme Staline il y a un siècle, des lendemains qui chantent, au fur et à mesure que le peuple déchante et que la réalité s’assombrit.
Il y a du soviétisme dans la période actuelle, mais le mauvais du soviétisme, pas celui du travail (rémunéré ou forcé) et de la protection sociale pour tous (du moins ceux qui échappent à la répression), celui du chaos et de la Terreur pour tenir un peuple ratissé et réticent en respect.

Soumise elle aussi au pouvoir profond, la presse suit les recommandations venues d’en haut et amplifient le mensonge d’État. Il s’agit non seulement d’embrouiller l’entendement des gens, mais aussi de démolir la lucidité grandissante devant le danger néolibéral. Quel meilleur exemple que celui d’Anne Sinclair qui fustige, sans avoir peur des contradictions et avec un culot indécent, la montée des « communautarismes » dont celui des nationalistes (français !) sous la pression des réseaux sociaux ?

 

 

Le Système de prédation économique, fondé sur le mensonge, est à bout de souffle. Il ne lui reste plus que le chaos social pour brouiller les pistes qui remontent toutes jusqu’à lui. Et il espère, in fine, que la paupérisation programmée du peuple français, et là on ne parle plus seulement des Gilets jaunes, mais de la classe moyenne productive et bientôt des cadres (qui ont voté Macron en masse !), saura mater les velléités nationales et sociales naturelles des Français. Forcé de mentir de plus en plus, le Système se retrouve malgré ses puissants moyens devant un mur, qui sera peut-être celui de ses propres lamentations.

Il aura beau masquer de force les Français, leur faire croire à un virus permanent (c’est lui le virus !), leur faire croire que le pouvoir profond ce sont ces fonctionnaires d’État qui freinent par paresse ou bêtise toute avancée économique ou sociale, le pouvoir réel est en train de perdre son masque.

JPEG - 49.8 ko
(France Info à la manœuvre)

 

Les Français, manipulés dans tous les sens, bousculés par une politique volontairement illisible, auront-ils la lucidité de changer l’Histoire, leur Histoire, en 2022, utilisant pour une fois le processus électoral à leur avantage ? À moins qu’ils ne fassent la révolution, la vraie, avant.

En 2017, 20 millions de Français, naïfs, ont voté sous la pression des médias dans la main des forces occultes, pour leur propre paupérisation et pour la destruction de ce filet social, pourtant si cher à notre pays, qui est le dernier rempart entre la pauvreté et la misère.

La banque alimentaire des Bouches-du-Rhône, qui distribuait 50 tonnes de nourriture chaque semaine avant le confinement, a doublé son flux, soit l’équivalent de 200 000 repas fournis. Dans les quartiers nord de Marseille, le McDonald’s de Sainte-Marthe est devenu une plate-forme de distribution essentielle. « Une machine de guerre qui, par semaine, distribue 700 colis alimentaires et en livre près de 170 chez ceux qui ne peuvent pas se déplacer, explique Kamel Guemari, leader syndical et figure de ce restaurant occupé depuis plusieurs mois par ses employés. Entre nous, on l’appelle le Ubersolidaire », déclare-t-il en souriant, avant de redevenir sérieux : « Dans les files d’attente, je vois des gens que je connais, qui avaient un job, une situation stable et qui, aujourd’hui, sont obligés de venir ici. » (Le Monde)

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Destruction du pouvoir d’achat de l’épargne fiduciaire mondiale, destruction de la Sécurité Sociale, réduction du nombre d’hôpitaux, réduction des remboursement, destruction de millions d’entreprises et de millions d’emplois : le coronavirus, quelle aubaine pour le pouvoir profond dont nous crevons !

     

    Répondre à ce message

  • #2563774

    Avant de l’amplifier fortement, le Covid a d’abord servi à sauver le système néolibéral usurier suite à l’inaction politique internationale par rapport à la crise de 2008, ce qui signifierait qu’il y avait beaucoup plus de monde réveillés qu’on le pense, ou que sans le Covid cette nouvelle crise financière aurait beaucoup plus réveillé tous ceux qui sont en train de perdre leurs PME et leurs emplois. En espérant qu’ils comprendront quand même malgré ce détournement d’attention qu’est cette crise sanitaire.
    Pierro Jovanovic insiste là-dessus car cela semble grandement évident...

     

    Répondre à ce message

  • Le nouveau capitalisme mène une guerre "hors-limites" pour remplacer l’ancien capitalisme. Le nouveau Capital c’est la puissance de calcul (le traitement du data, l’économie de la connaissance, les monnaies numériques, etc.). Il s’agit donc de réduire tout en équations (algorithmes) comme autrefois on réduisait tout en transactions (monétaires). C’est la nouvelle emprise. Les nouvelles "banques" traitent de la donnée.

    Le nouveau capital est GAFA+Chine : les nouveaux marchés sont les masses humaines (en cours d’atomisation urbaine) des pays émergents. C’est parfaitement incarné dans l’institution à la manoeuvre actuellement : l’OMS. Tenue par Bill Gates et les privés américains, par les chinois, et par les idéologues tiersmondistes des pays émergents.

    On va basculer vers des espaces post-nationaux, gérés par une bureaucratie numérique (emprise du Kapital data). Les populations communautarisées, jetées les unes contres les autres, les travailleurs ubérisés. Limitation des déplacements physiques : assignation à résidence "écologiste" au profit des échanges numérisés (Kapital data). Idéologie verte, revenu universel.

    "La 4ème révolution industrielle ne change plus ce que nous faisons, mais nous change nous-mêmes" (Klaus Schwab, président Davos). Le transhumanisme devient le nouveau marché du Kapital data. Transgenre, jeux paralympiques, humanoïdes, robots, médecine supposément vers l’immortalité (fantasme), etc. L’ingénierie sociale met peu à peu en avant d’autres valeurs que dans la période précédente (y compris avec une certaine "stabilisation des moeurs" : le tout-sexe cède la place au tout-écran, et une cohabitation entre transgenres et islamistes).

    Klaus SCHWAB, président Davos : Le Covid est "une fenêtre historique pour refaçonner le système"... c’est le programme "GREAT RESET" disponible dans la documentation de Davos.

     

    Répondre à ce message

  • #2563807
    Le 8 octobre à 18:46 par La peau Calypse
    Le Covid n’est que l’accélérateur des "réformes" néolibérales

    Bravo pour cet article o combien lucide et quasi exhaustif sur ce qui se joue actuellement...
    ER c’est un esprit de synthèse remarquable pour articuler les ramifications afin d’avoir une vue globale du puzzle.
    Enchaînement gauche, droite, uppercut, bam, dans la carafe du PP qui un jour prochain ne s’en relèvera pas...
    Nous arpentons le chemin de la Vérité, la Lumière n’est plus très loin, et ça va piquer quand sa Clarté jaillira de ces obscures ténèbres actuelles...
    Amour et Bienveillance pour tous les Esprits éveillés, Empathie et Patience pour les autres.
    Amen

     

    Répondre à ce message

  • ils se sont bien goinfrés depuis qu’iis et elle ( sinclair ) squattent le système dans tous les sens et elle vient encore pleurer

     

    Répondre à ce message

  • #2563953

    En même temps quand on voit jusqu’où le pouvoir peut aller sans réaction des soit disant gaulois, va bien falloir que ça pète ou que ça dise pourquoi.
    Le plus tôt sera le mieux, je vais attaquer la soixantaine, j’ai encore la forme mais bon...
    Bref, c’est con de dire ça mais je trouve que c’est plutôt une bonne nouvelle.
    PS : je ne sais toujours pas l’effet que ça fait d’avoir un masque sur le nez et toujours pas d’amende ;-)
    Bien à vous.

     

    Répondre à ce message

  • #2564046

    A quand un nouveu jour de colere comme en janvier 2014. Et cette fois ci une manifestation silencieuse et determinee. Le pouvoir ne pourra plus accuser de casse ou de haine criee et une foule silencieuse qui marche est impressionnante et inquietante car elle surprend et inquiete en ne revelant peu. Il faudraitr un nouveau jour de colere pour demander une vraie democratie egalitaire, partage des richesses, arret de la dictature numerique et de la 5G et retour a une vie normale et plus naturelle, metre fin aux separatistes, salafistes, violence d’ou qu’elles viennent, denonciation de la pedophilie .... la liste est longue mais il serait temps a quelques 18 mois de elections de 2022 de montrer que le peuple n’est plus naif et qu’il se met en marche, lui, pour de vrai. Je suis mauvais en informatique mais qui cree cette page sur le web pour un rassemblement majeur, non violent, calme, silencieux et determine ?

     

    Répondre à ce message

    • « Non violent, calme et silencieux... »

      Préparez la vaseline, on voit où ça mène...

       
    • #2564279

      un rassemblement majeur, non violent, calme, silencieux et determiné qui sera encore une fois, face a un autre rassemblement qui lui ne présentera aucune de ces qualités

      les gens comprennent le caractère irréversible de la prochaine étape, dont le dénouement se fera en faveur de l’un ou de l’autre, on/off, toi ou moi , binaire , sans nuance
      qui peut prétendre que le nombre signe la victoire ? pas moi !

      dans l’hypothèse de la bonne compréhension de ce que représente une entropie, ce que l’etat craint plus que tout, c’est un phénomène d’entropisation de ses moyens

      l’image de 100 000 types sous une montgolfière ( mongoles fières de quoi, on se le demande encore ) face à 10 000 autres, représente le schéma parfait de deux éléments de basse entropie face a face, l’un en terre symbolisant le rassemblement, l’autre en fer , symbolisé par une belle bêche en acier frappé

      sur de ses moyens, convaincu de sa victoire, persuadé a juste titre qu’avec une bêche on retourne la terre, et non l’inverse ! on fait tout pour .... voila ce que l’état souhaite de nouveau provoquer

      modifiez l’entropie de la bêche, privez la de terre, quittez la montgolfiere, restez chez vous !
      les dictatures ont horreur du vide, du dilué, et face a cela, les bêches, ( peu importe leurs niveaux d’entropie ) , elles font quoi ?

      l’entropie c’est le nombre
      petit nombre = basse entropie, grand nombre = haute entropie
      1 m3 de marbre = 1
      1m3 de poudre de marbre = n poussieres

      alors un rassemblement majeur, non violent, calme, silencieux et déterminé plein de bon sens et mu par de nobles intentions devrait permettre de faire entendre raison enfin si ce n’est pas aujourd’hui , peut être cela le sera demain
      les gochistes défilent, les lois passent

       
  • sputnik ce matin’’Le conseil municipal de Saint-Denis a été « violemment » envahi le 8 octobre par une cinquantaine d’individus « survoltés »’’
    Et de condamner la violence dans le ’’débat démocratique’’...quel débat et dans quelle démocratie ? Le déni de réalité est quelque chose de vraiment très dangereux sauf a être vraiment très puissant, ce que personne n’a jamais été face à une population que l’on tyrannise. On peut le déplorer, mais la capitale a souvent la particularité de servir de détonateur aux mouvements de révolte, il se pourrai bien qu’une fois de plus... Nul doute qu’il existe des moyens d’éviter la violence, encore faut-il ne pas leurs tourner le dos et laisser des choix.

     

    Répondre à ce message

  • #2564387

    « Les Français [...] auront-ils la lucidité de changer l’Histoire, leur Histoire, en 2022 ? »

    J’aimerais y croire, vraiment.
    Mais ce qui a fait élire Macron, c’est le confort.

    Le confort de vie auquel beaucoup de Français doivent cette absence d’intérêt pour la politique, et cette absence de réflexion de manière générale.

    Ainsi ceux qui traitaient les anti-confinements de sans cœur - alors qu’il était pourtant évident qu’il allait produire des effets économiques dévastateurs - sont certainement les mêmes qui votaient Macron "par ce qu’il est jeune".

    Je crois que la majorité des Français n’a malheureusement pas encore assez mordue la poussière pour avoir envie de reprendre son destin en main.

     

    Répondre à ce message

  • #2565406

    Effet des réformes néolibérales des mondialialistes, les Indonésiens sont dans la rue eux aussi
    https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifiqu...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents