Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Premier ministre serbe à la Gay Pride de Belgrade

La mise au pas de la Serbie au programme du lobby LGBT

La première ministre serbe, Ana Brnabic, ouvertement lesbienne, a rejoint dimanche la parade de la fierté gaie de Belgrade, affirmant que son pays « n’est pas homophobe » et que sa nomination, en juin, avait été « un pas énorme » dans la construction d’une société tolérante.

Plusieurs centaines de personnes ont participé au défilé dans la capitale serbe qui s’est déroulé sans incidents pour la quatrième année consécutive.

Moins nombreuses que les années précédentes, les forces de l’ordre étaient toutefois très présentes sur le parcours de la Fierté dans les rues de centre de Belgrade. Quelque 2000 policiers ont été déployés.

« Pour le changement », pouvait-on lire sur une grande bannière, en tête de la colonne, le slogan du défilé.

En poste depuis trois mois, Ana Brnabic, 41 ans, est le premier chef d’un gouvernement du pays balkanique à participer à une fierté gaie.

« La Serbie respecte la diversité (...) Le gouvernement est là pour tous les citoyens et il va assurer le respect des droits à tous les citoyens, aussi bien à la majorité qu’à la minorité », a-t-elle déclaré à la presse, à son arrivée à la place des Fleurs, avant le défilé.

Deux autres ministres, ainsi que le maire de Belgrade, Sinisa Mali, ont également participé au défilé.

Mme Brnabic, qui a posé pour la photo avec de nombreux participants, s’est félicitée d’une « ambiance détendue ».

 

« Vrai visage » de la Serbie

« Je suis contente que cela se passe en Serbie, que la Serbie montre enfin ce que je crois est son vrai visage. La Serbie n’est pas xénophobe et la Serbie n’est pas homophobe (...) », a-t-elle déclaré.

Lors de la première Fierté de Belgrade, organisée en 2001, la police avait tiré des coups de semonce pour disperser des nationalistes et des skinheads qui battaient et caillassaient des participants.

Une autre avait été autorisée par les autorités en 2010, mais elle avait été entachée de violences opposant des manifestants anti-gais aux forces de l’ordre, qui avaient fait plus de 100 blessés. Le défilé n’avait pas eu lieu les trois années suivantes, avant de reprendre en 2014.

La présence de Mme Brnabic au défilé est un geste fort dans ce pays traditionaliste qui négocie son adhésion à l’Union européenne, mais les militants pour les droits des homosexuels attendent surtout de la Première ministre qu’elle agisse en faveur de leurs revendications. Ils réclament notamment l’adoption d’une loi sur le partenariat entre personnes du même sexe.

Le sujet fera l’objet de discussion de son cabinet, a-t-elle annoncé.

« Je suis une personne très pragmatique. Pour moi, c’est un pas à la fois. Je pense qu’on construit une société tolérante en avançant d’un pas à la fois », a expliqué Mme Brnabic.

Selon les militants, les préjugés sur les homosexuels restent un problème très répandu dans ce pays d’environ 7 millions d’habitants, majoritairement chrétiens orthodoxes.

Près de 40% de la population serbe estime que l’homosexualité est une maladie, d’après un sondage de l’Institut national démocratique basé à Washington, réalisé en 2015.

 

« Un pas énorme » pour le pays

Proposée à la tête du gouvernement par son prédécesseur devenu président, Aleksandar Vucic, un ultranationaliste converti au centre droit et au rapprochement avec l’UE, Ana Brnabic est l’une des rares personnes ouvertement homosexuelles à la tête d’un exécutif dans le monde et la première en Europe de l’est.

« Je suis très reconnaissante aux élus qui ont voté pour moi et mon gouvernement. Je pense que c’était un pas énorme pour la Serbie à tous égards », a-t-elle dit.

Les sceptiques perçoivent toutefois ce choix comme un geste de séduction envers l’UE, comme Ivana Mitrovic, 35 ans, venue au défilé de la ville de Novi Sad.

« Je n’aime pas ce gouvernement. Tout y est pour le spectacle », dit-elle.

D’autres pensent que sa visibilité pourrait inspirer d’autres gais du pays. « Pour moi c’est une bonne chose », dit Nevena Pupic, 34 ans, une militante et agent financier de Belgrade.

Comprendre le rôle objectif des revendications communautaires
avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une "société tolérante" aujourd’hui c’est une société de dégénérés . Rien à voir avec la Tolérance réclamée par Voltaire .

     

    • #1803512

      @Denis
      tu peux enlever le T majuscule.

      Voltaire réclamait la tolérance pour lui et ses affaire... pour le reste il ne réclamait aucune Tolérance ...au contraire même (cf. M. Sigaut)


  • #1803334

    C’est un lobby qui a trop de pognon et soutenu par l’élite mondialiste. Ce qui paraissait encore inconcevable y a peu est maintenu devenu réalité. D’autres pays suivront encore. Je pense à la Pologne, Hongrie et même certains pays musulmans. Il est incroyable que face à tous les problèmes qui nous assaillent que l’unique préoccupation puissent être les desiderata d’une minorité. Pour comprendre ce qui a derrière tout ça, je suggère le doc : https://www.youtube.com/watch?v=tz8... (Minority Rule : The Rise of Political Correctness )

     

  • #1803373

    On fait entrer le bug dans la matrice. Dégâts collatéraux du libéralisme totalitaire avant l’Humain.
    Il y a un vieux proverbe Serbo-monténégrin qui dit : "jebem ti majku picku materinu".
    Le bon sens de l’homme.


  • Donc ... le grand message existentialo- trancendental de tout cet étalage de petits caprices lascivieux érigés en dogme religieux , c’est ... allez tous et toutes ( ?!? ) vous faire enculer en long , en large , et de travers ...

    Merci pour l’tuyau !!!


  • #1803382

    "Formée aux États-Unis et au Royaume-Uni, elle revient en Serbie en 2002".
    Tout est dit dans son wikipédia :)


  • MLP n’y était pas ?


  • #1803438
    le 18/09/2017 par Ya-nique Noah-schisme
    Le Premier ministre serbe à la Gay Pride de Belgrade

    Ana Brnabic ça doit changer nos frères Serbes avant ils avaient les tigres d’Arkan (c’est pas la même marche de la fierté mais bon faut vivre avec son temps et avec le progrès)


  • #1803448

    Cette présence presque systématique d’homosexuels dans les élections présidentielles du monde Fermé (Mondialiste) est le plus fort symbole de l’absence de démocratie.

    Il n’y a guère de signes plus symboliques - à part le choix SYSTEMATIQUE comme tête de liste : d’éboueurs, d’égoutiers ou autres professions méprisées ... pour montrer à tous ces électeurs "combien on se fout de ce qu’ils souhaitent ou ne souhaitent pas" !

    Thémistoclès


  • #1803486

    En final, je pense que le gouvernement promeut l’homosexualité pour diminuer la population. Puisque le but à atteindre est une population de 500 millions de personnes alors qu’actuellement, nous sommes 7 milliards.

     

    • l’homophobie a été créée par le judaïsme d’abord, puis perfectionnée par le christianisme, qui l’a mise au centre d’une ingénierie sociale destinée à transformer une société antique d’hommes libres, presque totalement libres sexuellement, se reproduisant peu, mais en même temps se reposant sur l’esclavage, en une société d’hommes se consacrant au travail et à l’entretien d’une famille. Même la masturbation était interdite, car elle détournait l’homme de son "devoir" procréateur.
      Le salariat comme esclavage consenti découle du christianisme. L’homme comme producteur, reproducteur, consommateur (quand on ne baise pas, ou pas avec qui on voudrait, on consomme n’importe quoi pour compenser, on fait donc marcher le système), et accessoirement comme chair à canon.
      Voir l’excellent livre "la religion des seigneurs", d’Eric Stemmelen


    • Non, puisqu’il promeut en même temps la vente de ventres pour leur faire des enfants.
      Le mondialisme promeut l’homosexualité par ce qu’elle est anormale et immorale, et produit donc de bonnes marionnettes (la corruption est la condition sine qua non du contrat mondialo-diabolo entre les enfers et le suppôt).


    • #1803629

      Coluche disait : « Les homosexuels ne se reproduisent pas entre eux et pourtant, ils sont de plus en plus nombreux. » Au final dans les 500 millions il n’y aura plus qu’eux.


  • #1803584

    Quand l’orientation sexuelle compte davantage que la compétence...


  • #1803608

    Je ne comprendrai jamais rien à cette affaire de fierté : c’est comme si j’étais fier d’être hétéro, alors que je n’y suis pour rien.
    Fierté...
    Si encore il s’agissait de véhiculer le sentiment de cultiver quelques valeurs élevées jusqu’à les mettre en congruence par la pratique quotidienne, encore je ne dis pas : mais fier...de quoi ?


Commentaires suivants