Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

Réseaux "antifascistes" et terrorisme : le laboratoire kurde

Le Rojava est le nom donné par les indépendantistes kurdes au « Kurdistan syrien », en fait une région située au nord-ouest de la Syrie et où vit une forte communauté kurde. À l’occasion de la guerre en Syrie, les combattants kurdes ont essayé d’imposer la sécession de facto de cette région. Mais ils se sont retrouvés confrontés directement avec le groupe djihadiste et terroriste « État islamique » (Daech). Le Rojava est d’ailleurs apparu dans l’actualité mondiale lors de la bataille de Kobané, qui a opposé les forces kurdes (regroupées dans l’organisation YPG) et les djihadistes. Mais depuis 2014, cette région est aussi devenue le théâtre d’opération d’une organisation militaire d’extrême gauche intitulé « Bataillon International de libération ».

Si cette unité prétend combattre Daech, elle se sert également du territoire dit du Rojava, à l’instar de Daech ailleurs en Syrie et en Irak, comme d’un sanctuaire pour s’organiser et entraîner ses membres pour un tout autre genre de lutte armée. Lutte qui risque plus tard, d’avoir lieu en Europe et qui ne serait ni plus ni moins qu’une relance du terrorisme d’extrême-gauche.

C’est pourquoi, nous pensions utile de traiter ce sujet.

 

Origine

 

L’idée d’origine de former pour le Rojava un bataillon International, rappelant les Brigades internationales de la guerre civile espagnole [1], est à chercher au sein de l’extrême gauche turque très implantée en Allemagne et aussi dans ses liens avec l’extrême gauche allemande mais aussi espagnole !

Cette initiative provient avant tout de la mouvance dite maoïste. Mais elle a aussi rapidement attiré les mouvances anarcho-marxistes européennes qui se sont rapprochées des maoïstes à cette occasion.

 

Qui en fait partie ?

 

Le parti à l’origine de ce bataillon est le MLKP (Parti communiste marxiste-léniniste en Turquie et Kurdistan). Ce « parti » turc maoïste est bien évidemment illégal en Turquie et ses militants se battent au sein des forces kurdes de Syrie (YPG) et de Turquie (PKK) depuis 2012 déjà.

Ce parti a créé des camps d’entrainement permanents au Kurdistan irakien.

Le MLKP a des liens étroits avec l’extrême gauche allemande via la communauté immigrée turque, au sein de laquelle la gauche radicale est très active. Ces liens sont démontrés entre autres par le fait qu’une jeune allemande [2] ait trouvé la mort en combattant au sein du BIL.

Par la suite, ce parti a été rejoint au sein de ce « bataillon international » par, entre autres :

- TKPML (Parti communiste de Turquie marxiste-léniniste). organisation maoïste illégale qui possède une branche armée nommée TIKKO (Armée de libération des ouvriers et paysans de Turquie).
- TKEP/L : Parti travailliste communiste de Turquie/léniniste. Organisation illégale en Turquie dont le siège est situé justement au Rojava, hors de portée des autorités turques.
- DK : État-major révolutionnaire. Groupe maoïste turc qui a de nombreux liens avec le MLSPB-DC (lié aux BÖG dont on parle plus bas) et avec lequel, il a formé un bataillon mixte au sein du Bataillon international [3]
- Parti marxiste-léniniste/Reconstruction communiste. Ce « parti » espagnol a des liens très étroits avec le parti turc fondateur du Bataillon international au travers d’une structure internationale dénommée ICOR (voir plus loin). Cette organisation a envoyé un nombre conséquent de volontaires au Rojava, dont certains ont été emprisonnés à leur retour en Espagne, pour avoir participé à un conflit étranger avec des organisations considérées comme terroristes telles que le PKK
- BÖG : Forces unies de libération, série de groupes révolutionnaires turcs qui se sont réunis fin 2014 afin d’organiser des unités de combat pour le Rojava. Le BÖG, au contraire du Bataillon international, n’était pas sous le contrôle du MLKP [4] qui contrôle le BIL. Ce qui ne l’empêchera pas de rejoindre en 2015 ce Bataillon international. Les groupes qui composent les BÖG sont, entre autres, les suivants :
- DKP : Parti communiste révolutionnaire
- MLSPB-DC : Unité de propagande armée marxiste-méniniste / Front révolutionnaire
- TDP : Turqiye Devrin Partisi – Parti révolutionnaire de Turquie
- SI : Sosyal Isyan – Insurrection sociale
- PDKÖ : Proletarius Devrinci Kurtuleis Orgütü – Organisation révolutionnaire prolétarienne de libération.

Certaines unités de ce bataillon international sont organisées par nationalités :

- Brigade Bob Crow : composé d’Anglais et d’Irlandais, utilisant le nom d’un leader syndical très marqué à gauche et décédé en 2014.
- Brigade Henri Krasucki : composé de Français et utilisant le nom de l’ancien leader du syndicat communiste CGT. L’existence d’une telle « unité » est inquiétante vu la montée en puissance des groupes violents extrémistes de gauche en France.
- Union révolutionnaire pour la solidarité internationale : composée de militants anarcho-marxistes de Grèce.
- Antifascist Internationalist Tabûr : composée de militants gauchistes originaires d’Europe de l’Ouest. Ce « bataillon antifasciste » serait dirigé, selon nos informations, par un ressortissant italien.

Outre toutes les nationalités déjà citées, on trouve aussi dans ce « Bataillon international » des combattants gauchistes provenant des USA, d’Italie, de Grèce, d’Allemagne, d’Albanie, du monde arabe et d’Arménie.

Très récemment, ce Bataillon International a été renforcé par deux nouvelles structures :

- International Revolutionary People’s Guerrilla Forces : groupe anarchiste qui prétend que ses membres viennent du monde entier.
- The Queer Insurrection and Liberation Army (dont les initiales forment TQILA) : groupe qui se veut représenter les militants homosexuels. Il est à penser que cette unité n’existe que sur le papier et ceci, pour des raisons de propagande. Le problème est que les rares photos que ce groupe ait publiées semblent déplaire très fort à leurs camarades kurdes et turcs, dont le stalinisme semble être resté un peu conservateur au niveau des mœurs.

 

Un Al-Qaïda marxiste ?

 

Les deux principaux mouvements qui « alimentent » ce bataillon international (le MLKP turc et Reconstruction communiste espagnol), ainsi que nombre de groupes qui soutiennent cette initiative sur un plan politique et/ou logistique, appartiennent à une organisation communiste internationale peu connue mais très active.

Il s’agit de l’ICOR, qui signifie en français « Coopération internationale de partis et d’organisations révolutionnaires ». Cette coordination, créée en 2010, compte 49 partis/organisations présent(e)s sur 4 continents. Elle compte essentiellement en ses rangs des groupes de tendance maoïste.

 

 

Contrairement aux « internationales » communistes classiques [5], ICOR insiste sur le fait qu’elle est uniquement une organisation de coopération et de coordination « pour la coopération pratique » (vu l’engagement de l’ICOR dans la création des unités de combat au Rojava, on imagine aisément le genre de choses qu’ils veulent mettre en pratique) et le soutien mutuel aux organisations membres.

Bref, si on remplace le jargon marxiste par le blabla islamiste, on retrouve la même mission que celle que s’était fixée Al-Qaïda : être une sorte de base et de connexion entre les djihadistes du monde entier.

À noter d’ailleurs qu’une des pages Facebook de soutien au Bataillon international se dénomme « The Base », c’est-à-dire une des significations du mot « Al-Qaïda ». Ce qui démontre bien que si l’idéologie est différente, le concept de fonctionnement est le même : avoir un sanctuaire pour se préparer à la lutte mondiale.

 

Les soutiens en Belgique

 

En Belgique, le BIL peut compter sur le soutien du « Secours rouge », qui est une sorte de réceptacle de tout ce qui reste du maoïsme en Belgique, y compris le fan-club de l’organisation terroriste belge des années 80, les Cellules communistes combattantes.

 

 

Les anarchistes, oubliant un peu vite les nombreux morts qu’ils doivent aux staliniens/maoïstes dans l’histoire, sont également de fervents supporters du BIL. Nous pensons en tous les cas ici à Alternative libertaire, aux Jeunesses libertaires et à Bruxelles zone antifasciste.

À ce jour, le BIL ne revendique pas de volontaires belges… mais certains militants anarcho-marxistes semblent être « partis à l’étranger » sans plus de détails.

 

Des martyrs… pour la lutte armée de demain ?

 

Car là, il s’agit de la guerre, la vraie !

On n’a que peu de détails sur le rôle tactique dévolu sur le terrain à ce BIL. Certains prétendent qu’on ne confie aux volontaires occidentaux que des tâches subalternes et qu’ils servent avant tout à des fins de propagande.

Mais en tous les cas, le BIL a connu plusieurs martyrs, dont :

- Ivana Hoffmann tué en mars 2015 à la bataille de Tell Tuer. Était allemande, d’origine togolaise, extrémiste de gauche et militante homosexuelle.
- Un militant américain nommé Robert Grodt.
- Les ressortissants turcs nommés Ayşe Deniz Karacagil et İbrahim Tufan Eroğluer.
- Alper Çakas, militant turc tué en 2015.
- Aziz Güler, haut responsable militaire des BÖG, tué en 2015.

 

 

Pris entre deux feux

 

Nos vaillants internationalistes ne se battent pas uniquement contre Daech. Ils servent aussi de porte-flingues du PKK dans la guerre civile larvée entre factions kurdes, avec d’un côté le PKK (de Turquie) et les YPG (de Syrie), et de l’autre le PDK (d’Irak). Tous ces groupes se préparent à se disputer l’hégémonie sur le futur Kurdistan réunifié qui se profile à l’horizon !

Dans ce contexte, le PDK apprécie moyennement l’arrivée de « renforts internationalistes » pour ses concurrents des YPG. C’est ce qui explique que régulièrement les milices du PDK arrêtent des volontaires pour le BIL en transit vers ou au retour du Rojava.

 

Anti-impérialistes armés par la CIA

 

Comme d’habitude, nos gauchistes anti-impérialistes, mais pas trop, n’ont pas de problèmes de conscience de parader dans les treillis d’origine US, avec des armes et des munitions fournies par la CIA et, pour les rares qui se battent, de profiter du soutien aérien des USA.

Mais ce n’est pas un étonnement pour les connaisseurs de l’extrême-gauche car les groupes gauchistes ont très souvent été manipulés par les USA [6].

 

Conclusion

 

Pour les gauchistes qui sont là-bas, s’il est évident que leur rôle militaire est des plus limités, il n’en reste pas moins que l’état de guerre leur permet de s’entraîner au maniement des armes, à la fabrication d’engins explosifs, etc.

Et il est à penser qu’à l’instar des djihadistes, ils ne reviendront pas forcément en paix du Rojava.

Bien au contraire, tout comme les djihadistes, ces combattants formeront des réseaux. Et ils pourront à leur tour former d’autres militants aux techniques de combat et de préparation de bombes.

Au moment où l’extrême gauche européenne reprend de plus en plus souvent une rhétorique de lutte armée, les liens entre ces groupes et ce véritable « califat gauchiste », qui existe dorénavant au Rojava, devraient inquiéter nos autorités. Dorénavant, puisqu’on sait que ces dernières nous lisent attentivement, elles ne pourront en tous cas pas dire qu’elles ne savaient pas !

Notes

[1] De 1936 à 1938 (année de leur dissolution), les Brigades Internationales ont rassemblé des milliers de militants communistes venus du monde entier pour participer à la guerre civile espagnole aux côtés des communistes espagnols.

[2] Ivanna Hoffmann, voir paragraphe « Des martyrs… ».

[3] Dénommé Alper Cakas, du nom d’un volontaire tué au Rojava.

[4] Voir plus haut.

[5] Associations internationales de partis politiques marxistes.

[6] On se souvient de ce patron de journal révolutionnaire belge devenu, pour services rendus (?), patron en Belgique d’un groupe de presse américain. On se souvient aussi de l’assassinat par les Brigades rouges du politicien italien Aldo Moro. Assassinat qui a bien arrangé les affaires de la diplomatie américaine, très inquiète des contacts entre Moro et le Parti communiste italien

À propos du Rojava, sur E&R :

 

Comprendre les stratégies impériales avec Kontre Kulture :

 

À lire attentivement, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1785465

    Il faudrait préciser que ces gauchistes turcs et kurdes de Turquie sont en grande majorité des athées issus de la religion alévie.

    ps : encore plus surprenant des alévis kurdes de Turquie se sont "convertit au salafisme sunnite

     

    • #1785640

      Les alevis, si ils sont très marxo-compatible c’est vrai, ne sont pas tous des gauchistes voyons ! Et surtout, ils ne participent pas aux délires racistes du PKK et du YPG au soit-disant "rojava", vous pouvez dire ce que vous voulez, dans la réalité les alevi ont leur propre combat et ils sont clairement pas pour une partition de leurs deux pays originels à savoir la Turquie et la Syrie.


    • #1785705

      @Flooo vous mélangez alevis et alaouites. Il n’y a pas d’Alevis en Syrie. Si les Turcs Alevis ne veulent pas d’un Kurdistan indépendant, les Kurdes Alevis sont très représenter dans le PKK, en pourcentage rapporté par leur nombre, ils y sont plus représentés que les Kurdes sunnites.


  • #1785487

    Les Kurdes, comme les Kurdes sont communautaristes ... aux antipodes du communisme (stalinien) et de l’internationalisme socialiste (trotskiste) ! Le Rojava est voué à la mort. Seule inquiétude : ses "combattants" européens, futurs anarchistes sanglants !!!


  • #1785509
    le 16/08/2017 par révi-sioniste
    Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

    Diantre, des groupuscules radicaux qui s’entrainent au maniement des armes au "Rojava" !! Et qui viennent du monde entier pour former des "brigades internationales" !! Et tout cela bien sur sans le support de Soros/ CIA/ mossad/, rien que de l’envisager serait complotiste bien entendu . Sans aller consulter une carte il m’a semblé comprendre que le "Rojava" ne devait pas etre très éloigné de la "seule démocratie du moyen-orient". Ce petit phare de lumière pour l’humanité ( enfin, nous avons la prétention de nous dénommer ainsi mais, comme il ne suffit pas de faire des enfants, encore faut-il qu’ils soient juifs...dixit Jakadi) qui dispose d’une armée tellement morale n’y voit-il aucun problème ? Nous attendons avec impatience les bombardements préventifs...Ha non, on me glisse dans l’oreillette que je risque d’attendre longtemps, pas d’antimites au "Rojava", pas comme ces méchants libanais et leur hezbollah


  • #1785513

    un gauchiste, c’est qqn de pacifiste (quel anti-fa’ recherche activement des armes à feu ?), inquiet pour les droits des homo’ et signant des e-pétitions...

    quand un type de gauche est armé, c’est un communiste !!!

    je vous trouve bien léger sur ce billet...

    Geof’, neo-communiste non-armé (pour quoi faire, depuis la Belgique ?)

     

    • #1785517
      le 16/08/2017 par Philippot, vite !
      Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

      Pacifistes les gauchistes ? Ils sont ultra-intolérants, agressifs et violents ! Tu confonds avec les hippies.


    • #1785849

      "un gauchiste, c’est qqn de pacifiste (quel anti-fa’ recherche activement des armes à feu ?), inquiet pour les droits des homo’ et signant des e-pétitions..." Ce gauchiste là est nécessairement "socialiste", car le communisme est intransigeant sur les valeurs morales. Sous Staline, il n’y avait ni drogue, ni dealers, ni prostituées ni proxénètes ! Les trotskistes et les maoïstes sont idéologiquement opposés. Ce groupuscule (dont les soldats sont homosexuels !) tient des premiers, car les seconds n’iraient jamais combattre l’Empire loin de leurs frontières et ne sauraient tolérer l’homosexualité !


  • #1785545
    le 16/08/2017 par mon nom est mougeon
    Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

    des internationalistes qui combattent les nations ?
    concept en papier tout pété , ils ne comprennent méme pas l’étiquette qu’ils portent , ou alors sachant leur idéologie tellement pérave (se défouler en pétant tout comme un gros capitaliste ,ais sans les neurones pour au moins reconstruire) qu’ils ont hontent de la blazer ouvertement .

    de la chair à canon du capital, voilà ce que sont ces manipulés.


  • #1785550
    le 16/08/2017 par Mister Mayo
    Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

    "No Pasaran Akbar" !

     

  • #1785555

    Celle-là n’est pas aussi drôle que la brigade LGBT qui combat Daech et le gouvernement légitime syrien.


  • #1785736

    Qu’est-ce que çà peut faire puisque personne ne bouge en France. Pas besoin de guerilla ni de terroristes pour nous forcer la main.


  • #1785834
    le 17/08/2017 par paramesh
    Le Rojava, un califat d’extrême gauche ?

    la Brigade Henri Krasucki ?
    Krazu notre che Guevara national ?
    https://www.youtube.com/watch?v=7fN...
    c’est sûr Daesh va trembler

     

    • #1785917

      Certains avaient donné comme nom à leur brigade (division) un roi de France qui avait inventé l’école.
      D’autres on choisi quelqu’un qui n’y est pas trop allé, à l’école.