Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le cas Konk...

Il a été une star du dessin de presse dans les années 1970. Il officiait alors dans les colonnes du Monde. Et puis Konk s’est mis à douter, à douter de tout. Y compris de la réalité des chambres à gaz. Ostracisé, il a fini sa carrière dans la presse d’extrême droite. Aujourd’hui à la retraite, il ne cesse de remâcher cette mise à l’écart. Mais sans jamais revenir sur ses convictions.

AVERTISSEMENT

Interviewer quelqu’un qui s’affiche comme un révisionniste n’est pas anodin. Et ne se décide pas à la légère. Nous y avons longuement réfléchi avant de prendre contact avec Konk. Mais, viscéralement attachés à la liberté d’expression, nous ne pouvions accepter qu’il devienne une sorte de pestiféré du seul fait de ses prises de position. Nous ne pouvions nous y résigner. D’autant que Médias donne systématiquement à entendre des points de vue radicalement opposés. Notre marque de fabrique.

Reste qu’il n’était pas question de mener cette interview en taisant nos positions et, en l’occurrence, notre répulsion pour ce révisionnisme qui, en niant les faits, blesse, meurtrit tous ceux qui ont eu à souffrir de l’Holocauste. Il n’est pas inutile de le dire – même si, nous semble-t-il, cela saute aux yeux à la simple lecture – tant, en France aujourd’hui, certains sont pris d’un goût effréné pour tout judiciariser, menaçant des tribunaux y compris ceux qui tentent simplement de voir et de comprendre.

Enfin, et c’est ce qui a emporté notre décision, il nous est apparu, après avoir rencontré Konk, que nous tenions là un début d’explication à ces questions : comment devient-on révisionniste ? Par quels détours et sur quel terreau intime ? À partir de quelle structure intellectuelle ? Une partie de la réponse réside dans les mots d’un Konk qui se raconte, ici, sans cacher la dimension très personnelle de ce qui ressemble à une dérive. Il le dit avec une rage rentrée. À l’heure où Céline refait l’actualité, les propos de Konk — et ses dessins — nous semblent d’un intérêt certain.

Vous avez toujours dessiné ?

Plus ou moins. En réalité, je n’avais pas trop le choix : je n’ai pas suivi beaucoup d’études... Il fallait bien que je fasse quelque chose. Et puis, j’avais envie de réussir. J’ai eu beaucoup de chance : j’ai envoyé mes dessins un peu partout. C’est Tim, un dessinateur de L’Express, qui m’a envoyé chez Fauvet, qui prenait la direction du Monde à cette époque-là, en 1969.

Politiquement, vous étiez de quel bord ?

Je ne sais pas bien. Peut-être rien du tout. Mes parents étaient plutôt conservateurs. Mais j’ai quand même participé aux manifs de 68 : je me souviens que je ne chantais pas l’Internationale car je n’en connaissais pas les paroles. Certains me regardaient de travers et devaient sentir que je n’étais pas un rouge bien convaincu...

Pourtant vos dessins dans Le Monde étaient des dessins politiques...

Ils le sont très vite devenus. Mais bon, j’avais 25 ans : on est de gauche à cet âge-là, c’est normal ! À 25 ans, dessiner dans le journal le plus prestigieux, ce n’est pas rien !

C’est vrai. Je n’avais aucune formation et je me suis retrouvé au milieu des plumes les plus connues. Un vrai conte de fées...

Vous êtes devenu une star du dessin ?

Ça m’a suivi et, d’une certaine façon, protégé. Encore aujourd’hui, certains me présentent comme « ancien dessinateur du Monde », comme si...

Vous trouvez cela injustifié ?

C’est effrayant ! Et très certainement exagéré. Cela aurait pu être n’importe qui d’autre. Je n’étais pas le meilleur dessinateur. Sans doute celui qui en voulait le plus, qui avait les dents les plus longues parce que j’avais l’épée dans les reins : il fallait que je réussisse.

Pas plus de talent que les autres ? Ce n’est pas ce que disent vos confrères dessinateurs... Wolinski dit de vous que vous étiez le plus doué de tous les dessinateurs politiques. Chenez et Plantu, que votre trait est extraordinaire...

Ils ne sont pas les plus mal placés pour en juger ! Je n’ai jamais pensé être un bon dessinateur : j’ai toujours souffert. Reiser avait un trait. Pour moi, ça a toujours été laborieux, j’ai toujours tiré la langue, percé mes feuilles à force de gommer, de recommencer. Et puis, parfois, j’étais content. Travailler beaucoup avait les avantages de ses inconvénients...

Un bosseur ?

Pourtant très paresseux. Un travailleur contraint. Je ne lâchais jamais un dessin tant qu’il ne me plaisait pas. J’ai bouffé de la gomme.

En 1973, alors que tout va bien, vous quittez Le Monde : que s’est-il passé ?

Je voulais monter une coopérative ouvrière de peinture en bâtiment. Comme mes parents adoptifs ne savaient pas quoi faire de moi car j’étais mauvais élève, ils m’avaient confié durant un an à un cousin, métreur en peinture (cela consiste à prendre des mesures pour établir des devis ou des mémoires). J’étais donc un peu du métier. Mais la coopérative a été un fiasco malgré ses dix-sept ouvriers. Pour gagner des clients, j’avais un secret : je pratiquais des prix nettement moins élevés que les autres. Du coup, c’était la fuite en avant permanente... Un vrai cauchemar !

Pourquoi cette coopérative ?

Je ne trouvais pas honnête de simplement revendiquer de meilleures conditions de travail ou de meilleurs salaires pour les ouvriers : il fallait mettre la main à la pâte. Mais je me suis rendu compte que les ouvriers eux-mêmes ne cherchaient pas forcément l’égalité entre nous : ce qu’ils désiraient, c’était que l’entreprise tourne. Ils m’envoyaient chercher des chantiers mais n’avaient pas très envie que je travaille à leurs côtés : chacun son rôle ! Bref, une espèce de malentendu assez drôle...

Au bout de deux ans, vous retournez au Monde...

Oui, pour payer mes dettes auprès de l’Urssaf. J’ai tout remboursé en quelques mois.

À votre retour, vous êtes à l’aise avec la ligne éditoriale du Monde ?

On veut toujours plaire à son employeur... Moi, je voulais la peau de Giscard. Alors qu’en fait, il n’était certainement pas pire qu’un autre. Mais c’était mon job de taper sur lui et je le faisais volontiers.

Votre job ou ce que vous pensiez ?

On s’arrange toujours pour penser ce qu’on a intérêt à penser. Le Monde, à cette époque, était tout à fait dans mes vues : on allait vers les matins radieux et le programme commun. Sans compter que l’on gagnait tous confortablement notre croûte... Il suffisait d’entrer chez Jacques Sauvageot pour demander une augmentation : on l’obtenait d’office.

Aucun état d’âme sur ce qu’écrivait le journal ?

Il était bien à gauche à l’époque et je l’étais encore moi-même puisque je klaxonnais dans le bois de Vincennes pour saluer l’élection de Mitterrand.

L’arrivée de la gauche au pouvoir change quelque chose ?

Mon boulot consistait à être antitout. Quand le PS est arrivé au pouvoir, j’ai eu envie de taper dessus, tout naturellement. On m’a un peu freiné. On m’a demandé de lui donner le temps... Il fallait épargner les nouveaux arrivants et cela ne me plaisait pas trop. Mais je n’ai pas quitté Le Monde parce qu’on me censurait : en réalité, il s’agissait d’une histoire de cœur ! Je sais, c’est risible. On ne fait pas les choses pour une seule raison : la plupart du temps, c’est une accumulation de petits détails qui vous poussent un jour à prendre une décision.

Vous atterrissez au Matin ?

Le mitterrandisme jusqu’au bout des ongles. Mais je n’y faisais pas de dessin politique : je m’étais lancé dans une BD préhistorique...

Puis, c’est L’Événement du jeudi ?

Ça se passe très bien avec Jean-François Kahn. Il me laisse faire ce que je veux. Jusqu’au procès Barbie.

C’est-à-dire ?

Au tout début des années 1980, des copains journalistes au Monde m’avaient fait lire des écrits de Faurisson. Au départ, comme tout le monde, je croyais à l’existence des chambres à gaz. Eux, qui étaient juifs, avaient été très troublés par ces textes. Dans leur communauté, le travail de Faurisson avait été très étudié et beaucoup s’étaient laissé convaincre par ses thèses avant, finalement, de rentrer dans le rang. À L’Événement du jeudi, j’étais très marqué par ces théories et j’ai dessiné Barbie en déporté avec une croix gammée cousue sur la poitrine derrière des barbelés. Encore une fois, Kahn a été très correct puisqu’il a accepté de passer mon dessin. Ensuite, Jean-Francis Held m’a demandé de partir, ce que j’ai fait.

Franz-Olivier Giesbert vient alors vous chercher pour travailler au Figaro ?

Il voulait sauver mon âme... Beaucoup avaient une espèce de nostalgie de ce que j’avais été et pensaient que j’étais devenu fou. Il fallait faire quelque chose pour moi, malgré moi.

Vous étiez vraiment devenu fou ?

Je ne pense pas, mais c’est vrai que le révisionnisme a pris chez moi une très grande place. C’est devenu le centre de mon existence. On parle de l’Holocauste, ou du moins on y fait allusion, trente fois par jour. C’est le pivot du monde occidental. L’histoire des cinquante dernières années de notre société est construite autour de cela, qu’il s’agisse de la morale, de la littérature, du cinéma ou de la politique. Je me sens constamment renvoyé à cela et agressé. Une véritable obsession.

Mais comment pouvez-vous douter de la Shoah ?

Mes doutes sont nourris par des arguments, des invraisemblances. Quand on accepte de regarder les choses en face, sans les œillères que nous avons l’habitude de porter lorsque l’on aborde cette question, il est évident qu’on est en face d’une incroyable exagération, voire d’un mensonge... Mais ce n’est pas propre à la Seconde Guerre mondiale. C’est la même chose avec le génocide arménien ou l’esclavage. Je crois que l’on devrait étudier d’un peu plus près toutes ces vérités qu’on nous assène... En fait, ce dont j’ai honte, c’est d’avoir cru si longtemps à ces horreurs sans même chercher à les vérifier. Ce n’est pas d’être révisionniste qui est honteux, c’est de ne pas l’être !

Les camps de concentration ont bien existé !

La thèse révisionniste consiste à dire qu’il n’y a pas eu intention d’exterminer les Juifs. Oui, il y a eu des déportations massives. Mais sans volonté d’extermination.

Ils étaient pourtant visés en tant que tels !

Oui, certainement. Au moins les juifs étrangers, car il ne me semble pas que les Juifs français aient été autant déportés que les autres.

Vous niez l’intention de tuer...

Les nombreuses personnes qui sont mortes dans ces camps ont davantage subi le typhus qu’une volonté délibérée de les assassiner... Le gros de l’hécatombe date de 1945, époque des terribles épidémies de typhus...

Vous citez toujours Faurisson. Mais il y a eu d’autres travaux, rédigés par des historiens extrêmement sérieux, et qui disent d’autres choses : pourquoi croire Faurisson et pas les autres ?

C’est sa démonstration de l’utilisation du Zyklon B qui a emporté mon adhésion. Les témoignages fournis sur la façon d’opérer ne correspondent pas aux précautions drastiques qui auraient dû être prises face à un produit aussi dangereux. Cela ne peut pas s’être passé ainsi. C’est invraisemblable... Et j’en veux aux journalistes, étant donné les conséquences, de ne pas être allés vérifier ces détails-là ! Au lieu de vérifier les informations, on se contente, par fainéantise, d’estimer leur crédibilité à vue de nez.

Vous connaissez Faurisson personnellement ?

Je l’ai rencontré plusieurs fois, et vu pas plus tard que l’été dernier chez lui à Vichy. Il habite dans un petit pavillon, dans une rue tranquille ; pas un seul graffiti sur les murs, c’est étonnant.

Comment expliquez-vous l’importance que ces positions ont prise dans votre vie ?

Je ne comprends pas que cela n’en ait pas plus pour vous ! On a découvert que la Terre était ronde, et vous ne voulez pas qu’on en parle sous prétexte que tout le monde dit qu’elle est plate... Mais elle est ronde et ça change tout ! Même si le dire est dangereux.

Ça a bousillé votre carrière ?

Oui.

Votre carrière ou votre vie ?

Je n’en sais rien. Quelques-uns gardent encore un peu d’admiration pour moi. Mon côté « seul contre tous ». Je n’étais pas assez docile. J’ai toujours rué dans les brancards. Mes idées étaient aussi peut-être un prétexte pour moins travailler. Allez savoir ! Il faut la tenir la place au Monde, il faut les pondre les dessins chaque jour. J’ai longtemps été pigiste et on ne mange que s’il y a publication... Certains le vivaient très bien. Moi, dès qu’on me refusait un dessin, je le prenais comme une offense personnelle. Une espèce d’orgueil mal placé... Vous n’imaginez pas combien je me suis senti libéré lorsque j’ai cessé de dessiner.

Une vraie pression ?

C’est affreux. Tout en donnant aux autres l’impression de ne rien faire. Ils nous croisent toujours les mains dans les poches à rêver car l’exécution du dessin en elle-même prend peu de temps.

Vous avez fini votre carrière dans la presse d’extrême droite ?

Pas par choix mais parce qu’elle était la seule à m’accepter...

À ce sujet-là, vous avez eu une phrase surprenante : « On est des avocats, on se met au service de nos clients. À Minute, je me suis mis au service de leur cause, le nationalisme. » Vous ne donnez pas vraiment l’impression d’avoir été très convaincu...

C’est vrai, je ne l’étais pas vraiment. Mais je crois que je le suis devenu par la suite...

Quand avez-vous cessé de dessiner pour ces journaux ?

Dès que j’ai pu prendre ma retraite : j’ai posé le crayon et ne l’ai jamais repris. Cela fait quatre ans environ que je ne dessine plus. À part une fois ou deux pour Faurisson qui souhaitait que j’illustre une couverture d’un de ses livres. Je souffrais beaucoup en dessinant. J’ai toujours rêvé d’avoir la technique d’un Cabu ou d’un Reiser. Je ne parle pas de l’inspiration, car je ne suis pas du tout sur la même ligne qu’eux. Mais d’une facilité à laquelle je n’ai jamais accédé.

Plantu pense que vous aviez surpris des journalistes en flagrant délit de mensonge — sur le Cambodge notamment —, et que vous avez alors considéré que l’on pouvait vous mentir sur tout.

Je me souviens en effet de ces grands reporters qui rentraient de reportage avec leur sac à dos. De Centrafrique, où ils écrivaient des conneries sur un Bokassa prétendument anthropophage. Ils vérifiaient à peine leurs informations. Lamentable...

Vous doutez de tout ?

Je suis un douteur professionnel à l’égard du discours dominant. Toutes les thèses un peu conspirationnistes ont ma sympathie, et les concernant, il en faut peu pour me convaincre. Je doute de l’existence de l’esclavage, de celle de Molière (qui serait Corneille), du sida, etc.

Y compris le 11-Septembre ?

Celle qui prétend que l’attentat a été organisé par Israël ou les ÉtatsUnis pour pouvoir intervenir en Afghanistan ? Non, je n’y crois pas, parce que c’est une idée monstrueuse et que je ne crois pas aux monstres.

Comment vous informez-vous ?

Durant trente ans, j’ai enquiquiné ma famille tous les soirs avec le sacro-saint journal de 20 heures. Tout le monde devait se taire. Aujourd’hui, cela ne m’intéresse plus. J’oublie même d’allumer la télé. Et quand elle est en marche, je la regarde d’un œil distrait.

Vous rencontrez encore vos confrères dessinateurs ?

Depuis cette histoire, je suis très isolé. Je doute qu’ils aient très envie de me fréquenter, même s’ils sont tous très gentils. Au fond, ça les a bien arrangés que je garde mes distances.

Vous êtes infréquentable ?

Un peu...

Cela vous rend amer ?

Bien sûr ! J’ai des comptes à régler...

Votre histoire personnelle joue un rôle dans vos convictions actuelles ?

J’ai été abandonné à la naissance et placé dans des familles où ça se passait plus ou moins bien. Mais rien de bien méchant. Les gens étaient même plutôt gentils.

Vous connaissez vos vrais parents ?

Non, mais j’aurais aimé. Pour connaître ma famille : j’ai peut-être des frères et sœurs. Pour avoir des repères aussi. Et des réponses à des questions toutes simples comme l’âge auquel ils sont morts, les maladies qu’ils ont contractées... Je suis né en 1944, donc conçu pendant l’occupation, ceci explique peut-être mon goût pour les nazis !

Vous aimez les gens sur lesquels tout le monde tape ?

Vous avez vu juste. En fait, pas la peine d’aller plus loin. Pas envie d’être du côté du manche. Par exemple, lorsque je travaillais à Minute, j’ai beaucoup tapé sur Bernard Tapie. Et puis, j’ai eu des regrets (il y avait eu le suicide de Bérégovoy) : je me suis dit que cela devait être très difficile à vivre pour lui, tout le monde le détestait. Je lui ai écrit un petit mot pour lui dire de ne pas faire attention à mes dessins, Il n’en a sans doute jamais vu aucun, il ne m’a pas répondu.

Vous regardez ce que font les autres dessinateurs ?

Il y a bien longtemps que je ne lis plus Le Monde. Ça m’intéresse très peu. En général, je n’aimais pas trop ce que faisaient les autres... Et quand j’aimais, j’étais furieux de n’en avoir pas eu l’idée !

Vous êtes influençable ?

J’ai besoin d’être encadré : comme je suis seul, je m’encadre moi-même. Je fume quatre cigarettes par jour et à heures fixes. J’ai décidé de me remettre à l’anglais et je ne lis plus que dans cette langue, mais comme j’ai du mal, je lis deux livres par an maximum. Une sieste tous les jours. Un peu psychorigide... Depuis quelque temps, je me suis raidi, sclérosé.

Chez Ardisson, vous avez dit des journalistes qu’ils étaient « tous à foutre à la poubelle ».

Et je continue à le croire, exception faite des journalistes spécialisés. Ceux de la grande presse n’ont pas fait et ne font pas leur travail. J’ai d’ailleurs décidé de ne plus leur parler, de ne plus répondre à leurs questions. Je n’ai pas de mal puisque aucun journaliste ne me pose de questions, à part vous. Ce sont des escrocs. Parce qu’ils ne sont pas solidaires des victimes du délit de mal penser, et aussi parce qu’ils n’ont pas suffisamment donné la parole aux révisionnistes. Certains ont essayé. Mais, généralement, ils ont pris une claque et sont vite rentrés dans le rang. Cela ne les empêche pas de dormir, aucun d’entre eux n’a démissionné de quoi que ce soit. Je suis certain que, sur le principe, bon nombre de journalistes sont contre la loi Gayssot. C’est tellement facile. On est contre mais on la laisse s’appliquer. Les journalistes sont là pour informer et ils n’ont pas fait leur boulot : c’est honteux ! C’est la presse qui fait la qualité d’une démocratie. Sans information, le vote des gens n’a aucun sens. Je me souviens de Franz-Olivier Giesbert qui disait : « Si on ne veut pas que Le Pen s’exprime, il suffit de ne pas lui donner la parole. » Mais Giesbert oublie que le journaliste n’est pas là pour décider qui a le droit ou non de parler !

Ils agissent ainsi par suivisme ou par calcul ?

Certainement par facilité, par paresse. C’est tellement plus simple.

Vous ne changerez jamais d’avis sur ces questions ?

J’aime beaucoup les voitures... Éventuellement, contre une Porsche Carrera 3L8, — même d’occasion, mais en bon état —, je pourrais peut-être trahir Faurisson. Faites au mieux !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #63437
    le 11/11/2011 par Olivier
    Le cas Konk...

    Etant donnée l’importance cruciale du journalisme dans une démocratie, dont c’est manifestement le 4ème pouvoir, il faudrait :
    - Qu’un Conseil National de l’Ordre des Journaliste soit mis en place, régule cette profession, et notamment puisse exclure un journaliste ayant contrevenu au code de déontologie de la profession, à l’instar des médecins, des avocats, des architectes, etc.
    - La saisine devrait être ouverte à tous, et via une institution judiciaire copiée sur le modèle du tribunal administratif.

    Dans ces conditions, le journalisme talmudique qui a vigueur exclusive dans notre pays serait stoppé, et notre démocratie pourrait retrouver le chemin de la santé.

    C’est en vigueur dans certains pays, et apparemment certains y pensent en France (http://odalage.wordpress.com/2011/0...).

    Que ce soit ms en place vite, et bien.

     

    • #63625
      le 11/11/2011 par Mate
      Le cas Konk...

      bahhhhh... ça existe déjà : c’est la HALDE (ou le CSA, au choix).

      Plus sérieusement, aucun corps intermédiaire, ne sera garant de quoique ce soit sinon du maintien ad vitam eternam des privilèges de sa corporation.

      Le privilège des journalistes, c’est l’argent, la médiatisation*.
      La contrepartie, c’est le concours au maintien au pouvoir de l’oligarchie.

      Un ordre supérieur des journalistes ne ferait que veiller à ce que cet équilibre soit maintenu.

      ------------------------------

      * qui, seule, vous assure la reconnaissances des crétins et des envieurs.


    • #63778
      le 12/11/2011 par fanfan1926
      Le cas Konk...

      mais cet Ordre existe sûrement, depuis longtemps... c’est pour cela que la ligne de conduite est unilatérale, mondialiste, ... et que les "zozos" qui se servent de leur cerveau sont éjectés ....


  • #63440
    le 11/11/2011 par Substance2004
    Le cas Konk...

    Je viens de lire avec un grand intérêt ce dessinateur que je connaissais de loin. Mais vous avez oublié une précision indispensable chez E&R à propos de cet entretien. Cette interview est de Emmanuelle Duverger et... Robert Ménard !

    Et là, j’entends déjà le bruit (et un très gros)... Si Ménard ne souhaite certainement pas faire un entretien avec Faurisson, cet interview marque un tournant... presque historique. Ménard fait un détour habile par un dessinateur révisionniste qui à ma connaissance n’a jamais été trainé dans les tribunnaux.

    Ménard ouvre une brèche dans tout ce qui peut y avoir de plus académique dans la presse depuis bien plus de 30 ans ! Et le dessin en bas de cet article (dont la sélection n’est pas la même dans Médias) illustre bien ce qui risque bien de se passer d’ici quelques années dans notre pays... : BOUM !

    Un site de ses dessins :
    http://dessins.de.konk.free.fr/

    Son Blog Konktextes
    http://konktextes.wordpress.com/


  • #63453
    le 11/11/2011 par Mister Cocktail
    Le cas Konk...

    On aime... forcement !


  • #63456
    le 11/11/2011 par dorpxam
    Le cas Konk...

    Le premier dessin "le clebs qui se lâche sur un commerce juif" ... une tuerie. J’ai failli m’étrangler de rire. Je ne sais pas de quelle année date ce dessin ? Mais un chose qui est sur c’est qu’il est d’une actualité effrayante ! Clairvoyant le Konk !

    Konkupiscent ? Non juste Konkret !

     

    • #63512
      le 11/11/2011 par Le petit reporter
      Le cas Konk...

      Tiens !, @dorxpam : une tuerie pour un carnage . Va voir la CHARD, le KONK en jupons. Tu as aimé KONK, tu vas adorer CHARD .

      Je me régale de ses dessins au karcher depuis......depuis.....vingt et un ans ( Rivarol, National Hebdo, Présent ) . Tout y passe : les faux-culs cathos, les franc-macs, l’immigration-invasion, Israël et son Crif , la Gauche, la Droite, les ricains, les rosbifs, les camemberts du Président et sa fromagerie, les zomos et la presse- poubelle bref, toute cette "République irréprochable" et ses " lumières" pas très claires.

      Et..... ne t’étrangles pas ! Salut.
      C’est par là :http://dessinsdechard.free.fr/


    • #63542
      le 11/11/2011 par dorpxam
      Le cas Konk...

      Merci l’ami. Je met ça dans mes favoris direct. Merci pour le lien ;)

      Faut juste que j’évite de manger ou boire en matant les dessins, on ne sais jamais ! :)


    • #63727
      le 12/11/2011 par Vent Couvert
      Le cas Konk...
  • #63467
    le 11/11/2011 par fanfan1926
    Le cas Konk...

    Il y a des personnes célèbres qui n’ont pas hésité à rester intègres, face à l’histoire officielle, ils se sont servi de leur cerveau .... Monsieur KONK, on récolte ce que l’on sème, et ne vous y trompez pas, vous allez avoir une récolte fabuleuse, c’est le respect et l’admiration des gens honnêtes, sincères, qui cherchent à comprendre comment, individuellement et collectivement, les français ont si peu de talents. Ces talents et savoirs ont été mis à la trappe par l’esprit commun, dominé par les médias, qui vendent du temps de cerveau, pas seulement au moment des pubs, mais aussi tout au long de la journée, aux JT, sacrées soirées, chouette ! dimanche !, etc ..... et surtout écartés des circuits culturels, économiques, désintégrés par le travail de sape de cette fameuse et puissante communauté qui "a bien vendu son produit", à savoir, l’holocauste. (Dixit Claude Sarraute, que ça fait bien marrer).
    A l’époque où vous dessiniez, je ne lisais pas la presse nationale, je découvre vos dessins aujourd’hui. Ils sont très actuels, et sonnent juste !!! Je vous remercie pour votre constance ! Vous avez résisté, vous résistez encore ! Ca me rassure sur ma propre condition.


  • #63490
    le 11/11/2011 par patrick kever
    Le cas Konk...

    vive konk !! y en a marre de se coucher devant les menteurs, les salauds,le journal parler,les politiques, les profs, les patrons etc.... !!!


  • #63524
    le 11/11/2011 par Rachid
    Le cas Konk...

    Il est interessant de savoir que Menard est le co-intervieweur.

    On lui reproche souvent d’etre mi-figue mi-raisin, mais de plus en plus on voit son abilité, il connait le systeme et avance centimetre par centimetre.

    Salutations a M.Konk


  • #63532
    le 11/11/2011 par damien
    Le cas Konk...

    Tout y est, même une caricature de la vraie démocratie cf Chouard,
    avec chaque français gouvernant pendant 40 secondes !


  • #63555
    le 11/11/2011 par Seber
    Le cas Konk...

    Un sacré Konk ! A Konk sacré !


  • #63636
    le 11/11/2011 par carnyx
    Le cas Konk...

    konk est pour moi le meilleur dessinateur politique vivant. Si il n avait pas été aussi courageux et si il était resté a genoux,il serait sans aucun doute reconnu comme tel par toute l intelligentsia médiatique.
    Il l a échappé belle !


  • #63701
    le 11/11/2011 par tatiebaba
    Le cas Konk...

    BRAVO Monsieur KONK ! Pour votre intelligence, votre courage !
    Ne changez pas !


  • #63729
    le 12/11/2011 par Vent Couvert
    Le cas Konk...

    Rappel
    Ardisson interviewant Konk : http://www.youtube.com/watch?v=MPRN...


  • #63834
    le 12/11/2011 par Saroumane38
    Le cas Konk...

    "Y compris le 11-Septembre ?

    Celle qui prétend que l’attentat a été organisé par Israël ou les ÉtatsUnis pour pouvoir intervenir en Afghanistan ? Non, je n’y crois pas, parce que c’est une idée monstrueuse et que je ne crois pas aux monstres."
    Je suis le seul à trouver cette phrase très con ?


  • #63904
    le 12/11/2011 par jo
    Le cas Konk...

    Je ne comprends pas très bien sa position sur l’esclavage et le 11 septembre. Quelqu’un peut-il m’expliquer ?