Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le déclin de la recherche fondamentale publique en France

[…]

2019 a été l’année de la célébration du 80e anniversaire du CNRS, premier organisme public de recherche européen, dont l’une des missions majeures est le développement de la recherche fondamentale, celle qui vise à acquérir de nouvelles connaissances sans en envisager a priori une utilisation particulière et qui construit le socle de l’innovation de demain.

 

Au même moment étaient présentés les rapports des groupes de travail sur la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ces deux événements ont mis le projecteur sur la situation de la recherche française et le constat est unanime : la France perd du terrain et le niveau de financement de sa recherche est insuffisant. Elle n’investit que 2,2 % de son PIB dans la recherche, moins que les États-Unis (2,8 %) et très loin derrière le Danemark, la Suisse, et l’Allemagne qui dépassent les 3 %, quand la Corée du Sud et Israël sont au-delà des 4,5 % !

[…]

[…] Les géants du web (les fameux Gafam) engagent des sommes comparables, voire supérieures à celles des plus grandes nations scientifiques. Le budget de recherche d’Amazon en 2018 était ainsi sept fois supérieur à celui du CNRS. À terme, le risque est que, dans les domaines de la médecine personnalisée et de l’intelligence artificielle, nous dépendions d’intérêts privés dans l’accès aux nouvelles technologies.

[…] Il pourrait être tentant d’orienter les financements vers quelques grands thèmes en relation avec les questions sociétales actuelles, au détriment de tous les autres. Ce serait oublier que, de façon générale, quand on cherche, on ne sait pas ce qu’on va trouver et que la recherche fondamentale et le développement technologique qui s’ensuit procèdent par rupture. Ainsi, l’immunothérapie, qui a changé la donne dans le traitement de certains cancers, résulte de découvertes récentes en immunologie fondamentale. Cette stratégie thérapeutique n’a rien à voir avec la chimiothérapie et la radiothérapie utilisées classiquement.

[…]

Si [le déclin actuel du financement de la recherche française] se poursuit, c’est dans une dizaine d’années qu’on comprendra qu’il nous aura définitivement condamnés […] au statut de nation de seconde zone dans le domaine des technologies de pointe.

Lire l’intégralité de l’article sur liberation.fr

 

La science pour mieux appréhender le monde, sur E&R :

Pendant ce temps, en Union européenne… sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le déclin (de la recherche fondamentale publique en) de la France...tout court...

     

  • Tant mieux ! La R&D coute "un pognon de dingues" et ne sert, sauf exception, à rien.
    On fait des recherches pour justifier sa position et non pour le bien commun.

     

    • Oui et non. Vous êtes trop tranchant. Mais, vous avez raison en partie, entre celui qui recherche pour le cancer (avec bâton dans les roues) et le connard qui passe une vie sponsorisée à étudier le scarabée de je ne sais où, je suis amené à vous rejoindre. La recherche devrait être « ciblée » (Ce n’est pas le but). Bref, l’eau du bain et tout le toutim, c’est bien abrupt. Bien à vous


    • personnellement je préfère le connard qui s’interesse au scarabé, il a plus de chances de trouver un truc utile que votre abruti qui planche depuis 50 ans sur une chimère : le cancer, soit une dégénérescence tout à fait naturelle de certaines cellules au lieu de s’interesser aux cause de l’augmentation de ces dégénérescences, elle totalement anormale, durant les dernières décénies.


  • #2381099

    "la recherche fondamentale, celle qui vise à acquérir de nouvelles connaissances [...] la France perd du terrain et le niveau de financement de sa recherche est insuffisant." Eh allez, encore des dogmatiques de la gnose qui réclame du fric, c’est une vrai marotte chez eux, c’est fou. Ils sont possédés les mecs.

    Scientifique, éducation, armée, ... tout le monde réclame du fric alors qu’en France, on a l’un des taux de prélèvement obligatoire les plus élevé au monde. C’est la république qui nous ponctionne tout ce fric mais personne ne veut la foutre à terre. Ça vote tranquille, tout va bien madame la marquise. Foutre du pq dans une urne, c’est le saint Graal du pouvoir pour les gens. Je comprends que l’on soit en fin de race.


  • Certes mais nous avons plein de futurs Montaigne, c’est notre nouvelle arme technologique de pointe et secrète ! Vous zallez voir tout le potentiel de ces nouvelles vaches à lait...


  • #2381115

    Peu importe qu’on investisse à fond dans le public , de toute façon c’est toujours privatisé au final par le pouvoir. Sachez aussi que vous donnez par l’argent public et la contribution de la France à l’UE des millions d’euros chaque année pour la recherche aux USA et à Israël ! L’UE qui est censée faire face aux USA comme le dit le slogan , finance à une proportion non négligeable du budget la recherche en dehors de l’UE . Allez voir une des dernières vidéos d’Asselineau il en parle.

     

  • Il n’est pas étonnant qu’on ne fasse plus de grandes découvertes en biologie, quand on s’impose des œillères théoriques fausses sur le vivant et son origine.


  • #2381233

    Selon des livres écrits par le professeur de physique des universités Jean-Marc Lévy-Leblond, l’humanité n’a fait aucune découverte scientifique fondamentale, en physique ou chimie ou biologie, depuis 1950. Sources : Auto-critique de la science, La pierre de touche, L’esprit de sel.

     

  • Libé ose comparer la France... à la Suisse et au Danemark.
    La France est un pays du tiers-monde comparé à ces deux pays européens.

    Effectivement, le gauchisme est une maladie mentale.


  • #2381291
    le 05/02/2020 par Cherche Médor ! Cherche !
    Le déclin de la recherche fondamentale publique en France

    A force de recevoir des futurs Montaigne ce pays subit une baisse de QI, donc on a beaucoup plus de chercheurs que de trouveurs ..... en attendant il y en a qui s’engraissent ......


  • Dans une époque où l’on a un journaleux mainstream qui touche mensuellement jusqu’à soixante dix mille euros,un footballeur des dizaines,voire des centaines de millions d’euros sur une dizaine d’années de carrière ,un professeur spécialiste en médecine,et en fin de carrière,sept,ou huit mille euros,etc...cela donne un idée sur les"valeurs"de cette époque.Depuis la nuit temps,et jusqu’à l’effondrement de l’URSS,le savoir mettait le savant,le chercheur au sommet des honneurs qu’accorde la nation,quelle qu’elle soit,à ses enfants prodiges. Et la question prégnante est celle-ci : pourquoi on assiste à cette inversion de la pyramide des valeurs,et son troublante accélération après la disparition de l’URSS ? Évidemment,l’erreur courante que commettent certains penseurs,pourtant sérieux,est de considérer certaines causes,d’un phénomène majeur,comme conséquences et inversement. Ce phénomène du déclin de la recherche fondamentale et l’émergence,suivie de l’essor brutal de certains phénomènes,cités plus haut,considérés sur de très longues périodes comme marginaux,n’échappe pas à cette erreur d’analyse. Un élément à ne pas perdre de vue en la matière,celui des responsabilités en matière de recherche fondamentale et de recherche appliquée. La question a été tranchée il y a déjà quelques décennies,après un débat sérieux : la recherche théorique est à porter par l’Etat. La recherche appliquée par le secteur productif.
    Revenons à la réflexion sur ce grand thème. Certains penseurs américains,considérés comme fins connaisseurs en stratégie et en Histoire ont abordé les questions de l’évolution de l’humanité.Parmi eux,Samuel Huntington et Francis Fukuyama. Évidemment,et malgré la pertinence de certains paragraphes de leurs ouvrages respectifs : "Le choc des civilisations et"La fin de L’Histoire",la portée de cette pertinence se trouve considérablement réduite du fait de leur appartenance au groupe américain,dit"néoconservateurs".
    Ces modestes lignes,apportent peut-être quelques éléments à cette vaste problématique. D’autres penseurs,mieux qualifiés,et surtout venant d’horizons mieux placés pour indiquer les pistes de progrès,et surtout les freins au progrès d’ordre moral,scientifique et matériel qui empêchent l’humanité de progresser.

     

  • Ca ne sert absolument à rien de donner de l’argent au CNRS, les directeurs de recherche sont des hyper-prédateurs sociaux : ils sont payés à vie quoiqu’il arrive, qu’ils aient des résultats scientifiques ou pas du tout. A un moment pour pouvoir prendre contact avec certains qui étaient partis dans les îles au frais de la princesse l’administration comptable a été obligée d’arrêter de leur verser leur salaire pour qu’ils veuillent bien se manifestenter. C’est le pire du "service public à la frâonçaise" le CNRS. On est plus au 19ème siècle où les gens étaient tenus par l’éthique scientifique et avaient de la tenue morale, on est dans la post-modernité où les gens sont des déchets humains. Il faut un système où un type capable de faire de la science puisse virer de façon réglée le prédateur social à statuts. C’est un problème qui concerne absolument toutes les prestations publiques pas seulement le CNRS : santé, sncf, sécu, état etc. etc.


  • Pas grave, on a l’habitude que la France lâche tout, pendant ce temps là la Chine, l’l’Inde, l’Indonésie et autres pays asiatiques avancent très fortement dans ce domaine et ces pays n’ont pas l’intention de s’arrêter. Le tiers monde va changer d’endroit si ça continue.


  • Les labos privés paient plus que le public .


  • Plus grave que le problème du financement est celui de l’idéologisation de secteurs entiers de la recherche scientifique qui, de fait est soumise à des options politiques.


Commentaires suivants