Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le demi-intellectuel Pascal Boniface terrifié par tout lien avec Alain Soral

Le pauvre se sent "sali" par le harceleur Haziza et son compère Encel

Photo : oui, c’est bien la Légion d’honneur
au revers de sa veste

 

 

En juin 2015, le demi-intellectuel et faux courageux Pascal Boniface, directeur et fondateur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), déclarait : « Frédéric Haziza et Alain Soral sont les deux faces d’une même pièce. » Deux ans plus tard, le trouillomètre n’est pas descendu pour celui qui veut conserver son association reconnue d’utilité publique (et financée par le ministère français de la Défense).

 

Accusé par Frédéric Haziza et Frédéric Encel de ne pas suffisamment se désolidariser d’Alain Soral, Boniface se sent obligé de se justifier, comme pour demander à ses oppresseurs de taper moins fort.

Viré du Parti socialiste en 2003 suite aux pressions de BHL et du Cercle Léon Blum, Boniface voit le soupçon d’antisémitisme peser sur lui depuis qu’il a osé prôner une position équilibrée dans le conflit israélo-palestinien. Depuis, il ne cesse de faire profil bas sur la question et de donner des gages au Lobby. Au point, par exemple, d’intégrer le converti Jean-Yves Camus à l’IRIS en 2006.

Mais les sionistes ne pardonnent pas. Frédéric Haziza et Frédéric Encel lui ordonnent la soumission intégrale, celle qui oblige à cracher sur un honnête patriote et sur son travail. Et Boniface de se soumettre aussitôt...

Il est loin le temps où il venait pleurnicher à la Main d’Or auprès d’Alain Soral, se plaignant d’avoir été éjecté du PS par une certaine communauté !

 

- Rédaction E&R -

 


 

Salir un homme

 

Quelques personnes, choquées par les méthodes utilisées, m’ont signalé une manœuvre indigne, fomentée conjointement par Frédéric Haziza et Frédéric Encel, afin de m’associer à l’extrême droite.

 

Ce lien pouvant apparaître assez peu naturel, il apparaît nécessaire d’en forcer le trait. Peu importe qu’il soit légèrement incompatible avec les accusations « d’islamo-gauchisme », venant des mêmes personnes. Mais bon, passons.

Je ne peux pas passer mon temps à réagir à leurs attaques fielleuses, constantes depuis 2001 [1]. J’y perdrais en effet beaucoup de temps et d’énergie. Mais, parfois, quand les limites de l’acceptable sont toujours plus repoussées, je me dois de réagir.

F. Encel a envoyé, à une large liste de destinataires (environ 600 personnes), un document fourni par F. Haziza, où on me voit à côté d’Alain Soral, avec le commentaire suivant :

« Un antisioniste fanatique aux côtés d’un fasciste – repris de justice lui aussi – et ne le désavouant pas ! Intéressant, non ?... ».

 

 

Oui, en effet. Tout ceci est intéressant.

D’abord, parce que la méthode est des plus choquantes. Plutôt que de m’interpeller publiquement, afin que je puisse me justifier (ce qui devait justement être évité), F. Encel a opté pour la dénonciation calomnieuse. Ce message ne devait jamais arriver à mes yeux. Pour ma part, lorsque je critique quelqu’un, je le fais publiquement. Je ne pratique pas ce genre de procédé qui porte un nom très clair : la délation.

Ensuite, parce que cette dénonciation est basée sur une manipulation grossière, loin de faire honneur à ceux qui s’y prêtent. Concernant Soral, mes positions sont plus que claires. Je renvoie chacun au chapitre qui lui est consacré dans mon ouvrage Les Pompiers pyromanes [2], où j’évoque également, par ailleurs, Encel et Haziza.

Le fait d’avoir participé à un débat organisé par Robert Ménard, et auquel était également convié A. Soral, suffirait, à leurs yeux, à prouver mes inclinations pour l’extrême droite. Le problème est que ce débat s’est tenu en 2009 (et non, récemment), alors que R. Ménard venait tout juste de quitter ses fonctions de Secrétaire général à Reporters sans frontières et bien avant qu’il n’ait pris son virage politique à l’extrême droite. Je n’avais, en effet, pas anticipé ce dernier, pas plus que Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme, également annoncé et Michel Tubiana, président de la Ligue des droits de l’homme (mais, sur la photo diffusée, on ne voit qu’A. Soral et moi).

Lire la suite de l’article sur blogs.mediapart.fr

 


 

À revoir, le colloque « Sur la liberté d’expression »
organisé par Robert Ménard en 2009,
avec Alain Soral, Pascal Boniface et Michel Tubiana :

 

L’intervention de Pascal Boniface :

 

L’intervention d’Alain Soral :

 

Suite de l’intervention d’Alain Soral :

 

Notes

[1] Leur obstination peut d’ailleurs interroger : sont-elles personnelles ? Sont-ils missionnés ?

[2] BONIFACE (Pascal), Les pompiers pyromanes : ces experts qui alimentent l’antisémitisme et l’islamophobie, Max Milo, 2015.

Ce que Boniface n’a pas le courage de dire,
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est vraiment dommage car je me souviens de ses prises de positions toujours assez critiques et accusatoires envers toutes sortes de dysfonctionnement de l’exercice du pouvoir et des médias. D’ailleurs ces deux vont de pair dans notre nouvelle société, basée sur rien : il n’y a pas de "chef" accepté naturellement, ce sont les médias qui font croire et mettent en image la popularité du régime en place dans ce pays ; sans les médias (j’irais plus loin : sans le JT de 20h) le régime truqué de France ne marcherait pas. Ce Boniface me déçoit. Il ferait mieux de prendre conscience qu’en se couchant et en acceptant de "diaboliser" les ennemis de ceux que lui-même dénonçait (les chiens de garde) ; qu’il sache qu’il ne restera pas plus dans l’histoire en collaborant. C’est un pot vide qui ne sert à rien à part valider le régime en place.


  • Hahaha, ce pauvre Pascal fait tout ce qu’il peut sur le "Service" "Public" (F5, F24 entre autre) pour se défaire de sa Croix et relayer la doxa sur l’Iran, le Venezuela, la France, l’UE et même le foot, les JO, etc... Mais rien à faire, ni pardon, ni oubli... Je suis triste pour lui, c’est pas zuste :(


  • Biographie
    "Frédéric Encel fait ses premiers pas de militant au sein de l’organisation des jeunes du Likoud".

    Sans commentaire............


  • A. Soral magistral..


  • Question pour Soral Viguier et Dieudo à propos de la secte du sionisme et de tous ses réseaux Crif, Licra, Ligue des Droits de L’Hom... en France, je prend des éléments de texte du site offciel du ministere contre la dérive sectaire :

    "L’absence de définition de la secte n’efface pas la réalité de l’existence de victimes des dérives de certains mouvements sectaires. A défaut de définir juridiquement ce qu’est une secte, la loi réprime tous les agissements qui sont attentatoires aux droits de l’homme ou aux libertés fondamentales, qui constituent une menace à l’ordre public, ou encore qui sont contraires aux lois et aux règlements, commis dans le cadre particulier de l’emprise mentale.

    La notion de dérive sectaire n’est pas non plus définie par la loi. Il s’agit en réalité d’un concept opératoire, permettant de déterminer un type de comportement bien précis qui appelle une réaction de la part de la puissance publique. Son approche est à la fois pragmatique et textuellement encadrée.

    Pragmatique, car c’est sur la base de critères précisés par plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires qu’a été élaboré un faisceau d’indices permettant de caractériser l’existence d’un risque de dérive sectaire :

    - la déstabilisation mentale
    - le caractère exorbitant des exigences financières,
    - la rupture avec l’environnement d’origine,
    - l’existence d’atteintes à l’intégrité physique,
    - l’embrigadement des enfants,
    - le discours antisocial,
    - les troubles à l’ordre public
    - l’importance des démêlés judiciaires,
    - l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels,
    - les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

    Un seul critère ne suffit pas pour établir l’existence d’une dérive sectaire et tous les critères n’ont pas la même valeur. Le premier critère (déstabilisation mentale) est toutefois toujours présent dans les cas de dérives sectaires.

    Textuellement encadrée, car la notion de dérive sectaire, sans être juridiquement définie ou spécifiquement incriminée, peut être précisée par le recours à différents textes de référence qui permettent de mieux en cerner le contour"

    > Bref la il est incontestable que c’est exactement tout ce que dénoncent et subissent Soral et Dieudonné ! Alors la question : comment se fait il que nous n’avons pas encore éradiqué tous ces réseaux sectaires aux commandes de la France et des médias en France ??? A commencer par remettre de l’ordre chez les juges et la justice en général ?

     

  • #1809701

    Effectivement... Il ne pouvait pas mieux commencer.


  • Il avait commis un petit bouquin intéressant : "Les intellectuels faussaires" (sous-titre : le triomphe médiatique des experts en mensonge).

    http://www.iris-france.org/publicat...

    C’était assez intéressant et l’on y trouvait évidemment le "seigneur et maître des faussaires", BHL, mais aussi la championne dans la catégorie féminine, Caroline Fourest.

    En ridiculisant ces deux-là, fallait pas qu’il s’attende à recevoir des chocolats. Mais pourquoi ne comprend-il pas que toute tentative de justification auprès de la mafia sioniste ne peut qu’entraîner une exigence de soumission encore plus grande ?

     


  • F. Encel, ancien du Betar, ne se privait pas de souligner, il y a quelques années, son admiration pour Jabotinsky, qualifié à de nombreuses reprises comme son « maître à penser ».



    Très intéressant car l’Israël actuel est le fruit de l’alliance du sionisme militariste révisionniste (Jabotinski) avec le nationalisme religieux messianique (Gush Emmunim, pour qui la recolonisation d’Israel par les juifs doit permettre la rédemption messianique).

    Si l’on veut connaître la version israélienne de n’importe quel fait, n’importe quel événement, il faut écouter Encel, mais il faut aussi l’écouter en sachant que l’on n’aura jamais de lui rien de plus que la version israélienne...


  • Je me souviens de ce Boniface à l’époque de la guerre en Yougoslavie 1991 1996, son analyse était d’une médiocrité et d’une partialité inouïes et abjectes.
    Il me donnait la nausée ce misérable pleutre.


  • Sûr qu’il doit flipper : à la sortie des "Pompiers Pyromanes", alors que le Zozo s’inquiétait de la pseudo obsession juive de Boniface et crachait son venin, un loustic tentait de le rassurer avec ce commentaire : « Vous inquiétez pas Mr Haziza. Ulcan va s’occuper de Pascal Boniface. » Jusqu’à en oublier la négation. C’est fou, non ?


  • Pardi ! Il craint par dessus tout de perdre sa belle "situation"...


  • Dans "Soumission" Houellebecque parle de "l’égoïsme absolu" des baby-boomers... Macron, qui veille à la moralité publique - va les rendre plus "altruiste"...


  • Pascal Volte-Face.

     

  • Quel homme.
    Bravo pour votre intégrité et votre pureté.
    Sincèrement vôtre
    Sounor


  • 1 tiers d’intellectuel.


  • Une seule solution, Pascalou : rejoindre l’extrême-droite israëlienne. Celle-là, tu peux...


  • Encel qui trouve que le nationalisme israélien c’est bien mais que le nationalisme français c’est mal(fasciste ), on a tout compris.


  • Vu aux géopolitiques de Nantes, sa ceinture tenait solidement son pantalon qui ne demandait qu’à tomber.


  • Au début de la guerre d’agression contre la Syrie et voyant l’énorme saloperie venir, j’avais engagé un dialogue avec ce monsieur que je respectais et lisais depuis des années. Mais j’ai vite vu qu’il cherchait a se défausser. Son employeur tellement impliqué et lui tellement au courant (mon explication retrospective) qu’il devait se faire dessus. Oui momsieur Boniface cette inutile boucherie aurait pu finir vôtre carrière confortable, mais le petit peuple vous aurait soutenu, car après tout il y une vie après la soumission. Je dois encore avoir ses réponses de tapette qui regarde ses pompes quand dehors la guerre gronde sous nos fenêtre.


  • Pascal Boniface est un homme très respectable. Intellectuel, universitaire, défenseur de la liberté d’expression, auteur du livre "Les Intellectuels faussaires", critique d’Israël (ce qui lui vaut les attaques des deux Frédéric), dénonciateur des manipulations du clan BHL-Fourest ...

    Ceux qui le critiquent se font les alliés objectifs de ses adversaires ! Réfléchissez une seconde.
    Que lui reprochez-vous ? De ne pas chanter les louanges d’Alain Soral ? Depuis quand est-il obligatoire de partager totalement et sans réserve toutes les analyses de Soral ? Est-ce votre conception de la liberté d’expression et de la dissidence ? Refusez-vous la soumission au lobby pour réclamer celle à E&R ?

    Un peu de logique, voire de stratégie, s’il vous plaît !


Commentaires suivants