Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le demi-intellectuel Pascal Boniface terrifié par tout lien avec Alain Soral

Le pauvre se sent "sali" par le harceleur Haziza et son compère Encel

Photo : oui, c’est bien la Légion d’honneur
au revers de sa veste

 

 

En juin 2015, le demi-intellectuel et faux courageux Pascal Boniface, directeur et fondateur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), déclarait : « Frédéric Haziza et Alain Soral sont les deux faces d’une même pièce. » Deux ans plus tard, le trouillomètre n’est pas descendu pour celui qui veut conserver son association reconnue d’utilité publique (et financée par le ministère français de la Défense).

 

Accusé par Frédéric Haziza et Frédéric Encel de ne pas suffisamment se désolidariser d’Alain Soral, Boniface se sent obligé de se justifier, comme pour demander à ses oppresseurs de taper moins fort.

Viré du Parti socialiste en 2003 suite aux pressions de BHL et du Cercle Léon Blum, Boniface voit le soupçon d’antisémitisme peser sur lui depuis qu’il a osé prôner une position équilibrée dans le conflit israélo-palestinien. Depuis, il ne cesse de faire profil bas sur la question et de donner des gages au Lobby. Au point, par exemple, d’intégrer le converti Jean-Yves Camus à l’IRIS en 2006.

Mais les sionistes ne pardonnent pas. Frédéric Haziza et Frédéric Encel lui ordonnent la soumission intégrale, celle qui oblige à cracher sur un honnête patriote et sur son travail. Et Boniface de se soumettre aussitôt...

Il est loin le temps où il venait pleurnicher à la Main d’Or auprès d’Alain Soral, se plaignant d’avoir été éjecté du PS par une certaine communauté !

 

- Rédaction E&R -

 


 

Salir un homme

 

Quelques personnes, choquées par les méthodes utilisées, m’ont signalé une manœuvre indigne, fomentée conjointement par Frédéric Haziza et Frédéric Encel, afin de m’associer à l’extrême droite.

 

Ce lien pouvant apparaître assez peu naturel, il apparaît nécessaire d’en forcer le trait. Peu importe qu’il soit légèrement incompatible avec les accusations « d’islamo-gauchisme », venant des mêmes personnes. Mais bon, passons.

Je ne peux pas passer mon temps à réagir à leurs attaques fielleuses, constantes depuis 2001 [1]. J’y perdrais en effet beaucoup de temps et d’énergie. Mais, parfois, quand les limites de l’acceptable sont toujours plus repoussées, je me dois de réagir.

F. Encel a envoyé, à une large liste de destinataires (environ 600 personnes), un document fourni par F. Haziza, où on me voit à côté d’Alain Soral, avec le commentaire suivant :

« Un antisioniste fanatique aux côtés d’un fasciste – repris de justice lui aussi – et ne le désavouant pas ! Intéressant, non ?... ».

 

 

Oui, en effet. Tout ceci est intéressant.

D’abord, parce que la méthode est des plus choquantes. Plutôt que de m’interpeller publiquement, afin que je puisse me justifier (ce qui devait justement être évité), F. Encel a opté pour la dénonciation calomnieuse. Ce message ne devait jamais arriver à mes yeux. Pour ma part, lorsque je critique quelqu’un, je le fais publiquement. Je ne pratique pas ce genre de procédé qui porte un nom très clair : la délation.

Ensuite, parce que cette dénonciation est basée sur une manipulation grossière, loin de faire honneur à ceux qui s’y prêtent. Concernant Soral, mes positions sont plus que claires. Je renvoie chacun au chapitre qui lui est consacré dans mon ouvrage Les Pompiers pyromanes [2], où j’évoque également, par ailleurs, Encel et Haziza.

Le fait d’avoir participé à un débat organisé par Robert Ménard, et auquel était également convié A. Soral, suffirait, à leurs yeux, à prouver mes inclinations pour l’extrême droite. Le problème est que ce débat s’est tenu en 2009 (et non, récemment), alors que R. Ménard venait tout juste de quitter ses fonctions de Secrétaire général à Reporters sans frontières et bien avant qu’il n’ait pris son virage politique à l’extrême droite. Je n’avais, en effet, pas anticipé ce dernier, pas plus que Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme, également annoncé et Michel Tubiana, président de la Ligue des droits de l’homme (mais, sur la photo diffusée, on ne voit qu’A. Soral et moi).

Lire la suite de l’article sur blogs.mediapart.fr

 


 

À revoir, le colloque « Sur la liberté d’expression »
organisé par Robert Ménard en 2009,
avec Alain Soral, Pascal Boniface et Michel Tubiana :

 

L’intervention de Pascal Boniface :

 

L’intervention d’Alain Soral :

 

Suite de l’intervention d’Alain Soral :

 

Notes

[1] Leur obstination peut d’ailleurs interroger : sont-elles personnelles ? Sont-ils missionnés ?

[2] BONIFACE (Pascal), Les pompiers pyromanes : ces experts qui alimentent l’antisémitisme et l’islamophobie, Max Milo, 2015.

Ce que Boniface n’a pas le courage de dire,
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents