Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le gaz de schiste américain va-t-il changer la donne géopolitique en Europe centrale ?

L’événement est présenté en Pologne comme une étape historique pour mettre fin à la dépendance de la Pologne et de l’Europe centrale et orientale vis-à-vis du gaz russe.

 

La compagnie gazière polonaise PGNiG a annoncé le 21 novembre la signature avec Centrica LNG Company Ltd d’un contrat de cinq ans pour la livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) au nouveau port gazier polonais de Świnoujście sur la mer Baltique. Le contrat porte sur l’envoi de neuf méthaniers sur la période 2018-2022. Le gaz proviendra du terminal à GNL Sabine Pass de Cheniere Energy en Louisiane. PGNiG avait reçu sa première livraison de gaz américain en juin dernier, mais c’était un achat ponctuel sur le marché au comptant. Ce premier achat avait précédé la visite du président américain Donald Trump à Varsovie où il avait parlé gaz avec les dirigeants de plusieurs pays d’Europe centrale réunis dans le cadre de l’Initiative des trois mers.

 

Ne voulant plus dépendre du gaz russe, la Pologne diversifie ses contrats pour l’achat de gaz

Côté diversification, la Pologne achète, outre le gaz naturel russe livré par gazoducs dans le cadre d’un contrat portant jusqu’à 2022, du GNL qatari également livré par le terminal de Świnoujście en vertu d’un contrat de longue durée, et aussi du gaz sur le marché au comptant. La compagnie polonaise PGNiG a encore fait une offre de réservation des capacités du gazoduc Baltic Pipe qui reliera en 2022 les gisements marins norvégiens à la Pologne. Le contrat pluriannuel pour la livraison de GNL américain, issu des gisements de gaz de schiste, est le premier contrat d’importation de gaz américain en Europe centrale et orientale.

 

Le GNL américain va réduire le poids politique et économique de la Russie en Europe centrale et orientale

Pour le média du gouvernement russe Sputnik, la décision d’acheter du gaz américain est politique et il est improbable que la Pologne puisse réaliser son projet de revendre une partie du gaz à d’autres pays de l’UE dans la mesure où le gaz russe livré par gazoducs serait meilleur marché. Mais les médias polonais affirment au contraire que le gaz russe, qui couvre environ les deux tiers de la demande polonaise, leur est vendu plus cher que le gaz naturel liquéfié américain, même si PGNiG n’a pas indiqué son prix d’achat dans le cadre du contrat qui vient d’être signé avec Centrica LNG Company Ltd.

Du fait du contrat peu favorable signé par le gouvernement de Donald Tusk en 2010, la Pologne est contrainte d’importer une quantité déterminée de gaz russe indépendamment de ses besoins réels et elle doit le payer plus cher que la plupart des autres pays européens. En diversifiant ses fournitures avant l’expiration du contrat russe en 2022, Varsovie se place en bien meilleure position pour négocier avec Moscou ses futures conditions d’achat. De fait, le gaz de schiste américain pourrait bien changer rapidement la donne géopolitique en Europe centrale et orientale.

Creuser le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a des lustres, un vendeur à la sauvette m’avait vendu un ticket de métro bon marché. Lorsque j’ai mis mon ticket dans la machine, le portillon est resté fermé. Des fois le "low cost" n’est pas forcément une affaire.....

     

    • Entre temps, les portillons ont été supprimés, laissant entrer les tricheurs ... cette liberté nouvelle a entraîné une réaction violente : les portillons (nostalgie..) ont été remplacés par des portes et double barrières ’’infranchissables et .. des paramilitaires en uniforme, aux aguets dans les couloirs .. Evolution prévisible de la société ..


  • Cela prouve une fois de plus comme son imbriquées, indépendance énergétique et indépendance tout court...Alors j’espère qu’en France nous n’irons pas trop vite dans la fermeture de nos centrales et que ce n’est point le dogme bobo qui dictera la fin de notre (presque) indépendance en énergie électrique...


  • L’on saisit mieux pour quoi Oncle Donald et ses administrés je-m’en-foutistes se tamponnent de quelques Cop 21, 22, 23 que ce soit, etc...
    Du moment qu’il mènent leur monde... en bâteaux.
    Enfin, business is business et puis les fractures du sol se font chez eux après tout.


  • La géopolitique des américains sent l’arnaque a des kilomètres , en matière d’affaire ils ne font jamais de cadeaux , si le prix de leur gaz est moins cher c’est une manière pour eux de tromper l’ennemi , la raison est dût à une forte demande dans l’avenir cela signifie que le gaz américain coutera plus chère que celui provenant des russes .


  • Les USA/la Pologne anticipent certainement une hausse de la demande et des cours
    et/ou le gaz de schiste étasunien sera subventionné (Europe ?)
    Déjà que son extraction est bien moins rentable que le conventionnel, sa liquéfaction, son transport par méthanier et sa regazéification sont des processus très gourmands en énergie également. Impossible donc de rivaliser avec le gaz russe, sauf à truquer le marché.