Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le jeu de la France en Afrique : défense du pré carré en tandem avec Israël ?

L’intervention de la France au Mali, en janvier 2013, relève d’une stratégie de défense du pré carré africain, face à la politique de grignotage menée tant par la Chine que par le wahhabisme via les finances islamiques (Qatar et Arabie Saoudite).

Première opération militaire en solitaire sur un théâtre extérieur depuis la fin de la Guerre d’Algérie, en 1962, la France, via Serval, y joue son rang de puissance.

Une cible idéale en ce que le Mali constitue le plus grand pays musulman d’Afrique occidentale, où la finance islamique y prospère, alors que les Maliens depuis une décennie se détournaient progressivement de la France vers les pétromonarchies et que la Chine jouit d’un prestige certain du fait de sa restauration du centre de documentation islamique de Tombouctou.

Il en avait été de même avec la mise en place de l’Eufor [1], le corps expéditionnaire européen chargé de s’interposer entre les belligérants aux confins soudano-tchadiens qui répondait autant à des considérations humanitaires qu’au souci des Occidentaux de créer un glacis stratégique au centre de l’Afrique, à proximité de la plateforme opérationnelle de la Chine dans la zone. Un cordon sanitaire identique à celui que les pays occidentaux veulent établir autour de l’Iran, l’autre grand fournisseur d’énergie de la Chine.

Dans ce contexte, le redéploiement militaire français en Afrique a constitué une opération à double détente visant à associer des pays tiers (Afrique, Europe, ONU) aux opérations militaires françaises en Afrique dans le but de partager les coûts et de diluer les responsabilités, tout en conservant la maîtrise des opérations.

Un chef d’œuvre de ravalement cosmétique d’un repositionnement militaire identique au dispositif américain dans le Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar, Koweït et Irak), face à l’Iran.

Lointaines réminiscences de ses déboires coloniaux, l’activisme de la France au Soudan, puis en Libye, en Syrie et au Mali, vise à sécuriser son ravitaillement énergétique, ses exportations militaires et ses centrales nucléaires. D’une manière sous-jacente, répondre à son souci de purger son « complexe de Fachoda [2] », le désastre militaire et diplomatique français subi dans ce pays contre les Anglais au XIXe siècle durant la phase de conquête coloniale écartant durablement la France des eaux du Nil.

Le Mali, la porte d’entrée d’Israël en Afrique, via la France ?

Dans un mouvement de fuite en avant destiné à occulter les responsabilités de la classe politico-militaire malienne dans le désastre national qui frappe le Mali depuis un an, l’intention est prêtée à l’équipe dirigeante transitoire du Mali de mettre à profit l’expédition militaire française pour faire du Mali, la porte d’entrée d’Israël en Afrique.

Un coup de bluff ? Un chantage ? Une volonté réelle d’amorcer une nouvelle politique en contradiction avec la ligne traditionnelle du Mali, premier pays africain à avoir dépêché dès son indépendance, en 1960, un contingent en Algérie pour sceller dans l’ordre symbolique la fraternité d’armes des peuples opprimés ?

Sur les conseils de la France, qui s’est méthodiquement appliquée à travers ses porte-voix médiatiques, Bernard Kouchner et Bernard Henri Lévy, à favoriser la sécession du Sud Soudan, pour en faire une plateforme opérationnelle d’Israël sur le cours du Nil ?

Pour rééditer l’ancien scénario français de relier les deux anciens Soudan de l’époque coloniale, le Soudan français et le Soudan anglais, via le sud Soudan précisément et qui valut à la France l’une de ses plus cuisantes défaites militaires à Fachoda (1898) ?

L’instrumentalisation de la justice internationale à des fins politiques plaiderait en ce sens. Cf. à ce propos le cas du général Omar al-Bachir [3].

Une alliance avec Israël, l’allié indéfectible du régime d’Apartheid d’Afrique du Sud ? La garde prétorienne de tous les dictateurs francophones qui ont pillé l’Afrique. De Joseph Désiré Mobutu (Zaïre-RDC), à Omar Bongo (Gabon), à Gnassingbé Eyadema (Togo), à Paul Biya, le président offshore du Cameroun) le vacancier privilégie des pâturages suisse, et même Félix Houphouët-Boigny (Côte-d’Ivoire), le prétendu sage de l’Afrique qui n’était sage que par ce qu’il était le meilleur serviteur de ses anciens colonisateurs et de ses alliés israéliens.

Israël dont l’expérience de la colonisation de la Palestine l’a conduite à coloniser des terres à travers le monde représentant vingt fois sa superficie, au détriment des populations et de l’environnement des pays pauvres. En République démocratique du Congo pour la culture de la canne à sucre ; au Gabon pour la culture du Jatropha, nécessaire à la production de biocarburants ; en Sierra Leone où la colonisation israélienne représente 6,9 % du territoire de ce pays de l’Afrique de l’Ouest [4].

La bataille des eaux du Nil et le canal Ben Gourion [5]

La nomination à la tête de l’Agence française pour le développement de M. Dov Zerah, pourrait donner un début de crédit à cette hypothèse en ce que la propulsion du président du Consistoire israélite de Paris et secrétaire général de la fondation France-Israël au poste stratégique de dispensateur de l’aide financière française à l’Afrique est intervenue, le 2 juin 2010, six mois avant l’indépendance du Sud-Soudan, alors que « la bataille du Nil » sur la répartition des quotas des eaux de ce fleuve africain battait son plein entre l’Égypte et les alliés africains d’Israël : l’Éthiopie et le Kenya notamment. Il pose en filigrane la question de savoir si le verrouillage du pré-carré se fera en tandem avec Israël, face à « l’expansionnisme wahhabite », selon la formule consacrée en usage dans les cercles dirigeants.

 

JPEG - 11.8 ko
Dov Zerah

 

L’épisode de la répartition des eaux du Nil et de la sécession du Sud-Soudan auront constitué la plus grosse pantalonnade de l’histoire égyptienne contemporaine. Pour atteindre cet objectif, Israël avait mené une stratégie à double détente qui révélera la cupidité des investisseurs égyptiens et coutera le pouvoir à Moubarak et sa place dans l’histoire.

Israël avait négocié avec l’Égypte, tout en faisant des pressions indirectes sur lui, incitant les États africains à réclamer une majoration de leur quote-part dans la répartition hydraulique du cours d’eau, alléchant les Africains par des projets économiques et les investisseurs égyptiens par des promesses d’intéressement aux projets israéliens. En Éthiopie, Israël a financé la construction de dizaines de projets pour l’exploitation des eaux du Nil bleu. Le Mali avant son indépendance, en 1962, portait le nom de Soudan français, par opposition au Soudan anglais, le Soudan actuel.

La revendication par la secte dissidente nigériane BOKO HARAM de l’enlèvement de sept français au Cameroun, le 18 février 2013, un mois après le début de l’opération Serval plaide aussi en faveur de cette hypothèse en ce que le mouvement a voulu adresser un message subliminal aux Français en assumant son action au nom de « Jama’atu Ansarul Musilimina fi Biladi Al Soudan », littéralement le Groupement des partisans de l’Islam au Soudan (au-delà en Afrique noire) » [6].

Le Canal Ben Gourion

L’accès d’Israël au périmètre du bassin du Nil, via le Sud-Soudan avec le concours français et américain, s’est doublé de la mise en route de la construction d’un canal reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée, depuis Eilat. Disposant de deux voies de navigation, l’une pour l’aller, l’autre pour le retour, le canal israélien, contrairement à l’égyptien, concurrencera fortement le canal de Suez et entrainera une perte de 50 % des recettes égyptiennes, de 8 milliards de dollars par an à 4 milliards.

D’un cout de 14 milliards de dollars, il sera financé par un prêt de trois banques américaines, à faible taux d’intérêt (1 %) sur trente ans. 150 000 ouvriers majoritairement d’Asie, principalement de Corée du Sud, participeront aux travaux de construction, qui dureront trois ans. Plus long de 50 mètres que son rival égyptien, le canal israélien pourra absorber les plus grands bateaux du monde (longueur 300 mètres, largeur 110 mètres).

Sur fond de guerre de religion de l’Islam wahhabite contre la dissidence musulmane, sous couvert de « Printemps arabe », (Syrie, Nord-Mali), un tel projet pourrait constituer, à n’en pas douter, un casus belli pour l’Égypte et entraîner sinon une rupture des relations diplomatiques, à tout le moins une glaciation durable des rapports entre les deux pays.

L’enjeu essentiel de la question saharo-sahélienne ne se joue pas à l’échelle locale. Il concerne l’économie mondiale et le redécoupage des zones d’influence entre les puissances internationales avec l’entrée en scène de nouveaux acteurs (américains, chinois, indiens) qui bousculent l’ancien paysage colonial.

L’accès convoité aux richesses minières (pétrole, gaz, uranium, or, phosphates) dont regorgent le Niger, la Libye, l’Algérie, et le Mali d’après des prospections plus récentes, est au centre de la bataille invisible qui se déroule dans le désert.

Exclue du Traité de partenariat transpacifique en voie de constitution sous l’égide des États-Unis, la Chine est en outre en butte à une offensive visant à contrecarrer son expansion, dont le signe le plus manifeste aura été le gel du financement des importants projets miniers chinois par la Banque mondiale, doublé d’une manœuvre de contournement visant à accentuer la présence des firmes américaines en République démocratique du Congo, considéré comme le plus riche en matières premières stratégiques du continent africain.

Dans un livre blanc de 2010, Stratégie pour les minéraux indispensables aux États-Unis, Washington plaidait, conjointement avec l’Union européenne, pour l’urgente nécessité de constituer des réserves de cobalt, du niobium, du tungstène et naturellement le Coltàn, indispensables pour la composition de matières de haute technologie.

Quatre-vingt pour cent (80 %) des réserves mondiales du Coltàn se trouvent en République démocratique du Congo (RDC-Kinshasa). Ressource stratégique essentielle au développement des nouvelles technologies, le Coltàn (par fusion des termes Columbio et Tantalio) entre dans la production des écrans plasma, des téléphones portables, des GPS, des missiles, des fusées spéciales, des appareils photos et des jeux Nintendo), dont les principaux bénéficiaires sont les grandes firmes électroniques et informatiques (Appel, Nokia, Siemens, Samsung).

Dans ce grand jeu des puissances, l’Afrique émerge comme champ de bataille stratégique, dont la Chine a fait sa ligne de front dans sa recherche d’une plus grande influence mondiale, triplant son commerce avec le continent, verrouillant ses ressources énergétiques, et, fait plus grave pour l’avenir des Occidentaux, assurant l’éducation des futures élites africaines dans les universités chinoises.

Le nouvel humanitarisme sélectif des anciennes puissances coloniales, qui fustigent le Soudan mais couvrent de mansuétude d’aussi redoutables autocrates que le tchadien Idriss Deby, de même que son prédécesseur Hissène Habré, paraît sans consistance face au poids d’une Chine sans passif colonial avec l’Afrique, dispensant de surcroît un important flot de liquidités, sans contrepartie politique.

Objectif sous-jacent, Serval vise à préserver l’espace francophone, dernier réduit de la puissance française, de tout nouveau grignotage arabophone ou sinophone, alors que la Francophonie est désormais reléguée au douzième rang mondial par le nombre de ses locuteurs (120 millions de locuteurs), que le chinois occupe le premier rang avec près d’un milliard de locuteurs, et l’arabe, le sixième rang mondial avec 400 millions de locuteurs.

En blanchissant la France de ses turpitudes coloniales, Serval au Mali apparaît rétrospectivement comme une opération de verrouillage de la porte arrière du Maghreb, l’ultime digue francophone avant le débordement chinois vers l’Europe.

René Naba

Pour aller plus loin avec Kontre Kulture :

Notes

[1] À propos des enjeux sous-jacents de l’opération Serval. Cf. « Au Mali, la France joue son rang de puissance » http://www.renenaba.com/interview-rene-naba-a-la-nouvelle-republique/.

Et pour EUFOR, cf. « Le quadrillage en douceur de l’Afrique », http://www.renenaba.com/le-quadrillage-en-douceur-de-l%E2%80%99afrique/.

Eufor-Tchad/RCA est une opération militaire de transition chargée notamment de la protection de la population en proie à la guerre civile dans l’est du Tchad et dans le nord-est de la République centrafricaine. Sa mise en place a été décidée par l’Union européenne le 28 janvier 2008, dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), en vue de faire face à la crise du Darfour dans la zone frontalière soudano-tchadienne. Forte de trois membres, le contingent français en constituait l’ossature (1 700 membres).

[2] La crise de Fachoda : dans l’imaginaire collectif français, l’épreuve de force qui opposa Paris et Londres, en 1898, demeure comme le plus important revers militaire et diplomatique, une profonde humiliation infligée par le Royaume-Uni à la France sur le continent africain. Ce sérieux incident diplomatique au retentissement considérable en pleine phase d’expansion coloniale entraîna la fin des ambitions françaises sur l’Égypte et la zone nilotique (Égypte, Soudan, Ouganda), alors qu’elle avait été le maître d’œuvre du percement du Canal de Suez. Le site de Fachoda (ou Kodok) est situé à 650 km au sud de la capitale soudanaise.

[3] http://www.renenaba.com/justice-penale-internationale-posture-ou-imposture/

[4] « Israël et le contrôle des terres dans le Monde » Cf. Golias Hebdo N° 275- semaine du 14 au 20 Février 2013, se référant à une étude de The Journal of the National Academy of Sciences of the United States, étude intitulée « Global Land and Water Grabbing (accaparement mondial de la terre et des eaux). Israël est à la tête des pays qui contrôlent les terres dans les pays pauvres, avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine. Selon l’étude 90 % de ces terres se trouvent dans 24 pays situées pour la plupart en Afrique, en Asie et en Amérique latine. En Colombie, Israël a pris le contrôle d’immenses superficies pour cultiver la canne à sucre. Aux Philippines, la proportion des terres confisquées atteint 17,2 % de la surface des terres agricoles. Depuis la crise alimentaire de 2007-2008, les sociétés étrangères s’emparent de dix millions d’hectares de terres arables annuellement. Les nouvelles cultures se font souvent au détriment des jungles et des zones d’importance environnementales, menacées dans leur biodiversité. Elles utilisent engrais et pesticides et libèrent d’importantes quantités de gaz à effet de serre. Au final, le phénomène sape les bases de la souveraineté alimentaire et détourne en particulier les ressources en eau.

[5] Canal Ben Gourion : Cf. le journal transarabe de Londres « Al Qods Al Arabi », 19 mars 2013. Israël proposerait à la Jordanie d’aménager des sites touristiques sur la voie d’eau afin de neutraliser une éventuelle réaction de la part du deuxième pays arabe signataire d’un traité de paix avec Israël. Sur les berges du canal israélien seront aménagés des sites touristiques avec hôtels de luxe, lieux de distraction en vue d’en faire un gigantesque complexe touristique dont le périmètre sera placé sous haute surveillance électronique avec détection Laser.

Le Qatar avait auparavant proposé à l’Égypte de lui louer le canal de Suez pour cinquante ans pour la somme de cinquante milliards de dollars afin de renflouer l’économie égyptienne, à charge pour le Qatar d’assurer la sécurité de la navigation, notamment la péninsule de Sinaï des attaques terroristes et de rassurer ainsi les israéliens.

La protection du Canal et de la péninsule du Sinaï devait être assurée par des compagnies militaires privées. Le Qatar se proposait de déployer Blackwater, les mercenaires américains qui se sont illustrés en Irak, pour cette tâche. En fait l’Égypte perdrait sa souveraineté. L’idée en a été soufflée par les israélo-américains et viserait à empêcher l’Égypte de déployer des troupes supplémentaires, notamment une aviation dans le Sinaï.

Mais le projet battait de l’aile car depuis la deuxième attaque israélienne contre Gaza (novembre 2012) et le rôle joué par l’Égypte, les Américains étaient satisfaits du rôle de prestataire de service du président égyptien Mohamad Morsi. Youssef Al-Qaradawi, le prédicateur médiatique, avait d’ailleurs menacé l’Égypte de lui couper une aide de 20 milliards de dollars promise en cas de mise en échec de Morsi par le protestataire anticonstitution.

Sur le plan du camp palestinien de Yarmouk, dans la banlieue de Damas : le Hamas, qui avait bénéficié de l’hospitalité active de Hafez et de Bachar pendant seize ans, s’est allié avec Al-Qaïda (alliance sunnite) pour s’emparer du contrôle de camp et en faire un sanctuaire de l’opposition et un vivier de combattants anti-régime. Le Hamas a ainsi troqué une alliance stratégique pour une nouvelle alliance sur une base sectaire, le sunnisme, le seul point commun aux deux organisations, qui n’ont pas d’autres points communs. Le Saoudien transnational est purement terroriste, c’est à dire pratiquant une politique de nuisance par la terreur, alors que le Palestinien se veut un mouvement de libération nationale.

[6] Pour en savoir plus sur ce sujet : http://www.renenaba.com/le-quadrillage-en-douceur-de-l’afrique/.

À l’intention des lecteurs arabophones, ce lien du journal transarabe de Londres « Al Qods Al-Arabi »:Le Mali porte d’entrée d’Israël ? http://www.alquds.co.uk/index.asp?fname=data\2013\02\02-14\14qpt999.htm&arc=data\2013\02\02-14\14qpt999.htm

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour, hum première intervention militaire de la France depuis 1962 non... À partir d’août 1968, ce sont des dizaines de tonnes par jour d’armes et de munitions qui sont acheminées au Biafra par des mercenaires et des hommes du SDECE.

    En 1980, la seconde bataille de Ndjamena permit à Goukouni Oueddei d’évincer son rival, Hissène Habré, avec l’aide décisive des troupes de la Jamahiriya arabe libyenne de Mouammar Kadhafi.

    Après l’échec d’un projet de fusion entre le Tchad et la Libye en 1981, les troupes libyennes se retirèrent dans le cadre d’un accord conclu avec le gouvernement français. En 1982, Goukouni Oueddei fut renversé à son tour par Hissène Habré, qui dut faire appel l’année suivante aux troupes françaises pour contenir une nouvelle invasion libyenne.

    Coup d’état de la France en Centrafrique avec opération Barracuda en 1979, etc... Bien à vous.

     

  • a fachoda il n’y a pas eu d’affrontement entre les troupes anglaises et francaises donc pas de defaite miliraire.ce fut une defaite diplomatique,mais la france ne pouvait pas se brouiller avec l’angleterre alors qu’elle prevoyait la guerre avec l’allemagne a plus ou moins long terme d’ailleurs quelques années aprés elle signait un traité avec les anglais devenue fameux sous le nom d’entente cordiale


  • Très franchement, si le choix c’est entre la France et Israel d’un côté, et le wahhabisme de l’autre, alors la première solution et encore préférable. Je n’aime ni le sionisme ni le wahhabisme, mais dans le premier cas, au moins, la France en retirera quelque chose.

     

    • Pas sur que la FRANCE en retire quelque chose....mais israel, ça c’est certain !


    • C’est la même chose : les rebelles maliens sont armées, entrainés et financés par le Qatar et on sait tous quelles sont les alliés de Doha.
      Encore un épisode où les Maliens n’en retireront rien en définitive mais où d’autres vont s’enrichir sur leur dos. Il serait grand temps que les Africains aient des dirigeants patriotes qui pensent aux intérêts de leurs peuples au lieu des vendus et des traitres qu’ils ont aujourd’hui.
      C’est triste à dire pour ce continent mais comparer à la plupart de ces politiques, les notre apparaissent comme de fervents patriotes...


  • Nous connaissons l’aveuglement historique des ilsnousgonflent, il date pas d’hier... c’est d’ailleurs avec ce même aveuglement qu’on... tente de nous faire accepter l’inacceptable, ici, en France !
    C’est pour cela que notre pays est le Graal, l’Ite missa est...
    Y’sont, en Afrique... quel corps expéditionnaire, pire qu’une taxifolia... !
    En même temps, c’est d’par là qu’l’arnaque prend son essor... rien d’étonnant à ce que le livre se referme dans cette zone là...
    C’est marrant, il y a beaucoup de monde pour foutre sur la gueule au confetti, sans le dire, sauf qu’on l’évoque clairement, à ce sujet, ce que dit la Syrie sur la chose... n’est pas à prendre à la légère !
    L’Atlas, qui a besoin de tout le monde au moindre pet d’travers... f’ra pas un pli si Bachar et ses amis... passaient lui faire un p’tit bonsoir un d’ces quatre... !
    On oublie trop vite l’épisode de Lattakhié... les Syriens ont utilisé un Panstyr 1... c’est par rien !
    Ils ont plein d’autres choses que leurs amis russes, chinois et iraniens leur offrent... quant aux Chinois, il n’y a qu’à voir le bellicisme dont ils font preuve en ce moment avec les Japonais... !
    Nous, chez-nous, pour le moment on s’échauffe, avec les j’vousemmerde-j’faisc’quej’veux-etsuiscommej’veux-donnez-moitout !...
    Ça va pas durer, la maison est pleine de gaz, la température s’élève et la broméliacée se sent à l’aise, c’est une nature chez-elle... ça aime jouer avec le feu ces plantes-là... quand ça s’crame, qu’est-ce t’entends pas... ?
    Un étincelle... laquelle, quand, où... ?
    Et, c’est parti !
    Ceux qui rêvent d’un apaisement et croient en un pourrissement des choses, vont être déçus, une telle partie offre trop d’opportunités de défoncer le “roy”, pour qu’il conserve ses rognons... !
    Les Chinois ont dynamiser le Mali depuis leur arrivée, certes ce n’est pas gratuit... mais, quand même, faut voir la différence... !
    En résumé, faut arrêter d’voir Israël, partout, c’est des morts qui sont là-bas, ils ne le savent juste pas, il n’y a pas d’avenir dans ce monde pour ce pays, croire à la promesse d’alliance éternelle d’Obama, c’est être con, seuls des fous peuvent croire en de telles sottises !...
    Y sont cannés, mais ça galope toujours... !


  • Pourquoi Sarko a-t-il viré Gbagbo pour le remplacer par Ouattara ? Pour que la femme de Ouattara, Dominique, "la putain dangereuse " comme on l’appelle en Cote d’Ivoire, une Juive de Constantine, puisse mettre la main sur la seule richesse du pays : le Cacao (40% de la production mondiale).

     

  • " Défense du pré carré " Français ? Vous rigolez, nous ne sommes plus au temps de Vauban, quand il suggérait à son maitre Louis XIV de faire des annexions qui donneront l’hexagone . Il s’agit strictement de défendre les intérets des entreprises sionistes, la nomination du gros Juif tunisien Dov Zérah (à la belle cravate bleu-Israel ) le démontre .Le drapeau Français est un faux drapeau, il recèle en filigrane une etoile de David .