Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le mauvais acteur Benjamin Griveaux évoque "l’explosion des actes antisémites"

Tiens, revoilà Benji, cette fois-ci sur France 2, l’organe de propagande gouvernemental numéro un. Le porte-parole du gouvernement évoque chez Caroline Roux « l’explosion » des actes antisémites en France, sous-entendu depuis les Gilets jaunes.

 

Comme l’exécutif au pouvoir n’arrive pas à juguler la contestation populaire, il sort sa dernière carte, la carte Shoah, qui est censée souffler l’incendie. Hélas, cette carte a été trop sortie – en plus à tort et à travers – ces derniers temps, du coup elle ne fait plus d’effet. Le joker du pouvoir n’a pas plus de valeur qu’un trois de trèfle.

 

 

On fait exécuter des tags par des obligés du renseignement, ces gauchistes infiltrés qui oscillent entre activisme radical et police politique, on scie l’arbre d’Ilan Halimi, on crie deux slogans antisémites dans les manifs en prenant bien soin de se faire enregistrer par une télé mainstream, et le tour est joué : les actes antisémites explosent.

Naturellement, tenter de transformer un mouvement social en grondement antisémite national n’est pas une mince affaire. Les journaux, qui ne vivent plus que sous perfusion d’argent public (même les milliardaires qui les possèdent refusent d’y investir), embrayent et hurlent au Werwolf, au loup nazi. La situation devient grotesque pour les ingénieurs sociaux dont on devine la panique.

 

 

Le petit Griveaux tente un numéro d’acting de haute volée quand il prononce la phrase terrible « c’est évidemment insupportable », avec un silence lourd de millions de morts entre évidemment et insupportable, et ça nous rappelle ce couillon de fils Bush qui, devant les enfants d’une école, apprenait que des avions avaient percuté les tours du World Trade Center. Il avait gobé quelques mouches, avait joué la stupéfaction, mais avait au bout du compte juste eu l’air con, un peu plus que d’habitude.

Griveaux nous fait une grimace shoatique, et enchaîne sur la violence des Gilets jaunes, oubliant qu’aucun membre du gouvernement n’a été blessé dans la bataille, au contraire des 2 000 Français qui veulent défendre leur qualité de vie, ou ce qu’il en reste, et parfois leur vie.

 

 

Les actes antisémites ont explosé mais personne au CRIF n’a perdu un œil ou une main...

En tous les cas, la prétendue explosion des AA (actes antisémites, pas alcooliques anonymes) n’a pas fait beaucoup de dégâts par rapport aux grenades et autres LBD : un arbre et deux tags contre 20 yeux crevés et mains arrachées. On n’insistera pas non plus sur l’origine de ces « 74% » de hausse, dont on sait tous d’où ils proviennent (de la cuisse de Jupiter ?). Or une officine communautaire qui communique ses chiffres au gouvernement, c’est aussi crédible qu’un discours de campagne de Macron qui annonce qu’il va pacifier le pays et relancer la richesse nationale.

Heureusement, en face du mauvais acteur Griveaux, qui n’arrive même pas à sangloter quand il parle de « ces moments de l’histoire de France qu’on aimerait voir oublier » [1], il y a Caroline Roux, la cireuse de pompes officielle des hommes politiques sur le service public. Un job ingrat qui consiste à enfoncer les opposants et à valoriser les puissants. Quand Griveaux annonce que la propagande shoatique va redoubler dans les écoles, Caroline ne bronche pas. Elle s’en fout, les siens ne seront pas concernés. Une sacrée leçon de journalisme mainstream.

 

 

Griveaux, cette énième courroie de transmission du CRIF, reprend la fake news du lobby selon qui les Gilets jaunes ne sont qu’un amalgame des extrêmes, qu’ils soient de droite ou de gauche. Pour ce cabinet noir de la justice française, le populisme de droite et le populisme de gauche c’est kif-kif bourricot et ça doit être puni sévèrement par le bras armé du CRIF qui n’est autre que le ministère de l’Intérieur. Voilà à quoi servent nos ministères régaliens, à régaler des groupes de pression qui se foutent des intérêts du peuple français.

Un gouvernement ultraviolent qui dénonce les violences des manifestants, c’est quelque chose qui fera rire dans les cours d’histoire de nos petits-enfants. En attendant, il faut bien se fader cette bande de lâches, de menteurs et de tordus qui constituent la direction nationale. De plus, et ça on le sentait venir, l’anonymat sur les réseaux sociaux qui permettait un peu de liberté d’expression – même si ça générait quelques débordements, mais on n’a rien sans rien –, c’est terminé. On a là le prochain axe de lutte de ce gouvernement liberticide. Ils nous auront vraiment tout fait !

 

 

Après nous avoir fait les poches, nous avoir cogné sur la gueule, ils veulent nous empêcher de communiquer. Rien de tel pour soulever un peuple. Ils vont l’avoir, la révolution !

 

Bonus :

- Benjamin Griveaux n’a rien trouvé à dire sur les cinq églises profanées en une semaine.

- Haziza souffle à l’oreille de Benjamin Griveaux :

Notes

[1] Et le Devoir de Mémoire, il sent le pâté, Benji ?

Le petit Griveaux, sur E&R :

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents