Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le patron du New York Times a "imploré Trump de revenir sur ses attaques contre le journalisme"

Le patron du prestigieux New York Times a révélé dimanche avoir vigoureusement mis en garde Donald Trump sur ses attaques répétées contre la presse lors d’une rencontre à la Maison-Blanche, qualifiant son discours sur les fake news de « dangereux et nuisible ».

 

C’est le président américain lui-même qui avait révélé un peu plus tôt dans un tweet avoir discuté de fausses informations avec Arthur Gregg (A.G.) Sulzberger, directeur de la publication du New York Times, que Donald Trump prend régulièrement pour cible de ses critiques.

« Avons passé beaucoup de temps à parler des vastes quantités de Fake News qui sont publiées par les médias et comment ces Fake News se sont métamorphosées en une phrase, +Ennemi du peuple+. Triste ! », a-t-il tweeté.

[...]

« Je l’ai imploré de revenir sur ses vastes attaques contre le journalisme, que je pense être dangereuses et nuisibles pour notre pays », a ajouté A G. Sulzberger tout en précisant que le président américain avait bien sûr le droit comme ses prédécesseurs de critiquer la façon dont la presse relate son action.

Le New York Times fait partie des médias les plus souvent attaqués par Donald Trump, avec notamment la chaîne CNN et le Washington Post, propriété du patron d’Amazon Jeff Bezos.

Le président américain l’a qualifié de « défaillant et corrompu », « quasi-lobbyiste » et « partial » ou encore de « vraiment l’un des pires journaux » ayant « la plus imprécise couverture ».

Les diatribes contre la presse font partie du cocktail idéologique de Donald Trump qui cherche à décrire des élites, dont la presse, éloignées des préoccupations du pays.

Une polémique a opposé la semaine dernière CNN à la présidence américaine qui avait refusé à l’une de ses journalistes l’accès à la Maison-Blanche pour une conférence de presse du président américain et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2014855

    "Le New York Times fait partie des médias les plus souvent attaqués par Donald Trump".
    Mensonge désormais classique d’inversion accusatoire (c’est signé !) : ce sont les médias qui attaquent Trump, et ce depuis bien avant son élection. Il n’y a plus que les crétins finis et les manipulateurs pour y croire.

     

    • Bien vu, je rajouterais aussi que ce sont les médias mainstream qui nous font chier avec les Fake News depuis quelques mois, depuis que le coup de sifflet a été donné pour lancer la meute, dans cette PsyOp atlantiste... Trump, malin et habile, l’a juste repris à son compte pour arroser l’arroseur.



  • A G. Sulzberger



    Encore Auvergnat catholique. C’est dingue cette omniprésence des Auvergnats dans certains secteurs clés ! Très certainement du à leur grande capacité de travail et QI de 200 en moyenne !

     

  • Pour la première fois depuis plusieurs décennies, tous les grands médias (sauf FOX News) sont systématiquement, frontalement, sans aucune trève depuis 2 ans, sévèrement "recadrés" par un président des USA.
    Ils se voient en bloc appliquer la devise bien connue qui leur a tant servi "ni pardon, ni oubli", et ça leur fait tout drôle. Leur agenda de subversion mondialiste est contrecarré et leur toute-puissance historique est remise en question. Mais il n’y a pas assez de nouveaux médias puissants pour épauler le combat de Trump contre la vieille garde idéologique.

     

  • La famille Sulzberger ne vient pas du fin fond du Tyrol, mais faits étonnants :

    - Cyrus Leopold, marchant de coton (lien).
    - Arthur Hays Sulzberger, son grand père Gershom Mendes Seixas est un des fondateurs du New York Stock Exchange, et membre de la Rockfeller Foundation (lien).

    Bref, avec le NYT nous sommes pas dans la revue des immigrés catholiques irlandais sur NYC.

    Bravo Trump.


  • Pourquoi au juste les journalistes français utilisent-ils systématiquement le terme "fake news" plutôt que fausses nouvelles ? Au Québec, on utilise le terme fausses nouvelles, bien que nos journalistes soient aussi incompétents et vendus qu’en France.

    Parlant de journalistes incompétents, la semaine dernière à la télé française (RCM Découverte), un chroniqueur entouré de journalistes faisait un topo ridiculement cliché sur le Québec. Ces bobos trouvaient cela hilarant, voire inconcevable qu’au Québec, on utilise le terme magasinage au lieu de...shopping.

    Cette insouciance de certaines "élites" françaises face à l’anglicisation de l’Occident m’exaspère au plus haut point surtout quand on sait que le français est, en principe une, sinon la langue diplomatique par excellence et que Paris se devrait d’être la capitale mondiale de la francophonie.

    Une langue c’est d’abord et avant tout une façon de penser et de raisonner, une manière précise d’organiser sa pensée et de décrire le réel ou l’imaginaire. Ce n’est pas qu’une simple marque de cellulaire ou plutôt "smart phone" que l’on change au gré des promotions ou de l’air du temps.

    La trahison du peuple par ses élites est intégrale.


  • Ce qui le met en emoi c’est bien de révéler au public l’equation Néoconservateur/globalistes = enemies du peuple ! Et même des peuples car les dégâts causés en Irak, Syrie, Libye etc ... sont autrement plus importants que ceux créés aux États Unis. Et là panique à bord, le roi est nu.


  • ces médias sionistes que sont NY times,Fox news ou CNN n’ont pas présenté d’excuses à Donald Trump lorsqu’ils ont montré des enfants d’illégaux mexicains détenus en cage.tout le monde sait qu’il s’agissait d’une grossière mise en scène réalisée par le deep state afin de nuire au président.