Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le pinkwashing, ou le « sionisme rose »

Partie 2, par Lucien

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Ce que l’on pourrait appeler le « sionisme rose », le « pink zionism » après le pinkwashing, semble avoir de beaux jours devant lui.

La construction de camps géopolitiques antagonistes sur la base d’un clivage « gay friendly or not » nous est détaillée par Jean Birnbaum :

« Le soupçon a surgi de l’intérieur et c’est de l’intérieur qu’il prolifère maintenant. Un soupçon d’autant plus douloureux qu’il a été formulé de façon spectaculaire par Judith Butler, icône mondiale du mouvement LGBT (lesbien, gay, bi et trans). Le 19 juin 2010, lors de la Gay Pride de Berlin, la philosophe américaine a semé le trouble en refusant tout net le Prix du courage civique que les organisateurs s’apprêtaient à lui remettre. Elle, l’égérie de la théorie queer, a alors proclamé que la lutte contre l’homophobie avait dégénéré en action xénophobe et même raciste. "Nous sommes enrégimentés dans un combat nationaliste et militariste", a-t-elle lancé devant une foule médusée. Depuis lors, parmi les militants et les chercheurs, les questions se bousculent : le mouvement LGBT est-il rongé par l’"homonationalisme" ? Est-il devenu la lessiveuse d’un nouveau nationalisme qu’il viendrait "blanchir", à tous les sens du terme ? Autrement dit, ses revendications sont-elles instrumentalisées par les hérauts d’un Occident qui mène ses opérations militaires (en Orient) et ses descentes policières (en banlieue) au nom de la démocratie sexuelle ? (…) Dans cette hypothèse, la France deviendrait à son tour l’un des champs de bataille du front "homonationaliste". Chacune et chacun serait alors sommé de choisir entre deux camps : celui des homophobes et celui des xénophobes. Car telle est bien l’alternative infernale où nous enfermerait ce que certains nomment déjà le clash sexuel des civilisations. »

Pendant les guerres mondiales du 20ème siècle, les banquiers cosmopolites qui finançaient tous les belligérants utilisaient les médias pour construire les ennemis en produisant de l’homogénéité cognitive dans chaque camp, de sorte à fabriquer le consentement de chacun à l’agression de l’autre.

Aujourd’hui, dans cette perspective de construction de deux camps antagonistes, le sionisme rose cherche à faire croire qu’Israël est forcément dans le camp du Bien puisqu’on y prend le parti des minorités et de la liberté individuelle :

« La preuve, dira un propagandiste, les homosexuels et les femmes sont libres chez nous ! » (même si les femmes ne sont pas une minorité). « Et voyez ces pays comme l’Iran, où les homosexuels sont persécutés et la sexualité des femmes est réprimée ! Ne faudrait-il pas déclarer la guerre à ces dictatures islamiques pour libérer les gays et les femmes du régime infâme qui les menace, et qui nous menace également par ricochet ? »

Le but de ce management des perceptions consiste à fabriquer la perception d’une menace à partir de rien. De fait, l’Iran ne représente aucun problème rationnel à aucun niveau objectif. Il faut alors inventer de toute pièce le « casus belli » en communiquant sur des points de détail apolitiques tels que la liberté sexuelle individuelle.

Ce faisant, on participe à la montée de l’insignifiance et du hors-sujet en politique, comme dirait Castoriadis, puisque, faut-il le rappeler, le fondement du geste politique consiste toujours à soumettre la liberté individuelle à l’intérêt collectif et à son ordre, à rebours complet du mouvement dépolitisant de l’individualisme libéral-libertaire. Le sionisme rose devra en outre passer sous silence le programme raciste et machiste de stérilisation des femmes juives d’origine éthiopienne mené en Israël en toute impunité, de même que ses alliances géopolitiques avec d’authentiques dictatures islamiques répressives des femmes et des gays tels que l’Arabie saoudite ou le Qatar.

Pour conclure par la France : quelle que soit sa finalité ultime, la récupération d’un combat moral en faveur de certaines minorités alors qu’on en assassine d’autres, voire qu’on assassine la majorité, est à l’ordre du jour dans notre pays depuis Mai 68, et surtout depuis les années 1980. Les persécutions hétérophobes et christianophobes vont redoubler en France dès que la loi sur le « mariage pour tous » sera votée. Il faut donc s’organiser mais sans perdre de vue que ce n’est qu’un élément d’un arsenal dirigé contre l’espèce humaine dans sa globalité. Après les hétérosexuels ou les chrétiens, le transhumanisme visera aussi les homosexuels, les athées et les autres religions. Aujourd’hui, ce sont peut-être des alliés du Pouvoir, mais demain ce seront ses nouvelles cibles. Gardons la main tendue et travaillons sans relâche à leur faire comprendre qu’ils ne seront pas épargnés par la véritable stratégie à l’œuvre, celle du mondialisme, du capitalisme tout-puissant et de l’automatisation robotique et cybernétique généralisée.

Aller plus loin avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #342365

    un ananas peut il servir de sex toy ?


  • #342369

    Article très intéressant.
    Hélas, je pense que cette stratégie du pinkwashing est très efficace. Pourquoi ? Tout simplement parce que, pour reprendre les mots de l’auteur, les causes décadentes (notamment le féminisme et l’homosexualité) jouissent effectivement d’un (très important) potentiel de sympathie dans l’opinion publique occidentale, et ce depuis des décennies.
    En France, l’inversion des valeurs débutée en mai 68 a profondément affecté la mentalité des gens, quel que soit leur niveau social. A un tel point qu’on la retrouve même de plus en plus dans les milieux dits d’"extrême droite", qu’on pourrait croire préservés de la dégénérescence. Or il n’en n’est rien. Par exemple, un nouveau type de vote frontiste a émergé depuis quelques année, dont la motivation n’est pas le refus de l’immigration, de la délinquance et l’amour du drapeau, mais la défense des droits des femmes (réduits à l’avortement, la provocation exhibitionniste et la saloperie) et des homosexuels face aux machistes rétrogrades arabo-musulmans.
    Bref l’émergence d’un vote progressiste anti-musulman, participant de ce « clash sexuel des civilisations », qui explique que des milliers de gauchistes finissent par se croire de droite à cause de leur opposition gauchiste à l’Islam...
    Pour illustrer mon propos, voilà un message très révélateur que m’avait envoyé "Reconquista2012", principal militant frontiste de youtube lors des dernières présidentielles :
    « Moi je défend la civilisation occidentale par consequent je ne vote
    pas pour la gauche internationaliste dont le ps est partisan
    de la disolution de notre civilisation par son mondialisme bea et son incapacite a affronter les musulmans.
    Moi je suis pour la minijupe, l’avortement, l’euthanaise
    je vais a la gay pride, a la technoparade et je vote FN.
    Bref a 2000 % pour ma civilisation.

    Le FN est la seule offre politique contre la crise de civilisation avec l’islam.
     »

    On pourrait aussi parler des affiches de type "Ni voilée Ni violée", arborées d’images d’espèce de femen frontistes seins nus, vous braquant avec un regard viril, ou de ces internautes de Fdesouche dont la principale motivation semble être le féminisme.

    Ceci dit, en France nous somme encore loin de ce qui se passe dans les pays protestants du Nord, où le féminisme et l’homosexualité sont systématiquement brandis par les partis nationalistes face à la "menace islamique" (notamment aux Pays Bas avec Pim Fortuyn, Geert Wilders, etc.).

     

    • #343144
      le 28/02/2013 par Nicolas Tesla
      Le pinkwashing, ou le « sionisme rose »

      Je le connais ce “Requionquista2012”, ce type est un Islamophobe et surtout un Troll, sa vision de la civilisation Occidentale il peut se la mettre au c*l ainsi que le féminisme de Fds, juste des bandes de castrés...
      Des Mangina et autre White Knight en gros : les ennemis de l’homme (masculin) libre. Libre de tout influence féministe. Ils se croient sans doute encore au 19 eme siècle là ou la Chevalerie avait du sens, oui mais les femmes étaient obéissantes en retour. Aujourd’hui ce n’est plus le cas.
      Utiliser la cause Nationaliste et Traditionaliste voir Religieuse tout en préservant les privilèges féministes du 20 eme siècle, ou comment se faire sodo***er en beauté.
      Le système va essayer de recycler la cause féministe et la libération féminine en s’infiltrant dans les mouvements conservateurs et religieux et oui j’ai déjà vu du féminisme Islamique et Chrétien (si si). Le but sera sans doute de mettre tout les devoirs et les standards conservateurs/religieux aux hommes sans aucunes contreparties aux femmes !

      Chivalry is dead and feminism killed it comme on dit dans le monde Anglo-Saxon !
      NT.


  • #342884
    le 28/02/2013 par Thémistoclès
    Le pinkwashing, ou le « sionisme rose »

    Excellente synthèse qui rejoint mes analyses actuelles.

    En effet, puisque le Sionisme ne tolère aucune autre religion, OBLIGATOIREMENT, le jour où il n’aura plus d’adversaires, il dévorera son propre peuple en éliminant les athées, les homos, les couples de mariages mixtes, les contestataires, les pauvres surnuméraires, les faibles et les eugénismés-médicaux, les etc. etc.

    Et ce Sionisme AUTODESTRUCTEUR a déjà débuté depuis longtemps : via les falashas éthiopiens, via tous ses coreligionnaires sacrifiés par des actes sous faux drapeaux (affaire Mérah ...) sans oublier l’abandon à leur sort des victimes (ordinaires) de l’Holocauste.

    Cette logique absurde de destruction est terriblement prévisible, on la retrouve partout depuis 2000 ans.
    Les protestants des Etats-Unis qui ont repris les mêmes méthodes talmudiques sont déjà phagocytés.

    Les non-élus devront-ils attendre d’être éliminés ?

    A méditer


  • #342940

    "de même que ses alliances géopolitiques avec d’authentiques dictatures islamiques répressives des femmes et des gays tels que l’Arabie saoudite ou le Qatar"

    Une petite remarque...
    S’il y a bien des pays arabo-musulmans où l’homosexualité est répandue de fait, c’est bien les pays du Golfe...


  • #342996

    Judith Butler qui refuse un prix à la Gay Pride de Berlin, Simone Veil à la manifestation contre le mariage pour tous... Commencent-ils enfin à ouvrir un œil sur l’énorme manipulation et la récupération dont ils font l’objet ? Ne relâchons pas le combat, afin qu’ils ouvrent les deux yeux...

    En ce qui concerne le transhumanisme et l’automatisation robotique et cybernétique généralisée, voici une excellente conférence, ou quand un humanisme sans Dieu conduit au transhumanisme :

    http://m.youtube.com/#/watch?v=CUoi...


  • #343052

    Message de l’auteur.
    Il semble que le lien vers l’article de Jean Birnbaum ait sauté au passage entre l’Atelier et la publication finale.
    "Le nouveau nationalisme est-il gay ?", Le Monde, 28/06/2012.
    http://www.lemonde.fr/culture/artic...)


  • #343184

    Certains font mine de découvrir qu’on peut être homo ET raciste, comme si le fait d’appartenir à des CSP favorisées par le système valait absolution et diplôme de perfection absolue. L’aveuglement fanatique dans toute sa splendeur.
    Le Gauchisme et le progressisme sont les incarnations du pire racisme ayant jamais existé.


  • #344573
    le 01/03/2013 par echo@off
    Le pinkwashing, ou le « sionisme rose »

    est ce à tort que l’on oppose systématiquement nazisme et homosexualité en évoquant les "Triangles roses". La réalité est beaucoup plus complexe. Le fondateur du parti nazi, le NSDAP, n’est pas Adolf Hitler, mais Ernst Röhm. Celui-ci était publiquement homosexuel. Dans le contexte de l’opposition de la Reichswehr, et de la rivalité entre SA et SS, Adolf Hitler sacrifia les SA. Il les fit assassiner lors de "la nuit des longs couteaux". Pour justifier son crime, Hitler évoqua la sexualité "dégénérée" de Röhm.

    Par la suite, une campagne de castration puis d’extermination des homosexuels fut menée dans le grand Reich. Mais simultanément l’imaginaire nazi ne cessa de développer une esthétique homosexuelle, comme pour sublimer ces meurtres originels. Elle est particulièrement évidente dans la propagande des jeunesses hitlériennes, et dans la statuaire d’Arno Brecker. Michaël Kühnen (1956-1991), leader historique et Führer auto-proclamé du renouveau du nazisme en Europe, a interprété l’échec du III° Reich en fonction de "l’erreur" de la "nuit des longs couteaux". Il a reconstruit les avatars du NSDAP sur la résurrection des SA. Il était donc fondé à réconcilier homosexualité et nazisme.

    C’est avec Michel Caignet et Jürgen Mosler que Michaël Kühnen fonda l’Europaïsche Bewegung (Mouvement européen), une organisation internationale néonazie implantée en Allemagne, Belgique, Danemark, France et Pays-Bas.

    Michel Caignet a traduit en français les Lettres de prison, et l’opuscule Homosexualité et national-socialisme de Michaël Kühnen. Selon l’auteur, parce qu’ils sont rares les homosexuels actifs seraient destinés à former une élite guerrière au service de la horde. Les homosexuels passifs seraient, quant à eux, condamné, selon l’antique loi germanique, à être noyés dans les marais. (Ce qui implique que la sexualité des guerriers ne peut-être assouvie que par des masturbations mutuelles ou le viol des mâles étrangers). Néanmoins, le chef de la horde choisira comme bras droit un homosexuel passif, qu’il sauvera ainsi d’une mort certaine. Ce dernier ne pourra donc pas trahir son chef sans perdre la vie. Il sera chargé de l’exécution des basses œuvres, et sera corvéable à merci, jusque et y compris pour l’assouvissement des besoins physiologiques du chef.


  • #347106
    le 04/03/2013 par MagnaVeritas
    Le pinkwashing, ou le « sionisme rose »

    J’ai un profond respect pour les auteurs de Gouverner par le chaos qui est, à mon sens, l’ouvrage essentiel de la dissidence. C’est LE manifeste et tout simplement le meilleur livre que j’aie lu de ma vie (et pourtant j’en ai lu quelques uns).

    Selon moi, le pinkwashing n’est pas efficace, à moins que certains prérequis soient mis en place (pénalisation de toute critique, même infinitésimale, de l’"homosexualité" dans les pays cibles). Cela peut fonctionner en surface, mais énormément (même en terme de proportions) de personnes ne sont pas dupes.
    C’est une stratégie déficiente mise en place par des déficients. Elle ne peut se maintenir en place qu’avec un coût financier dans les pays dont l’opinion publique doit être acquise (sous la menace policière).

    C’est en fait une stratégie de type licra (amalgamer l’"antisémitisme" et le racisme, la confrérie des victimes si on veut) à plus grande échelle (amalgamer sionisme et gay friendly, donc le club des ouverts d’esprit, etc.)

    Cependant, il vaut mieux, à mon sens, laisser des libertés aux LGBT. Au chien, il faut donner un os à ronger. Ceci afin de qu’il ne vienne pas nous mordre. Car le but n’est plus de sauver la société mais de sauver les meubles et empêcher à tout prix le transhumanisme de se généraliser. Nous devons impérativement lutter pour maintenir le droit de chacun de laisser sa nature et celle de ses enfants intacte.

    Quoiqu’il en soit, la folie transhumaniste ne passera pas car ils n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Ils ne pourront pas nous transformer en OGM et en cyborgs, même si c’est là leur projet.

    Un néo-luddite