Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le référendum sur le Kurdistan sera-t-il suivi d’une proclamation d’indépendance ?

Le Président de la région du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a déclaré qu’en l’absence de contre-propositions de la Communauté internationale, le référendum d’indépendance prévu lundi 25 septembre 2017 aurait bien lieu.

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies n’est pas parvenu à convenir ni d’une résolution (ayant valeur en droit international), ni même d’une déclaration de son président (indiquant le point de vue des membres du Conseil), mais uniquement d’un communiqué de presse condamnant la possible sécession. À l’évidence, certains membres du Conseil tiennent un discours public qui masque mal leurs intentions sur le terrain.

Le scrutin se tiendra non seulement dans la région autonome du Kurdistan, mais aussi dans les territoires annexés par les Barzani en lien avec Daech. Le référendum est une décision unilatérale d’Erbil, condamnée par l’Assemblée nationale, le Gouvernement fédéral et la Cour suprême de Bagdad. Il intervient maintenant car plus de 3 millions de non-Kurdes ont fui la région du fait du nettoyage ethnique entrepris par les Barzani et se sont réfugiés en Turquie et en Syrie. Il reste environ 8 millions de Kurdes dans la zone.

Cependant, les finances du Kurdistan indépendant seront difficiles à assurer compte tenu des dépenses militaires engagées et du prix du pétrole alentour de 70 dollars seulement le baril.

Le Français Total exploite au maximum le champ de Shaikan. Le Russe Rosneft vient de signer un contrat avec le président Barzani pour construire un nouveau gazoduc d’une valeur d’un milliard de dollars. Le Britannique Gulf Keystone Petroleum s’apprête également à développer ses investissements sur place.

Cependant, la Turquie qui détient l’opérateur du pipeline kurdo-turc, BOTAŞ Petroleum Pipeline Corporation, pourrait couper brutalement le transport au port de Ceyhan. L’armée turque masse des troupes à la frontière du Kurdistan iraquien, officiellement dans le cadre d’exercices. La presse régionale considère que le président Recep Tayyip Erdoğan est prêt à une intervention militaire.

Un accord pourrait être trouvé. Dans ce cas, le référendum ne serait pas suivi d’une proclamation d’indépendance.

Le Kurdistan, projet sioniste ? Voir sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • La Turquie pourrait récupérer Kirkouk et Mossoul suite à un traité signé en 1926 sur le tracé de la frontière. La Turquie avait renoncé à ses prétentions après le démembrement de l’empire ottoman des provinces irakiennes, à condition que l’Irak reste un Etat unifié. Fait attention Barzani la Turquie pourrait récupéré les territoires en cas de référendum positif ...

     

    Répondre à ce message

    • Absurde . La Turquie, sur la défensive, va avoir beaucoup de mal à garder le kurdistan turc si le kurdistan irakien s’émancipe . Pour tous les Kurdes l’heure de la libération va bientôt sonner .

       
    • @lili vous vivez dans un monde imaginaire, les kurdes sont une multitude de peuples qui n’ont aucun liens entre eux mit à part le mot ’’kurde’’ !
      Bonne chance pour convaincre Barzani( libéral/capitaliste fils d’un agent du Mossad) de s’allier avec les marxistes/léninistes du PKK(Turquie) ou des YPG(une partie des kurdes syriens) sans compter les kurdes azéris/iraniens qui n’ont rien à voir avec les premiers.

       
  • Au nom du "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes" nous devons soutenir la volonté indépendantiste des Kurdes . Sinon nous soutiendrions le prétendu droit "biblique" des israélites à disposer des peuples : il n’y a pas d’autres alternatives .

     

    Répondre à ce message

    • #1807503

      Certes, mais que dalle (quant à soutenir le droit biblique).
      Tenons-nous en aux écrits antérieurs et mythiques des Sumériens en ce cas et/ou, pour les plus athés de la bande, à notre ancestralité primitive issu du bonobo qui met le doigt dans toutes les failles des comportements dogmatiques : pour le bien être social.

       
  • Quelle idée des Arabes d’avoir tenté d’intégrer ces peuples nomades d’Asie à la Mésopotamie... Les fous. - les patriarches byzantins doivent certainement plus pleurer que rire dans leur tombe.

     

    Répondre à ce message