Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Législatives en Israël : Benjamin Netanyahou échoue à obtenir une majorité

Selon les premiers sondages à la sortie des urnes, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son rival Benny Gantz étaient au coude-à-coude. Aucun des deux partis n’est, pour l’heure, en mesure de former un gouvernement.

 

Les partis du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (le Likoud) et de son rival Benny Gantz (le parti Bleu-blanc) étaient au coude-à-coude dans la soirée du 17 septembre à l’issue des législatives israéliennes, selon les premiers sondages à la sortie des urnes diffusés par les médias locaux.

Le Likoud de Benyamin Netanyahou récoltait entre 31 et 33 sièges sur les 120 de la Knesset (Parlement israélien) et le parti Bleu-blanc (centre-droit) de Benny Gantz entre 32 et 34, selon ces sondages qui ne voyaient aucun bloc majoritaire émerger au terme de ces élections. À 20 heures (heure locale), le taux de participation était de 63,7 %, un niveau légèrement supérieur à la même heure aux législatives d’avril.

Lors d’un discours en pleine nuit à Tel-Aviv, le Premier ministre sortant s’est d’ores et déjà exprimé sur les négociations qu’il souhaitait entamer dans les prochains jours. « Nous allons négocier avec le plus grand nombre de partenaires pour éviter la formation d’un gouvernement antisioniste dangereux [...] il n’y aura pas et il ne peut pas y avoir de gouvernement qui s’appuie sur des partis arabes antisionistes, des partis qui nient l’existence même d’Israël en tant qu’État juif et démocratique », a déclaré Benyamin Netanyahou.

Selon le média i24 News qui évoque ce 18 septembre au matin des résultats non-officiels « fournis par des sources au sein de la commission électorale sur le base de 90 % des suffrages exprimés », les deux partis auraient obtenu le même nombre de sièges.

 

 

Outre les scores de ces deux partis, les résultats des alliés potentiels de chacun seront déterminants, car la question n’est pas tant de savoir qui aura le plus de sièges entre Benyamin Netanyahou et Benny Gantz, mais lequel des deux sera en mesure d’atteindre, par des alliances, le nombre de 61 députés, seuil de la majorité au Parlement. Or, selon les sondages à la sortie des urnes, aucun bloc ne semble pour l’instant capable de réunir ce nombre et donc de former un gouvernement à l’issue de ce second scrutin en cinq mois, les élections d’avril dernier ayant déjà abouti à une impasse.

Avec ses alliés traditionnels, le Likoud pourrait obtenir entre 54 et 57 sièges, et le parti Bleu-blanc entre 54 et 58, selon ces baromètres qui donnent l’image d’un pays polarisé.

Les Israéliens ont voté pour la seconde fois cette année, après un scrutin en avril au terme duquel Benyamin Netanyahou, qui détient le record de longévité pour un chef de gouvernement israélien, avait échoué à former une coalition. Si les sondages se confirment, il devrait faire face cette fois-ci aux mêmes difficultés pour constituer un gouvernement.

Israel Beitenou, le parti de l’ancien ministre de la Défense Avigdor Lieberman, qui avait fait échouer les négociations en avril et qui pourrait à nouveau faire figure de faiseur de roi, est crédité de 8 à 10 sièges selon les sondages. Peu après la publication des premiers résultats, il a appelé Benyamin Netanyahou et Benny Gantz à la formation d’un gouvernement d’union nationale auquel prendrait part son parti.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Avec 12 sièges sur 120 les Arabes Israéliens sont beaucoup mieux représentés à la Knesset (élue à la proportionnelle) que le RN à l’AN : 13% des voix et UN % des sièges ! (7 sur 577) . C’est l’ultra sioniste Avigdor Lieberman et ses dix sièges qui est en position d’arbitre, il va rallier Bibi .

     

    Répondre à ce message

  • #2279784

    Mouais ça changerait quoi de toutes façons ? Est-ce qu’il y en a un des deux qui est anti sioniste ?

     

    Répondre à ce message

  • Si c’est une Union Nationale qui se forme comme ce serait très probable vu les résultats, le chef de l’opposition sera... un Arabe Israélien, tête de liste de la ’’liste arabe unie’’ à la Knesset (12 députés - arrivée en 3ème position). Une 1ère dans l’histoire du pays.

     

    Répondre à ce message

  • #2279799

    Il faut bien le reconnaître : Israël est bien une démocratie représentative, non seulement elle a la proportionnelle, mais le seuil électoral est particulièrement bas : il suffit d’avoir plus de 3% des voix pour avoir des députés (en Allemagne c’est 5%) . Comme d’habitude aucun parti n’obtient la majorité absolue, et les gouvernements sont toujours des gouvernements de coalition . Bien sûr qu’il y a du tirage mais la démocratie c’est une discussion permanente, parfois houleuse . On s’engueulait déjà énormément à l’Ecclesia d’Athènes . Ca n’a pas empêché Athènes d’avoir inventé au Vème siècle la civilisation occidentale . Un rien .

     

    Répondre à ce message

    • #2279841

      Non, Israel Shahaq a montré que là aussi il ne s’agit que d’une supercherie : ce système proportionnel avait un seul but en partant : donner toujours plus de pouvoir aux partis religieux intégristes peu populaires, que la population déteste (du fait qu’il s’agit de gens qui ne travaillent pas, ne font pas leur service, et se font subventionner pour mener la très grande vie, et considèrent les juifs de naissance qui travaillent comme des juifs non authentiques tout juste bons à payer, à peine au-dessus des goys) mais qui disposent d’un financement presque infini de la part des grandes banques. Le système proportionnel à bas seuil d’entrée a été conçu pour que seuls des partis religieux plus nombreux les uns que les autres profitent de ce seuil, en comptant sur de petits électorats payés por voter. À chaque coalition qui se forme un de ces partis réclame une mesure anti-goy extrémiste de plus, une mesure rituelle de plus, qui bout à bout sont en train de transformer la société israélienne en société intégriste alors que c’était l’opposé exact de ce que la population voulait (moins maintenant car la poulation accepte de plus en plus passivement la mise au rancart de la démocratie qu’elle considère un système dépassé). Ces groupuscules ont en commun de vouloir la construction du Troisième Temple, projet dont presque personne ne veut, et qui finira par avoir lieu quand même.

      Israel Shahaq avait bien prévu ce qui allait se passer : la mise en place d’un système de parti unique sitôt que le Likoud allait s’installer, et construisant ses coalition par des alliances avec des groupuscules impopulaires mais dont l’obéissance au Mossad, le seul pouvoir qui compte et décide qui est un vrai juif ou non, ne fait aucun doute. Le système est copié des démocraties populaires du bloc de l’Est, aux constitutions sur papier parfaites mises en place bien souvent par les mêmes, et qui visaient à la mise en place de la tutelle perpétuelle du Parti Communiste secondé par une galaxie de représentants sans parti et de groupuscules divers plus directement à la solde des services secrets pouvant à l’occasion faire pression sur le parti Communiste quand ce dernier faisait trop la volonté de ses membres. Le Likoud lui-même est financé par des fonds ... saoudiens.

      Israel Shahaq voyait qu’on était en train déjà à son époque de reconstituer le gouvernement collégial des ghettos juifs de Pologne qui était entièrement à la botte du Kahal, société secrète juive totalitaire.

       
    • Je trouve extrêmement suspect que les mêmes qui veulent tout interdire chez nous (criminalisation de l’antisionisme, etc.) soient aussi démocrates chez eux.
      Ça sent la vente de pantalon à une jambe ou je ne m’y connais pas.
      Et ça me rappelle surtout la définition de la démocratie par Céline : La démocratie partout et toujours, n’est jamais que le paravent de la dictature des "pingouins".

       
    • #2279895

      C’est parce que tous les partis, excepté celui des "Arabes" sont sionistes. La ligne de conduite est la même, on peut donc discuter des détails ! Vous remarquerez qu’il n’existe pas de parti "antisioniste", de parti "communiste" ou de "parti socialiste". Le sionisme est le ciment qui permet votre représentativité !

       
    • #2279936

      Ça représente surtout le degré de dangerosité de la proportionnelle, gage d’instabilité.

       
  • Meyer Habib se présentait dans la circonscription des israéliens de l’étranger,région France ?

     

    Répondre à ce message

  • #2279840

    C’est le moment de rappeler que l’israēl est une fausse démocratie.

    En effet plus de 3 millions d’électeurs sont empêchés d’aller aux urnes car les palestiniens réfugiés en Jordanie, au Liban et en Syrie ont l’interdiction de rentrer chez eux par les israéliens.

    L’israël, la plus grande démocratie du Moyen-Orient est une escroquerie.

     

    Répondre à ce message

  • #2279865

    Je vais reprendre la théorie que défendent certains "intelligents" :

    - S’il a perdu c’est qu’il était contre le système.
    - Car le système on ne peut pas le battre.
    - Tout est joué d’avance : le système ne fait perdre que ceux qui ne l’arrangent pas.

    Défense de rire, il y en a qui croient vraiment à ça !

     

    Répondre à ce message

  • #2280004

    La "gauche" est laminée...
    C’est un fait indubitable et visible dans de nombreux pays : la gauche disparait peu à peu du paysage politique mondial....

     

    Répondre à ce message

    • #2280150

      Et tant mieux non ? Les socialo marxiste ont échoué partout ,fait fuir les capitaux ,détruit la libre entreprise etc....

       
    • #2280258

      On peut être de gauche sans être socialo...
      Je me définis comme gaulliste d’extrême gauche, souverainiste et viscéralement anti union européenne.....
      La gauche disparait car elle s’est soumise à l’ultralibéralisme économique et au politiquement correct sociétal....Certains s’imaginent qu’être de gauche, c’est militer contre le manspreading et pour la construction de WC transgenres....Je comprends que les électeurs ne votent plus pour ce genre de tristes sires....La gauche peut ressuciter en pronant une politique sociale et nationale....

       
    • #2280274

      L’ultra libéralisme ne veut rien dire.....tu es libéral ou tu ne l’es pas, la France est un pays de gauche socialement et économiquement, le gauchisme économique comme sociétal ne fonctionne pas
      ...c’est pas un hasard si les gens qui ont un potentiel de réussite fuient vers les pays libéraux ....

       
  • #2280642

    De toute façon,la Palestine Occupée appelée israel par les sionistes est et restera une mascarade,gouvernée par d"anciens militaires au passé peu glorieux,dont
    l’obsession est l’anéantissement de la Palestine et de son peuple par le biais de colonisations et de prétextes plus fallacieux les uns que les autres... !!Quoi qu’il en soit,
    sous la pression des sionistes,ce sera toujours bonnet blanc et blanc bonnet...Et quand
    il y a un président moins extrémiste que les autres,il est assassiné,comme Yitzhak
    Rabin... !!

     

    Répondre à ce message