Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Législatives : les candidats socialistes ont honte de l’étiquette PS

Après avoir épuré ses affiches de tout signe d’appartenance au PS pour se revendiquer « majorité présidentielle » malgré son investiture socialiste, Marisol Touraine est l’objet d’une procédure d’exclusion. Un cas loin d’être isolé dans cette campagne.

 

L’affiche de campagne de Marisol Touraine en Indre-et-Loire, portant la mention « majorité présidentielle avec Emmanuel Macron » ne correspond pas vraiment à l’idée qu’on pourrait se faire d’une affiche du Parti socialiste. Et pourtant, l’ex-ministre de la Santé a bel et bien été investie par le PS, tout en prenant soin de faire disparaître toute mention d’appartenance à son parti dans sa campagne électorale.

 

 

Une démarche qui a écœuré les militants socialistes locaux, qui réclament maintenant l’exclusion du PS de Marisol Touraine, et appellent à voter pour des candidats « fidèles aux valeurs de gauche et de l’écologie ». Cela sera à la rue de Solférino de donner le fin mot à cette procédure d’exclusion, lancée le 22 mai par la fédération d’Indre-et-Loire du PS.

« C’est une trahison, elle joue sa carte personnelle, c’est de l’opportunisme électoraliste », a dénoncé Francis Gérard, premier secrétaire du PS en Indre-et-Loire à France Bleu.

 

 

Une quinzaine de candidats concernés

Sur France Inter, le secrétaire général du PS Jean-Christophe Cambadélis a concédé qu’une « une petite quinzaine de candidats [...] s’affich[aient] avec la formule majorité présidentielle ».

 

 

Candidate dans la 18e circonscription de Paris, l’ex-ministre du Travail Myriam El Khomri conserve certes quelques allusions discrètes à sa filiation socialiste, mais met grandement en avant Emmanuel Macron et la notion de « majorité présidentielle » dans ses documents de campagne.

 

 

Plusieurs candidats socialistes, moins connus, ont utilisé des méthodes similaires pour s’attirer les électeurs sympathisants de LREM. 

Anthony Pitalier, candidat dans la 3e circonscription de Vendée assure vouloir donner « une majorité à Emmanuel Macron ».

 

 

Dans la 3e circonscription de la Côte-d’Or, Anne Dillenseger-Sebti souhaite la « réussite à gauche de la majorité présidentielle ».

 

 

Eric Vève, candidat dans la première circonscription du Calvados, se revendique être « un député de gauche dans la majorité présidentielle ».

 

 

Contacté par Libération sur de possibles sanctions contre ces candidats, l’état-major socialiste se refuse à sévir. « On ne va pas regarder les affiches et slogans de tous nos candidats. Mais c’est clair, ça rend notre campagne illisible », concède-t-on rue de Solférino.

Pour en finir avec le PS et ses vautours, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les tapins moldaves de la route des plages ont plus de dignité que ces jean-foutres. Toute la laideur de la république, "le bordel ambulant d’une armée en campagne" comme disait Brel. Au suivant !


  • Touraine, Khomri, n’ont jamais été socialistes mais SIONISTES avant tout, comme les gens d’En Marche : qui se ressemble - s’assemble . C’est l’union sacrée contre le "fascisme", comme au deuxième tour des présidentielles, il leur sera tout pardonné .


  • Des vraies putes ces candidat(e)s, elles-ils montent avec le plus offrant : Macron-Drahi-Rothschild .


  • Quel est le grand parti de "la gauche patriote" aujourd’hui ? Le FN .


  • C’est vraiment l’heure de la décomposition et ça ne sent pas toujours très bon...
    Ceci dit, je profite de cet article pour demander à M. Soral de nous faire part de ses réflexions sur les prochaines élections et sur son positionnement par rapport aux inflexions perceptibles au FN qui représentait jusqu’à présent le "vote utile" du camp patriote...
    Depuis la campagne et les dernières déclarations de MLP, il me semble vraiment indispensable que nos éclaireurs indiquent une voie qui évite l’éparpillement... au moins pour cette élection... pour la suite, il y aura moins d’urgence...


  • 50 nuances de pourris


  • Technique de base du marketing : c’est de la publicité mensongère !
    Ils jouent sur la ressemblance avec un autre produit (ici LREM de Macronald) et achèvent de nous tromper avec une formule qui sonne bien mais approximative et/ou vide de sens ("Majorité présidentielle").


  • Vous pourriez faire un article sur un énième boycott de type "stratégie de l’édredon" concernant le seul parti qui fait réellement peur à l’oligarchie, l’UPR, qui présente des candidats dans 574/577 circonscriptions. Sur le site officiel des législatives (et sur toutes les reprises ailleurs, linternaute etc.), il y a des candidats FN, FI, REM, LR, tout ce qu’on veut, mais pas de candidat UPR, seulement des "DIV". Tout est bon pour éviter d’installer l’UPR, 5e parti de France en nombre d’adhérents, dans le paysage politique français. Ce parti n’étant pas une impasse diabolisable comme le FN, peu de chance d’avoir un coup de pouce à la Mitterrand. C’est pour quoi il faut la mobilisation de chacun.


  • "Ces gens sont pour le progrès, ça à l’air bien. Comment peut-on être pour la régression, le repli sur soit dans ce monde moderne ?". C’était la réflexion d’un français moyen


  • Ah, je corrige le titre : ils n’en ont aucunement honte !! Ces gens-là n’ont honte de rien, en effet...ils ne savent même plus ce que c’est que la honte !

    Non, c’est juste qu’ils se sont bien rendus compte avec le cas Hamon que la "marque" PS est clairement has been et se repositionnent avec une étiquette différente, plus vendeuse. Ce n’est nullement de la honte, mais simplement ce qu’on appelle en marketing du "badge engineering" (qui a par exemple conduit à rebaptiser "Chevrolet" les voitures Daewoo), rien de plus...


  • EM est le parti déguisé du PS ,faut arrêter la mascarade ,c’est la même chose en pire .Le PS est mort ,bonjour EM .C’est facile à comprendre . Et Mélanchon sert de voiture balai .


  • Comportement qui n’est pas récent, mais qui était moins fréquent auparavant.

    Dans le jura, Jean Marie Sermier (de droite) affiche, lui aussi, aucune appartenance sur les tracts reçus dans ma boîte à lettre.


  • En tous les cas c’est le bordel ces législatives !


Commentaires suivants