Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les États-Unis et Israël incitent à la confrontation avec l’Iran

Les négociations qui auront lieu la semaine prochaine à Bagdad entre l’Iran et les P5+1 – les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, la Chine et l’Allemagne – seront un tournant dans le dangereux conflit lié aux programmes nucléaires iraniens. Washington exerce une pression intense pour que Téhéran fasse des concessions majeures, au même moment où les États-Unis se préparent à imposer des sanctions écrasantes et menacent l’Iran de guerre.

Lorsqu’il a parlé à Vienne la semaine dernière, le négociateur américain en nucléaire, Robert Wood, a demandé que l’Iran prenne « des mesures urgentes et concrètes » dans le but de se conformer « à toutes les obligations internationales ». Il a critiqué l’Iran pour ne pas avoir donné « à l’AIEA [Agence internationale d’énergie atomique] l’accès à tous les sites pertinents, aux documents et aux personnes nécessaires pour résoudre les questions entourant son programme nucléaire ».

L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’a aucunement l’intention de fabriquer des armes nucléaires. Ses établissements nucléaires, incluant les usines d’enrichissement de Natanz et de Fordo, et ses stockages de réserve sont inspectés et surveillés par l’AIEA comme il est stipulé par le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Cependant, les États-Unis et leurs alliés soutiennent que l’Iran doit mettre fin à son programme d’enrichissement d’uranium, qui est permis sous le TPN, et que le pays doit envoyer ses réserves d’uranium enrichi à 20 pour cent à l’extérieur du pays.

La probabilité d’un quelconque accord sérieux émergeant des pourparlers de Bagdad est mince. Les demandes des États-Unis pour que l’AIEA puisse avoir accès au personnel et aux établissements est un processus sans fin qui exige que l’Iran prouve quelque chose de négatif : que nulle part sur son vaste territoire ne se trouve un programme lié aux armes nucléaires. L’AIEA, qui rencontre des responsables iraniens cette semaine, demande l’accès au complexe de Parchin, une base militaire, où il y aurait eu, il y a près d’une décennie, des tests du même type que ceux qui sont requis pour la conception d’un engin nucléaire. Tout comme les affirmations du genre, les « preuves » de l’AIEA proviennent de services de renseignement étrangers – probablement des États-Unis ou d’Israël.

Israël, qui menace d’attaquer délibérément l’Iran, a exercé plus de pression sur les négociations en exigeant l’arrêt complet des programmes d’enrichissement d’uranium de l’Iran. Selon Associated Press, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit la semaine dernière au chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, que l’Iran allait devoir fournir un échéancier pour établir la fin de son programme d’enrichissement et le démantèlement de son usine de Fordo pour qu’Israël donne son accord au processus. Ces demandes ont déjà été rejetées par Téhéran.

Ashton était en Israël pour s’assurer de la position prise par la coalition nouvellement formée qui a amené le parti d’opposition Kadima dans le gouvernement. Le chef de Kadima, Shaul Mofaz, ancien chef de la sécurité intérieure, avait critiqué les menaces d’agression contre l’Iran de Netanyahu. Mais son entrée dans le cabinet rend plus probable, et non moins, une attaque sur l’Iran. La coalition offre au gouvernement une majorité parlementaire écrasante et la présence de Mofaz servira à tempérer l’opposition intérieure largement répandue à une guerre contre l’Iran.

Channel 10 News en Israël ont rapporté jeudi dernier que des représentants américains participaient à d’intenses pourparlers, s’inquiétant du fait qu’Israël avait maintenant le champ libre pour déclencher des frappes aériennes contre l’Iran. Netanyahu a mis sur pied la coalition dans une entente-surprise de dernière minute qui a empêché la tenue d’élections, ce qui était vu comme un obstacle à une attaque. Lors d’une conférence de presse conjointe, les deux hommes ont affirmé qu’ils étaient d’accord sur plusieurs questions, dont celle de l’Iran.

Les différends entre les États-Unis et Israël ne sont que tactiques. Netanyahu n’appuie pas l’idée des négociations et des sanctions que les États-Unis favorisent pour affaiblir et miner le régime à Téhéran, avant de mener une attaque. L’Iran cherche désespérément à éviter l’imposition des sanctions américaines et européennes qui représenteraient essentiellement un blocus de ses exportations de pétrole (en soi, un acte de guerre économique). Ces sanctions doivent entrer en vigueur à la fin juin.

Au cours des deux dernières semaines, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a fait pression sur l’Inde et la Chine pour qu’elles réduisent leurs importations de pétrole iranien. Les sanctions américaines vont pénaliser unilatéralement les banques et les sociétés étrangères qui font des affaires avec la banque centrale iranienne, sauf si Obama leur accorde une exonération. Cette imposition sélective de pénalités montre clairement que les États-Unis se servent de la confrontation avec l’Iran pour miner la position de ses rivaux, et surtout la Chine.

Les préparatifs de l’administration Obama ne se limitent pas qu’à des sanctions. Depuis le début de l’année, la marine américaine a augmenté à deux le nombre de porte-avions à proximité du Golfe Persique. Plus tôt ce mois-ci, des représentants anonymes des États-Unis ont confirmé que le Pentagone avait envoyé son chasseur le plus sophistiqué, le Raptor F-22, à la base aérienne d’Al-Dhafra aux Émirats arabes unis.

Ces forces permettraient à l’armée américaine d’effectuer de lourdes frappes aériennes contre les installations militaires et nucléaires de l’Iran. Washington augmente aussi l’arsenal militaire des régimes autocratiques qui sont ses alliés dans le Golfe. L’administration Obama a annoncé vendredi qu’elle allait reprendre la vente de matériel militaire au Bahreïn, malgré la violente répression des manifestations dans les États du Golfe. Selon le Washington Post, cet arsenal serait constitué de navires de guerre, de systèmes de missile air-air et sol-air et d’améliorations aux moteurs de ses chasseurs F-16. Le Bahreïn abrite la Cinquième flotte de la marine américaine.

L’intensification des conflits entre les États-Unis et Téhéran n’est pas essentiellement due à la question des programmes nucléaires iraniens. Les préparatifs pour une nouvelle guerre d’agression sont plutôt motivés par le déclin historique de l’impérialisme américain et sa détermination à imposer sa domination incontestée sur les régions riches en ressources énergétiques du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. Après avoir envahi l’Afghanistan et l’Irak, les États-Unis menacent maintenant de déclencher une guerre qui pourrait impliquer toute la région et provoquer des conflits encore plus importants.

Si les pourparlers de Bagdad échouent la semaine prochaine, le danger d’un conflit militaire déclenché par Israël ou les États-Unis va augmenter radicalement. Les travailleurs et la jeunesse aux États-Unis et internationalement doivent s’opposer à cette campagne guerrière de l’administration Obama. La seule façon d’empêcher la guerre est la mobilisation indépendante de la classe ouvrière, sur la base d’une stratégie socialiste et internationaliste, pour mettre fin à la cause fondamentale de la guerre : le système de profit en faillite.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "La seule façon d’empêcher la guerre est la mobilisation indépendante de la classe ouvrière, sur la base d’une stratégie socialiste et internationaliste, pour mettre fin à la cause fondamentale de la guerre : le système de profit en faillite."

    Mouhai... ou alors armer l’Iran comme il se doit pour qu’il leur mette une trampe !

     

    • " en armant l’Iran comme il se doit", tu ne fais que valider la guerre à venir, gros malin !!!


    • Oui et non.
      Armer l’Iran de la force de frappe nucléaire rapidement mettrait fin à toute velléité de guerre de la part des USA et d’Israël... Si on le comprend comme ça, ça se tient.


    • « la seule façon d’empêcher la guerre est la mobilisation indépendante de la classe ouvrière, sur la base d’une stratégie socialiste et internationaliste »

      Cette phrase m’a fait tiquer aussi, ça veut dire quoi ? le seule moyen d’empêcher la guerre est l’union de travailleurs dans une international trotsko/communiste à la Front de Gauche ?

      Le seul moyen est la mobilisation des nationalistes de chaque pays, afin de défendre la souveraineté de l’Iran au côté de ses nationalistes et dénoncer les mensonges et manip de l’Empire. Pas en faire une lutte internationaliste gauchiste, qui n’est qu’un la lutte pour un contre Empire Internationaliste à l’Empire Mondialiste, le même modèle que durant la guerre froide.

      Par ailleurs, je ne comprend pas comment Israël peut encore parler d’armement nucléaire de l’Iran alors que des hauts-dirigeants israéliens ont admis il y a peu que c’était un mensonge depuis le début. Il faudrait peut être que les médias en parlent (on peut toujours rêver) ou en tout cas qu’un invité sur une émission arrive à passer le filtre pour venir rapporter en direct ces déclarations qui contre-disent totalement la ligne Israélo/États-Uniennes du moment.


    • C’est beau de rêver, un pays qui est devenu le bouc émissaire des USA et Israël et leurs sodomites européens et du Golfe (je ne parle même pas des pays arabes), je ne crois pas que l’Iran est prête à être armée. D’un autre côté y a toujours la Corée du Nord, mais je ne crois pas que les pays opposants fassent le poids face à l’hégémonie des armes en face


  • Menthalo, excellent contributeur à la LETTRE D’INFORMATIONS ÉCONOMIQUES STRATEGIQUES INTERNATIONALES (LIESI), nous a concocté une fascinante série à la manière d’un roman en jouant de différents événements réels et de différentes dates liés à toute cette merde qui se prépare en coulisses.

    Partie I : http://liesidotorg.wordpress.com/20...
    Partie II : http://liesidotorg.wordpress.com/20...
    Partie III : http://liesidotorg.wordpress.com/20...
    Partie IV : http://liesidotorg.wordpress.com/20...
    Partie V : http://liesidotorg.wordpress.com/20...


  • Selon certain ça aura lieu cet été (le bombardement), les cadres de dassault ont la langue bien pendu.

     

  • UNE GUERRE AUX Lasers ,Bouclier Global Armes à Ondes pulsées ,ils ont des bases ,partout ,peuvent provoquer des tremblements de terre ,descendre des avions ,surtout immobiliser leurs adversaires ,faire la diminutions de certaines populations ,Je pense qu’ils n’ont pas abandonné ,ce projet ,Attendons ,le déluge de vaisseaux puissant ,ils ont testé en Irak ,Si ils quittent Afghanistan ,ils vont y laisser le génocide ,comme en Irak Libye ,peut-être chercheront-ils des poux au Liban ,


  • S’emparer des reserves d’hydrocarbures de cette région est le dernier espoir des USA et donc d’Israel de ce sortir du puit sans fond de merde dans lequel ils se sont mit, seul une fermeté décisive de la chine et de la russie pourra sauver le moyen orient de l’opression americaine.

    Il faut comprendre le désespoir économique dans lequel ce trouve les USA pour comprendre l’ampleur de leur motivation

     

  • je pense qu’il serait pertinent de faire comprendre à nos lèche-cul pro-sioniste de dirigeant notre profond désaccord vis à vis de leurs projets... et que finalement de moins en moins de personnes sont dupent de leur propagande, c’est un peu trop gros ce coup-ci (y a comme un arrière goût des armes de destruction massive Iraquienne...).
    de plus, avec un chef de guerre comme flamby, à ce niveau là ça tiens du suicide collectif.
    il me parait difficile d’empêcher cette guerre mais à défaut de défendre l’Iran il me parait judicieux de ne pas y prendre part et laisser israel et les usa aller au casse pipe tout seul...et disparaître quand les Russes et les Chinois vont tirer la chasse.
    pour ces trou-duc se sera l’agression de trop.... et une lourde défaite supplémentaire et l’abysse financier qui les enterrera...(avec un peu de chance !!!)


  • Le F-22 ne marche tellement pas qu’il empoisonne ses pilotes en vol via le système d’oxygène et ça dure depuis Décembre 2010 sans que personne ne comprenne pourquoi. 15% d’entre eux refusent de monter à bord et l’US Air Force les autorise à rester au sol plutôt que d’accepter l’honneur de piloter le fleuron de la flotte, ce qui est donc le signe que la discipline n’est pas respectée.

    Il est donc important de comprendre qu’il s’agit de communication et rien d’autre ces déploiements. Ces forces permettent de frapper rien du tout. Mais ça permet d’écrire dans les journaux "le fleuron de l’US Air Force aux Emirats Arabes Unis, attention ça va chier".


  • Chaque année, la BBC publie un sondage sur la perception de l’influence,
    positive ou négative, de 22 pays, et par voie de conséquence, sur leur image dans le monde.
    (...)
    Le Japon arrive en tête des pays les plus appréciés, suivi de l’Allemagne, premier prix en Europe. Globalement, l’Union Européenne baisse de 8 points par rapport au précédent sondage, passant de 56 à 48% d’opinions favorables. Ex-aequo avec la France qui baisse, elle, de 4 points.
    De l’autre côté du classement, sans surprise, c’est toujours l’Iran qui tient le pompon avec 55% d’opinions négatives. Mais pas bien loin, avec 50%, on trouve Israël, en baisse de 3 points, en compagnie de la Corée du nord et du Pakistan.

    http://france-licratisee.hautetfort...