Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Rothschild, d’Édouard Demachy

Une famille à l’origine de tous les événements politiques et financiers du XIXe siècle

Édouard Demachy (1854-1927), issu de la haute société parisienne du Second Empire, est le fils de Zoé Girod de l’Ain (1827-1916, fille du général-baron Félix Girod de l’Ain) et de Charles-Adolphe Demachy (1818-1888), gérant de la banque Seillière-Demachy et régent de la Banque de France.

 

Son livre Les Rothschild est paru pour la première fois en 1896, à compte d’auteur. C’est en préparant une étude financière sur les emprunts et conversions européens pendant le XIXe siècle qu’est venue à Édouard Demachy l’idée d’écrire une histoire de l’omniprésente famille Rothschild.

 

Il commence par écrire les origines de la famille et de ses milliards jusqu’aux environs de la mort d’Amschel, le patriarche, passe ensuite à Londres, et fait le portrait de Nathan Mayer de Rothschild, véritable chef de la famille et professeur de ses frères du continent.

L’auteur prouve rapidement qu’il est impossible d’arriver à la fortune qu’ont possédée les Rothschild au bout d’un très petit nombre d’années en partant de zéro comme veut le faire croire la légende. Les Rothschild n’ont rien inventé et n’ont exploité aucune invention ; les Rothschild n’ont pas fait d’industrie ; les Rothschild ont commencé par travailler avec d’énormes capitaux. Ce qui signifie qu’ils en avaient la disposition, sans en être les légitimes propriétaires. Édouard Demachy dévoile ces procédés de spéculations, comme lors de la bataille de Waterloo, qui ont fait la fortune des Rothschild. En fait, les Rothschild ont été la cheville ouvrière de quasiment tous les événements politiques et financiers du XIXe siècle en Europe.

Édouard Demachy souligne comment l’incendie du ministère des Finances lors de la Commune a fort opportunément permis de faire disparaître des archives concernant les Rothschild et note que si les Communards en voulaient officiellement aux riches, ils ont pourtant laissé intact l’hôtel Rothschild à Paris – ainsi que toutes les propriétés des Rothschild dans la ville – alors qu’ils ont brûlé d’insignifiantes maisons voisines. Ce livre est bourré de « détails » de ce genre. Nous suivons les Rothschild en France, en Angleterre, en Allemagne et même en Égypte. Il s’agit d’une véritable enquête, assortie de documents de police sortis d’archives particulièrement révélateurs.

 

Les Rothschild, Édouard Demachy, éditions Kontre Kulture – Collection Les InfréKentables, 276 pages, 17 euros

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

À ne pas manquer, la présentation de l’ouvrage par Alain Soral :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1812433
    Le 3 octobre à 15:18 par michel amm
    Les Rothschild, d’Édouard Demachy

    L’histoire "officielle" des Rothschild pose un problème :

    La puissance des Rothschild se serait faite à partir de la petite affaire de change du père avec l’aide de ses fils, le tout en moins de 30 ans.

    A cette époque, pas de téléphone, encore moins d’internet, pas réseau swift ...
    Replacez vous dans le contexte de l’époque : un lettre mettait plusieurs semaine pour passer d’un pays à l’autre. L’argent n’était pas virtuel. Il fallait le transporter dans des coffres ....

    On voudrait me faire croire qu’il était possible à cette époque de monter une multinationale au contact de toute la royauté d’Europe en partant d’un petit bureau de change.

    Je ne crois plus au père Noël depuis longtemps.

    Les Rothschild ne sont que la partie émergée d’un très ancien iceberg financier. Iceberg financier remontant au temps les plus reculés de l’humanité dont aucun historien ne semble avoir entendu parler.

    Le même problème se pose pour l’Histoire de la fortune éclair de Jacques Coeur, fils d’un petit marchand de tissu de Bourges.

     

    Répondre à ce message

    • #1812577
      Le 3 octobre à 20:10 par Culturovore
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      Pour les Rothschild sous-entendez vous qu’ils sont les descendants d’un roi Salomon ou Midas ?...

       
    • #1812625
      Le 3 octobre à 21:13 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      "Replacez vous dans le contexte de l’époque : un lettre mettait plusieurs semaine pour passer d’un pays à l’autre. L’argent n’était pas virtuel. Il fallait le transporter dans des coffres ...."

      D’après les historiens, la réalité était bien différente de ce que vous imaginez.
      Le courrier, dès qu’’il fut mis en place un système de poste, pendant l’Ancien régime, voyageait à une vitesse moyenne de 100 km/jour.

      Non, l’argent métallique n’était pas transporté dans des coffres, sauf circonstances exceptionnelles. Il y avait un système, remontant au moins au Moyen-Age, reposant sur des Lettres de Crédit. Seuls ces papiers étaient transportés.

       
    • #1812676
      Le 3 octobre à 22:11 par michel amm
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @Culturovore
      Je sous-entend simplement que les Rothschild faisaient partie d’un réseau bancaire international pré-existant.

      @JP

      1) 100km/J pour 2000 km = 20jours = 3 semaines. C’est donc bien ce que je disait : plusieurs semaines.

      2) quand on commence un business de banque, vous ne pouvez pas utiliser des lettres de crédit à 2000 km de chez vous, pour la bonne raison que votre "crédit" au moment ou vous commencez votre crédit est à 0. Personne ne vous connait. Il vous faut donc au début de votre entreprise avoir du "Vrai" argent et pas des lettre de crédit.

      A moins que vous n’ayez l’aide d’un puissant réseau bancaire existant qui vous fasse crédit ! Comme le crédit Lyonnais à cette burne de Tapie qui n’a jamais créé une société de sa vie. Et si le système vous fait crédit, c’est que vous faite partie du système ou que vous être un homme de paille (L’homme de paille de Dreyfus pour le rachat d’Adidas).

      D’autre part quand un roi demande un prêt, c’est pas pour faire du crédit, c’est pour obtenir du "vrai argent" pour payer son armée et ses mercenaires. La solde des soldats à cette époque n’était versée sur aucun compte bancaire comme aujourd’hui. Il fallait à un moment donné déplacer du vrai argent, ou encore une fois passer par une banque déjà en place, avec des coffres bien pleins, qui aurait fait confiance au petit Rothschild de rien du tout pour lui avancer du vrai or.

      A propos de Midas, cette histoire qui est prise au premier degré par la plupart des gens (le roi qui fait le vœu de pouvoir transformer en or tout ce qu’il touche, et qui finit pas toucher sa fille) est en réalité une histoire vraie racontée symboliquement.

      Cette histoire est celle de notre société actuelle. La plupart des gens comprennent sa morale au premier degré : ne faites pas de mauvais vœu !

      Mais la vraie morale de cette histoire est la suivante :
      Si l’on donne un prix a tous ce qui existe sur terre, ce qui équivaux à trouver un équivalent or à toutes chose (Le roi Midas touche tout ce qu’il voit), alors la société (Le roi Midas) transformera la sciences, la philosophie, la vie même (La fille de Midas) en marchandise a vendre et à acheter (comme les ventres des femmes).

      Avez vous jamais entendu parler d’une société entièrement basée sur l’argent dans l’antiquité ? D’où vient alors cette belle histoire qui décrit à la perfection le monde d’aujourd’hui ?

       
    • #1812718
      Le 3 octobre à 23:16 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @amm

      Vous me répondez en continuant les spéculations déconnectées de la réalité historique
      Par exemple, l’essentiel de l’activité des Rotschild tourne entre les grandes places financières européennes Paris, Londres Francfort Amsterdam. Pourquoi inventer des trajets de 2000km, si ce n’est parce qu’il vous est difficile de changer d’avis ?

      Si vous aviez buché l’histoire économique,
      1-vous sauriez pourquoi vos dernières objections ne tiennent pas
      2-la discussion pourrait avoir un intérêt. Mais là, non, j’ai pas le temps de vous renseigner. Je me limiterai à vous indiquer que vous saurez presque tout sur le sujet si vous parvenez à mettre la main sur les trois tomes de "Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme" par Fernand Braudel

       
    • #1812846
      Le 4 octobre à 09:29 par paramesh
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      JP, votre argumentation ne répond pas aux interrogations de Michel Amm : l’ idée serait qu’ hormis la famille Rothschild il y avait déjà à l’époque une structure financière organisée avec ses propres réseaux de communication et de circulation monétaire.
      or ceci est une évidence, on parle de Rothschild mais on oublie un peu vite les autres familles de banquiers (il n’y a qu’à voir les alliances par mariage pour s’en convaincre).ces réseaux remontent à la plus haute antiquité et le temple de Jérusalem a certainement été la première véritable banque centrale de l’histoire (de même, en moins évolué, que celui d’Athènes pour la Grèce)
      vous citez Braudel, je vous encourage à lire Sombart au sujet de ces réseaux et de leur fonctionnement.
      Tout comme vous pourriez vous intéresser à l’histoire de la finance dans l’empire romain.

      A votre décharge, la masse monétaire à cette époque était infiniment moins importante qu’aujourd’hui si on la compare à une activité économique équivalente. la monnaie est une création étatique, la monétarisation de l’économie suit la progression de la puissance de l’état (le mythe de Midas est limpide).
      Rothschild c’est l’arbre qui cache la forêt et cet arbre est maintenant lui même caché derrière l’état.

       
    • #1812992
      Le 4 octobre à 14:11 par anonyme
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      Googlez "armes silencieuses pour guerres sans bruits".
      Et vous auŕez d’après moi la réponse.

       
    • #1813027
      Le 4 octobre à 15:36 par paramesh
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      maintenant , prétendre que l’or et l’argent ne circulaient pas physiquement, c’est prétendre que l’Espagne et le Portugal avaient gardé leurs métaux précieux importés d’Amérique. or il est une évidence que cet or et cet argent ont fini par se retrouver chez les banquiers de la city (en passant par Amsterdam). les circuits financiers sont internationaux depuis bien avant l’apparition du capitalisme.la finance précède le capitalisme, elle a commencé à prêter aux puissants (les rois et les empires) avant de fournir leur capital aux entrepreneurs libéraux.
      la famille Rothschild n’est qu’un maillon de cette histoire de la création monétaire avec le passage de la monnaie souveraine à la monnaie privée grâce à la création de la banque d’ Angleterre (qui n’est d’ailleurs pas d’origine juive mais protestante), mais Rothschild en prendra le contrôle après Waterloo

       
    • #1813091
      Le 4 octobre à 17:25 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @paramesh
      Et voila un bon exemple de la raison pour laquelle je n’ai pas envie de consacrer du temps à cette discussion. Lorsque mon contradicteur a visiblement construit sa position en n’ayant pas conscience de ses lacunes, et qu’ensuite il tente de la maintenir par de la pseudo-rhétorique, je sais à l’avance que je n’en retirerais aucun bénéfice personnel et mon contradicteur non plus.

      Illustration :
      "prétendre que l’or et l’argent ne circulaient pas physiquement, c’est prétendre que l’Espagne et le Portugal avaient gardé leurs métaux précieux importés d’Amérique. or il est une évidence que cet or et cet argent ont fini par se retrouver chez les banquiers de la city (en passant par Amsterdam)"

      Il est bien évident que les métaux précieux du Nouveau monde se sont retrouvés dans les coffres de la Banque d’Angleterre (en gros) à l’occasion de paiements en espèces bien concrètes.
      Mais cela ne représente qu’une fraction infinitésimale de tous les paiements effectués durant ces siècles là. La plupart des Lettres de Crédit émises circulent plus ou moins jusqu’à ce qu’elles soient finalement (par l’effet de transactions commerciales en sens inverse de l’initiale) détenues par leur émetteur initial, qui les détruit alors. Les lettres de crédit assurent la fonction qui sera plus tard assurée par la monnaie de papier émise par les banques centrales. En passant, le fait que la monnaie actuelle soit fabriquée par l’émission de crédit n’a rien de surprenant d’un point de vue historique.

      Bref, le transport physique de métaux précieux, c’est peanuts. Or qu’avais-je dit ?
      " l’argent métallique n’était pas transporté dans des coffres, sauf circonstances exceptionnelles."
      Autrement dit, lorsqu’une place commerciale a durablement une balance commerciale déficitaire, il reste des lettres de crédit qui n’auront pas pu être annulées. Ce solde ne pourra donc être réglé qu’en monnaie concrète. C’est exceptionnel.

      Maintenant essayez d’imaginer l’intérêt que j’ai pu trouver à démonter votre critique, sachant qu’elle visait autre chose que ce que j’avais réellement dit.

      " l’histoire de la finance dans l’empire romain."

      Je la trouve assez peu documentée

       
    • #1813124
      Le 4 octobre à 17:57 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @michel amrn
      " qui aurait fait confiance au petit Rothschild de rien du tout pour lui avancer du vrai or."

      Certes, mais à partir de cette constatation vous ne pouvez rien élucubrer de particulier concernant Rothschild. Ce que vous soulevez c’est le problème universel de l’apprenti capitaliste.

      Marx a écrit sur cette question de "l’accumulation primitive du capital". Sa réponse n’est pas vérifiée par l’Histoire aussi souvent qu’il le prétend. Mais elle est quand même beaucoup plus souvent vérifiée qu’il n’y parait dans l’histoire du capitalisme révisée par ses larbins.

      Par ailleurs, bien souvent le self-made-man "parti-de-rien" a en réalité bénéficié de cautions, ou plus directement d’un capital, provenant de sa famille. Cet élément, contredisant la légende du self-made-man, est souvent "oublié" dans sa biographie.
      Exemple : qui sait que Bill Gates descend d’une famille très aisée de la Banque&Finance ?

       
    • #1813134
      Le 4 octobre à 18:05 par michel amm
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @anonyme
      Merci anonyme.
      Ce document (armes silencieuses pour guerres sans bruits) est une vulgarisation de la sciences économique actuelles.
      La version anglaise est plus détaillée je la conseille. En particulier il y a un chapitre sur la modélisation de l’effet d’un modification du prix du pétrole sur un pays et aussi la notion d’amplification de l"énergie économique" dont un exemple est la publicité.

      La science économique réelle n’est évidemment pas enseignées dans les écoles.

      Par exemple si vous lisez un ouvrage de science économique de référence vous ne trouverez pas de modélisation de l’effet de la publicité. Ce qui est bien normal puisque tout les ouvrages de base vous présentent l’économie comme un moyen d’optimiser les ressources et le travail.

      Sauf que tous le monde sait que la publicité c’est justement pour faire acheter des choses qui ne servent à rien au final : tout le contraire de l’optimisation des ressources et du travail.

      Toutes les multinationales dépensent des milliard en publicité, et rien dans les ouvrages d’économie !!!

       
  • #1812651
    Le 3 octobre à 21:32 par Morin
    Les Rothschild, d’Édouard Demachy

    Ouvrage certes intéressant mais on reste un peu sur sa faim car l’histoire de la branche française des Rothschild, à l’inverse de la branche britanique est peu documentée, on en reste aux débuts de leur arrivée en France, et rien sur leur ascension, leurs relations avec le pouvoir, etc ...

     

    Répondre à ce message

  • #1812882
    Le 4 octobre à 11:00 par Chiez vous de l’or vous ?
    Les Rothschild, d’Édouard Demachy

    Moi ce mois ci je suis à découvert pourtant je n’ai fait que payer mes factures, je sais j’ai eu mon argent qu’aujourd’hui mais c’est comme ça, je ne suis pas un Rothsch’

     

    Répondre à ce message

    • #1813165
      Le 4 octobre à 18:48 par Roiwik
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      L’histoire "officielle" des Rothschild pose un problème fondamentale de l’évolution de ce qu’est l’argent aujourd’hui qui est du papier imprimé qui est devenu une valeur qui s’évapore , et qui de plus repose sur rien ! la gestion à la B. Madoff est toujours en vigueur dans notre monde. De plus la bonne gestion des affaires est devenu une fosse à purin !

       
  • #1813290
    Le 4 octobre à 22:05 par paramesh
    Les Rothschild, d’Édouard Demachy

    " l’histoire de la finance dans l’empire romain."

    Je la trouve assez peu documentée



    la monnaie dévoilée par ses crises, ouvrage collectif

    chapitre 2 et 3 (et vous y trouverez un paquet de sources pour approfondir)
    et si vous vous intéressez à l’histoire de la finance, lisez les deux tomes, c’est ce qui se fait de mieux sur le sujet et c’est Français pur jus (cocorico).

    http://editions.ehess.fr/ouvrages/o....

    quant au transport physique des métaux précieux, vous oubliez que les armées étaient payées en espèces, que les pillages et les rançons rapportaient de l’or et de l’argent , ensuite monnayé, que les mines produisaient (la bohème a inondé le marché européen en thalers d’argent) l’or et l’argent circulaient ainsi physiquement, bien plus que ce que vous prétendez sans compter que les chambres de compensation des diverses bourses devaient bien équilibrer physiquement la balance des comptes internationaux. Rothschild est un rouage visible du système mais il est loin d’en être l’initiateur. (intéressez vous au financement de la grande armada et à celui de la riposte anglaise par la flibuste qui y a gagné ses titres de noblesse) tout cela ne se faisait pas par lettre de change. pas assez de confiance, le jour où la confiance sera suffisante (au XIXème siècle) alors oui le papier monnaie supplantera la monnaie métal et la circulation physique des métaux précieux diminuera.

     

    Répondre à ce message

    • #1813370
      Le 5 octobre à 03:25 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      Merci. Mais ça semble focalisé sur les crises monétaires de l’Empire Romain dont l’existence est connue depuis toujours, puisque le manque de monnaie (en partie thésaurisée, en partie aspirée par l’Orient) bloque la perception des impôts (au point que pendant un siècle ils seront perçus en nature, c’est l’anonne) . Ces difficultés dans la gestion de l’état sont naturellement enregistrées dans les annales de l’Empire.
      Ce que je n’ai encore jamais vu, c’est une description du système financier (c’était cela ma question, qui ne se réduit pas à la monnaie) indiquant qui fait quoi et comment.

      Quant aux métaux précieux, prétendriez vous que ce que vous ajoutez là correspond au fonctionnement quotidien des sociétés anciennes ? Evaluez simplement la fraction de la population qui participe à ces actions, en moyenne à long terme. Ca fait quoi ? 1% ?
      La diffusion de l’Histoire a tendance a mettre en avant les évènements historiques, par définition. Quatre-vingt-dix-neuf pour cents de l’activité de nos ancêtres sont alors passés à la trappe, si vous n’y prenez garde.
      Lisez le Braudel que j’ai cité. La référence mondialement reconnue, c’est lui. Sombart n’est pas historien, mais sociologue, il ne vous donne que les éléments historiques qui sont pertinents pour la démonstration de sa thèse.

      Accessoirement, si vous affirmez qu’en plus des Lettres de Crédit, il y avait quand même une grande circulation des métaux précieux, vous contredisez encore plus que moi l’affirmation initiale de michel amrn selon laquelle petit Rothschild ne pouvait techniquement pas réaliser la quantité d’opérations lui permettant de s’enrichir autant. Non ?

       
    • #1814506
      Le 6 octobre à 21:08 par paramesh
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      j’ai un peu l’impression qu’on s’éloigne de la question qui était : y avait-il avant les Rothschild des réseaux financiers internationaux ? que la circulation financière se fasse par lettres de changes, par chambres de compensation ou par numéraire est somme toute secondaire.Rothschild ne s’est pas fait tout seul, il a utilisé des réseaux existants et a fini par en prendre les commandes. (il n’y a qu’a regarder l’arbre généalogique de la famille pour comprendre que des alliances se sont faites très vite

       
    • #1815091
      Le 8 octobre à 00:30 par JP
      Les Rothschild, d’Édouard Demachy

      @Paramesh
      " y avait-il avant les Rothschild des réseaux financiers internationaux ?"

      Mais évidement que oui ! J’ai du mal à imaginer que l’on ignore cela, donc je n’avais pas relevé la question la première fois qu’elle a été évoquée.

      Toute la vie économique des siècles précédents est décrite dans le Braudel. Lisez le, ça sera pour vous une révolution intellectuelle. Avertissement ; c’est presque trois mille pages, mais écrit dans un français très agréable à lire, alors ça peut être addictif.

      Parce qu’elle disait les faits, l’œuvre de Braudel emmerdait simultanément les marxistes dogmatiques agrippés à la lettre des écrits de Marx, d’un coté, mais également tous les idéologues du libre-échange et du capitalisme dérégulé dont les petites histoires se retrouvent hors-sol. Qu’il ne soit plus réédité n’est donc pas très étonnant.

      Sur le fond, la réalité historique décrite par Braudel valide à la fois Marx et Friedrich List. Autrement dit, c’est un pur scandale qu’il ne soit pas au catalogue de Kontre-kulture.

       
  • #1814348
    Le 6 octobre à 17:28 par la mère deni
    Les Rothschild, d’Édouard Demachy

    D’après cette vidéo les marlobrandozi sont les maîtres des rote-chie et CIE :

    https://www.youtube.com/watch?v=0NZ...

    Ca fait un moment - au moins 2000 ans - que ça dure, leur histoire d’argent-dette, d’eslavage et d’usure ....

    Pardon d’avoir un peu déformé l’orthographe des prétendants au pouvoir total sur terre.... Ils ont l’air charmants et délicats aussi .

     

    Répondre à ce message