Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les USA ont envisagé une guerre nucléaire contre la Chine et la Corée du Nord en 1950

En 1950, l’Armée des volontaires du peuple chinois envoyée par la République populaire de Chine (RPC) était fermement derrière la Corée du Nord contre l’agression des USA.
L’acte de solidarité de la Chine avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a eu lieu à peine quelques mois après la fondation de la RPC le 1er octobre 1949.
Truman avait envisagé d’utiliser des armes nucléaires à la fois contre la Chine et la Corée du Nord, comme moyen de supprimer l’Armée des volontaires du peuple chinois (AVPC), qui avait été déployée pour combattre aux côtés des forces nord-coréennes.

 

JPEG - 53.2 ko
Affiche de l’AVPC (1950)

 

Il est important de souligner que l’intervention militaire des USA dirigée contre la RPDC faisait partie d’un programme militaire de la Guerre froide d’une plus grande ampleur contre la RPC et l’Union soviétique, dont l’objectif était de miner et de détruire le socialisme. Dès 1945, « le Pentagone avait avancé qu’il faudrait quelques centaines de bombes atomiques pour soumettre la Russie ».

Qui est l’agresseur ? Des documents militaires étasuniens ont confirmé que la RPC et la RPDC ont toutes deux été sous la menace d’une guerre nucléaire pendant 67 ans.

L’Union soviétique a mis à l’essai sa première bombe atomique le 29 août 1949. D’après les analystes, la bombe atomique soviétique a influé sur la décision de l’administration Truman de stopper les préparatifs en vue d’une guerre nucléaire contre la Corée du Nord et la Chine. Le projet a été abandonné en juin 1951.

 

 

En mars 1949, le président Truman a approuvé la note de service 8/2 du Conseil national de sécurité, qui décrivait toute la péninsule coréenne comme « une région où les principes de la démocratie étaient confrontés à ceux du communisme ». (voir P. K. Rose, Two Strategic Intelligence Mistakes in Korea, 1950, Perceptions and Reality, CIA Library, 14 avril 2007)

La note de service 8/2 du CNS a ouvert la voie à la guérilla menée contre la RPDC en juin 1949 :

« L’enquête dévoile le secret d’une série d’attaques par le Sud contre le Nord. Des chercheurs ont affirmé que des forces sud-coréennes ont attaqué le Nord un an avant que la guerre de Corée n’éclate, une révélation troublante à propos du conflit qui a presque entraîné une guerre mondiale. Plus de 250 maquisards du Sud auraient attaqué des villages le long de la côte est de la Corée du Nord en juin 1949. L’incident a été confirmé par un responsable militaire sud-coréen. (John Gittings, Martin Kettle, The Guardian, 17 janvier 2000)

L’objectif de Washington était d’étendre sa zone d’influence géopolitique sur l’ensemble de la nation coréenne, avec l’intention de prendre tous les territoires coloniaux coréens qui avaient été annexés à l’Empire japonais en 1910. La guerre de Corée était aussi dirigée contre la République populaire de Chine, ce qu’a confirmé le président Truman dans ses déclarations de novembre 1950 (voir la transcription ci-dessous), qui indiquaient sans équivoque que l’utilisation de la bombe atomique était prévue contre la République populaire de Chine.

Selon l’analyste militaire Carl A, Posey, cité dans le Air and Space Magazine :

À la fin novembre [1950], la Chine communiste a commencé à montrer ses cartes. Elle avait déjà envoyé en douce des troupes en Corée du Nord (…)

L’intervention chinoise a confronté les États-Unis à une dure réalité : la menace d’une attaque nucléaire ne suffirait pas pour gagner la guerre. C’était comme si la Chine n’avait pas remarqué la présence, ou pire encore, ne se souciait pas des B-29 basés à Guam capables de larguer des bombes atomiques.

Le président Truman a donc augmenté la mise. Lors d’un point de presse [1950], il a dit aux reporters qu’il prendrait toutes les mesures nécessaires pour gagner en Corée, y compris le recours à des armes nucléaires. Ces armes, a-t-il ajouté, seraient contrôlées par les commandants militaires sur le terrain.

En avril de l’année suivante, Truman a apporté les dernières touches à la guerre nucléaire sur la Corée. Il a autorisé le transport de neuf bombes nucléaires au noyau fissile sous la garde de l’Armée de l’air vers Okinawa. Truman a également autorisé un autre déploiement de B-29 capables de larguer des bombes atomiques à Okinawa. Le Commandement aérien stratégique a aussi formé une équipe de commandement et de contrôle à Tokyo.

Cette recrudescence de diplomatie atomique coïncidait avec la fin du rôle joué par Douglas MacArthur. (…) Truman l’a remplacé par le général Matthew Ridgway, en lui accordant « l’autorité compétente » pour larguer les bombes s’il le jugeait nécessaire.

En octobre, la guerre nucléaire coréenne est parvenue à une sorte d’épilogue. Plusieurs missions de bombardement atomique fictif au moyen de bombes factices ou conventionnelles larguées dans la zone de guerre ont été effectuées dans le cadre de l’opération Hudson Harbor. Qualifiée de « terrifiante » par certains historiens, l’opération Hudson Harbor ne faisait que mettre à l’essai la capacité de frappe nucléaire complexe que le Commandement aérien stratégique déployait déjà au-dessus des villes étasuniennes depuis des années.

La guerre nucléaire coréenne était cependant déjà terminée. En juin 1951, les B‑29 capables de larguer des bombes atomiques sont retournés à leur base, en transportant avec eux leurs armes spéciales. (soulignement ajouté)

Lire l’article entier sur mondialisation.ca

L’aigle, l’ours et le dragon,
sur Kontre Kulture

 

La guerre nucléaire, fantasme ou réalité ? Voir sur E&R :

 






Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Les ÉU furent pris complétement par surprise par l’attaque Nord-Coréenne après des baisses massives du budget des armées après la seconde guerre mondiale. Si ils n’avaient pas retournés la situation on peut imaginer qu’Ils auraient lâché quelques bombes atomiques sur la corée en guise dadieu.

     

    Répondre à ce message

  • À force de voir des complots tous azimuts, des opérations noires un peu partout on finit par interpréter n’importe quel écrit et discours à sa convenance.

    Truman a passé huit ans dans le bureau ovale. Son action à consister à dilué et à réduire le pouvoir des faucons issus de l’administration Roosevelt sur le pentagone, la maison blanche et le congrès. Des fous furieux prêts à employer l’arme atomique pour en finir avec les pays communistes.

    Truman à rusé. Seul face à la meute, il n’a pas eu le choix pour Hiroshima et Nagasaki et il a assumé, mais avec le temps, il a réussi défaire le pays de cette bande de fanatiques, avec tact, diplomatie et sévérité...

    C’est un sujet très complexe.

     

    Répondre à ce message

  • 50 bombes atomiques sur la Chine...tel était le projet de Douglas Mc Arthur si on en croit la couverture d’un vieil Historia...Qui,bien sûr,absout Truman d’avoir voulu un tel projet....Qui saura la vérité ?

     

    Répondre à ce message

  • D’une manière générale, l’histoire des guerres menées par les Etats Unis est une suite ininterrompue d’opération foireuses et de cafouillages ayant entraîné des massacres et des destructions totalement inutiles. Cela est d’autant plus surprenant que les Etats-unis se vantent toujours d’avoir des moyens matériels illimités !

    Intervention tardive en 1917 : ils commencent par se faire massacrer sans savoir que les allemands savaient à peu près tirer et les officiers français sont forcés de leur apprendre en urgence les règles de la prudence.

    Deuxième guerre mondiale ; le débarquement en Afrique du Nord, opération biaisée et grotesque, a été un ratage complet : ensuite, en Sicile et en Italie, l’armée américaine, après avoir bombardé les ruines de Pompéi et démoli le Monte Cassino pour prouver on ne sait quoi, se sont traîné péniblement à travers la péninsule. Les allemands ont eu le temps de libérer Mussolini et de fonder une république.

    Débarquement en Normandie : les américains se trompent tout simplement de plage et se font dézinguer à tout va à la pointe du Hoc. Ils sont obligés de se rabattre sur le port anglais d’Arromanche. Leurs parachutistes s’accrochent à des clochers d’Eglise. Mais ils en font un film ! Alors c’est bon pour les affaires. Ils démolissent tout sur leur passage de Caen à Berlin du 06 juin 44 au 08 mai 1945. Il leur a fallu près d’une année pour vaincre un pays écrasé et attaqué de toute part. La moitié de l’Europe est dévastée et les soviétiques ont avancés dangereusement. Résultant, 70 ans de communisme pour la moitié de l’Europe ! Merci les amerloques.

    La guerre de Corée : une fois sur le fleuve Yalou, les chinois chaussés de sandalettes en hiver les font détaler comme des lapins. Résultat : retour au statu quo ante et 70 ans de communisme pour les coréens, un triomphe pour la famille Kim et des millions de morts. Merci les amerloques ! .

    La guerre du Vietnam : au lieu d’envoyer des bons généraux intelligents, ils parachutent des "conseillers" (dont un certain Kennedy) et des pauvres gars ahuris sans connaître en rien le pays. Ensuite, "carpet bombing" habituel avec napalm et agent orange. Total échec.

    La guerre en Irak : désastre incommensurable.

    L’Afghanistan : la guerre du n’importe-quoi se déroule sous nos yeux.

    La guerre contre Daesh : 10 ans de guerre contre une bande de bédouins qui continuent à leur rire au nez. Pas brillant pour l’hyper puissance !

    *
    .

     

    Répondre à ce message

  • Des ADM (Armes de Destruction Massive) voici la triste réalité de ce pays, c’est qu’à tous moments un fanatique de la gâchette peut faire péter la planète.....

     

    Répondre à ce message