Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les ados des années 60, vingt ans après

« Vingt ans après : l’avenir est à eux », un sujet diffusé sur A2 le 4 novembre 1984.

 

En 1984, un reportage réunissait des gens filmés par la télévision dans les années 60. À cette époque, Henriette, 19 ans, était shampouineuse dans un salon de coiffure parisien tandis que Georges, 23 ans, rentrait du service militaire et ne pensait qu’à prendre du bon temps avec les filles. Adolescents dans les années 60, Henriette et Georges sont devenus adultes et ont chacun fondé une famille. C’est au tour de leurs enfants d’envisager l’avenir...

 

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2182783
    Le 21 avril à 12:44 par Alan
    Les ados des années 60, vingt ans après

    Je suis de cette génération-là, donc je connais bien, mais vu que vous faites souvent ce genre de sujet sur ER, je voudrais vous suggérer une idée :

    A mon avis, notre génération des 50-60’s avait déjà la décadence dans la tête, même si elle parait 100 fois plus éclairée, mieux éduquée, que les générations actuelles.
    Ainsi, difficile et hasardeux de prendre comme mètre-étalon une génération décadente, car, oui, ces jeunes de ma génération étaient déjà dans le mur, ce sont eux qui ont mis en place le monde moderne. Le fait d’être bien élevé, de lire encore Hugo, ne doit pas tromper : ce n’était qu’un reste des bienfaits ANTÉRIEURS, et cette bonne éducation n’est pas un produit des 50-60’s. Tout ça était en fait en train de mourir, de disparaitre dans le creuset bouillonnant et destructeur du monde libéral-libertaire.

    Ainsi, il faudrait pouvoir interroger des générations plus anciennes, qui ont connu la guerre, etc, mais je conçois que c’est quasiment impossible de retrouver de tels documents, car la télé n’existait pas aux bonnes époques...

     

    Répondre à ce message

    • #2182849
      Le 21 avril à 14:20 par Gilles
      Les ados des années 60, vingt ans après

      Toi tu as vu la vidéo superbe de Michel Drac sur la décadence générationnelle.
      J´imagine que ta génération était bouffée par la culture US, pour ne pas dire autre chose. Le poison était inoculé.
      Quand je vois ta génération, celle de mes parents, je suis effaré, éffondré par la connerie. Et j´ai encore de la chance de pouvoir comprendre ; car j´ai connu la noble génération d´avant 39-45, eu comme modele Éric Tabarly :. J´ai mis tres longtemps a comprendre tout ca.
      Pourquoi la génération de ma mere est d´une connerie sans fond -70 ans plus ou moins-, avec leur liberté, leur clope, leur copine, leur discussion débile, leur liberté par le travail ; alors que les femmes d´avant inspiraient un respect absolu.
      J´ai eu " la chance " qu´on me parle un peu dela guerre, ou tout simplement des conditions de vie du francais moyen, tres dures jusque dans les années 1950 ; au niveau des standards actuels.
      Les jeunes femmes de 20-25 ans aujourd´hui -pas tous lecteur ER !-, bien que terrifiantes par leur tatouages, leur amour de Simone Veil, et la manie qu´elles ont d´ouvrir leur bouche pour donner leur avis, sont la suite de la régression anthropologique ; les femmes étant toujours pire car n´ont pas accés au concept ; et on ne va pas les cogner, ce qui est possible pour un homme.

      Je me souviens bien que les femmes d´avant inspiraient le respect par leur simple présence.

       
    • #2182868
      Le 21 avril à 14:39 par VORONINE
      Les ados des années 60, vingt ans après

      jEsuis également de cette génération de l’après guerre , celle qui a mis au point le TGV...ARIANE ...AIRBUS ...ETC. Aujourd’hui , nos successeurs peaufinent la trottinette électrique , et j’en ai un peu honte car je me sens fautif , notre génération a causé MAI 68, détruit l’instruction publique , elle est responsable de la déchristianisation de la société, de la destruction des valeurs morales sur lesquelles était basée la société occidentale , c’est une génération d’enfants gatés, à qui peu était refusé, qui n’a jamais souffert ( à de rares exceptions près ) de la guerre ni de la misère "....Et qui a engendré la génération LREM ET PRODUIT choupinet….triste bilan

       
    • #2182975
      Le 21 avril à 16:56 par louise
      Les ados des années 60, vingt ans après

      Vous idéalisez ! comment le/la prolétaire moyen de l’avant ou de l’’après-guerre serait plus ou moins intéressant que l’Homme ou la Femme qui suivra ? Par quel miracle ?

      Vous lui déniez le concept mais lui accordez la culture (obligatoire et gratuite) à la Femme... mais c’est essentiellement la même culture de masse qu’ aujourd’hui, qui s’adapte au gré du pouvoir fluctuant des syndicats et du patronat,de la finance....ou aux injonctions étatiques/religieuses.

      L’Homme aurait si peu changé en quelques siècles, mais la femme elle aurait régressée de 500 ans en 20-30 ans de révolution culturelle ..c’est délirant.
      Hier la culture obligatoire était radieuse, aujourd’hui elle serait idiote ?

      Un roman reste une fiction de divertissement, et nombre de ces philosophes/penseurs/ grands auteurs si bien vus n ’ont jamais été approchés que par quelques morceaux choisis (toujours les mêmes) ceux là que le peuple peut lire sans risque.

      Pas plus de subversion ou conscience de soi il y a 1 siècles pour le prolétaire...homme ou femme.
      On peut regretter les anciens carcans, les mœurs d’antan, mais elles n’avaient rien de plus spontanées ou de conscientes que celles d’aujourd’hui.

       
    • #2183283
      Le 22 avril à 01:45 par Anako
      Les ados des années 60, vingt ans après

      Je pense que la souffrance, notamment psychologique, n’a rien à voir avec le niveau de vie, même si un estomac rassasié en abrège la majorité.
      A la Belle Époque les mômes lichaient légèrement plus jeunes qu’aujourd’hui, j’ignore encore les liens de cause à effet, à l’échelle humaine, avec les tueries qui ont suivi et le développement de jeunes cerveaux alcoolisés.
      Vous n’avez pas tort, mais l’idéalisme nous coupe du réel et les nuances sont nombreuses. En tant que gaucho repenti, l’effort est avant tout à fournir dans la compréhension du réel avant d’aller à l’idéal. Merci Jaurès.

       
    • #2184250
      Le 23 avril à 17:12 par Mon Cult aussi !
      Les ados des années 60, vingt ans après

      A mon avis, notre génération des 50-60’s avait déjà la décadence dans la tête, même si elle parait 100 fois plus éclairée, mieux éduquée, que les générations actuelles.



      Exacte.

      Les simples d’esprits aiment “s’en aller”, la fleur au fusil... Puis vient la rencontre avec la fleur de l’autre fusil... Plus le temps de quitter la simplicité, il faut tirer...

      - La Banque et l’Eglise (toutes les églises, ne faisons pas de jaloux) aiment pa$$ionnément ces gens là...

       
  • #2182826
    Le 21 avril à 13:49 par Jean Laisselle
    Les ados des années 60, vingt ans après

    Continuez à nous montrer ce genre de vidéos. C’est absolument génial.

     

    Répondre à ce message

  • #2182928
    Le 21 avril à 15:41 par Pitchou
    Les ados des années 60, vingt ans après

    Comme le dit la dame filmée avant après, très jolie au demeurant. Ils ont légué du matériel, du superflu et ont complètement négligée les valeurs ancestrales qui elles les ont forgées à affronter la vie. La tradition ne périt jamais.

     

    Répondre à ce message

    • #2184712
      Le 24 avril à 12:01 par Lablr
      Les ados des années 60, vingt ans après

      Cette femme elegante et feminime qui a du subir mai 68 et a fini mere divorcee avec 2 enfants en manque d’autorité et de père ! Cette envie d’aller en afrique, de sortir de la routine c’est la consequence d’une education feminime ou le pere n’a pas ete present pour permettre au fiston de grandir et s aventurer. Resultat il devient un gosse sans repere et sans contentement qui se cherche des frissons dans une autre vie

       
  • #2183410
    Le 22 avril à 10:06 par Aldébaran
    Les ados des années 60, vingt ans après

    Le capitalisme mondialisé grâce à Hollywood et au rock’n roll à reconstruit la France après la seconde guerre. Les 30 glorieuses ne sont qu’une période ou le bâtiment allait et où donc tout allait. Halliday et Bardot n’était que les Elvis et Monroe français nécéssaire pour américaniser la vieille France par le divertissement. Tout ces témoignages ne sont que des témoignages de gens qui ne comprenaient pas ce qui se tramait, je ne les trouve pas plus intelligents que les prolos d’aujourd’hui.

     

    Répondre à ce message

  • #2183490
    Le 22 avril à 12:04 par paramesh
    Les ados des années 60, vingt ans après

    responsabilité générationnelle ?, tous les allemands étaient nazis donc coupables etc on connait la musique : regarder le doigt pour ne pas voir ce qu’il montre.
    La génération 50 60 a été le fruit de la seconde attaque d’ingéniérie sociale de l’histoire sur les populations (mondiales) . Soit la propagation de l’idéologie libérale libertaire issue de l’école de Frankfort, (et la première révolution colorée de l’histoire pour mai 68). cette deuxième attaque a été lancée pour contrer l’épuisement idéologique de la première : le rêve américain et la société de l’indécence (stuart Ewen). cette génération est donc le fruit de cette restructuration idéologique. heureusement pour vous, cette génération a produit aussi l’antidote : internet, l’outil anti système par excellence qui peut être nous sauvera.
    Chaque génération a ses tares, pas besoin d’en faire des boucs émissaires

     

    Répondre à ce message