Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les filles d’aujourd’hui : Ayem (Nour), Marlène (Schiappa), Anne (Hidalgo), Brigitte (Gothière)...

À l’occasion de la Saint-Valentin, anniversaire d’un massacre à la sulfateuse, la Rédaction vous offre ce panorama des filles d’aujourd’hui. C’est plein d’amour, si si.

 

 

Pendant que les Gilets jaunes défilent pour leur survie, Hidalgo achète des conneries

Un cœur en forme d’étron piqué par une baguette chinetoque géante, c’est la dernière hildinguerie en date. On pensait que l’Anne de Paris ferait un peu gaffe à la dépense avant de lancer sa campagne de réélection pour 2020 mais non, elle persiste dans le farfelu en « offrant » aux Parisiens qui n’en ont rien à battre une sucette lumineuse, rotative et chère : 650 000 balles. De quoi sustenter pas mal de Gilets jaunes. Et ça se dit socialiste.

Mais n’accablons pas la reine des rats, il y a pire dans le genre déconnecté. Attention : cette rubrique s’adresse aux machos assumés, aux hommes blancs ou pas de plus de 18 ans et aux sexistes de tout poil. Eh oui, pour nous le sexisme c’est simplement faire la différence entre un homme et une femme, pas hiérarchiser les individus. On connaît des femmes qui valent 10 mecs, et inversement. La valeur n’a pas de sexe. Allez, au suivante !, aurait dit le Grand Jacques.

 

De la grande à la petite Marlène

On pourrait s’épancher sur la Schiappa pendant des heures tant elle incarne la déraison mondialiste, mais pas question de tomber dans le piège sociétal tendu par Manu-le-Malin : la Schia est là pour créer des petits scandales qui font contre-feu quand l’actu sociale devient trop chaude.

Avec elle se profile la condamnation des hommes qui matent le cul des femmes, alors que c’est la chose la plus naturelle et la plus importante du monde. Évitons les plans sexistes faciles, trop faciles. Exit la Marlène, qui pourrait d’ailleurs, au lieu de nous raconter des conneries à l’Assemblée, nous rejouer une chanson en hommage à la grande Marlène de 1938, avant que tout ne parte en couille en Europe.

 

 

Tout ça c’est fini, les heures sombres, la Grande Europe d’avant l’UE, les rues propres, la jeunesse saine... Les nazis ont perdu et il ne reste que l’idéologie des vainqueurs, la bien-pensance universelle, le marketing gerbant, la culture au rabais, Mickey et son gros derche de touriste, l’agent Orange ou la déforestation mentale pour tous... Les filles d’aujourd’hui, c’était déjà un peu celles que Sardou chantait, le bougre avait senti la féminisation :

 

 

Dur d’emballer en costard en 68 ! Michel s’imposait un sacré handicap : se saper en salaud de droite avec coupe garçon sage après les événements de Nanterre, c’était courir tout droit au suicide sexuel. 50 ans plus tard, plus la peine de draguer, les applis de rencontres chaudes ont tué le game, même les timides ont leur chance.

Le moment le plus important de l’Histoire c’est pas l’invention de la roue ou du feu, c’est quand le flingue a remplacé la massue : le gringalet pouvait dégommer un balaise. Voilà la vraie justice, quand la loi du plus fort ne s’applique plus. Du coup c’est la loi du plus malin ou du plus menteur qui a prévalu, mais c’est un autre débat, qui nous entraînerait trop loin, par exemple en taule, alors revenons aux femmes d’aujourd’hui.

 

 

Ayem : payée pour s’habiller et se déshabiller

Ayem Nour en est une belle. Elle passe ses journées à faire la bimbo et elle est payée pour ça. Des centaines de milliers de jeunes filles la suivent sur Insta. On appelle ça une prescriptrice, et les marques se précipitent pour l’habiller. Elle, elle se déshabille.

 

 

Pour rester sur le haut de la vague, s’habiller ne suffit pas, il faut exister sur les réseaux sociaux et taper le scandale.

 

 

Purée, ça fait plus de vues qu’un article sur la géopolitique. On est vraiment des gros ringards nous les mecs qui nous intéressons à la politique. Il y a évidemment du plus sérieux chez les femmes d’aujourd’hui, ce que nous crie une fille du fond de la classe. Effectivement, il y a les féministes, dont voici un exemple US :

 

 

C’est pas une blague, c’est tiré d’un documentaire sérieux sur les années de libération de la femme. Entre elle et Ayem, il y a un monde, plusieurs échelons de conscience mais c’est pareil chez les mecs. Entre le boxeur Dettinger et le journaliste Aphatie, il y a au moins trois ou quatre mondes. À notre gauche le vrai courage, le sens de l’honneur, les valeurs tradi ; à notre droite la veulerie, la délation, la vanité.

 

Touche pas à mon steak, Brigitte !

On va finir sur du solide avec la cofondatrice des L214, les défenseurs ultra des animaux, dénonciateurs de la souffrance animale et rois du happening antiviandard. Sur ce sujet, on ne va pas se laisser entraîner dans un débat sans fin. Les amateurs de viande ont leurs arguments, les végétariens les leurs. Pour Brigitte Gothière, antispéciste à la Aymeric Caron (ça veut dire qu’elle ne fait pas de hiérarchie entre les espèces, par exemple l’Homme et l’Animal), il n’y a pas de bonne ou de mauvaise viande : la viande est néfaste et pour l’animal tué, et pour l’homme qui le mange. À l’occasion du scandale de la viande avariée polonaise – quelques quintaux déversés chez nous – la militante s’est confiée au Figaro.
Morceaux – saignants – choisis :

 

« Quel enseignement en tirer sur le circuit de la viande ?
Ce circuit est totalement opaque. Malgré les assurances des professionnels sur la traçabilité et la qualité, le consommateur n’a aucune idée précise d’où vient la viande qu’il a achetée, y compris chez certains bouchers détaillants. La plupart de ces derniers s’approvisionnent dans les mêmes structures que la grande distribution. La politique marketing des industriels de la viande vise à couper le lien dans l’esprit des consommateurs entre les animaux tués et la viande mangée. Notre but au contraire est de le rétablir afin de faire réfléchir les gens sur leur propre consommation. »

Pas faux, mais ne mettons pas tous les bouchers dans le même sac. Le bon boucher est celui qui maîtrise la filière de sa viande. Il va chercher chaque semaine sa vache chez l’éleveur, et il sait ce qu’elle bouffe. Fourrage, céréales, il la voit grandir et grossir et elle est abattue à maturité. La chaîne de qualité n’est pas rompue par de gros shoots d’antibiotiques ou un grossissement rapide en Italie. Il faut savoir ce qu’on veut : si on mange du pas cher, on prend des risques, c’est vrai, et la Brigitte a raison. Mais pour ceux qui aujourd’hui communiquent sur la qualité, elle a tort.

La France a fait, au contraire de l’Allemagne – et ne parlons pas du Benelux, la plaque tournante de toutes les arnaques – un gros effort sur la traçabilité. Il reste du chemin mais le mieux, pour le consommateur, c’est de taper la causette avec son boucher. Si l’artisan fait la gueule quand vous prononcez « limousine », « cularde », « blonde d’Aquitaine », « Salers », c’est qu’il vous vend du « bœuf français » qui a toutes les chances de venir de l’Est. Si au contraire il pose son couteau et vous raconte d’où viennent ses morceaux ou ses carcasses, alors ça sent bon.

 

 

Mais le combat de Brigitte ne porte pas que sur l’étiquette de la bidoche : pour elle, les animaux ont une conscience et la prise de conscience humaine de cette conscience peut faire basculer la consommation. Vers, par exemple, les protéines végétales. Notre collègue à la Rédaction sera-t-il prêt à renoncer à sa côte de bœuf maturée pour un plat de lentilles corail ? Pas sûr, pas sûr non plus que la dégustation d’une romanée-conti matche grave avec des grelots fadasses dans l’assiette...

« Mais peut-on se passer de manger de la viande ?
Nous sommes un certain nombre à faire la preuve aujourd’hui que cela est possible. J’ai mangé de la viande jusqu’à l’âge de 20 ans. Je suis née dans une famille où l’on en mangeait à midi à la cantine et le soir à la maison. Cela fait désormais vingt-cinq ans que je n’ai plus jamais consommé de viande et je n’en suis pas morte. Plus sérieusement, des études médicales et scientifiques – comme celle de l’association américaine et canadienne de diététique qui regroupe 100 000 professionnels de santé – ont montré qu’il était possible de se passer de protéines animales dans son alimentation. »

À la fin de l’interview, Brigitte nous a foutu les jetons en expliquant que son assoce était cofinancée par l’Open Philanthropy Project à hauteur d’un million d’euros en 2018. On a été visiter ce truc et en français ça devient l’altruisme efficace. Après vérifications, l’OPP, qui sent pourtant fortement l’officine américaine globaliste, ne fait pas partie de la galaxie de l’Open Society. Mais on peut se tromper : dès que y a du open dedans, on voit la tronche à Soros et on a un réflexe de défense.

On parlait des femmes d’aujourd’hui et on finit sur le bien-être animal. Seules les féministes complotistes y verront de la malignité. Une petite remarque à leur propos : elles voient le mal partout, ce sont elles qui imaginent un complot masculin contre les femmes et de la « haine » contre leur communauté, communauté qui ne vit que dans l’opposition et qui peut basculer dans l’agressivité. Cela nous rappelle quelque chose...

Les victoires du féminisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le seul intérêt des véganeries c’est que désormais j’achète un peu moins de viande mais je vais uniquement chez le boucher avec affichage des lieux d’élevages des bestiaux. Et quand je discute avec lui : alors charolaise ou limousine ? Il me répondra : limousine car les os sont plus fins. Bref un passionné qui est bien seul dans mon petit patelin car la profession a beaucoup souffert des supermarchés (et aujourd’hui ce sont les boulanger qui trinquent malgré l’appellation "baguette de tradition") Quant à la volaille j’ai fait mon choix je l’élève moi même (cou nu, noire du berry et brahma) , par contre pour le chapon je vais voir mon artisan (c’est trop technique pour moi). Prochainement j’envisage d’avoir de la race bourbonnaise. Peut être des oies un jour pour protéger des renards à 4 et 2 pattes...

     

  • Lamentable...je passe mon commentaire sur la vulgarité de la (trop) grosse Ayem que je ne connaissais pas et ne chercherai pas à en savoir davantage. Pas plus tard qu’aujourd’hui une femme (Noémie Halioua) se plaignait sur twitter que son beau-frère (parent 1) ait offert à sa soeur (parent 2) un aspirateur pour la St Valentin, j’ai failli lui demandé ce que sa connasse de soeur avait offert à son mari....mais à quoi bon échanger avec des bourgeoises futiles dont la quête existentielle consiste à trouver le fond de teint parfait....je peux comprendre que la lutte féministe d’une petite bourgeoise se synthétise en 12 roses et du champagne mais pour moi c’est le fond du trou (sans jeu de mot vulgaire !), j’en ai assez que nous les femmes soyons représentées par ses demeurées.

     

    • Noémie devrait suivre l’exemple de sa sœur et retourner aux fourneaux.


    • Le fond du trou ?
      Pas sûr:tout dépend de quel côté on envisage la chose pour tenter de l’atteindre...et je pense,pour cette raison, qu’on pourrait avoir encore des surprises avec le "marché" !.
      Je constate pour ma part avoir la chance de disposer de nos jours de matériel écrit et audio pour s’informer sur l’évolution des mentalités
      Des premières" revendications" au choix du fond de teint comme vous le pointez,c’est un sacré saut dans la considération de l’existence.
      Ces femmes "porteuses de valeurs" et de valises sont utiles car elles révèlent,bien malgré elles pour certaines,,où on en est sur sa propre représentation de la femme et ,partant,son positionnement (sans jeu de mot vulgaire !)
      Mais il est évident que l’exposition de poufs alimente le "sexisme" combattu par d’autres.
      De là à ce qu’elles le comprennent...
      Salutations


    • Ayem trop grosse ??? Soyons serieux, bcp de femmes aimeraient avoir son physique et elle fait fantasmer bcp d hommes.

      Et pas la peine de me lister ses defauts (elle est venale elle est ci elle est ça gnagnagna).

      Balayer devant sa porte, déjà.



  • 100 000 professionnels de santé – ont montré qu’il était possible de se passer de protéines animales dans son alimentation. »



    Il n’y a pas à être "professionnel de santé" pour le savoir, on peut très bien trouver de la protéine autrement (même en pots chez décathlon, humm).

    Par contre, le vrai travail de ces assoces (qui prennent sans doute un petit billet au passage) serait de faire une analyse sérieuse sur, par exemple, une famille avec un couple et 3 enfants, le coût entre le même apport de protéines avec et sans viande.

    J’ai pas de tabou, ça peut m’intéresser, mais j’ai pas la bourse à Rotschield, donc j’attends une étude...
    Bon, en fait j’attends rien, c’est de la provoc’, ces gens sont des glandeurs professionnels subventionnés.



    100 000 professionnels de santé – ont montré



    Pité, 100.000 gonzes payés à prouver une évidence établie depuis 30 piges, t’imagines le coût ? C’est décidément vraiment des glandeurs.

     

  • 650 000 euros pour ce "coeur" à la con ! Quand on pense aux merveilleuses statues en marbre et en bronze que Paris commandait aux véritables artistes d’avant 1914, il y a de quoi se les mordre . Ce "coeur" c’est un mélange d’infantilisme et d’escroquerie, à vomir, mais il faut bien imiter l’immense sculpteur Jeff Koons et ses bouquets de fleurs ridicules, qui relègue évidemment Michel Ange et Rodin au rayon des poussiéreuses antiquités .


  • L214 , ce sont Brigitte Gothière et son mari Sébastien Arsac..et tous les militants évidemment.
    Si la dame est plus présente dans les media, c’est juste parce qu’elle est plus extravertie ..ils font tout en tandem.
    Je ne suis pas vegan : j’ai connu la famille dans une Association de parents pratiquant l’Instruction en famille , il y a 15 ans... Ce sont des gens sérieux et sincères.


  • Pour ce qui concerne l’égalité avec les hommes (ou l’animal), les trois illustrations de fin démontrent une avancée spectaculaire sur ce chemin, qu’elles ressemblent au plus goffu d’entre eux...
    Au point que tu en citerais presque du Moix...


  • Plus la femme remet à plus tard la procréation et plus son instinct maternel sera corrompu. Ce qui entraîne une fâcheuse tendance à reporter son amour sur des substituts : comme les migrants, les animaux ou pire l’environnement.

    PS
    Le vétalisme est vetero-testamentaire.

     

    • Pour des raisons professionnelles ( mon mari travaillait avec des substances tératogènes) j’ai eu mes enfants autour de 40ans...à l’ancienne ( sans aide médicale).
      A partir de la naissance de mes enfants, je me suis transformée en mère combattante, leur père et moi leur avons consacré toute notre énergie, nous ne les avons jamais confiés à personne d’autre que leurs grands-parents, et leurs oncles et tantes, nous avons même choisi l’Instruction en famille pour les soustraire eu formatage ambiant... Personnellement, je ne me suis laissée intimider par personne. Avec succès.
      J’adore les animaux, j’en avais avant la naissance de mes enfants, j’en ai eu toute leur enfance, et après. Je me préoccupe des problèmes d’environnement et d’écologie : normal j’ai une formation universitaire scientifique et je comprends les enjeux..
      Bref, je sais pas où vous êtes allé pêcher votre opinion, elle est complètement convenue.
      Au fait les pères qui n’assument pas leurs rôles, ni leurs devoirs, ça vous dit quelque chose ?


    • Michelly58 parle des femmes SANS ENFANTS, qui approchent ou ont dépassé l’âge limite de procréation.
      Son constat est une évidence pour qui connait un peu la vie et suit l’actualité : les bonnes femmes sans enfants hystériques sur leur cause de l’année, on en voit plein les médias. Voir les manifs écolo ou pro migrants par exemple.
      Devant cette réalité objective visible par tous, vous parlez de... ? Votre exemple personnel. Hélas, typiquement féminin...

      Et si vous voulez jouer au jeu des reproches : les mères qui n’assument pas, ça existe aussi. Les femmes qui utilisent un homme juste pour avoir un enfant, puis demandent le divorce et ruinent l’homme en question, aussi.


    • En effet, et il suffit de franchir les portes d’une grande entreprise pour constater un autre substitut : le travail (aliénant) dans lequel les femmes se sont jetées corps et ames pensant s’affranchir de la tutelle masculine. Toutes celles que je croise et qui ont atteint un petit niveau de responsabilités sont sèches de visage, de cœur et d’élocution. Célibataires et sans enfants.
      La remarque d’Ignatus est également tres juste. Il est impossible de faire appréhender a UNE femme une vision genérale DES femmes ! Elles se referent toujours a leur propre cas et montrent une incapacite a conceptualiser - leur champ d’observation se limitant aux bornes étroites de leur singularité égocentrique.
      Enfin, l’intervenante de type tératogène, nous livre une autre fois l’argument supreme pour justifier son genre : l’homme est lui-meme blamable de... puisque etc.


  • Et vous n’avez pas mis de lien vers la dernière vidéo de Drac sur Anne Hidalgo, malheureux ?

    https://www.youtube.com/watch?v=nd5...

    Excellent article au demeurant, merci E&R. ^^


  • « À l’époque contemporaine, la figure de Lilith rebelle à l’autorité d’Adam et sa création simultanée à celle de l’homme ont inspiré les mouvements féministes.  »

    « Dans les années 1970, certaines militantes du groupe « Choisir la cause des femmes » ont repris Lilith et son image comme porte-flambeau de leur lutte. Contrairement à Ève, que la Bible présente comme ayant été conçue à partir d’une côte d’Adam afin qu’elle lui soit dépendante et donc soumise, Lilith aurait été formée à partir d’argile comme Adam et serait donc son « égale ». Ce qui placerait la femme dans un statut, non plus de subordination, mais de parité-égalité face à l’homme. » Lilith in wiki

    Chez une femme, il y a les deux aspects contradictoires voire et souvent très conflictuels. Celle d’une Ève et celle d’une Lilith. Elle subit les deux influences conscientes ou pas.

    Ève est le côté sain et en voie d’accomplissement chez une véritable femme de la Sophia=philosophie.

    C’est l’autre côté de l’Adam que nous sommes tous en puissance d’ETRE en voie d’accomplissement et auquel nous aspirons. Le Féminin de l’ETRE, auquel la femme véritable éveille et élève l’Homme-Adam et le lui révèle avec Amour & Conscience.

    La Grande Mère étant la femme accomplie pleinement. Elle une « Marie bienveillante » dont la Virginité n’est jamais atteinte, inacessible puisque renouvelée comme la Nature l’est. Elle porte un Fils, Création permanente à savoir la créativité à l’état pur et naturel. Cette Marie est en chacun pour que le Fils s’éveille grâce à Elle.

    Il s’agit en fait de notre âme personnelle & collective : elles se recherchent par notre oeuvre et mission personnelle dans un collectif à organiser (au sens d’organes comme dans un corps) en perpétuel recherche et dynamismes.

    « Lilith figure dans le livre d’Isaïe (34.14). Dans cette prophétie sur la fin du royaume d’Édom, le territoire d’Édom est décrit comme une terre désolée. Il est habité par des bêtes sauvages et par Lilith. » Nous y sommes.

    Le « star system médiatique » entretient à fond et à grand frais, la production de créatures démones (Madona, etc ...)dont Lilith est la matrice. Car Lucifer est une femme-Lilith. Elle utilise tous les artifices de la séduction, perversions narcissiques et sexuelles, des apparences, amours fac-similé, de l’hyper-créativité des formes sans cesse renouvelée avec la matière, l’électricité pour faire illusion : beauté, sensualité, avant-goût de paradis en réalité enfermement.


  • Pour en arriver à cette forme de société où tout est basé sur l’apparence , la forme , le visuel , on ne peut renier que le développement de la technique ( photo, vidéo, ordi, tel, tablette, ... ) fut utilisé de façon à pervertir plutôt que d’enrichir les adeptes . Et en rendant nécessaire cette technique pour tout acte de la vie quotidienne , on en arrive à une aliénation généralisée que les pouvoirs successifs ont instrumentalisée selon la vision d’un ordre mondialisé à suivre impérativement .

     

  • Bon je n’ai pas lu, mais je pense savoir une chose, tout ce qui nourrit des conflits,peu importe le sujet, est bon pour l’empire..
    respect et robustesse..


  • #2144954

    Ayem (Nour), Marlène (Schiappa), Anne (Hidalgo), Brigitte (Gothière)...
    Ah oui que des filles élégantes et raffinées
    Osez l’amour des rondes, Sexe, mensonges et banlieues chaudes, Les filles bien n’avalent pas (mais elles sucent) Ayem Nour photos persos nues et des extraits de sa sextape, Ane Hidalgo et ses délires de toilettes bio-bobo-écolos , Brigitte Gothière et ses fantasmes animalistes et sa dégaine de routier
    Un clin d’œil à nos grand-meres et nos mamans de nos vacances en campagnes pendant notre tendre jeunesse certainement


  • Ce genre de femme est le produits du monde moderne et en particulier du monde virtuel et des écrans
    demain vous faites disparaître l’électricité ce genre de femme n’existe plus tout simplement

    il ne restera que le réel et le fonctionnel


  • Sur la chanson de Sardou "Les filles d’aujourd’hui" sortie en 1966 et la féminisation, quel fut l’impact de l’arrivée, fin 60 début 70, des jeunes mâles maghrébins, et noirs africains dans une moindre mesure ?

    Le témoignage de mes parents, alors jeune couple mixte (française/algérien), m’a conduit à penser que c’était la femme qui "portait le pantalon". Le jeune émigré n’étant que peu émancipé et autonome socialement, du fait d’une faible maitrise de la langue et des codes sociaux, d’une relative précarité économique, considérant le contexte de l’époque (plein emploi mais ségrégation). Le besoin de se conformer aux nouvelles moeurs et l’éloignement du milieu social d’origine, facilitant une coupure avec les valeurs traditionnelles de la masculinité.


  • Il n’est que d’observer la nature et le monde animal pour voir toutes les merveilles liées au dimorphisme sexuel, à la dualité mâle/femelle. Même si l’hermaphrodisme en produit de belles également.
    On parle d’attributs sexuels, et c’est là le petit caillou dans la chaussure de certaines qui refusent la moindre attribution dès lors qu’elle n’est pas consentie. Tout contrôler, tout diriger, être (faussement) rassurée. Vos rondeurs nous aimantent, votre grâce nous achève. Femelles de tous les pays unissez-vous !
    Et n’oubliez jamais qu’en bout de chaine les asticots et les bactéries nécrophages sont carnivores..
    Chienne de vie !


  • La beurette siliconée comment je te l’aurais envoyé valdinguer moi !


  • je suis une femme de 50 ans qui ne regarde pas la TV, et je ne connais pas cette femme "ayem nour", j’en suis restée gênée pour elle ! on dirait une prostitué, elle pense garder une dignité en faisant cela ? elle croit quoi ? un objet sexuel, la honte, ça donne envie de vomir, dire qu’elle a un enfant, que va t-il penser de sa mère ? que c’est pas un métier, mais une prostitué, simplement, elle parait fière en plus ! la honte, moi j’étais fleuriste, et là je vois de la décadence, se donner en spectacle comme le porno,


  • Moi je félicite Ayem d’avoir été assez forte pour faire sa place dans ce milieu en tant que véritable femme avec un utérus des ovaires et tout le reste et pas en tant que transgenre jouant la femme. Elle a fait preuve de beaucoup de courage car dans ce milieu sataniste ou l’inversion des genres et des valeurs prime difficile pour une véritable femme ( biologique ) de faire sa place.

     

    • Non, une pute (sinon chômeuse ?) peut très bien se tailler une bonne place dans le système médiatique actuel. Elle a pas besoin d’être transgenre juste de montrer que la libération sexuelle c’est, à court ou moyen terme au mieux, la dégénérescence des moeurs (et pourtant Dieu sais que je suis pas puritain, je ne pourrais l’être même si je le voulais je crois) ou l’émancipation sexuelle comme dirait Marlène.

      Donc non, si elle est de tout les combats mondialistes et qu’en plus elle s***, elle sera tête de gondole. On pourrait aussi applaudir Nabilla, Les rappeuses\chanteuses US de RnB (aka la musique des cassos ou des enfers à vous de voir), certaines ex-actrices porno qu’on peut apercevoir dans des films et l’inverse (les gros studios du cinéma comme du porn sont assez proches géographiquement, il y avait un article sur E&R à ce sujet d’ailleurs à propos des passerelles entre les deux "genres" cinématographiques).

      Bref vraiment pas d’accord, d’autant qu’une belle et "véritable" femme biologique peut toujours réussir en regardant sous le bureau, c’est vieux comme le monde et simple comme bonjour. Donc non, pour un "véritable femme biologique" qui accepte de devenir un paillasson il n’est pas du tout difficile de réussir (même si elle doit garder à l’esprit qu’elle perdra ses charmes en approchant la quarantaine et donc de ne plus être une "véritable femme biologique", de devenir inintéressante pour tout ce qui sera passage sous le bureau).

      Bientôt les des actrices porno pour représenter nos adhérentes ? Bah quoi, elles ont "fait preuve de beaucoup de courage dans ce milieu sataniste ou l’inversion des genres et des valeurs prime difficile pour une véritable femme" (et quand t’imagine ce que certaines ont du prendre, on peut difficilement nier le courage voire même le don de soi, les actrices porno seraient-elles les premiers apôtres ? Bref, vous voyez bien qu’on peut dire tout et n’importe quoi avec ce genre de réflexion, et jdis ça sans moqueries ou méchancetés mais c’est bizarre comme façon de penser je trouve)


    • Hé bien Nina ton avenir est déjà tout tracé visiblement !
      Quelle époque décadente franchement..les prostituées deviennent des exemples pour toutes les générations d’aujourd’hui, et on en vient même à les féliciter !


    • Bonjour, je pense qu’elle est cooptée par le système sinon elle ne serait pas là.
      Le système l’a mise en place me semble t il pour que les maghrébines la prennent comme modèle et pour bcp d’entres elles, ça fonctionne. Les maghrébines pouvaient de par leur culture hériter des valeurs de leurs parents (travail, humilité, sens de la famille, honneur ...)et devenir une femme méditerranéenne au sens soralien du terme. Ayem de par sa notoriété montre une autre voie, un autre model à suivre par mimétisme ( mêmes origines=plus facile de s’identifier ). Le rap dans les quartiers amené par la gauche sert le même intérêt. Les fils d’ouvriers maghrébins pour certains sont devenus des ultra libéraux à mille lieux des valeurs de leurs parents.
      P.S. je suis moi même maghrébin et gilet jaune cela dit en passant.


  • Je ne verrai aucun complotisme,être comparée à un animal ne me vexerait aucunement, pour bien les connaître, ( les animaux ), je les trouve beaux, nobles et courageux la plupart du temps, oui ils une conscience que certains humains n’ont même pas (voir l’actualité ), et j’ai une grande admiration pour une autre Brigitte, Bardot, qui fut très belle, a assumé de ne plus l’être, anti féministe, elle a préféré consacrer sa vie aux animaux plutôt qu’à elle-même, d’autre part, la StValentin est détestée par tout le monde, normal, le romantisme n’a plus court, seul le pognon intéresse, les filles d’aujourdh’ui sont elles pires que celles de 68, ou de 1920 ? Vaste question. Et enfin, pour être honnête, n’y a t’il pas aussi des hommes futiles, suivez donc les réseaux sociaux des jeunes hommes et vous n’y verrez pas de grands débats philosophiques, les femmes se déshabillent depuis que le monde est monde et c’est pour les hommes, enfin et surtout cet article fait des femmes une communauté ? Et bien je ne me suis jamais jamais sentie comme faisant partie d’une communauté de femmes, quelle horreur, les femmes ne sont pas une communauté, pour revenir à mon point de départ, la femme est simplement la femelle de l’homme,non ?


  • Ce qu’il y a de fascinant avec les escrocs c’est que même si on les prend la main dans le sac en flagrant délit , ils continueront à nier , à dire que ce sont des gens biens etc ...
    La Rabzouza qui vend des compléments alimentaires en faisant croire que ça fait maigrir le dit en plus ! C’est juste énorme !
    Ça l’a accompagné dans sa perte de poids ... AHAHAHAHAH
    Ça l’a accompagné surtout à la clinique célèbre tenue par un éminent chirurgien de la communauté de Lumière des Champs Elysées pour faire sa liposussion oui ...
    Cette nana est passée de michetonneuse de banlieue à michetonneuse de luxe qui s’est attrapé un dirigeant de Petrobrass en Afrique.
    Et après un divorce juteux , depuis elle fait la michetonneuse publicitaire.
    Elle a un bon plan de carrière puisque elle n’est plus obligée d’ouvrir la bouche que pour parler désormais ...
    Ça lui évite d’avaler c’est déjà pas mal comme évolution je trouve et puis apparemment c’est mieux payé.


  • Environ cent mille euros par publicité sur les réseaux sociaux pour des "influenceuses" ! C’est un scandale, quand on voit ce que rapporte de travailler dur en France ! Quelle inégalité sociale ! C’est plus de six fois le SMIC annuel en une seule publicité minable et mensongère ! Mais que cela soit bien dit, ce qu’elle fait est amorale : c’est de l’impudeur en général et surtout du mensonge. Elle prétend qu’elle aime authentiquement des produits alors que ce n’est pas forcément le cas : c’est du mensonge. Les photos sont souvent retouchés : là encore, c’est un peu aussi de l’illusion, de la tromperie, du mensonge en somme (le maquillage aussi dans une certaine optique, mais l’illusion est souvent moins grande). Dieu désapprouve ce genre de comportement injuste.


Commentaires suivants