Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les grandes banques françaises à la pointe du lobbying contre la régulation financière internationale

Les grandes banques françaises et leurs lobbys sont vent debout contre les projets du Comité de Bâle de renforcer les exigences de solvabilité des banques internationales. De nouvelles règles pourraient les obliger à augmenter considérablement leurs fonds propres, alors qu’elles avaient jusqu’ici réussi à passer entre les mailles de la vague de régulation qui avait suivi la crise financière de 2008. Elles en appellent désormais à Emmanuel Macron, lequel avait repris leurs arguments durant la campagne électorale.

 

Le Comité de Bâle – instance réunissant les banques centrales et autorités financières d’une trentaine de pays – se réunit ces jours ci en Suède pour discuter d’une réforme de règles de solvabilité des banques – dites règles « Bâle 3 » – adoptées après la crise financière globale. Le Comité de Bâle propose en particulier d’appliquer à tous les établissements financiers la méthode dite « standard » de calcul de risques, alors que les banques françaises, notamment, avaient jusqu’ici d’utiliser leurs propres méthodes de calcul internes. Les règles américaines, mises en place par l’administration Obama, appliquent le même niveau de couverture par fonds propres quel que soit les placements financiers, tandis que les « méthodes internes », d’après leurs promoteurs, différencient entre les niveaux de risques des différents placements.

Apparemment technique, l’enjeu est de taille pour les grandes banques, qui pourraient se trouver obligées d’augmenter considérablement leurs fonds propres. Une étude évalue à 120 milliards les nouveaux besoins pour toute l’industrie bancaire européenne en cas de compromis autour d’un niveau de fonds propres à 75% de celui de la méthode standard (la proposition américaine).

Comme le souligne Christian Stiefmueller de l’ONG Finance Watch, interrogé par Bloomberg, la France possède « les banques les plus ’too big to fail’ d’Europe continentale » et celles-ci « retirent un avantage concurrentiel particulièrement important de l’utilisation de leur propres modèles internes de calcul de risque ». D’autres banques européennes, notamment celles des pays nordiques, tirent un avantage encore plus important de leurs méthodes internes de calcul, mais « si l’on regarde leur taille et leur influence politique, elles sont loin derrière les banques françaises ».

Lire la suite de l’article sur multinationales.org

Sur la finance et sa très hypothétique « régulation », chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.