Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les médias en sueur : aux États-Unis, un citoyen légalement armé stoppe un carnage

Le dernier carnage en date aux États-Unis s’est déroulé comme beaucoup d’autres avant lui : Un homme armé est entré dans un espace public animé, armé d’armes puissantes et d’une abondance de munitions, et il a ouvert le feu sur la foule, tuant plusieurs personnes.

 

Mais cet épisode le plus récent, survenu dimanche dans un centre commercial de Greenwood (Indiana), ne s’est pas terminé comme la majorité des fusillades de masse dans ce pays, par l’arrestation de l’assaillant, son suicide ou sa mort aux mains des policiers.

Au lieu de cela, un passant armé a engagé l’assaillant et l’a tué dans une fusillade, tirant 10 coups de feu alors que les clients s’enfuyaient de la scène, selon les autorités. Trois autres personnes ont été tuées et deux autres ont été blessées, dont une fillette de 12 ans, au cours de ce dernier accès de violence dans ce qui est une série ininterrompue de fusillades de masse publiques très médiatisées ces derniers mois.

L’incident de Greenwood est toutefois unique, car il est devenu l’un des rares cas où un civil armé est intervenu avec succès pour mettre fin à une fusillade de masse, ce qui a alimenté le débat national sur le rôle des passants lors d’une attaque de tireur actif.

« Beaucoup plus de personnes seraient mortes la nuit dernière si un citoyen armé et responsable n’était pas intervenu très rapidement, dans les deux premières minutes de la fusillade », a déclaré Jim Ison, chef de la police de Greenwood, lors d’une conférence de presse lundi après-midi.

Les enquêteurs ont identifié l’auteur de la fusillade comme étant Jonathan Douglas Sapirman, 20 ans, et ont déclaré que son motif n’était pas clair mais qu’il avait planifié l’attaque. Sapirman est arrivé au Greenwood Park Mall avec deux fusils, une arme de poing et plus de 100 munitions, a déclaré la police, tirant deux douzaines de coups de feu avant que Elisjsha Dicken, 22 ans, ne le tue avec un pistolet de 9 mm. Elisjsha Dicken, 22 ans, qui faisait des courses avec sa petite amie, portait légalement son arme et coopère avec l’enquête, a déclaré Ison.

Le 18 juillet, le chef de la police de Greenwood, James Ison, a déclaré qu’Elisjsha Dicken, 22 ans, de Seymour (Indiana), avait abattu le tireur du centre commercial de l’Indiana lors d’une fusillade la veille.

Les défenseurs de l’élargissement de l’accès aux armes à feu justifient souvent leurs positions en citant un scénario dans lequel un civil armé arrête un tireur : « La seule façon d’arrêter un mauvais gars avec une arme est un bon gars avec une arme », a tweeté lundi la National Rifle Association. Mais dans la pratique, cette situation est peu fréquente lors des fusillades de masse. Dans des études récentes portant sur plus de 430 « incidents de tireurs actifs » remontant à 2000, le FBI a constaté que les civils avaient tué les tireurs dans seulement 10 cas.

Hier, 16 jours après l’entrée en vigueur du port d’arme constitutionnel soutenu par la NRA, un jeune homme de 22 ans respectueux de la loi a arrêté un tireur au centre commercial Greenwood Park dans l’Indiana.

Le port d’arme constitutionnel sauve des vies. La moitié du pays l’a adopté et la NRA a ouvert la voie.

Les médias ne vous le diront pas.

 

 

Malgré ces données, l’Indiana a levé ce mois-ci l’obligation de détenir un permis pour porter une arme de poing en public, malgré les objections des responsables de la police. L’auteur du projet de loi a fait valoir que cette mesure permettait à « M. et Mme Tout-le-monde de se défendre en public ».

« Je pense que vous pourriez avoir plus d’individus portant des armes, prêts à faire face à quelque chose, ce qui est particulièrement dangereux », a déclaré Jody Madeira, professeur de droit à l’Université d’Indiana Bloomington, qui fait des recherches sur le deuxième amendement. « Et je pense aussi que l’on aura l’idée que ces personnes sont nécessaires pour aider à protéger les citoyens, alors qu’en réalité, c’est le travail de la police. »

« Parce que la loi de l’Indiana n’exige pas de formation pour porter une arme à feu, il est plus probable que les passants ne soient pas suffisamment préparés pour affronter un tireur », a déclaré Madeira.

« Je pense qu’il y a beaucoup de scénarios alternatifs qui ne se terminent pas aussi bien, qui sont très, très susceptibles de se produire plutôt qu’un individu qui devient un héros », a-t-elle déclaré.

Selon les autorités, M. Dicken n’a pas d’antécédents policiers ou militaires, mais Jim Ison, chef de la police de Greenwooda, a qualifié ses mouvements de « très judicieux sur le plan tactique , soulignant la façon dont il a engagé le tireur à distance puis s’est rapproché tout en faisant signe aux gens de sortir derrière lui.

 

(vidéo en anglais non sous-titrée)

 

Après que Dicken lui a tiré dessus, Sapirman a essayé de se réfugier dans les toilettes mais n’a pas réussi, a dit Ison. Dicken a alors approché la sécurité du centre commercial pour s’identifier.

L’avocat de Dicken, Guy Relford, a déclaré que son client ne ferait pas de commentaires tant que l’enquête ne serait pas terminée.

« Il est un véritable héros américain qui a sauvé d’innombrables vies au cours d’un événement horrible qui aurait pu être bien pire sans le courage d’Eli, sa préparation et sa volonté de protéger les autres », a déclaré M. Relford dans un communiqué.

[...]

La fusillade a eu lieu quelques semaines après que l’État a abandonné l’obligation d’obtenir un permis pour acheter et porter une arme de poing en public, rejoignant ainsi 24 autres États qui autorisent le port sans permis, selon une analyse de PolitiFact.

Cependant, les entreprises privées peuvent toujours imposer leurs propres restrictions sur les armes à feu. Simon Property Group, propriétaire de Greenwood Park et d’autres centres commerciaux dans le monde, stipule dans son code de conduite qu’« aucune arme » n’est autorisée dans ses établissements, tout en précisant que « les exceptions à ce code de conduite seront déterminées par la direction locale du centre ». Lorsqu’on lui a demandé si le Greenwood Park Mall autorisait les armes à feu, le centre a renvoyé le Washington Post à son code de conduite.

Le centre commercial de Greenwood Park a déclaré dans un courriel lundi qu’il était « reconnaissant pour la forte réponse » des autorités, et il a fait l’éloge du passant qui a arrêté le tireur.

Le projet de loi sur le port d’armes sans permis a suscité des divisions, même parmi les républicains de la Chambre d’État, détenue par ces derniers, avant que le gouverneur Eric Holcomb (Rép.) ne le promulgue en mars. Des responsables de la police, dont le chef de la police de l’État et l’Ordre fraternel de la police, se sont prononcés contre la mesure, affirmant que l’absence de permis obligatoire ferait courir des risques aux agents et compromettrait leur capacité à déterminer rapidement si une personne est légalement autorisée à posséder une arme.

L’Indiana est également l’un des 19 États dotés d’une loi sur le drapeau rouge, qui permet à un juge de retirer l’arme d’une personne si celle-ci est considérée comme une menace pour elle-même ou pour les autres.

Bon signe pour Donald :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "Les médias en sueur [....]" est un titre trompeur.

    Les médias gauchistes sont en sueur, les médias patriotes (dont Fox News) exultent.

    La Presse (un journal gauchiste à grande diffusion) titrait hier :

    "Le lobby américain des armes loue le « héros » ayant abattu le tireur"

    https://www.lapresse.ca/internation...

    Le mec armé qui est intervenu a sauvé des vies, mais ces journaleux sont incapables de s’empêcher de mettre des guillements autour du mot héros.

     

    Répondre à ce message

  • La première chose que devraient faire les autorités, après avoir abattu le candidat-tueur, c’est une prise de sang. Afin de déterminer si l’individu est sous influence d’alcool, de stupéfiants, d’anxiolytiques ou d’opioïdes. Ou d’un cocktail de l’ensemble. Sans oublier, depuis quelques mois... une analyse visant d’autres poisons, sciemment présentés comme... "vaccins"... Car n’oublions pas que ces merdes sont toujours au stade expérimental et que donc, tous les effets (hormis l’inefficience) ne sont pas encore connus...

     

    Répondre à ce message

  • Tres probablement, voila la solution efficace pour contrer les attaques, exotiques, aux couteaux...

     

    Répondre à ce message

  • "le travail que la police ne fait plus" !? (même en République "française"), alors protégez vous, vous même, sortez couvert !

     

    Répondre à ce message

  • Avez-vous pensé quelles seraient les réactions sous nos latitudes, si un citoyen lambda, venait à faire preuve d’un acte aussi héroïque que ce jeune Américain ?

    Je pense que la horde haineuse des R S appellerait à des poursuites judiciaires, contre un tel citoyen. On tenterait d’influencer le verdict en rappelant combien il est dangereux d’encourager l’auto-justice. Pensez donc, un justicier ? Un quidam qui s’improvise justicier ? Vous n’y pensez pas, malheureux ! Chez nous, on peut s’improviser "expert" de tout et n’importe quoi. Et raconter de même. On peut s’autoproclamer sauveur de la Planète et prédire toutes les catastrophes possibles et imaginables. On peut se faire passer pour spécialiste ès vaccins, et inciter les autres à se faire inoculer. Et ce, même si on n’y connaît rien. On peut s’organiser pour importer des racailles, sous couvert d’humanisme et de fraternité. Mais ne vous avisez jamais, particulièrement en Belgique, à jouer au justicier.

    Savez-vous pourquoi, en Belgique, lors d’une agression, les témoins prennent généralement la fuite ? Parce que chez nous, vous risquez une condamnation, quoi que vous fassiez. Si vous vous carapatez, z’êtes bon pour non assistance à personne en danger. Et si vous intervenez, on vous le reprochera, car vous n’y êtes pas habilité. Sont complètement zinzin, nos magistreux francs-macs...

     

    Répondre à ce message

  • Quelqu’un sait-il si ces choses là arrivent en Russie ? Je parle de gens, qui décident de préméditer une petite tuerie dans un centre commercial juste par plaisir… Plaisir ou défiance d’ailleurs, allez savoir !
    Bref, je souhaiterais avoir une réponse socio-psychologique, pour déterminer si ce phénomène est propre à une société libertaire décadente ou c’est juste un penchant humain normal pour le ball-trap… Merci par avance !

     

    Répondre à ce message

    • Très peu,
      car ils ne sont influencés par des médias,
      des séries ou des films qui montrent
      de la violence H24.

       
    • #2995767

      si, cela arrive en Russie... dans une bien moindre mesure, mais cela arrive... n’idéalisez pas la société russe... elle a connu la "libéralisation sauvage" des années 1990 où les mafieux réglaient leurs comptes à coups de fusillades dans les rues des villes, et où le cynisme matériel et moral le plus total a régné.

      Le régime de Poutine a lentement résorbé cela, mais pas entièrement. C’est pourquoi Poutine est soutenu par le "peuple de droite" et le "peuple de gauche" en Russie. La petite-bourgeoisie nationale et le prolétariat patriote, qui partagent le même souci de la souveraineté et de l’ordre civique.

      Je pense en effet que ce genre d’événements s’ancre profondément dans le "rapport social" d’une société à une époque donnée. C’est un phénomène culturel profond. Ce n’est pas spécialement lié à la libéralité ou non des mœurs, mais plutôt à l’état d’évolution du rapport social dans une société donnée. Ca peut disparaitre un jour comme c’est venu, en fonction de l’évolution générale des choses (mais on en est loin pour le moment).

       
    • Les tueries gratuites de masse n’existent que dans les pays WASP.

       
  • #2995780

    ne nous leurrons pas : de toutes façons la détention d’armes est réglementée. On ne peut pas acheter un char, un canon, un sous-marin ou une bombe atomique. On parle donc là de la détention d’armes-à-feu légères.

    Je suis pour une certaine libéralité dans la possession d’une arme-à-feu personnelle. Mais après, il faut que ça reste raisonnable. Il faut trouver des critères. On pourrait commencer par le restreindre avant 28 ou 30 ans, quand beaucoup de personnes n’ont pas encore déclaré leur maladie mentale. Les schizophrènes décompensent autour de la 20aine (ce qui est souvent l’âge de ces massacreurs). Ca limiterait déjà beaucoup le délire. Et bien-sûr, articuler cela avec d’autres mesures.

    Après, en effet, c’est l’intentionnalité qui fait le crime. Le terroriste de Nice a tué 90 personnes avec une camionnette de location. On peut tuer avec un couteau de cuisine, ou avec de nombreuses armes par destination (il suffit de lire les faits-divers dans la presse régionale).

    Je ne suis pas vraiment convaincu par l’auto-défense. C’est un peu comme les gens qui croient qu’on peut faire la révolution ou la guerre civile avec des pétoires. C’est totalement illusoire ! La guerre, la révolution, la police réclament des logistiques, des infrastructures, des financements, des légiférations, et des formations de niveau (para-)étatique. Ca nous démontre au passage que toutes les guerres civiles, révolutions, génocides, etc. sont le fait, à un degré ou un autre, d’une force (para-)étatique suffisamment structurée et financée pour mettre cela en œuvre. L’excité du coin ne dépasse pas le fait-divers, tout simplement parce-qu’il n’en a pas les moyens techniques, financiers, relationnels, etc.

    De même, l’auto-défense (police, survivalisme, etc.) relève largement de l’illusion. C’est un sous-produit de l’illusion individualiste produite par le Capital. La solution est profondément collective et politique. Une arme personnelle peut exceptionnellement servir, comme dans ce cas, à éloigner un rodeur ou éliminer un excité (et je suis pour !) ; un groupe de voisins armés peuvent faire déguerpir des voyous (et c’est très bien !). Mais c’est l’exception qui confirme la règle.

     

    Répondre à ce message

    • Grave erreur.Il y a eu des tas d exemple,aux usa,Irlande , Monténégro etc.Quand les citoyens sont armés les meurtres par armes sont presque dix fois moins nombreux,ce que cet événement vient de démontrer, seulement c est très mauvais pour créer des dictatures policière et eborgner les gens comme sous macron

       
  • Le plus grand danger pour la vie des citoyens, bien plus grand encore que les délinquants et autres terroristes, ce sont leur propre gouvernement, et cela n’est devenu que trop évident depuis l’arnaque au Covid.

     

    Répondre à ce message

  • le mec est un putain de heros...dans un monde normal on lui donne la cagnotte du powerball et il a plus besoin de bosser de toute sa vie

     

    Répondre à ce message

  • Pour les critiques, je rappelle que ce sont deux flics ayant désobéi aux ordres, et munis de petits 9mm qui ont fait cesser le massacre au Bataclan.
    Et que dans le public du Bataclan il y avait de mémoire deux policiers en civil, mais désarmés... évidemment.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents