Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les néoconservateurs utilisent-ils le Canada contre Trump ?

Pour endiguer le rapprochement avec Poutine

Les néocons et leurs co-idéologues globalistes sont, à tout le moins, insistants. La décision de l’équipe de transition de Donald Trump d’empêcher les Républicains néocons qui ont signé le mouvement Never Trump d’avoir des postes dans son administration amène les cercles mondialistes et néoconservateurs à chercher d’autres lieux d’action.

 

Les néocons et les globalistes se sont regroupés, afin de lutter contre la Russie et contre le futur président américain Donald Trump. Avec le départ des archi-néocons : Victoria Nuland de son perchoir au Département d’État, Samantha Power de la mission américaine aux Nations Unies et Susan Rice du Conseil de Sécurité nationale, l’establishment néocon et globaliste, qui a en commun des vues atlantistes, a opté pour le Canada comme lieu idéal pour mener sa guerre de subterfuges et de propagande.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a congédié son ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, pour faire place à un clone idéologique de Nuland, Power et Rice sur la scène mondiale : Chrystia Freeland, sa ministre du Commerce. La politique de Dion cherchant à se rapprocher de la Russie a fini par lui coûter son poste, alors qu’Ottawa se prépare à accueillir toute opération de déstabilisation de Trump qui se présente pour de futures actions contre son administration.

Freeland, qui est d’ascendance ukrainienne, est devenue une chouchoute des globalistes, après qu’elle a forgé un accord de libre-échange avec l’Union européenne l’année dernière. Une Freeland frustrée s’est penchée lourdement sur le seul opposant à l’affaire, le gouvernement régional de Wallonie en Belgique. Même après avoir annoncé que le gouvernement wallon abandonnait ses réserves à l’Accord économique et commercial global Canada-Union européenne (CETA), le gouvernement central belge a renié un accord avec les Wallons qui aurait exigé que la Cour de justice de l’UE révise l’accord avant l’adhésion finale par Bruxelles.

Freeland a également supervisé la signature de l’Accord de libre-échange Canada-Ukraine avec le gouvernement néo-fasciste de Kiev. Imprégnée du corporatisme et de la mondialisation de la doctrine du Parti libéral canadien, Freeland est d’avis que les gouvernements régionaux, qu’ils soient en Wallonie, en Crimée ou au Québec, n’ont aucun droit à l’autodétermination. Ce comportement est à la base de l’idéologie globaliste d’entreprise. Les amis libéraux de Freeland au Québec ont neutralisé le mouvement de souveraineté québécoise. Cependant, si la candidate à la présidence du Front national français Marine Le Pen est victorieuse lors des élections de cette année, la France peut donner une nouvelle vie au mouvement indépendantiste québécois, comme l’avait fait le président Charles de Gaulle à Montréal en 1967, avec son fameux discours « Vive le Québec libre ! » .

Avec la nomination de Freeland comme ministre des Affaires étrangères et d’Ahmed Hussen (né somalien) comme ministre de l’Immigration, Trudeau a établi une ligne rouge contre Trump sur les questions jumelles de la mondialisation et des frontières ouvertes à la migration. Ottawa deviendra bientôt un repaire pour les opérations anti-Trump, qui impliquera presque certainement le milliardaire organisateur mondial de pagaille, George Soros.

Comme Power, Freeland est une ancienne journaliste qui a échangé ses lettres de créance journalistiques pour devenir une complice enthousiaste du nouvel ordre mondial globaliste. Étudiante à Rhodes, diplômée de Harvard, et ancienne élève de du Brookings Institution, elle a représenté le Financial Times à Washington, à New York et à Moscou.

La position anti-russe de Freeland, y compris son soutien aux sanctions contre la Russie à propos de l’Ukraine et de la Crimée, lui a valu une interdiction de visa du gouvernement russe. Pendant ses derniers mois à Moscou pour le Financial Times, Freeland était devenue une critique majeure de la nouvelle administration du président Poutine et l’a accusé d’installer une dictature en Russie. Avant de diriger le bureau du FT à Moscou, la russophobie de Freeland s’était affinée pendant son séjour en tant que journaliste à Kiev. En fait, le parti pris de Freeland contre la Russie a toujours été présent dans ses reportages. Les amis les plus proches de Freeland traversent les lignes des partis au Canada, en incluant le superviseur sioniste du Parti libéral, Irwin Cotler, Paul Grod, président du Congrès ukrainien canadien et Peter Kent, porte-parole des affaires étrangères du Parti conservateur.

Dans une de ses premières déclarations en tant que ministre des Affaires étrangères, Freeland a promis que les sanctions canadiennes contre la Russie ne seraient pas levées. Le 10 janvier 2017, Freeland a promis que le Canada servirait de front contre la montée du « protectionnisme commercial et de la xénophobie ». C’était un avertissement clair à Trump à Washington, à Marine Le Pen, au Premier ministre hongrois Viktor Orban et au politicien du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni, Nigel Farage. En décembre 2016, le Canada a accueilli une réunion du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et de la fondation Open Society de Soros, qui vise à amplifier le mouvement des réfugiés du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Asie du Sud vers les pays industrialisés occidentaux. Il ne fait aucun doute que les russophobes Freeland et Soros collaborent sur plusieurs fronts contre la Russie et contre Trump.

Les petites puissances européennes harceleuses s’extasient que le gouvernement Trudeau ait placé une russophobe en charge des relations extérieures du Canada. Freeland n’a pas caché son intention d’influencer l’administration Trump pour qu’elle change de cap sur la Russie. Elle s’est vantée de son « vaste réseau de contacts » à Washington et elle affirme avoir de l’expérience dans les « corridors du pouvoir » au Congrès des États-Unis, au Département d’État et à la Maison-Blanche. L’ambassadeur ukrainien à Ottawa, Andriy Shevtchenko, espère que Freeland éduque l’administration Trump pour qu’elle maintienne la pression politique et économique sur la Russie. L’ambassadeur de Lettonie à Ottawa, Karlis Eihenbaums, considère Ottawa comme le point de départ d’une opération d’influence de facto de l’OTAN à Washington pour faire déraper les relations américano-russes. Freeland a montré ses intentions envers Trump et Poutine lors de sa récente rencontre au Forum économique de Davos, en Suisse, avec le financier américain William Browder, figure centrale d’un plan de fraude massive en Russie impliquant sa société basée à Guernesey, Heritage Financial Management. Browder, le petit-fils de l’ancien dirigeant du Parti communiste américain Earl Browder, est, comme son homologue Mikhaïl Khodorkovski, un critique féroce du gouvernement russe et du président Poutine.

Depuis Ottawa, Freeland dirigera la charge des néocons et des globalistes contre tout tentative de Trump de déchirer l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Elle tentera presque certainement de sauver le Partenariat transpacifique (TPP), qui inclut le Canada et que Trump a promis de quitter [trop tard, c’est déjà fait, NdT]. Freeland ouvrira probablement aussi l’Arctique canadien à une présence militaire des pays de l’OTAN anti-russes comme la Norvège, le Danemark et l’Allemagne, ainsi que la Suède et la Finlande pro-OTAN. Une présence accrue de l’OTAN, sans les forces américaines, dans l’Arctique canadien non seulement militarisera la région, mais enverra un avertissement à la Russie sur le contrôle canadien des nouvelles voies maritimes de l’Arctique, qui sont de plus en plus navigables en raison du changement climatique.

Avec Ottawa qui devient le centre des activités contre Trump et les Russes, le monde peut s’attendre à un refroidissement entre le Canada et les États-Unis. Si Trump commence à considérer le Canada comme une source d’opérations contre lui, la frontière des États-Unis avec le Mexique pourrait ne pas être le seul point chaud de la politique en Amérique du Nord.

Sur le pouvoir des néoconservateurs, lire chez Kontre Kulture :

Le Canada aux mains de l’Empire, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.