Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les origines économiques de la colère des Gilets jaunes

« Fréquemment cité comme l’élément déclencheur de la révolte, la hausse des prix du carburant n’explique pas à elle seule cette grogne soudaine d’une partie de la population et doit être replacée dans un contexte socio-économique plus large.

La stagnation voir l’érosion du pouvoir d’achat sur la dernière décennie constitue un facteur explicatif majeur et trouve notamment sa source dans la croissance des dépenses contraintes des ménages, c’est à dire loyers, charges, assurances, frais bancaires ou encore abonnements téléphoniques.

Ainsi, entre 1960 et 2018, la part des dépenses pré-engagées dans le revenu disponible des ménages est passée de 12,6 % à 29,2 %. Comme le montre notre infographie basée sur les données de l’Insee, ce sont principalement les dépenses liées au logement (loyer, énergie,...) qui sont responsables de cette hausse et qui pèsent le plus dans le budget des Français. »

 

Ce schéma est tiré du site fr.statista.com. On ajoute à cette petite étude fort intéressante car fort explicative que le panier de la ménagère de l’INSEE ne prend justement pas en compte ces fameuses dépenses pré-engagées, ce qu’on appelle aussi les frais fixes des foyers.

 

Du coup, le pouvoir peut se gausser d’avoir une inflation à la fois modeste et contrôlée, alors qu’en réalité elle est totalement débridée, surtout depuis l’avènement de l’euro et l’explosion de la dette... Ceux qui font leurs courses savent que le prix des tomates, en 15 ans, a plus que triplé, malgré le contre-feu du site d’« information » de France Télévisions :

« “Et si on repassait en franc juste pour rigoler”... Voilà le titre d’une de ces images qui sont massivement partagées sur les réseaux sociaux. On y voit un tableau avec une liste de produits et l’évolution de leur prix en francs entre 2002 et aujourd’hui. L’idée, c’est de conforter le discours sur une "explosion" des prix après le passage à l’euro. [...]

C’est faux. D’après l’Insee, le prix moyen de vente au détail d’un kilo de tomates était de 2,80 euros en 2014, ce qui fait 18,37 francs, soit un prix légèrement supérieur au tableau. Par contre, en 2002, le prix du kilo était de 2,70 euros, donc 17,71 francs. Ce qui correspond à une augmentation de 3,7 %. »

 

Ces collabos savent très bien que le prix de la tomate, ronde ou en grappe, olivette ou cerise, a explosé en 20 ans. Il y a un avant et un après l’euro pour la ménagère. Cerise sur le gâteau, et cerise hélas prévisible, ce sont les ménages les plus modestes qui payent le prix fort de ce libéralisme européen : « 61 % de leur revenu disponible est englouti dans les dépenses pré-engagées ».

La désinformation conjointe de France Télévisions et de l’INSEE en images :

 

Plus réaliste, Richard Beninger, secrétaire national du Secours populaire, déclarait il y a un an que « pour les familles les plus pauvres, l’alimentation est devenue une variable d’ajustement ».

 

 

Si on écoutait les complices du pouvoir libéral, les Français pauvres ne seraient que de pénibles râleurs qui ne devraient pas se plaindre, au vu de la situation dramatique des migrants. C’est peut-être pour ça que l’oligarchie ouvre les portes de notre pays à ces superpauvres venus d’Afrique.
Heureusement, les Français de rang modeste peuvent compter sur leur élite culturelle pour les soutenir, comme Stéphane Guillon chez Michel Drucker à partir de 4’21...

 

 

Le gouvernement, les médias et les people à la solde du pouvoir profond se frottent les mains devant la démobilisation des Gilets jaunes, durement frappés par une répression sans pareille. Sans cette violence oligarchique extrême, les régiments jaunes échaudés par le mépris de classe auraient chassé les occupants des ministères, comme ils avaient commencé à le faire avec Benjamin Griveaux.

Ce Système ne doit sa survie qu’à la violence d’État. Les complices et collabos de ce pouvoir inique ne devraient jamais l’oublier...

L’inflation européiste, sur E&R :

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ne pas tenir compte des dépenses "pré-engagées" (loyer) des ménages, c’est un peu comme parler du budget de l’Etat sans jamais évoquer la part allouée au remboursement de la dette (50 milliards d’euros), c’est faire semblant de parler d’un sujet sans évoquer le principal, ou comment continuer à enfumer les gens avec des pseudo "spécialistes" qui brassent du vent.


  • Les mondialistes voient toujours les individus comme totalement isolés les uns des autres, interchangeables de par le monde, et décident, à partir de ce présupposé , de les comparer sur une échelle des richesses, comme si les individus en question ne venaient de nulle part... et que les richesses tombaient du ciel !

    Il va falloir casser ce mythe, car tous ces individus ont bien des familles, j’entends par là, des ancêtres, qui ont travaillé (ou non) et/ou ont défendu leurs terres (ou non), ainsi que leurs droits (ou non), et ont ainsi créé un héritage (ou non) pour leurs descendants.

    Ce dont chaque peuple bénéficie ne tombe pas du ciel, c’est le fruit du travail de nos anciens, de nos familles ! Et il n’est pas juste que cet héritage là soit volé à nos enfants par les mondialistes, pour être donné à des étrangers, aussi misérable que puisse être leur condition, nous ne sommes pas les vaches nourricières de la terre entière, et chacun doit régler les problèmes avec son peuple, avec son pays, et avec le pouvoir qui l’occupe.


  • À la bataille du Champ de Mars entre romains contre gaulois, ce sont les romains de Jules César qui l’ont emporté - ceux-ci avaient des arcs.

    Jupiter, alias Macron, dieu romain qui inspira cette République, nous refait le même coup contre les Gaulois réfractaires  : eux sont armés jusqu’aux dents, nous, n’avons que notre courage - ou inconscience.

    C’est pour ça qu’ils se marrent en face.


  • Rien qu’en voyant le coût de la vie entre 2002 et 2014 , et 12 ans le coût de la vie à augmenter d’à peu près 15 % , pour les premières nécessités .Je ne parlerais pas du reste , ce n’est pas la peine .
    Le salaire moyen en 2002 était de 1775 euros nets /mois .
    En 2014 le salaire moyen était de 2225 euros nets, soit une différence de 1.25%
    Augmentation du coût de la vie en 12 ans 15%, les salaires en 12 ans 1.25% .
    soit une augmentation de salaire de 0.10% par an ,pour une augmentation de coupe de la vie de 1.25 % par an
    Il ne faut pas s’étonner après de trouver la vie chère ..

     

    • @ dixi

      Pardon mais dans votre exemple le salaire moyen augmente de...25 % (1775 à 2225) soit 10 points de pouvoir d’achat en plus selon vos chiffres...
      Quand vous vous lancez dans une étude chiffrée, soyez vigilants dans vos calculs sans quoi celle-ci se retourne contre vous façon boomerang. Je vois d’ici l’atroce Guillon et autres hyènes semblables rire aux éclats devant votre grossière erreur de calcul ruinant votre démonstration.
      Comme vous aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain, je l’ai amère. C’est un fait notoire que faute de pouvoir déprécier notre monnaie (pour maintenir notre compétitivité économique), comme le ferait n’importe quel pays souverain (si tant est que cette chose existe pleinement et surtout durablement...), "on" a choisi la dévaluation intérieure via les salaires, éternelle variable d’ajustement de ceux qui tirent les ficelles.


    • Salaire moyen...500€ de plus en 12ans, vous plaisantez ? N’importe quoi.


  • Les comparatifs de prix sont extrêmement simples à faire.
    Vous passez une commande sur internet en 2018. Vous repassez la même en 2019, puis en 2020. Sur un simple exemple, j’ai constaté une augmentation de 20%.
    Par contre, il st vrai que les prix de certains produits baissent, mais ce ne sont jamais des produits de première nécessité.
    On peut prendre des exemples à l’infini : la place de cinéma, qui a au minimum doublée (donc +100% ou bien corrigez-moi).
    Surtout ne pas oubliez que la TVA a augmenté doublement : augmentation "fiscale"+augmentation mécanique due aux prix de revient : si les prix "fournisseurs" augmentent, la TVA que vous payée sera plus élevée également.
    Bref, ceux qui ont voté pour l’Euro, bien fait pour votre gueule.


  • Le libéralisme serait de ne plus payer aucune taxe donc l’employé recevrait les charges patronales et salariales, la sécu serait supprimée comme la caisse de retraites par répartition (les deux étant une folie). Car ce volet social est dû au CNR en 1944 mais il n’est possible qu’en supprimant le capital, qui est le système qui bénéficie le moins à ce pays mais inexplicablement remis en place notamment sous la Ve qui fut le fossoyeur de ce pays.
    Il faut à ce stade repréciser que le régime social ici est bâtard donc inapplicable. D’habitude, on a (grosso modo) les anglo-saxons où vous survivrez uniquement par votre travail et le social où si vous ne pouvez pas avoir d’activité, la communauté vous prend en charge.
    Ici c’est hybride et donc catastrophique, voir le vol illégal des invalides et handicapés (déjà distinguer entre les deux est ridicule) : plus de 60% des gains des travailleurs vont à l’état ! Ils ne commencent à gagner quelque chose qu’en août et la date recule chaque année.
    Données facilement trouvables sur l’ordinateur et connues depuis plus d’un demi-siècle qu’il est bon de rappeler.
    Pour l’euro ça a été un accélérateur d’inflation, jamais divulgué dans les chiffres officiels (mais citée par Nicolas Sarkozy en 2011, "un franc = 1 euro"). Voir les chiffres du chômage, complètement aberrants, passant de 11 millions sous François Hollande à 6 aujourd’hui (trois juste après les dernières présidentielles).


  • Un grand merci pour cet article, j’y ai appris l’expression de "dépenses pré engagées" et leur explosion depuis 1960 : 12,6 % et aujourd’hui 29,2 % !


  • Cantonner délibérément ce mouvement dans le domaine économique c’est faire l’impasse sur ce qui le motive fondamentalement comme révolte contre un système qui spolie de tout dans l’hypercontrainte. Une tyrannie surorganisée humainement inacceptable qui verrouille afin d’accaparement de la ressource et spoliation globale. C’est l’intégralité de cette escroquerie qui doit disparaitre avec les pervers qui l’agissent.


  • #2322931

    L’économique c’est la petite lorgnette, la toute petite lorgnette... Si les GJ se sont levés c’est par volonté de contrer la dépossession de leur propre pays dont ils sont victimes. Ils savent bien qu’ils ne sont plus chez eux.

    Les GJ ça a tout à voir avec le référendum bafoué de 2005 ; ils ont compris qu’ils n’avaient plus droit à la parole, plus de prise sur leur pays, qu’ils avaient juste le droit de payer et de crever en silence.

    Les GJ ça a tout à voir avec l’immigration de masse ; car s’il s’agit de reprendre possession du pays, cela passe nécessairement par le retour à des frontières. Seulement, et c’est ce qui a hautement irrité le pouvoir, ils ne l’ont pas fait en prenant pour cibles les immigrés... mais le pouvoir organisateur lui-même. Reste que les LFI et consorts ont infiltré pour empêcher que cela soit exprimé, assumé et développé plus clairement dans le mouvement.

    Evidemment, quand je dis "GJ" je ne parle pas des manifestants de centre-ville, qui ont emergé ensuite, bien canalisés comme du bétail destiné à l’abbatoir LBD, je parle de ceux qui étaient dès le départ dans une logique de guerre radicale et étaient prêts à bloquer le pays.

     

    • J en étais de ceux qui ont vraiment cru renverser ce système. Faut être honnête jusqu’ au bout, il n y a pas eu que la FI qui a infiltré le mouvement, le RN à une bonne part via ses militants avant les européennes. Il ne s agissait plus de bazarder ces enfoirés dans leur ministère ou l assemblée nationale, non, fallait mettre Marine à la place de Macron. J avais dit à mes camarades que je ne voterai pas, j avais l impression de passer pour un traître. Une erreur immense de notre part d avoir laisser ces militants FI ou RN à nos côtés, du coup les leaders Rn ou Fi se sont mis à nous soutenir, on perdait en crédibilité sans jamais pouvoir nous défendre, vu que nous n avions pas de leader, ce qui avait été une condition à notre union pour ne pas être trahi ou manipulé.


    • #2323474

      Pas vraiment d’accord avec toi sur le dernier point.
      Il y avait de tout dans les manifs dans les grandes villes, des gens pacifiques, violents, qui avaient une colonne vertébrale intellectuelle avec revendications cohérentes ; d’autres qui ne savaient pas trop pourquoi il étaient là, certains qui voulaient vraiment changer le système en l’attaquant sur les flux notamment, d’autres encore pour satisfaire leur ego .des manipulateurs et récupérateurs style FI ou flics en civil.... bref les couches populaires et moyennes françaises globalement représentées hormis les personnes d’origine immigrée malheureusement, c’était pourtant le moment ou jamais.
      Sur ce point, je suis d’ailleurs en désaccord avec une des lignes directrices d’E&R, la convergences luttes entre sans-dent de souche et de branche a en réalité très peu de chance de se réaliser, il n’y a qu’à voir d’ailleurs pour qui votent les immigrés lorsqu’ils le font.

      Les 2 luttes sont complémentaires justement, le pouvoir ne tremble pas vraiment non plus devant un rond-point occupé par 2 péquins en rase campagne.Les centres de décision se trouvent dans les villes, et plus particulièrement à Paris du fait de notre construction historique centralisatrice. C’est comme ça, même si notre cohésion territoriale est menacée désormais par cette hyper-concentration, ce n’est pas pour rien que les manifs parisiennes étaient majoritairement constituées de provinciaux.


  • #2322938

    Ce Guillon est vraiment à vomir, et la grosse femme qui s’esclaffe de rire à ses côtés est odieuse.
    Grasse comme elle est, elle n’a visiblement pas de problème de budget pour se nourrir. Elle est le symbole d’une élite gavée, tandis que les autres, ne peuvent plus se nourrir, se vêtir, se soigner, et se loger correctement.


  • Si vous ne supportez, comme moi, pas plus de 20 secondes de la pitoyable et lamentable (et pas drôle) diarrhée pré-écrite de ce collabos de Guillon, filez sur youtube voir les commentaires.
    Ça rassure un peu.

    Et je suis bien content que certains y évoque le fait que notre Président ait baisé sa femme. Petite anecdote qui se répand pour notre plaisir.


  • #2323026

    Quel condescendance de la part de ce Monsieur Guillon, même sur ce ton de plaisanterie, on sent un véritable Mépris de Classe... qu’il fasse attention car Personne n’est à l’abri du Châtiment...

     

    • #2323347
      le 17/11/2019 par au plaisir d’être
      Les origines économiques de la colère des Gilets jaunes

      Vous avez l’air de mépriser Mr Guillon. Peut-être que vous méprisez sa classe à lui ?
      Quelle condescendance vis-à-vis de Mr Guillon ! dans les propos que vous avez écrit.
      Et oui ! personne n’est à l’abri du jugement.... de l’autre.
      "ne juge point et tu ne sera pas jugé" (c’est pas de moi, mais j’aime bien la phrase :-)
      Mr Guillon "gagne sa vie" d’être sarcastique. Tant mieux pour lui, si cela le rend heureux... pourvu que ça dure pour lui d’être heureux !

      Dans les croyances qu’il a développées, il est important pour lui d’avoir de la monnaie pour se sentir vivant et aimé.

      au plaisir


  • #2323368

    Comme dirait Soral »j’ai baisé ta femme »


  • Le prix des fruits et légumes frais a doublé et pour certains d’entre eux a atteint le triple en une année seulement, plus précisément depuis l’hiver dernier. Ce constat, je le fais moi-même chaque semaine dans un marché de la banlieue parisienne depuis, je le répète, fin 2018.


  • #2323409

    Ce mouvement a effectivement été enclenché par certaines populations identifiées couches moyennes habitant la périphérie et qui inclue les petits et moyens patrons d’entreprises. Ce sont des gens qui travaillent beaucoup et sans arrêt. La taxe menaçait très concrètement de foutre par terre toute une vie de lutte, d’efforts et de courage face à l’adversité. Oui, c’est ce profil de gaulois qui a dit stop, ce n’est plus possible. Quand on les connaît quand on les a côtoyé on comprends bien que le gouvernement franchissait là une limite extrême qui allait détruire la vie de centaines de milliers de gens, de familles.
    Quand on connaît la vie des banlieues parisiennes, on comprend pourquoi ses habitants n’ont pas investi les ronds points au début du mouvement. Il n’empêche que beaucoup de travailleurs des banlieues ont rejoint les GJ par la suite. Ces strates sociales constatent tout à coup avec inquiétude la dégradation de leur situation sans espoir de voir arriver des jours meilleurs pour eux et leurs enfants. Y a-t-il des solutions ?. Lesquelles ?.


  • #2323492
    le 17/11/2019 par Macron tu te fous le doigt dans l’oeil
    Les origines économiques de la colère des Gilets jaunes

    Ce qui est certain, c’est que l’économie n’est pas prête de se relever :
    Aucun entrepreneur n’a envie de prendre des risques dans le pays du tiers monde qu’est devenu la France, les taxes à foison en plus !


  • Sur 2500 milliards de budget /an ,
    La France en distribue 730 mrds (!) (Autant que le budget US de l’armé + nasa) Pour des aides sociales ..allocs..et alimente, loge.. etc le tiers-monde qui déferle ici depuis 40 ans !..
    Alors plus de sous pour les services publics, retraités, étudiants ..etc..c’est mécanique ! !
    Remigration des non-européens, couteux , comme ils ont su le faire pour nous en 1950-60..des familles entières ! !..
    Une politique dynamique de la natalité pour les français. .tout gratuit pour le 3e enfant, ça marche en Russie !!


  • le mouvement des gilets jaunes est un effet de serfs.

     

  • #2324138

    Ce que la majorité des gens ne comprennent pas, c’est qu’on parle en pourcent.

    Ce ne sont pas que les dépenses pré-engagées qui ont augmenté, ce sont aussi les salaires réels qui ont diminué.

    Les dépenses pré-engagées ont augmenté à causes des taxes des lois et autres règlementations. La solution étant donc, moins d’Etat.

    Mais les salaires réels ont fortement diminués à cause de l’inflation de la masse monétaire, c’est à dire de la dette.
    Et là, aucun système ou pouvoir politique ne pourra résoudre ce problème. La seule solution est une monnaie solide. C’est à dire un bien qui sert d’intermédiaire dans un troc entre les producteurs de biens et de services.
    Rien à voir avec un soi-disant système libéral.

    Arrêtez de demander que l’Etat fournisse tout gratuitement, puis de vous demander pourquoi vous n’arrivez pas à vous en sortir.

    L’Etat détient le monopole de la violence légitime. Il y a une incohérence à demander plus d’Etat et, en même temps, à critiquer la violence d’Etat qui maintient le système.


Commentaires suivants