Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les sources véritables de la contre-culture

Comme parrains de la contre-culture des sixties, également appelée world pop culture, on retrouve Israël Regardie et surtout son maître Aleister Crowley, qui étaient des adeptes de l’occultisme et de la magie sexuelle. Ils ont fasciné les stars de la musique anglo-saxonne de cette époque.

 

La pop music, qui connut rapidement un succès planétaire, était en réalité d’inspiration gnostique et kabbaliste ; elle véhiculait les principes idéologiques de la société secrète de Crowley, lʼOrdo Templi Orientis, synthétisés dans la formule alors très en vogue « sexe, drogue et rockʼn roll ». Pour les rock-stars comme John Lennon, Crowley était une idole, une icône. Sur la pochette de l’album des Beatles Sergent Pepperʼs lovely hearts club band figure une photo de Crowley, l’homme qui aimait se faire appeler « La Bête 666 ».

D’autres chanteurs célèbres lui vouent un véritable culte : Jimmy Page, Jimmy Hendrix, Led Zeppelin, Ozzy Osbourne et Marylin Manson. Outre l’apologie de la pratique d’une sexualité libre et sans entraves ni tabous (inceste, pédophilie, zoophilie), lʼO.T.O. militait pour la massification de la consommation des drogues. Timothy Leary, le successeur de Crowley à la tête de l’institution ésotérique, affectionnait tout particulièrement le L.S.D. ; il vantait la prise de cette substance psychédélique qui venait d’être découverte par Hoffmann.

[...]

La contre-culture représente le chaînon manquant entre deux idéologies diamétralement opposées, le gauchisme, d’inspiration marxiste-léniniste, et le néolibéralisme, idéologie de légitimation du système capitaliste. Elle est l’étape de transition entre une critique radicale du système et une dialectique, un discours, d’accompagnement du système. Étape nécessaire au ralliement des gauchistes : sans elle ils n’auraient pu concevoir cette rupture dans leur engagement politique que comme une trahison ; or ils n’ont pas eu conscience de cela. Passant, via la contre-culture, du gauchisme au néolibéralisme, ils continuaient à se considérer comme des rebelles, des ennemis du système.

Lire l’article entier sur lafautearousseau.hautetfort.com

 

Un sujet plus poussé sur Crowley :

À ne pas manquer, l’analyse d’Alain Soral sur le « Pizzagate »
et la pédocriminalité d’élite :

 

L’empire du mal ou la destruction des âmes,
lire chez Kontre Kulture :

 

Le satanisme par le culturel, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1968782
    le 19/05/2018 par david ghetto
    Les sources véritables de la contre-culture

    Leary n’a jamais été membre de l’oto, par contre C. Bouchet ,par ailleurs excellent sur certains points, flirt dangereusement la dedans....


  • #1968783

    Je me rappelle , étant tout minot, avoir suivi mon grand frère,chez un de ses pot hippie. Pot qui avait les cheveux très longs, une veste militaire avec un fameux symbole peint dans le dos, et qui avait comme décoration, entre autre, dans sa piaule une tableau de 1mx1.50m ,fait de pointes reliés entre elles par de la ficelle de différentes couleurs et qui représentait une tête de bouc vue de face...J’étais enfants et l’impression que m’avait faite cette "oeuvre", je m’en souvient très bien, m’avait mis, bizarrement, mal à l’aise. Et cela, sans m’obséder bien sur, malgré le temps, plusieurs dizaines d’années pourtant, m’interroge toujours...

     

    • #1968830
      le 19/05/2018 par l’antiraciste
      Les sources véritables de la contre-culture

      Détendez vous Kantor,çà devait être une exception,le mouvement hippie,c’était en Amérique tout au moins,Peace and Love,les nanas n’étaient pas farouches,la musique était au top,la jeunesse voulait un monde meilleur,moins matérialiste,moins brutal que le monde des rockeurs,que la guerre au Viet-Nam,retour à la nature,c’était un mouvement plutôt anti-système et pacifique,la dimension politique n’était pas réellement comprise dans la revendication de la jeunesse,qui fumait des joints,qui faisait le tour du monde en stop et qui croyait vraiment que le monde pouvait changer ;idéalisme,utopie sans doute,c’était beau d’être jeune et d’y croire...


    • #1968934
      le 19/05/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Les sources véritables de la contre-culture

      @L antiraciste. Disons qu il y avait 10 % d utopistes et 90 % de types dont le seul but était de coucher avec un maximum de filles. Filles qui, pour les moins stupides d entre elles, ont fini par se rendre compte qu en fait de belles idées elles servaient surtout de vide c...


    • #1969061
      le 19/05/2018 par katholikos
      Les sources véritables de la contre-culture

      Est-ce que ce pot s’appelait Pol ?


  • #1968791
    le 19/05/2018 par michel amm
    Les sources véritables de la contre-culture

    La contre-culture n’est qu’une autre forme de guerre contre la France et les nations indépendantes.

    Comme les élites mondialistes qui dirigent les USA ne pouvaient pas faire directement la guerre à leurs soit-disant alliés, ils ont fait la guerre sur tous les autres plans :

    - Guerre économique avec la fausse monnaie
    - Guerre culturelle avec les faux peintres, faux sculpteurs et faux écrivains.
    - Guerre biologiques avec les faux vaccins, les fausses maladies.

    Le mensonge, arme du "malin", a été appliqué à tous les domaines de la vie.

    Mais le mensonge est comme l’eau, on ne peut pas mouiller tous le monde tout en restant au sec.

    Tôt ou tard le mensonge s’infiltre aussi chez les malins.

     

    • #1969064
      le 19/05/2018 par eric.fx@dadrum.com
      Les sources véritables de la contre-culture

      et puis la fausse religion qui ne relie rien sinon la violence a elle-même.
      L’indépendance de la France s’est envolée il y a plusieurs siècles déjà. Même avant la révolution dite "française", l’aristocratie d’en haut claudiquait déjà dans la franc-maçonnerie depuis un bail. Les Mérovingiens provenaient de Judée, n’est-ce-pas ? L’ADN est peut-être le cheval de Troie qui les a complètement perdus ? Peut-être sont-ils les gagnants et passe aujourd’hui pour des victimes ? (le vieux réflexe jamais abandonné) Nous voyons avec une grande clarté ou cela les a amenés et nous avec.


  • #1968808

    Jimi Hendrix sataniste adepte de Crowley ? ....heing ? quelqu’un aurait des sources SVP ?!!

    Jimmy Page, même les mags de guitare depuis toujours parlent de son manoir ayant appartenu à Crowley (même si par inculture ou par vice parlent juste de goût pour "l’ésotérisme"), et vu son goût pour les jeunes voir très jeunes fi... euh femmes.
    Bon... là ok ça fait guère de doute je crois, dommage d’ailleurs car Led Zep c’est quand même génial musicalement, et Page un grand guitariste.

    Bowie, je connais pas très bien mais rien qu’à voir ses derniers clips, je serais pas étonné.

    Par contre Hendrix là, moi je veux des sources, parce que si c’est à cause d’une sexualité débridée et consommation de drogues, alors c’est les années 60 et à fortiori presque tous les jeunes qui sont satanistes.
    Y a bien ses "références" au Voodoo, mais je pense que c’était plus une manière (sûrement pas la meilleure certes) de revendiquer/renouer avec ses origines noires/cherokee... pour résumer, surtout dans l’amérique où il faisait toujours pas bon être coloré dans les 60’s.
    De tout ce que j’ai vu et lu sur Hendrix, les témoignages sont unanimes et tous concordant, ce type était d’une gentillesse et d’une humilité sans égal, totalement désintéressé par l’argent (et même Fogerty dont vous avez parlé récemment s’est sûrement moins fait piquer de fric que lui) et de toute façon ne pensait qu’à la musique quasi 24/24.
    Si lui il était sataniste adepte de Crowley, alors même moi je suis le diable incarné....

    D’façon quand je vois que son nom est même pas écrit correctement "Jimmy"... non c’est Jimi Hendrix.
    Et non c’est pas un détail, quand on qualifie les gens de ceci ou cela on le fait pas sans un minimum d’enquête, ce qui à la fin te fait juste naturellement écrire le nom de la personne correctement si t’as été sérieux dans ton travail.

    D’ailleurs quand je vois Ozzy Osbourne dans le lot, là aussi j’me pose des questions.
    Je connais pas super bien le personnage certes, mais de tout ce que j’ai lu ou vu, il me semble plus tenir du doux-dingue malgré tout talentueux dans son domaine, que du monstre satanique.

    Faut se calmer avec les symboles et autres têtes de mort dans le rock (hard, heavy, etc...) y a souvent beaucoup plus de folklore et de "rebelle-attitude" avec ça, qu’autre chose....

     

    • #1968898

      « Bowie, je connais pas très bien mais rien qu’à voir ses derniers clips, je serais pas étonné »
      Moi je connais très bien et ce n’est pas le cas, c’est une certitude. Les clips que vous mentionnez sont surtout sombres de ce qu’il savait s’approcher inéluctablement de la mort. C’était un bon père de famille (même jeune père il s’est toujours occupé très sérieusement de son fils) rangé depuis des lustres et quand il était jeune, c’était plus un esthète et un insatiable curieux qu’autre chose. Je dirais plus largement qu’il ne faut pas confondre création avec idéologie militante, même si nombre d’artistes (à plus forte raison quand ils ont commencé très jeunes et ont en plus connu drogues, alcools, sexualité débridée et j’en passe), ont pu évidemment y être au moins inconsciemment poreux.


    • #1968994

      Jimi Hendrix serait mort dans le manoir de J. Page, et ramené à Londres. Pour Bowie écoutez les paroles de station to station ou il parle clairement de kabbale !!!! la contre culture à mon avis c’est du Tavistok de l’ "ingénierie social".


    • #1968997

      Les Beatles adeptes de Crowley ? Là aussi, je demande les sources. Que Lennon, sous le contrôle de cette psychopathe de Yoko Ono, s’y soit laissé entraîné, je ne serais pas étonné (mais je veux tout de même des sources). Mais il ne faut pas confondre John Lennon et les Beatles. Je pense que la légende de l’influence de Crowley est très largement surfaite. Un mythe, à mon avis.


    • #1969008

      J’ai rencontré jean-paul bourre ,spécialiste de l’occultisme dans les années 80.....c’était ds le métro,me voyant lire une bio de crowley il est descendu avec moi sur le quai.Il m’a assuré que bowie était luciferien,puis m’a invité a une messe noire rue vavin.lol j’ai décliné.....il suffit de retrouver un document sur la rencontre de bowie et derek jarman pour comprendre que david-"blackstar" avait joué avec le feu...........quand a son "serious moonlight" de la chanson let’s dance,comprenez sirius moonlight.etc etc


    • #1969023

      Bowie a des tonnes de références et de citations, des choses a mille lieues les unes des autres. Il nomme également en passant Crowley sur un titre de l’album Hunky Dory, mais ça n’en fait pas pour autant un kabbaliste ou un propagandiste de je ne sais quoi. On ne parle pas de Madonna, merde ! Quand même ! Et même avec elle, on est en pleine guignolade symbolique. @McAron a raison, il ne faut pas s’exagérer les choses.


    • #1969034

      Un luciférien d’un genre bien étrange, rangé des affaires lucifériennes (sans doute étouffées !) dirait-on ! Bowie lisait beaucoup de choses en effet, l’expo itinérante qu’il y avait eu sur lui il y a quelques années en donnait un petit aperçu.


    • #1969075
      le 19/05/2018 par quidam populus
      Les sources véritables de la contre-culture

      La sous-culture sabbatéenne est par essence cabaliste, spirite et nihiliste...

      S’y vautrer, c’est renier son identité culturelle, ses propres racines, coutumes et traditions.

      Qu’on en soit conscient ou non, c’est la réalité, et le dénier mène à la déchéance et le plus souvent à une fin tragique, comme tous ces fameux "héros" post-modernistes, vecteurs à l’insu de leur plein gré d’un mode de vie et d’une mentalité crasseuse.

      Voir toute la collection des suicidés à 27 ans et autres (DAVID Bowie n’est pas en reste).

      Merci la contre-cul-ture communautariste et sectaire amère loco-sioniste !

      Protégeons-nous avec notre meilleure arme : notre propre culture française.

      Revenons au bon sens, à la raison, à la sagesse...


    • #1969188

      « Revenons au bon sens, à la raison, à la sagesse... »
      En effet ! Et redescendons sur terre par la même occasion :-) Tout ça est fantasmatique et ridicule. L’artiste dont vous parlez, et que vous méconnaissez n’a rien à voir avec ça, concrètement.
      La meilleure arme c’est pas juste « la culture française », si immense soi-elle, c’est aussi de réfléchir un minimum et éviter de raconter n’importe quoi et de trop psychoter.
      Illustration : « Merci la contre-cul-ture communautariste et sectaire amère loco-sioniste ! »
      Ça ne veut juste rien dire.
      En effet, « Revenons au bon sens, à la raison, à la sagesse... »
      On a envie de vous dire de partir devant :-)


    • #1969311

      Le satanisme était surtout un jeu pour l’aristocratie pop du Swinging London qui traînait son ennui dans les galeries de Robert Fraser (le ’Dr Robert’ de l’album ’Revolver’ des Beatles), Barry Miles (ami de Paul McCartney) et John Dunbar (ex-mari de Marianne Faithfull) à la recherche de quelques frissons...

      Jagger et Richards en ont tiré ’Sympathy for the Devil’, c’est toujours ça de pris...


    • #1969439

      @McAron



      Les Beatles adeptes de Crowley ? Là aussi, je demande les sources.



      Crowley est représenté sur la pochette de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band.


  • #1968820
    le 19/05/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Les sources véritables de la contre-culture

    J’ai vu un documentaire hier soir : We Blew It.
    Jean-Baptiste Thoret revient sur les utopies des années 1960 et 1970 pour comprendre comment l’Amérique est passée d’Easy Rider à Donald Trump.

    Et puis, j’ai vu la fin d’Easy Rider.

     

    • #1968920

      Thoret est gauchiste, pour lui Trump c’est tout ce qu’il faut pas.
      Je ne pense pas que les gens qui appartiennent à la communauté de Crowley croient au Diable ou aux arrière-mondes, c’est juste du folklore. L’idéologie qu’il y a derrière, c’est : jouissons au maximum de l’instant présent. En fait, si on veut dater le début de la contre-culture kabbaliste, ne faudrait-il pas commencer par Montaigne, en passant par Spinoza ?


    • #1968941

      il faut aussi voir la fin de : El chuncho (film, 1966)


    • #1968952
      le 19/05/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Les sources véritables de la contre-culture

      "Thoret est gauchiste, pour lui Trump c’est tout ce qu’il faut pas."

      Non, Jean-Baptiste Thoret, contrairement à toi, est subtil, il ne juge pas, il donne à voir, laisse à penser.
      D’ailleurs, il a bien attrapé le mec du The New Yorker...

      Dans son documentaire, les personnes s’expriment, parlent de leur Amérique.
      C’est un chouette voyage, dans le temps, dans le Cinéma, dans demain, éventuellement.


  • #1968832

    Il faut relier le phénomène de la contre culture américaine (aussi appelée assez justement "culture de merde") à la donnée historique malheureusement pas assez étudiée et assez difficile, de l’iconoclastie.

    Les iconoclastes avaient du goût. Ils voyaient bien que les oeuvres d’art, les "images", les "eidolon" avaient un effet une force propre et étrange et ils jugeaient en effet cet effet cette force d’origine diabolique. L’Eglise a louvoyé génialement jusqu’à l’ère moderne où "l’art de merde" a pénétré l’Eglise. . Elle a admis le culte des images, mais des siennes. La renaissance a fini pas rendre tout cela ridicule et elle a restauré le culte des images c’est à dire des douces et belles "idoles". Au fond, de l’idolâtrie. Car nous sommes comme "modernes", et même comme "anti-modernes", avec Baudelaire, des idolâtres. "Restaurer le culte des images, ma seule, mon unique passion". (Charles Baudelaire)

    Ce con fumeux et méchant de Luther, au fond un chrétien "radicalisé", avait tenté de tout foutre en l’air. Et l’iconoclastie, la haine du beau, et revenu et a répandu sa terreur sur le monde. L’Islam est iconoclaste, le judaïsme est iconoclaste, le protestantisme est iconoclaste. On est bien, nous les idôlatres !

    L’amérique et ses pseudo arts, ses "arts de merde" (l’amérique n’a pas le sens du beau, c’est le moins qu’on puisse dire. Tout y est moche, littérature nulle, musique de casserole, bruits monstrueux, peinture contemporaine de bordel qu’on ne présente plus, juifs arrivant derrière en foule et vendant leur camelote sinistre) est en fait une civilisation iconoclaste. Ils sont parvenus par la terreur et l’argent à faire croire qu’il s’agit de l’art. En fait, ils détruisent le beau.

    Au fond, ce sont les peuples d’Europe qui sont restés fidèles au beau et aux images en Europe. C’est l’honneur de certaines élites dont l’Eglise avec beaucoup de réticences, d’avoir entendu ce cri des peuples d’occident depuis Homère jusqu’au romantisme : "le monde est beau et l’homme se doit d’être un héros car seul le héros plaît aux dieux".

    On est loin du monde américano sioniste qui dit : "tuez les tous car ils sont faibles car en ce moment nous sommes les plus forts".


  • #1968878

    Les jeunes d’aujourd’hui, ils n’osent plus rien, c’est même à ça qu’on les reconnait.

     

    • #1969163

      @ JL29

      C’est pas la volonté qu’il nous manque mais en France, les vieux nous ont légué 2000 milliards de dette, pas étonnant donc, que l’on ne puisse rien faire. Remboursez votre dette au lieu de la transmettre et vous verrez les jeunes s’activer et avoir du respect pour les anciens ... à bon entendeur.


  • #1968949

    qu’est ce qu’il ne faut pas entendre comme conneries. la contre culture c’est très exactement l’underground (la pensée souterraine), ça vous dit rien la vieille taupe (dans un genre plus politique mais tout aussi radical) :
    la philosophie de l’underground n’avait rien à voir avec Crowley (qui n’est qu’un dandy du XIXème siècle mort dans la maladie et la misère).
    c’est une philosophie qui refuse le matérialisme de la société de consommation, la réduction de la vie à l’économique (metro boulot dodo) c’est une critique radicale du liberalisme et de l’état (fauteur de guerres). c’est aussi un mouvement qui a prôné le retrait de cette société du spectacle et le la marchandise) Passer en mode souterrain, partir loin (à la campagne ou retrouver les sociétés traditionnelles (attrait de l’orient ou de l’amazonie). retour vers une vraie spiritualité (entre autres retour aux sources du christianisme).
    la contre culture ou underground c’est Thoreau, Rousseau, l’IS, Jesus, le Che et enfin la révolution psychédélique(soit la bombe atomique psychique qui vous remet définitivement à votre vraie place dans l’univers si vous suivez bien les codes , autrement c’est la folie ou la débilité. oui les acid test étaient quelquechose de violent et d’excessivement dangereux, mais au combien passionnant pour celui qui veut vraiment comprendre comme tout fonctionne avec les yeux grand ouverts.
    les quelques personnes de cette époque qui ont connu ça se reconnaissent instantanément, et le plus drôle c’est qu’on en retrouve partout de par le monde, ils ne font chier personne et vivent parfaitement leur vie en pleine harmonie avec leur entourage.
    voila, c’était çà la vraie contre culture : sortir de la merde qu’on nous proposait comme avenir avec le moins de violence possible. très peu y sont arrivés peut être, mais qu’en est -il d’aujourd’hui ? c’est jeune et çà critique mais qu’est ce que ça fait de positif ? c’est quoi le projet concret aujourd’hui ?

     

    • #1968982

      Certaines théories très sérieuses avancent que, considérant que tous les cultes viennent de rites shamaniques, la conscience religieuse, et par extension la conscience humaine tout court, est le fruit de la consommation rituelle de plantes psychotropes hallucinogènes

      Ce qui pourrait être biologiquement valide puisque les connexions synaptiques non stimulées disparaissent, et inversement .

      On pourrait donc en déduire que c’est la Nourriture des Dieux qui a développé le cerveau des grands singes que nous sommes.


    • #1969252
      le 20/05/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Les sources véritables de la contre-culture

      @Ed.
      La base du chamanisme, c est le rêve. L’homme primitif rêvant considère qu il s agit là du monde des esprits et que chacun de nous est par conséquent double. À la fois existant dans le monde tangible et existant de par son double dans le monde des esprits. L utilisation de psychotropes permet au chamane d accéder à ce monde des esprits de façon certaine, efficiente et directe. Le travail du chamane est ensuite d apprendre à maîtriser le monde onirique afin soit d être enseigné par les êtres qui le peuplent, qui sont pour lui, non une production de son esprit mais des êtres indépendants. La rencontre avec ces êtres permet au chamane de négocier la guérison par exemple mais aussi d apprendre des chants vibratoires qui ont un pouvoir sur le réel. Dans la pensée Amazonienne le rêve est aussi réel que la veille. Et il est par ailleurs tout à fait juste de dire que l absorption de psychotropes est à l origine de bien des cosmogonies.


    • #1969278

      @ Ed, bien sûr, il suffit de se plonger dans la litterature d’enquête ethnologique. L’usage de produits hallucibogènes extrèmement puissants est une constante dans la plupart des initiations religieuses. Le problème est qu’à l’heure actuelle, on ne conçoit ces produits que comme des drogues de confort alors même que plus personne ne les utilise car considérées comme très dangereuses quand elles sont utilisées sans l’aide d’un "voyageur" expérimenté. le consommateur contemporain dépressif préfère la drogue (de synthèse) facile qui excite ou abrutit sans risque réel pour sa santé mentale.
      Or nous vivons maintenant dans des sociétés où il devient pratiquement impossible de s’emerveiller devant la beauté et la perfection de la nature. nous sommes devenus des rats dans un labyrinthe, bien loin du soleil et de ses bienfaits. la contre culture des années 60 a essayé (sans y arriver si ce n’est individuellement.) de retrouver cet emerveillement par l’usage intelligent de certains psychotropes. dans l’idée de transformer l’homme, de le ramener à l’essentiel : vivre en harmonie avec ce qui l’entoure.
      En fait, la démarche était purement religieuse et l’acide était la nouvelle hostie (je sais, certains vont hurler mais c’est ce qui se disait à l’époque)


    • #1969416

      Pour avoir une approche moins "pop" et un peu plus documentée de la fabrication de l’Homme Nouveau, de la Contre-Culture et de leurs sources et objectifs, je ne peux que vous recommander les films de Dammebck "Das Netz" et "Overgames", et beaucoup plus poussé dans l’analyse, "L’Homme Unidimensionnel" d’Herbert Marcuse (1964).

      Je ne peux pas, non plus, passer sous silence la transgression méthodique et collective (scientifique) des tabous par les missionnaires chrétiens (pas juifs donc ;) durant des siècles dans les cultures traditionnelles des pays colonisés (le Monde donc)... base qu servira évidemment aux éthno/anthropologues et chimistes du XXe.


  • #1968989

    Je viens juste de terminer de lire un livre sur le festival d’Altamont de décembre 1969,bien écrit et bien documenter,qui démontre le côté miroir inversé de la merveilleuse contre-culture californienne... !!
    Les mélanges de drogues et d’alcool,abondante et gratuite ont transformé une foule de 300000 personnes en zombies déconnectés de la réalité pas franchement folichonne, dans un bordel géant à ciel ouvert offert par les Rolling Stones...Et c’est troublant de constater et d’analyser la chaîne des responsabilités qui ont abouti à ce désastre est que le maillon ultime n’était d’autre qu’Alan Klein,le manager véreux de ce groupe (qui cherchait à s’en débarrasser)...Groupe qui n’avait d’autres choix pour faire rentrer la maille que d’organiser lui-même une tournée aux USA qui devait se terminer par un concert gratuit avec la fine équipe des groupes pops locaux,hippies joyeux qui n’avaient pas vu,ni senti,ce que la démocratisation du LSD pouvait engendrer de néfaste dans la jeunesse des sixties toujours plus nombreuse !
    Une journée en enfer...Alester aurait été satisfait,sans doute !!!

     

    • #1969280

      Altamont signe la fin des acid test ,déjà avant Altamont le LSD n’était plus seulement fabriqué par Owsley Stanley III, qui garantissait la qualité préconisée par Thimoty Leary dans tous les festivals et acid test. d’autres petits malins ont commencé à trafiquer la molécule en changeant les catalyseurs (speed, methidrine strychnine), rendant l’acide nettement moins performant et beaucoup plus lourd quand aux effets secondaires (descentes chaotiques, malaise existentiel etc) (la même différence entre une piquette sulfitée issue des divers pays de la CEE et un clos Vougeot


  • #1969022

    le gauchisme, d’inspiration marxiste-léniniste.



    Là, il y a exagération, le gauchisme n’a rien à voir avec le marxisme ou le léninisme. C’est plutôt une idéologie petite bourgeoise dont le seul but était de détruire la gauche. D’ailleurs, c’est une idéologie ultra libérale et elle le reste, car tous ses combats sont des faux. Elle est ce qui est l’islamisme à l’islam.


  • #1969078

    La vie d´Aleister Crowley 1875-1947, très peue connu en France apparrement est forte intéressante ; pas tant en elle-même car elle ne montre qu´une suite de dingueries ésotériques réalisées par un riche orphelin ; mais par son héritage inattendu.

    On comprend que tous les mouvements gauchistes-hippies, ou libéral-libertaire ont été, pas forcement conscienmment, influencés par ce satanisme, comme quelque-chose de diffus et de doux avec plein de couleur LSD, et de plaisir, sexuels et les drogues. Je suis pas sûr que les Beatles, les Stones ou Hendrix avaient du satanisme en eux, mais cette gloire inattendue qui leur est tombé dessus, leur a fait faire des choses qu´ils ne maîtrisaient pas. Mais que d´autres maîtrisaient sûrement três bien.
    Cette diffusion lente et très douce du satanisme s´est´institutionnalisée en 2018, des fonctionnaires qui enseignent la théorie du genre, la lutte contre l´homophobie décrétée comme cause nationale, le LGBT, l´aide aux migrants...

    Le satanisme s´accomplit avec le sourire, lentement, par la propagande et la lobotomisation.

    Encore une fois, un documentaire fasciste révisionniste qui donne la part belle à Mussolini et Hitler.


  • #1969097

    Je pense que ce que l’on a perdu de vue et qu’il est essentiel de souligner, c’est que Crowley était l’enfant d’intégristes bigots et puritains. Le même genre d’intégristes bigots et puritains qui sont à l’origine de la tragédie des "sorcières de Salem". Voilà ce que sont les fruits de la bigoterie et du puritanisme : Le désastre absolu !

     

    • #1969259
      le 20/05/2018 par Michelly58
      Les sources véritables de la contre-culture

      Raison pour laquelle la société américaine est aussi faux-cul et dégénéré. Sans compter le désastre qu’est le protestantisme.


  • #1969124

    Le titre de l’article c’est "Les sources véritables de la contre-culture" et moi j’y ai lu "Les sources véritables de Kontre-Kulture". Sacrée association d’idées, hein ? C’est pas grave docteur ? ;)

     

  • #1969130

    "Passe passe le oinj’, y a du monde sur la corde à linge !" N.T.M.

     

    • #1969553

      NTM, les mêmes qui ont fait un morceau dont le titre est « Laisse pas traîner ton fils » ! Entre les deux, ils ont dû avoir des fils qui se sont sérieusement touchés. Toute la cohérence du Rap résumée. Mais bon, ce n’est pas vraiment le sujet.


  • #1969138

    Je me bidonne avec les satanistes (ou quelque soit le nom ridicule qu’ils se donnent) qui font des petites choses mystérieuses en cachette pour se rendre intéressant. Quand je pense aux grandes civilisations d’autrefois qui faisaient des sacrifices humains à tour et de bras ou bien crucifiaient des bonhommes sur des kilomètres, là c’était du sérieux...

     

    • #1969502

      C’est que la loi,dans le monde,en général,l’interdit....C’est pourquoi,les grands sacrifices humains se font par procuration (qu’on appelle,parfois,dommages collatéraux ou simplement "sorry")


  • #1969184

    La tentation du bonheur ou le bonheur de la tentation (Hubert-Félix Thiéfaine)
    Quant à la dernière balise...


  • #1969266
    le 20/05/2018 par jacquedechante
    Les sources véritables de la contre-culture

    Associer The beatles et Crowley, c’est un peu comme associer une cuillère et une dose d’héro. Jimmy, brillant guitariste, n’avait pas besoin du LSD et de l’héro de la société du spectacle. Idem pour tous les grands artistes, morts OU PAS ! : Même sans la came, et surtout ! ils avaient OU ONT du génie, bien sot celui qui pense qu’un trip donne du génie ! Chopin sous extasy, liszt sous champi ou Beethoven sous kétamine : va lire le programme de Mélenchon II avec ça en fond toi et sans te dire que ce génie là est la solution à tous les problèmes de l’humanité !
    La drogue crée un espace, c’est vrai, mais qu’elle a rongée à la concentration , à la pensée maitrisée qui maitrise elle-même l’acte dans le présent de la création ! TV LSD même combat ! C’est le Charme de l’existence qui a disparu. La drogue fracasse le génie, elle le dissolve ! elle l’atomise, et l’assure d’un advenir dans la liquéfaction de son étalement artistique qui inonde l’espace et le temps, comme l’eau inonde ce qui n’est pas en mesure de la maitriser !!! Boomm hirochimesque ! C’est spectaculaire ! Ca n’éduque pas un gosse ou mal, et le drogué en est un ! Ca le fantasme en nécrose névrotique ! Paumés ! Pu... le nombre de paumés !! C’est une paumerie !!!!
    Redbull sponsoriserait un sportif, tout le monde en boirait... Du bon sucre de merde... mais sucré alors ça va, c’est doux, c’est booooooonnnn.... Des gosses.
    "Le LSD est la solution aux problèmes de l’humanité ! "
    "Prenez une pilule ( de soma), puis bientôt une deuxième... vous verrez... vous vous sentirez mieux..." Certains reconnaitront.

    "Ah bon ? Cool !!! A défaut d’Etre je vais me taper une bonne hyperthermie !
    - Il te reste un peu de vomis aux coins des lèvres Jeanne... Mais c’est rien, ton corps rejette un peu, c’est normal."
    Note : quand le corps inverse son processus de digestion, c’est qu’il a un excès de tanins ou de quelconques toxiques... ou le corps est enceint (Signe : rare).

    Pars en voyage au Péru gouter aux lumières de l’Ayahuesca, tu reviendras avec ses ombres... La dialectique de la drogue.

    Note : the yellow submarine, y a une affiche avec Crowley dessus. Un bon rassemblement de neuneu psychédéliqués en costume de noce. Pas la peine de revêtir un habit de pingouin pour comprendre qu’une intelligence supérieure existe.

    Ignorance et Orgueil.
    io ! ou oï ! au choix. Wahou...

     

    • #1969470

      @jacquedechante

      Le LSD, comme tous les hallucinogènes, n’est pas une drogue à proprement parler, et bien qu’il soit le plus puissant d’entre-eux. pas de dépendance, pas de tolérance, pas de dose mortelle, et selon Albert Hoffmann et Aldous Huxley * , très très faiblement neurotoxique.

      Avec ce truc, c’est la roulette russe puissance 10, il y a autant d’impacts que d’individualités, c’est très simple, soit tu deviens un sous-homme (majorité) , soit tu deviens un sur-homme (minorité) , mort ou vif, hyper normé ou hyper créatif (banco).

      Voilà pourquoi l’acid test global n’est pas un hasardeux fiasco, que le LSD est en effet étroitement lié à la TV (hippie 60’s) et encore plus à internet (techno 90’s), en gros, un réseau mondial de systèmes ouverts biologiques interconnectés (!)

      Ceci explique pourquoi les blockbusters ont d’autant de succès qu’ils sont les plus abominablement politisés....
      et que les films les plus géniaux sont inconnus de la masse (Tideland, Apnée par ex).

      *Je voudrais encore attirer votre attention (à tous) sur l’évidence même que tous les artifices modernes de la servitude sont l’oeuvre d’européens et seulement d’européens (usa compris), et que c’est à l’Europe que ça profite plus que jamais (source OMC).... quoique vous en pensiez parce qu’on vous l’a dit à la TV... souvent pétés d’ailleurs, toujours impressionnés ;-)

      Paix et Harmonie


    • #1970280
      le 21/05/2018 par jacquedechante
      Les sources véritables de la contre-culture

      Tideland est très bon en effet. Mais cela ne remplace pas Taxidermie que je trouve vraiment génial (je ne compare pas, j’y pense seulement).

      Taxidermie est vraiment un voyage qui mérite d’être vu plusieurs fois, afin d’aller au delà du propos et de l’action. Parce que comme tous les chefs d’oeuvre : tout y est.
      Je crois que beaucoup de gens passent à coté de ce film, en restant dans l’écume des choses de ce qui est montré.

      Et justement, c’est pour moi ce qui qualifie, parce qu’il est l’essence même, l’Art.

      L’asservissement, le rapport à la femme, l’art, le travail, le divertissement, la TV, la richesse et la pauvreté, l’humilité maladive, l’orgueil maladif, le militantisme, le lâcher-prise, la dévotion, le rapport père-fils, le rapport Homme-animal, la solitude, la jeunesse, l’opération sur le bébé (queue coupée), mais aussi, le rapport à la nourriture, la compétition, la jalousie, l’envie, la mort, la vie, les étoiles, la pudeur, le sacrifice, la gloire... La fin.

      Voyez comme il y a énormément de choses à voir dans ce film.

      J’espère que j’aurais su donner l’envie de le voir ou de le revoir.

      A+


    • #1970573
      le 22/05/2018 par Antipocrite
      Les sources véritables de la contre-culture

      Que penser des titres "Purple Haze" et "Lucie in the Sky with Diamond" Jacqueadit ? D’ou vient leur inspiration pour ces titres puisque vous semblez bien connaitre ces personnes ?

      Au passage c’est Jimi hendrix non pas Jimmy. Désolé, mais en tant que fervant admirateur de sa musique, ça m’écorche les yeux.


    • #1970653
      le 22/05/2018 par jacquedéchante
      Les sources véritables de la contre-culture

      Bonjour Antipocrate,

      Lucy est lysergique...

      Et le jean levi est un mode vie. Qu’en penser ? Pensez-en ce que vous voulez.


    • #1970663
      le 22/05/2018 par jacquedechante
      Les sources véritables de la contre-culture

      Luci prend un E, je ne voudrais pas vous écorcher les yeux ! En même temps luci n’est pas une femme. Alors pour le i grec...

      Bonne journée Anti’.


    • #1970976

      @jacquedechante

      Taxidermie ne m’a laissé aucun souvenir, ma mémoire est très efficacement sélective.

      Selon mon humble avis (incontestablement ;), le plus puissant et irremplaçable de toute l’Histoire de l’Art était Caravage, souvent imité, jamais égalé, ni techniquement, ni symboliquement, ce qui explique pourquoi le Vatican l’en a effacé durant près de 400ans.

      https://get.pxhere.com/photo/horse-...

      https://i.pinimg.com/originals/fa/5...


    • #1971429
      le 23/05/2018 par jacquedechante
      Les sources véritables de la contre-culture

      La question n’est pas de savoir si le film Taxidermie est, oui ou non, un bon film, comme la question n’est pas de savoir si des exécutions de civils par des militaires font ou non partie de l’Art.

      Ce film prévient de l’horreur qui est ( temps long), les vidéos de massacres présentent ce qui vient d’être avenu (faits de l’instant). Or, aux yeux de la loi, ces massacres sont non avenus, comme s’il n’existaient pas vraiment en tant que Vérité pure.

      Le meilleur des mondes taira toujours ce qui lui nuit, or, le tableau du moyen-orient ne laisse, dans la plupart des têtes occupées du monde de la multitude, aucun souvenir ou, des souvenirs biaisés.

      Méfiez-vous.

      Le sage ne se trouve aucune qualité parce qu’il n’en a aucune ; ce qui lui permet de les avoir toutes.
      Celui qui dit être humble ne l’est donc aucunement.

      Comme plus haut, au sujet de Jimi Hendrix : la question n’est pas de savoir si sa musique est bonne, mais si cela valait la peine qu’il meure toujours un peu plus au fil de ses spectacles. Si la question n’est pas posée, nous sommes donc en pleine idôlatrie, celle de l’ignorance veule, ou de la plus crétine mauvaise foi, où des fans amoureux regrettent sa mort pour que le spectacle de son naufrage eut été plus délectable encore en étant plus long.

      Personnellement, il m’aura fallu trois lectures de Debord, entrecoupées d’autres textes et d’autres auteurs, pour comprendre réellement son propos : la première ne m’ayant laissé que des souvenirs confus au niveau de la compréhension.

      Le dernier arrivé dans l’Histoire est souvent le premier a revendiquer son meilleur discernement puisqu’il en est le dernier produit. Par exemple, Israel est le dernier produit de l’histoire, et revendique sa paternité de tous les autres pays. C’est un fait, et comme un enfant un peu trop (beaucoup trop) sûr de lui, il devrait être remis à sa juste place mais, si la justice lui donne raison, à cet enfant, l’ordre divin n’est plus respecté, et l’ordre des Hommes manipule la vérité selon ses envies.

      Les boeufs et les chevaux ont quatre pattes : voilà l’ordre divin ;
      Mettre un anneau dans le nez du taureau, voilà l’ordre humain
      selon Tchouang-Tseu

      Convenez que cela laisse la justice en position d’être l’injustice même : une inversion des valeurs.

      Quelle est l’antithèse du film Taxidermie ? Le film Into The Wild. Tout est dans ces deux titres mêmes.
      Réfléchissez-y : aux titres.

      Bien à vous


  • #1969319

    Il serait tant de différencier les différents types d’occultisme et de kabbale. Toute la science dite ésotérique ne se limite pas à des Aleister Crowley, des Anton Lavey... ou toutes sortes d’adeptes de la magie noire qui vise à déstructurer l’humain, à édifier un égo surdimensionné, à contrôler les autres pour son propre désir... Il y a aussi toute une frange des sciences occultes qui va dans l’autre sens, comme avec, par exemple, Rudolf Steiner, Peter Deunov, O. Mikhaël Aïvanhov... pour parler d’exemple assez récents. Ils sont tournés vers la construction d’un homme plus sain, sage, équilibré, et vers l’amour. Les choses ne sont pas si simples et binaires, occultisme et kabbale ne sont pas toujours synonymes de dégénérescence, ni de mal absolu.

     

    • #1969713

      N’oublie pas Bernard de Montréal...des fois je me dis que je suis le seul en europe, usa compris, à connaître l’oeuvre de cet homme...en tout cas, ça fait plaisir de lire un commentaire qui n’associe pas l’occultisme au mal absolu pour une foi... bien que le mal absolu ait sa raison d’être et ait été la principale source d’évolution humaine, étant la chose qu’il faut amander en soit, intégrer, plutôt que la combattre...
      Le règne du mal s’achève actuellement sur Terre, sera ce par une guerre planétaire ? Ou par une prise de conscience des dirigeants du monde ?
      Personnellement je ne crois pas à Terminator et autres Planètes des singes...ni en Armageddon et antechrist, du moins comme abordés dans les textes religieux...textes religieux qui ne sont que des fragments d’un savoir, du coup, occulte pour les croyants, et ce, de n’importe quelle tradition théiste, mono comme poly (mono poly, c’est lol ça), savoir qui aura été morcelé à dessin afin de laisser l’humanité développer son intelligence jusqu’à admettre, comprendre, que la réalité de la Vie est autre que ce que l’oeil peut voir, l’oreille entendre, et ainsi de suite...
      L’humanité, par la souffrance causée par le mal, en arrivera à conquérir sa liberté mentale, loin des dogmes et des obligations de pensée... c’est d’ailleur ce que prône le satanisme, quand il est bien compris : envoyer chier la religion, qui n’est qu’hérésie pour le cosmos, si tant est qu’il ait quelque chose à foutre de ça...une chose est sûre : l’humanité amorce une courbe ascendante vers l’état d’homanité...wallah ! Ci sûr...


  • #1969408

    Bon je reviens a la charge......je suis d’accord avec l’idée que des glandeurs snobs citaient crowley.....Mais l’arrière plan est plutot sinistre.les stones fréquentaient kenneth anger.le meme qui avec kinsey s’est retrouvé a cefalu en sicile pour mettre a jour des peintures de de crowley cachées sous de platre.Si vous etes des fidèles de ce site,je n’ai pas besoin d’expliquer qui était kinsey.Anita pallenberg a trempée son écharpe dans le sang d’un homme mort dans un accident en france.keith richards en a flippé.Quand a bowie,je le repete ses textes fourmillent d’allusions suspectes.Dans station to station outre le fait qu’il cite la kabbale et ses séphiroths,il parle de "white stains",le sperme mais aussi le titre d’un bouquin de crowley.L’ésoterisme nazi le fascinait.voila.Si vous voulez en savoir plus je vous conseille de consulter bowie,the laughing gnostic.Une derniere pour la route,lorsque dans son dernier clip bowie pose son doigt sur la bouche comme pour dire chut,c’est aussi le meme signe que fait horus "harpoocrate" vénéré par crowley

     

    • #1969550

      Après avoir arrêté Bowie en possession d’une bibliothèque portative qui l’accompagnait souvent (et dans laquelle figurait je crois entre autre Mein Kampf), je ne sais plus quel tabloïd anglais le prit en photo à la gare de Victoria lors de son retour en Angleterre après de longues années d’absence, photo prise de telle sorte que son bras en l’air pour saluer la foule qui l’attendait laissait suggérer un salut ... nazi !
      Ça fait discuter et ça fait aussi vendre.
      On pourrait aussi parler de tous les albums, morceaux et clips où tous les éléments sur lesquels vous focalisez sont totalement absents. Faut croire qu’il n’en était pas obsédé a priori. La plupart des grands et vrais artistes, de par leur caractère hors du commun, déclenchent aussi beaucoup de fantasmes. Personnellement, je préfère juger les œuvres artistiques et cette époque en a produit beaucoup, en cinéma mais surtout en musique. Et l’on ne fait pas des œuvres intéressantes seulement avec des références de dessins animés :-) Quoique Bowie cite Mickey Mouse sur Life On Mars (Mickey Mouse has grown up a cow), ce qui cache sûrement quelque chose ! Je plaisante. Faut savoir quand même que Bowie a failli perdre la vie de par sa consommation énorme de cocaïne, à tel point qu’il se fit même greffer du cartilage tant son nez était ravagé. A une époque, il le dit lui-même, il ne touchait pas terre, sachant qu’en plus ça ne l’a pas empêché de produire en une dizaine d’années (disons de 69 à 80) une œuvre phénoménale.


  • #1969664

    Face à lautréamont tous ces artistes sont des enfants de chœur


  • #1969688

    Satan a bon dos

     

    • #1969701

      Les individus et les peuples aussi du coup... c’est un peu le concept


    • #1970085
      le 21/05/2018 par Antipocrite
      Les sources véritables de la contre-culture

      Le complotisme aussi a bon dos, ça dépend du point de vue...


    • #1970541

      @Ed
      Pardon, mais je ne cerne pas le rapport


    • #1970902

      @Émile

      Le rapport entre eux, c’est que c’est toujours l’Individu qui est sur la sellette, jamais le Système qui, ça tombe super bien, les a tous théorisés, produits et appliqués (racisme, égalité, démocratie, libéralisme)..
      D’où la notion de "complot" très à la mode, habilement associée à la pathologie mentale (parano, psychotique, psychopathe etc)... , vous, moi .. le Mal quoi ! Et qui dit maux, dit remèdes ...

      Bref, comment produire une critique non radicale d’un Système radical ?


  • #1971307

    Je possède depuis quelques années une traduction en français de The Making of a Counter Culture (Theodore Roszak, États-Unis, 1969). Mon exemplaire en français est le suivant : Vers une contre-culture (1970, Éditions Stock, traduit en français par Claude Elsen).

    J’ai une liste interminable de lectures en projet et je ne lirai pas ce livre avant longtemps. Quelqu’un ici aurait lu le bouquin et pourrait, si ce n’est pas trop demander, m’en donner un avis, voire même m’en faire une petite recension ? Par avance, merci.

     

    • #1974382

      Bon, j’ai pris le temps de lire l’introduction et les premières pages du premier chapitre.

      L’auteur, Theodore Roszak, annonce la couleur depuis le début : il est non seulement dès 1968 pour quelques uns des mouvements de la contre-culture mais en plus il affirme que c’est cette même jeunesse qui y participe qui est en mesure de créer un monde vivable à l’avenir. Alors que nous savons en 2018 ce qu’ont réellement donné tous ces mouvements de la contre-culture, j’en conclue que Roszak est, à la fin des années 1960, soit un naïf de plus, victime de l’actualité de son temps, soit un gros tordu qui ne dévoile pas tout ce qu’il sait. Son livre est certainement très intéressant en tant que document d’époque et en tant que référence pour ce qui est de quelques données objectivement vérifiables. Je le lirai peut-être un jour mais je n’ai plus de préjugé favorable à son sujet.


Commentaires suivants