Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les tops et les flops du cinéma français en 2012

Dans une tribune controversée, le producteur Vincent Maraval affirmait que 2012 avait été une année catastrophique pour le cinéma français. Selon lui, les films à gros budgets, plombés par des cachets de stars mirifiques, étaient tous déficitaires.

Pour en avoir le coeur net, BFM Business a voulu évaluer la rentabilité de tous les films français de l’année. Pour cela, nous avons comparé leur budget à leurs recettes estimées (cf. méthodologie ci-dessous).

Selon ces calculs, pas moins de 25 films sortis en 2012 étaient dotés d’un budget supérieur à 10 millions d’euros. Surtout, seulement 11 films au total seraient rentables, soit 9% des sorties de l’année.

Si l’on inclut les 6 films quasiment à l’équilibre (rentabilité comprise entre 90% et 100%), on arrive à 17 films, soit 14%. Soit des taux comparables aux études réalisées par le passé sur le sujet, qui estimaient que seulement 12% à 17% des films produits étaient rentables. Passage en revue des tops et des flops de l’année passée.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

Les oeuvres de fiction de qualité, c’est chez Kontre Kulture !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #342411

    mais ils s en temponnent tous....c est comme pour les cerealiers, edf,la presse etcetc...

    tous subventioonneeeeeeeeeees ! ! ! ! ! avec du pognon public et avant quoi que ce soit avant meme d avoir bossé ou essayé...si tant es que cest un boulot...

    CE SONT DES FONCTIONCTIONAIRES DU SPECTACLE et ca c est pas intermittant...pas de rendement, pâs de travail dd ebase, pas de résultats..et que des avantages acquits


  • #342477
    le 27/02/2013 par matrix le gaulois
    Les tops et les flops du cinéma français en 2012

    Ho putain ! On va avoir droit à 2 autres épisodes ciné des Caïerats.


  • Ah, ah. Je suis tellement déconnecté de ce monde que plus de la moitié des films cités ne me parlent pas.

    Tous ces millions perdus à produire des films sans public...

     

    • #342893

      J’en ai vu zéro. Le pire c’est que je m’en fout. Est-ce que tous ces cinéastes qui ont pignon sur rue se rendent compte qu’il y a des tas de gens qui en ont rien à battre de leurs pitreries ?


  • #342632

    Les tops et les flops ne se distinguent même pas par la qualité. Des nanars produits par des rejetons d’HEC !!!
    Gérard Lanvin voit juste quand il dit que si le salaire actuel d’un scénariste avait été pratiqué à son époque, Michel Audiard serait resté dans l’anonymat.
    Bref, c’est devenu un métier de loosers et d’incapables qui misent sur des crétins sans talent, sortis d’émissions de merdias et surpayés au prétexte du (mini) bankable ...
    De la déculturation de masse qui tente de rapporter à des gagne petit !
    Un film ne devrait être rentable qu’à partir de 1000 % mais pour çà, faut bosser une bonne histoire !
    Merde ! Qu’espérer de p’tits péteux bercés par goldorak ?


  • #342721

    C’est une mafia sioniste comme les autres, qui s’enrichit avec impudence avec l’argent du contribuable . Ils ne volent pas plus que les "députés" et il leur arrive parfois d’etre droles .

     

    • #343162

      - Mafia c’est le mot exact !

      "L’élève Ducobu" avec Seimoun et le nouveau "Boule & Bill"

      Le principal critique de cinéma belge à propos des ces daubes tirées des BD :

      " c’est la catastrophe ! ces "fims" faits par des gens SANS SCRUPULES "...


  • #342781

    Yvan Attal apparaissant 2 fois dans les films les moins rentables, ça se savoure.

    Si je comprends bien, la "bankability" de certains acteurs burkinabés, en partie mesurée par les cachets perçus pourrait être stimulée ou maintenue artificiellement par certains généreux producteurs... burkinabés !

    Mais finalement, c’est à n’y rien comprendre ! Ne s’agirait-il que d’une simple redistribution d’argent au sein de la communauté ?

    Le cas de cet ineffable crétin de Michael (Bena)Youn est assez révélateur également : aucun talent, le mec devient acteur dans des films qui ne marchent pas, puis grâce à son "succès", réalisateur de films du même genre. Et plus c’est nul et moins ça marche, et plus il fait de films. Au secours !


  • #342886

    Je suis le seul à ne plus supporter le cinéma "français" ? Idéologie gauchisto-franc-maçonne, scénario dégoulinant de mièvrerie, vulgarité, stupidité, les acteurs surtout quand ils sont jeunes ont tous ce stupide accent de racailles de cité...et le truc le plus agaçant c’est qu’en musique de font on nous met systématiquement des chansons puériles en anglais ! Je préfère largement une bonne daube américaine !
    Il semblerait qu’il reste les québécois qui font encore du cinéma français même si leur production tout comme en France sont en général fortement imprégné de l’idéologie dominante. Hier j’ai maté le film québécois "Tout ce que tu possèdes" et je l’ai trouvé pas mal.

     

  • #342892
    le 28/02/2013 par Thémistoclès
    Les tops et les flops du cinéma français en 2012

    Pas besoin de lancer des appels au BOYCOTT,

    les cinéphiles français en ont soupé de cette contre-culture qui a aussi envahi la télé et les journaux ... avec le succès que l’on connait ! ! !

    Et ce n’est pas fini.


  • Il faudrait cesser de subventionner ces cinéastes gauchistes de mes deux, on entendrait plus parler d’eux et de leurs petits films bobo-psychologistes pourris comme ça.


  • #342929

    Le cinéma français subit un effondrement culturel dû à certaines manœuvres avides absorbants le fameux Fonds de Soutien, crée en 1947 par Vincent Maraval, pour faire repartir l’industrie suite à l’occupation allemande. Ce Fonds mutualise 11% des revenus qu’engrange les exploitants cinématographiques pour les réinjecter dans l’économie du cinéma national (à savoir production-distribution-exploitation). L’embargo Allemand anéanti, une avalanche de films américains dévaste (culturellement) notre cinéma national. De ce fait, ce marché trans-atlantique enlisent les 11% et fait grandement profiter notre industrie, notemment depuis "Autant en emporte le vent", mais bientôt le marché yankee. Sachant qu’entre temps, la guerre a détruis de nombreux établissements cinématographiques français et l’Allemagne avec (soit une partie du marché Européen en somme).
    Le star-système Hollywoodien et les multi-complexes (UGC, Pathé/Gaumont, CGR,...) viendront, par la suite, enliser le cinéma indépendant.

    Et pour information complémentaire la répartition du budget d’un film français, réalisé par Pascal Chaumeil, pour mieux comprendre le mécanisme.

    * Un plan parfait ou presque...
    Coût total : 26 269 541 euros

    *Salaires des rôles principaux (Diane Krüger et Dany Boon) : 5 900 000 euros
    *Salaires des rôles secondaires : 700 000 euros
    *Moyens techniques, décors, costumes, etc. : 8 500 00 euros
    *Équipe technique, réalisateur : 325 000 euros
    *Droit d’auteur : 216 000 euros
    *Producteur : 947 000 euros
    *Charges sociales : 2 748 856 euros

    *Résultat d’exploitation : 1 183 276 entrées à 7 euros (prix moyen), soit 8 400 00 euros
    *Fonds de soutien à retirer du résultat brut : 900 000 euros
    *Part du distributeur : 3 500 000 euros sur laquelle est rémunérée en partie le producteur

    On comprend alors que même avec de multiples passages à la télé, il sera difficile d’amortir ce film censé être l’affaire du siècle.


  • Et pendant ce temps là, "l’antisémite" caracole en tête au box office iranien...
    Sorti en salle et c’était le renouveau du cinéma français, les récompenses internationales et tout et tout...
    Bien fait pour leur gueule !!!


  • Vous devriez regarder le film "les Kaïra" avant de vous prononcer.
    Il est loin de faire l’apologie des racailles (les kaira sont 3 branleurs totalement devirilisés et ridicules, en decalage total avec le monde exterieur), il y a une sequence dans laquelle Elie Semoun joue son propre role de "star" et s’auto-quenellise (et c’est tout à son honneur), avec Paris).
    Mais surtout le succes du film est selon moi une quenelle à l’industrie du cinéma en France, le realisateur/acteur est à priori un self made man, il n’a fait aucune ecole et n’appartient au depart à aucune clique privilégiée (c’est ce que j’ai cru comprendre en survolant les parcours mais tout cela merite un approfondissement).
    D’ailleurs j’aimerais beaucoup savoir ce que Soral pense du film, et comment il l’analyse.

     

    • #343363
      le 28/02/2013 par Gacy’s rope trick
      Les tops et les flops du cinéma français en 2012

      Je l’ai vu (acheté en blu-ray, revendu 2 jours après, 1 visionnage et demi), sociologiquement, ce n’est pas crédible, d’ailleurs ça ne prétend probablement pas l’être, tous les personnages sont assez caricaturaux et sans vraiment de profondeur, le producteur de porno interprété par Damiens relève le niveau dans sa séquence, qui avait d’ailleurs été celle choisie pour la promo. Katsuni est crédible dans un rôle de potiche, elle dégage un certain magnétisme, mais c’est réducteur.
      Au niveau cinéma, c’est très à la traîne de ce que ça semble ambitionner, les comédies américaines, ex. à la Ben Stiller, pour faire court. La faute à des scènes trop morcelées entre elles, donnant un rythme poussif à l’ensemble.
      Plutôt qu’une comédie familiale qu’ils ne savent pas faire, il aurait peut-être fallu s’orienter vers de l’humour noir, "décalé", mais ça non plus ne peut se faire sans capacités réelles dans le domaine. Le sujet, kaïras- losers- déclassés- porno- survie en milieu urbain, s’y serait pourtant bien prêté.
      Gastambide n’est sans doute pas un mauvais bougre, et l’équipe a l’air sympathique, mais n’arrivent jamais à échapper à la "culture" télé-médias de leurs générations françaises. Ils n’ont pas regardé du bon côté de l’Outre-Atlantique... Gregg Araki, Kevin Smith, Terry Zwigoff...


  • Que ça ne marche pas trop n’est pas leur problème du moment qu’il y a toujours une frange de la population qui est prête à payer pour voir de la propagande.
    Cette intervention de Mr Toscan du Plantier est très instructive sur la raison d’être du cinéma : http://www.dailymotion.com/video/xn...

     

    • #343267

      Les budgets des films americain sont incroyables ! D’ou vient cette montagne d’argent pour faire de la propagande risibles comme "Batman/Black Knight" (toute l’ostie de serie interminable) ? Je croyais que les USSA etaient en faillite ?

      Et ces ignoble gens paient pour voire toutes ces saloperies de "big budget" films sans se poser de questions.

      Tandis qu’il aura min. 60,000 Drones pour les epier volent au dessus de leurs tetes et leurs militaires continu d’invahir la planete.

      Les americains sont les gens les plus imbeciles et dangereux sur terre.


  • 260 films produits par an.

    Quelque soit son opinion, c’est beaucoup trop par rapport à la taille du marché disponible pour le cinéma français, qui s’exporte très mal (joies de l’exception culturelle, quand les films de Renoir faisaient le tour du monde et étaient diffusés dans les salles américaines).

    Il faudrait théoriquement en produire une petite centaine par an, en professionnalisant la filière et en remettant le scénario au coeur du système, c’est à dire rompre une bonne fois pour toutes avec la politique désuète du cinéma d’auteur qui ne produit plus que des premiers films indigents et des oeuvres complaisantes... sauf pour la petite caste qui en vit.

    Un type comme Chabrol a pu capter des financements pendant des décennies pour produire, inlassablement, le même film, en exerçant par ailleurs un contrôle total sur le scénario. Et il est loin d’être le seul à avoir joui d’une rente financière au nom de la défense du "cinéma d’auteur". Les mecs peuvent enchaîner bides sur bides tout en se ménageant des années confortables de "prise de recul" durant lesquelles pépère pourra se retirer de la vie active afin de "méditer" son prochain film.
    On est en tout cas vraiment très loin de la vie de bohème et de l’incertitude liée au métier d’artiste...

    A Hollywood, on réécrit 10 fois un film en 3 mois ; en France, un réalisateur qui acceptera de revoir sa copie deux fois est déjà un artiste compromis.

    Le pire c’est que toutes ces merdes subventionnées justifient l’existence parallèle d’un cinéma dit "populaire" qui n’est en réalité qu’une machine à cash conçue dans le but délibéré d’équilibrer le système et qui donc, chaque année, nous apporte sa livrée de grosses comédies franchouillardes toujours plus indigentes mettant à l’affiche les comiques à la mode (Debbouze, Dubosc). Moins les films "d’auteur" rencontrent le public, plus les films commerciaux doivent être calibrés afin de capter le public le plus large et faire rentrer du pognon dans les caisses et ce, dans le but de maintenir l’illusion de la rentabilité du système ("le cinéma français se porte très bien"). Le métier de comique est d’ailleurs devenu une formation qualifiante pour prétendre écrire et réaliser des films.

    Le cinéma commercial américain, souvent propagandaire, est en réalité beaucoup plus intéressant, car ancré dans le monde contemporain et dans les mythes qui structurent l’identité américaine.


  • Ah ! bon sang que ça fait du bien qu’ils s’en prennent plein la gueule,ces pseudos acteurs sans aucun talent.Je boude pas mon plaisir devant un tel fiasco.La nullité des films "français"(et américains aussi) est flagrante.

    Mais qu’il est loin le temps des De funes,Bourvil,Belmondo,Delon,Gabin,Richard,Depardieu,Mondy,Serrault,Po iret,Lefèvre,Galabru,Fernandel,Maccione,Blier....
    C’était le bon vieux cinéma français,excellent et sans prétention.

    Nous subissons par ailleurs beaucoup trop la dictature sioniste en matière culturelle avec le déferlement de films,series et émissions américaines et "française".
    Pourquoi ne peut-on pas voir de productions venant de Bollywood,de Turquie,de Russie,de Belgique,d’Allemagne,d’Italie et surtout de vrais productions française.


  • #343361

    Plus de films français engagés ( contrairement au cinéma anglais qui traite souvent de problèmes de chômage, précarité..et cela avec humour !) ; qui plus est, les actuels "acteurs" français sont souvent des pistonnés : enfants d’acteur ou de producteur, star d’émissions télévisées débiles au plus haut point, chanteurs...


  • Je crois que vous ne comprenez pas. Les resultats ils s’en fichent car ils sont subventionnes ! Quoi qu’il arrive, ils nous taxent et ils se distribuent l’argent. Ils ne seront jamais perdant meme si on boycott leur produits... et ce, dans tout les domaines d’activites. Le systeme est cadenasse depuis longtemps.
    Un autre exemple pour vous montrer qu’ils retombent toujours sur leurs pattes. Apres le crash de rio, air france etait boude par une partie de la population. Leur comptoir a tokyo etait completement vide. Mais quand vous achetiez un billet d’une compagnie coreene en ligne pour paris avec une escale a seoul et bien la partie seoul paris etait un share code non annonce avec air france.
    La secu est juste un systeme pour nous prendre de l’argent. Ainsi, avec ce systeme a la base vertueux ils controlent la medecine et s’en mettent plein les poches ! Si ils acceptent autant de derivent dans ce domaine, c’est parce qu’ils en tire un max de benefices.
    Juste pour illustrer l’intelligence de nos elites et le fait qu’ils retomberont toujours sur leurs pieds. Ils nous prelevent de force et sont justes des fonctionnaires.
    Donc tout ces resultats ne les affectent en rien.


Afficher les commentaires suivants