Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les usages de la qualification de crime de guerre dans le contexte syrien

Pour E&R par Damien Viguier, avocat à la cour et docteur en droit

La question se pose de savoir si l’on peut, pour qualifier les crimes et délits commis en Syrie par les prétendus rebelles et leurs complices, parler de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité.

 

La plainte déposée le 27 novembre contre Laurent Fabius par Mme Al-Kassem et MM. Al-Ibrahim et Salim écarte résolument une telle qualification. De ces notions, par ailleurs, les ennemis (non-officiellement déclarés comme tels) de la Syrie se servent à l’encontre du chef de l’État syrien. Encore tout récemment, le 2 décembre 2013, un haut commissaire de l’ONU a parlé de cela.

Malheureusement, toutes ces notions sont devenues difficiles à distinguer, et, dans le contexte actuel, extrêmement dangereuses à manipuler. Les qualifications de crime de guerre, de crime contre l’humanité et de crime contre la paix sont devenues ce que nous appellerons des armes de destruction psychologique massive. Si l’on veut y voir un peu plus clair, il est impératif de commencer par clairement distinguer ce qu’étaient ces notions dans le cadre du droit international européen classique, grosso modo depuis la Renaissance jusqu’en 1917, ce qui nous permettra, dans un second temps, de comprendre ce qu’elle sont devenues, avant que d’envisager enfin l’usage qui en est fait dans le cas syrien.

 

Le crime de guerre du XVIème au XIXème siècles

Il convient traditionnellement de distinguer le jus ad bellum (le droit de faire la guerre) du jus in bello (les lois et coutumes applicables dans la manière dont on fait la guerre). Sortie d’antiques et venimeuses querelles sur la guerre juste, la doctrine juridique européenne avait fini par réserver le jus belli (le droit de faire la guerre) à l’État, c’est-à-dire au souverain (cf. Bodin, Grotius, Pufendorf). Était juste, à l’exclusion de toute autre, la guerre qu’un État déclarait à un autre État.

La difficulté demeurait, au sein même de cet ordre international (sans donc parler du danger né de la présence, latente puis offensive, d’un potentiel retour au désordre international) de désigner et de reconnaître le souverain, particulièrement en cas de guerre civile conduisant à une scission, l’institution de la reconnaissance d’un nouvel État, par un État neutre, parfaitement tiers au conflit, visant à sortir de ce genre de crise. Difficulté, de même, pour les conflits coloniaux, seules les nations parties au concert européen pouvant à l’époque prétendre à un État.

Ceci étant noté, dans le cadre de ce jus belli étatique, toutes actions hostiles qui ne pouvaient se prétendre du commandement de l’autorité légitime relevaient donc du brigandage et de la police intérieure de l’un ou l’autre État belligérant. Toute armée qui ne relevait pas d’un État versait dans l’illégalité.

C’est ainsi que se trouvait enfin réglée la grande question du jus in bello. Depuis les Grecs, depuis Antigone, qui malgré la guerre voulait accomplir les rites sacrés sur le cadavre de son frère et qui bravait l’ordre de Créon de le laisser en pâture aux chiens et aux rapaces, l’Europe cherchait à limiter l’horreur de la guerre, à en protéger les populations civiles d’abord, les enfants, les femmes, les vieillards ; elle cherchait même, ensuite, à relativiser l’hostilité en épargnant le militaire prisonnier, blessé ou malade, qui a cessé de combattre.

Le droit classique parvint à instituer ces principes sous l’appellation de « Lois et coutumes de la guerre ». Et avec la notion de crime de guerre, il parvint à soumettre le militaire, combattant régulier, à une discipline et à un droit pénal inflexible lorsqu’il s’écartait du commandement reçu et violait ces lois et coutumes de la guerre.

 

Subversion du jus ad bellum et du jus in bello au XXème siècle

Au sortir de la Première Guerre mondiale, les catégories classiques se sont trouvées complétement subverties. Le jus ad bellum, pour commencer, a disparu. La guerre en dentelle a pu faire rêver d’un monde d’où toute hostilité serait bannie. Alors même qu’à partir de 1917 l’entrée des États-Unis d’Amérique sur la scène du Vieux Monde en avait accru démesurément l’horreur, on mit hors la loi la guerre déclarée, la guerre selon les formes classiques du droit européen (pacte Briand-Kellogg, 1928). La guerre que déclarait un État devint un crime contre la paix, rendant le coupable et son gouvernement outlaws.

Cela ne fit bien évidemment pas disparaître du monde l’effectivité de la guerre, non plus que sa nécessité. Cela n’interdisait pas un autre type de guerre, sans limite celui-ci, d’essence révolutionnaire, dirigé directement contre les populations et destiné à anéantir la puissance ennemie : choses que le jus in bello classique prohibait strictement. Cela n’interdisait pas non plus la guerre économique, dont la population civile est la première à souffrir. Mais toute réaction de défense contre de telles agressions était destinée à être interprétée comme un crime contre la paix.

Pis, dans ce nouveau contexte international dont nous ne sommes toujours pas sortis, la notion de crime de guerre, détournée de son usage normal, a connu un destin tragique. En cas de guerre conventionnelle selon la tradition du droit international classique, c’est un instrument essentiel à la discipline des armées, pour la protection des civils. Mais dans le contexte de guerres qui ne disent pas leur nom et de gouvernement par le chaos, la catégorie devient des plus meurtrières, puisqu’elle est retournée contre une armée par un agresseur qui soulève précisément la population contre elle. D’instrument de discipline interne à chacun des belligérants, elle sert alors à incriminer l’appareil militaire de la puissance ennemie contre laquelle la population est excitée à se soulever sous l’action du terrorisme.

Le stade final de ce processus véritablement odieux consiste à entrer dans une guerre totale, avec soulèvement de la population, mais simultanément bombardements massifs des villes, destruction de l’infrastructure économique, déplacements en masses et pour finir arrestation et inculpation pour crime de guerre des membres de l’État et de l’armée, sans que de telles exactions ne puissent être même moralement répréhensibles, puisqu’elles ne portent pas le nom de guerre, mais sont commises au nom de la nécessité pour l’ordre et la paix mondiale de laisser passer la justice et le droit.

 

Usage des catégories dans le contexte syrien

L’État qui subit une telle agression totale, s’il demeure loyal dans son application du droit classique, cherche à maintenir la discipline au sein de ses rangs et à rétablir l’ordre à l’intérieur de ses frontières. Il peut continuer à sanctionner les militaires qui commettraient des infractions. Il n’a pas besoin pour cela d’une catégorie de crime de guerre. Il peut aussi user du droit pénal le plus commun contre les civils, qui, sans visée politique, profiteraient du désordre créé par l’ennemi (crime de droit commun commis en temps de « guerre » civile, à ne pas confondre avec le crime de guerre).

Mais qu’en est-il, même si la frontière est souvent délicate à tracer d’avec cette dernière catégorie, de la sanction de ceux qui sévissent de manière ignoble, par le terrorisme, semant la mort et le chaos ? Qu’en est-il de leurs complices plus ou moins haut placés, présents à l’extérieur ? Qu’en est-il de ceux qui, cyniquement, ont subverti l’ordre classique qu’avait pu trouver le droit international, et qui le retournent contre lui ?

Il serait périlleux de retourner à nouveau l’arme juridique de la qualification de crime de guerre contre ceux qui l’ont déjà déformée et détournée. Car le crime de guerre stricto sensu (la violation des lois et coutumes de la guerre) ne peut jamais, comme jadis, qu’être utilisé pour incriminer les actes d’un membre d’une armée régulière, relevant donc d’un État. Il n’y aurait pas de sens à parler d’un crime de guerre commis par un simple particulier. S’il y a criminel de guerre, c’est que l’on suppose une armée et un État auxquels il appartient.

Parler de crime de guerre pour des actes commis par des terroristes et par des agents qui n’apparaissent jamais frontalement en tant que belligérants, ce serait leur supposer la qualité d’armée régulière, de combattants qui relèvent d’un État. Or, dans un contexte de guerre subversive, ce serait faire le jeu des agresseurs réels, qui précisément détournent aussi cette autre institution du droit classique qu’est la reconnaissance par les neutres, eux qui ne sont pas neutres, par de grossières manœuvres de reconnaissance d’un gouvernement en exil ou d’un prétendu commandement rebelle.

Dans le contexte d’une agression sans limite, l’État ne doit pas user de la notion de crime de guerre. Au demeurant il n’en a pas besoin. Contre ceux qui sévissent à l’intérieur, il dispose de son propre droit pénal. Et contre les complices présents à l’extérieur, il n’a d’autre moyen que l’appel à une restauration de l’ordre international.

Damien Viguier, le 5 décembre 2013

 

À ne pas manquer, sur E&R : « Plainte contre Laurent Fabius pour complicité de crimes commis en Syrie »

Autour du sujet, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • en détails , article très intéressant et complet.


  • Et comment qualifier le fait que les terroristes visent également la suppression systématique de certains groupes religieux (entre autres les chrétiens, les alaouites) ? Et que dire du fait que ces mêmes terroristes sont en grande partie des mercenaires venus de l’étranger ? Si le peuple syrien dans son ensemble portait plainte contre M. Fabius, quelle valeur cela aurait-il ? Un pays peut-il sans être inquiété organiser le renversement du gouvernement d’un autre pays ? Que signifie l’expression « appel à la restauration de l’ordre international » ?


  • Je l’ai mis aux archives. Je le garde.

    Mes sincères félicitations.

    Un juriste en herbe


  • A partir du momement où Fabuis dit que : "Bashar ne mérite pas de vivre" que : "Al Nosra fait du bon travail" il doit être jugé pour complicité de crimes de guerres et appel au meurtre !


  • Fabius doit savoir cela ... alors trouvons d’autres accusations pour qualifier ses crimes !
    Pareil pour Sarko !


  • On le fait, le sale boulot pour bachar. Pas vrai ER ?

    Qu’Allah envoie en enfer ces maghrébins qui vous soutiennent.

     

    • "Qu’Allah envoie en enfer ces maghrébins qui vous soutiennent"

      C’est terrible, vous n’avez toujours pas compris que ces mercenaires Wahabo-salafistes qui saccagent que des pays arabes (Libye, Syrie...) sont les idiots utiles des sionistes tels que : Fabuis, BHL..et du régime sioniste israélien, la preuve ces mêmes mercenaires-terroristes d’Al Cia n’ont jamais attaqué "Israël" il faut vous l’expliquer comment !!??


    • C’est vous qui ne comprenez rien. Vous n’avez aucune culture historique, et ne savez rien des concepts que vous utilisez : wahabisme, salafisme. Comme le soral d’ailleurs, le vassal du clan assad.

      Votre vision binaire (empire vs multipolarité) n’est qu’une façade qui masque les oppositions impériales planétaires (eh oui il y a des empires) dans lesquels vous vous êtes fait piégés . Vous avez juste choisi un camp : pour le musulman que je suis, celui de la mécréance.

      Et je m’adresse aux musulmans qui suivent le nouveau néron de France, qu’allez-vous dire devant Allah ? Soutenez vous le républicanisme mécréant de soral ou la charia ?


    • On le fait, le sale boulot pour BHL Pas vrai "antipoutine" ?

      Qu’Allah envoie en enfer ces maghrébins qui vous soutiennent.


    • @ antipoutine... et pourquoi pas anti-obama ? vous êtes « pro » quoi au final ?
      Sinon, les propositions de « votre camp » ne gagnent peut-être pas le cœur des musulmans que vous invectivez : E&R veut dire « Egalité et Réconciliation ».


    • antipoutine@ Manifestement tu est aveuglé par la secte wahabite jusqu’à la lie, qui dit wahabisme dit sionisme, dans la mesure où cette doctrine sectaire, intolérante, et surtout criminelle a de tout temps aidé le projet sioniste notamment lors de la déclaration Balfour en 1917 où les wahabites des saouds avaient vendus la Palestine sur un plateau aux sionistes, ne parlons pas de leurs traîtrises contre Saddam, contre Arafat, et contre Kadhafi qui sont pourtant Sunnites sans parler du financement des wahabites saoudiens aux égorgeurs des GIA qui massacraient le peuple algérien qui lui aussi est Sunnite dans ça très grande majorité, tu n’a pas remarqué qu’ ils installent les chaos que dans les pays arabes pour mieux les affaiblir au profit d’Israël, c’est pour cela qu’on dit toujours qu’ils sont les idiots utiles des sionistes tels que ce Fabuis ou encore BHL !!

      D’autre part, ces Imams wahabites manipulent les musulmans de manière éhonté ont leur faisont croire que "les Chiites sont pires que les sionistes" sachant que ces mêmes Imams sont financés par les Emirs corrompus et hypocrites d’Arabie saoudite et du Qatar qui se permettent de faire les 400 coups, boivent de l’alcool et forniquent... dans les plus grands palaces parisiens, londoniens et new-yorkais , alors que publiquement ils se prétendent "musulmans"


  • "Parler de crime de guerre pour des actes commis par des terroristes et par des agents qui n’apparaissent jamais..."
    Je croyais qu’on parlait de crimes de guerre commis par Laurent Fabius. "..les terroristes et les agents..." ne seraient pas là sans lui, dans dette démesure des crimes commis contre des civils.
    Si ?


  • Des lois-c’est à dire se mettre d’accord et décréter un mode relationnel entre humains- pour se foutre sur la gueule et comment le faire .Et "on" appelle ça la civilisation...
    Qui d’autres que ceux qui sont à l’origine d’un merdier savent mieux comment encadrer ce merdier ?
    Mauvaise foi à tous les étages : gamin et face aux images d’archives de la seconde guerre mondiale,je me suis demandé pourquoi ceux qui se déclaraient la guerre (dirigeants)ne se retrouvaient-ils pas sur le terrain pour s’en coller une au lieu d’envoyer à leur place des contingents entiers ?Honte à ceux qui dressent les hommes les uns contre les autres...l’inverse d’une revendication de réconciliation.
    Dans la nature,il n’y a pas meilleur exemple pour conclure les affaires:au concours de bite et de territoire,et après s’être reniflés,celui qui plie se casse et ne revient pas.
    Alors créature ou créateur ?