Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Libye : Moscou refuse de reconnaître le Conseil national de transition

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré lundi que son pays a refusé de reconnaître le Conseil national de transition (CNT) comme gouvernement légitime de la Libye.

Selon le chef de la diplomatie russe, Moscou est prêt à considérer le CNT, basé à Benghazi, comme une partie prenante des négociations en vue de déterminer le futur de la Libye, mais ne reconnaîtra pas l’instance politique des rebelles libyens.

"S’il s’agit d’une reconnaissance du CNT ou d’autres groupes d’opposition comme une partie prenante des pourparlers, le CNT est inconditionnellement une telle partie. Mais, s’il s’agit d’une reconnaissance du CNT en tant que le seul représentant légitime du peuple libyen, comme ce que le Groupe de contact a désigné à Istanbul, nous ne partageons pas la position", a indiqué M. Lavrov, cité par l’Agence de presse Interfax.

Le ministre russe des Affaires étrangères a souligné que la déclaration du Groupe de contact sur la Libye à Istanbul avait pris parti dans la guerre civile libyenne. Il a accusé lz Groupe de contact composé de 30 membres d’avoir l’intention d’isoler le gouvernement officiel de Tripoli.

"Traditionnellement, la Russie refuse d’utiliser l’isolation comme un moyen pour résoudre les problèmes dans tous les conflits", a souligné M. Lavrov.

Il a rappelé que Moscou était en contact avec Tripoli et Benghazi, tout en leur demandant à prendre une position constructive et responsable pour leur pays.

M. Lavrov a dit que les pourparlers inter-libyens devaient se baser sur les propositions de l’Union africaine et des Nations Unies.

M. Lavrov a ajouté que Moscou ne donnerait pas l’asile politique au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, selon Interfax.

Vendredi dernier, lors d’une réunion à Istanbul en Turquie, le Groupe de contact a reconnu le CNT comme étant le seul représentant légitime du peuple libyen jusqu’à la création d’un nouveau gouvernement par intérim.