Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Loi antiterroriste : êtes-vous prêts à fournir vos identifiants électroniques aux autorités ?

On le voit, le projet de loi est large : par le jeu des amalgames (« l’adhésion à des thèses... »), toute personne un tant soit peu curieuse peut un jour se voir assimilée à un « terroriste ».

On ne parle plus alors de menace terroriste mais de menace pour l’État, et précisément l’État profond. Qui est le seul à profiter de cette évolution.

La définition des « suspects » de terrorisme ainsi élargie, le pouvoir pourra surveiller et criminaliser qui il veut, ou presque.

Le respect de la vie privée vole en éclats. Nous sommes bien dans un Patriot Act à la française, cette fameuse loi établie par Bush et ses manipulateurs qui a servi à réduire les libertés américaines, pourtant garanties par la Constitution, après le 11 Septembre.

Pour ce qui est du pur terrorisme, s’il en est, le député FN du Nord Sébastien Chenu avait assimilé ce projet de loi antiterroriste à « un petit manuel de politesse aux terroristes » :

« Il y a beaucoup de sujets sur lesquels on considère qu’il y a des absences [...] financement du terrorisme, complicité des hébergeurs, traitement des fichés S, traitement des djihadistes de retour de Syrie et d’Irak, interdiction du salafisme... Sur tous ces sujets-là évidemment on va faire des dépôts d’amendements. »

- La rédaction d’E&R -

 


 

Les députés qui planchent sur le projet de loi antiterroriste du gouvernement ont voté le 26 septembre, tard dans la nuit, l’article 3 portant sur le contrôle et la surveillance individuelle. Au cœur de ce volet de la loi se trouve une obligation pour le moins invasive : toute personne suspectée de terrorisme par les autorités devra, à la demande de celles-ci, fournir tous ses identifiants électroniques.

 

La mesure ne porte pas sur les mots de passe, en revanche chaque identifiant opportunément oublié par l’internaute pourra entraîner une peine d’emprisonnement de trois ans et d’une amende de 45 000 euros.

 

Les autorités devront prouver la nécessité de leur demande

Avant de formuler leur demande officielle, les autorités devront, pour leur part, prouver que le suspect est « entré en relation de manière habituelle avec des personnes ou des organisations incitant, facilitant ou participant à des actes de terrorisme » ou bien qu’il a soutenu, diffusé ou adhéré « à des thèses incitant à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes. »

 

[...]

Sur une ligne similaire, les députés du groupe Gauche démocrate et républicaine (incluant notamment le PCF) ont déposé un amendement contre la mesure obligeant les suspects à fournir leurs identifiants électroniques, au motif qu’elle portait, selon eux, « une forte atteinte aux libertés constitutionnelles : respect de la vie privée, secret des correspondances et droits de la défense ». Les sénateurs avaient d’ailleurs déjà relevé qu’il y avait là une contradiction du principe juridique selon lequel nul n’est tenu de s’accuser.

Mais ces contre-arguments ont été rejetés par le rapporteur sur la loi « pour des raisons opérationnelles ». La commission des lois a particulièrement mis l’accent sur l’utilité des informations qu’obtiendraient les autorités de cette façon et qui leur permettraient de suivre à la trace et en temps réel les suspects concernés.

Lire l’article entier francais.rt.com

L’Internet, ce grand espace de liberté(s) mis en coupe réglée,
lire sur Kontre Kulture

 

La restriction progressive et programmée des libertés, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents