Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron : le dérapage de trop ?

Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, vient une nouvelle fois de déraper en public et d’insulter les Français. Du moins, ceux qui ne pensent pas comme lui.

 

Il a, dans les jardins de l’EFA à Athènes, ce vendredi, réaffirmé la nécessité de la réforme mais avec des mots d’une violence inouïe : « Je serai d’une détermination absolue, je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » [1]. Que le Président dise qu’il ne cèdera rien, c’est son droit. C’est une manière de gouverner, et l’on sait désormais ce que valent ses promesses de « dialogue social ». Néanmoins, c’est son droit. Aux opposants d’en tirer toutes les conséquences. Mais, qu’il le fasse en décrivant ceux qui ne sont pas de son avis de « fainéants, (…) cyniques, (…) extrêmes », ne me semble pas avoir de précédent. La violence verbale dont il a ainsi fait preuve appelle, et justifie par avance, d’autres violences. Au point que l’on se demande s’il a conscience de ce qu’il a dit.

 

Quand Emmanuel Macron persévère...

Ce n’est pas, hélas, la première fois qu’Emmanuel Macron se rend ici coupable de tels dérapages. Il avait commis un autre impair de la même veine depuis les jardins de l’ambassade de France à Bucarest [2], ajoutant à l’insulte le fait de la proférer sur un sol étranger. Pourtant, c’était le même Emmanuel Macron qui avait déclaré qu’il ne ferait aucun commentaire sur la politique française depuis l’étranger. On l’a déjà dit, il est parfaitement faux d’affirmer, que ce soit à Athènes ou à Bucarest, que les français se refusent aux réformes. Que ces dernières soient globales ou qu’elles concernent la sphère du travail, les français ont été soumis, et ont accepté, depuis ces vingt dernières années un nombre incalculable de réformes. Ce que les français refusent, c’est une réforme particulière, celle qui concerne le droit du travail. Or, cette réforme est justement hautement discutable comme on l’a montré sur ce carnet [3]. On peut la considérer comme néanmoins nécessaire ; mais il importe, alors, de respecter ceux qui ne pensent pas comme vous.

Et ceci d’autant plus quand on a été élu sur un quiproquo, avec un faible nombre de voix. Emmanuel Macron est un président par défaut. Tout le monde le sait à l‘évidence, sauf lui-même semble-t-il...

Or, ne voilà-t-il pas qu’Emmanuel Macron récidive. Il le fait au lendemain de son discours qui se voulait programmatique sur l’Europe et qui ne fut qu’étalage de platitudes. Il le fait dans des mots qui, cette fois, sont directement insultants et ce à un degré des plus extrêmes. Quand on considère l’effondrement qu’il subit dans les sondages depuis maintenant deux mois [4], c’est folie. Mais, « Bien que ce ne soit folie, il y a là de la méthode » [5].

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] http://www.lemonde.fr/politique/art...

[2] Sapir J., « Les trois fautes d’Emmanuel Macron », note publiée le 27 août 2017 sur le carnet RussEurope, https://russeurope.hypotheses.org/6241

[3] Sapir J., « Les ordonnances désordonnées », note publiée sur le carnet RussEurope le 1er septembre 2017, https://russeurope.hypotheses.org/6253

[4] http://www.lejdd.fr/politique/exclu...

[5] William Shakespeare, Hamlet (1601), Acte II, scène 2, Polonius

Comprendre l’ère Macron avec Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1799381
    Le 11 septembre à 18:18 par Rivarol
    Macron : le dérapage de trop ?

    LREM a bossé tout l’été pour nous la mettre bien profond pendant les vacances scolaires.
    Ils se couchaient à quatre heures du mat.
    Maintenant il fait le buzz !

     

    Répondre à ce message

  • #1799389
    Le 11 septembre à 18:30 par Django
    Macron : le dérapage de trop ?

    Macron se voit comme une marque de lessive (Cfr. Attali), il sait qu’il n’est là que pour 5 ans et servir les biens de sa propre cause et de ses réseaux. Il s’en tape complètement des français et est là pour le duper (attirer l’attention sur lui) pendant que la liquidation de la France (à travers les lois, etc, c-à-d loin des caméras) se fait par derrière.

    Et vous pouvez être sûrs que des "fausses polémiques", montées de toute pièce et/ou sortie tout droit du cerveau d’Attali, serviront - encore - à occuper les français à intervalles réguliers durant les 5 années, qui viennent grâce à la collaboration active des médias - dont Macron est le produit intégral.

     

    Répondre à ce message

  • #1799400
    Le 11 septembre à 19:14 par Jean
    Macron : le dérapage de trop ?

    Se faire traiter de fainéant par un homme politique qui vient du monde de la finance m’en touche une sans faire bouger l’autre. Extrémiste par contre ça m’a toujours flatté.

     

    Répondre à ce message

  • #1799437
    Le 11 septembre à 20:22 par anonyme
    Macron : le dérapage de trop ?

    Agiter le peuple avant de s’en servir.
    Maintenant cela va être au tour des syndicats de se f....e de la tête des francais en les promenant dans les rues...

     

    Répondre à ce message

  • #1799537
    Le 11 septembre à 23:02 par Jean Le Chevalier
    Macron : le dérapage de trop ?

    De temps en temps, il se loupe et laisse transparaître ses opinions réels sur le peuple qui l’a élu. Ironie de la situation...c’est lui qui doit nous "sauver", redresser le pays et les porte-monnaies...Continuez de rêver, pendant qu’il vous fera les poches pour ses potes de la finance et de l’entreprise...

     

    Répondre à ce message

  • #1799585
    Le 12 septembre à 00:43 par Fiat Lux
    Macron : le dérapage de trop ?

    Que dire des parvenues dans son genre.Marionnette et arrivé comme un cheveu sur la soupe du fait de ses antécédents.
    Il n’est rien pour moi.Ce n’est qu’un tas de purin.Même pas possible d’en faire du compost.
    C’est mon droit de hair ce qu’il est et ce qu’il représente.

     

    Répondre à ce message

  • #1799647
    Le 12 septembre à 08:20 par Domino
    Macron : le dérapage de trop ?

    M. Macron est le pur produit à la fois de l’énarchie et de la bien-pensance intolérante de gauche : la conscience de sa supériorité s’accompagne d’une disqualification des adversaires sous des vocables injustes, caricaturaux et profondément méprisants. Il s’ensuit que l’expertise forcément brillante de l’élite à laquelle il appartient doit remplacer le débat démocratique.
    L’abrutissement et la déculturation du peuple sont les compléments indispensables de cet élitisme oligarchique.

     

    Répondre à ce message

  • #1799657
    Le 12 septembre à 08:53 par Yves-Sans-Logement
    Macron : le dérapage de trop ?
  • #1799815
    Le 12 septembre à 14:30 par Paskl
    Macron : le dérapage de trop ?

    Cet homme inconscient qui est incapable d’écouter quelqu’un qui n’a pas son point de vue, va forcément aller vers des problèmes et entrainer les autres (c’est à dire nous) avec lui. Ceux qui l’ont mis là n’en ont rien à faire, au contraire probablement. Tout ce qui va vers la déstabilisation les sert.

     

    Répondre à ce message

  • #1799967
    Le 12 septembre à 19:29 par MARIANNE
    Macron : le dérapage de trop ?

    A juju
    le prochain président sera s goulard ministre des armées, choisie par les bilderberg............

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents