Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Malgré le vote surprise des régionales, l’indépendance de l’Ecosse n’est pas pour demain

Marquées par le rejet du projet de réforme du système électoral et par le revers des libéraux-démocrates, les élections locales et régionales en Grande-Bretagne ont vu une majorité d’Ecossais se prononcer en faveur d’un referendum sur l’indépendance de leur pays, rattaché au Royaume-Uni depuis 1707. Ce souhait a néanmoins peu de chances d’aboutir.

Au niveau régional, la grande surprise de ces élections est venue de l’Ecosse où le Parti national (Scottish National Party) obtient 69 des 129 sièges du Parlement régional. C’est la première fois que le parti, qui milite pour l’indépendance de l’Ecosse, obtient la majorité absolue au Parlement. Mais les Ecossais sont encore très loin de l’indépendance. Avant de devenir un pays à part entière, l’Ecosse devra passer cinq grandes étapes.

De nombreux obstacles

La première serait d’obtenir le feu vert du Parlement écossais pour organiser un referendum qui ouvrirait la voie à des négociations entre les gouvernements écossais et britannique sur les termes de l’indépendance. La deuxième étape serait le referendum lui-même car il y a une différence entre voter pour le Parti national écossais et envisager sérieusement l’indépendance.

Le troisième obstacle est de taille puisqu’il s’agirait des négociations à mener avec le gouvernement britannique sur les termes de l’indépendance. Il faudrait notamment négocier le partage de la dette nationale et du pétrole de la mer du Nord, parvenir à un accord sur l’avenir des bases militaires de Clyde et négocier les termes de l’adhésion de l’Ecosse à l’Union européenne. Pour mémoire, la division de la République tchèque et de la Slovaquie a nécessité 31 traités et 2 000 accords séparés.

Une fois cette longue épreuve surmontée, il faudrait encore que la Grande-Bretagne accepte un nouveau referendum pour que les Ecossais se prononcent sur les accords négociés. Et enfin la dernière étape serait ce second referendum lui-même car il devrait mettre d’accord tous les Ecossais sur le type d’indépendance qu’ils souhaitent. L’arrivée d’un nouveau pays au sein des Nations unies n’est donc pas pour demain...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • i have a dream : l’irlande a l’ouest, la bretagne au sud, l’écosse au nord, bref le monde celte, unis contre la bete a savoir les vampires de la city et les satanistes de la fausse aristocratie britanique.





    leur pays, rattaché au Royaume-Uni depuis 1707.





    rapellons l’assasinat sordide de la reine d’écosse marie stuart sur ordre de la reine elisabeth (la fille du roi fou Henri VIII) :



    Marie Stuart fut exécutée au château Fotheringhay le 8 février 1587 à dix heures du matin, comme suspecte dans la participation du complot d’Anthony Babington. Elle choisit de porter une robe rouge, se déclarant elle-même une martyre catholique. Son crucifix fut écrasé au sol. Les témoignages confirment que son bourreau était saoul le jour de son exécution, et qu’il eut besoin de trois coups de hache (le glaive, symbole de la justice divine, commun en France, lui avait été refusé) pour exécuter la sentence. Lorsque ses servantes s’avancèrent pour la déshabiller, les bourreaux se précipitèrent, car la coutume voulait qu’ils récupèrent pour eux les vêtements des condamnés. Marie s’offusqua, disant qu’elle ne s’était jamais déshabillée devant autant d’hommes. Mais elle finit par se résigner, refusant cependant qu’ils la touchent et enlevant elle-même son dernier jupon. Voyant alors sa détresse de se trouver nue, une de ses servantes s’avança et lui noua un foulard sur les yeux. Elle se mit alors en place, et le premier coup lui fit juste une entaille sur l’occiput. Puis le deuxième tomba sur la nuque sans complètement couper le cou, et ce ne fut qu’au troisième que la tête se décolla.



  • un vote pour un referendum, c’est comme demander la permission d’une independance a l’Empire... Forcement ce sera refuse.
    Il y a certes certaines qui se demandent par voie de referundum et par vote, mais d’autres qui ne se demandent pas.
    C’est comme si des prostituees demandaient l’autorisation du proxenete a bosser independement. Dans ce contexte, la femme s’enfuie.