Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mali : la France s’en va pour mieux rester

Trois mois après le début de l’opération française, le 11 janvier dernier, le Mali est loin, très loin d’être sécurisé.

Seule réalité concrète, le sanctuaire d’Aqmi dans le massif du Tigharghar a été neutralisé et plusieurs centaines de barbus utiles sont allés se fossiliser dans la roche, sous le feu des missiles français.

Côté Mujao (mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest), la partie de chat-bite menée par les forces spéciales n’est pas encore finie, plus au Nord, dans les régions de Gao et de Tombouctou.

En faisant mine de démarrer cette semaine son retrait du pays (une centaine d’hommes sur les 4 000 soldats déployés !), la France en ferait presque oublier l’essentiel. À terme, il subsistera au Mali une force française composée d’au moins un millier d’hommes, pour « garder la boutique ».

Mais cet apparent succès de l’opération Serval ne peut occulter l’échec rencontré jusqu’à présent sur le dossier des otages français au Sahel, qui restent introuvables à ce jour.

À Bamako, le gouvernement malien assure, façon méthode Coué, que les élections présidentielles se tiendront en juillet prochain. Il reste donc trois mois pour établir la liste électorale avec fichiers biométriques, ce qui implique en fait de prendre en photo chaque électeur… Il faudra également permettre l’accès au vote aux déplacés et réfugiés. En cas de liste incomplète, la légitimité du futur président sera critiquable.

Des impératifs en fin de compte bien dérisoires, en regard de la seule question qui vaille, celle de la sécurité, qui à ce jour n’est pas rétablie sur l’ensemble du territoire. L’État continue de se heurter dans le nord du pays, dans la région de Kidal, à la présence du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad). La zone reste interdite aux soldats maliens par les rebelles touaregs.

La profusion ces dernières semaines de règlements de compte dirigés contre des arabes maliens ou des populations touarègues témoigne bien du piètre niveau de la réconciliation nationale.

Et pour ne rien arranger, on a appris que le chameau offert à François Hollande lors de sa visite de vainqueur à Bamako, avait terminé son existence en tajine dans l’estomac de la famille chargée de le garder. Quelle raison ont invoqué ces braves gens pour justifier le sort funeste réservé au camélidé présidentiel ? La faim…

Sur la France et l’Afrique, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #382564

    Dromadaire ! Dans les déserts chauds d’Afrique et de la péninsule arabique on rencontre le dromadaire à une bosse. Le chameau arborant deux bosses est originaire des steppes et déserts froids d’Asie. Si l’on tient à absolument utliser le terme chameau pour désigner le dromadaire il faut alors préciser en ajoutant "d’Arabie".
    Ouais je suis un connard pédantesque, je sais ;-))

     

    • #382604
      le 13/04/2013 par Per Capita
      Mali : la France s’en va pour mieux rester

      Personnellement je ne trouve rien de pédant au fait d’utiliser les mots qui conviennent !.. je pense en revanche que ceux qui vous trouve "pédant" sont d’irrécupérables crétins !.. et Dieu sait s’il y en a ... hélas !!!


    • #384022
      le 15/04/2013 par Laurent Franssen
      Mali : la France s’en va pour mieux rester

      C’est faux !

      Vous etes des braves qui veulent restaurer le sens des mots,

      Confucius sourit a votre egard depuis la tombe.