Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Marche forcée vers l’éducation numérique

Par Antoine S.

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Pour l’ancien PDG de Microsoft France Éric Boustouller, l’avenir de l’école se situe dans la numérisation de l’apprentissage [1]. L’idée étant d’avoir les mêmes processus partout dans le monde dans toutes les écoles. Bien entendu, Microsoft réfléchit là-dessus mais seulement de manière philanthropique. Informatique et humanitaire sont pratiquement synonymes, cela va de soi.

« C’est l’enseignant qui est la star », nous lançait cet honnête homme en 2007. Microsoft sera le facilitateur. La société américaine va en effet faciliter l’ouverture du tiroir-caisse.

 

 

Plus récemment, parallèlement à ces déclarations inquiétantes pour l’avenir de nos enfants, le frère Peillon, ministre de l’Inéducation nationale, vient de proposer son plan pour « faire entrer l’école dans l’ère du numérique » [2].

Il n’hésite d’ailleurs pas à reprendre la terminologie kantienne d’impératif en y ajoutant l’épithète pédagogique. Comme s’il était indispensable d’apprendre à lire et à compter à l’aide d’un ordinateur. Les vieux réacs que nous sommes ont bien fait l’apprentissage de ces disciplines avec nos gommes et nos stylos.

Première priorité : l’achat du matériel informatique. Non, non, on vous le dit, Microsoft ne va pas s’enrichir. Ensuite, il faudra former les profs. En dépit de toutes les formations imaginables, on voit mal comment ils pourraient concurrencer les nabots qui sont nés avec un ordinateur dans les mains.

Tout ce cirque a pour vocation de mieux transmettre le savoir. Encore une fois, en se pliant aux exigences des élèves, faisant par là même le jeu du marché [3], les autorités publiques s’inscrivent dans la continuité de Mai 68, qui a placé au même niveau l’élève et le professeur, supprimant ainsi toute idée d’autorité. L’élève devient alors un consommateur et le professeur un gentil organisateur, censé apporter un aspect ludique aux enseignements.

Par ailleurs, le numérique risque aussi de permettre à l’État d’exercer un contrôle approfondi sur le contenu des enseignements, laissant alors peu de marge de manœuvre à l’enseignant qui souhaite un peu s’écarter du matraquage idéologique distillé dès le primaire dans les écoles de la République.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

135 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #293908

    Cette réforme va permettre de remplacer les professeurs par des ordinateurs pour
    - accroitre les bénéfices de MS and co ;
    - réduire le budget de l’Education Nationale ;
    - fabriquer des élèves / étudiants qui pensent "bien" ;
    - . . .

     

    • #293949

      Oui.
      “L’enseignant est la star...” ... à l’UNESCO !
      Mais ferme-la à tout jamais !


    • #294190

      Ne rie pas camarade, cette technologie permettra la suppression d’emploi, car il ne s’agirait que de dépanner un serveur qui remplacerait des dizaines de milliers de postes de travail dans le monde. En plus d’avoir accès aux données des salariés, des étudiants, des écoliers ... cette technologie supprimerait ainsi peu à peu les postes de travail, et donc plus de techniciens au chômage.
      Quand viendra en outre l’intelligence artificielle, il n’y aura plus d’opérateur de saisie, de comptable ... il y aurait sans doute un superviseur payé au lance pierre bien entendu, mais en amont l’on s’arrangera pour que les programmes ne contiennent pas d’erreurs pouvant être fatal aux gains des actionnaires.


  • #293911

    "Bien entendu, Microsoft réfléchit là-dessus mais seulement de manière philanthropique"
    En général quand une multinationale utilise le mot "philanthropique" il est synonyme de "satanique".

     

    • #293920

      L’enfer est pavé de bonnes intentions...


    • #293966

      exactement. Et de la même manière, antisémite veut dire honnête et courageux.


    • #293979
      le 30/12/2012 par lumpenproletariat
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Comme Danone qui "offrait" à l’époque des produits laitiers à des bonnes œuvres en Chine pour préparer leur flore intestinale...


    • #294265

      Microsoft s’intéresse à l’éducation de nos enfants ?
      Microsoft, la société dirigée par Bill Gates, actionnaire principal de Monsanto (Agent Orange, Dioxine, OGMs), co-fondateur d’une Arche de semences au Groënland, adepte de la dépopulation au nom du réchauffement climatique anthropique et pratiquant l’évasion fiscale par de généreuses donations à des sociétés caritatives fondées par lui-même et distribuant par pure philanthropie des vaccins aux petits Africains... ?

      "Satanique" me parait approprié.

      Un américain en voie de conversion au Judaïsme avant de déchanter a écrit ceci sur son blog :
      "La communauté juive idolâtre Bill Gates. Les Juifs croient que Dieu couvre les justes de richesses matérielles, parce qu’ils seront à même d’utiliser ces richesses à bon escient, et que les pauvres en sont privés parce qu’ils corrompraient la société s’ils en disposaient. Voilà pourquoi la communauté juive voue par défaut un culte à toute richesse."


    • #295594
      le 02/01/2013 par La vraie vie
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Quand on connais l’histoire de la création de Microsoft (et d’Apple également), on a peine à imaginer que les intentions de ces hommes soient louables. Ni même que le temps et l’argent les aient changé en mieux.

      Ces entreprises se sont construites sur spoliation du travail d’autrui. Comme la plupart des affaires juteuses au vingtième siècle. Ce sont les ingénieurs des laboratoires Xerox qui ont pleuré quand ils ont vu débarquer les binoclards de chez Microsoft.

      Pour un philantrope, on remarquera que Bill Gates fera acheter DOS (Un système d’exploitation, la base des Windows à venir) à un développeur indépendant pour la modique somme de 10.000$. On notera que la transaction s’est faite sciemment et donc avec intention d’arnaquer le développeur sachant que le succès était assuré en collaboration avec IBM.

      Concernant Apple, le premier Apple (Apple-I) sera commercialisé le 30 septembre 1977 pour la modique somme de 666.66 US$ - le tarif parle de lui même. Steve Wozniak, le vrai talent d’Apple, celui sans qui rien n’aurait pu être, admettra qu’il se demande encore comment il a pu écrire le code source du premier Apple. Il prétend avoir travaillé sur le code à la main (sur papier), et lors de la saisie aucune correction ne fut nécessaire. Il parle même d’état de transe lors de la rédaction papier du code source. Steve Job dira que le nom Apple est inspiré de son expérience en tant que cueilleur de pomme (époque hippie). Alors que l’allusion religieuse est évidente. Croquer la pomme de la connaissance.

      Une chose qui est certaine c’est qu’Apple ou Microsoft, c’est de toute façon deux entreprises crées par des gens sans foi ni loi. Deux diaboliques en puissance et probablement des adorateurs du malin.


  • #293916
    le 30/12/2012 par arcadia,grand marabou
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    on est toujours dans la série "appauvrissement",plus de livre,plus d’écrits ,des exercices pré mâchés,moins de réflexion commune,moins de conscience collective développé...,l’histoire n’est pas écrite, elle s’oublie et se répète !

    heureusement que les grands penseurs(littéraire artistique,dissident(j’ose),...) ont eu du papiers, la liberté de s’exprimer et de le partager en convivialité.
    on nous dira, ça fera moins de papiers c’est bon pour la planète !

    bientôt il faudra d’office un compte fessebouc,sinon au cachot,l’antisocial !

    et si on refuse de suivre le consumériste lassant, on dira que vous favoriser la crise.

     

    • #294322

      plus de livre,plus d’écrits ,des exercices pré mâchés,moins de réflexion commune,moins de conscience collective développé...,l’histoire n’est pas écrite, elle s’oublie et se répète !



      Tu peux acceder a des milliers de fois plus de livre via un ordi que via toutes les ecoles de France reunies.

      Les gens lisent plus que jamais grace a internet alors que les bibliotheques sont vides.

      Bienvenue dans la realite, celle qui existe au dela de ta peur...


  • #293918

    mis a part l’utilisation du terme nabot, dont les enfants ne meritent en rien qu’on les méprise avec cette appellation, (à moins que pour l’auteur ce soit affectueux) ceci nous amène à reflechir à ce qui se passe actuellement dans la société au niveau de l’education. nos enfants seraient-ils en passe d’être livrés en pature à un modele consumeriste formaté sur un logiciel ? Comment peut-on laisser l’education être l’otage de compagnie privée dont le seul but est le profit ? j’avais déja été choqué que certaines institutrices, sous sarkozy, laissent des homosexuels aller montrer des films expliquant que l’homosexualité était normale (voir conseillée en choix de vie) aux enfants . Une simple definition de l’homosexualité permet de clore tout un tas de débat hypocrite et de comprendre qu’il s’agit d’une deviance lié au non affranchissement à un secret de famille. Mais le phénomène de formatage au consummerisme de masse et la destruction de toute valeur permettant de s’en emanciper continue, bientot on ira dire à la jeunesse que l’avenir c’est le gode michet (ça sera peut-être deductible des impots qui sait ?) et on reglera le problème des naissances par des fecondations artificielles... à quand la puce integrée au cerveau et qui dicte le comportement à avoir ?


  • #293930

    Petit Hs : ce sujet ne reçoit, avec 8 votes, que 3 étoiles sur 5.
    Celui ci est il peu intéressant, mal écrit ?
    Doit on noter l’article ou "le changement c’est maintenant" ?


  • #293932

    Ce n’est pas une surprise pour moi qui suit l’évolution de l’informatique dans l’éducation.
    On ne forme pas des utilisateurs de l’informatique mais des consommateurs.
    On ne parle pas de traitement de texte mais de Word, on ne parle pas de Tableur mais d’Excel...
    Tout est centré sur Microsoft.

    Voir aussi :

    Que pensez-vous de ce reportage d’une école « Microsoft » à Issy-les-Moulineaux ?

    L’école Châteaudun d’Amiens ou le pion français de la stratégie planétaire Microsoft

     

    • #293996

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, et c’est, à mon humble avis, ce que cette vidéo révèle de plus sordide.
      Il existe des tas d’alternatives libres depuis les 20 ans (environ) que GNU/Linux existe.
      Pourquoi passer par VaselineSoft pour avoir des solutions qui, comme le dit cet "homme", se doivent d’être reproductibles, quand on sait que cette entreprise ne respecte pas ses propres standards...
      D’ailleurs, j’aimerais bien connaître l’avis de M. Soral sur ce racket organisé.

      Pour un réseau internet libre et ouvert, salut à tous !


    • #294108
      le 30/12/2012 par ordekestion
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Marrant la vidéo sur l’expérience d’Issy :

      le premier partenariat que cite le mec de Micromerde c’est Israël.


    • #294323

      On ne parle pas de traitement de texte mais de Word, on ne parle pas de Tableur mais d’Excel...



      Serait-ce parce que la majorite des gens travaillent avec un logiciel qui se nomme "Word" et "Excel" et que les francais n’ont pas developper de logiciels performants qui se nomment "Tableur" et "Traitement de texte" ?

      Pour la meme raison on ne parle pas de Viande enrobee dans une crepe, mais de kebab.


    • #294548

      @JUL : Le Kebab, sauf si je me trompe, ne sont pas des marques déposés.
      De plus, il existent, comme dit plus haut, des alternatives crédibles qui, certe, ne sont pas françaises, mais qui ne sont pas non plus dans une optique commerciales.
      Je vous revoie vers la définition de Logiciels Libres pour vous montrer que la France, à travers ces initiatives, peux très bien se passer des Trust américains pour évoluer dans ce domaine.
      Mon propos n’est pas de vouloir une solution franco-française, mais de pouvoir faire évoluer le domaine informatique ailleurs que par le commerce.


  • #293935

    j ai jamais étai a l’école je me suis cultiver sur internet donc par le numérique

    j ai envie de dire peut importe la méthode si on t’apprend de la merde

     

    • #293969

      Ça se voit. Quinze fautes par phrase !


    • #294012

      Oui, pas de quoi se vanter !


    • #294025

      D’habitude je ne me moque jamais d’une mauvaise orthographe si elle s’écarte du langage SMS.
      Mais là.... Venir nous faire l’apologie de l’éducation numérique en se prenant comme exemple, et en étant pas foutu de conjuguer le verbe "être" il faut quand même oser, à mon sens, c’est comme si un clochard de longue date venait louer les bienfaits de la finance.


    • #294134
      le 30/12/2012 par Blackboard Jungle
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      @les peigne-culs
      Ce que je comprends du message de tompoly, c’est : "quelque soit la méthode, le support,la forme, ce sera de la merde, dans le fond, comme d’habitude". Je suis pas tout-à-fait d’accord (parce que là, il y a une acclimatation et une soumission aux seuls outils des esclavagistes, comme avec les semences des multinationales de l’agro-alimentaire) mais je suis désolé de constater que vous bloquez sur la forme, sans pouvoir aller plus loin... C’est une guerre, les gars... sorté vou lé doi du Q !


    • #294288
      le 31/12/2012 par Abdallah93
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Je pense que Tompoly a fait exprès de faire toutes ses fautes. C’est une contribution ironique.


    • #294324

      Le message le plus intelligent lu ici.

      Combien d’entre vous auraient lu Soral grace a votre ecole d’antan fantasmée ou a travers votre bibliotheque locale et sans avoir acces a un ordinateur ?


    • #295711
      le 02/01/2013 par La vraie vie
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Combien d’entre vous auraient lu Soral grace a votre ecole d’antan fantasmée

      Connerie. De tout temps il existait des forums d’expression libre et les conférences d’Alain (de ville en ville, voir à l’étranger) montrent que le contact physique est encore nécessaire de nos jours. Internet ou pas. Cette idéalisation d’Internet est obscène je trouves. Comme quand certains viennent dire qu’il s’éduquent par Internet alors qu’ils ne font que regarder des vidéos qui ont été diffusés sur des chaines de télévision pour la plupart.

      Et tu parles d’école d’antan fantasmée. Quel âge as-tu ? Parce qu’ici on est nombreux à avoir gouté à ce monde d’antan qui est loin d’être un fantasme. D’ailleurs, à quelques exceptions près, et pas particulièrement ici où le niveau est correct, mais on sent bien que les générations >30/35 ans (en 2012) possèdent une expression écrite de bien meilleur niveau que les plus jeunes.

      La question n’est pas de dénigrer les jeunes, mais défendre une époque que nous avons vécu et même si on a tendance à l’idéaliser, il n’en reste pas moins que le niveau s’est dégradé à tout point de vue. Et je parles pour ceux qui n’ont pas la chance à notre époque de faire des hautes-études qui compensent intellectuellement le piètre niveau de l’éducation de base.

      Mon père, un ouvrier qui n’a eu que son certificat d’étude avait un niveau d’expression et une écriture (calligraphie) qui justifie ce que je penses du passé. Le certificat d’étude de l’époque vaut largement un BAC+2 actuel et je suis modéré quand je dis ça.


  • #293941
    le 30/12/2012 par Blackboard Jungle
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Inexorablement, l’étau se resserre... L’article est clair, explicite.
    J’ai été prof de collège dans la toute proche banlieue parisienne, à côté du périph’, et je reste curieux de voir l’évolution, eu égard à la diversité des populations concernées et concentrées là, dans mon cas, pauvres. Et donc des frictions qui peuvent naître concernant les programmes à venir, et plus précisément avec les musulmans.

     

    • #294023

      C’est fort possible qu’avec la dégradation économique , beaucoup de population dites moyennes ou libérales vont être en "Friction" concernant les programmes. Croire que "ça n’arrive qu’aux autres , c’est faire preuve de peut de maturité ". Je pense que vous avez assurément penser à prendre une issue de secours pour votre progéniture ? Angleterre , Australie , chine ....peut être ??
      Assumons ensemble ! camarade ex prof de collège républicain.


  • #293948

    C’est la dégénérescence ultime !
    Rien ne peut remplacer le livre et la relation prof/éleve.

     

    • #294325

      Toute ma connaissance je l’ai acquise seule, en lisant tous sauf les livres imposes par l’enseignement officiel, et de toute ma scolarite, je ne me souviens que de mon prof de gym et de ses conseils.

      J’aurais pu apprendre davantage si les professeurs n’avaient pas gaspillé mon temps a l’ecole car j’étais et suis toujours extremement curieux.

      Je lis toujours enormement, entre des balades sur l’ordi pour m’informer entre autre ici.

      L’ecole n’enseigne rien que la faculte d’apprendre, et la connaissance se fait dans sa majorite en dehors des heures de cours.

      Les accents me manquent car depuis j’ai appris - seul - quatre langues, et vis dans un pays qui ne met pas d’accents sur leur clavier.


  • #293951
    le 30/12/2012 par Paul Dupont
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Il est vrai que nos enfants ont un besoin urgent de s’habituer à l’utilisation des ordinateurs, absorbés comme ils le sont par la lecture des classiques et l’apprentissage du grec et du latin qui les tirent vers le bas. Il était temps qu’un ministre de l’Education nationale ose faire preuve de progressisme et balayer d’un revers de main ces méthodes d’un autre âge, absurdes et aliénantes.

    Je propose comme prochaine étape de supprimer les établissements d’enseignement privé catholique qui continuent parfois d’imposer à nos chères têtes blondes, pourtant libres et autonomes en théorie, d’odieuses messes n’ayant d’autre but que de les maintenir sous le joug impitoyable des curés qui tiennent encore de nos jours la France entre leurs mains.

     


    • nos chères têtes blondes




      Vous utilisez une expression discriminatoire réactionnaire qui rappelle les heures lesp lus sombres de notre histoire ! honte sur vous !


    • #294939
      le 01/01/2013 par Paul Dupont
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Rahhh excusez-moi c’est plus fort que moi ! pourtant je fais des efforts mais vous comprenez, quand on est habité par la haine et la nostalgie du nazisme...


  • l’éducation ? ou le savoir ?
    éduqué par microsoft ?
    environnement de succés ? educatif ?
    la novlangue est forte chez microsoft...
    "l’education microsoft" ...ce concept en dit long sur "la vision d’avenir" de ces évangélistes en col blanc.
    on le voit venir avec son quota d’ordis à fourguer à "l’éducation nationale" ...
    et les fabriquants de logiciels ...
    sur la méthode nous verrons bien , en tout cas à propos du contenu ... je me demande ce que ce genre de multinationales dont la seule motivation est le profit ,peut bien proposer comme "bases éducationnelles" ... moi qui pensait que l’école était là pour apprendre "à savoir"...nous éduquer au profit ?


  • #293965

    Bonjour... ça fait des années que microsoft fait de la vente forcée (on achète un PC et il y a windows dessus,on ne choisit pas , que l’on paie, ce qui est interdit par des lois françaises et européennes...)...moi ça fait 7 ans que j’utilise Linux (Fedora en l’occurence) et c’est bien mieux sur tout les points de vue... déjà le code est "ouvert" contrairement à windows (qui pourrait très bien comporter des "backdoors" (accès secret que les programmeurs de windows auraient codé...), Linux est 100 fois plus sûr, mieux pensé, en constante évolution et les virus ne peuvent pratiquement pas attaquer ce système...et c’est GRATUIT !! tout les programmes sont sous license "libre"... je conseille à tout le monde de passer à ce système qui est au top, rien à voir avec windaube !

     

    • #294017

      (qui pourrait très bien comporter des "backdoors" (accès secret que les programmeurs de windows auraient codé...)



      Heuuuuu... je crois qu’ils ne s’en cachent même plus.
      Microsoft est l’un des plus assidus partenaires de la NSA, CIA et consort...


    • #294028

      Moi, je veux bien passer par Linux, mais comment faire avec un PC quand on y connait rien ?


    • #294090

      Moi je suis sous Ubuntu, dont le développement prend une orientation qui ne me plaît guère, façon : "Tiens, on va essayer de nouveaux trucs, et c’est les utilisateurs qui vont apprendre à se démerder avec". Quelle est la facilité d’usage de Fedora ? On trouve un peu tout les programmes qu’on veut, ou faut-il souvent les compiler soi-même ?

      Intégrer un peu plus l’informatique dans l’enseignement ? Pourquoi pas. Après tout, l’informatique a pour base un système logique qui réclame rigueur, discipline, et souvent patience. Mais encore faut-il un OS digne de ce nom, pas une daube bricolée avec les pieds, payante, limitée, obscure et incontrôlable comme Micro$oft Windaube. En fait, intégrer l’informatique libre à l’enseignement serait l’occasion de développer un distribution conçue en France, dont le développement répondrait aux exigences démocratiques que pourrait avoir Etienne Chouard, par exemple. Un système ouvert, collaboratif et évolutif où ceux qui ont des compétence de programmation pourraient les mettre au service des profs et des élèves, et où les contenus pourraient être partagés.

      Il y a des types très différents d’élèves. Certains ont besoin d’être tenus par la main, et de beaucoup d’assistance, d’autres suivent avec une assiduité moyenne, mais intègrent assez bien, à force de répétition et d’exercices mécaniques, les notions qu’ont veut leur inculquer, d’autres ont l’esprit scolaire : les exercices et les contrôles les amusent et le motivent, d’autres ont plutôt l’esprit curieux, et peuvent apprendre beaucoup pourvu qu’on suscite chez eux de l’intérêt, et certains enfin sont quasiment autonomes. Comment se peut-il qu’à notre époque, il n’y ait qu’une réponse unique, un cursus unique, et pour tous ceux qui ne cadrent pas c’est l’échec scolaire, ou les "voies de garage" (la manière dont les métiers manuels sont considérés par l’EducNat), ou, si les parents ont des moyens, l’école privée adaptée ?

      Et il faut l’admettre, parfois les profs sont peu intelligents, ou mauvais pédagogues, ou idéologiquement orientés/limités. Pour la plupart des élèves ce n’est pas un drame, mais pour ceux qui ont le plus de mal, une année perdue avec un mauvais prof est quasiment une condamnation à l’échec scolaire, et comme notre système est égalitaire et sans préjugé (sic), à l’échec professionnel, puis social, ou en tout cas la fermeture de nombreuses portes. L’intégration de l’informatique pourrait un peu "amortir" les conséquences du mauvais travail des mauvais profs.


    • #294329

      moi ça fait 7 ans que j’utilise Linux (Fedora en l’occurence) et c’est bien mieux sur tout les points de vue... déjà le code est "ouvert" contrairement à windows



      Ca va la passionner Madame Michu de savoir qu’elle peut recoder son traitement de texte.

      Linux n’a pas un nombre d’utilisateurs consequent voila pourquoi une majorite de logiciels sont inexistant, et les 90% des gens qui utilisent le systeme a Bill ont permis de creer des millions de resources et autres programmes qui constamment ameliore toutes les faiblesses de Microsoft.

      Quelque soit ton probleme sur Windows, tu trouves 3000 reponses instantanement - fait une requete pour un probleme lier a Linux et pleure devant ta misere.


    • @ Gotfried

      Je suis d’accord sur l’orientation de Ubuntu. C’est pourquoi je suis passé à Xubuntu actuellement, qui est tout aussi facile à installer que Ubuntu, sans les nouvelles innovations (Unity, pubs Amazon...). Il y a aussi d’autres dérivées comme Kubuntu, Lubuntu, etc... mais je les ai moins aimé, mais c’est une question de goût.


    • #294445
      le 31/12/2012 par Dr. Aiguille
      Marche forcée vers l’éducation numérique


      Linux n’a pas un nombre d’utilisateurs consequent voila pourquoi une majorite de logiciels sont inexistant, et les 90% des gens qui utilisent le systeme a Bill ont permis de creer des millions de resources et autres programmes qui constamment ameliore toutes les faiblesses de Microsoft.

      Quelque soit ton probleme sur Windows, tu trouves 3000 reponses instantanement - fait une requete pour un probleme lier a Linux et pleure devant ta misere.



      "Unix" (et tous ses concepts sous-jacents) est enseigné comme une UE à part entière dans la plupart des UFR de Sciences en France.

      Une majorité de logiciels inexistants ? Renseignez-vous s’il vous plait avant de désinformer les autres.
      Quand vous écrivez :



      les 90% des gens qui utilisent le systeme a Bill ont permis de creer des millions de resources et autres programmes qui constamment ameliore toutes les faiblesses de Microsoft.



      Vous confondez avec le monde du logiciel libre. La collaboration de ressources, le partage, la contribution, la licence GNU GPL (qui permet à n’importe quel développeur de modifier et redistribuer n’importe quel code) c’est justement le concept d’Unix. Vous parlez de millions de ressources.....les messages d’aide sur les forums pour fixer un bug ? ou un nième Trojan ? (ce qui est rarement le cas sous Linux vous en conviendrez vu que 90% de la planète tourne sous Windows, la majorité des virus sont conçus pour Windows). La philosophie Unix présuppose justement un minimum de connaissances de l’architecture de votre système d’exploitation, une connaissance de l’interpréteur de commandes et de quelques commandes associées, du système de logs, du système de paquetages, des syscalls, etc.




      Quelque soit ton probleme sur Windows, tu trouves 3000 reponses instantanement - fait une requete pour un probleme lier a Linux et pleure devant ta misere.



      Cela vient de votre méconnaissance de ce système d’exploitation. En effet la philosophie Linuxienne n’est pas paternaliste (elle ne vous prend pas par la main comme dirait A.S.). Quand vous rencontrez un "problème" sous votre système d’exploitation, l’idée avec Linux c’est de posséder à minima un bagage nécessaire pour faire le diagnostique de bout en bout par vous même. Je peux comprendre que les utilisateurs lambda soient réfractaires, notamment pendant la phase d’apprentissage et de débuggage (assez frustrante comme vous le sous entendez dans votre dernière phrase).


    • #294554

      Vous confondez avec le monde du logiciel libre. La collaboration de ressources, le partage, la contribution, la licence GNU GPL (qui permet à n’importe quel développeur de modifier et redistribuer n’importe quel code) c’est justement le concept d’Unix.



      Totalement faux, des le debut, des milliers de gens et petites societes ont developes des logiciels pour parer toutes les carrences de Windows et de tous les programmes qui tournent dessus.

      Et ce sont sont ces milliers de logiciels et societes que Windows a, au fil des annees, integres a l’actuelle plateforme, la plupart du temps en rachetant ces petites societes.

      http://www.netmarketshare.com/operating-system-market-share.aspx?qprid=11&qpcustomb=0

      La majorite des gens l’ont fait pour aider les utilisateurs Windows, car desireux de faire avancer le schmilblick plutot que de passer leur temps a geindre et a developper un concept elitiste pour leurs trois copains.

      En 1997, Bill Gates a meme du injecter 150 millions de dollars dans Apple pour ne pas tomber sous la loi du monopole et faire croire aux gens que quelqu’un avait encore envie de travailler sous autre chose que Windows.


    • #294652
      le 31/12/2012 par Dr. Aiguille
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Totalement faux, des le debut, des milliers de gens et petites societes ont developes des logiciels pour parer toutes les carrences de Windows et de tous les programmes qui tournent dessus.

      Et ce sont sont ces milliers de logiciels et societes que Windows a, au fil des annees, integres a l’actuelle plateforme, la plupart du temps en rachetant ces petites societes.

      http://www.netmarketshare.com/opera...

      La majorite des gens l’ont fait pour aider les utilisateurs Windows, car desireux de faire avancer le schmilblick plutot que de passer leur temps a geindre et a developper un concept elitiste pour leurs trois copains.

      En 1997, Bill Gates a meme du injecter 150 millions de dollars dans Apple pour ne pas tomber sous la loi du monopole et faire croire aux gens que quelqu’un avait encore envie de travailler sous autre chose que Windows.



      Rien n’est faut sur ce que j’avance ce n’était qu’une explication triviale de ce qu’est GNULinux, un projet 100% basé sur la collaboration et la gratuité je vous renvois à la définition d’une licence GNU GPL. Quel rapport entre le projet GNULinux, la philosophie du logiciel libre, et le parcours commerciale de l’entreprise Microsoft et de son business model ? Aucun. Et le pire, c’est qu’on s’en tamponne.


    • #294692

      Bonsoir...
      @JUL : tu ne comprends pas le problème... ce n’est pas une question de "savoir qu’elle peut recoder son traitement de texte" le problème est que personne ne pourrait te dire précisemment ce que le code d’un XP, seven ou autre renferme... avec tout les problèmes de sécurité que cela implique. Sur Linux, tu n’as pas besoin d’antivirus car ce système est bien mieux pensé , plus sûr..Microsoft aimerait bien pouvoir "formater" le plus d’enfants possible dès la petite école, et ainsi accroitre son monopole... ce qu’il fait grace à "Et ce sont sont ces milliers de logiciels et societes que Windows a, au fil des annees, integres a l’actuelle plateforme, la plupart du temps en rachetant ces petites societes."
      Tu es bien naîf quand tu dis :"La majorite des gens l’ont fait pour aider les utilisateurs Windows, car desireux de faire avancer le schmilblick plutot que de passer leur temps a geindre et a developper un concept elitiste pour leurs trois copains." et ce serait plutôt un concept de la communauté Linux, qui je le rapelle est un système libre donc gratuit, les logiciels aussi, sont gratuits !! des centaines, des milliers plutot de dévellopeurs, participent à l’amélioration du code et ce de façon "ouverte" et si tu avais eu l’occasion de découvrir Linux par toi même, tu ne dirais pas :" Quelque soit ton probleme sur Windows, tu trouves 3000 reponses instantanement - fait une requete pour un probleme lier a Linux et pleure devant ta misere."..
      Quand windows plante et que tu te retrouves avec un "Blue Screen of death" avec un code d’erreur genre:0x1ae00006df... tu peux y alle pour comprendre ce qui ne va pas...même avec 3000 réponses tu peux encore ne pas comprendre ce qui ne va pas !!
      Sur Linux, tu as un problème une fois, tu demandes aux autres utilisateurs, par le biais des forums spécifiques à chaque distribution, que l’on t’aide à résoudre le problème et c’est réglé !!! une fois que tu comprends, c’est acquis.
      "Linux n’a pas un nombre d’utilisateurs consequent voila pourquoi une majorite de logiciels sont inexistant"
      FAUX... tu serais surpris de savoir combien de logiciels sont dans les "dépots" Linux... c’est plus de 25000 et la communauté des utilisateurs grandit de jour en jour tellement Linux est indéniablement mieux sur pratiquement tout les points de vue par rapport à windows .


  • #293976

    Évidemment on va leur coller des machins style ipad ou tablette microsoft qui sont propriétaire et qui enferment leur utilisateur dans des prisons numérique.

    Alors que le minimum serait de soutenir des fabriquant français comme Archos avec du software libre comme Android sans surcouche.


  • #293982
    le 30/12/2012 par Daje Lazio
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Ce monde moderne se caractérise par de l’anti-virilité la plus totale.

     

    • #294089
      le 30/12/2012 par MonclarCité
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Pouvez-vous vous expliquer ?


    • #294217
      le 30/12/2012 par Daje Lazio
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Le terme "anti-virilisme" est plus français. Oui, selon moi, la forte dose d’exposition aux écrans nuit à la virilité de l’homme. Ça le fatigue. De plus, avec cette nouvelle technique d’enseignement, l’aspect horizontal est privilégié au détriment de l’aspect vertical comme on a su le faire depuis des centaines d’années par le moyen de livres et bien sur avec un professeur qui a une juste autorité sur sa classe.


    • #294297

      Ce qui est le plus effrayant est qu’ils veulent faire un seul programme
      distribué au monde entier. C A D, un groupe de personnes va décider
      de l’ensemble des programmes enseignés dans le monde, avec toute la
      subjectivité que celà peut comporter.
      Comment faire un lavage de cerveaux plus facilement ???
      Comment lobotomiser plusieurs centaines de millions d’enfants ?!


    • #294327

      la forte dose d’exposition aux écrans nuit à la virilité de l’homme



      C’est vrai, s’informer via un ordi c’est moins viril que de se battre a la récré et que de faire des concours de pets et de celui qui pissera le plus loin.



      avec un professeur qui a une juste autorité sur sa classe



      C’est evidemment essentiel que cela soit une figure d’autorite qui m’apprenne le theoreme de pythagore, pour me laisser l’impression toute ma vie que seule une autorite possede le pouvoir et sait mieux et plus que moi,

      ... ou alors bien sur je ne veux pas devenir un petit soldat de plomb et je me familiarise tres vite avec un outil qui m’offre la force et la liberte de m’eduquer pour la vie sur ce qui reste de media libre dans ce monde "d’autorites" qui veulent tous notre bien.


  • #294040

    N’est-il pas contradictoire de vouer l’Éducation Numérique aux gémonies et de se servir d’un blog pour faire de l’Éducation Politique ? Quelle serait la notoriété d’E&R s’il avait fallu compter uniquement sur la revue-papier Flash ?
    Un peu de cohérence ne messied pas.

     

    • #294100

      Non, ce n’est pas contradictoire, parce que c’est de l’éducation primaire et secondaire dont on parle, et pas de l’éducation populaire que fait É&R. Ces deux formations ne sont absolument pas à placer sur le même plan, les premières étant les conditions sine qua non pour bénéficier de la seconde.
      On n’a pas besoin des coûteux logiciels de Microsoft pour apprendre à lire et à écrire.


  • #294044

    J’ai l’impression que certains confondent beaucoup de choses, et sont refractaires au changement.

    Pourtant celui-ci est nécessaire dans l’éducation.

    La seule chose qui est critiquable est la main mise de Microsoft sur ce secteur, des commentaires vont au delà de cette critique, et semblent mettre en question l’outil numérique.

    J’ignore le cursus que vous avez suivi et votre âge, mais aujourd’hui je peux dire que l’environnement éducatif ainsi que les méthodes utilisées sont hors du temps et en décalage total avec la cible, à savoir les élèves.

     

    • #294120
      le 30/12/2012 par pierre-paul-jacques
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Encore faudrait-il que l’outil informatique soit utilisé correctement en classe. Or, ce n’est pas le cas, en tout cas si on regarde les "enseignements" dispensés dans les IUFMs.
      Premièrement, quand on propose un outil aux élèves, on s’assure qu’ils seront capables de prendre du recul par rapport à cet outil. Quand on voit des élèves (de terminale S) utiliser leur calculatrice pour faire des multiplications par 10 ou pour les tables de multiplications, on peut légitimement avoir certaines craintes. De plus, on remarque que les élèves on bien souvent le tort d’appliquer des méthodes automatiques sans aucune réflexion (par exemple, simplifier des fractions). L’usage de l’ordinateur risque vraiment de ne pas les aider.
      Deuxièmement, il ne faudrait pas que sous couvert de modernisme, les séances sur ordinateur deviennent en réalité des séances de garderie. Or, c’est précisément l’impression qu’on a en voyant que l’aspect ludique qu’on essaye d’insuffler aux activités consiste essentiellement en des jeux pour enfants en bas âge/débiles mentaux. Je ne suis d’ailleurs pas certain que cela intéresse réellement les élèves. De plus, toujours pour l’aspect garderie, la pédagogie différentiée appliquée lors de séances informatiques risque de conduire à ce que les élèves les moins forts ne retirent aucun contenu pédagogique de la séance, et encore moins de contenu intellectuel.
      Pour finir, concernant les logiciels utilisés, il s’agit souvent de logiciel qui peuvent faire le travail à la place des élèves : il suffit de naviguer dans les onglets et de cliquer pour construire des figures géométriques (cercles, carrés, perpendiculaires, bissectrices...) là où la construction à la règle et au compas est beaucoup plus formatrice.

      Dernière remarque concernant la dernière phrase : l’espèce humaine n’ayant pas évolué en deux générations, les élèves actuels sont capables des mêmes choses que leurs grand-parents. Il serait certes stupide par conservatisme de refuser que l’ordinateur rentre dans la classe, mais il faut prendre des précautions quant à son introduction.


    • #294201

      Pardon , mais je pense être un réfractaire au changement avec raison et de plus,je ne souhaite pas que mon gosse soit une "cible", terme au combien commercial et militaire !

      L’école autonome, antichambre de l’école de marché
      Depuis la création de son groupe de travail Education, en 1989, la Table Ronde des Industriels n’a cessé d’encourager des modes de formation moins institutionnels, plus informels ».Le lobby patronal européen a été parfaitement entendu. Les systèmes d’enseignement de tous les pays européens et à tous les niveaux suivent grosso modo la même évolution, vers une plus grande autonomie et davantage de compétition entre établissements scolaires. Un rapport de la cellule européenne Eurydice souligne le caractère international de ce mouvement de « libération » du tissu scolaire : « Les réformes apportées à l’administration générale du système scolaire se résument principalement à un mouvement progressif de décentralisation et de
      délégation des pouvoirs vers la société. Pratiquement tous les pays concernés ont introduit de nouvelles réglementations qui déplacent le pouvoir de décision de l’État central vers les autorités régionales, locales ou municipales et de celles-ci vers les établissements d’enseignement. »Désormais, dit l’OCDE, « il est admis que l’apprentissage se déroule dans de multiples contextes, formels et informels », précisant que « la mondialisation - économique, politique et culturelle - rend obsolète l’institution implantée localement et ancrée dans une culture déterminée que l’on appelle « l’Ecole » et en même temps qu’elle, « l’enseignant ». Les gourous de la Commission européenne sont plus explicites encore, puisqu’ils estiment « que le temps de l’éducation hors l’Ecole est venu et que la libération du processus éducatif rendue ainsi possible aboutira à un contrôle par des offreurs d’éducation plus innovants que les structures traditionnelles. »C’est bien évidemment de l’enseignement privé marchand, de l’éducation « for profit » comme disent les Anglo-saxons, dont il est question ici.

      L’école républicaine avait pour mission de transmettre un savoir commun comme ciment de la nation, donc de paix interne. Est ce que le système marchand qui propose de la connaissance Macdo valorise et introduit de la Paix ou bien prépare du Chaos, camarde Eugène ?


  • #294055

    Vous verrez qu’avec le temps, les élèves devront s’équiper obligatoirement de tablettes, remplaçant les bonnes vieilles ardoises, et tout ça au frais des parents. Mettant bien évidemment sur la touche les foyers les plus pauvres...
    Ces tablettes se vendant mal, ou du moins pas assez du point de vue des multinationales, cela permettra de convertir les derniers réfractaires. Ce n’est pas anodin si le dernier windows de microsoft emprunte son ergonomie aux tablettes, forçant le consommateur à accepter ce changement.
    C’est vrai ça, avec les ordinateurs, les mini pc, les appareils photos numériques, les téléphones nouvelles générations, sans oublier la télévision, n’avez vous pas compris que nous avons besoin d’encore plus d’écrans, indispensables pour l’éducation ?
    On y vient tout doucement, l’État après avoir volé l’éducation à l’Église, s’apprêtent à donner cette responsabilités aux multinationales.
    Le libéralisme à son paroxysme.


  • #294059

    Cet article paradoxalement m’a fait sourire, c’est si symbolique du "formatage" de la pensée. Bientôt les enseignants ne seront plus que des moniteurs informatiques dispensant le gloubiboulga atlantiste aux enfants, via des applications dites éducatives.
    Le professeur n’est plus enseignant mais un outil, un pion, qui ne peut répondre du contenu qualitatif mais simplement de la fonctionnalité du support. La machine est lancée.


  • #294067

    Pour fabriquer des lobotomisés, l’éducation nationale s’y est bien pris jusqu’à présent , sans l’aide de Microsoft...


  • #294080

    Grâce a cette fausse bonne politique d’éducation, le professeur disparaîtra de la classe d’école et l’apprentissage de la discipline avec. On fait de nos enfants de futures consommateurs de matériel informatique et quand dans 1 siècle voir moins il n’y aura plus de ressources pour fabriquer de l’informatique, on ne sera plus se servir d’un crayon.

    ET C’EST AINSI QUE LE SAVOIR RÉGRESSERA !


  • #294096
    le 30/12/2012 par patrice sanchez
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    KALI YUGA ultime phase de déliquescence !


  • #294107
    le 30/12/2012 par maximebossis
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Ne rejetons tout de même pas en bloc l’informatique et le numérique en général !

    Nous pouvons communiquer, échanger et nous informer en échappant aux médias TV et papiers traditionnels, grâce, précisemment, à nos ordinateurs. Tout n’est pas totalement vicié et pourri. Sans informatique, pas de Dieudo, pas de E&R, pas de sites d’infos alternatives, pas de vidéos du mois etc etc...

    Même si, effectivement, il y a de très gros intérêts de pognon derrière...


  • #294113

    Ce que je vois venir à l’horizon c’est surtout le non renouvèlement des profs à long terme pour la simple et bonne raison qu’un professeur pourra donner ses cours à beaucoup plus d’élèves via internet (qui sait peut être que les enfants n’auront même plus besoin de venir en cours ,tout se fera à la maison, c’est déjà le cas dans certains états des usa).Donc économie de prof,locaux,chauffages,etcetcetc et de plus en plus de chômeurs !!!


  • il s’agit de transmission...
    pour du "savoir" .. ça se discute , mais en ce qui concerne l’éducation je ne vois pas ce qu’un ordi va améliorer à cela .
    l’addition du bas niveau de l’éducation nationale actuelle (à ce que j’entends la pluspart du temps) et de l’ordi ne me parait pas une solution si intelligente et "progressiste" que cela.
    il y a encore trop de fascination pour l’objet numérique , ce qui peut mettre la puce à l’oreille quand à la motivation de certains dans ce domaine ( je parle de microsoft et autres multinationales du méme accabit) .
    dans pas mal de ces sois disants progrés (pas la peine de brandir l’ardoise et la craie pour résister) , il y a systématiquement une multinationale et son idéologie.
    le probléme est l’orientation et l’utilisation de cet outil qui est déja beaucoup plus un maitre à l’heure actuelle qu’autre chose en ce qui concerne le divertissement sous couvert de culture...
    comme une methode soft pour insérer du "hard" dans les cranes.
    je peux me planter et sembler reac , mais ce n’est pas en scandant "le progrés" que ce questionnement légitime sera banni ... en tout cas pour ma part .


  • #294126

    Mr Peillon a décidé, (avec l’ordre de ses maitres bien sûr), de mettre un terme à l’apprentissage par l’Écriture, qui a fait ses preuves pendant au moins 5 millénaires. Quel mépris de l’Humanité !

     

  • #294129
    le 30/12/2012 par deadondemand
    Marche forcée vers l’éducation numérique
  • #294131

    En france l’initiation au numérique commence dés la maternelle.... je pense que les choses vont empirer inévitablement...


  • #294149

    On ferait mieux d’entrainer les enfants à utiliser leur ordinateur "cerveau".....
    Reflexion, discrimination, mémoire, pensée critique....Le tout sur un vrai système de valeurs...
    Mais là, cet ordinateur "cerveau " risque de n’être plus contrôlable par le système ( L’Empire).
    Il ne faut surtout pas qu’on puisse penser par soi même, mais par l’intermédiaire de logiciels sous contrôle bien évidemment, de l’oligarchie mondialiste, le tout déguisé dans la modernité et l’avancement de la science et de la civilisation....
    C’est la déchéance qui avance, inéluctablement.....et non la civilisation.....
    On cherche en fait, à remplacer le cerveau des populations soumises par un ordinateur, bien sur, pré-programmé....
    Au profit de qui on sait......
    DANGER.

     

    • #294319

      Il ne faut surtout pas qu’on puisse penser par soi même



      Qu’est-ce qui t’empeche de penser par toi meme quand tu viens GRACE A TON ORDI sur ce site lire des infos ?



      On cherche en fait, à remplacer le cerveau des populations soumises par un ordinateur



      Quelle horreur en effet, les gens vont devoir se servir de medias comme le sont les livres, les journaux, la tele, la radio, et vont devoir diriger les infos avec leur cerveau... oh comme ils ont toujours fait au fond.

      Qui t’a raconté qu’on allait extraire le cerveau de la boite cranienne pour l’échanger contre un ordi ? Ton cerveau aurait du t’alarmer qu’on essaye de te faire peur ...


    • #294470

      Je pense que Jay a bien compris l’enjeu de la cybernétique.

      camarade JUL regarde , je pense que tu vas changer d’avis.
      Source :Le cyborg de l’avènement de l’homme-machine ARTE de 2006
      Regarde : http://www.youtube.com/watch?v=Ohob...


  • #294154

    Pour avoir travaillé en tant qu’informaticien quelques années dans un lycée, microsoft est tres actif pour rentrer sur ce marché gigantesque.
    Souvent de manière caché,leur nom n’apparaît jamais mais ils sont derrière pas mal de chose.


  • #294161
    le 30/12/2012 par ivan le terrible
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Le royaume du "ludique et festif", pour "apprendre en s’amusant", encore une nouvelle tarte a la crème de l’éducation ...

    Tout ceci ne tient debout qu’avec la fée électricité, et sans le jus dans les prises, ils font quoi les charmants bambins ?

    Quand on voit le nombre de gents qui ont besoin de l’aide de Piero San Gorgio pour allumer un feux de camps et passer une nuit sous les étoiles, ils sont beaux les révolutionnaires de l’informatique !!!

    Et les livres servent a quoi, allumer le feu sans doute ?

    Faut vraiment être crétin pour croire aux bienfaits du numérique et s’imaginer que le monde ne peut continuer sans ce pseudo progrès...

     

    • #294238

      Ca commence à me courir sur le haricot ce genre de "réflexion". Non pas que je sois ami de Micro$oft ou ami de l’Education Nationale, mais en leur temps les tailleurs de silex ont aussi protesté contre les premier couleurs de bronze, et les couleurs de bronze ont protesté contre les premiers forgerons d’acier. "Le monde peut continuer sans ça", auraient-ils aussi pu dire. Bah oui. Le monde peut même continuer sans nous, sans plus un seul humain sur la face de la Terre. Mais c’est précisément parce que ceux qui proposaient quelque chose améliorant ou facilitant la vie qu’aujourd’hui, même pour le plus expert des survivalistes, allumer un feu de camps ou passer une nuit sous les étoiles est un choix, et non une nécessité, comme ça a pu l’être pour nos lointains ancêtre.

      Nous n’avons pas inventé le progrès, il faut se le mettre dans le crâne. Au contraire, nous somme à la pointe de centaines de millénaires de progrès technologiques depuis la domestication du feu, de 4 milliards d’années de progrès biologique depuis les premières formes de vie, et d’environ une quinzaine de milliards d’années d’évolution physique depuis le Big Bang. Nous poursuivons naturellement avec la mondialisation et la virtualisation ce que nos ancêtres ont fait avec le feu, le silex, le bronze, le fer, l’écriture, la machine à vapeur, etc. Le problème ne vient pas du progrès (la régression est impossible, la stagnation est sanctionnée de disparition à court terme), mais de qui l’organise, comment ça profite, comment on fait face aux nouveaux problèmes que ça engendre, etc...


    • #294281

      Il ne s’agit pas du tout de dire que l’informatique est une mauvaise chose et de refuser les progrès qu’elle permet. Il s’agit de l’utilisation de l’informatique À L’ÉCOLE. Celle-ci a pour vocation de former les esprits (ce que l’Éducation Nationale a oublié ou cherche à faire oublier depuis une trentaine d’années) et pour cela l’informatique n’est d’aucune utilité, bien au contraire. Pour apprendre correctement à écrire, à lire, à connaître la grammaire, à savoir raisonner correctement, à savoir manier les notions et les opérations mathématiques fondamentales, l’informatique ne sert à rien - pendant des millénaires, les hommes ont pu apprendre cela sans l’informatique : au contraire celle-ci se substitue à l’esprit de l’enfant qui finit par ne plus rien apprendre et ne plus rien maîtriser de tout cela.
      Descartes, Shakespeare et Newton n’avaient pas accès au "numérique" : il faudrait en citant ces exemples demander à Peillon en quoi le numérique est un "impératif"...


    • #294314

      En plein dans le mil. L’infantilisation et l’abrutissement des masses se cachent toujours derrière cette idéologie qui voudrait que tout soit festif, joyeux...et tout ce qui demande effort, discipline, contrôle de soi, abnégation est banni. De plus l’informatisation de la transmission du savoir à pour objectif pervers déshumaniser les processus de transmission du savoir.
      Bien entendu quand nous affirmons cela il y a toujours des gugusses qui ne comprennent pas ce que nous voulons dire et ramènent leur fraise en nous accusant d’arriérés, de nostalgiques de l’âge de pierre...ces mêmes gugusses qui bien que témoins de l’effondrement du niveau intellectuel de nos enfants restent imperturbablement dans le déni des faits.
      Jusqu’au lycée tout processus d’apprentissage et de transmission du savoir ne devrait se faire que par l’intermédiaire d’un enseignant en chair et en os face à ses étudiants, avec pour seul outils livres imprimés, papier et crayons et ceci jusqu’au lycée. Bien entendu il ne s’agit pas d’interdire aux étudiants de faire des recherches complémentaire sur internet. Après le lycée libre à chacun d’utiliser un notebook ou un cahier et un stylo pour prendre des notres et rédiger des travaux...


    • #294315

      Voila pourquoi votre opinion n’aurait jamais été entendue sur papier, et va etre lue par des milliers de gens grace au numerique.

      Comme quoi, scier la branche sur laquelle on est assis...


    • #294970

      J’avais fait remarquer trois messages plus haut que la question est ici celle de l’UTILISATION DE L’INFORMATIQUE À L’ÉCOLE, et non pas de l’utilisation de l’informatique tout court, et voilà à nouveau un message dont l’auteur confond tout... C’est un peu désespérant...


    • #295208
      le 01/01/2013 par ivan le terrible
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Merci a toi Igor, d’avoir rectifié le tir deux fois sur des réponses qui effectivement mélanges tout.
      Il n’est pas question de bannir l’informatique, mais de faire le constat qu’au lieu d’apprendre correctement a lire et écrire mais aussi réfléchir et savoir chercher dans un livre, l’informatique comme mode de support remplace le cerveau des enfants, en plus des livres ...


  • #294165

    Pour compléter cet article je vous conseille un documentaire du début des 90’s intitulé "Le cartable de Big Brother". Même thématique au début de la démocratisation de l’informatique. A l’époque, bien plus de responsables politiques se sentaient concernés et posaient de bonnes questions. Evidemment ridiculisés, comme tous ceux qui fustigent les "progrès" de la technologie, du libéralisme, de l’ouverture des frontières, et qui 20-30 ans après ont raison rétrospectivement mais n’y peuvent plus rien.


  • #294183

    En primaire ça ne me parait pas indispensable voir néfaste ! Par contre au collège et au lycée je suis à fond pour, on est en retard là dessus en France.


  • #294188

    Je conseille à tout le monde de faire une petite recherche sur les enjeux du cloud : nuage en anglais, ça fait froid dans le dos. Je bosse justement en prestataire de Microsoft pour une société externe sur un projet qui consiste à mettre le courrier electronique et ses éventuels archives, les données de la messagerie instantanée directement sur un datacentre, pour une multinationale. L’enjeu étant dans un premier temps de mettre progressivement toutes les données sur ce data centre des salariés. Le fait d’effectuer une campagne marketing monstrueuse sur le cloud qui intégrera toutes vos données : ordinateurs, téléphones, et tablettes, voire consoles de jeux est peut être sécuritaire, pratique tout ce que l’on veut, mais désormais, l’Empire avec ces serveurs sait ce que ceux qui sont concernés trimballent dans leur données.
    Et contrairement au titre de l’article ça se fait tout en douceur en zombifiant la masse. Rien de neuf sous les tropiques

     

    • #294253
      le 31/12/2012 par Dr. Aiguille
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Il serait grand tant justement de parler des conditions de travail des prestataires (pardon...esclaves) et du fait que 85% des ingénieurs en contrat, le sont via une SSII (boite intermédiaire d’esclavagistes faisant l’interface entre le salarié/prestataire et le client) remplis de ronds de cuir aux cheveux gominés (chargés d’affaires) tous ayant fait des écoles de business/management n’ayant pas 10% de vos compétences. Les ingénieurs *en informatique* d’aujourd’hui, en France, font un boulot de technicien sup : support niveau 2 et 3, intervention, production et plus aucune compétence intrinsèque de l’ingénieur n’est utilisé/valorisé ! D’où l’explosion naturelle de la fuite des cerveaux à l’étranger.
      Pour rappel le Cloud Computing (abbrv. Cloud) n’est qu’un modèle abstrait en couches. Le Cloud Computing (plus particulièrement les fournisseurs de services dit "on-demand") permet à une entreprise de réduire ses coûts opérationnels en externalisant le maintient/gestion des infrastructures IT (hardware et software).
      En gros le Cloud permet à une entreprise de ne consommer que les ressources requises pour telle ou telle application en adaptant les ressources matérielles aux besoins de l’utilisateur.
      En tant que modèle de calcul distribué, la plupart des concepts du Cloud existaient bien avant Amazon EC2, Microsoft ou Google Apps and co. : virtualisation, grid computing, SaaS, Peer-to-Peer, etc, etc... Il serait plus judicieux et précis de pointer les dangers du Cloud communautaire et/ou public ! Je vois plus la possibilité de dangers/dérives éventuel(le)s avec le développement de l’"Autonomic Computing" (je suis chercheur dans ce domaine) et de l’"Ubiquitous Computing" qui vont nous emmener à posséder (ou être possédé selon la terminologie llp-salim) uniquement du matériel communiquant (le four communique avec la voiture par exemple). Cet environnement est dit "pervasif" ou "ubiquiste" car tous les objets communiqueront et s’auto-géolocaliseront entre eux (sans intervention humaine).
      Informez vous (et inquiétez vous) plutôt sur la prolifération de services tels que silkroad, accessible via la technologie tor et du fait qu’un grand nombre de pédophiles s’y regroupent (site lolita). Je vous invite à y faire un tour, par contre modifier les paramètres de votre navigateur car tor "leak" vos dns (et donc corromp votre anonymat).
      Les responsables ne sont pas les idées/publications scientifiques/brevets mais l’utilisation maléfique commerciale qui en est faite !


    • #294317

      ... parce que bien sur pour le moment ils ne peuvent pas lire vos courriels... ah votre avis comment sont générés les publicités dans votre compte gmail ou hotmail...


    • #294332

      voilà où on en arrive, on demande des ingénieurs à bac+2 pour faire du travail de technicien :D

      http://www.sudouestjob.com/clients/...


    • #294354

      J’ajouterai pour les ingenieurs que leur salaire est devenu minable en comparaison d’il y a 20 ans. En effet en informatique ou en telecoms tout du moins ce ne sont plus que des executants, rien a voir avec d’autres domaines comme les travaux publics par exemple.


    • #294391
      le 31/12/2012 par Dr. Aiguille
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      ... parce que bien sur pour le moment ils ne peuvent pas lire vos courriels... ah votre avis comment sont générés les publicités dans votre compte gmail ou hotmail...



      A chaque visite d’un site web affichant des pubs "AdSense" un cookie est généré avec une chaine de caractères alphanumériques identifiant de manière unique votre machine. Ce cookie est sauvé sur votre machine. En utilisant ce cookie Google est capable de retracer chaque publicitaire "AdSense" de votre historique et ainsi de créer un profile pub adapté à votre historique.

      Pour répondre à votre crainte de voir vos courriels lus par un tiers, vous pouvez utiliser un système de cryptage à clé publique de type OpenPGP (cryptage de vos données de bout-en-bout) !

      Quant aux publicités auxquelles vous faites référence, elles ne sont présentées aux utilisateurs qu’à partir de données analysées via des processus automatisés (voir la charte de confidentialité de google). D’ailleurs, si vous souhaitez que Google ne vous présente plus d’annonces personnalisés il est possible de se désengager : https://www.google.com/settings/u/0...

      Alternativement (ou en complément d’une encryption à clé publique), vous pouvez toujours utiliser les protocoles POP ou IMAP et vous ne verrez plus d’annonces personnalisées.


  • #294233

    J’avais anticipé cette standardisation/uniformisation de l’éducation depuis déjà plusieurs années, d’ailleurs on peut affirmer sans crainte que nos écoles de la République sont désormais privatisées. Ce petit documentaire détallait déjà plutôt bien la manière dont tout ceci allait se mettre en place, avec bien sûr une ribambelle de grands industriels européens derrière tout ça. Attention âmes sensibles, Jacques Attali y apparait plusieurs fois :

    http://www.dailymotion.com/video/xj...


  • #294251
    le 31/12/2012 par un spectateur végé
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    les enseignants auront atteint le seuil de leur incompétance

    à lire "le principe de peter"

    comme l’a dit michel drac, nous allons sombrer dans une société virtuelle.

     

    • #294321

      comme l’a dit michel drac, nous allons sombrer dans une société virtuelle.



      comme l’a dit Guy Debord nous allons sombrer dans une societe du spectacle. Et pourtant tu viens ici pour t’informer plutot que d’aller sur le site de la star Ac’ prouvant que Guy Debord a autant tort que Michel Drac.


  • #294256

    L’enseignement passe nécessairement par une longue relation directe de maître à élève.

    Même la lecture et l’écriture ne suffisent pas à autre chose qu’à former des autodidactes. Imagine-t-on un médecin qui aurait appris son métier seulement en lisant des livres ?

    Alors ça, l’informatique, c’est pire que la fameuse "méthode globale" qui a fabriqué trois ou quatre générations d’analphabètes ou quasiment analphabètes.

    Il est urgent de revenir à l’école des années 1950, 1960. Les enfants, instruits, pourront toujours jouer sur des écrans à la maison !

    Mais veut-on des citoyens instruits ? N’est-ce pas trop difficile à dominer, des gens instruits ?

     

    • #294536

      "L’enseignement passe nécessairement par une longue relation directe de maître à élève." je ne suis pas d’accord avec ça. c’est sans fondement.


    • #294546

      il me semble que vos "enfants" des années 50 et 60 font aussi parti de la grande famille dominés d’aujourd’hui. Si vous vous re-connectez avec la jeunesse, les ados actuelles vous vous rendrez compte, grâce à internet (et non leur profs et leur parents, tous des soumis et cons) qu’ils comprennent bien mieux le monde dans lequel il vivent que les générations précédentes et qu’ils sont loin d’être des abrutis comme leur parents issus de l’école républicaine des années 50-60-70 et même 80.


  • #294273

    La fabrique à zombies intégraux est en bonne marche ! On va aussi fabriquer des bigleux à la chaîne sachant que passer des heures tous les jours les yeux rivés sur un écran d’ordinateur n’est pas ce qu’il y a de mieux pour la santé des yeux et ceci d’autant plus que si on commence dès l’enfance !
    In fine on se passera des enseignants, le savoir ne sera plus transmis par le biais d’un individu symbolisant l’autorité, on cherche à progressivement déconnecter la transmission du savoir et des traditions de l’humain. L’enfant n’associera plus les adultes et particulièrement ses parents à des transmetteurs de savoirs, il sera totalement soumis l’endoctrinement véhiculé par des machines sans aucun espoir d’échapper à cela ! Nous sommes en phase d’arriver à ce que les scénarios de science-fiction les plus délirants avaient décrits !


  • #294293

    Admettons...
    chose extraordinaire j’en conviens.

    Qu’un parent ne souhaitent pas brancher ça progeniture à un écran dés la maternelle.
    Comment il fait ?

    Les gosses d’aujourd’hui ne passe pas suffissement de temps devant un écran qu’il faut passer par l’école.

    Tes parents ne veulent pas t’acheter une tablette... ils sont vraiment méchant avec toi, t’inquiéte pas gamin, tonton Apple est là.

    Et pour la beauté du geste évidement.

    Pourquoi l’éducation nationnale ne signe pas aussi un partenariat avec Nike pour les basquettes, MacDo pour la cantine et Goldmansakhs pour la compta ?

    Je me souviens d’une époque ou l’école resistait à la pénetration de la societe de consomation dans l’école.
    De toute évidence, ils sont à la retraite ceux qui soulevaient le probléme.

    Aujourd’hui, pour la premiere fois, les enfants en savent plus que leurs parents.
    Dés le plus jeune age, il maitrisent des langages, des usages, des régles qui échapppent totalement à leurs parents.

    Comment préparer ces enfants à un monde qu’ils connaisent mieux que vous ?

    Les parents, déjà largement déresponçabilisés, se retrouve carrément décrédibilisés.

    Cette bréve souléve en vérité de nombreux problémes que beaucoup ne voient pas arriver.

    Il parait qu’un monde à disparu le 21 décembre dernier.
    Assurément, si un nouveau monde lui a succédé, il est numérique.

    La révolution numérique ne change pas le monde.
    Le monde « analogique » existe toujours.
    Mais elle en ouvre un autre.

    Je ne sais pas ce que sera exactement le monde nouveau qui en émergera de cette tempête.
    Ce qui est sure, c’est que je suis content d’avoir connu l’avant.

    Si le fil était coupé un jour, ça pourra me servir.

     

  • #294326

    la technologie est un potentiel ENORME.
    Ensuite ceux qui la possède, l’utilisent pour le meilleur (pour eux) comme pour le pire (pour les autres)...


  • #294362

    Je travaille dans ce domaine bien précis depuis plus de 6 ans, et je suis assez surpris de certaines réactions suscitées par cet article. Bien sûr, ce brave monsieur de chez Microsoft est là pour vendre des choses, c’est son job, mais bon, hormis la camelote, rien de nouveau sous le soleil. Rappelez-vous le coup de "l’ordinateur à l’école" des années 80 initié par les potes de la Mite :

    http://tinyurl.com/bcv9t8v

    (La tortue pour les maths, les QCM, les texte à trous, les Oui/Non... Que d’échecs...)

    Alors ce qu’on voit dans l’interview du camelot de chez microsoft, c’est juste une grosse pub emballée dans du charabia universitaire sensé motiver les gens de l’EN à acquérir du matos dont ils ne seront que faire. Le matériel en question se compose essentiellement d’écrans tactiles géants (pour remplacer les tableaux), de tablettes, de serveurs locaux, de 2 ou 3 softs faiblards et surtout de Windows 8. Faites donc une recherche sur google pour voir ce qu’est un SMARTBOARD, un PROMETHEAN, et vous verrez où les prédecesseurs de Microsoft ont échoués sur le "marché français" jusqu’à présent... C’est le genre de trucs inapplicable en cycles primaire et secondaire...

    Après, pour ce qui est de la parano de certains commentateurs, il faut savoir que le coup de la lobotomie virtuelle à l’école n’est pas prêt de marcher. Apple s’y est déjà cassé les dents dans les années 90 aux US (et encore en 2012). Les gens de l’ENF qui s’occupent de faire les choix dans ce domaine l’ont bien compris, et même les partisans bisounours du "ludisme" et de la "pédagogie horizontale" on laissé tombé l’idée il y a belle lurette. L’outil informatique est surtout considéré viable en cours de langues étrangères (pour la doc vidéo, audio et iconographique) et de sciences (pour les démonstrations, les graphiques, les schémas, etc.).

    Pas trop de soucis à vous faire donc, les enfants de France auront encore à supporter les vieux profs à VHS et à K7 pendant plusieurs années... Ceux-ci seront peu à peu remplacé au fil des retraites par des gens utilisant un pc portable/un écran plat et un câble HDMI. L’EN n’est en effet pas pressée d’investir dans du matos "tactile" hyper cher, sujet au vandalisme de certains "apprenants", obsolète dans deux ans et dont le prof de base ne saura pas "pleinement" se servir .

    Dans un environnement sain, la modernité a du bon vous savez (l’outil, la Technique toussa...), le problème vient plutôt du personnel ultra-formaté par le système.


  • #294374

    Cela va de soi la pérennité sereine de l’avenir de Microsoft passe avant tout par l’utilisation massive de windows, Excel, Words, Powerpoint et j’en passe. Néanmoins, peut on dire qu’ils sont mauvais ?

     

    • #294522

      Word Excel PowerPoint sont des logiciels PROPRIETAIRES...
      Microsoft ajoute de version en version des incompatibilités avec les versions précédentes pour forcer l’utilisateur à acheter leur dernière merde à la mode... Est-ce "mauvais" de vendre du logiciels qui répètent de version en version les même .dll, bug, ou limitations (et amortis depuis longtemps à des prix toujours plus élevés) alors que leur seule nouveauté est dans le cosmétique, le graphisme ou la publicité qui ventent leurs soit disant "qualités" alors que l’utilisateur lamba en utilise 5 % !!!
      Pour les citoyens LIBRES, il y a "LibreOffice" qui fait 98% de ce que font ces logiciels payants, qui est GRATUIT et dont le code est LIBRE de droit...
      Mais "gratuit"... y en a qui comprennent pas... "c’est pas assez cher mon fils" !


  • #294413

    Sujet particulièrement intéressant que l’Education Numérique !

    Je suis ingénieur, réorienté dans l’éducation par vocation et conviction, et ce que je peux vous dire, c’est que les élèves ne savent plus raisonner, c’est à dire qu’ils ne comprennent pas les démarches, mais qu’ils les appliquent bêtement.
    C’est là le gros problème de l’éducation numérique : ce n’est plus le professeur qui fait la démarche au tableau, mais il suit ce que lui indique la machine !
    Je ne suis pas contre le numérique à l’école (les rétroprojecteurs sont utiles lorsqu’il s’agit de tracer une courbe rapidement avec précision, à la volée sans rien n’avoir prévu), mais je suis contre le court-circuitage des raisonnements. Et je préférerais toujours faire mon cours sur un tableau noir avec une craie, plutôt qu’au rétroprojecteur en distribuant les feuilles à la fin du cours, et encore moins en disant aux élèves de récupérer le cours chez eux via un site internet et un mot de passe (ce qui est largement pratiqué dans le primaire et le secondaire)

    J’avais un prof de Math (un vieux de la vieille avec l’accent d’Aix en Provence) qui nous faisait calculer les logarithmes à 5 chiffres significatifs en nous faisant faire des développements limités... à mon avis un bien meilleur moyen de retenir la formule de Taylor-Young, les théorèmes de convergences, les primitives et intégrales que de taper bêtement sur une calculette.

    Au delà du problème de l’apprentissage des élèves, le soucis est aussi au niveau de la liberté de la méthode d’enseignement des professeurs. En effet, il y a plusieurs façons de faire un cours et celle de Microsoft n’est pas forcément la bonne, mais certainement celle où il faut le moins se fouler (pour le prof). A bannir donc, car transforme le prof en larve sans esprit critique, excellent modèle pour l’élève. Par contre, cet outil pourrait être pas trop mal pour que les élèves révisent leurs cours à la maison (sans le prof)

    J’en viens au dernier problème que pose l’éducation numérique : la connivence de l’Etat avec les lobbies des multinationales (avec l’argent du contribuable bien-sûr), phénomène bien connu où des milliers de rapaces (Microsoft) sentent le contrat juteux (des millions d’élèves, des dizaines de milliers de profs, des milliers d’écoles) et durable (les programmes changent tous les 2 ans, il faut faire de la maintenance etc...). Chose qui n’existe pas chez les lobbies bien connus des vendeurs de craie et des installateurs de tableaux noirs !


  • #294417
    le 31/12/2012 par L’Astronaute
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Mon école du futur est un espace de jeu. Le maître apprendra aux enfants surtout des compétences sociales et pour répondre aux questions de toute nature. L’école comme bâtiment sera donc un lieu social, ou les enfants mettent leur savoir en pratique, l’expérimentent, le raffinent, le vérifient et ou ils apprennent à vivre en communauté (respect de l’autorité inclu).
    L’acquisition du savoir, les exercices, donc l’enseignement traditionnel sera repris par plusieurs chaînes télévisés (comme ils existaient encore dans les années 50/60) d’éducation haut-de-gamme et une multitude d’offres sous différentes formes sur Internet - du texte classique jusqu’au jeu vidéo (idéal pour l’apprentissage des langues). Les meilleures têtes sont engagés (par exemple ceux qui aujourd’hui font la pute dans les agences publicitaires) pour produire les matériaux d’enseignement avec les plus brillants dans les matières concernées.
    Les enfants vont donc accéder ces informations avant tout avec leurs téléphones ou tablettes numériques.
    Cette école futuriste demande évidemment un État sous contrôle du peuple, pour éviter les scénarios Microsoft décrits dans l’article.
    Un État sous contrôle du peuple demande un peuple éduqué dans le sens noble du terme et non pas endoctriné comme par l’école d’aujourd’hui... Espérons que le serpent ne se mord pas la queue à l’infini.... ;-)

     

    • #294579

      "mon école du futur est un espace de jeu" .... disparition de la notion d’effort ??!!
      J’ai peur qu’a force de tous rendre "fun" on devienne une belle bande de branleurs (on me chuchote que c’est en bonne voie et dépressif avec ^^)


  • #294461

    Bonjour,

    on n’est pas dupe, microsoft cherche à inciter les écoles du monde à se mettre dans le travail collaboratif par internet afin de pouvoir créer à l’avenir un logiciel dédié qui lui permettra de gagner encore plus d’argent.
    Ce sera un apprentissage précoce de la mondialisation pour les écoliers.


  • #294493
    le 31/12/2012 par Anti-dépresseur
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Un amplificateur de guitare modélisé numériquement ne remplacera jamais la chaleur d’un bon vieux amp’ analogique avec tout la chaleur et la rondeur de son amplification à lampe.

    De fait, un ordinateur ne remplacera jamais un être humain. Du moins à notre connaissance. Personne ne peut affirmer qu’un jour la conscience puisse émerger d’un ordinateur ayant atteint un certain seuil de complexité. Certains invoqueront l’ordinateur quantique qui n’est actuellement qu’un fantasme et un slogan - "Quantique" ça fait genre !

    Tant qu’un ordinateur ne sera pas capable de décider autrement que par du oui ou non (logique binaire) il ne sera ni plus ni moins qu’un automate programmable. Performant certes, encore que ça dépend du code source des programmeurs. Mais stupide et incapable de s’auto-corriger.

    La logique tétravalente pourrait être déjà une forme de détermination plus appropriée. C’est à que qu’en plus de la logique binaire (strictement vrai / strictement faux), on additionne deux états (vrai-et-faux / ni-vrai-ni-faux).

    Par exemple, je suis au volant de ma voiture, le feu passe à l’orange. Que dois-je faire, je passe ? Un ordinateur, bête et programmé bêtement, s’arrête et pile. Mais la réalité est différente, elle dépend du contexte. La distance au feu rouge, la vitesse du véhicule, les véhicules devant et derrière moi, le timing (tout juste orange, orange bien mûre), etc ....

    Un ordinateur ne répondra pas : ça dépend (vrai-et-faux). Il répondra : arrêtez-vous (faux). Et c’est là tout le problème. Un ordinateur n’est pas un être biologique doué de sens et même en lui ajoutant tout les capteurs d’environnement possible, ce n’est pas demain la veille qu’on sera en mesure de rivaliser avec le cerveau humain.

    Certains diront, oui mais les performances ne cessent de croitre. Peut être, mais il y a des limites techniques qui sont (pour l’instant) infranchissable dans la miniaturisation. Et même avec un ordinateur dernier cri et les meilleurs logiciel d’encodage, convertir un DVD en vidéo HD avec des encodeurs est de toute façon toujours plus long et de bien moindre qualité que notre encodeur naturel : oeil + cerveau.

    Je craint fort que la technologie tel que présentée ici soit notre ennemi car utilisé comme outil de conditionnement des masses et non pas comme outil d’éducation des masses. Voilà la nuance ... et pas des moindres !

     

    • #294537

      Par exemple, je suis au volant de ma voiture, le feu passe à l’orange. Que dois-je faire, je passe ? Un ordinateur, bête et programmé bêtement, s’arrête et pile.



      Un ordinateur, bête et programmé bêtement ? Un ordinateur ne peut etre bête que s’il a été programmé bêtement par un bête humain.

      C’est parce que les voitures sont conduites par des humains qui se disent "ça dépend" que des milliers d’humains se tuent bêtement chaque annee.

      Avec des ordinateurs aux commandes, le taux de mortalité tomberait a zéro.


    • #294541

      Un amplificateur de guitare modélisé numériquement ne remplacera jamais la chaleur d’un bon vieux amp’ analogique avec tout la chaleur et la rondeur de son amplification à lampe

      ...

      Je craint fort que la technologie tel que présentée ici soit notre ennemi car utilisé comme outil de conditionnement des masses et non pas comme outil d’éducation des masses. Voilà la nuance ... et pas des moindres !



      Un amplificateur de guitare ne remplacera jamais la chaleur et la rondeur d’une guitare acoustique, je crains fort que la technologie telle que présentée ici soit notre ennemi. Voilà la nuance ... et pas des moindres ! Supprimons ces demoniaques amplificateurs electriques !

      Belle logique en effet...


    • #294618
      le 31/12/2012 par Anti-dépresseur
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Deux commentaires, deux commentaires stupides qui n’ont pas intégré la teneur de mes propos.

      Le premier me condamne d’homicide ou d’incitation à la délinquance routière. Le second m’accuse d’une sorte de chasse au sorcière des technologies récentes.

      Deux commentaires stupides qui me confirment encore une fois qu’on a beau être chez E&R, c’est pas demain la veille que je me vais me "réconcilier" avec des imbéciles !


    • #294676
      le 31/12/2012 par Dr. Aiguille
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      Deux commentaires, deux commentaires stupides qui n’ont pas intégré la teneur de mes propos.

      Le premier me condamne d’homicide ou d’incitation à la délinquance routière. Le second m’accuse d’une sorte de chasse au sorcière des technologies récentes.

      Deux commentaires stupides qui me confirment encore une fois qu’on a beau être chez E&R, c’est pas demain la veille que je me vais me "réconcilier" avec des imbéciles !



      Anti-dépresseur, tu es un peu dur, c’est juste de la casuistique sophiste ;)


    • #294794

      Mais croyez-vous qu’il soit ici question de remplacer les enseignants par des ordinateurs ?! Il s’agist juste d’intégrer un nouveau type d’OUTIL, de TECHNIQUE, rien de plus. Diffuser des images, des extraits vidéo, etc. rien de plus. Le type de microsoft est juste là pour vendre sa camelote, et rien d’autre !

      Avant on se servait d’une craie et d’un tableau noir, depuis les anées 80/90 on est passé au marqueur et au tableau blanc, et maintenant on va passer au tableau tactile, point barre ! Pourquoi chercher des problèmes là où il n’y en a pas ?! L’outil informatique n’est qu’un médium et rien de plus ! On est passé des gravures aux photos, puis des photos aux diapos/vinyles, pour ensuite utiliser des VHS/K7 et enfin des CD/DVD. Maintenant c’est internet, banques d’images, de vidéos, de documents audio en ligne et à profusion à un coût moindre ! Dans un sens c’est exactement ce que vous faites, VOUS, maintenant, en venant vous réinformer sur ce site (comment auriez-vous fait 20 ans plus tôt ? Vous auriez acheté des revues spécialisées, seriez aller payer des cassettes vidéos, des abonnements dans des bibliothèques et dans des médiathèques, vous auriez payé pour assister à des séminaires et des conférences, etc. Alors que maintenant, Pfiou ! Vous avez tout sous la main, gratos en cinq minutes !)

      Les problèmes inhérents au pédagogisme foireux de l’EN sont là et le resteront, ordinateurs ou pas. Le problème ne se situe pas au niveau des outils, mais des gens qui s’en servent, à leurs formateurs et à l’institution qui donne les consignes et qui crée les programmmes (de cours).

      Un forgeron de merde forgera la même merde avec un marteau classique et un super marteau, alors qu’un bon forgeron forgera de bons objets avec un marteau normal et de meilleurs objets avec un super marteau.

      L’outil informatique n’est pas près de remplacer l’enseignant, il n’en a jamais été question.


    • #295022

      Les ordinateurs peuvent faire beaucoup mieux que des 0 et des 1 en utilisent de la logique floue, ils peuvent aussi se corriger avec des algorithmes génétiques. Je ne dis pas que les ordinateurs peuvent remplacer l’homme mais c’est pas impossible pour des certaines taches.


    • #295362
      le 02/01/2013 par La vraie vie
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      @ jean jean.

      Je connais tout ça, la Fuzzy Logic et toutes ces dérivées de l’IA (Intelligence Artificielle). Mais comme l’indique le terme, l’intelligence est artificielle. La structure technique reste binaire (foncièrement le langage machine est Assembleur, c’est à dire des nmémoniques qui sont encodées en binaire). Avec l’informatique on peut concevoir à différents niveau. Le plus bas niveau étant le binaire, et sa couche de langage assembleur (ASM). Tout peut être écrit directement en binaire. Une division par deux se fera par rotation de 1 bit à droite (opérateur bitwise >> en C++). Et c’est bien souvent la façon la plus optimum de coder. D’ailleurs dès qu’il faut optimiser, surtout pour des calculs complexes, les opérations se font en ASM bien souvent.

      C’est tout ce que je voulais préciser. Un bit (binary digit, ou chiffre binaire) ne peut définitivement que prendre 2 états (vrai ou faux) et c’est bien ça qui limite les ordinateurs à n’être (basiquement) que des calculateurs performants. Et quand j’ai dit ça, je suis quand même bluffé par le talent de certains groupes de programmeurs comme ceux de chez Maxon (Cinema 4D) ou Adobe (Photoshop ...) qui transforme ce simple calculateur en outil de production réellement incroyable.

      Désolé pour les fondamentalistes Linuxiens, mais les gars, tant que vos distribs n’intégreront pas les poids lourds, votre système restera un environnement limité et limitant. Et si il devait y avoir une révolution Linux elle aurait du déjà avoir eu lieu.

      Seul système proprio qui tire son épingle du jeu c’est Apple qui se base sur Unix et qui offre un système bien plus performant qu’un Windows lourd et fragile. Et pourtant je ne suis pas un pro Apple, ni en terme d’ordi ou de portable ou autre.


  • #294513

    Encore un moyen pour nous forcer à consommer en toutes égalité.


  • #294542

    la "numérisation" de l’éducation peut être aussi bien une formidable opportunité qu’un incroyable piège. Finalement, il apparait évident qu’on distribuera des "tablettes" aux enfant comme on leur distribuait des ardoises. Le soucis n’est pas tellement là, car l’outils informatique peut s’avérer être un allier précieux pour des nouveaux modes d’apprentissages. Mais voilà : Branchez tout ça sur un "cloud", couplez le avec un facebook 2.0 quelconque, faites de ces tablettes des outils de contrôle, servez-vous en comme véritable mémoire de votre parcours scolaire, et nous voici dans un monde orwelien... Le futur employeur, le gouvernement, les publicitaires, pouvant scruter le moindre de vos résultats scolaires, la moindre appréciation, tout votre parcours de vie qui vous colle à la peau...

    Microsoft qui veut gonfler ses ventes en refourguant ses logiciels à l’éducation nationale, c’est l’arbre qui cache la foret. J’en profite pour laisser un commentaire ici (ce n’est pas mon habitude) car j’ai un peu étudié l’évolution d’internet et de la technologie (c’est entre autre mon domaine) : Le Cloud va envahire notre vie, ils vont nous l’imposer coûte que coûte. C’est déjà mit en oeuvre dans les entreprises sous formes, disons "bénignes", mais la technologie en elle-même (qui n’est jamais qu’un retour en arrière de 40 ans sur les technologie réseau : ça s’appelle la centralisation des données/de l’intelligence) est une piège (à gogo entre autres) qui risque de s’avérer bien plus perfide et envahissant que tous les fichiers Edviges et les base de donnée facebook réunies.

    Les gens intelligent ont créé internet (un réseau décentralisé par nature) les commerciaux et, allez savoir qui, ont réinventé le réseau en étoile pour l’appeller "cloud computing".

    Voir aussi : http://www.generation-nt.com/stallm...


  • #294552

    Je pense que le rôle de l’école est aussi de permettre aux enfants une bonne adaptation au monde présent. Or qu’on le veuille ou non le numérique fait partie intégrante de nos vies, de nos outils de production, et est bien souvent le support à nos réflexions. Je trouve que c’est plutôt une bonne chose que les enfants se familiarisent avec ça.

    La notion d’autorité et le contenu de l’apprentissage ne s’opposent pas à l’ère numérique comme cet article semble suggérer.


  • #294613

    Connaît-il vraiment la portée de ses paroles et de ses actes !!! PAUVRE IGNORANT QUI A VENDU SON ÂME AU DIABLE !!!


  • #294669
    le 31/12/2012 par Nicolas Tesla
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Au collège/lycée j’étais nul en Maths, j’ai recommencé depuis peu et continue d’apprendre sur le web toutes les formules en particulier les formules en Electricité/Electronique.
    La je repends les équations une et deux inconnues, la suite seras les polynomiales...
    Idem pour l’Anglais, je comprenais rien, j’ai tout appris avec Google Traduction en lisant des mangas Japonais traduit en Anglais (l’offre US est plus grande que l’offre Française).
    Pourquoi pas un jour le Japonais ou le Chinois (j’hésite entre les deux et surtout si j’ai le temps, on ne peut pas tout faire hein... )
    Idem en Orthographe ou mon niveau a augmenté en tapant les mots sur Google, sinon il y a le Bescherelle Grammaire/Conjugaison/Orthographe (j’avoue ici c’est un livre papier).
    Science : Wikipédia permet d’avoir des notions de base, lire aussi les revues scientifiques (même vulgarisée ).

    L’école je trouvais super ennuyant, assis derrière une table des journées entières, ah oui cette culture ou pour les garçons agir en idiot c’est bien que de chercher a être le premier de classe...
    Conclusion : on peut s’y remettre a n’importe quel age, j’ai pas l’impression, numérique ou pas que ça changera grand chose pour certains (la très grande majorité des décrocheurs sont des garçons : certains comprendront ce que je veux dire ici).
    Le problème est bien plus profond que la présence du numérique dans les écoles...

    NT.


  • #294703

    « Nos agents s’infiltreront dans toutes les classes, à tous les niveaux de la société et du gouvernement dans le but de duper, d’hébéter et de corrompre la jeunesse de la société en lui enseignant — nous, nous le savons — de fausses théories et de faux principes »


  • #294719

    Il s’agit ni plus ni moins de formater et programmer les gens après leur naissance, le but ultime étant de pouvoir les programmer voire de les sélectionner avant, un peu comme dans "le meilleur des mondes" d’Aldous Huxley. Une chose est sure avec l’informatique : le problème se situe toujours entre la chaise et l’ordinateur. Donc jusqu’à ce qu’on en arrive au stade de l’exemple précité, pas d’inquiétude à avoir : les gens qui comptent sur l’école sont des imbéciles. Ce genre d’info m’amuse plus qu’autre chose... C’est de la selection naturelle et vous le savez bien, seuls ceux qui s’enrichissent intellectuellement hors des sentiers battus et dont les connections neuronales sont opérationnelles pourront passer à travers les mailles du filet au fil du temps. L’égalité est une légende mais l’uniformité est possible. De toute façon cette vision de l’éducation est digne de l’ex-URSS mais version high-tech, on veut des moutons de plus en plus sous-informés, on veut des ilotes. Toute autre considération mise à part personne n’est obligé d’accèpter ou de subir ça, il n’y a que la responsabilité individuelle qui prime, tout le reste n’est que foutaise. Toute personne blâmant une institution ou une personne externe est par essence un mouton. L’existence même de l’école obligatoire est sujette à discussion puisqu’elle est l’oeuvre d’une élite maçonnique qui avait précisément pour but de retirer les enfants du cercle familial afin de mieux les conditionner et ce n’est pas cet autodidacte autonome et indépendant de Soral qui dira le contraire. Les parents doivent prendre le relai de l’école et inculquer des vrais valeurs et une culture alternative à leurs enfants de manière à corriger l’influence des professeurs eux-même pré-formatés. Il est rare que des cons incultes donnent naissance à des genies mais si avez un contre-exemple, je suis preneur...

     

    • #295307

      Tout à fait d’accord avec votre argumentation : c’est la responsabilité individuelle qui prime. Ainsi pour mon troisième enfant j’ai décidé de lui faire l’école à la maison et sans ordinateur, mais avec beaucoup de créativité. Et il y a beaucoup à gagner dans ce choix : fini le stress, plus se temps libre (on ne perd pas son temps à faire de la discipline et on perçoit tout de suite quand l’élève est fatigué, qu’il ne peut plus rien assimiler) on prend le temps de cultiver le beau avec les couleurs, les formes, les traits ; ce qu’à l’école publique, soucieuse de rendement intellectuel, on ne fait jamais. Mais quand on apprend enfant à cultiver le beau, on ouvre une porte pour pouvoir plus tard cultiver le vrai, le sens de la vérité. Et avec un enseignement numérique, cela on ne pourra jamais l’apprendre. L’enfant a besoin de faire, de créer avec des vrais craies, des crayons, mais aussi avec sa voix, ses gestes, pour assimiler le monde avec tout son corps et pas seulement avec sa tête. Sans cela il peut certes devenir très intelligent, mais déconnecté de sa volonté, de son agir, et ainsi il n’aura pas d’initiative pour changer le monde ; il lui manquera le courage qui ne s’apprend pas avec un écran d’ordinateur. Il deviendra un gentil mouton docile, avec une intelligence (s’il en a une une) au service du Nouvel Ordre Mondial.
      Dessiner avec un ordinateur, ce n’est pas le même chose que d’expérimenter les couleurs et leur mélange infini avec un pinceau ; de même expérimenter dans son bras le mouvement de la courbe ou de la droite, avec un ordinateur c’est fini. Et des exemples de ce genre il a en a à l’infini. L’important est de vivre avec des choses réels, palpables, surtout pour un enfant qui a soif d’apprendre. Voir une vraie vache dans un étable en train de se faire traire, avant de passer à la vache virtuelle de l’écran d’ordinateur. Si on procède ainsi, l’enfant sera moins fasciné par les animations virtuelles, parce qu’il aura commencé à développer son sens pour le réel et pour le vrai.
      Bref l’enseignement numérique entraîne une perte culturelle et civilisationelle trop peu évaluée. L’industrialisation nous a déjà érodé une bonne partie du savoir-faire manuel, que heureusement des groupes de jeunes vont rechercher actuellement, car ils perçoivent bien qu’on leur a volé une partie du patrimoine de l’humanité, c’est-à-dire le leur.


    • #295479

      En réalité je pense que meme le dernier des demeurés peut donner naissance a A.Einstein...
      Biensur cela va etre beaucoup plus difficile pour lui car il va falloir qu’il soit curieu pour trouver et s’y interresser...
      si ses parents sont des ABRUTIS, ils abrutiront surement leur progenitures c’est la le seul probleme (donner de la motivation aux enfants sans elements exterieure).

      Certaine experience psy du Dr Polgard prouve bien que le genie est inné...il suffit d’etre curieux et motivé pour arrivé a bout de n’importe quoi... voir sa fille Suzanne polgar 1ere femme Maitre des echecs (ah oui meme les femmes en sont capable)

      Ce qui rejoint bien les dires de Mr Soral .. L’ideologie dominante actuelle fabrique des abrutis(television et media mesonges, destruction des valeur morale, introduction a l’ideologie marche ou creve)
      Personne ne nait abruti ca c’est un fait...
      L’ecole est effectivement un superbe outil pour cela... La Formation Mouton c’est maintenant !


  • #294724

    Je suis ce site depuis son ouverture et j’ai lu pas mal de livres présentés ici. Cependant je me dois d’intervenir car quand ça va trop loin, ça va trop loin.

    Ce qu’il faut savoir c’est que l’enseignement est différent partout. On connait l’enseignement Suédois très particulier, aussi controversé qu’efficace, l’enseignement Allemand qui perd un peu de son équilibre, et plus communément l’enseignement Français et Belge.

    Je sais qu’en France, vous avez un BAC diplômant ce qui formate et conditionne l’enseignement terminal. Donc je peux comprendre, en partant de ce postulat, ce mouvement réactionnaire réflexe que vous pouvez véhiculer à propos de votre enseignement.

    En Belgique, nous avons d’énormes libertés, et cela explique le nombre de Français présente dans ma classe. L’enseignement secondaire est différent selon le réseau administratif, il y en deux très distinctifs : l’enseignement libre (catholique) et officiel.

    Le fait est que les programmes d’enseignement ont des contenus qui sont similaires dans les grandes lignes mais dont les périodes, et la forme sont très différente.

    Alors, que ce soit sur un tablette, sur un tableau interactif ou dans une batmobile, c’est juste le support qui change, pas le contenu.
    Ca m’étonne de vous voir vous étonner à ce sujet car vous savez, en bon vieux réactionnaires que vous êtes, que ces programmes en questions sont formatés déjà depuis leur créations, que si l’oligarchie mondiale dont la branche de l’éducation s’est emparée de ces programme, c’est déjà fait.
    En effet, ces programmes ont été modifié dans les années 2000 suivant quelques pédagogues, psychologues et autres ampoules franc maçonnes, et que nous allons encore les changer.

    Je pense réellement que vous vous trompez de sujet. Le vrai problème n’est pas le support sur lequel le prof/élève travaille, mais le contenu qu’il exploite.

    Une réforme de l’enseignement est et va passer (en Belgique en tout cas) pour former TOUT les enseignants (que ce soit en supérieur qu’en inféfieur) dans les mêmes écoles... CA, ça fait peur, pas le fait qu’ils enseignent avec des papyrus ou des lasers ioniques.

     

    • #296200

      Bonjour, c’est vrai qu’il ne faut pas s’alarmer de tout et y voir le NWO à chaque fois. l’utilisation du numérique va changer les supports de cours et non le contenu qui est déjà planifié. Cependant on peut légitimement se demander si’l’utilisation de tablettes et autres PC tactiles sont aussi ou plus efficaces que l’usage de livres etc... j’en doute. Parce que là, j’ai l’impression qu’il faut à tout prix du numérique car on est à l’ère du digital. Mais je répète que certaines applications numériques peuvent être intéressantes notamment pour l’études des sciences et du corps humain.

      De plus, après avoir écouté le reportage, je me demande pour quel motif devrions-nous uniformiser les pratiques éducatives des différents pays du monde...Cela me paraît curieux


    • #303490

      Totalement d’accord avec amss.

      Il ne faut pas voir le complot partout ! Voici un belle exemple de dénégateur !

      Ici, c’est une idiotie consumériste.
      Comme vous le dites, le contenu ne change pas ... alors pourquoi changer le support ?


  • #294748

    J’aimerais intervenir sur plusieurs points ; aussi, ne m’en veuillez pas sur l’aspect décousu de ce qui suit...

    1. Logiciel libre vs proriétaire
    Je connais suffisament Linux pour m’y être impliqué pendant des années et, cependant, je tourne quotidiennement sous Windows. Si un système GNU/Linux est clairement adapté au PC de Mme Michu qui se sontente de surfer ou de mater des vidéos, il ne l’est pas forcément pour un utilisateur plus exigeant. Que cela soit dit... et accepté comme tel par les partisants du logiciel libre.
    Ceci étant, il est évident que dans le cadre de l’éducation, une informatique basée sur GNU/Linux serait la bienvenue ; à la fois en termes de coûts et de tranquilité d’esprit. Il est clair que si l’école se met à investir dans du Microsoft, on pourra assurément parler de corruption, plus que que de bon sens.

    2. L’éducation par l’informatique
    A mon humble avis, la transmission d’un savoir devrait passer par l’intermédiaire d’un "Maître", malheureusement remplacé depuis longtemps par un simple professeur qui se met en porte à faux avec sa hierarchie dès qu’il s’écarte des méthodes d’enseignement imposées par le système.
    Les réformes successives de l’EN ont peu à peu transformé les profs en robots pour contribuer à l’abaissement général du niveau d’éducation. Il est donc parfaitement logique que le "progrès" consiste à remplacer ces humains par des machines.

    3. Microsoft dans nos écoles ; une simple histoire de fric ?
    Je ne crois pas, non ; même si l’appât du gain est une réalité.
    Il y a forcément une idéologie malsaine qui incite ces obsédés du contrôle à faire main basse sur l’éducation. Mais au delà du contrôle de ce qui entre dans la tête des élèves, il y a aussi la question du contrôle de leurs réactions. Identifier les tendances de chacun, en créer un profil dès le plus jeune âge, est un des piliers essentiels d’un monde typiquement orwellien.


  • #294987

    Le pdg de microsoft France, il a carrément une tête d’escroc margoulin !


  • #295067
    le 01/01/2013 par La vraie vie
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Merci à tous. De nombreux commentaires, tous avec leur sensibilités mais finalement avec la même conclusion : le danger de cette approche du système éducatif mondialisé et uniformisé (il parle de réplication et emploi des termes "NWO" dans son propos).

    Ces gens se prennent pour des Dieux, il décident de la façon de modifier vos gosses et vous vous en foutez. Soumis intégralement à la machine. Je parles à ceux qui liraient ça et qui ne sont pas d’ici.

    Une vrai solution écolo. La femme au foyer qui donne le sein (première âge) et la culture (éducation à domicile) à ses enfants. Horaires modulables, possibilité de concilier éducation classique et activité enrichissantes avec ses enfants : ballade en forêt, piscine (si on a pas de lac ou la mer), lecture et j’en passe.

    Un vrai contre-courant épanouissant à la fois pour les parents et les enfants. Le contact avec les autres enfants se ferait par le biais d’activités extérieures (club, associations) et par la camaraderie de quartier, de village.

    Un potager et un retour aux sources c’est bien, mais si c’est pour envoyer ses enfants à la ville se faire lobotomiser, c’est carrément inutile.


  • #295158

    Il suffit pas de faire peur c un peu facile on apprend pas dans cet article oú en est l’informatique dans l’école, pas de citation du ministre. Le problème est très complexe à discuter. Bref article trop court sans réel apport informationnel. Je suis complètement d’accord avec l’idée de fond de l’article mais pas sur la manière d’avertir.


  • #295298

    le numérique doit rester un moyen et non une fin .. or ça va devenir une fin.

    rien ne remplace un support physique comme un livre, une bonne ardoise, une bonne craie et un bon stylo ...

    le numérique c’est bon pour l’intuitif, la recherche d’informations mais ça bride l’intelligence.

    il n’ y a aucune sensation kinesthésique dans le numérique. On maniera plus d’outils surement mais on y laissera un peu de notre âme et une baise de notre vision.

    TOUS BINOCLAR DANS 10 ANS !!!

    à méditer

     

    • #295402
      le 02/01/2013 par La vraie vie
      Marche forcée vers l’éducation numérique

      le numérique doit rester un moyen et non une fin .. or ça va devenir une fin.

      Exact. De plus, et je parle pour ceux qui voient dans la technologie (écran tactile comparé au tableau noir etc...) une suite logique et bénéfique pour l’humanité. Permettez moi d’en doutez.

      Quand on voit les ravages que la communication SMSiste cumulé à des défauts d’éducation produit sur les nouvelles générations, il n’y a pas de quoi claironner. Et personne ne niera qu’il n’y a pas de lien de cause à effet.

      Déjà qu’il arrive parfois qu’on doutes sur la syntaxe d’un mot qu’on emploie rarement. Imaginez ce que ça donne quand on s’habitue à n’écrire qu’en mode "compressé", avec abréviations, contractions et allusions. Il suffit de voir tout ces commentaires sur YouTube ou autre qui sont impossibles à lire et à comprendre.

      Plume > Stylo Bille > Stylet > Reconnaissance vocale - pas sur qu’on appelle cela de l’évolution. Le problème n’étant pas technologique, mais conceptuel. La technologie à défait le tissu artisanal, la robotisation n’a pas réellement aidé l’humanité, elle l’a mise au chômage, la télévision devait être un outil éducatif, informatif. C’est devenu une poubelle immonde. Internet était entre 1993 et 2000 (pour les français qui l’ont gouté) un magnifique outil de partage, mais le commerce s’en est emparé et toutes les pages personnelles riches en contenu se sont transformé en blog insipides de duplication d’information pré-existante.

      Bon, j’admets qu’il reste encore quelques bons endroits sur la toile, mais rien à voir avec l’âge d’or.

      Au final, la meilleur façon de dominer l’humanité c’est de la rendre incapable de réfléchir correctement. Affaiblissement du langage, appauvrissement du vocabulaire et culture du moindre effort.

      Les ravages sont déjà visibles.


    • #295518

      Et j’ajouterai que le numérique ne doit pas se substituer à l’enseignant.
      Je vous libre deux exemples vécus :
      Dans une classe de l’école primaire, j’ai appris que la maîtresse enseignait à jouer de la flûte à tous les enfants. Première impression : super, génial. Mais en fait l’enseignante restait assise sur une chaise pendant la leçon, regardant les enfants. Pourquoi ? Eh bien, elle utilisait un logiciel informatique et elle ne corrigeait aucun élève !
      J’ai vu une autre classe dans la nature, où tous les enfants étaient assis, sauf un ou deux qui ne supportaient pas, tandis que la maîtresse tenait son i-phone ou quelque chose du genre en l’air, d’où sortait un son grésillant. Les élèves devaient écouter une histoire et de temps en temps répondre à des questions. A quoi servait la maîtresse ? De tuteur à i-phone ?
      Quel lien faisait-elle avec la nature qui entourait les élèves où des oiseaux auraient pu chanter ?


  • #295319

    Le seul GROS HIC dans cette histoire est bel et bien que se sont toujours les meme qui vont se gaver et se mettre en avant a coup de fric... (a savoir MICROSOFT qui sont deja plus que blindé)..

    Parce que les logiciels je le les imagine deja (Du proprio, du proprio et toujours du proprio)...
    Sur du windows bien evidement c’est plus rentable lol

    root@Linux : apt-get install freedom !!!
    _ :)


  • #295366
    le 02/01/2013 par fifty miles
    Marche forcée vers l’éducation numérique

    Avant de faire admettre une "réforme", il faut laisser pourrir la situation. Force est de reconnaître que la plupart des enseignants sont inaptes à enseigner. D’autres solutions pouvaient être envisagées pour rendre l’enseignement plus productif en terme de réussite scolaire. Mais nous pouvons faire confiance aux élites sataniques qui nous gouvernent pour mener le formatage des jeunes esprits vers le servage soumis.
    J’ai souvent vu en milieu scolaire des classes entières ou des élèves chuter brutalement lors de changement de niveau ou de profs sans que les enseignants ne se remettent le moins du monde en question. La formation des enseignants semble être la source du problème où il est plus question de programmes, de matière enseignée, d’avantages sociaux, de sécurité professionnelle que d’intérêt véritable pour les enfants.


  • #296010

    Je vous conseille de lire "Machiavel pédagogue", mais aussi "L’empire écologoque" de Pascal Bernardin.


  • #296184

    Je souscris complètement aux recommandations de Janus qui dans un message précédent
    conseillent de lire Pascal Bernardin, l’empire écologique mais surtout son ouvrage essentiel sur l’éducation, Machiavel pédagogue ou le ministère de la réforme psychologique qui me semble le complément indispensable au livre de Michéa.

    En effet là où L’enseignement de l’ignorance consiste principalement à décrire le phénomène d’abrutissement des masses par le système éducatif et à en évaluer les conséquences immédiates et à venir, le travail de Bernardin nous permet de comprendre que ce processus n’est ni fortuit ni le fruit d’un lent délitement systémique mais que bien au contraire, il s’agit d’une destruction scientifiquement programmée de la transmission des savoirs, entamée dès le milieu des années 60, et commencée, je vous le donne en mille, aux USA !

    Dans son livre, Bernardin cite abondamment toute la "littérature" des pédagogues américains et européens qui œuvrent, de concert, au sein d’institutions comme l’Unesco ou le Conseil de l’Europe pour établir un programme d’éducation mondiale !

    Ainsi, comprendrez-vous pourquoi vos gamins au sortir du CM2, connaissent (presque) tout de l’histoire officielle de l’esclavage (on oublie bien sûr les armateurs des navires !) et de la shoah

    (on oublie bien sûr les terrains de foot et surtout les dizaine de milliers de mort après la libération des camps...) ou sont sensibilisé à ces problématiques essentielles pour leur jeune âge que sont l’homophobie (au fait, combien de pogroms antigay en France depuis 30 ans ?) ou la théorie du genre (avec sortie pédagogique pour aller voir le film Tomboy et apprendre ainsi aux petites filles "en recherche d’identité sexuelle" à se confectionner un pénis en pâte à modeler, ceux qui ont vu le film comprendront...).

    De facto, vous comprendrez pourquoi, en revanche, de plus en plus de gosses ne maîtrisent plus les savoirs essentiels (lire-écrire-compter) et ignorent jusqu’à l’existence de Clovis (et de son baptême, ça va de soi) ou du roi Saint-Louis. Bref, Machiavel pédagogue me semble essentiel à la formation politique des membres ou sympathisants d’E&R, désireux d’être solidement armés face aux nombreux thuriféraires de frère Peillon qui peuplent nos repas de famille ou nos soirées entre amis.

    A noter que comme Michéa, Bernardin se réfère plusieurs fois à Orwell en citant, toujours fort à propos, des passages de "1984".


  • #307766

    Un désastre pour les yeux également : ophtalmologue, orthoptiste, opticien, des métiers d’avenir...


Afficher les commentaires suivants