Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marie-France Garaud et Alain Soral : la révolution 2.0 en marche

Marie-France Garaud a un côté tragique, elle m’a toujours fait penser à la rigidité de Maria Callas, à l’image de son éternel chignon, impeccablement noué. "Pas un cheveu ne doit dépasser", c’est le message inconscient qu’elle a toujours envoyé à la ronde.

Avec elle, ça ne rigole pas. Regardez par exemple cette vidéo extraordinaire de l’INA : http://www.ina.fr/video/I04240389/c... Mme Garaud, exactement comme une vraie tragédienne grecque, veut sauver la France et annonce sa candidature aux présidentielles de 1981 ; mais son appel sera mal compris par les Français. Ce sera son éternel problème, son décalage contradictoire (que pour ma part je trouve touchant) dû à sa rigidité toujours en Chanel (celle qui a libéré justement les femmes de la rigidité). En conséquence, les Français sont toujours passés à côté d’elle.

Trente ans plus tard, elle vient de publier chez Plon son petit "Livre Rouge" intitulé "Impostures Politiques", écrit avec autant de rigidité juridique que son éternellle posture. Globalement, elle dit qu’il n’y a plus d’hommes politiques, que ceux que nous voyons sont (je résume) des imposteurs, qu’il n’y a plus de direction ni de pouvoir, et que l’avenir de la France se joue uniquement sur les ambitions allemandes.

Marie-France Garaud a quelque chose de très frais finalement avec son livre, genre effet Kisscool, un peu comme si 1) Louis XIV, incarné en femme, revenait du passé avec un style littéraire anachronique 2) pour mettre en garde le Peuple Français d’une imminente révolution !

C’est aussi l’idée d’Alain Soral avec son livre qui va sortir "Comprendre l’Empire", pas vraiment destiné aux amateurs de mobilier ancien mais plutôt à ceux qui veulent connaître les bonnes raisons pour lesquelles la révolution est inévitable. Il est donc intéressant de remarquer que ces deux livres, avec deux auteurs venant de deux mondes si différents, nous disent la même chose.

Même si je n’ai pas réussi à colorier toutes les pages très juridiques de son livre (de Mme Garaud, je précise), sa dernière phrase résume parfaitement sa pensée : "(Le redressement de la France) ne naîtra pas seulement de l’analyse de nos faiblesses. Il surgira de la passion de ceux qui, sans se lasser, sauront guetter le moment où tout devient possible, afin de réveiller l’esprit d’un peuple abandonné".

Les Français sont donc abandonnés à eux-mêmes, il n’y a plus d’Etat, ni de Justice, et encore moins de Monnaie, dans une situation géopolitique qui est similaire "à la chute de l’Empire romain" (sa déclaration sur BFM à Ruth Elkrief). Et si Marie-France Garaud nous dit cela, eh bien, franchement, on a tout intérêt à la croire, car s’il y a bien une personne qui a encore une bonne vue d’ensemble, et panoramique, de la France (depuis de Gaulle jusqu’à nos jours), c’est elle. Lire aussi son interview dans Paris Match.

Ps : regardez et surtout écoutez son interview par Jean-Pierre Elkkabach et... Alain Duhamel en 1981 : http://www.ina.fr/economie-et-socie... là aussi elle a un côté totalement tragique car elle parle comme si elle jouait Antigone ou Bérénice, mais elle signalait DEJA le rôle majeur des matières premières.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mme M.F GARAUD aime passionnément son pays : LA FRANCE. Elle rêve de voir son pays jouer un rôle plus important dans le monde. Elle rêve d’une europe puissante. Elle adore les USA. Mais attention son amour de grandeur, de démocratie et de justice s’arrête à l’hémisphère nord c.à.d les pays de l’europe de l’ouest et de l’amérique du nord. Ecoutez bien l’interview accordée à ELKABAJ ET DUHAMEL. Les autres pays il faut les "bloquer" (exp. l’URSS) ou aller les exploiter (les producteurs de pétrole et de matières premieres comme les pays africains). En 1990-1991 elle était l’une des personnalités les plus enthousiastes pour aller envahir et punir l’Irak. Mais elle était bien sûr contre l’envahissement de l’Afganistan par l’URSS (1979). Et comme par hasard elle ne dit rien contre le massacres actuel en Afganistan perpétré par l’Otan. Elle savait pertinemment (en 90-91) que sur une simple attaque ou un simple ultimatum que les Irakiens auraient quitté le Koweit. Elle savait aussi que les E.U avaient piègé Saddam pour qu’il envahisse le Koweit, et que les américains voulaient à tout prix envahir cette région pour le pétrole. Et là ils avaient une excuse formidable. Après la contre attaque américane meurtrière qui a tué et blessé des centaines de milliers d’Irakiens et laissé des milliards de particules d’uranium appauvri Mme GARAUD est restée muette. Pas de critique sur cette première guerre du golfe. Elle admire les USA (le grand défenseur du monde libre - voir première vidéo) et quand on aime on ne compte pas. En publiant son livre "Impostures Politiques" elle semble nous dire : "ne m’oubliez pas". Jovanovic la compare à une "’tragédienne grecque", que je compléterais par le mot "pathétique".


  • Si Alain Soral pouvait nous proposer une synthèse équilibrée et juste en réponse à cet article de P.Jovanovic et à l’antithèse de Namimo, ce serait la grande classe ! Je courrais commander son livre chez mon libraire favori de suite !


  • Petit passage qui m’a plu :

    “Jean Monnet. Personnage habile, intelligent et surtout très secret, jean Monnet avait acquis, fort jeune, une large vision du monde et un réseau puissant de relations internationales. Ses débuts à la banque Lazard de New york avaient été brillants et, à vingt-six ans, ce fils de commerçant provincial français tenait sa place parmi les grands financiers américains. Plus important encore, il avait rencontré Paul Warburg, "homme d’influence" auquel Jacques Attali a consacré un livre, membre éminent de la Pilgrim’s Society, matrice idéologique et centre d’où naîtront des épigones tels le Council of Foreign Relations et la Trilatérale. Paul Warburg prit le jeune monnet sous sa protection... et sa coupe etc...”

    Ca fait plaisir de voir une référence à la Pilgrim’s Society dont peu de monde a entendu parler, et ce par une grande dame de la politique internationale.