Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut et Claire Colombi sur l’enseignement de l’histoire à l’Université

Discussion entre Marion Sigaut, historienne et écrivain et Claire Colombi, diplômée en histoire médiévale, sur l’enseignement de l’histoire à l’Université :

 

Découvrir l’histoire de France avec Kontre Kulture :

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

93 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour Marion et Claire commentaire autour de la minute 19’

    Autre exemple actuel : l’agrégation sur liste d’aptitude dans l’Éducation Nationale (donnant exactement les mêmes droits que le concours, horaire moindre, rémunération supérieure) sur proposition de l’inspection et du chef d’établissement. Un dispositif similaire existe également pour devenir inspecteur sans passer le concours.

    Question : ces dispositifs ne bénéficieraient-ils pas en priorité à des gens qui bénéficient de solides appuis, politiques ou autres ?

     

  • Bonjour,

    Je suis moi même passé par ce système universitaire et je me reconnais dans toute la rancœur et l’amertume que ces enseignants et leurs enseignements peuvent faire naitre en nous. Je n’aurais alors qu’un seul conseil. Fuir. Le plus loin possible. Je viens de faire le tour du monde professionnel et je peux vous assurer d’une chose, l’herbe et bien plus verte de l’autre côté de la mer, de l’océan, des montagnes. De retour en France je pleure tous les jours mes anciens collègues africains, anglais, américains, roumains et chinois... Des anges de respect et d’amour de la connaissance comparés à ceux qui délivrent des diplômes dans notre beau pays.

    D’accord, tous ne sont pas de cette nature et je trouve régulièrement des étudiants amoureux de leurs tuteurs, mais cela cache la plus terrible des illusions. Le tuteur promet souvent un poste, un contrat ou une lettre pour maintenir la stabilité de la relation qui l’unit à l’étudiant. Mais le jour J, il faut alors se soumettre à l’autorité et l’étudiant qui a été bien traité doit accepté son sort et finira comme l’éternel second qui n’aura jamais le droit de manger à table sauf après la mort du capitaine. Et encore, les seconds se multiplient vite et le cannibale a souvent raison.

    Ainsi, les gentils chercheurs, plutôt agréables et passionnés que nous pouvons rencontrer dans une université ne sont souvent que les rescapés d’un système qui broie l’humain. Ils sont souvent pires que ceux qui affichent un caractère agressif. Les flatteries cachent alors l’ambition d’un colombe venimeuse. Dans votre cas, je ne pense que la bêtise de vos tuteurs ne relèvent que de la connerie humaine. Je n’ose alors pas imaginer le type d’enseignant que nous pourrions trouver dans les grandes écoles.

    Tout ça pour dire, sourire, que j’ai mal au cœur de vous voir raviver vos souvenirs désagréables de vos études. Ces histoires de corrections, de méthodologie ou la forme cachent, dans le cas de Marion, un problème purement humain entre vous. C’est animal. Ce mépris est assez commun en fait, rien à voir avec le thème des recherches je pense. Ensuite, la conquête de territoire nouveau est évidement semé d’embuches. Ne t’arrête pas à la première idiote venue.

    Bref Marion, j’ai énormément de sympathie pour ton travail, ta posture face à l’histoire et surtout ton énergie. Tu es un modèle pour tous les chercheurs comme moi (je suis dans la biologie).

    Comment peut on te contacter directement ?

    Mathieu

     

    • Ayant une bonne expérience de différents pays aussi, je n’irai certainement pas dans ce genre de manichéisme qui consiste à dire "c’est tellement pire ici et ailleurs la vie est bien plus belle".

      Ce serait une preuve d’aveuglement ou de mauvaise foi.

      Certes nous sommes dans une période "sombre de notre histoire", disons pas la meilleure.

      Mais dans toutes ces régions que vous citez, j’ai été aussi témoins de terribles choses à chaque fois.

      évidemment je ne restais jamais dans les cercles privilégiés mais vadrouillais beaucoup et rencontrais les gens, peut-être est-ce là la différence.

      Quoi qu’il en soit, il est inutile de conseiller aux gens d’empirer d’un la situation pays en le fuyant " sans se retourner" ...

      Voyons, c’est bien cruel de la part de quelqu’un qui tient aux qualités et valeurs humaines.


    • Ecris au site, il transmettra.
      Marion


    • C...,

      Vous avez raison. Je me suis surement un peu emporté en écoutant cet échange et en répondant du tac au tac. Je travaillais au même moment et les heures les plus sombres de mon histoire scientifique ce sont rappelées à moi... J ai beaucoup trop souffert pour ne pas apporter mon soutien à ceux qui souffrent encore (sourire).

      De retour en France, j ai alors décidé de dire non, stop, de faire face à ces personnalités et ça fait vraiment du bien. C’est un peu comme la molécule M9 que monsieur M’bala² a récemment découvert. Ça redonne de la virilité et du caractère. Cependant je n’aurais pas pu apprendre à mettre un fin à ce système si je n’avais pas vu l’herbe de l’autre côté de la route. Désormais je n’ai qu’un espoir de réconciliation avec ces gens, réconciliation en les doublant à gauche et à droite de leurs ambitions. Être plus humain sans faire de l’assistanat, Être efficace et productif sans me soumettre au "capital".

      Cordialement

      Mathieu


    • Mathieu,

      merci à vous d’avoir répondu de la sorte.

      En écrit comme ci-présentement, et en actes tels que vous les décrivez.

      Je comprends grandement la violence de vos frustrations , ainsi que la peine et la colère qui peuvent les accompagner.
      Ces sont des sentiments légitimes dès lors que l’on souhaite la paix et l’entente chez les hommes, en être dépourvu suggère un "taux" d’indifférence préoccupant de par les conséquences que cela implique.

      Bravo aussi de savoir dépasser ces états émotionnels, "symptômes" d’une impuissance subie, en vous replaçant sur les rails du combat pour la victoire de ce qui fait vos "valeurs profondes".

      Qui, en dehors des corruptions multiples auxquelles sont confrontées les âmes humaines, sont les mêmes pour tous.

      Bonne continuation, bonne route ...


  • Très intéressant,je me doutais bien de la médiocrité de l enseignement en général,il suffit de regarder les nazes qui gouvernent, tout droit sortis des grandes écoles.


  • C’est une blague ? ça fait longtemps que les universités ne sont plus un lieu de savoir. Le savoir encore plus vrai, encore plus libre et encore plus gratuit, c’est évidemment sur internet que ça se passe. Le glas va bientôt sonner pour les écoles et les universités. Pline déjà savait que la vie étant courte, il n’y avait pas lieu de perdre son temps à prendre la poussière sur des bancs de fac.

    Evidemment, les étudiants en histoire ne sont pas là, à quelques exceptions près, pour montrer que les étudiants connaissent l’effort.

    La licence c’est uniquement du bachotage et du recrachage stupidissime. C’est fait pour démotiver les personnes géniales. Quand on est génial, on n’apprécie pas le travail de bénédictin ni la soumission à une autorité illégitime (car je le répète : le savoir n’existe plus dans les universités, et le courage encore moins, mais ça, ça ne date pas d’hier).
    Concernant le "master", pour oser parler de la grandeur épistémologique académique, il faut avoir eu beaucoup de chance ou être aveuglé.
    C’est fait pour les discussions de salon entre bourgeois mondains vaguement instruits, c’est tout. De "spécialiste" à "spécialiste", au mieux. L’une des seules à parler au "grand public" est Sigaut. La plupart des autres historiens font clairement de la rétention d’informations. ça, ou alors ils restent sur les rails du conformisme historique, sans jamais explorer d’autres pistes. L’histoire c’est la contre-histoire, soit lun examen critique et rigoureux qui n’a aucunement à respecter le "sens commun". Avoir des diplômes n’est pas un bouclier contre les terroristes intellectuels ; il suffit pour s’en convaincre de voir la manière dont le professeur Faurisson, enquêteur implacable, s’est fait traiter.

    Je ne pense pas que l’histoire doive s’appuyer uniquement sur des sources écrites. L’histoire récente peut probablement l’être essentiellement, mais : sans archéologie, pas d’histoire (même de l’histoire assez récente). L’histoire est aussi une affaire de symbologie, de sémiotique, d’étude des objets et des usages (à la Leroi-Gourhan), etc.

    Le rôle d’un prof : planque pour s’enrichir et exercer son petit pouvoir de vie ou de mort sur les étudiants. Je n’ai strictement jamais été soutenu par aucun "prof" durant mon cursus en "sciences dures" (et j’ai été exploité, comme bien d’autres, durant mon master 2). L’état de la transmission à notre époque est catastrophique, ça rejoint ce que j’ai écrit au début. D’où la popularité de Soral et d’autres.

     

    • En effet, on peut même se poser la question de l’intérêt des universités.

      Il y a 50 ans elles étaient un lieu de savoir, où l’on pouvait rassembler livres, professeurs, connaissances.

      Aujourd’hui internet a révolutionné tout ça, plus besoin de bibliothèques centenaires pour trouver du savoir.


    • Vous noircissez le tableau. Bien entendu on peut " réussir" à la fac en se contentant de bachoter, on peut même obtenir des diplômes par l’opération du saint esprit.
      Mais pour celui qui le désire, ce peut être aussi l’occasion d’ être guidé par des enseignants qui, pour bon nombre en tout cas, maitrisent leur sujet.
      Celui qui veut apprendre sans en passer par des savoirs même frelatés n’a qu’à s’exiler sur Mars. Ce n’est pas la voie la plus ordinaire mais chacun peut profiter des cours reçus dans ce lieu de transmission (quand même) pour approfondir ensuite des questions qui auraient difficilement pu germer ailleurs.
      Toute expérience doit être l’occasion de devenir acteur de notre singulière vie : ne pas se contenter d’absorber ce que l’on vous inculque mais se l’approprier et se penser apte à le faire. Encore faut-il y trouver de l’intérêt.
      Pour ce qui est des à côté "politiques" du fonctionnement de la fac, les étudiants ne peuvent pas être au four et au moulin, d’autant que les dysfonctionnements que l’on y rencontre ne font que renvoyer au modèle républicain dans lequel malheureusement on végète tous à nos heures.


  • Evidemment que les profs se gavent sur les élèves. Vous croyez que 500e par année suffisent à payer des études ? les facs grattent les subventions, et les subventions sont sur les inscriptions.
    Par exemple, si un élève se barre juste après le début du semestre, ils font comme s’il était inscrit histoire d’avoir la totalité des subventions.

    Le problème n’est pas le monopole de l’étude d’un sujet mais le monopole pour délivrer des diplômes universitaires. Les universités se font exploser et humilier par toutes les écoles privées, il ne leur reste que les arguments d’autorités. C’est pas pour rien que les bourges arrivistes envoient leurs merdeux dans des bachelor en finances dans des écoles privées aux usa.

     

    • #706610

      @ MagnaVeritas

      Vous dites vrai, simplement, si je considère que toute vérité est bonne à dire, il faut toutefois préparer ceux que vous tentez d’éveiller pour qu’ils adoptent une posture propice à l’écoute. Le travail est long surtout avec ceux qui n’ont jamais pu accéder au savoir authentique. Ce savoir est parfois dans l’Université, la caste des agents de l’Empire qui l’a infiltrée est seulement là pour qu’il reste inaccessible !
      C’est pour cela que les diseurs de vérité ont besoin d’un socle de connaissances "encyclopédiques" au départ mais doivent surtout être de parfaits autodidactes. Toute la question est de devenir "légitime" aux yeux des ignorants qui fustigent le système mais vous demandent d’être frappé du sceau de l’Empire (diplômes sans contenu réel) pour être crédible à leurs yeux !
      Il est certain qu’une approche scientifique, la vôtre et la mienne aussi, ne s’embarrasse pas des précautions oratoires ni des susceptibilités des imbéciles, mais il faut bien composer un minimum avec la misère ambiante...
      Pour avoir expérimenté la transmission du savoir qui permet une vision globale de la scène auprès de publics différents, je relève cinq catégories d’auditeurs :
      - les enseignants pour lesquels toute remise en cause est impossible, une éternité serait nécessaire pour les instruire (un de mes anciens professeurs de résistance des matériaux ne voit rien d’anormal dans la chute du WTC !)
      - les proches (au masculin) bien instruits au départ des sciences dures mais dont les préoccupations du quotidien font qu’ils sont parfois difficiles à atteindre. Pour cette catégorie, deux journées pleines et sans interruption sont obligatoires pour leur faire toucher les réalités de ce monde.
      - les meilleurs, catégorie où le profil type est l’ingénieur aéronautique âgé ayant la meilleure connaissance de la technologie militaire mais aussi un fond culturel certain né le plus souvent sur les bancs d’une école qui existait encore. Pour ceux-là, compter une journée complète de cours magistral pour qu’ils fassent toutes les connexions utiles et repartent avec des certitudes qu’ils pourront confirmer par des recherches ultérieures.
      - les enfants, la catégorie la plus pertinente et rapide pour la compréhension de phénomènes compliqués qu’ils envisagent pour leur part très simplement. Là, en quatre heures d’écoute, c’est plié. On comprend alors pourquoi l’Empire s’acharne sur eux...
      - la masse, pour elle, aucune règle ne prévaut, tout est possible ici.


    • @ Heureux qui, comme Ulysse,
      S’il vous prenait l’idée totalement saugrenue d’organiser quelque séminaire de re-formation pour cerveaux dégénérés, je n’ai nul doute que vous puissiez en trouver quelques uns, qui montés à l’envers, sauraient se montrer attentifs à vos élucubrations.
      Respectueusement
      Serval


    • #706877

      @ Serval

      Si le sacrifice est inscrit dans le code génétique des justes, il n’en demeure pas moins que pour être efficace et donc utile, il doit s’appuyer sur les lois de la statistique. Tout comme l’Empire ne possède qu’une seule cartouche pour la phase finale de son projet, la vérité doit être diffusée massivement et en un instant très court pour pouvoir achever la bête. Tant que cette "masse critique" ne sera pas atteinte, rien ne sert de prêcher une parole qui ne peut être comprise et sera par conséquent oubliée. La mission d’E&R est de préparer le terrain fertile qui permettra à la vérité de cheminer sans embâcles. Il faut faire tomber un à un tous les pans de cette réalité supposée pour que le mécanisme de la connaissance démarre enfin. Il faut créer ce désert culturel pour que chacun se reconstruise. L’idée est d’amener le nombre à produire non pas une analyse "dissidente" basée sur le rejet systématique de la doctrine impériale, ce qui revient à accepter le paradigme imposé, mais d’en créer un nouveau. Seul le monde concret des grandeurs physiques le permet. Sinon, c’est peine perdue.
      Regardez les énormes statues de l’Antiquité "égyptienne", essayez de sculpter du granit avec un caillou ou un burin en bronze, tout cela avec une précision de l’ordre du dixième de millimètre. C’est bien entendu impossible, et pourtant c’est comme cela que l’on nous présente les choses sans que pratiquement personne ne doute. L’évidence est partout autour de nous, vous devez simplement réapprendre à voir, les jeunes enfants n’ont pas ce problème, eux, ils comprennent tout parce que le "mauvais acquis" ne les a pas pervertis, c’est bien cela cette notion de désert culturel que j’évoque plus haut.


  • Marion Sigaut a experimenté ce que de nombreuses personnes soucieuses de verité ont experimenté : les postes clés sont aujourd’hui occupés par des fascistes de la pensée unique. Tout ce qui sort de la bouche de Voltaire est vérité et ne saurait être remis en cause. Ce sont des fascistes de la médiocrité et du laxisme. Heureusement qu’il y’a des femmes comme Sigaut et Colombie, si on pouvait détricoter tous les mensonges accumulés dans les placards de l’enseignement, on pourrait peut-être pouvoir esperer y voir plus clair dans les ténébres.


  • Une vidéo qui a l’intérêt de mettre en avant le fait que les sujets importants pour l’oligarchie dirigeante, ceux en l’occurrence qui ont trait à la révolution telle que la philosophie des lumières par exemple est intouchable comme la Shoah aujourd’hui. Tout est sous contrôle, bien sûr quelques personnes telles que vous-même madame Sigaut ont ce besoin de crier tout fort la vérité et échappe ainsi à ce "contrôle" en présentant le fruit de leurs recherches sérieuses. Bravo, mais des gens intègres comme vous sont peu nombreux. Cette vidéo nous montre aussi que l’éducation est cloisonnée la censure maçonnique est partout souvent appliqué par des gens de gauche, les plus virulents en ce que concerne la révolution évidemment...
    La fameuse théorie du genre est aussi présente partout.
    Comment sortir de tout cela puisque l’histoire est devenue volontairement rébarbative et minimaliste ainsi peu de gens s’y intéresse.
    L’objectif de la maçonnerie satanique dirigeante est atteint l’inversion des valeurs peut continuer de plus belle.


  • Bonsoir Mme Sigaut, merci d’exister et de partager avec nous la véritable Histoire, celle dans toutes ses nuances aussi horrible que belle. Je me permets de reposer la question posée à 1heure du jeune homme présent sur le possible lien entre le lobby LGBTI (i pour intersex maintenant, demain ils vont ajouter un ’’o’’ pour omnisex puis un ’’p’’ pour plurisex...etc.) et les séminaires du ’’genre’’ n’abordant que le côté sexuel de l’histoire. Je sais qu’ils ont bcp vérolé l’enseignement, ils se sont infiltrés partout pour imposer leur paradigme de dépravé.

    Aussi à quand une conférence sur Marseille j’ai hâte et je serai heureux de vous rencontrer enfin.


  • Les gays et les lesbiennes montent parfois dans la hierarchie par les reseaux ou par le biais de services sexuels, du coup et quoiqu’il en soit et quelque soit le parcours, ils orientent l’enseignement dans la plupart des cas selon leur alienation. Tout cela est voulu et suit une dégradation bien souvent organisée, le lobby juif jouit souvent de placer chez les goys de véritables malades aux postes clés quand il en a la possibilité, parfois ils font meme passer des étudiants sans mérites (issus de la communauté roms ou autres) avant des locaux dans les grandes écoles, ce fut le cas de la meme manière avec Descoing d’une certaine manière. Mon oncle est homosexuel, il m’a dit avoir eu son diplome pour services sexuels rendus à son prof d’histoire. Un diplome sans le meriter et au détriment de quelqu’un de méritant, et c’est courant. On ne parlera pas du monde de la tv... . Pourquoi dans le monde de l’edition edite-t on a un type qui pretend vouloir orienter la sexualité des gens selon sa mauvaise appréciation et ses mauvaises analyses du comportement des pucerons dans des grottes indonesiennes (ER avait passé un extrait de l’emission de Taddei concernée). En réalité il faut le savoir, il n’y a pas d’homosexualité chez les animaux, uniquement des pulsions non maitrisées et qui n’ont rien avoir avec l’homosexualité. L’histoire des pucerons dans les grottes indonesiennes est une preuve que les homosexuels ont parfois une vision totalement déformée et biaisée de la réalité. Les pucerons qui percent la carapace de leur adversaires pour placer leur sperme dans leur système, ne le font pas par homosexualité mais dans le cadre d’une stratégie de reproduction concurrentielle : et on a permis à cet ahuri de sortir un bouquin sur une erreur d’analyse aussi grotesque, on luia meme permi de passer à la tv sur le service public. Imaginez donc ce qu’un gay completement delirant ferait de l’histoire avec une telle alteration ? Et bien je vous le dis, le lobby juif, tel des savants fous, jouit de dégrader le mouvement collectif des goys en plaçant ce genre de personnes à des postes clés.

     

    • Effectivement l’homosexualité n’existe pas dans la nature. Les cas interprétés comme de l’homosexualité sont la plupart du temps des situations où un animal ayant atteint le paroxysme de son excitation sexuelle et qui se voit artificiellement interdire l’accès au sexe opposé se soulagera à l’aveugle sur tout et n’importe quoi : un tronc d’arbre, un mâle à proximité immédiate...un chien ou un étalon peuvent "copuler" avec la barricade qui les sépare d’une femelle, devrait-on parler de "barricadesexualité" ? Dès lors que les restrictions à l’accès d’une femelle sont levées on ne verra jamais un mâle copuler avec un autre mâle. Attention aussi de ne pas confondre les simulacres de copulation d’une mâle dominant sur un autre mâle. Cela s’inscrit dans un rituel de domination qui n’a rien à voir avec la reproduction et le plaisir sexuel.
      Quant à la ridicule histoire des punaises elle est emblématique de la propagande homosexualiste. Dans ce cas certains mâles introduisent leur semence dans le corps d’un autre mâle dans l’espoir que lorsque ce dernier fécondera une femelle certains des spermatozoïdes des premiers supplanteront ceux du mâle fécondateur de la femelle. Comme tu l’as écrit il s’agit d’une stratégie concurrentielle.


  • Marion, vous ne glissez pas de quenelle, mais vous dites beaucoup de gros mots dans cette video !

    Connaissez-vous un film argentin magnifique de Luis Puenzo, La historia oficial ? L’histoire officielle, ce film n’est plus disponible avec sous-titres français semble-t-il : il serait urgent de le rediffuser. Il montre comment une prof d’histoire en 1983 se fait chahuter par ses élèves du lycée lors du réveil de la société argentine grâce aux manifestations des "folles" de la place de mai. Le film montre à quel point la prise de conscience est lente et douloureuse.

    Pour les hispanisants, il est sur You Tube.

    Finirons-nous ici par ouvrir les yeux ?


  • Merci pour cet entretient très enrichissant ! Je ne connaissais pas Claire Colombie, elle semble charmante. Bon courage à elle !

     

  • Sciences Po les mecs se font lobotomiser, laver le cerveau intégralement , monde unipolaire etc .... ils ne comprennent rien à rien .... heureusement que Marion Sigault et cette jolie Claire sont là pour nous sauver de ces cerveaux malades !!!!


  • #706238
    le 29/01/2014 par qu est ce qu on fête, la science imbecile.
    Marion Sigaut et Claire Colombie sur l’enseignement de l’histoire à (...)

    Comme une boîte de chocolat, j ai tout fini.avec des effets plus positivement puissant, merci.


  • Big pharma contrôle déjà partiellement les labos de biologie, au moins à hauteur de 5%, via leurs financements plus ou moins occultes.

    Soit dit en passant, on n’adore que Dieu, on n’adore évidemment pas une institution.

    Evidemment qu’il y aura un démantèlement de l’université, ça arrivera forcément. Mais ça arrivera par son abandon, tout simplement.

    Moi je suis passéiste et je l’assume parfaitement. Concernant le Moyen-Âge, on ne peut pas se prononcer car malgré les recherches historiques, il est impossible d’effectuer une modélisation complète. Mais je préfère mille fois vivre au Moyen-Âge, époque que j’ai toujours vu comme lumineuse, qu’à notre époque abominable.

    Tristan et Iseult c’est surtout le récit de l’amour factice (provoqué par le philtre) et d’une double trahison (le roi Marc ayant été trahi par sa femme, Iseult, et par Tristan, celui dont il est le mentor, c’est donc une trahison symbolique du père). Pourquoi Tristan et Iseult est-il si lu au collège ou au lycée ? pourquoi pas des chansons de geste comme Ami et Amile, La chanson de Roland, etc. ? pourquoi pas la légende arthurienne ?


  • bonsoir,
    je suis tout à fait d’accord.
    Préservons les facultés, ces lieues de savoirs.
    Je me suis bien amusé avec cet échange entre générations différentes.
    IL y a des choses tellement vraies. Ces directeurs de thèses ou de mémoires où ces derniers parlent d’affirmations de soi, de tenir bon contre les esprits fermés, mais qui sont souvent les premiers à nous censurer ou à vouloir nous brider. Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.
    En effet, il faut avancer en faisant les benêts et c’est après avoir eu son diplôme qu’il faut l’ouvrir. On peut mieux se battre lorsque l’on est diplômé que lorsque l’on ne l’est pas.
    Dans ce système bien sûr !

    Bravo à vous deux.
    Encore de la vidéo comme celle là.

    Aldebaran du sud.


  • Marion Sigaut est une femme droite qui fait beaucoup de bien autour d’elle et dans ses conférences. Dommage qu’elle soit chez NDA et pas directement au FN car il ne faut pas disperser ses voix et aller au seul parti susceptible de faire bouger les choses.


    Cela ne m’empêche pas d’être toujours sûr de ce qu’elle dit sur beaucoup de sujets et notamment les sujets de société, comme on dit.

    Bravo à elle, on peut être fier de l’avoir parmi nous !!!

     

    • Si elle est chez nda ce n’est pas pour divisé une opposition, mais surement parce qu’elle n’adhéré pas a la vision du FN sur islam. Faudrait que vous compreniez un jour que le Fn a des position très repoussoir pour beaucoup de français. Le truc qui m’énerve le plus c’est quand on dit que le Fn unis les patriotes, alors qu’il crache sur une parti de ces patriotes.


  • J’ai été passionné par votre dialogue ! Merci !
    Passionné, et en même temps attérré d’apprendre (ou d’avoir une nouvelle confirmation) de qui est aux commandes dans cette institution pourtant merveilleuse !
    Il faut dégager ces nuisibles, ennemis de l’Histoire, ennemis de la Vérité, ennemis du Peuple !!!
    (et ça devient urgent...)


  • Mille merci à toutes les deux pour cette vidéo passionnante, riche d’enseignement mais aussi très sincère d’authenticité, je pense.

    Pour avoir arrêtée les études il y a un peu plus de 20 ans, cela redonne envie de reprendre !

    Alors très chère Claire, comme la période médiévale est obscure, faites un livre pour rétablir une vérité, ou dénoncer les mensonges de Ferdinand NATHAND !!!
    Bref une jonction avec les travaux de Mme Marion SIGAUT.

    Que Bien vous porte toutes les deux.

     

    • Je m’associe à ce souhait : J’adorerais lire un livre d’histoire honnête sur la période médiévale, quel que soit l’angle d’attaque d’ailleurs. C’est un thème passionnant sur l’architecture, l’agriculture, le commerce, la société ...
      Surtout que maintenant avec E&R, plus besoin de passer sous les fourches caudines des media et historiens "officiels".
      Claire Colombie, avez-vous un projet de livre en cours ?

      Votre anecdote sur le fait que chaque film sur le moyen age est pluvieux, les gens en aillons ... qui n’aimaient pas leur enfants etc etc... ça m’a toujours intrigué jusqu’à ce que je comprenne avec Marion que en fait tout ça vient des "lumières" qui se sont construit sur le dénigrement des périodes antérieures et surtout de l’Église.


    • Pour les livres d’histoire médiévale, je pense qu’on peut voir du côté de Régine Pernoud, George Duby, Jacques Heers...

      J’aimerais moi aussi reprendre les études dans cette branche (le moyen-âge miam !) mais c’est plutôt décourageant quand on entend ces témoignages. J’entends bien qu’aujourd’hui on puisse apprendre soi-même mais le fait d’être encadré, de se fixer des objectifs, d’acquérir une méthodologie en matière de recherche et d’analyse de documents ne s’apprend peut-être que dans un "système scolaire".

      Par ailleurs depuis un moment je me dis que le cinéma pourrait être un formidable vecteur de reconquête du pays, des esprits : il y a tout un pan de notre Histoire qui n’a jamais été traité à l’écran et que les gens, sans le savoir, attendent de voir (pour ma part je rêve d’un biopic sur la vie de Saint Louis et le haut moyen-âge). A petite échelle, le format court-métrage pourrait permettre d’aborder des thèmes chers à la dissidence en toute liberté et indépendance. J’ai fait 2 ans dans une école d’audiovisuel privée à Paris, c’est une catastrophe quand on voit les esprits sensés être "l’élite du cinéma français" de demain.


    • #706808

      @ fadge

      Je rebondis sur votre remarque concernant le "Moyen-Age" (des guillemets pour un terme qui ne veut rien dire), d’un point de vue scientifique, cette période est d’une richesse inouïe, ce n’est bien sûr pas ce que la religion d’Etat prétend...
      Comme toujours, l’Empire veut entretenir la confusion entre la connaissance scientifique et les applications technologiques qui en découlent.
      La véritable histoire de l’humanité repose sur des savoirs dont vous ne soupçonnez même pas l’existence. C’est pour cette raison que l’Empire déploie autant d’efforts pour vous couper de votre spiritualité. Elle seule constitue le moteur du véritable progrès scientifique. Il y a donc danger pour l’Empire de voir renaître la spiritualité, elle est source de vérité et permet de démasquer l’imposture totale de notre société dite "moderne". L’union sacrée entre musulmans et catholiques est aussi très mal vue. La raison en est simple, cette alliance qui se fait par le regain spirituel et non l’opposition religieuse stérile constitue l’arme absolue pour faire tomber ce château de cartes devenu branlant qu’est la religion d’Etat. Les justes ne peuvent, par définition, s’opposer pour des motifs subalternes.
      Je lis ici que Marion Sigaut serait "de droite", quelle stupidité, la vérité s’impose à tous !
      Aucun intérêt à vouloir ranger les justes dans une catégorie fabriquée pour nous diviser ?
      Si je vous dis que je suis anarchiste par idéal, aristocrate par nécessité et royaliste par dépit, dans quelle catégorie me rangez-vous ? Laissez-vous porter comme vous le faites par vos intuitions, elles vous conduiront souvent vers une impasse mais élargiront aussi votre horizon. Oui, définitivement, vous pencher sur le "Moyen-Age" vous fera grandir. Dommage que cela ne soit pas le sujet d’étude de Marion Sigaut, si une autre personne voulait bien mettre cette période en lumière comme elle le fait pour le XVIII ème, le choc serait de nature à en réveiller plus d’un.
      Un appel donc aux historiens non alignés...


    • Plutôt d’accord avec HqcU

      Les travaux de Michel Pastoureau sont une bonne piste, mettant en lumière l’importance du bestiaire et de son évolution durant le millénaire nommé “Moyen Age”.
      L’important - et c’est peut-être une critique envers Marion - c’est que ce n’est vraiment qu’en remontant avant le XVIIIè siècle - disons au moins au tournant des XVIè et XVIIè - qu’on peut apprécier le mixte gain/perte ayant conduit à la modernité et à sa “transition de paradigme”, matérialiste et “physiocrate”, peut-être même sotériologique, désormais “en-ce-seul-Monde”.
      A l’EHESS, Yves Hersant s’avère une articulation très importante : travaux sur la folie, le diable, la sorcellerie à la Renaissance.
      La grande piste, en remontant le temps, est alors ce mixte d’arts sacrés (chapiteaux, enluminures), d’alchimie (entre oratoire et laboratoire), aussi des contacts avec l’Islam... sans omettre les traditions celtiques encore pérennes dans les régions éloignées de l’“urbanité”.
      Puis s’imposent les travaux de Baltrusaitis (influences-permanences orientales de certains motifs), aussi d’Aby Warburg (au destin étonnant : passé de la banque à l’ethnographie, l’hôpital psychiatrique, l’histoire et la théorie de l’art, avec ses Nachleben-survivances).
      Alors s’étend l’Antiquité, encore à peine travaillée par le pli imposé par le(s) monothéisme(s).
      L’ethnologie et l’anthropologie prennent ensuite le relais pour généraliser la recherche d’invariants profonds, à l’aide d’une grille de lecture - d’inspiration biologique - de tout l’art global disponible.
      Fort de ce bagage, on peut alors explorer le paléolithique supérieur, jusqu’à ±-40.000 ans, au “matériau” plus chiche et plus étrange encore...
      Reste à rendre compte des bizarres invariants anthropologiques ainsi mis en lumière.
      L’enracinement biologique du psychosomatique, immense en regard de la (pré-)histoire humaine, pourrait bien en être la piste explicative, mais à un facteur essentiel près.

      Revenons alors au sujet : cette démarche de connaissance trans-disciplinaire à rebours de l’histoire (Marc Bloch, Nicole Loraux, etc.) est impossible, voire impensable à l’heure actuelle, dans l’Université comme dans les Grandes Ecoles françaises - je ne me fais pas trop d’illusions sur la situation ailleurs dans le monde, pensant même - par expérience - que Paris pourrait bien être encore un des très rares pôles où se puisse effectuer une telle aventure de connaissance “hors piste”, véritablement passionnante...


    • #708082

      @ Bug 2410

      « Reste à rendre compte des bizarres invariants anthropologiques ainsi mis en lumière. »

      C’est donc cela que définissez comme une "provocation", parler de bizarreries dont vous savez pertinemment qu’elles n’en sont pas pour celui qui a une approche non "académique".
      Mais les lignes bougent, regardez ce commentaire de "Catherine la Grande" (#707024) un peu plus loin, l’espoir est permis, non ?
      Pour le reste, votre critique des travaux de Marion Sigaut est juste dans l’absolu, je l’ai d’ailleurs moi-même invité à élargir sa période d’investigation. Le souci est que ce travail fastidieux qui consiste à aller aux sources est tellement chronophage qu’il devient très vite impossible de le mener à bien sur des périodes longues, c’est plutôt tout un collège de Marion Sigaut qu’il nous faudrait pour remonter déjà au XIII ème siècle ! Je sais Marion non sectaire, elle sera ce soir à Cluny... à quarante minutes de Lyon par l’A6.


    • Désolé, HqcU : pas pu me rendre en cette Belle Place clunisienne.
      J’attends la vidéo sur E&R...
      Donc peut-être à bientôt pour des échanges de commentaires...


    • #712550

      @ Bug2410

      Pour nos échanges de commentaires, ce sera toujours volontiers, à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice comme il l’entend et en toute liberté... un luxe que ceux en charge de convaincre le nombre ne peuvent plus se permettre, la dictature des apparences et l’égotisme ambiant ayant plus qu’altéré sa capacité à penser juste.
      Je retiendrai donc et aussi votre évocation clunisienne, une force d’occupation "républicaine" ayant réduit la cité à son cantonnement clunysois, facilité pour les fonctionnarisés (Les dames de la Poste s’en vont par trois...), mais grande misère pour les autres.
      Mais que pourrait-on attendre d’un village dédié aujourd’hui à l’élevage des bourrins (et je ne parle pas ici des Percherons du Haras National) ? Pas grand chose, sans doute...


  • vous avez vue quand elle nomme soral a la fin le chat blanc qui apparait comme un signe de pureté de l esprit saint pas maléfique

     

    • #706626

      Pour le chat, je ne saurais dire, mais il est certain que Marion Sigaut a ce don de dire des choses qui semblent anodines sur le coup mais déclenchent une tempête cérébrale chez ceux qui les retiennent.
      Vite Marion, libérez-vous, nous devons gagner l’origine de la Croisade, les médiévistes ne vous en voudront pas.


  • J’aime beaucoup Marion Sigault, mais je pense qu’elle devrait apprendre à être plus synthétique, cette vidéo de deux heures est passionnantes, mais on pourrait très bien faire une vidéo avec même contenu qui tiendrait sur 30 minutes. Et je trouve que c’est un peu le cas de beaucoup de ses conférences. Ce qui est bon pour une thèse de FAC ou un livre, ne l’est pas forcement pour des vidéos sur internet.

    En tout cas c’est impressionnant de voir comment certains prof balancent leurs élèves sur des sujets de voix de garage pour les abandonner aussitôt. J’en viendrai presque à être content d’avoir foiré mes études et de m’être sauvé de la fac sans diplôme. Enfin bon, moi c’était plus parce que je préférai jouer à la Playstation que d’étudier sérieusement, mais j’avais plus l’impression de me faire lobotomiser que d’apprendre réellement. J’apprenais beaucoup plus en lisant les bouquins à la bibliothèque et en les potassant qu’en suivant les cours de ces crétins de profs.


  • Je me demande si madame Biiiiip sait que son ancienne élève fait des vidéos passionnantes sur les lumières et Voltaire !

     

  • Je n’avais pas vu que la vidéo durait si longtemps, mais je suis quand même allé au bout !
    Très intéressant et soulevant un tas de problèmes de fond liés à la recherche.

    Pas grand chose à ajouter si ce n’est qu’en écoutant Marion Sigaut, j’ai repensé à la fameuse thèse d’Ernest Duchesne.


  • On comprend mieux pourquoi la plupart des thèses réalisées à la fac ont si peu de saveur, du genre celle sur les chevaliers paysans installés vers l’an mil au lac de Paladru sur la commune de Charavines, au lieu-dit Colletière : à faire rêver le quidam sur le passé de la France...

     

  • C’est long mais c’est passionnant : deux femmes intelligentes qui se parlent et s’écoutent...
    Remarque : à deux minutes de la fin, Mme Sigaut évoque sa rencontre avec A. Soral, nom qu’elle prononce pour la première et seule fois de cet entretien, puis, elle dit : ’Ce n’était pas un hasard’, et quand elle prononce ce dernier mot, apparaît un félin à la fière moustache et au pelage blanc immaculé. De sa seule présence à ce moment précis, ce philosophique matou est venu approuver le propos de l’historienne...

     

  • Combien des m i l l i e r conaissent maintenant => MARION SIGAUT ...
    & commien connaissent une prof pourrie à la faculté ... (quelques étudiants)

    Cela compte !!

    Je pense que Marion Sigaut va (et a déjà) influencer (-é)
    beaucoup, mais beaucoup des gens
    sur tout ces sujets du 18ième


  • Bonsoir Marion et Mlle Colombie,

    Merci pour votre travail et cet entretien.
    Moi je n’ai pas eu votre patience concernant l’université quand on voit le niveau de connerie de ce qu’on essaye de nous apprendre... Je pensais que l’université était un lieu de liberté et d’apprentissage, mais vous vous rendez vite compte que de toute façon on vous impose certains sujets d’études, et qu’en effet si vous ne vous soumettez pas, vous n’aurez pas vos crédits, donc pas votre diplôme, donc soit pas d’emploi, soit pas de crédibilité pour vos publications.

    De toute façon, vous le dites vous-même que même si vous soumettez pendant un temps sans en penser moins, au final votre travail ne sera pas relayer par les médias...quel est l’intérêt ?

    Concernant la propagande LGBT, c’est quand même curieux de voir ces groupuscules ultra-minoritaires avoir une place aussi importante dans les programmes scolaires et même en primaire maintenant. Je pense que ça s’inscrit dans une volonté de détruire les valeurs traditionnelles de notre société pour faire plus de place à des individus déstructurés, consommateurs, interchangeables...les valeurs de la gauche déconstructionniste , troskyste, libertaire au service de la droite patronale, affairiste, mondialiste...la convergence libérale-libertaire.

    Zemmour en parle dans la dernière émission avec Mafessoli,concernant les bien-pensant
    http://ericzemmour.blogspot.fr/
    D’ailleurs le premier témoignage de l’émission est intéressant aussi quand on apprend que Hollande et donc le PS ne trouve "pas grave" de perdre les ouvriers...
    Zemmour démontre bien que c’est bien une guerre contre le peuple et contre ses intérêts qui est menée par nos élites.

    Ceux qui se prétendent progressistes en nous arrachant de tout les "déterminismes" (famille, morale, nation, genre, sexualité...) qui sont censés nous oppresser sont en fait les pires réactionnaires qui soit et essayent de nous imposer leur propre morale.
    Comme disait Danton, on ne persécute que celui que l’on veut remplacer.

    J’apprécie aussi votre mesure concernant les Lumières car j’avais déjà vu la conférence avec ER Bourgogne où il est évident que de contester les Lumières,n’est évidemment pas faire l’apologie de l’Ancien Régime ni la volonté de retourner en arrière mais simplement de nous interroger sur ce mouvement qui serait intrinsèquement bon, et qui ne souffrirait d’aucune possibilité de critique.
    Bravo à vous, continuez !

    Très cordialement.


  • J’aime vraiment beaucoup Marion Sigaut,

    vous representez pour moi ce que je respecte
    le plus chez la "femme", une maman (je n’ai que 23 ans !)
    d’une sincérité flagrante, d’une intelligence brillante,
    d’une assurance a faire pâlir beaucoup de nos chers "mâles" du système
    (et même hors système)..

    Bravo, je regarde toute vos conférences qui sont passionnantes !

    Felicitations !!


  • Cela fait plaisir d’entendre des femmes se moquer du féminisme forcené contemporain.

    Je craignais que toutes les femmes fussent contaminées.

    Marion et Claire me réconcilient avec l’autre sexe. Merci.

    Dommage que vous ne soyez pas si nombreuses que ça !

     

  • Bravo et merci pour cet entretien tres enrichissant, il est clair que la plupart de ces profs de fac sont des ideologues voir des militants et non des historiens ou profs d’histoire. De ce fait , dur d’apprendre dans de telles conditions. Touche pas a mon pote Voltaire ! On en est la ..


  • J’ai beaucoup aimé cette vidéo, ça m’a presque redonné envie de retourner à l’université ! Sauf que la censure sur des sujets n’est pas supportable. Je ne suis pas d’accord sur le fait de s’écraser et se retourner après, on risque de vous dire que vous avez cracher dans la soupe. Ne pas avoir le diplôme est aussi un gage de liberté, comme le revendique Alain Soral, il n’a pas été formaté par le système !
    J’apprécie beaucoup votre travail madame Sigault, je vous remercie de le partager avec nous. Grace à vous, j’ai un autre regard sur l’histoire. Que de débats en perspective je projette avec mes enfants quand ils en seront à certains sujets... Si ces sujets sont encore enseignés quand ils en seront là !!!

     

    • @ Ghani_nyjn
      Bien sur, cela peut sembler insupportable de fermer sa gueule, mais, moi qui instruis mon gosse à la maison, et qui subis le contrôle pédagogique des inspecteurs d’académie une fois par an, j’éprouve un certain plaisir intérieur à les rouler dans la farine, je ferme ma gueule et je fais comme je veux.
      Bien sur, je n’aurais jamais dis ça il y a quelques années, mais j’ai la cinquantaine et on apprend à ruser sans se désavouer pour autant : le pot de terre ne gagne pas contre le pot de fer dans le combat frontal IL FAUT RUSER !!


  • Deux beaux témoignages concordants, des sujets de recherche en impasse, le célèbre syndrome de la « thèse sur les chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru » et les sarcasmes qui s’imposent... Marion Sigault et ses élans de colère ponctués par des "la sal..hop..pe !", une révoltée, une femme entière qui a produit deux magnifiques ouvrages qui ont saisi mon âme, « La marche rouge », et « Mourir à l’ombre des Lumières : L’énigme Damiens ».
    Lisez-les, c’est bien mieux qu’un smartphone dans les transports en commun, mais avec le risque important de manquer son arrêt : ces bouquins sont immersifs.
    Sinon pourquoi en banlieue, lorsque j’étais gamin et aujourd’hui avec mes gamins, de nombreux prof d’histoire de collège sont si ressemblant dans la médiocrité ? Ils ont bien passé un CAPES, une épreuve pas simple.


  • Marion Sigaut et Claire Colombi merci !Grace a vos témoignages,et vos déterminations ,mes enfants retiendront de votre grande sagesse qu’il ne faut pas s’opposer frontalement à ses maîtres ,mais les contourner pour mieux les vaincre


  • Tellement de choses à dire, mais je reste sur la fin merci pour l’optimisme "éclairé" de la fin :)

     

  • Vu comme ça c’est beau l’histoire...

    Mais effectivement, les gardiens de la propagande détiennent le pouvoir et ne sont pas près à le lâcher.
    Le pire c’est que leurs remplaçants seront forcement du même moule et du même réseau...(truelle ?)

    Pitoyable...


  • En réalité c’est toute l’histoire du pays qui est devenue un champ de mines. De l’antiquité à la période moderne. Qui peut imaginer un directeur de thèse acceptant de diriger un travail sur Doriot ou Maurras ? Il se ferait assassiner par les chers collègues et il le sait. En revanche vous en aurez des dizaines acceptant de superviser un navet sur Olympe de Gouge ou sur sur n’importe quel deuxième couteau des Lumières. Quant au Moyen-Age c’est le pire : il est la période qui a vu la construction de l’Etat-Nation "in the making". L’antiquité ? Cela nous amène à la très dangereuse question de la chute de l’Empire Romain (causes démographiques, financières, institutionnelles, religieuses etc... ) L’Université (à travers ses facultés de Sciences Humaines) n’a plus aujourd’hui qu’une vocation à être une centrale idéologique comme dans la défunte URSS.

     

  • "Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume de Dieu est à eux" Béatitudes
    Marion, votre prof vous a été hostile parce que vous démontrez qu’il n’y a pas eu de réels changements avant et après la Révolution. Elle se fiche pas mal des conflits théologiques entre jésuites et jansénistes, et ne soutient les seconds que par haine de l’Eglise et du Christ. Les élites pédocriminelles se fournissaient en gamins sous l’Hôpital général. Elles ont exactement les mêmes pratiques aujourd’hui. Vous avez soulevé un sujet sensible dont il est interdit de parler (l’existence à travers l’histoire de réseaux pédocriminels d’élites, si actifs dans votre si belle région, l’assassinat du gendarme Jambert en fait foi) et désacralisé les philosophes des Lumières que l’Education nationale veut faire passer pour les pères de la démocraties et protecteurs du peuple, alors qu’ils étaient partisans du "despotisme éclairé" et méprisaient tout ceux qui n’appartenaient pas à la bourgeoisie. Viendra un jour, où, avec l’aide de Dieu, le peuple se débarrassera de ces castes arrogantes et criminelles...


  • Fichtre, que ça fait du bien d’entende des propos aussi intelligents...
    Je me demande qui est la plus jeune des deux ? Quelle énergie chez ces deux femmes (il n’y a de jeunesse que d’esprit !).
    Du vécu, des arguments solides et... du bon sens, la chose, finalement, qui n’est pas la mieux partagée au pays de Descartes.
    A écouter jusqu’au bout.
    Vive le France sans cette république.


  • Vous êtes formidable


  • Rassurez-vous en sciences dures c’est pareil...
    Il serait fastidieux mais facile de montrer que toute la physique théorique enseignée aux étudiants est fausse.
    Entre autres parce qu’une application valable peut conduire à une infinité de théories différentes. Si le progrès technique est réel, la compréhension du monde, elle, s’effondre...
    Bref en sciences aussi règnent les diktats et l’idéologie pure.
    Je suis prêt à convaincre n’importe qui sur ce sujet.

     

    • #707510

      @ Catherine la Grande

      Cela commence vraiment à devenir intéressant, le commentaire inespéré que je n’attendais plus vient se poser sur un sujet pourtant aux antipodes de la matière qu’il évoque ! Quelle époque !


    • Je ne crois pas que la physique théorique enseignée aux étudiants ait pour but la compréhension du monde.
      C’est bon pour la croissance, la compréhension du monde ? Non. Donc, ce n’est pas l’objectif.

      Guénon explique très bien ça quand il parle de sciences sacrées et de sciences profanes.


    • @ petit_poney :
      Malheureusement quand tu rentres à l’université à 18 ans tu crois
      pouvoir apprendre quelque chose, tu as des rêves en tête mais tu déchantes très vite.
      Aujourd’hui quelque soit ta discipline, pour les études supérieures soit tu comprends
      qu’il faut rester dans les clous, mais psychologiquement pour certains (comme moi)
      c’est difficile, soit tu sors de tout ce système débile et tu commences à penser par toi-même,
      organiser toi-même ta vie, rencontrer des gens qui partagent tes opinions etc.


  • j’ai vraiment pris plaisir à ce tête à tête entre ces deux passionnées d’Histoire !...j’adore Marion et son caractère entier, cette femme n’a pas d’émotion feinte, çà devient rare...merci mesdames.


  • A 1h 20’ 28" : ENORME.

    Inversion de la Loi du Genre !!!


  • Tout d’abord ,merci pour ces témoignages qui ,je pense ,va déculbabilisé beaucoup d’ancien étudiant, comme moi,qui ont abandonné leurs études universtaires.C’est décourageant.Je connais un étudiant qui s’indignait de la déculturation de l’enseignement de certain professeur,je lui expliquait que c’étaient des sophistes,mais qu’il fallait jouer le jeu s’il voulait aller au bout de ses études.Mais,malheureusement,il a abandonné.Un jour il m’a dit qu’un de ses profs leur avait annoncé qu’il avait été invité par une loge maçonnique ,et qu’il était très fièr.Ce prof est maghrébin comme moi et il enseigne la littérature arabe et la civilisation arabo-musulman.Imaginez ce que peut etre l’agression moral pour un jeune étudant musulman et méditerranéen au sang chaud lorsqu’un sophiste enseigne délibémant des contre vérité sur l’islam et son histoire.C’est insultant,méprisant,insupportable.Imaginez sa désillusion du milieu universitaire.


  • J’avais entendu lors d’une de vos conférences avec Soral que vous parliez de sortir un ouvrage pédagogique et synthétique sur fond de "contre-histoire" des Lumières.
    A mon avis ça pourrait être vraiment passionnant et intéresser des gens car c’est un sujet peu usité mais dont on sent qu’il y a de choses à gratter et des statues à déboulonner.
    La forme aussi est primordiale car tout le monde n’a pas la patience d’aller au fond des textes, des sources etc.. En tout cas, hâte de vous lire !


  • Et au Moyen-Age, les gens émigraient en masse pour trouver du boulot (Notamment dans des filatures).


  • Merci à vous deux pour ce super échange, Marion à deux jolis chats ;)


  • Excellent à 1h27 : "ils doivent de méfier les gens qui causent car ils sont filmés et ça passe sur internet, arrêtez vos conneries !" Mdrrrr


  • A un moment donné, Claire Colombi souligne que même les périodes plus éloignées de nous comme le Moyen Âge font l’objet d’une étude orientée. Que des débats surgissent, c’est tout à fait normal, c’est la richesse de la vie intellectuelle et il ressort qu’ils ne peuvent pas émerger puisque on étouffe, ou on essaie d’étouffer les thèses non conformes à l’idéologie dominante.

    A ce sujet, je voudrais signaler ici les controverses violentes qui ont agité l’assyriologie (l’étude des civilisations de la Mésopotamie) tout au long du XIXe siècle et au début du XXe : des assyriologues discutant l’idée même que les Sumériens constituent une civilisation distincte et originale. Différents peuples voulaient pouvoir descendre de cette civilisation, la plus ancienne (à ce jour) à avoir élaboré une écriture, afin de pouvoir en revendiquer le prestige. Détail dérangeant pour les suprématistes blancs : les Sumériens se décrivent dans de nombreux écrits comme "les têtes noires". Ce n’est évidemment pas du goût de certains intégristes. Autre détail : ils s’installèrent au sud de l’Irak actuel mais ils venaient d’ailleurs, ils n’étaient pas sémites. Que le corpus le plus ancien répertoriant des raisonnements scientifiques puisse échapper à la récupération d’une catégorie particulière (comme si cela ne concernait pas l’humanité tout entière) constitue semble-t-il encore un écueil. On a insisté sur la barbarie des talibans qui ont détruit les bouddhas en Afghanistan, on ne parle pas beaucoup du saccage des vestiges mésopotamiens avec la guerre d’Irak, du pillage en règle du musée de Bagdad (il semble que la majorité des pièces aient été restituées mais pas toutes) et de l’appropriation par des soldats américains de tablettes cunéiformes (combien ?) dont le contenu ne sera probablement jamais déchiffré.
    Le pouvoir et les enjeux de pouvoir sont intemporels, en étudiant ses rouages en Mésopotamie, on retrouve ceux qui ont cours aujourd’hui, c’est donc aussi subversif en dernier lieu (peut-être même plus, qui sait ?) que l’étude de la seconde guerre mondiale.

    Au sommet de la pyramide, il y a toujours la connaissance, dont il faut écarter le plus grand nombre, stratégie multimillénaire qui a fait ses preuves.

     

    • #708745

      Evoquer Sumer est déjà un progrès, après, tout dépend l’interprétation frauduleuse ou non que l’on nous en sert... et nos scribes hébraïsants ne sont pas réputés pour leur honnêteté !
      Mais Sumer est aussi et surtout une part de l’Histoire récente de l’humanité, et ce n’est pas à l’école de la République que l’on risque d’enseigner cela aux enfants. Cela ne serait pas très "raccord" avec les "crop circles" de nos voisins britanniques ou la légende de Gilgamesh aujourd’hui au programme de Français des élèves de sixième !
      Mais je perds la tête, puisque les pyramides de Gizeh ont 4500 ans, tout va bien, quand même ! Il faut dire qu’ils n’étaient pas très futés ces "Egyptiens", pas fichus de faire une tête bien proportionnée au Sphinx alors qu’ils ont su, sur le même lieu, maîtriser la construction des "tombeaux" avec une résolution géométrique de l’ordre du millimètre.


    • Se pourrait-il Heureux qui, comme Ulysse... que nous ayons des centres d’intérêt communs, moi, misérable prof défroquée et vous, valeureux et noble pourfendeur de la médiocrité ?

      Je constate avec plaisir que la communication est toujours possible après notre prise de bec, et je suis d’accord avec vous pour envisager que les pyramides d’Égypte constituent un corpus scientifique dont on n’a pas encore cerné toute la signification. Les supports sont juste déroutants pour nous pauvres modernes qui ne goûtons plus guère l’effort et avons par conséquent bien du mal à comprendre pourquoi diable les bâtisseurs se sont donné tant de peine.

      Les dernières hypothèses sur Lascaux, elles aussi, posent des questions fascinantes sur l’état des connaissances des hommes "préhistoriques", un jour, il faudra peut-être revenir sur ce mot appliqué à l’histoire de l’humanité.


    • #710412

      @ Mariana

      Pour le dialogue, pas de soucis, simplement, j’essaye de montrer à ceux qui me liront que leur médiocrité n’est pas de leur fait, elle est entretenue par ceux qui sont aux commandes. Tenter de s’en extraire en écoutant les bons prophètes (ceux qui n’ont rien à vendre mais tout à offrir) passe par un total abandon d’une réalité qui ne repose sur rien de tangible !

      « je suis d’accord avec vous pour envisager que les pyramides d’Égypte constituent un corpus scientifique dont on n’a pas encore cerné toute la signification »

      Par cette phrase, vous me démontrez qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir, la question est qu’il nous reste peu de temps...
      Oui, et je l’affirme de manière péremptoire (la vérité l’est), les pyramides sont parfaitement connues et dans leurs moindres détails par ceux qui sont au pouvoir (l’œil au dessus d’elles, vous savez). Il faut donc accepter ce propos comme ayant au moins autant de chances d’être honnête que la version officielle. Franchirez-vous ce cap ?


    • Heureux qui, comme Ulysse...

      Il est franchi depuis longtemps ! Quand je parlais du plus ancien corpus écrit, jusqu’à nouvelle découverte évidemment, je parlais des bulles et des tablettes d’argile. Maintenant que des connaissances dont nous ne comprenons pas encore toute la signification ornent les parois des grottes et la statuaire préhistoriques par exemple, c’est probable. Et, bien sûr, les pyramides et le plateau de Gizeh mettent en évidence une connaissance aigüe des mathématiques et de l’astronomie.

      Chacun creuse sa petite portion de terrain et acquiert davantage de connaissances dans un domaine particulier, le défi, c’est de pouvoir confronter ses thèses avec celles des autres, de façon à apporter sa petite pièce au puzzle pour mieux comprendre l’ensemble. Les querelles de musées ou de chapelles, les rivalités mimétiques sont un frein pour la connaissance.


    • #711702

      @ Mariana

      Tout ce que vous dites est juste, mais il y a (beaucoup) plus. Personne ou presque n’envisage l’Histoire pour ce qu’elle est, là se situe l’ornière dont il faut impérativement sortir. Le pouvoir change de mains régulièrement depuis ’l’accident génétique" en fonction de ceux qui possèdent l’avantage concurrentiel permettant au peu de soumettre le nombre. Cet avantage est la connaissance scientifique profonde. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle permet à la catégorie la plus faible intrinsèquement de maintenir l’illusion de son autorité par des phénomènes que les ignorants ne savent pas expliquer. Quel lion pour craindre un dompteur dont il aurait compris que claquement de fouet n’est qu’un phénomène physique simple (franchissement du "mur du son") ?
      Ainsi, ce que Moïse a volé à Ramsès II et que Le Christ lui a repris est ce dont l’Empire s’est emparé aujourd’hui, simple, non ?
      C’est pourtant comme cela qu’il faut comprendre l’Histoire pour enfin remonter à la source de ce savoir et voir l’humanité telle qu’elle est. Tout ceci semble fantaisiste, délirant ou étrange pour celui qui ne sait pas encore, mais il n’y a aucun doute possible pour celui observe la scène depuis le bon promontoire. Mais il y a tant de barrières à faire tomber, telles que les stériles oppositions religieuses qui divisent alors que la spiritualité rassemble, que le bon camp n’est pas certain de l’emporter dans un premier temps.
      Faire confiance à ceux qui vous veulent du bien sans comprendre a priori leurs motivations est aussi nécessaire...
      Notre avenir dépend donc de la capacité de l’espèce à suivre les meilleurs, ceux qui ne tiennent jamais le discours attendu, celui de la facilité donc...
      Vous parlez aussi de confronter des thèses, pourquoi pas, sauf qu’en adoptant le bon prisme, seule la vérité s’oppose à elle-même, en tout cas pour l’explication de notre existence dans notre réduit terrestre. Car c’est bien dans "l’au-delà" que commence la véritable quête scientifique, celle qui nous rapprochera toujours plus d’une autorité que nous ne saurions atteindre.


  • "l’histoire du vêtement est plus intéressante que l’histoire du marchand de vêtements".

    Une facette de certains de mes collègues d’histoire géo qui m’avait bien surprise lors d’un séjour en Sicile : autant ils semblaient fascinés par les pierres et les cailloux, autant le contact avec l’humain autochtone paraissait les effrayer. J’ai appris ensuite qu’ils mettaient mon empressement à aller au devant des siciliens sur le compte d’une tentation malsaine.
    Pourquoi diantre les gens pétris de préjugés ont-ils l’irrépressible besoin de les exprimer ?


  • Mais comment s’appelle ta directrice de DEA Marion ? C’est une spécialiste de la R F ? Je suis prof d’histoire et m’intéresse à ce sujet vu que j’ai des 4e !


  • Ancien élève suisse d’école de commerce, je l’ai quitté par flemme face à l’inutile, par ennui face aux devoirs divers, par la constatation que l’on m’enseigné une idéologie que sa soit en histoire, en économie et autre. J’ai pensé que la chose qui m’était le plus précieux était mon temps de vie disponible et je ne le dépenserai pas en devant écouter des choses dont je n’avais cure.
    Dans les cours de comptabilité que l’on nomme gestion (moi qui voulait savoir faire la gestion d’une entreprise) on m’a appris à faire une double comptabilité, l’une publique et l’autre privé juste pour l’entreprise XD.
    En histoire, j’ai jamais appris l’histoire Suisse, plus tôt dans mon parcours sa été les hommes des cavernes, la pseudo naissance des civilisations en -6000, les egyptiens, un peu de rome et bim !, la révolution industrielle, les grands efforts du début du capitalisme, jusqu’à l’école de commerce ( 15-18 ans) ou la on passe la 2ème guerre mondiale, nous parlant de Hitler et son idéologie ayant mené à la Shoa, évidemment on se tape un court entier de visionnage de ces images abjectes de monceaux de cadavres. Pour bien nous marquer au fer rouge que le Nationalisme est une idéologie menant au fachisme (on élude tout lien avec le socialisme ou toute étude objective de l’époque et des événements). Droit derrière : le procès de Nuremberg, voilà les méchants... Ensuite le nombre de victimes de cette guerre dans tous les camps. Les 2 bombes nucléaires envoyé pour mettre fin à cette effroyable charnier... oui mais pour la paix.... ah oui, donc c’était bien...

    Avant de partir j’ai essayé d’alerter mes professeurs ayant commencé à prendre concsience des thèses "conspirationnistes" (merci le 11 sept.) on m’a gentiment expliqué qu’on se faisait du souci pour moi et qu’il fallait que j’aille consulter. (A Genève, l’une des villes ou l’on compte le plus de psychologues/chiatre)

    Les professeurs "d’économie politique" parle de la création monétaire : c’est la banque centrale qui imprime les billets. Point.
    Aucuns proffesseurs de cette prétendu école de commerce ne savent la réalité de la chose.
    Ce système est abjecte n’est que du formatage, ne nous permets pas de dialoguer, mais nous explique quoi pensé pour avoir une bonne note.
    Et pourquoi est-ce que l’école est si proche du système carcéral ? Pourquoi est-ce que les bâtiments sont en béton gris, pourquoi les retenues ? Qui sont-ils pour nous dire de rester une heure pour nous punir en recopiant des pages de dico... =S

     

  • Un aspect qu’on n’a pas évoqué ici, c’est la recherche de financements, de sponsors qui prend de plus en plus de temps aux chercheurs. Or ce sont des compétences très particulières que certains peuvent avoir mais d’autres non, il n’est pas donné à tout le monde de savoir se vendre et de faire une promotion habile de son travail. Il y a eu un glissement de la communication des recherches à travers les publications et les colloques vers l’orientation de ces mêmes recherches en fonction de leur intérêt pour des entreprises privées. Alors l’échange de services rendus (financement d’un côté-utilisation des conclusions des chercheurs de l’autre) dénature la recherche et le rapport à la connaissance. J’ai assisté ainsi à une conférence surréaliste d’universitaires (s’adressant essentiellement à des scolaires) où le contenu annoncé servait en fait à la promotion de tablettes ou de réseaux sociaux, c’était très curieux (le mot est faible) à observer.


  • Très chère Marion,
    C’est toujours un plaisir de vous écouter. Vos histoires me font penser à ma soeur, qui a dû abandonner une thèse en sciences humaines, complètement démoralisée et au bord de la dépression.
    Vous ferez un bisou à votre chat de ma part.

     

  • Vraiment dommage que la video fasse 2h je n’arrive pas a trouver de site pour la télécharger en mp3, au delà de 1h30 c’est presque impossible.

     

  • Afficher les commentaires suivants