Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut sur l’état de l’école

Marion Sigaut revient sur le suicide d’une jeune fille de 13 ans suite à des harcèlements et dresse un tableau de l’état de l’école.


Sur l’Éducation « nationale », chez Kontre Kulture :

Connaître l’histoire de notre pays, avec Kontre Kulture :

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

141 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #611761

    Il y a quelques années un élève de 3ème, d’origine maghrébine, m’a menacé en plein cours de me faire casser la gueule par ses copains ; je suis allé à la gendarmerie pour déposer plainte : l’officier présent a refusé de prendre ma plainte et m’a renvoyé vers le chef de mon établissement . Sachant que cette nullité et son adjoint ne voulaient surtout "pas de vagues", j’ai bien été obligé de "m’écraser" .

     

    • #612027
      le 01/12/2013 par Un français
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Je vois pas trop à quoi sert la fixette ethnique ? Je suis métisse normand/martiniquais. Je devrais préciser que j’ai été persécuté et menacé à l’école par des blancs (Italien d’origine) ?


    • #612090

      @pédago : merci d’avoir précisé "d’origine maghrébine", c’est tellement important dans ton anecdote !


    • #612107
      le 01/12/2013 par Gerard John Schaefer
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Qu’est-ce que ça nous apprend de plus que l’élève qui t’as menacé soit d’origine maghrébine ?
      De plus, c’est toi l’autorité dans TA classe, lorsque tu dispenses TON cours !
      Qu’est-ce que les gendarmes viennent faire là-dedans ? Pourquoi pas Interpol, aussi ?

      Moi, j’ai été prof de collège vers Porte de Clignancourt, 12 classes, jamais aucun élève ne m’a menacé, lol.
      Maintenant, effectivement, les chefs d’établissements ne souhaitent pas faire de vagues, mais ’faut dire qu’ils luttent déjà contre de forts courants...


    • #612345
      le 01/12/2013 par tshussdelamort
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      La fixette ethnique nous est imposée par le systeme. Ce sont les gendarmes (donc le systeme) qui ne voulaient pas faire de vagues avec cette combinaison magrebin-> gaulois (j’admet).

      Alors que pour une autre combinaison gaulois->gaulois ; gaulois->juif, gaulois->noir …
      ils auraient peut-etre fait des vagues…. Le système se doit entretenir la frustration, la tension croissante...


    • #612480
      le 02/12/2013 par Chiarissimo
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      En réponse à "Un français", "scaenia" et "John Schnaefer", je demande à quiconque s’est déjà fait agresser par un Jean-Baptiste ou par un Hyppolite à l’école de se manifester.

      Je vous en prie cessez votre hypocrisie.


    • #612597

      Choqués par le constat des fouteurs de merde d’origine maghrébine, mais vous sortez d’où les gars ?
      On commence à mettre en place des tabous idéologiques ou quoi ? Ça me rappelle le cohorte sur la phrase du Zemmour.
      Après, ils n’ont vraiment pas l’exclusivité, ni même qu’on englobe tout le monde, ça serait con.


    • #612613
      le 02/12/2013 par Gerard John Schaefer
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Chiarissimo

      C’est Schaefer qui te réponds que la seule fois (très pédagogique !) où il s’est fait casser la gueule à l’école, c’était par un "de souche", avec un nom bien français, un nom d’arbre.
      Et dans la vie adulte, les problèmes de voisinage, ça a toujours été avec des "de souche" aussi, le dernier en date, le type a même un nom à particule, et c’est une saloperie de malade pervers, plusieurs unions ratées et autant de gosses sur le carreau, tous débiles aussi, en conséquence.
      L’autre avant qui m’a bien fait chier, à n’importe quelle heure, un grand abruti, bien Blanc, bien "Français" aussi, si tu veux, le regard vide, et "après moi le déluge". J’ai dû lui faire comprendre qui c’était Noé.

      Maintenant, la faute ne vient pas toujours des autres, tu m’as l’air d’avoir un bon profil de victime, commence par cesser de geindre, vire 2-3 préjugés, ça ira mieux.


    • #612641

      Je ne sais pas comment c’est en France, mais en Belgique (du moins, dans les zones les plus criminogène), la police se réfugie derrière le nombre des infractions pour en faire le minimum si c’est pas médiatisé. Par contre, c’est rare qu’il refuse de prendre une plainte, ils vous disent juste que ça à peu de chance d’aboutir (sans dire que c’est parce qu’ils s’en foutent et que donc il ne feront rien pour cette affaire) et qu’il y a tellement d’affaire qu’ils ne peuvent pas tout faire (pour se dédouaner du fait qu’ils ne vont rien faire même s’il ne le dise pas ouvertement).


    • #612644
      le 02/12/2013 par Mathurin
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Je ne suis pas sur que ce que les anglais appellent le "bullying" soit si récent que cela en tout cas chez les garçons. L’école a toujours été pour nous une sorte de rite initiatique en parallèle de la formation culturelle. Ce qu’il y a de nouveau, c’est cette propagation de plus en plus violente (et indirecte) chez les filles mais aussi chez les garçons. Il y a une féminisation de cette violence. Car le plus dur, ce ne sont pas les coups, et les brimades, mais la désocialisation : il y a pire que d’être brimé, c’est d’être ignoré, de devenir un paria, je crois même que dans certaines civilisations la mise au ban était un pire châtiment que la mort... et c’est un châtiment qui laisse des traces bien plus indélébiles, car les bleus au corps guérissent plus vite que les bleus au cœur...
      J’ai subi durant un moment de ma scolarité ces deux violences concomitamment, mais les cicatrices psychologiques sont bien plus handicapantes. Le directeur de mon établissement avait dit à ma mère que c’était "normal", et que "je n’avais qu’à me défendre", je ne sais pas s’il avait tort ou raison... En tout cas c’était un collège privé, et parmi mes "bourreaux" il y avait des fils de médecin (qui portaient des noms bien gaulois et chrétiens), dire que c’est un mal d’établissement de banlieue est totalement faux. Le fait est, que ces enfants répercutent la violence qu’ils subissent à la maison (qu’elles soit directe ou indirecte, par des parents violents ou qui revivent leur enfance par procuration avec leur propre ambition). Il n’y a que trois voie de sortie à ces violences : la vengeance (Columbine, V-tech), le suicide, ou essayer d’oublier ou de s’en servir pour grandir. J’ai appris qu’un élève de ce même établissement s’était suicidé avec un fusil quelques années plus tard... Ce n’est pas nouveau, loin de là... Mais j’ai l’impression qu’on en fait tout un plat parce que la mère de cette fille s’appelle Nora... je ne vais pas vous faire un dessin...


    • #612718
      le 02/12/2013 par petit_poney
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Porter plainte pour ça, ridicule.

      "J’espère qu’ils seront au moins quatre tes copains, parce que deux comme toi, ça ne suffira pas."
      Voilà ce qu’il fallait répondre, sourire aux lèvres.


    • #612879
      le 02/12/2013 par Guillaume
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Cessons l’hypocrisie,
      Pedago, je comprend très bien ce que tu veux dire, en effet il n y a pas besoin de s’offusquer ou de passer par 4 chemins.


    • #613228
      le 02/12/2013 par Antoine.S
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Réglé ses embrouille de classe par les gendarmes, pas très chevaleresque tout sa...


    • #613659
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Encore des commentaires de puceaux qui n’y connaissent rien.

      Cette personne a parfaitement raison de porter plainte. Il faudrait savoir : la violence est proscrite, mais on n’aurait pas le droit, dans un état de droits, de défendre sa personne par la loi ? c’est n’importe quoi.


    • #613792
      le 03/12/2013 par Un français
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Chiarissimo
      Tu délires à bloc mon pauvre idiot. J’ai toujours vécu en centre ville donc des basanés il y en a quasiment pas. 5% de l’effectif pas plus. Donc oui j’ai eu des emmerdements par des "petits blancs" issues de la bourgeoisies. Fils de chirurgiens, fils de patron d’entreprises ils n’ont rien à envier en méchanceté aux peaux foncés des quartiers défavorisés que tu détestes et sur lesquels tu te fixent. Car se sachant intouchables grâce à leur milieu sociale ils sont maîtres en matière de persécutions. Tant qu’il y aura des gens comme toi pour tout voir à travers le prisme de la race on ne mérite pas de sortir de toute cette merde. Car si tu nous lis bien qui a nier que des individus de couleurs foutaient la merde ? Personne ne dis ça. Et je serai le premier à te dire que bien sûr c’est vrai. Mais ta formulation est très révélatrice, il n’y a que les basanés qui agressent.

      @Kesu
      Ce qui me dérange c’est de préciser la race. Quand Dutroux (exemple) a été arrêté on a dit que c’était un violeur blanc ? L’absurdité totale du raisonnement t’échappe. Mais pour faire simple commencer à évoquer systématiquement la race c’est pour les bas du fronts. A chaque fois qu’il y aura un individu qui commettra un crime ou un délit il faudra préciser sa race ?

      @tshussdelamort
      La manière dont je vois les choses c’est que les établissements n’ont plus d’autorités. Ils gèrent des troupeaux d’élèves. Et le bute c’est de remplir le quota de personnes qui obtiennent le bac. Notamment en trichant (notation très large, etc.) Et il y a un réseau parallèle qui fait dans l’élitisme (lycées réputés comme Louis le Grand, Henri 4 et consort) et les ESC et tutti quanti. Un réseau pour élite le reste c’est pour la masse et inutile de dire dans lesquelles établissements les budgets du ministère de l’éducation passent.

      Quoiqu’il en soit tant qu’il y aura des imbéciles pour croire que la race est le facteur prédéterminant pour la délinquance je ne pense pas qu’on mérite de se sortir de cette merde. Car je vois pas en quoi ça vaut mieux qu’une certaine communauté qui elle aussi regarde tout par rapport à ça et s’en justifie pour se mettre à la tête de l’humanité.


    • #613883

      Et tu penses que les médias font quoi quand ils parlent de "jeunes" ? Ça m’embête de se cacher derrière les "bas du front" pour éluder ce qu’il ne plait pas.
      La précaution ne produira que l’effet contraire, une hypocrisie que l’on connait du socialisme. La grille racialiste est encore là, elle est là aussi quand il s’agit de solidarité ou autre. Condamne si tu recherche vraiment un traitement plus "équitable" et reste l’exemple.


    • #613895
      le 03/12/2013 par petit_poney
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @MagnaVeritas
      Tout dépend de la violence de l’attaque. Aller à la gendarmerie pour quelques mots c’est ridicule. Cela ne vaut pas mieux que la pétasse américaine qui porte plainte pour harcèlement dès qu’on la regarde. Le gendarme a eu raison de le renvoyer au directeur de son établissement.
      Je m’en suis pris des "moulons" et je ne suis pas puceau. Et je ne pense pas que tu m’aurais traité de puceau sans ton écran pour te protéger.


    • #613968

      C’est d’ailleurs justement un manque de "vision globale" ce que t’affirmes. Je ne suis pas focalisé par l’ethnie, mais la sociologie est difficile à dénier. J’ai beaucoup vu, c’est tout, point.
      Ça n’est pas du préjugé, ça n’est pas de la généralité.
      Tu as juste peur de la stigmatisation, mais c’est pas la bonne démarche.


    • #614389
      le 03/12/2013 par Un français
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      N’importe quoi. Sociologie ? Non mon cher c’est de l’ethnocentrisme. Quand ton raisonnement s’applique qu’à un groupe d’individus. C’est du même niveau d’idioties que les mecs qui se plaignent à tout bout de champ du racisme en France. (Ce qui a le don de m’ agacer au plus haut point. J’ai d’ailleurs été menacé par le CRAN de poursuites judiciaire après les avoir contacté via facebook pour leur demander d’arrêter leurs conneries car ils dmandaient des réparations pour l’esclavage des antillais et voulaient poursuivre l’église catholique)
      Tu serais le premier à dénoncer le fait qu’une personne de couleur dirait j’ai été agressé par un blanc. C’est idiot et dangereux. Le tous contre tous dans lequel les couillons (désolé du terme) tombent avec un incroyable facilité m’exaspère.

      Tu voudrais que je dénonce et reste un exemple. C’est le cas mais la majorité silencieuse tu sais le problème c’est qu’on l’entend pas. Tout comme malheureusement on fait bien exprès de montrer deux trois marginaux suprématistes blancs alors que l’immense, l’écransante majorité des français blancs ne sont pas racistes. Ils ont au pire des stéréotypes mais ça c’est universel. La connerie comme la bonté d’ailleurs.

      Etant métisse je vois l’envers du décor pour tout le monde. Ce que tu ne saisis pas.

      Je suis le premier à dire que le racisme anti-blancs existe et qu’il ne cesse d’augmenté. Mais je constate que pas mal de "blancs" occultent le fait que le racisme contre les gens de couleur existe. Je l’ai vécu ma famille antillaise l’ai vécu et ça reste marginal et vraiment à la marge. Comme j’ai vécu l’inverse lorsque des maghrébins se montraient hostilent envers ma mère (normande et bretonne)

      Je reste cependant certains que la France est le pays le moins raciste au monde. Et pour parler de sociologie, je pense surtout que notre société post-moderne basé sur le moi je, le nombrilisme à outrance est le résultat direct de la merde dans laquelle nous sommes. La majorité des gens se foutent de comprendre pourquoi ça va mal et comment y remédier. Ils veulent qu’eux puissent jouir de leur programme télé, leur voiture, des quelques gadgets/fringues etc...

      pour ma part, j’aime mon pays plus que tout et je ne supporte pas de voir l’état dans lequel il se trouve. C’est pour ça que je vis en Corée et que je suis en train de faire de l’import de produits français. Pour soutenir les industries et pour réinvestir cet argent en France plus tard.


    • #615201

      Ne me prêtes pas de telles intentions. Je n’aime pas non plus les pleureuses du racisme, quel qu’elles soient, donc le racisme anti-blanc ça m’intéresse que peu. Si un français de branche se fait agresser à l’école par un blanc que cela soit dit sans pataquès. Pas qu’on doive dire forcément l’ethnie, juste qu’il sera con d’en faire tabou lorsqu’on relate cela.

      Je comprend bien que l’on cherche à éviter la racialisation du débat. Cela serait parfaitement sain dans une société homogène (socle culturel stable). En l’état, si cela est moins stigmatisant, cela entraine des réactions de tromperies lorsqu’ un phénomène est répété avec les mêmes personnes. Je parlais des groupes d’"origine maghrébine" qui foutaient la merde et certains s’en offusquait d’y voir une composante ethnique (pas raciale, explicable sociologiquement). Montrer toujours les mêmes exemples de personnage type, du blanc raciste au noir racaille, est un problème, de même que minimiser des faits répétés.

      En tout cas, le "racisme" (phénomène naturel de défiance j’insiste, pas suprématisme) ne se désamorce que par connaissance (juger du vrai et du faux) et pas par les artifices. En tout cas bonne chance.


    • #615507
      le 04/12/2013 par Un français
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Je comprends très bien ce que tu veux dire. Et personne ne te dis le contraire. Je pense aussi qu’il faut qu’on puisse dire et nomer les choses sans langue de bois.

      Je dis simplement que dans ce cas, préciser qu’il s’agit là d’une personne d’origine d’afrique du nord n’est pas pertinant car ce n’est pas ça qui te fais menacer les gens.

      Je te donnerai deux exemples que j’ai vécu :
      . En CE1 le père d’un garçon de ma classe a agressé verbalement la maîtresse et l’a menacée de lui pourir sa carrière. Son fils ne foutait pas grand chose mais son père était un cadre bien placé dans une boite privée.
      . Durant mes études en ESC j’ai eu dans ma promo des élèves qui se sont acharnés sur certains professeurs. Comme une esc coûte cher et que la plupart des étudiants viennent de familles aisées. Personne ne leur dit rien.

      Si je donne ces deux exemples c’est parce que je veux tout simplement dire que les personnes qui menaces les autres se retrouvent dans toutes les classes sociales et dans toutes les ethnies.c’est pour ça que dans ce cas préciser l’éthnie du mec qui te menace est idiot. D’ailleurs le suicide malheureux de cette pauvre adolescente est surement le fait de personnes de sa propre éthnie.
      Tu parles de sociologie. La sociologie ça serait de voir ça selon le milieu social.

      D’expérience chez les personnes des quartiers populaires toutes ethnies confondues au lycée, collège etc... C’est plus : la gifle dans la figure, le racket, en somme la violence physique.
      Et chez les milieux bourgeois (toutes éthnies) c’est essentiellement des violences verbales. Pousser au suicide, harcèlement, propagation de fausses rumeurs.
      C’est ce que j’ai pu constater en tout cas.

      Je pense que nous sommes fondamentalement d’accord. C’est juste que parfois il arrive que les personnes regardent le problème à partir d’un point de vue éthnique quand ce n’est pas le facteur surdéterminant (ce que je pense être le cas).

      Après moi je suis pour qu’on s’attaque aux vrais problèmes éthniques. Comme l’immigration (mon père a fait une partie de sa carrière à la PAF (Police de l’air et frontières) c’est évidant qu’un pays a besoin de contrôler ses frontières et de conserver une certaine concentration de sa population indigène sous peine de voir sa cohérence remise en cause.
      L’assimilation est aussi une question importante etc, etc...
      Je suis certains que toi et moi sommes d’accord sur beaucoup de sujets.


  • #611778

    Entièrement d’accord avec Marion S. et je suis professeur en (presque) fin de carrière et je n’irai pas jusqu’au bout, j’ai déjà commencé à essayer d’ouvrir les yeux de mes élèves .... Je refuserai de faire de ma priorité ce genre de trucs que ça plaise ou non !!!
    Nous sommes dans un monde de fous, de mensonges... que Dieu nous vienne en aide et aidons-nous aussi nous-mêmes : c’est évident.

     

    • #635672
      le 19/12/2013 par pierrot le fou
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Marion Sigaut est vraiment une grande dame et une grande âme et ce que tu fais est salutaire. Il est vital que nous nous y mettions tous, c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu.

      Il faut absolument diffuser cette directive à tous les parents et adultes. J’ai 54 ans et suis grand-père de 2 adorables bambins. Nous devons faire prendre conscience à tous de ce qui se profile pour les générations futures à travers ces courants de pensée visant à pervertir les âmes.


  • #611779

    houlllaaa.....je télécharge immédiatement la lettre de Monsieur Peillon et la transmet à la directrice de l’école (catholique) de mes enfants.

    Je ne vais laisser faire cela.

    Vincent (parent de 3 jeunes enfants 5, 3 et 1 an)


  • #611786

    On ne leur apprend (a nos enfants) pas a devenir seulement que de parfaits petits métro-sexuels incultes, biens affaiblis & qui feront de parfaites petites proies bien soumises aux jeunes males dominants-abrutis,on leur apprend aussi a pleurnicher en permanence sur le malheur de tout le monde & certain en particulier,hormis eux-meme & les palestiniens,bien sur...
    Quant a cette petite Marion,n’ayez crainte,la ou elle est actuellement & avec qui elle est,elle se porte bien mieux que nous qui voyons impuissants les hordes du diable se déchainer & festoyer au milieu des ruines de la civilisation.

     

    • #612650

      "Quant a cette petite Marion,n’ayez crainte,la ou elle est actuellement & avec qui elle est,elle se porte bien mieux que nous qui voyons impuissants les hordes du diable se déchaîner & festoyer au milieu des ruines de la civilisation."
      Ça pourrait passer pour de l’incitation au suicide, ce qui est illégal (du moins en Belgique) et c’est une bonne chose que ça le soit, réfléchissez avant d’avoir des propos qui sous couvert de réconfort font partie une propagande (aux accent protestant s’ils sont religieux) des plus morbide.
      Vous ne voulez pas féliciter Dominique Vennere tant que vous y êtes ?


  • #611817

    Chère Marion,
    Je suis complètement d’accord avec votre constat. Mais une lumière m’est apparue hier et je voulais en témoigner. Professeur en banlieue parisienne, des séances de "conditionnement mental" ont été pratiquées sur mes élèves par des collègues. Ils les ont emmenés voir un film sur une petite saoudienne qui n’avait pas le droit de faire du vélo et leur demandent de réfléchir sur les violences faites aux femmes à partir de ce film. J’ai refusé d’être accompagnatrice de ce projet. Dépité à la fin de mon cours un élève m’a dit fort judicieusement : "bon maintenant on va devoir réfléchir sur la condition de femmes millionnaires et le fait qu’elles n’aient pas le droit de faire de vélo". Je suis sortie de mon devoir de réserve et je lui ai dit qu’il réfléchissait très bien et que sa pensée était cohérente. J’enseigne au fin fond du 93. Ne désespérez pas des enseignants, des parents, des enfants résistent !

     

    • #612586
      le 02/12/2013 par Gerard John Schaefer
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Salut, Subrose ! ex-collègue ! du quatre-vingt-zeutré itou !

      Mes sourcils se sont levés concernant ton "devoir de réserve", vous m’avez l’air bien "scolaire", chère Subrose...
      Mais bon, je vois qu’il y a de la marge avec tes collègues, cette viande idéologisée...
      Et puis, il ne faut pas se décourager des gamins, la plupart sont loin d’être bêtes, ils ont cette fraîcheur de la jeunesse, qu’il faut solliciter, avant liquidation qu’est l’entrée dans le monde adulte, avec risque de fermeture définitive.
      Stimuler leurs impressions, les matérialiser en mots, qui vont leur permettre de construire une pensée, un anti-corps cohérent à la soumission qui fait son lit dans la misère.

      Bravo pour ton courage au quotidien ! MAX RESPECT.


    • #612743
      le 02/12/2013 par petit_poney
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      C’est ce que j’avais commenté lors du dernier texte publié ici par Marion Sigaut sur l’éducation nationale et qui n’a pas été compris. Les directives sont une chose, mais elles sont plus ou moins bien appliquées par les profs. Plutôt que de voir les profs comme des gauchistes incurables, il vaut mieux les encourager à résister encore plus.


  • #611820
    le 01/12/2013 par jeanfrancois13
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    le chretien que je suis est HORRIFIE par ce que dit marion tant elle a raison.


  • #611840

    “... compter au rang de vos priorités” (lettre de Vincent Peillon aux recteurs, à 05mn44), ne veut pas dire “ est votre [seule] priorité”, chère Marion Sigaut...

    Bien qu’avec cette critique j’aie, une fois de plus, bien peu de chance d’éviter les foudres des “modérateurs”, j’ajouterai quand même... :

    Oui à Marion, sur E&R - site qui entend préserver notre langue, base de notre identité et de notre civilisation -, les commentaires dont les auteurs n’ont pas même pris le temps de tenir compte des corrections orthographiques ou grammaticales qu’offre la correction automatique ne devraient pas être admis. C’est très facile à vérifier : la simple absence de soulignés en pointillés rouges... sauf écarts délibérés, car on ne saurait museler l’authentique créativité.

    Malgré ma récente ré-adhésion à E&R, me voici sans doute disqualifié aux yeux de ses durs Cerbère entoilés...

    En tout cas, dans notre parcours d’analyse et de subversion de la Barbarie qui nous tombe dessus, gardons bien en tête et au cœur le souvenir de la petite Marion, brebis parmi les loups...

     

    • #612604

      Peillon a-t-il écrit une lettre désignant la maîtrise de l’orthographe et de la lecture comme des priorités ? Je ne crois pas. Rien que le fait de faire venir des associations de cinglés dans les écoles est un crime.

      Ce n’est donc pas le fait que ce soit "une" priorité ou "la" priorité qui est grave, on en n’est plus à jouer sur les mots...

      PS : à peu près d’accord sur le niveau de certains d’E&R


    • #612731
      le 02/12/2013 par petit_poney
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Oui, elle exagère un peu, elle a peut-être 10 ou 15 ans d’avance.
      J’entends par là, que si la situation continue à se dégrader, on en sera à ce point dans 10 ans.
      C’est bien d’avoir de l’avance quand on parle d’éducation.

      Pas de foudre, juste des petits commentaires sur internet bien planqués derrière notre écran. Garde les grands mots pour les grandes occasions, camarades.


  • #611843
    le 01/12/2013 par Bé Hache Elle
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Mr Peillon qui s’extasiait devant Netanayou lorsque celui-ci chantait : Am israel hai.
    On a bien compris que ces élites sionistes sont entrées en guerre contre le peuple français.
    Ils attaquent la France par tous les fronts pour la faire tomber.
    Peillon veut faire de la nouvelle jeunesse un peuple de singes qui s’enculent comme des bonobos.

     

    • #612639

      Quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi j’entend "Heil Israel Heil’ et non "ham israel hai’... ? j’ai pourtant, disait mon pof d’harmonie, l’oreille absolu... je dois me faire vieux et perdre dans les aigus...


  • #611859
    le 01/12/2013 par RKrishna
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Si l’on ne comprend pas la méthode du système, on ne peut qu’avoir un jugement excessif qui renforce le système lui-même.

    Faire semblant de ne pas savoir ce qu’est l’homophobie est justement l’argument qu’attend le système pour vous sortir une liste d’enfants frappés, brimés ou tués en raison même de leur orientation sexuelle.

    Je suis sûr que Marion Sigaut comprend que dans l’affaire Marion Fraisse, il aurait très bien pu s’agir d’un jeune homosexuel violenté à l’école. La lutte contre les discriminations, la violence et le harcèlement englobe tous les enfants. Mais force est de constater que dans différents camps, certains sont prêts à minimiser le harcèlement lorsqu’il frappe tel ou telle enfant.

    C’est cette partialité qui permet au système de dominer l’échiquier idéologique. Le système fonctionne comme un stéréotype. Il utilise des bases réelles pour avancer ses pions, et plus les adversaires nieront ces victimes réelles et donc la nécessité de prévention, plus l’accusation d’extrémisme lancée par le système sera renforcée.

    Par ailleurs, nous savons que sous couvert de lutte contre les discriminations, le système veut mettre en place un plan de sexualisation des jeunes. Mais cela ne doit pas nous conduire à nier ces discriminations. Il faut juste dénoncer le caractère excessif de la réponse apportée qui contient une déviance évidente. Il y a un gouffre entre lutter contre l’homophobie à l’école et apporter un soutien occulte au développement des déviances sexuelles dans cette même école.

    Pour le moment, qu’il s’agisse de la petite Marion ou d’un autre enfant, il s’agit de harcèlement, et celui-ci doit être combattu avec la même force dans tous les cas. Je souhaite que la justice mette tout en oeuvre pour élucider le cas de la petite Marion et mettre les auteurs face à leur responsabilité.


  • #611872

    C’était déjà comme ça quand j’y étais, les profs voyaient bien que certains élèves en prenaient plein la gueule, mais ils faisaient l’autruche...


  • #611877

    Merci Marion. Votre vidéo touche juste.
    Vous nous montrez exactement l’essence du nouvel ordre mondial, dont le pervers ministre est le relais.
    Je plains les parents qui ont des enfants scolarisés et n’ont pas le temps ni les moyens de surveiller ce qu’on leur apprend. Contrer cet enseignement c’est contredire les enseignants et donc créer chez l’enfant une attitude schizophrène. Donc quoiqu’on fasse on a au bout du compte des enfants psychotiques. C’est grave !

     

    • #611990

      "Donc quoiqu’on fasse on a au bout du compte des enfants psychotiques."

      Je suis enseignant, et en tant que membre de E&R de plus en plus opposé aux nouveaux programmes (heureusement je suis en maternelle). J’ai eu également quatre enfants ; depuis toujours je les ai amenés à faire la part des choses, c’est-à-dire à accepter que tous les adultes y compris leurs enseignants ne soient pas toujours infaillibles, et à considérer d’un regard critique ce qui peut se trouver dans certains manuels scolaires (je pense à l’histoire notamment). Ils sont équilibrés, ont grandi sans télé dans une famille unie et portent pour les plus grands un regard critique (voire dissident) sur le monde actuel.
      Evidemment, j’ai la chance d’avoir beaucoup de temps à leur consacrer.


  • #611893
    le 01/12/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Ajoutons à cela la préparation du terrain pour la nouvelle religion en devenir et nous avons une opération de conditionnement des esprits qui dépasse, et de loin, tout ce que les dictatures du passé auront su produire.
    Pour ceux qui doutent encore, sachez que le "livre unique de français de 6ème" (Hatier, collection Rives Bleues) enseigne la Torah et la mythologie sumérienne aux élèves.
    Quel rapport avec notre langue ? Aucun !
    Il y a cinquante ans de cela, la censure caviardait un Rabelais trop cru dans le "Lagarde et Michard", aujourd’hui, c’est l’autodafé qui est la règle ! Dépêchez-vous de grandir, un pouvoir qui brûle les livres est toujours en fin de course et celui que nous subissons ne prévoit pas d’abdiquer, dût-il risquer son propre péril.
    Finirez-vous enfin par entendre ceux qui veulent vous sauver ?


  • #611896
    le 01/12/2013 par Victor H.
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Une grande femme.

     

  • #611922
    le 01/12/2013 par Joe Carson
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    À mettre en parallèle avec le cas Marjorie Raymond au Québec. Une fillette à l’apparence charmante est retrouvée pendue dans son garage avec un mot d’adieux expliquant qu’elle ne pouvait plus tolérer le climat de son école. Immédiatement, les médias s’emparent de l’histoire et titrent en première page : Intimidation -> Suicide. L’intimidation, c’est le nouveau fond de commerce des médias. Partant de cette catégorie abstraite, vendeuse et sensationnaliste, ils vont à la recherche de cas (suicide d’enfants somme toute rares) dans la société pour ensuite les grossir et créer un spectacle caritatif avec détails morbides en prime du genre « c’est la petite soeur qui a décroché la grande soeur ». Sans la moindre contextualisation, les journalistes plaquent leur grille sur le réel et font entrer des cas dans leur machine à interprétation. La mère de la fillette précédemment mentionnée est alors interviewé sur les lieux de l’enterrement et elle explique qu’elle va mener désormais un combat médiatique contre l’intimidation, alors que les causes d’un suicide sont multiples et que cette association simpliste intimidation-suicide a été concoctée de haut par les moralistes du spectacle télévisuel. La maman monoparentale aura dès lors une loi juste pour elle. Une fête caritative sera organisée à l’école pour amasser des fonds pour le nouvel organisme. Et le deuil dans tout ça ? Entièrement récupéré par l’État, le système, le spectacle. On sait qu’une fillette sans père ou sans modèle masuclin est sujette à des dépressions (voir AS : Vers la féminisation). On sais que les causes d’un suicide sont multiples. En fin de compte, le coroner dira quelques mois plus tard que ce n’était pas l’intimidation qui avait causée le suicide, mais un ensemble de paramètres malheureux.

    Autre principe médiatique fort : derrière tout suicidé il y a un suicideur. Les médias cherchèrent la bourreau, celle qui avait vraisemblement intimidé la jeune fille pour la porter au suicide. Toute l’attention médiatique fut dès lors portée sur une autre jeune fille, camarade de classe de la suicidée, qui fit elle-même une dépression et manqua s’enlever la vie. Elle était la seule CAUSE. La seule COUPABLE. Elle demeura chez elle pendant des semaines pour ne pas aller à l’école où elle aurait été victime d’intimidation à son tour. Sur facebook, elle reçut des menaces de mort et des insultes. Une société entière se dressait contre cette nouvelle fillette. Moralité : vomissez les médias et l’État.


  • #611931

    L’érecteur et l’érectrice ou les recteurs et les rectrices ? L’homme moderne se doit d’avoir plus de couilles au cul, les siennes et celles du voisin pour le mieux être de celles qui n’en ont plus ou n’en ont jamais eu. Ça devient rigolo tellement c’est grotesque !


  • #611937
    le 01/12/2013 par thihen42
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Excellent ! Rien à ajouter !


  • #611941
    le 01/12/2013 par ALMANZOR
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Bravo Marion Sigaut pour ce message entier, sincère ,qui dit des choses essentielles.
    Depuis que l’instruction publique à fait place à l’education nationale nous assistons à une programmation de plus en plus évidentes des jeunes esprits.
    A ce jour le projet vise également à démoraliser les jeunes gens en age d’avoir des enfants d’en avoir. Je suis dans cette catégorie.
    Ce phenomène ajouté à la promotion démesurée de l’avortement et de la pilule nous fait endurer ni plus ni moins un génocide doux, consenti, qui se réalise de l’intérieur, sans ennemis apparents.

     

    • #612632
      le 02/12/2013 par joseph( le vrai)
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      j’en suis arrivé à la même conclusion ! je n’ai aucune envie d’avoir des enfants dans un monde comme celui-ci...


    • #617348

      @ almanzor et joseph le vrai :

      Ben alors ! on déserte en rase campagne ?

      Les québecois et combien d’autres peuples ! ont su réagir par "la revanche des berceaux"

      c’est archi-nul de se laisser dicter sa conduite essentielle par des maîtres de mort, allons ! du cran ! et de la confiance en Dieu et en sa Bonne Mère qui est notre Mère à tous !


  • #611952

    Les protocoles de Toronto :
    "... Trop préoccupés qu’ils seront tous à satisfaire exagérément leurs besoins sensuels les plus primaires ..."
    http://www.dailymotion.com/video/x1...

    Les think tank mondialistes ou franc-mac n’ont pas encore sortis de lois ou organismes pour la protection de l’enfance (comme un Bureau de la protection de l’enfance) pour protéger les enfants de leurs parents afin de retirer l’éducation des parents à leurs enfants ?

     

    • #612307

      Parvenir à éduquer - pour de vrai - ses enfants par ses propres moyens en passant outre le système scolaire classique... c’est le parcours du combattant. Cela peut aller jusqu’à confiscation de la garde si les "conditions" ne sont pas remplies. C’est qu’on ne plaisante pas avec l’Etat, avec l’école républicaine, lorsqu’il s’agit de passer par la case formatage. On n’aurait pas le choix.

      Ensuite c’est aussi une affaire de sociabilité. Se sentir exclus ou pas en phase avec la grande majorité des enfants qui sont scolarisés, peut avoir des conséquences dans l’avenir sur le comportement. Une affaire de contacts et d’adaptabilité à la "Société". Même si les valeurs familiales sont parfois bien plus nobles que certaines imposées et vécues à l’école. Le niveau baisse de génération en génération, c’est un simple constat. Ils fabriquent à la chaîne des usines à crétins. Même l’Histoire est caviardée ou orientée.

      Le système est ainsi fait que les femmes ont vécu une pseudo-libération durant les trente glorieuses, surtout en Occident. En fait les femmes ont toujours travaillé, mais jusque-là c’était à un autre rythme et elles prenaient du temps pour s’occuper de l’enfant en bas âge. Puis de magazines en magazines, de slogans en slogans, le système a fait croire qu’elles devaient incarner l’égal de l’homme sur bon nombre de principes. Il n’y avait pas de raison... pourquoi pas elles hein ? Réduisons à néant des millénaires de traditions familiales ancestrales. Un peu plus un peu moins.

      Et comme l’avait expliqué Aaron Russo, le but est de confier l’enfant le plus tôt possible entre les mains de l’Etat, pour que déjà petit il assimile l’Etat comme son tuteur. Le formatage scolaire peut alors commencer. La mère étant plus ou moins obligée de reprendre son activité professionnelle, comme toute femme libérée et qui participe à remplir le compte en banque familial et les caisses de l’Etat, la situation socio-économique ou sociale allant de mal en pis.

      Puis ç’a aussi permis de taxer en abondance la seconde moitié de la population. Russo était clair à ce sujet, ce sont les grandes familles comme Rothschild ou Rockefeller qui ont sponsorisé ce mouvement quasi-international. Comme il y a d’autres mouvements, d’autres modes. Boum ça arrive d’un coup, un nouveau paradigme."Si t’es pas content c’est pareil... c’est dans l’agenda".


  • #611965

    Nettoyons l’éducation nationale : commençons par les académies. (les profs, on peut cracher dessus mais ils sont sur le terrain : c’est pas nos ennemis mais des bourreaux victimes (voire les témoignages de ceux-ci dans les commentaires sur E&R)).

    Solutions à la propagande et à la barbarie ? :
    1-pression des parents d’élèves.
    2-solution d’enseignement alternatif à l’éducation nationale : création de cours sur internet.

    Marion, merci pour tirer la sonnette d’alarme. Si tu peux nous donner des pistes de solution, ça serait génial.

     

    • #612674

      "Création de cours sur internet"
      Bravo, avec ça, on va avoir encore plus de geek renfermé sur eux-même incapable de contactes sociaux... Déjà que les enseignant actuel sont fasciné par ce que leur apporte les technologies (parce que c’est génial de n’avoir qu’à appuyer sur un bouton pour effacé le tableau électronique, par contre, la virtualisation à outrance, ça c’est pas grave, "la technologie, c’est l’avenir", l’avenir encore plus dégénéré oui). L’ordinateur, c’est un peu la TV qui permet aux parents de ne plus s’occuper de leurs enfants 30 ans plus tard et donc en version "interactive". "Interactif", ils n’ont que ce mot là à la bouche ces enseignant qui sont trop contant d’en foutre de moins en moins avec des ordinateurs dans lesquels les programmes scolaire de pire en pire sont implémenté et mis à jours sans qu’ils n’ai besoin de rien faire.
      Entendons-nous bien, je ne dis pas qu’enseignant=feignasse, je dis qu’il y a des feignasse parmi eux et que les défenseur progressiste de ces technologie dont on n’imagine pas encore tout les dégâts qu’elles vont causer que j’ai pu entendre à ce sujet ont tendance à ne voir que le côté qui les arranges : ils vont moins en faire.


  • #611970
    le 01/12/2013 par Thémistoclès
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Concernant les objectifs de l’Education Nationale, voici ce qui sera pour beaucoup une REVELATION AHURISSANTE.



    La trop fameuse METHODE GLOBALE d’apprentissage de la lecture est en fait une méthode élaborée pour les SOURDS-MUETS.
    Cette méthode avait vraisemblablement pour objectif de limiter l’apprentissage, l’éducation, l’élévation intellectuelle de presque tous les citoyens.



    1er point : En France, la méthode globale et ses avatars (semi-globale, phonétique) souvent proposés par des éditeurs est une méthode conçue pour les sourds muets.
    Le site http://www.sauv.net/conflect.php précise :



    Au XIXème siècle, un certain Decroly, tente d’appliquer aux entendants des méthodes d’apprentissage de la lecture initialement destinés aux sourds muets.



    Mais on peut supposer que Decroly n’a pas eu cette idée tout seul.

    2e point : la méthode globale a été développée dès 1810 aux État-Unis avec pour seul objectif l’apprentissage de la lecture aux sourds-muets.
    Selon l’ouvrage "Le pouvoir Occulte Américain" de Antony Sutton :



    Les méthodes de lecture pour sourds muets ont été développées vers 1810 par un homme remarquable, Thomas Hopkins Gallaudet. (…) Les sourds muets n’ont aucun des concepts d’une langue parlée et sont par conséquent ignorants des sons phonétiques pour les lettres.
    Gallaudet a fondé l’école Hartford (Connecticut) pour les Sourds en 1817. (…) Sa méthode "Mother’s Primer" a été publiée en 1835 et le comité du Massachusetts des écoles primaires a adopté immédiatement le livre sur une base expérimentale. (…) Dans la deuxième édition de 1836, une des directives est :
    "regarde le mot entier Frank, mais pas les lettres. Rien ne doit encore être dit au sujet des lettres …"
    Il n’y a aucune raison d’utiliser la méthode Gallaudet pour ceux qui ont la capacité d’entendre des sons.



    Cette méthode Gallaudet est en fait la méthode dite aujourd’hui "globale".

    (Fin partie 1/2)

     

    • #612590

      ET avante les années 80, le rétroviseur droit était un accessoire d’handicapé, comme quoi tout évolue.


    • #612686

      Je tiens à témoigné en temps qu’une des première victime de la méthode globale (qui si je ne m’abuse à été appliquée d’abord en Belgique) :
      Je suis quelqu’un d’auditif et donc, cette méthode basé sur le visuel n’est particulièrement pas adapté pour moi. Je savais qu’elle était faite pour les visuel et que ça pouvais porter ces fruit sur certaines personnes visuelle et ayant côtoyé des sourd, je n’ai aucun doute que c’est une bonne méthode pour eux. Ce qui est pernicieux c’est de l’avoir imposé à tout le monde (probablement en tout connaissance de cause, d’autant plus qu’on emplois encore cette méthode). Le résultat pour quelqu’un comme moi est catastrophique, j’ai fait beaucoup d’effort et ce durant des années pour avoir une orthographe acceptable (et elle ne l’est que parce que le niveau à dramatiquement chuté car quand je suis sortit du système scolaire, c’était très mal vu une orthographe pareil) et encore, les correcteurs automatique m’aide beaucoup. Ces efforts n’ont pas totalement été vain, quand je relis ce que j’ai écrit il y a 15/20 ans, je vois beaucoup de fautes que je ne voyais pas à l’époque, mais ces effort sont largement insuffisant car c’est dans l’enfance qu’on apprend le mieux et qu’il est très difficile de réapprendre quelque chose de mal appris.
      Outre mon témoignage, il faut bien comprendre qu’il y a en gros trois catégorie de gens fasse à la méthode globale : ceux pour qui c’est tout à fait adapté (sourd et même, bien souvent, mal-entendants) et quelques entendant qui ont une acquittée visuel particulière, une minorité, ceux qui sont auditif (qui ont une acquitté auditive particulière, ce qui est mon cas), pour eux, cette méthode est vraiment un désastre et les autres pour qui cette méthode est bien moins efficace que les méthodes éprouvées qui ont précédé. Bref, c’est de toute façon un échec et le mieux que l’on puisse faire est de revenir à une méthode plus efficace qui avait cours avant la dégénérescence de l’enseignement qui à eu lieux durant les années 1980 où l’on a commencer à tous miser sur les mathématiques. La méthode globale est bien sûr la bien venue dans les écoles spécialisée pour sourd (voire mal-entendant) où de part leur acquitté visuel, cette méthode est effectivement efficace.


  • #611978
    le 01/12/2013 par Matthieu80
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    La France manque cruellement de femmes comme Marion Sigaut ! C’est une évidence ! Bravo Mme Sigaut ! Du haut de mes 22 ans : BRAVO !


  • #611985
    le 01/12/2013 par Thémistoclès
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    (Partie 2/2)

    3e point : Aux Etats-Unis, cette méthode globale pour sourds muets a sans doute été utilisée à escient pour limiter les facultés intellectuelles des enfants dans le but hégélien de favoriser la société et non pas le développement individuel.
    Toujours selon l’ouvrage "Le pouvoir Occulte Américain" de Antony Sutton :



    Vers la fin du 19e siècle la méthode Gallaudet a été ranimée et adoptée par les professeurs du collège de Columbia et de l’école Lincoln (…) Le système pédagogique a adopté la méthode d’apprentissage de la lecture, originairement développée pour les sourds-muets. Cela a diminué les aptitudes pour la lecture. (…)
    Le système a produit des générations d’Américains fonctionnellement illettrés. Ceux qui peuvent lire ou écrire manquent de vocabulaire en profondeur et d’aptitudes stylistiques (…)
    Un échec tragique de l’éducation américaine de ce siècle a été un échec envers les enfants dans le fait de leur apprendre à lire, à écrire et à s’exprimer dans une forme littéraire.
    Il est étonnant que le système pédagogique ait permis à l’apprentissage de la lecture de se détériorer d’une façon si marquée.

    La grande force de cette méthode nouvelle d’éducation était non pas de préparer l’enfant à l’érudition mais de lui apprendre à être un organe indispensable de la société. (…) Pour le système pédagogique ceci ne peut pas être trop affligeant. (…) Son but principal n’est pas l’apprentissage de l’individu mais de préparer des enfants à vivre en citoyens socialement automatisés dans une société organique (…) Dans cet État la liberté individuelle réside seulement dans l’obéissance à l’État (…)



    Les résultats observables aux Etats-Unis depuis un siècle permettent de conclure que tout se passe comme si l’objectif de l’Education de masse aux Etats-Unis (et en France) était de supprimer cet ascenseur social tant vanté au seul profit d’une élite restreinte qui elle pourra toujours anticiper et corriger les lacunes structurelles de l’Education Nationale.


  • #611991

    Je vois pas ou est le problème.

    Là ma fille de 15 ans en seconde, vient de me dire qu’on lui avait parlé de fellation et dit que si elle avait le sperm de son copain dans la bouche ( pratique saine ) elle pouvait attraper le sida donc ils lui ont dit de venir au bureau devant toute sa classe et de déballer un préservatif pour le mettre sur un pénis en plastique rose de 20 cm posé sur le bureau à côté de la représentante du planning familial.

    C’est agréable que des pratiques à la DSK qui devraient normalement être réservée à la pornographie ou à une infime part de la population se voit transformer en chose banale...

     

    • #612618

      Je sens une sacrée dose de colère non ?


    • #612750
      le 02/12/2013 par petit_poney
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      On a eu le droit à ça en 4eme (13 ans !) dans les années 90.


    • #612779
      le 02/12/2013 par Gerard John Schaefer
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Salut, Joseph !

      Ta fille a 15 ans, pas 6 ou 7...
      Il est tout-à fait sain que des jeunes pré-adultes soient mis au courant des règles de base concernant les rapports sexuels. A moins de souhaiter avoir une fille-mère à la maison, comme c’est le cas dans pas mal de milieux défavorisés en termes d’éducation.

      Il n’est par contre pas sain que tu considères ta fille en te reportant à ta propre expérience au même age. Vous n’êtes pas de la même génération, vous n’avez pas le même sexe. Qui plus est, tu as peut-être grandi dans un autre pays, sur un autre continent.

      Lol, je ne vois pas la pertinence de préciser la couleur du pénis factice. Même si je crois avoir deviné 2-3 trucs...


    • #613633

      Là ma fille de 15 ans en seconde, vient de me dire qu’on lui avait parlé de fellation et dit que si elle avait le sperm de son copain dans la bouche ( pratique saine ) elle pouvait attraper le sida donc ils lui ont dit de venir au bureau devant toute sa classe et de déballer un préservatif pour le mettre sur un pénis en plastique rose de 20 cm posé sur le bureau à côté de la représentante du planning familial.



      imaginez la même histoire dans les années 70 : le prof se serait fait casser les genoux a coup de démonte pneu par le père... qui aurait probablement pris une peine symbolique avec sursis !

      et même a la fin des années 80 (années mitterrand) le prof aurait probablement été révoqué pour corruption de mineurs.


    • #613673
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Non, Gerard.

      C’est lui qui décide si c’est sain ou non pour sa fille. Le fait est que l’état pratique une immixtion dans l’éducation, c’est-à-dire dans la cellule familiale. L’éducation nationale est une aberration. Elle devrait être l’instruction nationale. La volonté de se substituer aux parents est explicite.

      Bientôt, les cours d’éduc’sex donnés par les rédactrices de cosmopolitan et de elle. Au programme :
      - Comment tirer une bonne pipe à un inconnu
      - La sodo : comment bien se faire des lavements et éviter la douleur
      - Osez le clito les gars !
      - Comment muscler sa chatte
      - L’art du squirting
      - Comment enfiler une capote d’une seule main
      - L’éjac faciale oui, mais pas dans les yeux
      - Comment bien doigter son cul et sa chatte en même temps
      - Comment garder son copain : se faire engrosesr

      Relativement subtilement, un peu comme sos racisme, l’éducation sexuelle n’est pas du tout une question sanitaire. ça fait partie de ce que j’ai appelé le satanisme d’initiation. Si les mots font peur, on peut conserver l’appellation de Madame Sigaut, qui a très bien compris qu’il s’agissait d’une initiation à la perversion. Je pourrais très facilement tout un article sur l’éducation sexuelle. La méthode est très franmac : peu importe le moyen et le but prétendu, le vrai but est avant tout d’en parler. C’est de la subversion.


    • #613885
      le 03/12/2013 par Gerard John Schaefer
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Oooooh, Magna...

      Pour une fois un message qui ne me donne pas immédiatement très envie de te faire bouffer ton clavier !

      Tu demeures néanmoins très excessif, c’est-à-dire sans aucune pertinence dans la réalité, tu sais, celle de ceux que tu appelles les "puceaux", ceux qui considèrent par exemple qu’un prof est maître dans son cours, et qu’il est totalement déplacé dès lors, d’aller chouiner à la gendarmerie (!) pour un oui pour un non. J’ai été prof, dans le 93.
      Il me semble que les exemples scabreux que tu donnes n’amènent rien au débat, tu t’es juste fait plaisir, comme d’habitude, l’espace des commentaires te servant de défouloir, comme si ta misère pouvait intéresser les autres...

      A tout prendre, pour une jeune fille, il est préférable qu’elle se fasse embrouiller par des "pédagogues" assermentés, plutôt que par son "petit copain", sur ces questions des rapports sexuels.
      Du reste, on le perçoit bien à travers les extraits vidéos proposés sur E&R, lorsque Vallaud-Belkacem et sa clique interviennent dans les classes pour promouvoir l’homosexualité, les jeunes ne sont pas dupes, ils n’en pensent pas moins...
      Ce sont surtout les adultes qui ont des problèmes avec le sexe, le corps, et ses représentations.
      Ce que tu nous prouves, avec un indéfectible enthousiasme.


    • #621818
      le 09/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Message automatique :
      MagnaVeritas a jugé que la qualité de votre message n’atteignait pas le niveau requis pour obtenir une réponse plus détaillée que la présente.

      Mention non-automatisée : allons géraldine, un peu de sang-froid. Ta jalousie t’a fait passer complètement à côté du fond de mon message. Soit dit en passant, toute anticipation est exagération.

      MagnaVeritas


  • #611995

    Une Eglise sans DIEU mais avec le diable et ses prêtres, peillon en tête, apprend t’il toutes ces déviances à ses enfants ? décidément l’hôpital général n’est pas mort avec la monarchie ; merci Marion de nous éclairer de vos Lumières.


  • #611998

    Merci Marion pour ce témoignage poignant et effrayant !


  • #612017

    Pour comprendre ce qu’il se passe à l’école il faut juste observer 3 éléments :
    - L’immaturité des enfants et des adolescents (rien de plus de normal et de plus immuable)
    - La différence entre l’autorité/encadrement et le gardiennage/parcage (je laisse juger où se situe l’école)
    - Le message et les idées véhiculées par les médias (1er support et rapport de communication subi par les populations jeunes comme moins jeunes)
    - La puissance et l’influence de l’image, du paraître et des réseaux mise en valeur par Internet et par extension les réseaux sociaux de nos jours.

     

    • #612695

      Pour ce qui est de l’immaturité des enfants, oui, c’est normal, par contre, celle des adolescent, ça ne l’est pas, dans l’antiquité, l’adolescence n’existait pas, ça a été créé très progressivement et maintenant, on est en passe d’étendre l’immaturité à l’âge adulte.
      L’adolescence à été crée de toute pièce ! Pourquoi au départ, je n’en sais rien, ce que je sais, c’est que ça arrange bien nos élites actuel qui tendent à étendre cette période artificielle et commercialement très rentable.


  • #612019

    C’est un tableau alarmiste et éloigné de la réalité que nous présente Marion Sigaut, les cas présentés peuvent exister minoritairement comme hélas il y a des imperfections partout, faisant moi même mes armes dans l’éducation nationale en Histoire-Géographie, je peux vous assurer qu’on ne passe pas de la Renaissance à la Révolution, et que les rois mentionnés (François 1, Henri 2, Henri 3...) sont bel et bien étudiés. Concernant un apprentissage "féministe" et "pro-gay", c’est absolument faux, il n’y a rien de tel dans les programmes et on n’est pas du tout tenu à enseigner ces choses-là (pour l’instant). Si j’avais un conseil à lui donner, ce serait qu’elle aille faire un tour dans un collège ou un lycée. Après, je ne dis pas que tout est parfait, et il y aurait beaucoup de choses à changer, dans les rythmes,la discipline, les programmes en Histoire (surtout une gauchisation des programmes) mais il faut se renseigner sur les choses avant d’en parler. Il y a aussi le problème de la démission des parents, l’école ne peut pas être responsable de tout.

     

    • #612195

      Je suis au lycée (terminale) et je n’ai absolument JAMAIS entendu parlé des rois que tu cites. Napoléon III ? N’en parlons pas, Clémenceau ? Qui est-ce ? Des élèves de terminale ne savent pas faire la différence entre Hitler et De Gaulle. Alors arrêtons deux secondes de minimiser l’effet ravageur de l’école.


    • #612273
      le 01/12/2013 par Adekwatt
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Tout à fait Otto ; Madame Sigaud dresse un portrait plus que pessimiste de l’école ... Le problème c’est qu’elle ignore tout ou presque du sujet puisque de son propre aveu elle n’a ni enfants ni petits enfants. Ce n’est pas un tort ! Mais que l’on se comprenne bien, si on ne maîtrise pas, ou si l’on maîtrise mal un sujet, mieux vaut éviter de trop en dire dessus.
      Dans cette vidéo Madame Sigaud projette ces propres peurs et angoisses sur ce qu’elle pense être l’école d’aujourd’hui, mais comme l’a dit Otto elle est assez loin de la réalité de tout les jours des salles de classes.

      Quant au suicide de la petite Marion, c’est évidement un drame, mais deux choses tout de même.
      1-Un suicide n’est jamais uni-causale et le harcèlement qu’a subit Marion ne saurait expliquer à lui seul son suicide.
      2-Intellectuellement, on ne peut pas prendre un cas particulier pour en tirer une conclusion sur l’état générale de l’école, ce n’est pas un procédé honnête.

      Et enfin, quand Madame Sigaud dit que les bacheliers de notre génération ne savent ni lire ni écrire ... C’est vrai que le niveau générale en orthographe de la nouvelle génération est globalement bas (comme le miens d’ailleurs) mais de la à ne savoir ni lire ni écrire ! Tout de même ! Madame Sigaud devrait essayer de passer (ou repasser) un bac, ça devrait remettre un peux les pendules à l’heure ! Avoir le bac en 2013 n’est pas si facile qu’elle semble le croire.

      En générale j’aime bien les travaux de Marion Sigaud mais la je trouve qu’elle fait un peux fausse route avec cette croisade "anti-éducation national". Parce que peut être que le ministre a tel ou tel projet pour la jeunesse, mais Marion oublie qu’entre les jeunes et le ministre il y a des milliers d’enseignants qui essaient tant bien que mal de faire leurs travail du mieux possible. Et même si dans certains cas il y a bien sur des choses à revoir, corriger, modifier etc etc je crois pouvoir dire le système éducatif français fonctionne plutôt pas mal dans son ensemble.

      Un arbre qui tombe fait toujours plus de bruit qu’une foret qui pousse !


    • #612304

      Les rois que je cite sont au programme de 5ème, quant à Napoléon III c’est le programme de 4ème. Après si en terminale les élèves ne font la différence entre Hitler et De Gaulle je crois que le problème vient peut être de l’élève. Ceci dit je ne n’essaye pas de minimiser les failles de l’école, il y a beaucoup de choses à revoir. Après concernant les professeurs eux-mêmes, évitons de jeter tout le monde dans le même sac, comme dans tout les corps de métiers il y en a qui foutent rien et d’autres essayent de tirer les élèves vers le haut avec les moyens du bord.


    • #612355
      le 01/12/2013 par Thémistoclès
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Otto,

      jette un coup d’oeil à mes commentaires plus haut, sur l’enseignement de la lecture par la méthode globale. Peut-être te poseras-tu la question :



      "Pourquoi enseigner la lecture à des enfants normaux comme s’ils étaient handicapés ?"



    • #612385
      le 02/12/2013 par les quatres saisons
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Monsieur, vous mentez.
      On évoque François 1er pour parler surtout de la renaissance (histoire des arts oblige) ensuite on passe directement à Henri IV pour surtout aborder la st Barthélemy et la réforme, un peu ou beaucoup de "lumières" et on survole ensuite Louis XIV : château de Versailles et la monarchie absolue bla bla bla et directement Louis XVI et la révolution française. Point barre.
      Pour étudier ces pans de l’histoire oubliés (?) il faut attendre l’université.


    • #612563
      le 02/12/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Otto

      Merci pour vos commentaires, ils sont la parfaite illustration de ce que décrit Marion Sigaut.
      Jamais, par le passé, autant de misère intellectuelle et culturelle n’avait pu franchir le seuil d’une institution qui a effectivement perdu ses lettres de noblesse. Votre niveau d’expression écrite traduit ce malaise que vous tentez pourtant de taire !
      L’Education Nationale est devenue ce laboratoire dédié à la diffusion de la médiocrité qu’il manquait à l’Empire pour terminer son travail de sape civilisationnelle.
      Tout y est décousu et denué de bon sens, prétendre que cela est un hasard vous fera passer au mieux pour un idiot, au pire pour un traître. La première catégorie étant surreprésentée chez le "mammouth", vous pourrez au moins devenir adulte en venant ici et cesser de participer malgré vous à l’entreprise mortifère qui vous rémunère.
      Si, à nouveau, vous envisagez comme un hasard le fait que l’on n’enseigne plus l’Histoire en terminale scientifique, je ne puis plus rien pour vous. En revanche, si vous comprenez que confronter les esprits les moins dégradés (encore ouverts à la raison) au mensonge institutionnel peut poser un problème pour l’Empire, alors soyez le bienvenu dans le monde réel !


    • #612699

      Pour ce qui est de repasser le Bac, à mon avis, elle aurait difficile en mathématique, physique et chimie, ne parlons pas de l’histoire vu qu’elle est spécialiste, mais je suis sûr qu’en français et en géographie, elle le passerait les doigt dans le nez.
      Quand je pense qu’étant revenu aux étude il y a quelques années, j’avais un niveau de français au dessus de la moyenne, je me dis que quelqu’un qui a vraiment une bonne orthographe doit être "exceptionnel" comparer à la génération actuel.


    • #613653
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      N’importe quoi ces messages de grincheux de service.

      Madame Sigaut est très proche de la réalité. L’attaquer sur sa situation personnelle est un genre d’argument d’autorité. Absolument irrecevable et totalement insultant.

      Que je sache, elle s’appuie sur une pièce à conviction : le document qu’elle cite dans cette vidéo. Cela en plus du fait qu’une enfant s’est suicidée.
      Aux dires de l’avocat qui parle au début, les suicides d’enfants et de lycéens sont très courants.

      Qui êtes-vous pour oser ouvrir votre grande bouche ?

      Madame Sigaut ne pourrait pas parler de l’école d’il y a 40 ans si elle ne l’avait pas vécue elle-même, en plus. Prétendre qu’user de témoignages de ses enfants et de ses petits-enfants est plus fiable que la méthode de Madame Sigaut est une grave injure à l’intelligence.

      Les personnages comme vous n’ont pas le niveau suffisant pour s’exprimer ici. Heureusement, il y a beaucoup de sites nuls, pour vous.


  • #612034

    Merci Marion de ce message. Cette année, je passe le concours du CAPES d’Arts Plastiques pour enseigner en collège et lycée. Je peux t’assurer que ton message n’est pas rentré dans l’oreille d’un sourd. Redonner fierté et beauté à notre jeunesse est devenu une lutte prioritaire. C’est un combat à mort, je dis bien à mort, contre la laideur. Et celle-ci va perdre.


  • #612035

    J’ai compris , depuis pas tres longtemps(grace à ER) ,comment j’avais été manipulée et remodelée comme il fallait ;ecole primaire chez les soeurs ; pratique et education religieuse ;
    puis ,lycée laique en 6 eme jusqu’à la terminale ;68 par la dessus ;je suis meme allée avec mon bac D étudier à Vincennes !j’ai ramée pour m’adapter,pour changer ! POUR ETRE "INTELLIGENTE " ET "LIBEREE" ,j’ai abandonnée beaucoup de ce que j’étais !J’y croyais ! sincère dans mon ignorance ! biquette ,c’était moi ! J’ai perdu mon temps et pas mal d’autre chose ;
    Tout çà pour dire que l ’education nationale procède par étape : j’ai eu mes enfants tard et je me suis aperçue qu’à présent ils en étaient à une autre étape ,celui décrit par Marion ;
    Mes enfants ne vont pas à l’école et je peux vous dire que la pression est forte !c’est tres mal vu ! on sent bien qu’il y a quelque chose de l’ordre du sacrilège ,de ne pas les envoyer au collège ;
    je suis étonnée de l’allure des collègiens de 11 /12 ans ;surtout les filles ;déjà un peu maquillées , des lolitas assez teignes ;pour qui la gentillesse ne semble pas etre une qualité !
    Quant aux controles éducation nationale ,ce sera le 1er du niveau collège dans 15 jours ;il parait qu’ils sont assez exigeants !un comble !
    POUR CEUX QUI VOUDRAIENT FAIRE UN GROUPE ON PEUT SE RENCONTRER D ABORD SUR LE FORUM ER ;Je suis à la campagne et :ER + ENFANTS NON SCOLARISES + MERE SEULE : j’en bave des rond de chapeaux,par moment !
    PS:si la maman de Marion lit nos commentaires je suis sincèrement aupres d’elle de loin dans sa peine ;

     

  • #612051

    On peut remercier Marion Sigaut pour cette info. C’est terrible ce qui se passe.
    Ce n’est plus supportable. Il y a la volonté de l’élite dominante et instruite de plonger la masse dans l’ignorance afin de toujours mieux la manipuler. Ce n’est pas d’aujourd’hui. En plus de ça, il y a le travail de perversion sexuelle sur des jeunes que l’on sait manipulables plus que leurs parents. Alors il faudra bien un jour faire du nettoyage et revenir au concret.

    Pour finir, j’ai moi-même été victime de harcèlement, y compris de la part des instituteurs envers lesquels j’ai toujours la haine, malgré le temps. Un élève en difficulté ou en retard ne doit pas être détruit mais aidé, c’est l’essentiel de l’"éducation nationale". Dans les années 60/70 on n’en parlait pas, Mais aujourd’hui le phénomène est tellement violent que je me demande si je n’aurais pas envie de meurtre.


  • #612054
    le 01/12/2013 par xaccrocheur
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    J’ai eu des frissons quand elle a parlé des décorations récentes (ça fait 10 ans à peu près) des fètes de Noel à Paris. Ces luminescentes altérations du sacré sont les plus douloureux des renoncements contemporains. J’ai quitté tout ce que j’aimais pour ne pas laisser cette laideur entrer dans ma vie, devenir peu à peu mon monde, mon souvenir, et le transmettre mécaniquement, inconscienmment mais coupablement au premier chien que je caresse.


  • #612058
    le 01/12/2013 par Un citoyen
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Il est clair que l’école est complètement pourrie et que les enseignants (j’en connas plein) en grande majorité sont de sombres crétins persuadés d’être largement au dessus du lot. C’est une catastrophe !

    Mon fils de 14 ans n’a encore jamais été à l’école. l’an prochain il souhaite rentrer au lycée mais je suis inquiet, pas pour sont niveau, mais il va avoir du mal à supporter la connerie ambiante.

    Qu’importe nous sommes clairs avec lui et nous le seront avec le lycée : il y restera tant qu’il le voudra bien, il n’y aura aucune pression de notre par pour qu’il y reste.

    Que cette petite Marion repose en paix et quant à-ses parents avec lesquels je compatis de tout mon cœur il auraient-peut-être du être un peu plus attentif à l’état de l’école dans ce pays et donc plus vigilants.

    Parents qui lisez ceci, dites vous bien que vos enfant sont en danger à l’école et pas seulement physiquement

     

    • #612231
      le 01/12/2013 par solex 3800
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      les enseignants sont devenus les commissaires politiques d’une entreprise de degenerescence des générations futures, regardez ce qu’ils font des gamins : des chimpanzés hysteriques et lubriques.

      a ce titre ils ne peuvent pas etre considerés comme de simples fonctionnaires.

      ils portent une résponablilité ECRASANTE dont ils auront a rendre compte.


  • #612088

    Ligne Azur est un service de SIS Association.
    Cette association proposait une brochure "Tomber la Culotte" (projet financé par l’Inpes,coordonné par Sida Info Service et le Kiosque Info Sida, en partenariat avec de nombreuses associations et artistes), y’a de quoi halluciner : https://docs.google.com/file/d/0B9K...

     

    • #612724

      Je viens d’aller voir cette "brochure"....
      Ce torchon sponsorisé est une honte de propagande et une incitation appuyée à la débauche.
      Et ce n’est pas l’intégrisme catholique qui parle !
      Sucez-vous, c’est la mode ; enfilez-vous des trucs entre vous, c’est sympa ; multipliez les partenaires et les pratiques, et plus d’ennui !!!
      Bon sang, quelle décadence !!


  • #612089
    le 01/12/2013 par lasieste
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    pourquoi approprier une fête qui leur appartient, noël ou le 25 décembre est avant tout un événement païen satanique. rien de choquant pour moi, juste fasciné par le travail des maçons.
    le satanisme est une religion, le combat mené est spirituel, on ne pourra jamais le battre qu’à travers une religion.


  • #612091
    le 01/12/2013 par Hôtel Attali : vue sur décharge
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Ma fille a fait tout son cursus scolaire de la maternelle au bac en proche banlieue avec un jeune garçon qui a très vite évolué vers un changement de sexe. Ce jeune n’a JAMAIS subi aucune agression, ni verbale, ni physique alors que dés la 6éme il évoluait en fille et que l’Ets collége/lycée(1200 élèves) comptait 1/3 d’enfants issus de l’immigration, ils l’ignoraient tout bonnement. En revanche, dés la 6éme des vidéos zoophiles et pornographiques circulaient dans la classe. 1/3 de profs abrutis ou limite sadiques, 1/3 de foutistes, 1/3 dépassés.
    Néanmoins tous les classiques : vols récurrents, trafics de drogues sous le nez des surveillants mais derrière la grille, triche aux interrogations écrites et examens, rackets, bagarres, insultes....


  • #612119

    Pardon de poster cela en commentaire de cette excellente vidéo de Marion Sigaut mais franchement y’en a marre de Dailymotion, c’est de pire en pire !
    J’ai fini par zapper la fin de la vidéo tellement le mauvais fonctionnement me gonflait.

     

    • #612162

      Prenez opéra version 12.6 si possible pour navigué et prendrent les extensions concernant le réseau et la protection de la navigations sur le net, et la ca passe....


    • #612183
      le 01/12/2013 par Victor H.
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Mettez adblock. Cela supprime toutes vos pubs.


    • #612711

      C’est ça, la technologie en renfort de la technologie dis-fonctionnel (sans compter la publicité pour un navigateur commercial qui n’est pas forcément mieux qu’un autre).
      La plate-forme vidéo en question à juste du mal pendant ses heures de pointe. Aller chez un concurrent ne ferait que soutenir une société étrangère (note qu’une société française est pour moi étrangère puisque je suis Belge) pour un résultat à peine mieux. Le mieux est héberger soi-même ses vidéos, ça coûte de l’argent, mais ça évite les pubs (et installer des programmes qui chasse les pubs, c’est juste une politique d’autruche).


  • #612133

    Merci de votre révolte Marion. De tout coeur avec vous.


  • #612141
    le 01/12/2013 par Cavalier Bleu
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Rendez-nous Jésus, oui. Nos fêtes, le Sacré, nos Saints, notre Eglise, Notre culture, Notre place dans le monde. Notre identité. Rendez-nous l’ancien Régime !!!

     

    • #612278

      Sauf qu’entre-temps, la vision du monde a changé, et nous en sommes à l’homme-singe (99 % de génome partagé), aux applications des neurones formels et à la biologie de synthèse...

      Or, il est dommage que Marion Sigaut ne s’ouvre pas à l’importance des XVIIè et XVIIIè siècles dans la découverte de ce “nouveau paradigme” - cette émergence unique dans toute l’histoire humaine - ; car alors il lui est trop facile de s’en tenir à dénoncer les Lumières comme une perversion globale qui nous aurait déviés de la Bonne Route.

      Malheureusement, ce n’est pas si simple, et les chaos des âges précédents le montrent bien, hélas. Bon nombre de physiocrates, de républicains, de franc-maçons, de spinozistes, etc., ont pensé très sincèrement que les progrès dans la compréhension du Monde pouvait aider le genre humain dans son évolution (cette “petite” découverte, dans la foulée [Buffon, Lamarck, Darwin, Haeckel...], dépassant, de très loin, la simple “Histoire” traditionnelle). Et en effet, Newton et Einstein, par exemple, ont permis le tissage du réseau satellitaire... d’ailleurs récupéré désormais, comme sur ce très beau site, par la dissidence globale pour répandre ses causes.

      Marion, et plus généralement E&R, aidez-nous à penser la complexité du Monde, aussi - pour éviter le dérapage qui menace de nous changer en les nouveaux bien-pensants-et-agissants, assurés d’eux-mêmes -, aussi et ainsi à identifier le mal toujours sis en nous-même, en particulier par l’ignorance des tendances lourdes - et pas forcément pour autant “sataniques” - qui animent notre modernité, notre espèce, notre biosphère...

      En somme, montrons nous dignes d’une double ouverture, de cœur (merci Marion !) et d’esprit (Marion, encore un effort !), telle que les deux camps en lice, et en grand risque d’affrontement généralisé, viennent plutôt à se rencontrer dans cette Unité.


    • #612373
      le 02/12/2013 par baltazar
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      On a même plus droit au film sur la vie de Jésus a Noel c’est dire a quel point les lumières du petit architecte sont aveuglantes


    • #612598
      le 02/12/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Bug2410

      Quelles sont donc vos intentions en venant ici ? Je vous sais brillant mais ne comprends votre intérêt à vouloir mettre en avant des imposteurs (Einstein, Buffon, Darwin et consorts) qui se sont faits une spécialité de piller le savoir dont d’autres avant eux furent les dépositaires.
      Pourquoi, aussi, cet amalgame entre connaissance scientifique et applications technologiques ?
      Trianguler une position par un réseau GPS est sûrement moderne et précis mais construire un édifice d’un million de tonnes avec une résolution géométrique de quelques millimètres me semble bien plus abouti scientifiquement.
      La science est l’économie du peu, gardons cela à l’esprit et la compréhension de notre monde s’affranchira des illusions et symboles entretenus pour nous perdre. La fonction technique des choses doit primer, elle est d’ailleurs souvent tellement évidente que tous (ou presque) passent à côté de la seule explication qui vaille.
      C’est de cette révolution dont il est question, celle qui saura réconcilier l’Ancien et le Nouveau, pas les opposer. Mais avant cela, il est nécessaire que des voix s’élèvent pour déconstruire la nouvelle "vérité" que l’on nous impose depuis près de trois siècles maintenant. Etait-ce mieux avant ? Pas si sûr, en effet. Simplement, il est honnête de constater que l’espèce se protégeait mieux d’elle-même ainsi...


    • #613714
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Inutile de se poser trop de question sur cet insecte. Vous avez relevé avec brio, Heureux qui comme Ulysse, la confusion entre science et technologie opérée par le personnage (et vous avez parfaitement raison dans votre comparaison gps - édifice). Il fait partie de tous ces geeks fascinés par la technologie. C’est du progressisme technophile, une idéologie très courante, avec la novlangue qui l’accompagne (biosphère, par exemple). La documentation sur l’histoire des sciences et des idées de l’individu en question n’y change rien. Son conformisme historique malgré l’évidence le discrédite d’emblée. Il faut bien comprendre que les geeks et autres technophiles sont intrinsèquement antiscientifiques en plus d’être satanistes car prométhéens.

      En plus, comme si on en avait quoi que ce soit à foutre des satellites, franchement. On va s’extasier que des gros cons puissent regarder la télé, téléphoner dans la rue, etc. ? Un peu de sérieux. Même le gps, quoi ? les anciens savant, les vrais savants, pas comme l’autre insecte, savaient se repérer grâce aux étoiles, ils n’avaient pas besoin de tous ces gadgets. La question n’est pas de savoir si ça change la vie, et encore moins de savoir s’il faut rendre un culte éternel à newton (des théories alternatives mettent à mal la loi de la gravitation universelle, dont notamment la théorie de l’univers électrique, qui, si elle est confuse et pas vraiment vérifiable, l’est autant que toute la physique quantique) ou à einstein le disciple ingrat de Poincaré, mais plutôt de savoir dans quel sens tout cela est changé. Il y a toujours un prix à payer.
      Bug n’a que la vision temporelle, pas la vision spirituelle.

      J’avais des projets dans le sens que j’indique mais certaines institutions technophiles m’ont mis des bâtons dans les roues parce que ce que je voulais réaliser aurait entrainé une révolution des idées scientifiques, et je pèse mes mots.

      Concernant les prétendu 99% d’ADN partagé entre le chimpanzé et l’homme, c’est un mythe. Déjà, c’est moins que ça, et en plus, il faut voir s’il s’agit de junk DNA ou d’ADN codant, et ensuite codant sur quoi ? Le fait est que l’homme est très distinct du chimpanzé, c’est l’évidence même. Même si seuls quelques gènes font la différence, elle est là. Même un seul gène peut tout changer. Ce n’est pas une question de quantité. Une mutation sur un gène hox ou sur une protéine cruciale peut être létale. En l’occurrence, c’est très probablement la néoténie qui fait la différence.


    • #614266
      le 03/12/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ MagnaVeritas

      Vous êtes ma bénédiction du jour ! Las de toujours guider sans grand succès ceux qui doutent vers la connaissance profonde, voici que vous venez à moi avec des mots qui sonnent juste. De grâce, ne partez pas ! Parlez-moi de vos "intuitions", je puis déjà vous dire qu’elles n’en sont pas mais s’appuient sur la raison et son caractère implacable.
      L’imposture et l’illusion étant la règle en cette société de l’inversion, toute pensée qui sort du carcan imposé est a priori recevable. C’est comme cela que l’on progresse, sans jamais lâcher ce fil conducteur qu’est la raison et quels que soient les "effets spéciaux" (ou technologie) employés pour nous perdre.
      Ainsi, et comme je l’ai indiqué par le passé à notre ami "Bug", je sais reconnaître un transistor quand j’en vois un. Les "geeks" qui se satisfont de leur technologie qui leur fait en implanter un million au cm² ne me font pas rêver, son invention oui ! Je remarque d’ailleurs leur grande réticence à me répondre sur la fonction technique des choses, auraient-ils des "secrets" à nous cacher ? Je relève aussi que le fait d’aborder les Ecritures par ce prisme révèle un univers très intéressant... La seule bonne lecture qui soit en fait, celle qui réconcilie la morale et la raison !
      Toutes les manipulations n’ont alors plus aucune prise sur le savant authentique, celui qui, en effet, comprend que science et spiritualité sont une seule et unique discipline qui se renforce à l’infini car c’est bien le chemin à parcourir qui prévaut, pas la vérité pleine et entière que par définition ou nature on n’atteindra jamais.


  • #612161
    le 01/12/2013 par Markovitch
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    On demande trop à l’école.
    L’école devrait être le lieu de transmission d’un savoir, des savoirs !
    Malheureusement l’école c’est devenu un lieu d’extrême violence, c’est la racaille qui fait la loi, le triomphe de la BARBARIE, dès le plus jeune âge, des plus forts qui ne foutent rien contre les plus faibles.
    J’avais déjà expliqué cela à la fin des années 70 lorsque j’étais au Collège sans réponse.....à l’époque ...
    Aujourd’hui en 2013 on ouvre enfin !!!! les yeux pour certains et c’est bien tard ...

    Que font les parents de l’éducation de leurs enfants ???

    Pour ceux qui en ont la possibilité je recommande vivement l’école à la maison. C’est ce que certains faisaient dans les pays de l’Est du temps du communisme. ça doit être possible en France aujourd’hui de faire pareil : l’école à la maison, en respectant les programmes bien sûr.

    Oui, c’est un sujet grave, très grave !!!

     

    • #612591
      le 02/12/2013 par Un citoyen
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      en respectant les programmes bien sûr



      Faux ! il n’y a aucune obligation de suivre les programmes, Ceci dit, pour ne pas être trop emmerdé lors des contrôles annuels, nous avons à peu près suivi les programmes.

      En effet, le gouvernement a déclenché la lutte contre l’école à la maison depuis quelques années. Il y a 20 - 30 ans il n’y avait absolument aucun contrôle, les choses on changées. Il est vrai que parmi ceux qui pratique l’école à la maison il y a aussi pas mal d’allumés qui font n’importe quoi et qui sont contre l’école par principe et pas à cause de ses dérives.

      Pour info sur l’école à la maison : www.lesenfantsdabord.org/


  • #612170
    le 01/12/2013 par lasieste
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    le constat est que la femme à tout niveau a déserté sa fonction, elle est le baromètre de la santé d’une société humaine. ce sont des femmes qui font des hommes des grands. mais le féminisme est passé par là. l’état de l’école est bien qu’une conséquence suite à la détérioration du socle "famille".


  • #612201

    ’Agnès Marin, violée et assassinée en novembre 2011, à l’âge de 13 ans, par son camarade d’école matthieu au sein même de l’établissement.L’école s’est déchargée de toute responsabilité.tant et tant d’autres affaires tragiques !et peillon a comme priorité la libération sexuelle à l’école !pensées à toutes les victimes.


  • #612233

    J’ai 19 ans ; je viens donc à peine de sortir de ce système. Et ce qui est dit n’est pas trop éloigné de ce que j’ai connu (enfin, plutôt observé, n’ayant jamais été moi-même harcelé ou harceleur). Il me semble que cela a empiré depuis mon départ (surtout la sexualité)...

    Au collège (en province), on nous avait interdits l’accès aux toilettes ( pendant les heures de repas, après la destruction d’une cuvette par un pétard), aux permanences libres, aux bâtiments (même en hiver, lorsqu’il faisait moins vingt), évidemment aux sorties en dehors de l’établissement, etc... En conséquence, on ne pouvait que "traîner" pendant deux ou trois heures dans la cour de récréation. Dans ces circonstances, on en venait vite à s’amuser en embêtant le plus "faible" de caractère (être premier ou dernier de la classe n’avait aucune importance ). Selon la personne, cela pouvait prendre différentes formes de "harcèlement". Il s’agissait surtout de brusquer ceux qui répondaient ; ceux qui se sentaient personnellement atteints par cette forme de jeu : insultes, vols d’affaires...

    J’ai connu quelqu’un pour qui ça a très mal tourné : à la sortie des cours, on lui a versé de l’essence dessus et on lui a mis le feu... Mais mise à part cette histoire, j’ai trouvé les caïds du collège bien formateurs .

    Les cours, c’était moins drôle.

    - Histoire ; de la 6e à la Terminale, jamais entendu parler de Jeanne d’Arc, Napoléon ou Louis XIV. En gros ce fut : l’Antiquité grecque, le Haut Moyen-Âge, l’Humanisme, les Lumières, et SURTOUT la Colonisation, la Révolution sans Napoléon, et les guerres mondiales (et SANS la Shoah !).

    - Français : par chance, j’ai eu de bons professeurs, mais le programme semblait leur déconseiller d’en faire trop.

    - Musique : Starmania et Michel Berger, avant d’Indy.

    - Physique : énorme blague. Programme qui ne suivait même pas celui de maths.

    - Philo : prof déprimé de son programme.

    - Biologie : Absolument vide jusqu’en Terminale.

    - Mathématiques : calculatrice, et programme déconnecté du reste des Sciences

    - Langues : RIEN APPRIS.

    + petites affaires dues au manque d’autorité de certains professeurs : prof enfermée dans le placard, son sac mis à feu, lancer d’affaires [compas] depuis le 4e étage, élèves sur le toit... Dans un établissement voisin (toujours en province) : pistolet (non-factice) dans la cantine, souris VIVANTE explosée au pétard en biologie, etc...

    Par contre, je ne sais pas si c’est différent de l’école d’il y a 20 ans.

     

    • #612722
      le 02/12/2013 par Djames Din
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      En tant que Kabyle, je suis blanc et pas trop typé enfin surtout adolescent imberbe j’étais une sorte de petit beau gosse et j’ai subi les tentatives de racket des petits arabes avec des gueules de razzia et de noirs. Ils n’ont jamais réussi à me faire quoi que ce soit parce que j’avais une technique, dès que je les voyais arriver je faisais mine d’être plus déterminé et fou qu’eux, je prenais la rage directe... Faut dire aussi que nous autres Kabyles ont a facilement les fils qui se touchent... Du coup, ils hésitaient parce que ce que redoute le plus le racketteur c’est de se faire tabasser par ceux qu’ils prennent pour des victimes. Si bien que jusque la fac, j’ai toujours traîné avec des "blancs" et je ne comprenais pas qu’ils ne réagissent pas comme je le faisais pour se défendre.
      Faut le dire, le collège et le lycée sont devenus des coupes gorges. Je me souviens d’un renoi au lycée qui me prenait a part dans les couloirs toujours accompagné de 2 ou 3 autres noirs. J’ai jamais compris ce qu’il voulait ce bonobo ! Assez de courage pour me demander pourquoi je soutenais son regard mais pas assez malgré la présence de ces potes pour faire quoi que ce soit. Il restait là devant moi à me dire d’arrêter de le regarder, mais si je le regardais pas je passais pour une victime. Ça a duré toute une année. A la fin, ses potes en on eu marre qu’il ne fasse rien et se contente de mise à l’amende puérile du coup il a arrêté.

      Qu’est ce que j’aimerais croiser ce renoi aujourd’hui pour régler son compte maintenant qu’on est un homme fini... Ma parole que j’ai toujours l’envie intacte de le bouffer !
      Moi j’explique la montée de la violence par l’arrivée massive de noirs à l’école a partir des années 90 et plus précisément depuis l’arrivée en France du communautarisme black américain dans les cours de récré. L’époque de Mickael Jordan, Boys in the hood, du rap et tout le tralala identitaire. Une violence raciste anti blanc que j’ai constaté dès la primaire par le regroupement des noirs entre eux sur critère racialiste.

      Le racisme anti blanc né à l’école primaire comme miroir de la société et le racisme blanc né de la violence scolaire que les blancs subissent adolescents. C’est le chien qui se mord la queue.

      Par rapport au sexe, la perversion remonte à la fin de l’école unisexe. C’est de là que viennent l’hyper sexualisation des ados, les adolescentes mères et le métissage intensif...


    • #613411

      Le communautarisme black-américain ? C’est pas faux. Chez nous, on a assez peu de maghrébins. Les Kabyles, assez citadins par nature, sont bien intégrés. Les autres maghrébins aussi, mais disons qu’ils ont une tendance à l’insoumission ;-) Par contre on a un grand nombre de Turcs et de Kurdes (j’habite près de la frontière avec l’Allemagne). Jusqu’au collège, ils ont généralement des notes dans la moyenne du groupe (avec des bons, des moins bons... normal quoi), n’emmerdent pas les autres, ne restent pas entre eux, écrivent correctement le français... Et en sachant que leurs parents sont très vite devenus "économiquement indépendants", avec des PME, etc...

      Mais il y en a un paquet qui ont lâché l’école au milieu du lycée, en tombant dans une espèce de communautarisme j’écoute-du-rap/je-parle-turc-avec-les-cousins/je-crache-sur-la-France/je-joue-au-bon-musulman ; alors même qu’ils sont intelligents, pas flemmards, et que leurs parents sont tout-à-fait ouverts (habillés à la mode française, parlant même les patois locaux). Bon, ils n’ont pas encore (trop) brûlé de voitures, mais c’est presque ça.

      Assez dingue. Et le pire c’est que je n’ai JAMAIS entendu de commentaires négatifs sur la population turque (à part peut-être- paradoxalement - de la part des maghrébins (mais sans plus). Au contraire, les gens ont été surpris de les voir devenir de (bons) chefs d’entreprise si rapidement. De plus, comme je suis d’une région de tradition "germanique", le communautarisme n’est pas trop mal vu, même si - en conséquence - la population est beaucoup plus discriminatoire ( ce qui n’est pas forcément négatif : par exemple, malgré une très forte islamophobie, on m’a souvent dit que les Turcs sont honnêtes et qu’on peut leur faire confiance ).

      Apparemment, il en serait exactement de même pour les Turcs allemands.

      Alors le coup de "la banlieue pas intégrée à cause de l’économie/du racisme/de l’Islam ou même du modèle d’assimilation à la Française", sans être totalement faux, c’est quand même moyen. L’américanisme appuyant le fait naturel de "ne pas trop aimer son pays parce que c’est pas vraiment le sien quand même" a sans doute joué un bien plus grand rôle là-dedans que tout le reste.

      Pour ce qui est de la violence ; je suppose qu’en effet, c’est culturel. Sans doute que les Subsahariens (quand ils sont en masse) et les Maghrébins non-citadins posent plus de difficultés que les autres, n’étant pas accoutumés à la soumission à l’Etat.


  • #612303
    le 01/12/2013 par Markovitch
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    J’ai oublié de remercier Marion Sigaut. Voilà c’est fait et c’est sincère !!!


  • #612347
    le 01/12/2013 par Thémistoclès
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    On aime, on respecte, on admire Marion Sigaut parce qu’on sait que contre vents et marées, insensible à toutes pressions hostiles, elle maintiendra le cap et ne reniera rien.

    Marion me semble maintenant très proche de Germaine Tillion.


  • #612363
    le 01/12/2013 par baltazar
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    "Qui commande le passé, commande l’avenir,
    Qui commande le présent, commande le passé"


  • #612449

    En attendant et pour aller plus loin il faudra ètre très réconfortant quand les filles de 18 ans à 40 ans commenceront à sortir de la pornographie...Les presses en parleront surement comme un phénomène de société alors qu’on a des causes écrites et engagées...

    Il faudra ètre un peu gentleman pour soigner les filles en dépression suite à la violence sexuelle, malgré tout, dans la pornographie et l’éducation...
    On le voit bien dans les vidéos pornos la jeunesse écolière se livrer au sexe en tout genre...Notre société seule et en manque de tendresse finit dans la tristesse de la pornographie...

    Mais ce n’est pas un sujet si important car notre rapport au sexe est complexe et personnelle...
    Le plus important sera d’aider les filles à surmonter les dérives dans l’échanges sexuelles....


  • #612510

    La contre-révolution ou la mort !
    Français réveillez-vous !
    Dieu premier servi !


  • #612547

    Ce que dit Marion Sigaut est malheureusement très juste, même si cela fait déjà bien longtemps que ce constat est dressé. A ceux qui critiquent le fait qu’elle ne soit pas en contact direct avec la situation de l’école aujourd’hui, et qu’elle dresse un tableau apocalyptique de la situation, deux choses :
    1. l’idée selon laquelle seules les personnes individuellement concernées par un problème seraient à même d’en parler est contraire à la logique de la réflexion et de la connaissance qui suppose de pouvoir analyser, critiquer et tirer des constats le plus objectivement possible ;
    2. les points qu’elle soulève sont suffisamment graves, intrinsèquement, pour pouvoir dire que la situation est gravissime, indépendamment des quelques pis-aller que l’on peut trouver ici ou là et dus à la composition sociologique d’une école ou aux bonnes volontés de certains professeurs qui pourraient s’exprimer ici. Autrement dit, ce n’est pas parce que dans quelques endroits "on ne s’en sort pas trop mal" que pour autant le constat sur la situation d’ensemble s’en trouve modifié.
    Sur le harcèlement à l’école, il faut écarter d’emblée un lieu commun : on a tous été enfant pour savoir que dès le plus jeune âge, des tendances perverses et sadiques émergent chez un certain nombre de sujets, c’est une vérité universelle qui existe depuis toujours ; pour autant, la manière et l’intensité avec lesquelles ces pulsions s’expriment dépendent bien évidemment de la manière dont l’autorité adulte saura les réprimer et instaurer un ordre dissuasif. Or force est de constater que la situation d’aujourd’hui est sans commune mesure avec ce que l’on a pu connaître il y a encore quinze ou vingt ans, que cela empire de lustre en lustre, et que la responsabilité incombe bien évidemment au système scolaire qui n’est plus en mesure de faire respecter l’ordre et la discipline. Ce n’est pas parce qu’une grande majorité d’élèves s’adaptent tant bien que mal (c’est un réflexe animal tout à fait naturel) à la violence environnante que le constat diffère encore une fois. L’école se rapproche toujours plus dangereusement de cet état de nature que décrit Hobbes, alors qu’elle est censée être, par sa fonction même, un ordre juridique établissant des règles assorties de sanctions et présentant une structure hiérarchisée susceptible d’encadrer les élèves et de leur donner les possibilités d’accéder au savoir et à la connaissance (mission essentielle et suffisante de l’école).


  • #612554
    le 02/12/2013 par esperanza
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Le rapprochement entre la lettre du ministre sur la priorité donnée à la prétendue lutte contre la prétendue homophobie (en fait à la promotion de l’homosexualité, on l’a vu sur les videos des visites des associations LGBT dans les collèges) et ...le calvaire enduré par la petite Marion dans l’indifférence générale est saisissant. Merci à Marion (la grande) pour cette mise en perspective. Marion Sigaut, une femme courageuse guidée par le Juste, le Beau, le Bon , le Vrai, tout simplement. Mûre dans sa réflexion, mais jeune dans sa révolte. Marion on vous aime.


  • #612561
    le 02/12/2013 par khurassan
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Moi j’avais déjà compris Marion et cela dés mon entrée au collège il y a une dizaine d’années. J’ai tellement fuit leur éducation "sata-national" que la c.p.e me reprochée d’être le plus absent du collège, encore plus que les petits roms quel disait cette sotte embourgeoisée. Aujourd’hui je n’ai pas de travail, pas de diplôme, pas de sous mais j’ai 1.000.000.000.000 de fois mieux, et même si on me proposé un emploi qui me rapporterai des cent et des milles je ne pourrai l’accepté car j’ai bien mieux a faire de mes journées en ces jours derniers que d’aller travaillé dans ce monde ou la plupart des gens sont entrain de préparer leurs places en enfer.
    Puisse Allah, Le Clément, Le Miséricordieux recouvrir de Son infini miséricorde cette pauvre gamine tuer par "léjole", Amine.

     

    • #613313

      Votre message me choque !
      Et je n’ai qu’une question : de quoi vivez-vous ????
      Si la réponse est "de la générosité de tous les Français qui se font ch..., eux, au travail" je pense que vous devriez avoir honte de le crier si fort ! Le travail est une contrainte pour tous et pourtant, la plupart d’entre nous préfèrent enchaîner des horaires difficiles dans des métiers qu’ils n’aiment pas, pour un salaire de misère, plutôt que de vivre aux crochets de la société ! Personnellement, je me sens légitime à critiquer cette société qui me déplaît, justement car je ne vis aux dépends de personne ! Pensez à cette seule chose : si tous le monde faisaient comme vous, vous ne pourriez plus profiter de ce privilège ! Car oui, vous êtes bien mal placé pour critiquer une société qui vous permets quand même de survivre sans aucun effort ! Et pire, de le revendiquer !!!


    • #613641
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Il a raison de pas bosser si c’est pour enrichir les minables qui nous volent à travers les impôts. En plus, comme ça ça lui permet de se cultiver.

      Entre quelqu’un qui dit clairement qu’il ne bosse pas ou, par exemple, un antiquaire, je préfère le chômeur.


    • #613711
      le 03/12/2013 par khurassan
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Lilou,
      “Votre message me choque !”
      Je comprend que se message puisse choquer.
      “Et je n’ai qu’une question : de quoi vivez-vous ????”
      Je ne vit pas mais je survie...je suis actuellement dans la misère et je ne me nourrit que grâce a ma famille car je n’ai aujourd’hui ni boulot ni aucune aide sociale, mais cela compte peu car actuellement je m’attelle a l’étude des révélations de Dieu et a l’étude de ce monde qui court a sa perte et le fruit de mes études et bien plus précieux que tout l’or du monde. Les Prophètes aussi s’isolaient et pour les même raisons que les miennes.

      “Si la réponse est "de la générosité de tous les Français qui se font ch..., eux, au travail" je pense que vous devriez avoir honte de le crier si fort ! Le travail est une contrainte pour tous et pourtant, la plupart d’entre nous préfèrent enchaîner des horaires difficiles dans des métiers qu’ils n’aiment pas, pour un salaire de misère, plutôt que de vivre aux crochets de la société !
      Personnellement, je me sens légitime à critiquer cette société qui me déplaît, justement car je ne vis aux dépends de personne ! Pensez à cette seule chose : si tous le monde faisaient comme vous, vous ne pourriez plus profiter de ce privilège ! Car oui, vous êtes bien mal placé pour critiquer une société qui vous permets quand même de survivre sans aucun effort ! Et pire, de le revendiquer !!!”
      Si les gens dont vous parlez faisaient comme moi, je vous garantie que ce monde ne serait pas aussi pourri et que nos maitres, suppôt de Satan, auraient vites fait d’être immoler, mais la plupart des gens s’accrochent, tête baissé, a ce monde en attendant de voir ou cela les mèneras, mais la destination finale pour la plus part d’entre eux sera l’enfer ! « Les mécréants ressemblent à (du bétail) auquel on crie et qui entend seulement appel et voix confus. Sourds, muets, aveugles, ils ne raisonnent point. »(coran)


    • #614021

      @ Khurassan
      Ne sont pas donnés à tout le monde le pouvoir et l’intelligence de vous comprendre.
      En un mot, respect à vous.


    • #614302
      le 03/12/2013 par khurassan
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      A magna veritas,

      "Il a raison de pas bosser si c’est pour enrichir les minables qui nous volent à travers les impôts."

      Pas seulement eux mais aussi beaucoup de patrons : J’ai travaillé pour deux personnes associé qui mon exploité comme une bête de somme contre un salaire minable, et j’ai appris par la suite qu’ils se sont fait sur mon dos une belle petite montagne de billets. Tous le monde sait que la plus part des patrons sont des escrocs professionnels près a tout pour s’enrichir encore et encore. L’appât du gains obsèdes cette bande de racailles et pour le fric ils n’hésitent pas a être injuste même avec les pauvres.


    • #614314
      le 03/12/2013 par khurassan
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Merci bill pour ce commentaire élogieux, respect a vous aussi.


  • #612746

    Marion Sigaut a raison de dire que c’est fondamentalement la mission de l’école qui a changé. Les proportions prises par le harcèlement à l’école, la perte générale des connaissances ne sont pas les simples résultats accidentels d’une évolution de la société (plus de violence, moindre investissement des parents dans l’éducation de leurs enfants). Ces maux sont le résultat (prévisible et prévu par des esprits lucides depuis des années) d’une volonté à l’œuvre depuis 30 ans de bouleverser la fonction de l’école. Car tel est l’objectif voulu par ceux qui ont la maîtrise de cette institution, de l’aveu même des pédagogistes qui en sont à l’origine (pour une vision complémentaire de celle de Mme Sigaut, lire l’excellent opuscule de Jean de Viguerie à ce sujet). Cette nouvelle fonction rejette la verticalité de la transmission du savoir pour laisser place à l’horizontalité de la relation maître-élève, où le premier aide le second à s’épanouir et à "construire" son savoir en groupe. L’école devient un "lieu de vie" où contrainte et effort sont bannis. Le cadre ainsi créé, à défaut de présenter la rigueur nécessaire à la transmission des connaissances, a été dégradé par l’infiltration lente d’une logique éducative de la persuasion, où il faut sans cesse recueillir l’adhésion de l’élève. On comprend dès lors comment s’est mis en place un système "éducatif" fondé sur des dogmes dont "l’équipe pédagogique" doit être le support et le vecteur.
    L’extrait lu par Mme Sigaut de la circulaire de Vincent Peillon aux "recteurs et rectrices" en dit long : l’école est avant tout un lieu de propagande officielle et non de transmission du savoir. Certains ici tempèrent en prétendant que ce ne serait "qu’une des priorités", sans exclure le reste. Allons ! Comment peut-on accepter un instant que l’école se prête à de telles manipulations des jeunes esprits et croire encore qu’elle puisse leur transmettre un savoir et les outils nécessaires au développement d’un esprit critique ?
    Ce n’est dans tous les cas que le dernier épisode d’une propagande d’État qui dure depuis bien longtemps et qui ne se limite pas à "l’éducation à la sexualité" mais entre dans un programme de formatage mental fondé sur l’idée illégitime selon laquelle "l’éducation" par l’État est vouée à se substituer progressivement à celle des parents et distillée sournoisement dans chaque pan du programme académique : histoire, économie, biologie, français (littérature au programme).


  • #612762

    Autre exemple (attention, qui n’a rien à voir avec la gravité des faits de la petite Marion).
    Mes enfants font une fois par an avec l’école la journée "nettoyons la nature", c’est à dire qu’ils vont dans les rues du village pour ramasser les papiers et cochonneries dans les fossés.
    Bel acte me direz-vous, et bien cette petite propagande est sponsorisée par les magasins Leclercq (tee shirt avec le nom de l’enseigne et paire de gant offerte)
    Quand j’ai demandé à l’instit pourquoi Leclerq faisait de la pub à l’école (ce qui est interdit) elle m’a dit qu’elle était d’accord avec moi mais qu’elle n’avait pas le choix et que le rectorat poussait dans ce sens.

    Donc, il y a le sexe à l’école mais aussi de la pub pour de la consommation de masse.

    A quand le premier de la classe qui revevra des NIKE en signe de récompense ??

     

  • #612812

    Le système d’éducation compétitive qui prévaut en Occident se fonde sur la notation. On a lié le fait d’apprendre à une sanction ou à une carotte. Est-ce bien là le sens de l’éducation ? Est-ce qu’en comparant quotidiennement un élève (un enfant ) à un autre on n’aboutit pas à une déstructuration de l’enfant ? Jamais aucun être humain n’apprendra s’il y a une quelconque peur en lui. D’ailleurs l’un des objets de l’enseignement doit être de comprendre ce qu’est "la peur" pas de l’intégrer physiquement et psychologiquement dés le plus jeune âge.

    Ce système "éducatif" forme en somme des mercenaires du capitalisme, déconnectant les enfants de la Nature,du Grand Esprit, de l’entraide, du sens profond de ce qu’est la liberté et l’amour. L’éducation compétitive est le fondement de la matrice occidentale prométhéenne qui débouche sur la compétition,le darwinisme social,le toujours plus et forcément mène à la la destruction de notre planète.

    Hugo écrivait "ouvrir une école c’est fermer une prison" ce à quoi De Rougemont lui avait répondu "et si c’était en ouvrir une autre ?" Quand on observe à quoi ressemble le plus une école on a la réponse...

    Levi Strauss avait noté qu’à 11 ans un enfant (issu d’une culture qualifiée de primitive) savait reconnaitre plusieurs centaines de plantes. Qu’est-ce que connait un enfant occidental de 11ans aujourd’hui ? RIEN.

     

    • #613725
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Au contraire, c’est structurant car cela lui permet de se situer. Vous en auriez bien besoin, d’ailleurs.
      Bien-sûr, cela à la condition sine qua non de donner les moyens à l’élève de son amélioration et que les critères soient les bons, ce qui est loin d’être le cas.

      Vous parlez d’enfants de culture "primitive", mais si vous étiez intelligent vous auriez pu parler des enfants de 11 ans sous l’ancien régime.


  • #612929

    Il faut ajouter que la propagande de l’Éducation nationale a comme meilleur allié l’idéologie pédagogiste, car elle se fonde sur une logique de séduction des élèves et d’appel à leurs sentiments. Ces idées pédagogistes sont à l’œuvre dans les systèmes éducatifs de tous nos pays européens et à l’origine d’une refonte des méthodes d’apprentissage (de la lecture notamment, avec les méthodes semi-globales en vogue depuis 30 ans).

    Pour autant, le cadre français donne à la propagande idéologique une spécificité particulière. Le dernier exemple en date est l’instauration de cette prétendue "morale laïque" dans les écoles. Je ne sais pas dans quelle mesure elle trouvera lieu de s’appliquer concrètement, mais il est sûr qu’il s’agit là d’une marotte idéologique typiquement française fleurant bon les "valeurs de la République". C’est sur cela que la gauche a fondé depuis plus d’un siècle son combat et sa domination idéologiques dans l’école (cf Philippe Nemo, Les deux Républiques), mais force est de constater que la "droite", suiveuse, est sensible aujourd’hui aux mêmes discours. La propagande passe ensuite par tous les organismes et associations accrédités par l’État pour venir "sensibiliser" (on notera l’emploi récurrent dans leur lexique de ce genre de terme) les élèves aux problématiques définies par le ministère (comme pour cette circulaire Peillon). Elle passe enfin par l’orientation particulière donnée aux programmes scolaires.

    Ainsi l’enseignement de l’histoire est tributaire de toutes les visions structurant l’idéologie dominante française : sur la Révolution, sur la République, sur l’esclavage, sur la colonisation, etc. Le fait que les règnes de François Ier, Henri II, Louis XIV et Napoléon disparaissent des programmes n’est qu’anecdotique. Leur disparition s’inscrit dans une volonté plus large de n’enseigner qu’une histoire globale (civilisations, "mouvements d’idées", etc, où la France a vocation à prendre de moins en moins de place) dont le mouvement dialectique est censé illustrer et soutenir une vision propre à susciter chez les élèves l’adhésion à certains dogmes "républicains". A ce titre, la Révolution est considérée comme un mythe fondateur idéologique dont l’enseignement est particulièrement mensonger. A noter également la place prise très récemment par l’étude de la construction européenne. La vision induite de la citoyenneté républicaine ne se définit plus comme politique mais sur un substrat idéologique...


  • #612942

    Les programmes littéraires vont (comme le hasard fait bien les choses !) dans le même sens. Il s’agit de mettre au programme des œuvres susceptibles « d’éclairer » les élèves sur une série de sujets : sexualité, lutte des classes, métissage, colonisation, féminisme, etc.
    Même si, d’après ce que j’ai compris, les enseignants font leur « liste de courses » dans les œuvres proposées par le ministère, l’accent est mis systématiquement sur certains auteurs (Maupassant, Zola) au détriment d’autres (Stendhal, Balzac, Flaubert), avec une overdose sur tous les modernes (de Queneau à Sarraute, en passant par Duras et Le Clézio qui doit avoir signé une convention d’exploitation avec le ministère, ce n’est pas possible autrement ! Évidemment parmi ces modernes, vous aurez l’incontournable Sartre, mais jamais Nimier, Blondin ou Laurent !). Pour le théâtre, on a gardé Molière, parce qu’il arrive toujours à faire rire, mais exit Racine, et encore une fois overdose de modernes (Brecht par exemple). Bonne partie des grands classiques de notre littérature, qui est une des plus riches et brillantes au monde, sont souverainement ignorés : trop compliqués, trop classiques, trop catholiques, trop réactionnaires (étudie-t-on Barbey d’Aurevilly ?), trop français, en un mot. Parle-t-on de Chateaubriand ? Non, mais les élèves auront droit à toute la littérature exotique célébrant le mélange des cultures. D’ailleurs l’étude de la littérature française s’efface de plus en plus au profit de la littérature étrangère.

    Ce n’est pas le choix de telle ou telle œuvre (ou auteur) qui est ici contestable, mais la tendance lourde qui s’est dessinée depuis maintenant plusieurs années et qui est symptomatique de l’influence idéologique exercée. Lorsqu’il y a dix ans, j’étais en terminale, et que parmi les 4 œuvres au programme il y avait Primo Levi (Si c’est un homme), même s’il s’agit évidemment d’un témoignage autobiographique très émouvant, on ne peut pas douter un seul instant de l’intention qui se cachait derrière ce choix spécifique.
    On observe, pour la littérature, comme pour l’enseignement de l’histoire, la volonté de mettre l’accent sur des grands mouvements d’ensemble, sur l’étude de « thématiques  » où les œuvres se retrouvent émiettées et où l’élève n’est censé retenir que de vagues idées formatées plutôt qu’une substance littéraire profonde. Des auteurs, nous dit Belkacem, on retiendra par contre s’ils étaient ou non homosexuels !

     

    • #613646

      Même si, d’après ce que j’ai compris, les enseignants font leur « liste de courses » dans les œuvres proposées par le ministère, l’accent est mis systématiquement sur certains auteurs (Maupassant, Zola) au détriment d’autres (Stendhal, Balzac, Flaubert), avec une overdose sur tous les modernes (de Queneau à Sarraute, en passant par Duras et Le Clézio qui doit avoir signé une convention d’exploitation avec le ministère, ce n’est pas possible autrement ! Évidemment parmi ces modernes, vous aurez l’incontournable Sartre, mais jamais Nimier, Blondin ou Laurent !



      c’est clair que louis ferdinand celine, saint loup, savitri devi, nietzsche, heidegger, proudhon sont peu lus en classe.... :) *part se cacher*


    • #613730
      le 03/12/2013 par MagnaVeritas
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Mon témoignage converge complètement vers le tien.


    • #616464
      le 05/12/2013 par Cassandre
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      Je partage tout à fait votre analyse, et ce je constate qu’en Suisse les tendances sont les mêmes. En fait ce n’est pas surprenant, car une forte proportion des enseignants ou des responsables de l’instruction publiques des différents cantons (en Suisse les programmes scolaires sont cantonaux, fédéralisme oblige, même s’il y a de plus en plus de collaboration intercantonale) sont socialistes. L’enseignement, c’est la chasse gardée des socialistes et des gauchistes toutes tendances confondues, et cela depuis des dizaines d’années, au moins dans les cantons protestants. Déjà à mon époque, on cassait du curé, on nous faisait lire du Boris Vian ou de l’Edgar Poe. On nous enseignait la psychanalyse de Freud pour nous expliquer la biographie des auteurs. En histoire, j’ai passé de Saint-Louis à 1789, avec une année intermédiaire où on devait faire de la sensibilisation à l’environnement, mais comme on devait fournir nous même (donc les élèves par petits groupes) la matière et que nous n’avions pas les compétences, nous avons rien appris ! Quand à l’histoire suisse à part tout ce qui tourne autour du mythe fondateur Guillaume Tell et les querres de Charles le Téméraire, je n’ai rien appris. Je n’avais aucune idée comment fut fondé notre état moderne, d’ailleurs comme la plupart des Suisses. Maintenant je sais que les loges ont été bien actives lors de sa fondation. Mais chut, circulez pas besoin de s’appesantir sur leur activités !
      Donc je disais que nous avons fait un saut de Saint-Louis jusqu’à la révolution français dont on nous a fait l’apologie (on l’a étudiée une année entière dans les moindres détails, sauf évidemment le génocide vendéen).
      Bref, tout ça pour vous dire que bien que nous soyons dans un pays différent, on nous enseigne les mêmes valeurs, on utilise les mêmes méthodes, et maintenant vient aussi la théorie de genre et l’enseignement de la sexualité à partir de 4 ans. Ils ont commencé en 2012 dans le Canton de Bâle, des parents ont réagi, ils ont lancé une pétition aux autorités scolaires bâloises, rien n’a bougé. Et comme il était prévu d’étendre petit à petit cet enseignement aux autres cantons, un comité s’est alors créé pour lancer une initiative populaire fédérale pour la"Protection contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire". Elle est sur le point d’aboutir (100’000 signatures valables) et devra donc passer en votation populaire. ouf !


  • #613043

    Je me permets de laisser un dernier message, en m’excusant par avance auprès des modérateurs et des lecteurs d’ER de la longueur de mon propos.

    Il est difficile de rendre compte en un même mouvement de la pluralité des effets néfastes constatés, par des causes aussi éloignées. Cela paraît quasiment paranoïaque d’imaginer qu’un système puisse "fonctionner" sur la manipulation et la propagande tout en produisant une violence et un analphabétisme croissants. Il ne s’agit pas d’expliquer tous ces phénomènes par une cause unique. Mais tous ces effets sont compatibles avec l’existence d’un système intrinsèquement pervers qui a renversé la logique de la transmission du savoir (avec la structure axiologique qui l’accompagnait) au profit de mécanismes intuitifs fondés non pas sur le raisonnement mais sur le sentiment.

    Cela a provoqué une déstructuration des cerveaux, observable bien évidemment dans la médiocre connaissance de la langue française et de la grammaire, et qui donne une plus grande prise à tout type de manipulation. Raison pour laquelle l’État n’a aucun mal aujourd’hui à asseoir sans vergogne sa propagande. Reste à savoir dans quelle mesure les élèves y sont encore sensibles...
    Ce que dit Mme Sigaut sur l’analphabétisme croissant des jeunes générations est vrai. Même chez des trentenaires on constate de sérieuses lacunes (tant en lecture qu’en écriture) qui sont difficiles à corriger, faute d’avoir développé plus tôt la structure analytique adéquate. Or on sait que la maîtrise de la langue et de sa grammaire est indispensable à la construction de la pensée. Pour avoir enseigné le droit constitutionnel dans une université parisienne, j’ai constaté que les étudiants avaient non seulement des difficultés pour exprimer leur pensée mais y compris pour analyser des situations juridiques objectives. Je ne veux pas dire par là qu’ils étaient sots, mais tout simplement qu’ils ne disposaient pas de catégories conceptuelles ni d’outils analytiques suffisamment développés. Leur intelligence était beaucoup plus intuitive, ou fondée sur le sentiment.

    On peut imaginer ce que de tels ravages intellectuels peuvent causer chez des jeunes moins favorisés par leur milieu (même si je ne crois pas fondamentalement au déterminisme). Il est inévitable que dans de telles conditions, l’école devienne un endroit toujours plus anarchique (à vrai dire, plutôt utilitariste) où la violence, l’instinct de survie et l’intérêt deviennent les seules règles du jeu...

     

    • #613349

      Bien sûr ! L’école est responsable de tout !
      C’est vraiment oublier les méfaits de notre société actuelle, tel que la télévision et la déresponsabilisation des parents par rapport à l’école, par exemple !
      Il est évident que de comparer l’incomparable (les élèves de 1900 et ceux d’aujourd’hui) ne peut pas faire avancer le débat, mais sert encore une fois qu’à une chose : stigmatiser les profs (ces sales feignants) et l’école (cette horrible institution, responsable de tous nos maux et qu’il faut sans cesse réformer !!!).
      Personnellement, mes élèves me racontent souvent qu’ils se sont couchés tard, parce qu’ils ont regardé des films inappropriés à leur âge avec leurs parents, ou pire, seul, puisque la télé est dans leur chambre et qu’elle sert de "dernière histoire" ! Bref, encore une fois, même sur un site comme ER, on trouve des stéréotypes bien tenace sur l’éducation nationale ! Au lieu de toujours remettre en question les profs, il serait peut-être plus judicieux de redonner l’autorité et la confiance aux enseignants et leur responsabilité d’éducation aux parents. Ce n’est pas mon rôle, prof du primaire d’apprendre à vos enfants à se moucher, à se laver les mains après être aller aux toilettes ou de se brosser les dents 3 fois par jour !!!


    • #613857
      le 03/12/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur l’état de l’école

      @ Lilou

      Votre "rôle" d’enseignant, ou plutôt votre devoir, serait dèjà d’écrire correctement...
      Je ne vous ferai pas l’affront de compter les fautes parmi les quelques lignes rédigées par vous mais le constat est simplement tragique !
      Faites-vous violence, admettez ce diagnostique qui vous renvoie à votre médiocrité actuelle et vous progresserez. Le fait de rester campé sur une position intenable ne vous grandira pas ! Pour réclamer le respect, il faut d’abord commencer par être respectable, non ? La rigueur que l’on demande aux autres sans se l’appliquer à soi-même s’appelle la dictature... Essayez un peu d’argumenter, je vous attends, nous nous comparerons. Vous et vos certitudes d’élite autoproclamée, moi et ma misérable condition d’animal goy doué de raison...


  • #613093
    le 02/12/2013 par Cassandre
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    J’approuve tout à fait cet état des lieux dramatique de l’école brossé par Marion.
    Cependant, j’ajouterai que l’école d’il y a trente ans avait déjà bien des défauts. On ne peut pas dire par exemple qu’on y cultivait le beau. Et j’ajouterai que ce n’est pas seulement l’école qui ne cultive pas le beau, mais toute la société dans son ensemble. Il n’y a qu’à regarder les immeubles bâtis au XXème siècle, comme la plupart des écoles d’ailleurs et l’art moderne. Mais là où ça me choque le plus, et ce surtout depuis que j’ai eu des enfants, c’est dans l’industrie du jouet, les livres ou les medias pour les enfants. Combien de fois ne me suis-je pas exprimer : mais quelle horreur ! Tant au niveau du goût, des couleurs pétantes, de la disharmonie des tons et des formes, des matières proposées, rien n’est fait pour développé la sensibilité de l’enfant au beau.
    C’est une des raisons pour laquelle, j’ai scolarisé mes deux premiers enfants dans une école Rudolf Steiner. Et là, j’ai pu voir et apprendre comment on éveille la sensibilité d’un jeune enfant au beau. Les enfants apprennent à mélanger les couleurs avec de la peinture à l’eau, en passant du jaune au rouge par exemple avec tous les degrés intermédiaires, ou du rouge au bleu , etc... Bref, on donne la possibilité à l’enfant de s’immerger dans le monde des couleurs, ce que je n’ai jamais appris à l’école. Bien sûr, j’ai fait de la peinture à l’école, mais les couleurs étaient souvent criardes, déjà toutes prêtes et on les juxtaposaient sans goût les unes à côté des autres. Les mélanges j’en ai fait que dans les grandes classes et seulement sur le couvercle de ma boîte à peinture.
    Ce qu’on fait à l’école publique du point de vue du beau, c’est quasi nul. Dans les écoles Steiner, tous les cahiers sont soignés, décorés et enluminés, et les titres souvent calligraphiés. Le beau doit être partout présent. On ne bombarde pas les enfants avec des photocopies qui ont vite fait de passer à la poubelle. Les cahiers d’exercices imprimés où l’enfant n’a qu’à remplir avec le mot approprié, ou cocher la bonne case ou entourer le bon truc, ce genre de conditionnement est tout simplement banni des écoles Steiner, où par contre on tente de cultiver le beau, le bien et le vrai. Je dis tenter, parce qu’il ne faut pas oublier que les élèves qui fréquentent ces écoles, sont aussi insérés dans notre société, avec tous ses défauts : la TV, les jeux vidéos, la pub omniprésente qui elle aussi véhicule des valeurs souvent bien moches.

     

    • #613652

      Ce qu’on fait à l’école publique du point de vue du beau, c’est quasi nul. Dans les écoles Steiner, tous les cahiers sont soignés, décorés et enluminés, et les titres souvent calligraphiés. Le beau doit être partout présent. On ne bombarde pas les enfants avec des photocopies qui ont vite fait de passer à la poubelle. Les cahiers d’exercices imprimés où l’enfant n’a qu’à remplir avec le mot approprié, ou cocher la bonne case ou entourer le bon truc, ce genre de conditionnement est tout simplement banni des écoles Steiner, où par contre on tente de cultiver le beau, le bien et le vrai. Je dis tenter, parce qu’il ne faut pas oublier que les élèves qui fréquentent ces écoles, sont aussi insérés dans notre société, avec tous ses défauts : la TV, les jeux vidéos, la pub omniprésente qui elle aussi véhicule des valeurs souvent bien moches.



      c’est louis ferdinand celine qui disait que ce qu’il fallait aux enfants c’était la beauté des leur plus jun age afin e désenchanter la jeunesse.

      j’ai la flemme de chercher, si quelqu’un retrouve la référence c’est dans un de ces livres maudits.


  • #613519

    Si seulement la jeune fille qui a mis fin à ses jours avait été harcelée parce que lesbienne, soupire François Peillon !

     

    • #613973

      Il est révélateur que la seule solution que Peillon a trouvé pour résoudre ce probléme est une éniéme campagne fadasse de prévention contre le harcélement qui bien sur ne peut impressionner les responsables si méme ils la connaissent . Face au suicide d’enfants ( la jeune Marion n’est pas la seule ) le ministre devrait s’insurger , faire des déclarations tonitruantes ; la société devrait se mobiliser et réclamer une refonte de l’école en termes déjà disciplinaires .Or rien ne se fait , tout est accueilli avec indifférence , on préfère s’interroger pour savoir si tel bijoutier a bien fait de tirer sur une petite crapule venue le délester du fruit de son travail .
      Peillon , franc-maçon , est connu pour son parcours intellectuel ( La révolution française n’est pas finie ) ; l’école est clairement pour lui un lieu de rééducation idéologique .Les anciens ministres de l’E.N , de droite , eux-mémes francs-macs , ne s’opposent que mollement et pour cause ....
      Il serait judicieux que sur le site de ER une rubrique spéciale école , rassemblant divers témoignages , au jour le jour , de cette décomposition cadavérique soit installée .


  • #613960
    le 03/12/2013 par le fou du roi
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Il est vrai que l’école est petit à petit devenu le règne des caïds comme d’ailleurs le reste de la société dont l’équipe de france de foot est le reflet, mais ce genre de suicide ne choque pas Valls qui préfère veiller sur Haziza : combat politique d’une haute valeures.


  • #624855
    le 11/12/2013 par karimbaud
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    Marion a fichtrement raison : redonner du beau !...et de la passion aussi.


  • #636193
    le 19/12/2013 par jlerolle
    Marion Sigaut sur l’état de l’école

    merci beaucoup.


Afficher les commentaires suivants