Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Marion Sigaut sur le plan d’Éducation nationale de Lepelletier

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est beau la ripoublique…

    Ouvrez les yeux !

     

    • Et à chaque fois qu’on les ouvre, on en découvre toujours. Les pièces du puzzle s’assemblent.

      Michel Lepeletier ou Lepelletier de Saint-Fargeau (dont la mort fut peinte par Jacques-Louis David)



      Louis-Michel Lepeletier est franc-maçon, membre de la loge Phoenix, du Grand Orient de France.




      Il est élu en 1791 membre et président de l’administration départementale de l’Yonne, où il succède à Alexandre-Marie d’Avigneau3, puis, le 6 septembre 1792, député de ce département, le 2e sur 9 avec 440 voix sur 542 votants, à la Convention, qui le choisit comme secrétaire. Il se joint aux Montagnards. Le 30 octobre, il prononce un discours sur la liberté de la presse. En décembre, le comité d’instruction publique ayant présenté un plan d’éducation nationale reproduisant celui de Condorcet, Lepeletier rédige alors un mémoire dans lequel il résume ses idées sur l’éducation de l’enfance. Celles-ci stipulent notamment que tout enfant doit appartenir à l’État et non pas à ses parents.



      Merci Marion


  • Les révolutionnaires voulaient tout simplement faire des camps de concentration pour enfants. C’est exactement le programme des camps de rééducation par le travail des "démocraties populaires" , sauf que dans ce cas, c’était pour les adultes.

    Voilà donc vers quoi veut tendre, certes de façon plus soft, notre école qui ne transmet plus aucun savoir mais du conditionnement. Voilà le but de Peillon et NVB.

    Et et nous y sommes, ils cherchent à couper les enfants de leurs racines familiales pour leur bourrer le crâne avec leurs horreurs satanistes. J’espère que le mouvement JRE va continuer et même prendre de l’ampleur. Ils ont osé toucher à ce qui est le plus sacré, nos enfants. Le peuple va se lever et se révolter contre ce fascisme !

     

    • Complètement d’accord avec toi Bernard !!!
      C’est pour ça qu’il faut se préparer au pire, à savoir une guerre civile voulue par le pouvoir !
      Ne soyons pas des victimes consentantes !


    • C’est surtout l’avènement d’une société pré industrielle, dans un intérêt d’une certaine bourgeoisie. L’évolution des moyens se concentre dans certaines mains, pareillement à ce qu’aujourd’hui le mondialisme (et l’imposition en France d’une escatologie droit de l’homme) tend à s’accaparer la mondialisation. C’est une seule voie qu’ils appellent progressisme



    • ils cherchent à couper les enfants de leurs racines familiales pour leur bourrer le crâne avec leurs horreurs satanistes



      A propos du commanditaire au début de la vidéo, Il est important de bien identifier les "ils" car leurs enfants eux sont dans des écoles protégées de leurs saloperies destinées au enfants du peuple

      Qui est Vincent Peillon ?


  • Marion,

    Tu es un ange. Tu viens, une nouvelle fois, me redonner confiance, me redonner espoir.

    J’adore quand tu trouves des documents comme ça.

    Je n’ai pas encore d’enfants mais il est certain qu’ils n’iront pas à l’école de la république.

    Merci encore

    Bisous

     

    • #720277

      Même chose de ma part, Marion.

      Une telle volonté d’aider le peuple français par une clarification rapide de l’Histoire mérite d’être saluée.
      Quand on imagine la portée de ce que vous nous relatez ici, on ne comprend ni comment vous pouvez être la seule à vous offusquer de pareilles infamies, ni pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour qu’on entende autre chose que le maudit flutiau républicain nous faisant passer le régime actuel de la France pour l’accomplissement-même.

      Et y’a pas à dire (merde, quand même !) : quand on vit dans un pays duquel le peuple se doit d’être et reconnaissant et fier d’avoir traversé sa Révolution qui lui a apporté sa nouvelle condition et son émancipation si louables, pourquoi ce sujet admis comme central dans notre Histoire est si peu abordé, étudié, discuté, travaillé ?

      Mystère.


  • "L’histoire ne se répète pas, elle bégaie." ;)


  • Merci Marion ! plein de bisous à vous.


  • Qui peut répondre à Madame Sigaut ? Personne, on est désolé. Je l’ai écouté deux fois à la suite, implacable, brillant ...


  • #718602

    Il me semble pourtant que c’est le plan de Condorcet qui a été adopté et qui a créé autant d’inégalités dans l’accès au savoir entre les riches et les pauvres.


  • Merci Mme Sigaut pour ce petit cours d’histoire. J’aime beaucoup vos interventions.


  • Bonjour Marion,
    Un point abordé dans votre exposé peut gêner les internautes d’E&r qui ont écouté les vidéos conférences de l’historien Henri Guillemin : il s’agit de Robespierre dont cet historien défend la mémoire, fait l’apologie et soutien les positions, bien que Monsieur Guillemin souligne aussi les faiblesses des théories de Robespierre sur une société idéale, basées sur celles sur ce point également qualifiées d’immatures, de Jean Jacques Rousseau.
    Monsieur Guillemin nous présente donc Maximilien Robespierre comme un des rares honnêtes hommes de la révolution, ce qui peut apparaître confirmé par l’ opprobre républicaine dont il est l’objet, marqueur pour un esprit averti, des manipulations dont est coutumière l’historiographie dominante.
    Votre argumentaire le re-situe dans le camp des idéologues et acteurs nuisibles d’une révolution délétère ce qui peut troubler la confiance accordée ou à Monsieur Guillemin, ou à vous même. Les deux points de vue étant inconciliables.
    Peut être peut-on envisager que Robespierre n’avait pas vraiment lu ou compris les propositions de Lepelletier de Saint-Fargeau, qu’il n’en avait pas mesuré la portée, ou qu’il adhérait à la mise en esclavage dans des conditions des plus effroyables des enfants de France.
    Merci de votre réponse.
    Fraternellement votre.

     

    • Bonjour Christian,

      Henri Guillemin n’était pas un historien sérieux, il faut arrêter avec les légendes, il racontait beaucoup de bêtises, entre autre sur Jeanne d’Arc, Louis XVI, Marie-Antoinette.

      Ne prenez surtout pas ce qu’il dit pour argent comptant, lisez de bons historiens, Régine Pernoud, Jacques Heers, Dominique Barthélemy, pour la période médiévale, Jean-Christian Petitfils, François Bluche, Paul et Pierrette Girault de Coursac pour les XVIIe et XVIII siècles Pierre Gaxote, Reynald Secher pour la période révolutionnaire, sans oublier Marion Sigaut bien sûr, la liste est loin d’être exhaustive.

      Bref, Guillemin souvent encensé sur E&R, à prendre avec énormement de pincettes et en ayant déjà acquis une solide culture historique pour ne pas avaler n’importe quoi.

      Bien à vous.

      Amicalement.


    • @Alceste
      La période médiévale ne faisant pas polémique, les très bons auteurs médiévistes que vous citez sont hors champ.
      Concernant Gaxote (1895-1982), éminent historien, ses sources étaient moins fouillées que celle de Monsieur Guillemin, l’homme des petits papiers. C’est néanmoins lui qui écrivait sur Léon Blum :..Il est le mal, il est la mort.
      Ce qui nous change de l’historiographie apologique sur le personnage.
      Monsieur Guillemin dans sa biographie sur Robespierre cite ses interventions à la constituante et au club des jacobins qui ne laissent aucun doute sur sa sincérité (... Monsieur de Robespierre est encore venu nous parler des pauvres...).
      Je conçois que l’histoire est une des disciplines les plus sujettes aux interprétations personnelles voire falsifications, néanmoins concernant Robespierre, sa vie, sa fin et la place qui lui est accordée au panthéon des pestiférés par notre "république laïco-maçonique, plaident fortement en sa faveur.


    • @Christian,
      Pardon d’avoir mis un peu de temps à répondre.
      Il y a vraiment un problème dès qu’il s’agit de Robespierre, et c’est à chaque fois pareil.
      Robespierre a été abondamment calomnié par ses opposants de la Convention. Il a été, dans une gauche totalement vérolée par la corruption et la violence, un des rares à ne pas en croquer et à avoir été incorruptible.
      Et alors ? Est-ce que ça fait de lui un intouchable ? Est-ce que ça interdit de voir quel a été le monstrueux système d’éducation qu’il a promu et trouvé génial ?
      Je suis historienne, je ne défends ni n’attaque personne pour le plaisir d’avoir raison. Robespierre a été incorruptible. Il a été calomnié. Il a fait de très beaux discours pour défendre le peuple. Et il a promu un système d’éducation totalitaire.
      Où se trouve le problème exactement ?
      J’adore Guillemain. C’est magnifique. Mais Guillemin est comme tout le monde, il a ses lacunes.
      Je n’ai jamais dit qu’il devait être parfait. Ni que Robespierre était tout noir.
      Ceux qui l’encensent sont exactement aussi exaspérants que ceux qui lui imputent les crimes commis par les autres.
      Voilà Christian, j’espère vous avoir répondu et je vous remercie de votre bienveillance.


  • A chanter tous en coeur !!

    Les juges et les lois
    Ça m’fait pas peur
    C’est mon fils ma bataille
    (Fallait pas qu’elle s’en aille)
    Oh
    Je vais tout casser
    Si vous touchez
    Au fruit de mes entrailles
    (Fallait pas qu’elle s’en aille)

    Courage mères et pères de France !


  • Devant mon écran, j’ai applaudi. Mme Sigaut vous êtes une historienne remarquable.
    On est en face du même plan, avec le sexe en plus. Donc cette salope de république ce sera les gamins au taf et les mères à la GPA
    Mais avant comme dit Payons il faut finir le boulot qui n’a pas été fait jusqu’au bout à la Révolution.


  • Un petit éclairage cinglant sur le combat d’aujourd’hui.

    Merci madame Sigaut et merci a E&R pour nous donner accès a des connaissances que le pouvoir en place fait tout pour cacher. Et c’est bien cela qui les irritent profondément.


  • Exceptionnel. J’aimerais bien un jour etudier avec des professeurs comme Mme Sigaut ou Soral, l’histoire la sociologie etc.

    Ca serait sympa qu’une université catho, ou un établissement les accueillent.

    En attendant, on se délecte de vos videos.


  • une piqure de rappel toujours utile et même plus que salutaire en notre époque bien tourmentée !...merci Marion.


  • Un peu d’histoire ne fait pas de mal ,excellente conclusion !


  • MME Marion Sigaut vous êtes une JUSTE parmi les JUSTES !Merci pour votre humanisme et pour le savoir que vous nous transmettez !un pur bonheur !encore une fois la vérité sur cette république aux ordres des pervers !Sans honneur !ni valeurs !Vous avez raison ! On ne touche pas aux enfants !sous peine de mort !


  • Marion exagère, elle voit tout en noir, elle veut à toute force que les révolutionnaires (même les vrais) aient été des pervers. Il suffit de lire le plan en entier pour voir que ce Montagnard voulait réellement bien faire.

    http://www.samuelhuet.com/paid/43-m...

    Marion oublie d’ailleurs de préciser que ce plan ne fut pas retenu par la Convention ; que Robespierre, qui le présenta, était personnellement hostile, comme la Commission d’instruction publique, à l’idée d’une instruction commune et forcée, pensant qu’il fallait laisser aux parents la liberté d’élever leurs enfants, tout en les stimulant pour les envoyer à l’école ; que Robespierre s’éleva le premier contre la déchristianisation à un moment où il fallait du courage pour adopter cette position. Elle oublie aussi de rappeler qu’à ce moment-là, par la faute des Girondins, la France était en guerre contre toute l’Europe, ce qui, évidemment, incite l’Etat à enrégimenter les jeunes et que, même dans ces conditions, les Montagnards ne poussèrent pas le bouchon aussi loin. Elle ne remarque pas que l’idée est à la fois d’instruire les enfants et de leur donner le goût ou du moins l’habitude du travail manuel, contrairement au système actuel qui dévalorise ce dernier. Inutile de préciser que les Montagnards savaient que les filles sont des filles et les garçons des garçons...

    Bref, il me semble que Marion tombe dans le même travers que Michelet qui, à cause de son antirobespierrisme viscéral, torturait tellement l’histoire qu’il lui arrivait de donner aux faits le sens contraire de celui qui était le leur à l’évidence.

     

    • J’aimerais bien que quelqu’un vous réponde....


    • Merci pour le lien, Marion est très agressive sur ce plan Lepelletier et je n’en comprend pas bien la raison.

      Le texte original est intégral mais coupé en 2 partie sur le site que vous donnez, dans la 2eme partie il est bien spécifié que :
      - il faut établir des conseils de 52 pères d’élèves pour chaque établissement.
      - ils se réuniront chaque mois pour discuter de la vie scolaire en présence d’un représentant de l’état.
      - chacun d’eux devra consacrer une semaine de son temps (probablement indemnisée), il sera logé dans l’établissement pour surveiller la bonne marche de l’école, le bon comportement des maîtres et des élèves, la répartition juste du travail manuel et des rations, c’est de fait le directeur tournant de l’établissement.
      - le conseil devra en outre désigner 4 pères d’élèves compétents pour gérer l’intendance, les recettes (venant du travail des enfants comme des impôts citoyens), les dépenses (choix de la nourriture et de l’habillement, prime éventuelle pour les maîtres et les élèves) et transmettre un registre mensuel au conseil avec copie obligatoire à l’autorité de l’état la plus proche.


    • L’instruction (primaire) est obligatoire pour tous les enfants sous peine d’amende et de déchéance temporaire de la citoyenneté des parents (c’est une mesure juste et toujours en application), l’école est la même pour tous et les enfants habillés, logés et traités pareil (mesure égalitaire passée de mode avec le temps), l’impôt dévolu à l’éducation est progressif en fonction des revenus de tous les citoyens, parents ou pas, mais les pauvres y participent vraiment à titre symbolique (3 jours de travail par an).
      Le projet est pensé pour soulager les familles pauvres de l’époque qui peinent souvent à nourrir toutes les bouches affamées et les inciter à faire des enfants, on est loin, mais alors très loin du Germinal de la Restauration ou du Darwinisme social anglo-saxon.
      A 12 ans, les enfants qui le souhaitent et le peuvent poursuivront des études secondaires (méritocratie), les autres iront en apprentissage et pourront participer au budget de la famille avec leur revenu.
      Concernant la religion, Lepelletier est foncièrement hostile à ce que des cours soient dispensés dans l’école, mais il concède que la coupure totale sera très mal perçu par une majorité de la population et qu’il faudra laisser un jour par semaine les enfants se rendre dans un temple correspondant au choix des parents, l’idée est de laisser l’enfant choisir sa religion en connaissance de cause à partir de 12 ans tel que prôné par les droits de l’homme.
      L’idée du travail manuel est effectivement de donner aux individus le maximum d’indépendance possible dans leur future vie d’adulte, mais on peut lui reprocher de proposer d’y consacrer la majeur partie du temps.
      L’idée du pensionnat vient des contraintes physiques (44 000 communes ne disposant pas forcément d’infrastructures adaptées, il propose d’utiliser les biens de la noblesse et du clergé réquisitionnés) et de la préoccupation de Lepelletier d’offrir la même instruction à tous : il voit l’impossibilité d’avoir une école pour tous dans un rayon de moins de 2 ou 3 lieues (14 à 21 km il me semble), rendant un aller-retour quotidien vraiment délicat pour tous le monde, mais permettant à tous les parents de voir leur progéniture plusieurs fois par mois. Cela tant à démontrer que l’école et l’instruction n’était belle et bien pas prise en charge de façon généralisé avant la Révolution, le trajet jusqu’à l’église locale posant la même problématique logistique, pour certains ce n’était faisable qu’en y consacrant une demi-journée hebdomadaire.


    • Les preuves de la probité de Robespierre sont légions, l’homme était honnête et il voulait réellement améliorer la condition du peuple. Il est mort à cause des mesures économiques qu’il a imposé envers et contre tous (abolition de l’esclavage inconditionnelle, la première fois dans l’Histoire de l’Humanité et nationalisation de toutes les entreprises stratégiques, notamment les chantiers navals et les marchands de canon pour affronter le plus sereinement possible une période troublée), typiquement le type de mesure qui déclenche la haine des libéraux négriers.


  • L’école de la Démocratie doit remplacer la satanique école de la République. Dans le cadre de l’école de la Démocratie, ce sont les Français qui décideront de la nature de l’instruction qui doit être dispensée aux enfants et non une clique d’oligarques qui sont autant de serviteurs de Satan.


  • Merci Marion !
    Le message est passé !


  • Comme toujours très instructif.
    La conclusion m’a donné des frissons...


  • J’aime beaucoup Mme Sigaut, mais sur ce coup, elle ne me convainc pas : les sophismes sont trop nombreux, les commentaires, spécieux et réducteurs. Elle enchaîne les procès d’intention, tombe dans l’anachronisme tout en faisant montre d’une partialité évidente. C’est dommage. Mais il en va toujours ainsi, lorsque l’on exhume le passé et l’exhorte à coller au plus près de l’actualité. Cordialement.

     

    • Je veux bien que vous disiez "les sophismes sont trop nombreux, les commentaires, spécieux et réducteurs etc.", mais argumentez donc… quels sophismes ? prouvez la véracité de ce que vous avancez…


    • #720578
      le 09/02/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur le plan d’Éducation nationale de Lepelletier

      @ Karl Kraus

      Vous avez le droit d’être critique, mais déclarer que Marion Sigaut verserait dans le registre des procès d’intention... je ne vous souhaite pas de lui tenir ce genre de propos dans le réel, vous risqueriez d’en faire les frais !
      Pour votre information aussi, si notre actualité colle à ce passé, c’est parce que ce qui n’était alors qu’un fantasme deux siècles et demi en arrière est aujourd’hui devenu possible par les avancées de la science et les applications technologiques. Ce que nous vivons aujourd’hui et qui a réellement débuté au XIII ème siècle n’est que la conséquence d’une lutte acharnée de la Synagogue contre l’Eglise catholique. La communauté des illusionnistes, qui n’a jamais accepté d’avoir été renversée, a mûri sa vengeance jusqu’à ce que la faille de son ennemi soit assez grande pour qu’elle puisse le pénétrer et le détruire de l’intérieur. C’est l’achèvement de cette sinistre entreprise que nous constatons aujourd’hui et croyez-moi (ou pas d’ailleurs, cela m’est égal), la suite sera encore bien plus étourdissante si nous ne reprenons pas notre destin en mains.


  • La conclusion est magique :)


  • Merveilleuse conclusion !

    La République trépassera si elle veut nous duper et pervertir nos enfants...

    Jésus, reviens, c’est le moment...


  • Merci d’être là Marion et merci de nous rappeler


  • Bergé note prince lépreu ... MDR

    en même temps les céréales c’est ce qu il a plus low cost pour se nourrir, mais bon le top de la ripoublique pyramidale, eux zont le gigot, les corbeilles de fruits, le lait le miel ...
    quand on y pense saborder la jeunesse c’est hyperconservateur, pour sa gueule, ne pas croire en l’homme ... c’est satanique

    « Cette génération est une génération méchante. » Luc 11,29 , perso quand je pense à mai 68 ... qu’est ce qu’ils ont apportés ?

    P** le changement c’est maintenant, on est libre ... Merci Peillon, allez dans ton cu* plutôt


  • La théorie du genre n’existe pas car, en pratique, nous sommes dans l’idéologie du genre. Idéologie du genre politique, du genre sexuel, du genre humain, idéologie du genre social, du genre éducatif, du genre économique et j’en oublie.
    Ne parlons donc plus de théorie de genre en évoquant le Nouvel Ordre Mondial et son genre religieux qui est le satanisme par le truchement de la bestialité humaine du peuple élu, animé par son idéologie du genre race supérieure et son idéologie du genre police politico-militarisée alliée au mercenariat terroriste, le tout fondé sur une économie criminelle mondialisée.
    Farida Belghoul mérite les parents responsables que nous sommes vis à vis de nos enfants car Satan les veut sous son total et exclusif contrôle. Que Dieu protège Farida Belghoul, cette femme animée d’une rage de vaincre le mal absolu !
    La France mérite Marion Sigaut, le peuple de France peut prouver qu’il mérite les sacrifices qui sont faits pour le sauver de l’apocalypse voire, provoquer l’apocalypse des élites criminelles gouvernées par une cupidité extrême. Le N.O.M est très clairement le pire régime nazi qui soit, le doute n’est plus permis. Satan est aux commandes. Que Dieu protège Marion Sigaut, cette femme assoiffée de vérité historique de la France !
    Que la clairvoyance soit, alors la vérité triomphera car, si le mensonge politique a pour effet de diviser, la vérité absolue a le pouvoir d’unifier très solidement et très durablement.


  • Excellente vidéo. C’est tout de même incroyable que les sites de prof de gauche vente les mérites d’un tel texte ! Je crois pour ma part qu’il s’agit du mouton de gauche ; on lui a dit que cette réforme était magnifique, que c’était la Révolution des "Droitdel’hôm" alors cela ne peut être que génial.

    Il n’y a que sur un point avec lequel je suis en désaccord. C’est sur le soulèvement des français et la réussite de ces soulèvements. Lorsqu’on étudie la Révolution, on se rend compte à quel point le peuple a peu d’influence réelle sur les évenements. Oh certes il se soulève, mais il se fait aussi massacré par la même occasion. L’Histoire a toujours été faite par une minorité ; ce n’est pas le peuple qui a fait tomber la monarchie, pas plus que ce n’est le peuple qui a fait chuter la Terreur et Robespierre, ce n’est toujours pas le peuple qui a fait chuter le Directoire.
    Les bourgeois et l’élite actuelle peuvent craindre la nature de l’éternel peuple de France (pourquoi croyez qu’ils le méprise et le haïsse tant ?), mais si celui-ci sait se révolter, il ne sait par contre pas réellement aller plus loin.
    Verra t-on un soulèvement en France ? Je le souhaite et peut-être bien aura t-elle lieu. Mais une révolte n’est pas une révolution. Cette révolte réussira t-elle à écarter cette caste dégénérée et à la faire rentrer dans le rang ? J’ai de gros doutes la dessus.
    Avouons-le, dans notre histoire seul quelques hommes dit "providentiels" ont réussi à imposer l’ordre français à nos "élites" très souvent traître.

     

    • Où entendez-vous Marion dire (ici ou ailleurs) que c’est le peuple qui a fait tomber la monarchie ???? elle va s’étouffer de rire si elle lit votre commentaire !

      D’ailleurs, les habitués d’E&R n’en sont plus à ce degré d’ignorance
      et si Mme Sigaut tenait ce genre de discours je ne pense pas qu’on trouverait ses vidéos ici

      Bien cordialement


    • Tu te trompes, et tu es bien prétentieux pour oser défier quelqu’un dont ces sujets sont le domaine de prédilection. Il y a bien eu des révoltes du peuple. La question de leur influence est différente, mais que je sache, comme l’explique Madame Sigaut dans la vidéo, le peuple a fait cesser les rapts d’enfants.

      Tu te trompes aussi sur la nature du gauchisme. Le gauchisme est étatiste, c’est pourquoi ils veulent à tout prix désarmer le peuple : pour obtenir ce dont ils rêvent : un état policier où tous les individus dissidents seraient en taule. Ce texte sur l’éducation est dans la même logique.
      Le peuple est coincé entre deux feux : le libéralisme économique de droite et l’étatisme de gauche. Ce marteau et cette enclume constituent le NWO : mondialiste, sécuritaire (surveillance plutôt), propagandiste, capitaliste, etc.

      Il ne faut pas seulement l’adhésion à la droite des valeurs (et à la gauche du travail, mais pour moi elle est incluse dans la droite des valeurs) mais également le refus catégorique de la droite financière et de la gauche de l’aliénation. Je dirais même plus : refuser et combattre contre avec un acharnement implacable.


    • @ MagnaVeritas

      Vous avez raison... c’est pourquoi il faudrait arrêter de mettre Robespierre à toutes les sauces alors qu’il fut le premier à s’élever avec force contre tout ce que vous dénoncez, contre tout ce que Marion dénonce elle-même, contre tout ce que nous avons à combattre aujourd’hui. Babeuf lui-même a reconnu qu’il ne faisait que marcher dans ses traces.
      Le problème, c’est que Marion Sigaut est une spécialiste de la période pré-révolutionnaire et qu’elle est encore pétrie, concernant Robespierre, de préjugés contre-révolutionnaires. Comme je l’ai dit ailleurs, elle met dans le même sac Robespierre et les Girondins, alors que le premier était rousseauiste (pour la souveraineté du peuple) et les seconds voltairiens (pour le règne des bourgeois), de sorte qu’elle interprète de manière négative et exagérée ce que voulaient les premiers (au milieu des pires difficultés), comme s’il avait s’agit des seconds.


    • #720515
      le 09/02/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur le plan d’Éducation nationale de Lepelletier

      @ Gloups et autres intervenants

      On se calme ! Il faut prendre garde à ce qui est dit ou écrit sans jamais (sur) interpréter un propos. Vous dites des choses justes et êtes même globalement d’accord, pas de quoi partir en croisade. Marion Sigaut nous livre l’histoire oubliée (cachée ?) du XVIII ème siècle en allant puiser à la source les informations qui nous manquaient. C’est un travail long et fastidieux et le fait qu’elle nous donne le résultat de ses recherches sans filtre permet à chacun de se construire une opinion sur la base d’éléments factuels (les écrits) et non sur leur interprétation par ceux que ne les ont pas rédigés.
      Rien de partisan là-dedans et c’est bien ce qui fait peur à nos "élites", impossible de trouver une étiquette à lui coller si ce n’est celle de la vérité ! Montrer Voltaire tel qu’il fut et l’Ancien Régime dans sa réalité nue n’est pas être parti pris. Oui, le peuple fait les révolutions et en meurt, les "élites" financiarisées les provoquent et en vivent, c’est ainsi. La raison en est simple, les plus instruits et ceux qui savent se gardent bien de s’exposer à des risques mortels, même pour satisfaire leurs plus bas instincts. Ils dominent par la manipulation et la ruse car ils savent pertinemment que la loi du nombre et la puissance physique ne leur sont pas favorables.
      Par conséquent, et pour que la prochaine révolte débouche sur une véritable révolution cette fois, il faut organiser une période de transition aristocratique qui permettra aux meilleurs (les justes qui sont les êtres les plus spirituels) de nous tirer vers le haut pour le bien commun.
      Petit rappel qui a son importance, quand même ! Si l’héritage de la parole du Christ avait été conservé intact et que l’Eglise était restée fidèle aux principes de l’Eglise primitive, nous n’en serions pas là ! De même, si les monarques qui se sont succédés avaient tous gardé l’intégrité que supposait leur rang, la "république des banquiers" n’aurait jamais vu le jour.
      A nous d’inventer un nouvel ordre mondial vertueux et spirituel, pérenne comme une monarchie honnête, éclairé comme les meilleurs scientifiques et juste comme les prophètes. Le pire dans tout cela est que pour la première fois de son histoire, l’humanité peut choisir son destin, la quête du Graal ayant abouti.


  • #719043

    D’un autre coté, le plan de Lepeltier c’est une proposition parmi 5 ou 6, et il n’a pas été retenu puisque c’est celui de Condorcet qui a été choisi pour être celui de la république.

    Sa principale singularité, ou du moins c’est pour ça qu’il est connu, c’est son coté communiste égalitaire entre les riches et les pauvres qui visait à résoudre les problèmes de classes et celui de l’élitisme bien avant Marx (à l’opposé de Condorcet qui est un choix qui provoque mécaniquement un élitisme, plus maçonique finalement).

    Pour relativiser le coté esclavagiste, une structure où les aînés s’occupent des plus petits, dans laquelle les enfants sont mis à contribution aux travaux communs dès qu’ils en sont physiquement capables était encore la réalité de la France rurale jusqu’au milieu du 20 ème siècle, et ce, au sein même des familles (les grandes vacances c’était fait pour la période des moissons à la ferme, pas pour les congés payés). Typiquement, si Mme Sigaut était née au fin fond de la bucolique campagne française et non à Paris, elle ne se serait peut être pas autant offusquée. Et si Lepeltier craignait que les parents de l’époque se révoltent c’est peut être aussi parce qu’on se proposait de leur retirer une force de travail.

    Le travail des enfants n’est pas un problème de gauche ou de droite, de république ou de catholique, de communisme ou de capitalisme, c’est une bête réalité de pauvre ou de riche.

    Bon là où ça devient quand même ignoble c’est le coté rentabilité, à croire que Lepeltier ai inspiré conjointement Nike et la République Populaire de Chine.

    Pour revenir sur le rôle de la république dans la protection des enfants, personnellement je suis bien content qu’elle mette son gros nez dans les habitudes des sectes. Donc je ne peux pas réclamer quelque chose d’absolu.

    Cela dit ça n’a rien à voir puisque ce n’est pas le boulo de l’école mais de la justice de s’attacher à la protection de l’enfant en cas de dérive des parents. Et il est clair que la situation est inversée puisque c’est aux parents de s’inquiéter des dérives totalitaire (techniquement c’est ça) de l’État qui du coup n’est plus républicain.

    Et le problème de la théorie du genre c’est qu’il s’agit d’une insanité, dont l’absurdité est démontrée par le paradoxe des homosexuels qui naissent (aussi) dans les familles catholiques ou musulmanes (ou dans des pays où l’homosexualité est punie de la peine de mort) chose qui serait impossible si la théorie du genre était vrai.


  • Merci Marion ! Moi mes enfants, hors de question qu’ils aillent à l’Ecole républicaine, pas tant qu’elle sera dirigée par ces ordures en tous cas !


  • Merci à vous Marion Sigaut pour vos recherches qui nous éclairent sur des projets qui le sont encore.

    Personnellement, je pense que l’école ne devrait pas être l’Affaire de l’État, mais des parents et des enseignants. Les écoles devraient être libres quand à leur programme et leurs moyens pédagogiques, et les parents libres d’inscrire leurs enfants dans l’école de leur choix ou de les scolariser à domicile. Dans le domaine de la culture, il n’y a que la liberté qui permet l’épanouissement des individus et des sociétés. Utopie peut-être, mais les politiciens qui sont manipulateurs par fonction ne pourront jamais proposé quelque chose de valable dans ce domaine délicat de l’éducation.


  • Vouloir instruire les enfants de 5 à 12 ans, et faire en sorte qu’ils se développent physiquement, riches et pauvres dans les mêmes conditions, quelle tyrannie !!!! Au XIXe siècle, on envoya les pauvres qui aux champs, qui à l’usine, qui à la mine. Le problème était résolu ! Je crois que le peuple aurait gagné à l’adoption et l’application du plan de Lepeletier. Dans le même esprit, faut-il rappeler qu’il réclama longtemps (jusqu’au milieu du XIXe) l’application de la constitution de 1793, rédigée par les mêmes !!!! Allons, un peu de sérieux !!!

     

    • Merci pour le lien vers le texte intégral que vous avez posté dans un autre commentaire. Cela permet de se forger sa propre opinion par rapport au sujet évoqué par Mme Sigaut. Sujet interpellant au vu de l’actualité. Le projet comportait un certain nombre d’idées intéressantes et de valeurs à saluer. Il faut aussi le remettre dans un contexte d’une nation prise dans la tourmente, ainsi que de la grande pauvreté des familles qui avaient du mal à nourrir leur progéniture. Lepeletier concevait là un moyen énergique et rationnel pour assurer la santé et l’instruction de base des enfants.

      A la lecture, j’étais assez séduite par moments, et puis après coup, plus du tout. Ce n’est pas écrit par un père de famille mais par un administrateur de populations. Au bénéfice du doute, ce qu’on peut lui accorder est que l’enfer soit pavé de bonnes intentions. Robespierre, c’est possible, a pu n’y voir que le positif, encore que l’insistance de Lepeletier à concevoir cette école comme obligatoire, sans alternative, est insupportable au regard de la liberté.

      Tous les enfants entre 6 et 12 ans auraient été soustraits à leur famille. Ils auraient été élevés dans des pensionnats de 400 enfants, 50 enfants par classe, encasernés dans des châteaux. Les dimanches et les vacances ne sont pas mentionnés. Les récompenses pécuniaires que Lepeletier prévoyait pour inciter les femmes à faire le plus d’enfants possible est douteux sur le plan de la morale. Et au fait, on ne sait pas en quoi consistait cette « morale universelle » qu’il voulait enseigner aux garçons seulement.


    • @ Jeanne

      Que des choses nous paraissent bizarres, pour nous autres du XXe siècle, est une chose ; mais de là à prêter à ce projet les sinistres vues que lui prête Marion Sigaut, sachant par ailleurs qu’il a été défendu par Robespierre qui fut, parmi les députés, le meilleur ami que le peuple ai jamais eu, en est une autre.

      Je répète d’ailleurs que Marion prête aux Montagnards, qui étaient rousseauistes, la philosophie des Girondins et des Lumières, ce qui est un contresens.


  • "Les valeurs de la république", on en veut plus de ta raie publique ! ici, c’est la France ! vive le Royaume !
    Pour une néo-monarchie national-socialiste, nous sommes la jeunesse qui fera tomber la gueuse judéo-satanique pour Dieu et le Roi, qu’on se le dise !


  • "Il ne faut pas toucher au pain et il ne faut pas toucher aux enfants"...ce sont des choses en tant qu’humain et parent nous ressentons tous malgré nous.
    Pour ce qui est du pain, l’état a créé le rmi ( rsa aujourd’hui)=quelques miettes pour que le peuple ne se révolte pas (le minimum pour éviter la révolte).
    Mais pour ce qui est des enfants, qu’a créé l’état ?


  • Le plan d’éducation de Lepelletier rappelle non seulement le régime national-socialiste, mais surtout l’air du temps de 1793 avec l’École de Mars (camps des Sablons à Paris). Cette école militaire est créée le 1er juin 1794 par la Convention, suite à un rapport du député et raciste Barère de Vieuzac, au nom de l’auto-proclamé Comité du Salut Public (qui faisait très Bolcheviks !) C’était, comme les jeunesses hitlériennes, pour endoctriner les jeunes en un façonnage de leur âme à la doctrine révolutionnaire (les fameuses ’valeurs’ de nos républicanistes). L’école était placée sous l’invocation du Dieu romain de la guerre : Mars...
    Barère de Vieuzac qualifiait les Vendéens de « race de rebelles » : « Il faut que tous les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la Patrie l’exige... ».
    Le camp des Sablons était composé d’environ 4000 élèves âgés de 16 à 18 ans (fils de ‘sans-culotte’ ou sans religion), pris dans tous les départements de la France et choisis par les administrations départementales de la République ; la commune de Paris fournit à elle seule 80 jeunes « citoyens », et tous « dans les sujets les plus robustes et les mieux constitués (début du racisme et de l’eugénisme à la Adolf et à la Rothschild).

     

    • Non mais il faut vraiment arrêter de raconter n’importe quoi ! Chercher à toute force à comparer les républicains (de l’époque) aux nazis est complètement ridicule.
      L’Ecole de Mars avait pour but de former des cadres républicains pour l’armée au sortir d’une époque où tous les officiers étaient "nobles". Comment la République aurait-elle du s’y prendre pour ne pas encourir les accusations les plus grotesques.
      On va se marrer que ce sera à notre tour de sortir la France de la merde dans laquelle les traîtres l’ont plongée. On va voir si déjà notre génération en est capable, et si elle l’est, si elle fait autrement ou mieux que nos glorieux ainés.


  • Bravo et merci pour ce travail !


  • Il est quand même étonnant que Marion oublie que les jacobins (robespierristes) étaient rousseauistes et non voltairiens (les Lumières) comme les Girondins, et qu’elle impute ainsi aux premiers le projet des seconds.
    Il est certain que des choses peuvent nous étonner dans le projet de Lepeletier. Mais il faut se souvenir que nous sommes au XVIIIe siècle et que les gens en question, à l’idéal spartiate, voulaient apporter l’instruction à tous les enfants, riches et pauvres confondus, en faire des patriotes et des êtres à la fois instruits et robustes ! Jetons un oeil sur la situation des enfants au XIXe siècle, qui fut l’application du projet des Lumières et des Girondins ! Jetons un oeil sur ce qu’est devenue l’ "Education nationale" aujourd’hui (les révolutionnaires parlaient d’ "instruction publique") ! Le projet de Lepeletier n’était finalement pas si mal !


  • La balle est maintenant dans le camps des familles qui ne peuvent plus se cacher derrière leur petit doigt : soit elles se contentent du rsa (de l’aumône) avec ses effets indésirables : en gros perte de dignité par abandon de la structure familiale, des anciens, des enfants livrés à eux-mêmes donc à l’état pour en faire ce que nous savons, l’horreur du gender, « Mon ami Rachid » et sa grosse bite qui appartient à ceux qui peuvent payer, aux potes de blancos..., la maltraitance des petits vieux... ; ou bien ils prennent leur destin en main en se relevant les manches.
    Pas simple car nous sommes dans un monde de violence ultime, où la loi qui domine c’est la possession du pognon maintenant la culture, l’intellect sont de réels contre-pouvoirs, merci et courage à E&R.
    Maintenant nous sommes en France et pas en Afrique (voir la démarche héroïque d’un Kémi Séba et le concept de Supra-négritude à travers le panafricanisme).
    Quoi qu’il en soit se battre pour ses gamins, ça me paraît essentiel maintenant chacun fait comme il veut.
    Tout particulièrement merci à Me Sigaut et Me Belghoul, achetez leurs bouquins c’est un bon début pour apprendre à quelle sauce vous risquez d’être mangés.


  • Je ne sais pas qui est l’ignare qui parle au début, mais en France , il n’y a pas d’obligation scolaire , il y a une obligation d’instruction qui peut d’ailleurs etre donné par les parents ou autres ....
    d’autre part , y a pas besoins de retourner au XVIII ème siècle pour trouver des enfants arrachés à leurs parents ( l’association olga spitzer s’en charge tous les jours dans le 94 ( val de marne )


  • Les effets de manches et les gros yeux sur le passé , ça va 6 minutes , ya des centaines de personnes qui sont privées de leurs enfants. sans motif valable..............................................
    ou sont passées tes propositions pour qu’elles reviennent dans leurs familles ( " de gens originales ")

    ferme là , soit humble et engage toi , au lieu de vociférer ta thèse du 18 ème siècle


  • #721297

    Je ne suis pas spécialiste pour parler à la place de Madame Sigault

    Mais je vois pleins de commentaires qui remettent en cause les travaux de Madame Sigaut

    Soit il s’agit de trolls, et c’est dommage
    Soit , ils ont une part de raison

    Cependant, il faut garder à l’esprit un point de taille : c’est que actuellement, Madame Sigaut a très peu, voire aucun historien, capables de discuter avec elle, et de faire avancer les connaissances de la France historique réelle. En effet, l’idéologie de la communauté organisée a bien trop pénétré les livres d’Histoire. Et on est en train de fabriquer une future génération d’abrutis abreuvés à connaissance historique sur tablette high-tech samsung.

    Dans une telle situation, forcément, il peut arriver qu’il y ait des imprécisions.
    Cependant, je mets au défi, les historiens d’internet de débattre avec elle, et de lui tenir un discours contradictoire en tête-à-tête. Il n’est pas sûr que ces gens-là feront le poids devant l’éternel retour du concret.

     

    • Ce qui est dommage, c’est que Marion qui n’est pas non plus une spécialiste de la Révolution, mette dans le même sac les Jacobins et les Girondins, les déistes et les athées, les généreux et les égoïstes, les démocrates et les oligarques, c’est-à-dire les rousseauistes et les voltairiens (Lumières) que tout apposait, qu’elle attribue aux premiers la philosophie des seconds et qu’elle contribue ainsi à jeter le discrédit sur les révolutionnaires (Robespierre notamment) et à perpétuer les légendes à leur sujet alors qu’il serait temps de les donner en exemple.
      Observons que la "République" actuelle n’a aucun égard pour la première république, pour les Jacobins en général et Robespierre en particulier. Prétendre que les gens qui nous gouvernent sont les héritiers des révolutionnaires et mettent en oeuvre les idées qui étaient les leurs est une imposture ; cela en serait encore une même s’ils s’en réclamaient, comme le fait Mélenchon avec Chavez et aussi Robespierre.
      Pour ma part, j’invite les gens de bonne foi à aller aux sources, à lire, non pas tel ou tel historien, mais l’oeuvre des personnages incriminés. Comme l’a fait Marion avec Voltaire, j’invite à lire, dans l’ordre chronologique, les discours de Robespierre (voir "Robespierre parle aux Français") dont beaucoup sont encore d’actualité et révolutionnaires. J’insiste sur Robespierre car il fut l’homme clé de la Révolution et que l’on ne peut rien comprendre à cette période si l’on se trompe sur son compte.


    • @Philippe, tu finis par devenir exaspérant avec tes commentaires à côté de la plaque.
      Je n’ai mentionné ni les Girondins ni les Jacobins ni Rousseau ni Voltaire, mais mis sur la place publique un système d’éducation que je juge atroce (c’est mon droit le plus strict) et que Robespierre a trouvé génial.
      Si tu pouvais de cesser de la ramener à chaque fois qu’on prononce le nom de Robespierre, ça t’éviterait de m’imputer des dires et des intentions qui n’ont jamais été miens. Je déteste être jugée sur les intentions qu’on me prête et les propos que je n’ai pas tenus.
      Merci.


    • #724389
      le 13/02/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Marion Sigaut sur le plan d’Éducation nationale de Lepelletier

      @ Philippe L

      Vos travaux sur Robespierre tentent de le réhabiliter et il est certain que ce révolutionnaire intègre n’est pas le personnage tant décrié. Simplement, dans le contexte qui était le sien avec la période troublée qu’il traversait, son intégrité a conduit à un intégrisme chez ceux qui ne pouvaient comprendre toute la complexité de sa pensée, avec toutes les horreurs de la Terreur en conséquence.
      Pour reprendre une expression en vogue, je crois sincèrement que l’on peut considérer Robespierre comme responsable (de la mauvaise interprétation de sa pensée par d’autres) mais pas coupable car il était un patriote authentique et non corrompu. Le seul procès que l’on peut lui faire est bien celui-ci. Avoir livré sans précaution une pensée trop complexe pour ses contemporains et un absolutisme qui fonctionne sur le papier mais se heurte avec fracas à la réalité. Le pragmatisme en politique est parfois une vertu...
      Je vous invite à lire l’approche faite par Laurent Dingli et concernant ce personnage diabolisé à tort, une certaine mesure y figure, mais il peut aussi se tromper, tout comme moi, l’Histoire n’étant pas une "science" exacte.


  • Il faut lire la Marche Rouge, ça m’a fait penser à l’affaire Dutroux, version moderne !


  • "faut pas toucher au pain !faut pas toucher aux enfants ! " "malheur a celui par qui le scandale arrive ! " des slogans qui font mouche !!!


  • merci madame pour votre travaille a contre courant
    Que l’on soit d’accord ou pas , c’est agreable de constater que tout le monde ne se contente pas betement de répéter ce qu’il a apris a l’ecole
    Certe il y a quelques raccourcis et aproximations, mais c’est inevitable quand on tente de faire un resumé d’une histoire a laquel on a pas assisté, qui a été déformé par des siecles de propagande et surtout quand elle doit tenir sur une video de quelque minutes
    Comme pour les versions officielles de la Grande Histoire de l’humanité, il convient de garder toujours de la distance par rapport aux recits que l’on vous fourni et si vous avez des objections a apporter, votre travail est le bienvenu


  • @Philippe L

    Pourriez-vous indiquer vos sources lorsque vous dites que : « Robespierre (…) était personnellement hostile, comme la Commission d’instruction publique, à l’idée d’une instruction commune et forcée, pensant qu’il fallait laisser aux parents la liberté d’élever leurs enfants, tout en les stimulant pour les envoyer à l’école. »
    D’autre part, savez-vous s’il a exprimé son opinion concernant ce plan, et s’il en a présenté d’autres à la Convention ?

    Cordialement


  • Si Le Peletier mérite qu’on s’y attarde, le plan d’éducation né de la Révolution est celui de De Daunou. Je vous laisse le découvrir ci-dessous
    http://www.inrp.fr/edition-electron...


Afficher les commentaires suivants