Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

Le chanteur Rachid Taha, figure du rock français des années 1980, qui avait repris avec son groupe Carte de Séjour le classique Douce France de Charles Trenet, est mort à 59 ans d’une crise cardiaque dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé sa famille. Né à Oran en Algérie en 1958, Rachid Taha est arrivé en France à l’âge de 10 ans.

 

 

« Son fils Lyes, sa famille, ses proches, tous ses amis et son label Naïve, ont le regret et l’immense tristesse d’annoncer le décès de l’artiste Rachid Taha, survenu cette nuit suite à un arrêt cardiaque à son domicile des Lilas », indique le communiqué transmis à l’AFP.

 

***

À relire, cet entretien lucide de 2007 :

 

Corps sec et voix écorchée, le verbe iconoclaste et l’œil incendiaire, Rachid Taha allume tous les feux. Et ne les éteint plus. À 48 ans, celui qui fut le premier à conjuguer rock et raï, à mixer rageusement tous les styles, nous conduit avec panache sur des sentiers d’infinies libertés.

 

Tolérance. Insolence. Il en fallait pour résister à la douleur de l’exil, aux humiliations de l’émigration. Mais l’ex-leader du groupe lyonnais Carte de Séjour (1982-1989), le rebelle écorché vif n’a peur de rien. Surtout pas de dénoncer la condition des musulmanes (Zoubida, en 1981), d’orientaliser Charles Trenet (Douce France, en 1986), d’imposer le premier tube en arabe (Ya Rayah, en 1998), ou de revisiter sans fin la musique de son enfance (Diwân 1 en 1998 et Diwân 2, qui vient de sortir). Adoubé par les plus grands musiciens anglo-saxons – Brian Eno, David Byrne – artiste jusqu’au bout du cœur, l’homme a des fulgurances, des extravagances que beaucoup admirent et redoutent tout ensemble.

 

À l’étranger, en Angleterre notamment, vous êtes une star, en France un peu moins. Pourquoi ?

Les Arabes continuent de faire peur. Les Noirs, eux, ont plutôt de la chance : ils ont l’image d’athlètes rigolos, bons danseurs, grands baiseurs, ils ont même des héros dans les séries américaines… Ici, beaucoup de Français n’ont toujours pas digéré la guerre d’Algérie. L’Arabe inquiète. On ne peut pas se fier à ce fourbe, potentiel terroriste, fils de fellagha qui peut vous égorger pour rien…

 

Vous n’exagérez pas un peu ?

Nous vivons de plus en plus dans des ghettos communautaristes. Je viens de faire un concert à Lille à l’initiative du KO Social, le mouvement festif et contestataire lancé par les Têtes Raides en 2004. Eh bien, dans la salle, il n’y avait ni beurs ni blacks, rien que des gentils petits-bourgeois blancs. J’avais l’impression qu’avec Jean-Louis Aubert et les autres nous étions des vétérans du combat militant, aussi ringards que les vieux yé-yé en tournée qui enchantent actuellement la France. Pire : après le concert, j’ai voulu amener une spectatrice saluer les autres artistes et le videur ne m’a même pas laissé entrer. Il a fallu qu’Aubert vienne me chercher. J’en ai pleuré. En ce moment, je vis mal ce genre de situations. Même si elles sont pires pour les jeunes beurs anonymes. La situation s’aggrave.

 

Pourquoi ?

Parce que les gens deviennent analphabètes ! Et quand on est dans l’ignorance, on se ferme, on devient méchant, raciste… L’autre jour, j’entendais Guy Bedos déclarer chez Ardisson à la télé qu’il ne pouvait supporter le président iranien, « cet Arabe ». Il a fallu qu’Ardisson lui explique qu’Amadinejad était perse, et que ça n’avait rien à voir. « Tous les mêmes ! » a pourtant ricané Bedos… C’est ça, la gauche éclairée ? Quand j’entends Ségolène Royal et Sarkozy, j’ai l’impression d’une famille de ventriloques. Ils disent la même chose. Au moins, nous devons à Sarkozy la fin de la double peine, et je pense qu’il accordera le droit de vote aux immigrés, comme il l’a évoqué… Je suis de gauche. Mais il faut bien reconnaître que la gauche est en partie responsable de ce qui se passe. La génération des 25 ans qui ne trouve ni boulot ni logement dès qu’elle mentionne un nom aux consonances maghrébines, ces jeunes beurs diplômés qu’on embauche davantage à Londres ou à Dubaï qu’à Paris, ils ont grandi sous Mitterrand ! Il n’y a pas seulement un problème de cités ; il y a le problème de toute cette jeunesse de France qu’aucun gouvernement n’est parvenu à intégrer, et qui désespère. Prenez la fameuse Marche des beurs, de Marseille à Paris, dont je m’étais pas mal occupé en 1983, du temps de mon groupe Carte de Séjour. Elle a été très tôt récupérée par les têtes pensantes de SOS Racisme et de Touche pas à mon pote. Rien que ce slogan ! Moi, justement, je voulais qu’on y touche aux potes, qu’on les serre dans nos bras.

 

Vous militiez alors davantage qu’aujourd’hui.

On ne peut plus militer comme avant.

 

Pourquoi ?

Parce qu’on ne peut plus faire de barricades dans un pays où les philosophes travaillent à la radio quand ils ne sont pas speaker à la télé. C’était autre chose avec Derrida (j’aimais ses yeux qui vous regardaient en face, il me disait toujours, lui le juif d’El-Biar, qu’il était avant tout algérien !) ou encore Deleuze, dont j’ai imité l’abécédaire… en arabe. Maintenant la seule « barricade » qu’on ait, c’est paradoxalement la télé. Il faudrait la sortir et s’asseoir dessus. Je préfère militer à travers ma musique.

 

Diwân 2 est un disque militant ?

C’est une sorte de cours d’histoire à l’usage des immigrés de la troisième génération… et de tous les Français. J’ai réalisé un jour combien mon propre fils connaissait mal son héritage culturel. Alors j’ai voulu lui constituer une sorte d’encyclopédie musicale qui rende hommage aux plus belles voix orientales. On ne peut s’ouvrir à l’autre qu’en ayant une conscience forte et épanouie de son identité. Je ne me sens pas victime, j’ai même horreur des martyrs, de ceux qui se complaisent dans la plainte. Une victime, c’est un cadavre. Or il faut avancer. Et avant de dénoncer le racisme, on a nous-mêmes, les Arabes, beaucoup à balayer devant notre porte.

Lire la suite de l’entretien sur telerama.fr

Voir aussi, sur E&R :

Découvrir des artistes de talent avec Kontre Kulture Musique :

 






Alerter

83 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2041198
    Le 13 septembre à 01:35 par Un ploemeurois
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    C’était une époque où un immigré pouvait reprendre une (vraie) chanson française, où des parents immigrés n’auraient jamais pensé que leur enfants n’apprennent autre chose que le français à l’école en pensant à leur réussite.

    Puis vinrent BHL, Julien Dray, Alain Fienkielkraut, Harlem Desir avec SOS Racisme, le début du commutarisme, le voile à l’école, le clientélisme électoral, ...

    Et je l’avoue : j’ai toujours été plus Rachid (Taha) que Johnny (Haliday). Avec Taha, on avait réunit un interprète de Charles Trénet, du Clash, de Raï et d’électro.

     

    Répondre à ce message

    • #2042027

      Merci d avoir résumé le fond de ma pensée.

      Curieusement, depuis enfant, je n’ ai jamais gobé au pied de la lettre la propagande de s.o.s racisme (en Belgique, c était le Mrax mais sans la "zion touch"). Pourquoi ? Tout simplement que les autochtones n ont jamais PERSÉCUTÉ mes parents, mes voisins, les amis de mes amis, les amis et amies de mes parents, etc. Et pour preuve : droit au travail, à l instruction, aux soins de santé, droit au logement pour les autochtones. Aides sociales fournies depuis presque 50 ans alors où est cette fameuse discrimination et ségrégation, bordel de merde (je suis vulgaire car ça suffit ce discours biaisé de ces gens élus au sens propre comme au sens figuré) ?

      Ma synthèse : propagande sournoise et cruel traquenard !

      Merci Papa d avoir été comme M. Soral !

       
    • #2042065
      Le 14 septembre à 10:10 par envolées-des-incultes
      Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

      @ Un ploemeurois
      " C’était une époque où un immigré pouvait reprendre une (vraie) chanson française . . ."

      Ouais ... Sinon, il y avait les époques d’avant qui semblent pas mal non plus, ces époques où il n’y avait quasiment pas d’immigrés, et où c’était des Français qui chantaient des chansons françaises.

       
    • #2042259
      Le 14 septembre à 15:24 par L’après Macron
      Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

      @ envolée-des-incultes,

      Vous parlez là d’une époque pas si lointaine où les étrangers n’étaient pas encore instrumentalisés par qui on sait contre le peuple français, une époque qu’effectivement en tant que français on ne peut que préférer, ne serait-ce que parce qu’on y avait encore le droit d’avoir un avenir sur notre propre sol.

      D’ailleurs, ce clip (produit et financé par qui ?) révèle à lui tout seul le plan qu’ils avaient conçu : comme je l’ai soulevé dans un autre commentaire, à un moment donné, le curé du village souhaite dire quelque chose, mais la caricature de l’immigré intégré et heureux incarnée par Rachid vient se placer devant lui comme un sans gêne pour parler, visiblement, ce qu’il a à dire lui est plus important.

      Une scène qui transmet au final le message suivant : on s’en fout de la foi ou des traditions des français, ce qui compte, c’est la nouvelle religion qui vient, celle de l’immigration, du vivre-ensemble, du métissage et du grand remplacement des français sur leur propre territoire sur fond d’égalité des peuples.

      Or, l’égalité, on voit déjà bien ce que ça a donné lorsqu’on l’a appliquée à l’homme et à la femme : négation des différences dans un premier temps, abolition du droit même d’en parler dans un second, malaise et mal être profond des deux côtés, qui a fatalement fini par déboucher sur une guerre des sexes.

       
  • #2041263
    Le 13 septembre à 07:20 par L’après Macron
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    C’est le curé du village qu’à un moment donné dans le clip Rachid devance comme un sans gêne pour se faire expressément entendre ?

     

    Répondre à ce message

  • #2041278

    Le pire de ce que la France peut produire !!

     

    Répondre à ce message

  • #2041296
    Le 13 septembre à 08:44 par Mojo Risin
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    Bien sûr avec Carte de Séjour Rachid fut employé comme une figure de l’antiracisme typique des années 80. Actuel l’utilisa comme représentant de son concept "la sono mondiale"... Lui, le funkster lyonnais n’était pas dupe. On passe par où on peut passer. Débuts professionnels dans une usine de radiateurs... alors après, le show-bizz, les chefs de projets du culturel ou les journalistes... Ce type, on le découvrait par sa voix, sa présence scénique. Perso, je trouve ses disques un peu trop gonflés... une option, de Peter Gabriel à Natacha Atlas, qui privilégie trop la grosse production. Mais lui avait largement assez d’authenticité pour s’accomoder des grosses machines.
    Il a eu le rêve d’un orient de progrès, de créativité et de tolérance. Mais la réalité est horrible c’est tout.
    Je l’ai croisé. Un concert dans le Morbihan. Et oui c’était un putain de punk. Ahaha ! Un aventurier. Pas une star. Un mec abimé par un certain produit qui a emmené pas mal de jeunes dès les années 80. Mais un type adorable capable de prendre de son précieux temps pour boire une bière en sortie de scène.
    Franchement, il aurait pu mille fois se faire mille fois plus manipuler ou se vendre. Au lieu de quoi, il a mille fois plus été honnète, droit et créatif que la plupart de ses contemporains. Respect.

     

    Répondre à ce message

    • #2041441

      Merci de votre commentaire sur cet artiste ! Sa voix etait envoûtante ! Les racistes ont l esprit bouché par leur déviance !

       
    • #2041541

      @Annie
      Chacun son style !!…

       
    • #2041653
      Le 13 septembre à 17:12 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

      Merci, @ Pierre-Marie !

      Il faudrait que tu consacres une émission à Townes Van Zandt.
      Ou juste diffuser ses titres.

      Ses plus beaux.
      Où on voit des paysages s’incarner.

       
    • #2041730
      Le 13 septembre à 19:10 par Mojo Risin
      Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

      @ Palm Beach

      Je commencerais par Snowing on Raton pour que les antiracistes stressent. Je finirais par The Flying Shoes dont j’ai appris le texte par coeur. J’aime bien aussi la version de Lyle Lovett.

       
    • #2041883
      Le 13 septembre à 22:09 par Adieu l’artiste...
      Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

      Peut-être le chanteur français le plus sous-estimé de pop/rock/musique orientale de sa génération.
      Un brave type,sa culture arabisante et berbère ne l’empêchant pas de se revendiquer aussi français et...rock’n’roll !!!
      Il n’aimait pas trop d’ailleurs qu’on parle de beur,d’Arabe,etc... préférant se définir comme franco-maghrébin ou encore "méditerranéen" bien qu’en bon anar (au sens de Brassens ou Léo Ferré pas de la CNT) il fuyait les étiquettes comme la peste...
      RIP.

       
    • #2042608

      Bien vu. Merci pour ce commentaire ! Je l’ai croisé pour son dernier concert, c’était à Marseille, à la Friche de la Belle de Mai (malheureusement un peu le temple de la boboïtude), le 1er septembre. Après une interview à Radio Nova, il s’est déplacé (un peu difficilement), et il est venu s’asseoir à côté de moi alors que j’étais en train de terminer mon couscous. Il ne m’a pas donné l’impression d’être une star ou un type arrogant mais au contraire un type abordable et sympa. Je l’ai toujours trouvé intéressant sur le plan musical, voir même sur sa personnalité. Ce qui me gonflait, c’était son approche politique, qui me paraissait trop en phase avec l’idéologie dominante et parfois un peu insuffisante, mais en réalité pas tant que ça ! Il avait l’angle de vue d’un immigré arrivé tôt en France. Ils formulaient les choses différemment, c’est tout. Il n’a pas fait commerce de ça contrairement à certains ! Je pense qu’il n’a pas eu la place qu’il méritait en France.

       
  • #2041431
    Le 13 septembre à 12:20 par The Final Battalion
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    Déjà le "rock Français " on se demande ce que ça peut bien vouloir dire ?
    Alors le "rock Arabo /Français " J’en peux plus !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2041520
    Le 13 septembre à 14:06 par Le Cynique
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    Je me rappelle du passage de Carte de séjour dans Droit de réponse et de leur chanson "Halouf fi naar"... C’était le bon temps !

     

    Répondre à ce message

  • #2041722
    Le 13 septembre à 18:56 par FRANCE LIBERTE
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    Que les morts reposent en paix !

     

    Répondre à ce message

  • #2041873
    Le 13 septembre à 21:58 par Lonewolf
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980

    Je l’ai un peu connu à Lyon où il s’était installé au début des années 80...
    Un rocker écorché vif et un peu grande gueule mais à l’écoute des autres,un artiste quoi...
    Cette interview semblant dater de près de 20 ans,on peut réaliser aujourd’hui que ce mec avait compris beaucoup de choses avant tout le monde au sujet du déracinement,du communautarisme rampant,du double-jeu de la gauche et des dirigeants français,de la pensée revendicatrice victimaire qui empêche de se regarder en face,etc... et apparemment il était pessimiste,tant sur la direction que prenait la société française que sur sa propre communauté (ou supposée telle vu que l’homme n’était pas grégaire).
    Son analyse rejoint celle de JMLP,certes bien plus à gauche,mais elles se rejoignent...
    il n’est jamais bon d’être trop lucide et encore moins de l’être avant tout le monde.
    RIP Rachid.

     

    Répondre à ce message

  • #2042025

    Paix à son âme.

    Sa chanson "ya rayeh" a connu un succès mondial.

    "Ya rayeh" : Oh toi qui t’éxile.

    Où vas-tu ainsi ?
    Tu peux bien t’en aller
    tu finiras par revenir
    Combien ceux qui avant nous
    n’ont-ils vécu cette épreuve ?.*

    Le thème du "retour" au bercail (cmprendre Israël) a beaucoup parlé à certains juifs d’origine maghrébine qui connaissent et apprécient le chant dit populaire algérois, un style dérivé du chant andalou où les juifs arabes excellaient et excellent toujours (en Israël).

    Ceci pourrait expliquer cela.

    * traduction libre.

     

    Répondre à ce message

  • #2042907
    Le 15 septembre à 15:21 par nanothermite
    Mort de Rachid Taha, figure du rock français des années 1980
Afficher les commentaires précédents