Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Musique nègre" : Frédéric Delavier répond à Henry de Lesquen

 

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Nous sommes dans une ère catastrophique musicalement. Chacun sait ce qu’il déteste (les uns le rap, les autres la variétoche), mais on ne sait pas quelle musique nous sortirait de l’ornière.
    Frédéric Delavier commence sa vidéo par un relativisme méthodologique très appréciable, même s’il ne l’applique pas bien.
    En effet, il ne faut pas dire d’emblée "c’est nul", il faut dire "ceci produit tel effet sur le corps, ce qui donc produit tel comportement déplorable".
    Ce qui permettra à la personne soucieuse du bien commun, de juger une musique sur des critères objectifs :
    - je n’aime pas la hardtek, car elle viole volontairement nos oreilles, et corrèle donc avec un comportement auto-destructeur.
    - je n’aime pas la musique nègre, parce qu’elle exprime un refus de la pudeur qui n’est pas constructif pour notre société.
    Mis à part cela, il faut produire de la musique qu’on puisse aimer.
    Je vois deux axes de combat :
    - d’un côté, combattre l’oligopole des majors pas catholiques (en faisant pression sur ceux qui passent les morceaux dans les espaces publics, en créant des réseaux de musiciens),
    - de l’autre, combattre le post-modernisme en musique classique, connu sous le nom d’atonalisme (les conservatoires et facs de musicologie sont gangrénées par cette idée stérile).

     

    • #1733681

      Donc il faut remettre de la liberté morale dans tout çà on est d’accord.

      Seulement, quand il parle de "puissance calorique", bon on peut comprendre ce qu’il veut dire, mais c’est une lecture assez biologique des choses, et assez récurrente chez Delavier, pour moi les valeurs de la morale chrétienne sont les seules pouvant servir de critère de jugement, qu’il s’agisse de la danse ou de la musique ou d’autre chose.

      À mon avis les plus beaux chants ont été fait lorsque l’Église régnait (je ne veux pas dire que l’Église doit régner de nouveau, mais la méditation spirituelle invoquée par cette musique est autrement plus élevée que la musique copulatrice africaine - je ne leur reproche pas, je crois que le christianisme s’est développé surtout en Europe prioritairement.


    • J’ai arrêté la video vers 10 min.
      Delavier nous explique que les goûts musicaux sont fonctions de la classe sociale ... un peu comme Bourdieu et la distinction.... ennuyant.

      La hardtek n’est pas de la musique (sauf si le marteau piqueur est aussi de la musique selon toi). La pudeur, tout comme le goût, sont des constructions culturelles (évidemment !) et des constructions sociales (merci Pierrot !)

      Clairement, tu racontes de la merde sur la musique africaine (comme Delavier et deLesquen).
      J’étaye.
      1) La musique africaine sait aussi être délicate, raffiné, etc... blanche si tu préfères !
      https://www.youtube.com/watch?v=hnT...
      2) Tu confonds la musique africaine avec la musique africaine que tu connais : c’est à dire la musique africaine qu’on t’a donner à écouter (c’est qui on ??)
      3) S’il y a un manque de pudeur (conséquemment aux mouvements du corps stimulé par des motifs rythmiques...), alors il y a un complexe (pathologique) du corps en mouvement dans la musique classique européene (zéro mouvement car zéro rythme).

      Ceci dit deLesqen à presque raison ....


    • Ce qui est marrant @boule&bill, c’est que votre point 1 pourrait être retourné par un africain cultivé et ironique pour qui " la musique européenne (blanche) sait aussi être délicate, raffinée, etc ... africaine (nègre) si tu préfères ! ". Faut rigoler.


    • #1733751

      N’est-ce pas un peu alambiqué comme démonstration ?
      Il me semblait qu’un compositeur, lorsqu’il écrivait sa musique, cherchait à communiquer une ou des émotions ou états d’esprits bien précis à ses auditeurs
      .
      Il y a de la science derrière les sons et la façon de les arranger. Il y a de l’universel.
      Que se soit la paix de l’esprit qui est recherché, ou que se soit l’excitation, rythmes et sons suivront l’objectif.
      .
      Dans une Europe chrétienne, alors qu’on se souhaite "que la paix soit avec vous", il semble logique que la musique cherche à faire la paix chez l’auditeur.
      .
      Dans une tribu africaine animiste, croyance en un esprit, une force vitale, animant les êtres vivants, il semble logique que l’on cherche à déchainer les forces de la nature, d’où le coté très rythmé et excitant des sons qui peuvent choquer.
      .
      Quand on veut faire société, accorder une place plus importante à la recherche de la paix de l’esprit, plutôt qu’en le déchainement des forces vitales de chaque individu, ça ne me parait pas absurde, contrairement à l’inverse.


    • boule&bill, vous confondez musique et danse ! La musique classique est chiante pour danser parce qu’elle n’est pas plus faite pour cela que le lien youtube que vous avez posté ! Regardez plutôt les chansons dansantes populaires européennes et africaines.


    • boule&bill : bien entendu le rap n’est pas plus nègre, que la variétoche n’est française. Ce sont deux variantes pour la consommation de masse, qui tendent au médiocre, au vulgaire, alors que nous aspirons tous à l’harmonie.

      regénération : la musique religieuse est celle qui aspire le plus à la contemplation de l’harmonie ; à défaut de restaurer la loi divine, nous pouvons déjà restaurer la loi naturelle et inciter à ce qu’on mette dans les espaces publics, plus de musiques douces ou apaisantes pour l’esprit


    • @Robin
      je confond rien du tout... le titre de l’article ER et les propos de Lesquen, c’est "la musique nègre".
      La danse est la conséquence de la musique. Une danse sexuelle conséquence de "la rythmique sexuelle" selon de Lesquen si caractéristique de la "musique nègre".

      Moi je dis que son jugement est expéditif mais surtout biaisé (il y a des rythmes mais pas que sexuels).

      En fait, le lascar découvre le Plan Marshall ... Hey t’étais où pendant les yéyé bouffon !

      Par contre, l’argumentaire Delavier m’échappe, je n’ai pas les compétences en climatologique.


    • " Bouffon ", carrément ! Il serait intéressant de l’avoir en face pour le lui dire, histoire de voir un peu comment ça se passe dans la vie réelle et s’il ne vous ferait pas ravaler votre morgue, à supposer que vous ne l’ayez pas ravalée vous-même instantanément.


  • H. de Lesquen n’est pas plus une caricature que ce monsieur qui prétend expliquer les danses par le climat.
    Les danses africaines (on n’a plus le droit de les désigner par leur appellation traditionnelle explicite, et on en déduit donc que l’Afrique est noire et l’Europe blanche) sont explicitement sexuelles.
    Les très pudiques menuets, bourrées et farandoles européennes sont peut-être "sexuels" dans la mesure où ils miment des approches entre jeunes gens et jeunes filles, en tout cas sexuées, mais de façon très implicite, subtile et sublimée. Les corps ne se touchent pas ou peu, et souvent par les mains uniquement. On ne se connaît pas encore, pas de privautés ! Mais on se cherche, se repousse, s’attire. On bondit, on sautille, on tournoie, sur des règles précises et dans un mouvement d’ensemble.
    La guerre, l’amour. https://www.youtube.com/watch?v=SQk...
    Même si ces deux thèmes sont communs aux danses du monde entier, la danse européenne n’a rien à voir avec la danse africaine concentrée sur le bassin.
    Il est triste et disgracieux de voir une jeune fille blanche se déhancher à l’africaine, ce qui lui ôte du charme et de l’intérêt, et quasiment impossible à une jeune fille noire de devenir danseuse étoile dans le Lac des Cygnes, ce pour des raisons de physiologie.
    Le climat, là-dedans... Qu’il vente ou qu’il cogne, quelle importance.

     

    • Ce que vous décrivez dans ces danses peut justement être dû au climat ! Pourquoi ne dansons nous pas comme les Africains ? Car nous ne devons pas mettre les mêmes choses en avant pour séduire !


    • #1733810

      @ Robin
      « Car nous ne devons pas mettre les mêmes choses en avant pour séduire ! »

      C’était le p’tit plus à l’époque d’un implicite collectif où régnait le fait que les hommes aimaient les femmes et les protégeaient et les femmes aimaient les hommes et être protégées. Désormais, la barbe ! Assurancetourix nous casse le pied et il ne reste à Fambala qu’agecanonique pour se rabattre... Tu parles d’un panoramixte ! Ils ont bonemine.

      On l’imagine la Fambala dire au canonique comme une idéfix : Ton destin est mon destin. Ben ça risque d’être court !


    • quand on parle de danse sans parler de son support, la musique, on ne peut pas allez bien loin dans l’explication.
      C’est la musique qui fait bouger le corps. (le seul art qui allie organiquement l’esprit à la matière sans aucun support).
      la musique nègre est avant tout rythmique et joue sur les changements de tempo, c’est donc généralement une musique de transe si on veut la catégoriser, normal que cela n’ait rien à voir avec le lac des cygnes ou un menuet.


    • je précise musique de danse nègre car la musique africaine ne se résume pas à la transe, il y a la musique griotte, et les polyphonies qui jouent parfaitement sur les mélodies et les harmonies.
      Les musiques africaines sont aussi variées que les occidentales ou les asiatiques.

      par contre on a un peu oublié en occident le pouvoir cathartique de la musique de transe (genre péan, tarentelle ou gigue archaïque. Il est d’ailleurs drôle de se rappeler que la valse elle même a été considérée un temps comme inconvenante car elle faisait tourner la tête des jeunes filles (de même que la balançoire, thème récurent de l’iconographie amoureuse au XVIIIème siècle)


  • La musique nègre. Ça me fait penser au temps où le rock&roll était critiqué pour son côté sensuel, ensauvagement des jeunes blancs. Que la musique nègre (africaine) serait à ce point débridée au niveau sexuel me surprend un peu dans le sens que c’est surtout la musique congolaise qui est connue pour ça et est d’ailleurs la raison de son succès sur tout le continent africain. J’ai beau être africain mais je n’ai pas une connaissance anthropologique des danses africaines, contrairement à Delavier que je trouve plutôt pédant et fatiguant à écouter. Et puis y a encore un truc que j’aimerais ajouter. En dépit de toutes les danses sensuelles, souvent limite vulgaire, qu’on voit dans les clips de Koffi Olomide, Werrason et consorts, les femmes africaines sont les plus boring au lit. Tout est tabou même, sans vouloir rentrer dans les détails, les actes les plus simples. Quand on leur demande qqchose au niveau cul, elles vous répondent "Eza mundélé". (Ces trucs de Blancs)

     

    • Un bon point pour les Africaines.
      Finalement les sexe les ennuie, c’est un truc d’hommes.
      Elle n’ont peut-être pas tort.
      Les femmes préfèrent le jeu de la séduction. Ce qui se passe après... Affaire de reproduction, grosse prise de risque.


    • et c’est pas un mal.
      Cette attitude est commune à toutes les cultures traditionnelles, les approches peuvent être culturellement chaudes bouillantes, mais la pratique sexuelle reste un acte totalement naturel et exempt de perversions. A l’exception de certaines cultures qui développent une caste spécialisée dans les techniques amoureuses (Inde, Chine et Japon) mais cette pratique est monnayée ou sacrée, elle rentre dans des codes précis
      Chez nous la culture porno a détruit notre conception de l’acte sexuel et au lieu de se concentrer sur la qualité de l’orgasme partagé (ce qui demande une parfaite connaissance de l’autre) on préfère consommer des pratiques de plus en plus "exotiques". on passe ici encore de l’ère de la qualité à celui de la quantité.


  • Monsieur Andre de Sambucy a écrit sur ce sujet dans ses différents livres.


  • #1733764
    le 25/05/2017 par PER CAPITA .................
    "Musique nègre" : Frédéric Delavier répond à Henry de Lesquen

    Il est sympathique Delavier mais je le préfère lorsqu’il explique la kinésis ... la musculation ... les problèmes tendineux et autres thèmes attenants à la callisthénie en général.


  • #1733777
    le 25/05/2017 par M’Foudi VS Jacquouille
    "Musique nègre" : Frédéric Delavier répond à Henry de Lesquen

    " – C’est l’hiver, les gens ont froid. Ici on danse habillés."
    – O - KAY !"

    Il y a cent sept ans, Scott Joplin composait "Treemonisha", le premier et certainement le seul opéra afro-américain.
    Est-ce de la musique nègre ?

    Ce que Wayne Shorter, 84 ans, joue, c’est de la musique nègre aussi ? tous à poil ?

    Réveillez-vous, voyages et métissage n’ont rien de nouveau. Tout ce qui est produit en occident mais qualifié de "nègre", ne l’est plus depuis plus de cent ans.

    Qui a écouté les véritables musiques d’Afrique ? Les balafons bourdonnants, la kora cristalline dans ses arpèges tressés, les percussions cernant une réalité brute comme un bloc de basalte sculpté par l’érosion ?

    Elles sont pleines de poésie et de tourments, tandis que les raps et autre "trap", musique calibrée pour la boom d’ado, sont produites par des ingénieurs du son qui, derrière leur mpc, n’ont rien de nègre mais tout de l’entubeur de l’été biberonné à l’eau-liwood.

    En musique, ce qui différencie l’élite occidentale de l’élite africaine (ou indienne, par exemple), c’est surtout la notion d’improvisation traditionnelle, la liberté dans la règle mais aussi la règle de la liberté, transmissible par l’écoute consciente.

     

    • Vous êtes connaisseur, et je plussois votre poésie. J’ajouterai que les instruments accessibles restent précaires. Rien que possèder une guitare est une richesse.


    • Je crois cher Monsieur que vous confondez musique africaine et musique (de) nègre. HDL fait parfaitement la différence mais fait semblant de prendre l’une pour l’autre. Mais peut on raisonnablement parler de musique nègre en 2017 sans se faire tirer les oreilles ? Je crois que vous connaissez la réponse.


  • J’ai du mal à comprendre cette obsession de certains à vouloir absolument comparer musique nègre et musique blanche pour mettre sur un pied d’estale l’une et dévaloriser l’autre..
    Je suis Noire et je prend autant de plaisant à écouter du Chopin (un de mes compositeurs favoris) que Ballaké Sissoko. Leur musique fait voyager mon âme et m’inspire, point. Il ne m’a jamais traversé l’esprit de les comparer ou de dire "ça cest Nègre DONC grossier et impudique" "ça c’est Blanc DONC subtil et modeste" Un réflexe qui pousse certains à entrer dans une réflexion clivante très manichéenne (mais bon, grand bien leur en fasse d’avoir la certitude de faire tout mieux que les autres et être plus proche de Dieu...)
    J’ai du mal à comprendre pourquoi certains projettent une sexualisation sur de la MUSIQUE (ce qui est différent d’une danse) sur des critières d’autant plus purement subjectifs. Aussi, le rapport avec le corps et la "nudité" n’est pas le même en Afrique qu’en Europe alors j’ai tendance à prendre ces considérations ethnocentristes (bien que compréhensibles) avec des pincettes.... Et puis faudrait arrêter de croire qu’en Afrique c’est la fiesta et que dès qu’il y a un peu de musique tout le monde se met à poil, se déhanche et se frotte pour un oui ou un non ; c’est en voyageant en Afrique que j’ai rencontré les gens les plus pudiques et le sexe là bas reste très tabou.
    Enfin, LOL les gens qui prennent Koffi Olomidé en exemple de la "musique Nègre" pour prouver à queeel point cette dernière est libidineuse et renvoit aux plus bas instincts ; c’est comme citer JUL et Zaz en chantres de la musique Blanche ! on croit rêver !! ’faut sortir un peu les gars ! :*-D

     

    • "les gens qui prennent Koffi Olomidé en exemple de la "musique Nègre"

      Je ne crois pas que vous êtes quelqu’un de très éveillé. Pour commencer Koffi Olomidé est quoi selon vous ? Un nègre tout comme moi, et n’il y a aucun problème avec ça à moins qu’il s’agirait d’un chinois ?

      Tous ses clips sont on ne peut plus libidineux ( https://www.youtube.com/watch?v=eQZ... ). Certes, il n’a pas tjs trempé là-dedans mais c’est le marché qui veut ça et c’est devenu son fond de commerce ; cela en va de même pour quasi tous les chanteurs contemporains congolais. Dans tous leurs clips on aura tjs droit à des bonnes paires de fesses, ce dont je me plains pas. Ironiquement Lesquen à ce niveau-là pourrait ne pas avoir tout à fait tort lorsqu’il parle d’ensauvagement car ce genre de musique peut, effectivement, conduire à de la débauche auprès des jeunes ; déjà que chez nous y a pas grand chose pour les occuper.

      Bon, maintenant en ce qui concerne de sortir un peu. Je crois que sur ce site il y a peu de gens qui ont voyagé autant que moi. Prétentieux ? Pas de problème. J’assume.


    • @sa majesté
      Alors commençons par mettre les choses au clair : je suis Congolaise et parfaitement éveillée.
      Si avant de prendre ce ton condescendant vous auriez pris plus de temps à mieux lire mon message vous auriez compris que le but de mon message n’était pas de dénigrer Koffi mais de souligner qu’il était intellectument malhonnête de réduire un style de musique à UN artiste. Ma mère et ma famille écoute du Koffi donc je suis effectivement bien placée pour savoir de quoi je parle. Nous avons beau être tous les 2 congolais (?) nous avons encore le droit d’avoir des avis divergents non ? Ce n’est pas un concours pour savoir qui est le plus éveillé, a le plus voyagé ou je ne sais quoi d’autre... L’arrogance de certains ici devient de plus en plus irritante.


    • #1734083

      @ has
      Vous nous faites du BHL. Personne sur ce fil de commentaires n’a dit explicitement, comme vous le prétendez, que "ça cest Nègre DONC grossier et impudique" "ça c’est Blanc DONC subtil et modeste".
      Si, dès le début de votre argumentation, vous mentez, il semble difficile d’accorder du crédit au reste de vos propos.
      .
      " Je suis Noire et je prend autant de plaisant à .../...".
      On s’en fout que tu sois noire ou jaune, et on s’en fout que tu prennes ton pied ou pas à l’écoute de telle ou telle musique. Ça n’est pas le sujet. Ce qui aurait été intéressant, c’est que tu nous explique pourquoi tu prends plaisir à ... Quelles émotions ? Quels ressentis ? Quels souvenirs ? Quels impacts sur la société perçois-tu ? Que génère l’écoute de ces musiques en toi et autour de toi ? On n’est pas là pour mettre un pouce en haut ou un pouce en bas. Y a youtube et facebook pour ça.
      Pourquoi certains ont des avis tranchés sur la musique africaine alors qu’il en existe qui les contredisent ? Pourquoi ne sont-elles pas diffusées ?


    • @envolee_des_incultes
      Et encore un qui a dégainé son clavier sans même prendre la peine de lire correctement mon commentaire...
      RELISEZ LE, les propos entre guillemets ne sont pas des citations​ de commentaires mais une réflexion intérieure que je ne me serait jamais faite sur la hiérarchisation des musiques. Sur ce, merci de laisser BHL là où il est.
      Enfin, il est dans mon droit de remettre les choses dans leur contexte et vu que certains ici semblent posséder la science infuse et me reprocherai de ne pas savoir de quoi je parle...
      Et je capte pas trop où vous voulez en venir avec les pouces up/down youtube... Ce n’est pas moi qui joue les keyboard warrior excité ici... Et c’est d’ailleurs ça qui me rebute de parler de moi et ce qui motiverait ma double culture musicale.


    • #1734436

      @ has
      Être femme et noire ne donne pas le droit de faire l’idiote et de troller.


    • @envolee_des_incultes
      Au vu de la bassesse de votre dernier message il semble évident que le troll idiot c’est plutôt VOUS (la paille la poutre, tout ça....)
      A part me sauter dessus et maintenant m’insulter vous ne contribuez nullement au débat concernant cette vidéo.
      Sur ce, si vous n’avez plus rien de pertinent sinon émettre des jugement creux sur ma personne, merci de m’oublier. Des bisous !


  • Les individus du type de Lesquen suscite en moi une profonde antipathie confinant au dégoût ! En effet j’ai horreur des injustes ! J’ai horreur de cette bourgeoisie blanche qui face à son déclin ne trouve rien de mieux que de pointer un doigt accusateur sur les symptômes de notre chute sans jamais ou presque dénoncer les causes ! Et en dernière instance je vais rappeler une simple vérité à méditer : à l’assemblée nationale, au sénat, dans la haute magistrature, dans la haute fonction publique il n’y a pas beaucoup de "Nègres" et de musulmans ! Et rajoutons entre parenthèse pas tant d’individus de confessions israélites que ça non plus ! Ce sont dans leur majorité écrasante de bons Blancs francs-maçons de bonnes familles gauloises ! Est-ce que je me trompe monsieur De Lesquen ?
    En tant que Français de souche issu de la France d’en bas je n’ai jamais été dupe de cette escroquerie consistant à dénoncer l’islam, les basanés...comme responsable de tous nos maux ! Dès mon adolescence j’avais parfaitement identifier la racine du mal : la lâcheté et trahison de notre élite économique, politique et intellectuelle ! Ce sont bien eux qui ont soit tout laissé faire, soit ont été les complices actifs de l’anéantissement de la France ! Je le répète pour ceux qui seraient durs d’oreille : au sommet de l’état Français et de la hiérarchie du pouvoir politique, législatif, judiciaire et économique il n’y a pratiquement aucun musulmans, Noirs, Asiatiques...que de bons blancs de bonnes familles gauloises.

     

  • #1733835

    Les 2 monsieurs, Lesquen et Delavier, sont selon moi autant l’un que l’autre totalement hors sujet et d’une ignorance crasse du sujet principal : la musique africaine. Je ne suis pas un expert en la matière mais ma légère connaissance me suffit, ayant écouté du Fela Kuti, Seun Kuti, du Salif Keita, de la rumba africaine (et bien d’autres styles et artistes dont je ne me souviens pas les noms) pour savoir automatiquement que l’affirmation de départ : "la musique africaine est sexuelle" est fausse, mais pas qu’un peu, beaucoup. J’aimerais que ces 2 personnes me disent ce qu’elles pensent de la musique gnawa, de la musique traditionnelle malienne et de la rumba congolaise et me racontent qu’est ce que cela a à voir avec le sexe. C’est aussi vrai que de dire que la musique blanche a un arrière goût de bière éventée et de cendrier froid en ayant à l’idée quelques voix bêlantes de certains rockeurs contemporains sur le retour. Si nos spécialistes "je-sais-tout" "dissidents" basent leurs analyses sur 3 clips de MTV et 3 documentaires sur la chaine Planète on est vraiment mal barrés en terme d’Oratores ! Après je dis ça, on est pas obligés d’aimer la musique africaine, mais en s’inspirant du proverbe belge :"quand on sait pô, on parle pô !" Merci d’avance et honnêtement entre nous, vous préférez une kizomba avec une belle sénégalaise ou une valse avec une belle autrichienne ? En tant que franco-latin mon choix est vite vu, et je me sens culturellement plus en affinité avec un touareg saharaoui qu’avec un suédois. Je divague... (J’ai regardé la 1ère minute de vidéo, mais les énormités énoncées sur un ton si péremptoires m’ont forcé à cliquer sur STOP)


  • Sans vouloir être méchant avant de dire que Delesquen s’exprime d’une manière "supérieure" et agaçante veillez à ce que ce ne soit pas le cas pour vous. Or c’est pire. Delesquen il parle naturellement comme ça, vous, vous hachurez volontairement votre disction comme si ce que vous disiez était d’une telle complexité qu’il fallait marquer une pause à chaque mot pour que votre auditeur l’assimile. Même pour une phrase de Nietzche qui parfois dure une page il ’est pas nécessaire de découper le phrasé comme vous faites. Par ailleurs je trouve ses propos d’une grande pauvreté conceptuelle. Pour une raison qui anihile toutes les autres : Ce que les Européens trouve de sexuel dans la musique Africaine est peut l’exact équivalent de ce que les Asiatiques trouve de sexuel dans la musique Européenne. Tout n’est que représentation... Et là pour le coup c’est largement influencé par la culture... Quand les gens sortent de leur domaine (pour lui la muscu) ça donne souvent de très mauvais résultats...


  • Je trouve ce site de plus en plus xénophobe alors qu’il avait pour objectif initial d’instaurer un dialogue respectueux et constructif entre les différentes composantes de la population française... Marine Lepen n’y est pas parvenue et vous suivez le même chemin ! Vous oubliez tous que les musiques et les clips vulgaires diffusés en boucle dans les médias occidentaux sont choisis sciemment par les magnats de l’industrie musicale, tous blancs, pour déstabiliser les sociétés. Et Ces musiques ne sont pas chantées ni dansées que par des noirs....
    La musique et la danse africaines sont des exutoires, et chacun est en droit d’apprécier ou pas, la musique dite "classique" n’est pas non plus du goût de tout le monde ! En Europe on viole en coulisse tandis qu’on joue les prudes en public ! Cessez de juger les autres cultures, la vôtre n’est ni meilleure ni pire, et certainement pas la plus humaniste au regard de votre histoire ! Dernier point, adressé particulièrement à Lesquen et sa clique qui pensent que les non-blancs sont des sous-hommes, Adam et Ève vivaient tous nus dans la jungle, et non recouverts de peaux de bêtes au pôle nord ! Comprenne qui pourra ! Une personne très déçue d’Egalité et Réconciliation.

     

    • "pour objectif initial d’instaurer un dialogue respectueux "

      Respectueux ? Ici on n’’est pas pour chialer et pour tenir compte des susceptibilités de tout un chacun. La raison pour laquelle je viens sur ce site c’est justement parce qu’on ose y aborder des thèmes qui ne sont pas politiquement correct, me défi, m’incite à me remettre en question ou à percevoir les choses d’une autre manière. Si tu veux uniquement entendre des choses qui te plaisent à l’oreille, tu n’as qu’a demander à la direction de ER de créer un safe space. Je suis noir et je n’ai absolument aucun problème avec ce qu’on y aborde. You need to grow up man !. Et puis tes rêves de midinette au sujet de Marine Lepen en dit long sur tes capacités analytiques. Cette femme a tjs fait partie du système et est très limité intellectuellement. Ce sont les gens de son propre partie qui le disent.


    • #1734013
      le 26/05/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande
      "Musique nègre" : Frédéric Delavier répond à Henry de Lesquen

      @Ndombolo
      Sniff, sniff, nooooonnnnn .... reviens on déconnait !
      Tu nous manqueeee déjaaaaaa !
      Redescends kamarade, ne joue pas les offusqué ....E&R est une boite de résonance, ils y relayent toutes sortes de vidéos, d’articles, etc... à toi de te faire une idées de ce qu’il se passe autour de toi !
      Et Dieu sait que je ne suis pas toujours sur la ligne E&R ou Soral mais il faut savoir apprécier un vrai travail d’information et de journalisme qu’ils produisent, ainsi que les analyses de A.Soral qui sont d’une grande excellence après tu adhères un peu, beaucoup, complètement ...mais c’est pas ce qu’il te demandent ...tu as ton libre arbitre, tu réfléchis par toi-même , eux ils te donnent des pistes des directions une arme intellectuelle de résilience après à toi de leur rendre à ta manière, engagement, collages, dons, etc...
      Fais preuve de maturité et ne t’offusque pas du râle-bol que la presse, la télé, les politiques nous imposent !
      Tu commentes c’est donc que tu es capable de débattre ou de donner un avis ,tu fais donc avancer les choses non ?
      Bien à toi kamarade !!
      ***


  • Beaucoup de bonnes critiques ci-dessus de commentateurs ER, bravo à vous. Mais, ENCORE UNE FOIS, il faut préciser certaines choses, en se placant du point de vue du chercheur spirituel et non de celui du matérialisme philosophique athée qui ne comprend jamais que les choses viennent de l’interieur :

    - "l’esprit pur n’est pas touché par l’impur, seul l’esprit impur voit de l’impur et tout est pur pour celui qui est pur." citation de la Bible.
    Donc, ce sont les obsédés sexuels qui voient de la sexualité ici ou là. On voit ce que l’on est soi-même. Les propos de Delavier et Du Mesquin renvoient donc à eux-mêmes. L’esprit non devergondé ne sera pollué par les influences négatives.
    Jeune, je n’ai jamais ete pollué par l’ambiance libertaire dépravée des 70’s ni par ses musiques suggestives (en paroles), et ce monde moderne ne m’a pas détruit sur cette question sexuelle.
    Le divin lotus pousse dans la boue, c’est une possibilité, c’est pour ca que c’est un symbole en extreme orient : si on garde de l’innocence, tout sera regardé avec pureté et on ne sera pas pollué. Si la musique nègre dérange De Mesquin, c’est qu’il est corrompu lui-même. Les choses essentielles viennent plus de l’interieur que de l’exterieur.

    - les occidentaux sont responsables de leurs choix materialistes athées décadents, ils n’ont pas compris d’où venait la grandeur de JS Bach, donc sont moralement aux antipodes de ce Grand Monsieur et s’en réclamer est un abus dû à l’identification identitaire raciale, nationale et culturelle, qui montre là ses limites. Et ils n’ont pas non plus à accuser les autres de leur chute morale. Pour les asiatiques, nous sommes des obsédés sexuels, en Occident. "Le lac des cygnes" n’a pas ete compris par les europeens, qui en ont ete très indignes, au final. Paris n’est plus romantique du tout.
    Voyons de face nos destructions.

    - obliger les gens à écouter du classique ne mènera à rien : il faut que ca vienne du coeur, ce qui en outre donnera l’inspiration. Sinon, ce sera zero.

    - la musique africaine VERITABLE comporte enormement de transes spirituelles, les tam tam sont pour cela, et exacerber le pouvoir vital n’est originnellement pas du tout pour le sexe mais au contraire pour aller vers la transcendance spirituelle.
    C’est du B A BA, ce que je dis, quelle ignorance crasse de la part des racialistes...
    (les musiques commerciales d’ici et d afrique, poussent peut etre au sexe, mais c est du modernisme, ca, et non la vraie europe, ni la vraie afrique).

     

    • En Afrique, du nord au sud, la musique constitue un art de vivre à la portée de tous ceux qui baignent depuis leur enfance dans un environnement où le rythme du quotidien se calque sur celui du jour, de l’aube au crépuscule, quand la lumière invite à la réjouissance. Dans un cadre festif elle est susceptible d’entrer en résonance avec les tréfonds de l’être par le biais de la danse. Celui qui se livre à la transe cherche à évacuer des scories qui le tourmentent et le parasitent.
      Le circuit emprunté par cette onde de choc passe par des capteurs sensitifs, donc sensuels, voire sexuels, mais cela n’est pas une fin en soi. Les thérapies douces passant par des canaux qui ont fait leurs preuves existent dans toutes les sociétés pérennes (l’écriture en est une mais elle est solitaire).
      Que le caractère potentiellement sexuel des danses africaines ait été exploité par une caste pour exacerber l’animalité "des foules" (comme dirait Le Bon), n’a évidemment rien de surprenant.


    • Transe spirituelle ne signifie pas forcément transcendance surnaturelle. Et c’est là la vraie distinction entre la spiritualité occidentale (chrétienne s’il en reste aujourd’hui) et l’animisme africain. Il existe des musiques traditionnelles régionales qui sont du type phénomène derviche et qui excite le corps en France comme certaines musiques africaines en effet. Mais Bach, le grégorien, la musique des cordes et non des sphères types guerrière, instinctive, sexuelle (africaine dans ce contexte) est l’essai de l’incarnation du Beau. D’où le symbole de la lyre, la harpe, le chant... comme symboles de la prière d’adoration et les tambours pour la guerre, la magie sexuelle. L’une en rapport avec le surnaturelle, l’autre naturaliste.


    • @ Benoit, vous voulez faire une hierarchie entre les transes, (spirituelle /animiste) alors que ce n’est qu’au niveau technique qu’il y a une différence entre un tambour vaudou et un chant grégorien : le premier s’appuie sur une progression rythmique et l’autre sur une progression vibratoire (harmonique).
      En fait tout dépend de ce qu’on cherche à provoquer :
      une progression rythmique donne une transe physique qui peut déboucher sur le spirituel si le récepteur est compétent (chamanisme, soufisme gnawa, danses d’Ayappa par exemple)
      la progression harmonique est plus subtile et touche directement l’esprit donc la transe difficilement observable ( Bach, la polyphonie grégorienne, le drupad par exemple).
      l’occident a oublié tout simplement le pouvoir sacré de la danse, la communion totale entre le corps et l’esprit, c’est pour cela que vous prétendez que Bach est plus spirituel qu’un tambour africain, mais on pourra vous rétorquer à l’opposé que la musique de Bach souffre d’un sacré handicap pour prétendre à l’universalité (l’absence de corps, de tripe, de racine).


  • Je trouve ce débat un poil à coté de la plaque. Déjà parler de musique nègre, de musique identitaire ça me dépasse un peu.

    Dire que la "musique nègre" est impudique, sexualisée, faite simplement de pauvres rythmes et privée d’élévation spirituelle et que la musique occidentale serait l’exact contraire, est un peu fort de café. Je ne sais pas si la collection Ocora existe encore mais cette série de disques (dont certains enregistrements pouvaient remonter aux années 40/50) montrait, dans une démarche ethnomusicologique, toutes les richesses des différentes musiques de par le monde et celle africaine était bien lotie en nombre. On pouvait s’apercevoir de la richesse de ces musiques dont l’esprit dansant n’était pas le seul aspect. Je me souviens du chant totalement hypnotique et fascinant de femmes en train de piler de la nourriture, de certaines musiques sacrée envoutante...

    Parler d’influence du climat pour caractériser certains déterminismes musicaux est à mon avis biaisé. Même si le climat joue indéniablement un rôle sur les activités humaines, il faudrait être débile pour le contester, je pense que c’est une des données du problème mais pas la seule. Quand bien même elle serait très importante, les situations climatiques en Europe et en Afrique sont plus nuancées, entre la Norvège et le centre de l’Espagne, le sud de l’Algérie et le Rwanda par exemple.

    Penser que la musique "nègre" (je cite le terme de De Lesquen) n’exprime que la sexualité, c’est penser qu’elle est restée bloqué au plan des instincts, elle sort du bassin plutôt que de la tête, l’esprit, l’animal contre l’humain. Je ne sais pas si on peut faire plus raciste pour le coup.

    Pour ma part je préfère mille fois écouter des albums comme "Blasé" de Archie Shepp, "My favorite things" de John Coltrane ou "Kind of blue" de Miles Davis (trois sales négros) que n’importe quelle musique occidentale, dite classique, composée par un musicien franc-maçon pour une élite corrompue et décadente (en disant ça je vise beaucoup de monde dans la musique classique).

    Quel con ce De Lesquen (et le Mr qui lui répond ne vaut pas mieux).


  • "De n´importe quel pays, de n´importe quelle couleur.
    La musique est un cri qui vient de l´intérieur...."
    et basta !!!...
    Bernard Lavilliers.

     

  • La technicité de la danse blanche réduite à un a un ascenseur social ? Ok, et le gout du beau ? Un peu aussi peut être...

     

    • Surtout que ça exclut les sourds de l’ascension sociale. Vu qu’il n’entend pas le sourd a t-on dèjà vu un sourd danser une valse ? Une danse un peu rythmique, on y verrait qu’il percute à la vibration, mais une valse... Il devrait être chien le sourd pour suivre l’ultra son.


  • Monsieur Deladier , votre analyse est interessante mais ne va pas en profondeur comparez la musique Africaine à la variété européenne pourquoi pas mais je ne vois pas d’equivalent à la musique classique les 4 saisons de Vivaldi n’ont rien de sexuel.
    Quant au climat vous dites qu’ils ne sont pas habillé à cause du climat mais alors en arabie saoudite ils devraient tous danser nu ce qui on le sait n’est pas le cas. Il y a en Europe une séparation entre ce qui est du corps materiel (création ) et le spirituel ce qui est tres important dans le christianisme je crois que cela pourrait être une piste d’explication.


  • #1736150

    Pourquoi parle-t-il autant de danse alors qu’il est censé parler de musique. L’un va rarement sans l’autre mais passons.

    Ce que dit Delavier est intéressant mais je pense qu’il confond blanc et chrétien. Et il oublie l’influence du christianisme sur la démonisation du corps. Saint Pirmin disait au VIIIème siècle : " Fuyez les bals, les sauteries, de même que les chansons grossières et luxurieuses comme si cela était flèche du diable. En effet, il ne vous est pas permis de le faire ni à l’église, ni chez vous, ni en quelque autre lieu, parce que cela ramènerait la coutume des païens."


Commentaires suivants