Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

La réponse de Gilad Atzmon au quotidien israélien Haaretz

En réponse à « U.K. leftists and anti-Semitism », le 30 octobre 2017.

 

Le week-end dernier, Haaretz publia un article engagé écrit par le sioniste anglais Ben Gidley. Bien que son article me traitait de « raciste », de « prêcheur de haine » et de « négationniste », M. Gidley a échoué à trouver la source de la moindre accusation contre moi, citant des opinions relayées dans les médias sionistes et juifs.

En fait, pendant toute ma carrière je n’ai jamais fait de référence critique aux juifs ou quiconque sur la base de la race, de la biologie ou du peuple. Mon travail est anti-raciste, il se concentre entièrement sur la culture, l’idéologie et les politiques identitaires. Je crois que ces points cruciaux doivent être l’objet de critiques.

Dans mon travail, j’affirme que si Israël se définit lui-même comme un État juif, alors nous devons nous demander : Qui sont les juifs ? Qu’est-ce que le judaïsme ? Qu’est-ce que la judéité ? Nous devons examiner les relations parmi ces trois concepts et nous demander comment ils sont reliés au sionisme, à la diplomatie et la politique israéliennes.

Mes positions sur l’holocauste se basent sur l’éthique, la philosophie et l’histoire. Je maintiens que si l’histoire est une tentative de narrer le passé tel que nous le traversons, il ne devient une aventure intellectuelle sérieuse qu’une fois que nous sommes libres de le revisiter, le repenser et le réviser.

L’histoire est intrinsèquement un projet révisionniste et cela s’applique à l’Holocauste, la Nakba, l’esclavage ou tout autre événement passé. Quand l’histoire est traitée comme la récitation invariable d’une doctrine officielle, elle est réduite à une religion qui se fonde sur la supériorité de la souffrance de son propre peuple.

Certaines attaques lancées par Gidley sur mon travail sont correctes. Il est vrai que mes écrits circulent dans certains milieux d’extrême droite et médias conservateurs, aussi bien qu’ils sont au moins autant populaires dans les milieux de gauche et les cercles progressistes.

C’est parce que mon travail offre une analyse métaphysique et philosophique et n’est pas seulement politique. Je défie les logiques binaires droite-gauche. Je fournis un discours post-politique qui est motivé par des principes éthiques et universels.

Ceux qui sont intéressés ou inquiets à propos de mon travail sont invités à regarder Gilad and All That Jazz. Ce documentaire de 2011 examine mes idées et interviewe mes principaux opposants.

À lire, sur Kontre Kulture

 

À écouter, sur Kontre Kulture Musique

 

 
 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1837061
    Le 10 novembre à 16:55 par yacob
    Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

    Bravo : ce qui est écrit est écrit et bien écrit !

    Et si l’ on revisitait Leroi Gourhan ?
    Et si vous l’on découvrait Shlomo Sand ?

    Encore bravo et É&R.

     

    Répondre à ce message

  • #1837066
    Le 10 novembre à 17:03 par rectificateur
    Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

    Clarté, rigueur et concision, comme toujours avec Gilad. Ça change du pilpoul de certains !

     

    Répondre à ce message

  • #1837076
    Le 10 novembre à 17:24 par Palikao
    Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

    Gilad Atzmon devance de très loin, par la pensée, tous ses contradicteurs. En plus de la catégorie : artiste, celle de philosophe et intellectuel lui va très bien.

     

    Répondre à ce message

  • #1837090
    Le 10 novembre à 17:49 par Tiriz
    Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

    Il aurait juste fallu que Mandela soit contre Israël pour qu’il eût été qualifié de raciste, incitateur à la haine, négationiste et qu’il ne sorte jamais de prison.

     

    Répondre à ce message

    • #1837251
      Le 10 novembre à 23:06 par Mort de rire
      Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

      Mais Mandela était un raciste et un incitateur à la haine...C’est même pour cela qu’il a fait de la prison et non pas à cause de son opposition à l’Apartheid mais à cause des actions terroristes qu’il a mené en Afrique du Sud en tant que leader de l’ANC.

       
  • #1837117
    Le 10 novembre à 18:40 par prout
    Ni de droite ni de gauche, et anti-raciste

    Grand fan de jazz, et, de part mon histoire et mes origines, étant éternellement lié à un humanisme humble et respectueux de la dignité et de toutes les religions ou spiritualités, je ne peux que m’incliner devant ce grand musicien.
    La plupart de ses détracteurs boivent le dernier pink floyd comme de l’eau bénite, alors que c’est sûrement un des moins bons albums sur lesquels il a joué.

     

    Répondre à ce message