Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouvelle mise en examen pour abus de confiance au Front national

Après Marine Le Pen, au tour du député européen Marie-Christine Boutonnet

L’élue d’extrême droite a été inculpée pour abus de confiance le 20 juin dernier dans le cadre de l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen.

Après Marine Le Pen la semaine dernière, c’est au tour de l’eurodéputé Front national Marie-Christine Boutonnet d’être mise en examen dans une enquête du Pôle financier sur les assistants parlementaires d’eurodéputés FN. Élue à Bruxelles depuis 2014, elle a été inculpée le 20 juin dernier pour abus de confiance, a indiqué lundi une source proche de l’enquête. En mars dernier, elle avait refusé de se rendre à une convocation des juges.

L’inculpation de Marie-Christine Boutonnet, eurodéputé depuis 2014, concerne l’emploi entre septembre 2014 et fin février 2015 de son assistant parlementaire Charles Hourcade, lui-même inculpé en mars pour recel d’abus de confiance. Employé à l’époque comme assistant parlementaire « local » – c’est-à-dire qu’il peut exercer en France, Charles Hourcade apparaissait dans le même temps comme graphiste dans l’organigramme du Front national.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Quel avenir pour le Front national ? La réponse d’Alain Soral :

 

La vie politique vue par les dessinateurs, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article