Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

POLEMIQUE - Le roi d’Espagne provoque le président Hugo Chavez

« Lors du 17ème sommet ibéro-américain qui s’est tenu à Santiago, capitale du Chili, le Roi d’Espagne, Juan Carlos, s’est adressé de manière particulièrement insultante au président du Venezuela, Hugo Chavez, lui intimant « Pourquoi tu ne te tais pas, toi ! »

Une provocation calculée, proférée avec la morgue d’un monarque s’adressant à ses « sujets ».

Le journal Informacion Obrera, édité en Espagne […], s’est employé à rétablir les faits pour expliquer le sens de cette provocation et montrer au compte de qui elle a été montée et avec quel objectif. Nous présentons ici son analyse.

Contrairement à la plupart de ce genre de « sommets », où se succèdent des discours protocolaires, le contenu du 17ème sommet ibéro-américain de Santiago a été hautement politique. Lors de la cérémonie de clôture, le président socialiste du gouvernement espagnol José Luis Zapatero, est intervenu une nouvelle fois pour marteler que « nationaliser ou renationaliser » n’est pas à l’ordre du jour.

Ce discours s’adressait clairement aux gouvernements du Venezuela et de la Bolivie qui ont pris des mesures de nationalisation, du pétrole et du gaz notamment.

Un discours auquel Hugo Chavez, président du Venezuela, a répondu : « Parlons-en des privatisations. Je ne suis pas d’accord avec ce qu’a dit le président du gouvernement espagnol. Le Venezuela avait une compagnie aérienne nationale, Viasa. Elle a été privatisée. Elle a été achetée par une compagnie aérienne espagnole qui a tout liquidé. Aujourd’hui nous sommes en train de payer les retraites des travailleurs de Viasa qu’on a mis à la poubelle. »

Puis Chavez a ajouté : « En 1999, j’étais invité à la Maison Blanche. On voulait me séduire. J’ai rencontré Aznar. Il m’a dit que le Venezuela ayant du pétrole, il pouvait opter pour être un pays du premier monde. Mais je lui ai répondu : que fait-on avec Haïti, l’Amérique centrale ou avec l’Afrique ? Et il m’a répondu : « Chavez, ces gens-là sont foutus ! » Aznar montrait ainsi son véritable visage [..] ».

Volant au secours de son prédécesseur de droite, Zapatero déclara alors : « J’exige qu’on respecte Aznar qui avait été élu par les Espagnols. » Réponse de Chavez : « Dites d’abord à Aznar de respecter le Venezuela. ».

C’est à ce moment-là que Juan Carlos a coupé Chavez en le tutoyant « Pourquoi tu ne te tais pas, toi ? » avant de se lever et de quitter la salle.

Pourquoi cette attaque contre Chavez et tous ceux qui nationalisent ? N’est-ce pas parce que au même moment, on voit se développer, au Venezuela, et à l’échelle internationale, une nouvelle campagne de déstabilisation orchestrée par l’impérialisme américain à la veille du referendum qui aura lieu au Venezuela le 8 décembre prochain. Ce referendum porte sur la possibilité pour le président de la République de se représenter au suffrage des citoyens. Plusieurs points de la réforme de la constitution vénézuélienne concernent notamment la réduction de la journée de travail, l’instauration comme principe constitutionnel d’un « secteur économique d’Etat ».

Sa Seigneurie le roi d’Espagne n’est en cela rien de plus qu’un pion au service des intérêts américains. Ce n’est donc pas sans raison que l’ambassadeur des Etats-Unis à Madrid a carrément déclaré : « L’Espagne vient de se couvrir de gloire ». Et, le lendemain de ce sommet, Chavez a rappelé qu’Aznar « a soutenu le coup d’état militaire d’avril 2002 contre moi. Je me demande pourquoi le roi d’Espagne agit de la sorte. J’ai été élu démocratiquement président de la République du Venezuela et lui n’a été que nommé par Franco. Je me demande s’il était au courant du coup d’Etat d’avril 2002, car l’ambassadeur espagnol de l’époque a rendu visite aux putschistes dans le palais présidentiel et Aznar a parlé au téléphone avec Carmora, le chef des putschistes. Le roi n’était-il pas au courant ?".

Source : Informations Ouvrières n° 821

inter_071202_chavez3.jpg