Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Palestinian Lives Matter" : les Palestiniens confrontés au compte à rebours de l’annexion

Confrontée à la perspective d’annexion de pans de la Cisjordanie, l’Autorité palestinienne propose une « contre-proposition » au plan Trump. Mais le soutien de manifestants israéliens et les condamnations de principe à l’international suffiront-ils ?

 

En réponse au « plan de paix » proposé par Donald Trump en janvier, prévoyant l’annexion par Israël de pans entiers de la Cisjordanie occupée, les autorités palestiniennes ont présenté le 9 juin une « contre-proposition » aux principaux acteurs internationaux. Une ultime tentative alors que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou prévoit de débuter l’annexion de ces territoires dès le 1er juillet.

 

Un État « souverain, indépendant et démilitarisé » proposé par les Palestiniens

« Nous avons soumis une contre-proposition au quartet [Union européenne (UE), ONU, Russie et États-Unis] il y a quelques jours », a déclaré le 9 juin le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh, précisant que ce texte de « quatre pages et demie » mettait en avant la création d’un « État palestinien souverain, indépendant et démilitarisé ».

Mohammed Shtayyeh a ajouté que le texte proposait également des « modifications mineures au tracé de frontières lorsque nécessaire », et que le transfert de territoires proposé se ferait d’« égal à égal » en termes de « taille et valeur ».

De son côté, le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a annoncé le 9 juin qu’il avait rencontré des représentants de la Russie, de l’UE et de l’ONU, mais pas des États-Unis, pour discuter du projet d’annexion. En effet, Ramallah a coupé toutes relations diplomatiques avec les États-Unis depuis que Washington a reconnu en décembre 2017 Jérusalem comme capitale d’Israël.

Saëb Erakat a également annoncé avoir remis à ces membres du quartet une lettre du président palestinien Mahmoud Abbas « exigeant la formation d’une coalition internationale contre l’annexion et une réunion de tous les pays qui s’y opposent ». « Nous souhaitons qu’Israël ressente la pression internationale [...] Pour la première fois, les alliés politiques européens discutent de sanctions contre Israël car nous le leur avons demandé », a affirmé Mohammed Shtayyeh. Et d’ajouter : « La reconnaissance [d’un État palestinien] est une mesure préventive contre l’annexion et les sanctions en sont une autre, additionnelle. »

 

Une « opportunité historique », selon Benyamin Netanyahou

Mais l’heure tourne pour les Palestiniens. En effet, à partir du 1er juillet, le nouveau gouvernement d’union israélien, mené par le Premier ministre Benyamin Netanyahou et le ministre de la Défense Benny Gantz, doit présenter sa stratégie permettant la concrétisation du « plan de paix » de l’administration Trump, salué côté israélien comme une « opportunité historique ».

Lors de sa présentation le 28 janvier à la Maison-Blanche en présence de Benyamin Netanyahou, le président américain Donald Trump avait vanté un plan de 80 pages, « le plus détaillé » jamais présenté, proposant une solution « réaliste à deux États », une « chance historique » pour les Palestiniens d’obtenir un État indépendant.

Plus concrètement, ce plan américano-israélien prévoit l’annexion de près de 30 % du territoire cisjordanien par Israël. Sont notamment visées par ce projet les colonies israéliennes situées en Cisjordanie et dans la vallée du Jourdain, occupée depuis 1967 par l’État hébreu. Le projet prévoit un État démilitarisé pour la Palestine.

En outre, l’hypothétique État palestinien serait constitué selon ce plan de morceaux de territoires discontinus. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ne s’y était pas trompé et l’avait comparé le 11 février devant le Conseil de sécurité des Nations unies à un « gruyère suisse ».

Si le plan proposé par les État-Unis fait la part belle à Israël, les deux parties demeurent toutefois en désaccord sur la délimitation de certains territoires à annexer, ce qui pourrait prolonger la durée de l’annexion, mais pas son début. En effet, Benyamin Netanyahou souhaite avancer rapidement sur les zones qui font consensus avec Washington : les colonies elles-mêmes.

« Voici la vérité : ces territoires sont là où le peuple juif est né et s’est développé. Il est temps d’appliquer la loi israélienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme », avait lancé le Premier ministre de l’État hébreu à la mi-mai.

 

« Palestinian Lives Matter »

Cependant, le projet d’annexion sioniste ne fait pas l’unanimité, que ce soit au sein de la classe politique israélienne, notamment à gauche, ou au sein de la population.

Par exemple, des milliers de manifestants s’étaient mobilisés le 6 juin à Tel-Aviv pour protester contre l’occupation actuelle de territoires cisjordaniens, mais surtout contre le projet d’annexion américano-israélien. Parmi les slogans, on retrouvait notamment « Palestinian Lives Matter », détournement du mouvement Black Lives Matter, dont les manifestations se succèdent aux État-Unis et dans le monde. Bon nombre d’ONG et plusieurs partis politiques ancrés à gauche, comme le Meretz, ont participé à cette manifestation.

 

 

« C’est beaucoup plus grave et dangereux que le coronavirus. L’annexion, c’est-à-dire la guerre perpétuelle, est mauvaise pour les deux peuples », s’est par exemple indigné le député israélien et président du parti Meretz, Nitzan Horowitz, interrogé par France 24 lors de cette manifestation.

« Nous nous sommes faits assez de mal les uns aux autres, entre Palestiniens et juifs », a estimé auprès de l’AFP l’un des manifestants, Anat Schrieber. Et d’ajouter : « Nous sommes frères, notre place est ici, les uns comme les autres, nous pouvons faire bien plus ensemble que séparément. »

Un autre manifestant a appelé à la « justice pour les Palestiniens et à la paix pour les deux peuples, Israéliens et Palestiniens ».

 

 

« Dans cet état d’apartheid, il ne peut y avoir de paix ni pour nous ni pour eux, et pas de justice non plus », a regretté cet homme à l’AFP. « J’ai peur de ce plan d’annexion », a-t-il confié. Et de poursuivre : « Je pense qu’il mènera à des émeutes, et même à la guerre. »

Cette manifestation à Tel-Aviv intervient au lendemain de mobilisations similaires en Cisjordanie occupée, où des centaines de Palestiniens avaient alors scandé des slogans hostiles à la colonisation israélienne et au projet d’annexion.

 

Israël protégé par Washington contre la communauté internationale ?

Benyamin Netanyahou, en renouvelant la promesse de campagne d’annexion de pans de territoires cisjordaniens et en précisant quelque peu la temporalité de sa réalisation, veut montrer à son électorat qu’il reste inflexible sur ce sujet, malgré les mises en garde internationales qui se multiplient.

Au-delà de l’ONU et des Palestiniens et Jordaniens, la Turquie, la Russie, ou encore l’UE s’opposent au projet d’annexion sans toutefois annoncer à ce stade de mesures contre ce plan. Ce sujet devrait néanmoins être au cœur de la visite le 10 juin à Jérusalem et en Jordanie de Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, dont le pays prendra la présidence tournante du Conseil de l’UE le 1er juillet.

Mais comment contrer cette politique promue par Washington, alors que le quartet censé assurer la médiation du conflit israélo-palestinien comporte en son sein... les État-Unis ?

Sans répondre à cette énigme, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, avait fait connaître la position de Paris le 20 mai : « Nous sommes en train de travailler avec nos collègues européens, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, plus quelques États membres affinitaires comme le Luxembourg et l’Irlande, pour aboutir à une action commune [...] Je ne peux pas encore vous dire de quelle manière nous allons le faire, mais nous travaillons ensemble pour une action commune de prévention et éventuellement de riposte si d’aventure cette décision d’annexion était prise. » Suffisant pour dissuader Benyamin Netanyahou ?

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ajout d’huile sur le feu ? (Stratégie habituelle des financiers mondialistes)
    Moyen de faire sortir les loups du bois pour les identifier ?(stratégie "cossette")
    D’autres Hypothèses à proposer ?
    Placez vos hypothèse ci-dessous.

     

  • Pareil en France : la solution à deux états - les sionards racistes et le peuple - ne pourra perdurer, et il n’y aura pas de "en même temps" Macron.

    Tu veux TAZER le peuple, ton peuple a priori - puisque c’est lui qui te rémunère - et tu lui cognes dessus ? Why ? C’est Rothschild qui t’a dit comment faire ?

    C’est pas sérieux Manu. Va falloir qu’on te dégage, avec l’aide des policiers que tu traites de racistes. Ça non plus c’est pas malin...


  • Combattre la "haine sur internet"
    Mais encourager la haine contre des palestiniens dont ils cherchent a tout prix a normaliser les injustices , les humiliations, les spoliations ,les violences et les massacres qu’ils subissent depuis 75ans.

    "Palestinian lives matter ! "

    Qui parmi tous nos moutons lobotomisés pour oser se joindre à ce mouvement non sponsorisé par des Soros tellement préoccupés par les droits de l’homme mais uniquement quand ça se passe hors Israël.


  • les militants de la gauche coloniale israelienne brandissent des pancartes # palestinian lives matter # mais pensent surtout # Tsahal doesn’t count # ce qui leur fait craindre l’issue des affrontements entre leur armée et la resistance palestinienne lorsque débutera l’annexion de la cijordanie.
    C’est curieux comme l’etat colonial juif tire son épingle du jeu dans les periodes de crise systemique internationale .tandis qu’un processus de pereistroika à l’envers a débuté aux USA ,le nouveau royaume de David s’aggrandit


  • Trump aide les sionistes à avoir se qu’ils veulent ou souhaitent, juste pour les faire occuper et, le laisser tranquille pour assainir son pays gangréné par la mafia juif-sioniste.
    Le projet prévoit une réserve, comparable aux Amérindiens, démilitarisée pour la Palestine. Isoler l’état sioniste, les USA, avec Trump, ne vont plus faire de l’interventionnisme, se retrouveront alors encercler par des Arabes et autres Perses et finiront par quitter ce territoire de peur, cette fois-ci, d’être exterminer.

     

  • D’abord les Israéliens ne traiteront jamais « d’égal à égal » puisqu’ils sont les plus forts. Ensuite la Cisjordanie est pratiquement occupée depuis 1967 et on ne voit pas pourquoi l’Etat hébreu accepterait de négocier...c’est triste à dire mais à part un État binational, il n’y a pas d’issue favorable pour les Palestiniens.

     

    • @Le King

      Une chose est à constater puisque vous soulevez un point de l’histoire de cette région, aucun pays musulman n’a été colonisé de façon définitive et irréversible comme en Asie ou en Amérique du Sud, voire en Europe...Et se voir changer de croyance ou de religion. Poutine l’a parfaitement compris avec les tchétchènes. La chine risque d’avoir quelques soucis, si elle ne réagit pas, les salopards trouveront facilement des candidats préfabriqués pour s’exposer dans les foules...
      Il y a une mémoire que les sionistes ne pourront pas effacer, celle de la croyance traditionnelle, malgré Google et le reste.... Bien que la décadence des dirigeants et autres oligarques de ces pays soit ostentatoire, les peuples sont dans leur très grande majorité croyants, voire pratiquants pour un grand nombre.
      La Palestine garde une grande place dans les débats des musulmans de tous pays, sa libération ne pourra venir que de ses frères une fois libérés des de ces oligarques musulmans sionisés au pouvoir.


    • @Pitchou
      Et pourtant les tchétchènes majoritairement chiites aleivites se sont convertis au wahabbisme sous l’influence de qui vous savez il y a une cinquantaine d’années.


  • C’est l’omerta à la télé, pas un seul journapute n’en parle . Zemmour n’en a pas parlé une seule fois sur "Face à l’info" . Malin .


  • Est-il naïf d’espérer que "Palestinian Lives Matter" soit associé à la médiatisation mondiale en boucle de "Black lives Matter" ? ! ...


  • Touts ces crimes , vols et mensonges sionistes qui sont détournés et suggérés par les médias grand public comme étant une juste compensation des inextinguibles souffrances du peuple juif, ne peut qu’entretenir un sentiment de dégout et conduire par amalgame à la propagation de l’antisémitisme.. Serait ce finalement le but recherché pour entretenir le business de la persécution, parce qu’il serait bon pour Israel de se faire passer pour les victimes des pires attaques et critiques ? et par extension de faire croire que tous les juifs seraient détestés parce qu’ils sont juifs ? alors que seule une catégorie de gens est responsable du fléau planétaire qu’est le sionisme..et que cette catégorie n’est pas systématiquement juive..


  • "La doctrine sioniste du combat et de la victoire !" ???


  • "Voici la vérité : ces territoires sont là où le peuple juif est né et s’est développé. Il est temps d’appliquer la loi israélienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme."

    Quel mensonge éhonté !!
    Quel scandale inouï !!
    Quelle honte absolue !!

    Le même genre de mensonge/scandale/honte que celui clamant "Une terre sans peuple pour un peuple sans terre", lancé sans vergogne il y a plus de 70 ans pour occuper la Palestine, voler, piller, emprisonner, massacrer les Palestiniens et jeter des bombes au phosphore - une arme interdite, mais qui ne scandalise qu’en Syrie... - sur des enfants palestiniens en toute impunité, et donc sans la moindre sanction internationale.

    Aujourd’hui, et compte tenu des exactions criminelles et délétères perpétrées par Israël depuis plus de 70 ans, ne serait-il pas temps d’affirmer - enfin - haut et fort qu’il y a prescription, quant à sa victimisation incessante et sa culpabilisation outrancière de centaines de millions de personnes, qui n’étaient même pas nées à l’époque des faits qui leur sont reprochés ?!

    Les descendants des victimes d’hier sont devenus les bourreaux d’aujourd’hui, et quand les attentats et /ou la guerre reprendront du fait de cette décision inique et aberrante - qu’aucune Morale ne peut soutenir - il devient de plus en plus incertain que cet Etat criminel trouve encore une oreille attentive pour le plaindre.

    Quant au "nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme", on ne peut que se demander où sont les précédents, parmi toutes ses actions criminelles mais restées impunies à ce jour en raison de la lâcheté de toutes les puissances occidentales...

    Cette décision unilatérale - mortifère à très court terme autant qu’indiciblement arrogante - est en tous points consternante d’indigence intellectuelle, morale et politique, mais elle ne pourra être exécutée impunément qu’au prix de la sempiternelle absence de courage international : honte à tous les Etats qui ne la sanctionneront pas lourdement par des embargos, un boycott, et une opprobre plus que conséquents !!

    Alors, oui - si le mot Justice avait un sens... - Palestinian Lives Matter, et certainement bien davantage encore que Black Lives, dès lors qu’il s’agit - comme en ce moment - de black lives de repris de justice...


  • Israël annexe un territoire avec des gens dedans qui sont là depuis plus longtemps qu’eux. De quel droit ? Du leur. La "Baïbeul" leur sert de cadastre.

    On s’écrase. On regarde ailleurs comme disait l’autre. On ne veut pas d’ennuis. Et puis, c’est loin. Moins loin que l’amérique mais chicanez pas et foutez-nous la paix. On est fatigué de "l’Orient compliqué". Les "échelles du Levant", on y comprend rien. Les échelles, c’est fait pour cueillir des cerises. On préfère des idées simples. Le peuple élu, il est élu, oui ou merde ?


  • All lives matter, arrêtez vous aussi.


  • La France condamnée par la Cour de l’Union européenne des droits de l’homme pour « violation de la liberté d’expression » suite à la condamnation de militants pro #Palestine demandant le boycott de produits d’#Israel. Les « actions reprochées concernaient un sujet d’intérêt général ».

    La Cour européenne des droits de l’Homme a condamné ce 11 juin la France pour violation de la liberté d’expression de militants pro-Palestine, qui avaient été condamnés pour leur appel au boycott de produits importés d’Israël. L’Etat devra verser des dommages et intérêts aux requérants.

    « La Cour constate que les actions et les propos reprochés aux requérants relevaient de l’expression politique et militante et concernaient un sujet d’intérêt général » et considère que leur condamnation en 2013 par la cour d’appel de Colmar « n’a pas reposé pas sur des motifs pertinents et suffisants », argumente le bras juridique du Conseil de l’Europe.


Commentaires suivants